Archives par mot-clé : Robespierre

Il faut sauver les manuscrits de Robespierre : la souscription continue !

Jeudi 12 mai au soir, la SER comptabilise déjà plusieurs dizaines de milliers d’euros de dons et de promesses de dons. Il est possible de faire mieux et d’augmenter encore la mobilisation dans les jours qui viennent et qui nous séparent de la vente aux enchères (le 18 mai) des manuscrits inédits de Robespierre.

La SER appelle en ce sens les particuliers à faire des dons, préférablement par chèque, comme stipulé dans l’appel à souscription.

La SER appelle les institutions, organisations et associations, ainsi que les personnes qui résident à l’étranger et qui souhaitent s’associer à la souscription, à faire des promesses de dons, par voie postale ou électronique (contact@revolution-francaise.fr).

Parmi les premiers donateurs figurent : Société des études robespierristes, Conseil scientifique de l’Université Paris 1, Comité de Vigilance face aux Usages publics de l’Histoire, l’Institut d’Histoire de la Révolution française, Fondation Gabriel Péri, Association locale pour la célébration de la Révolution française de Villejuif, Association Nantes Histoire, Société d’Histoire locale de Compiègne…

Manuscrits de Robespierre : succès de la souscription

La souscription lancée il y a quelques jours remporte un vif succès. Un état précis de la situation faisant le point sur les montants reçus à ce jour en Sorbonne et les promesses de dons sera publié sur ce site très prochainement.

La SER va créer une page Facebook dans les heures qui viennent afin de permettre aux internautes de suivre l’évolution de la souscription.

N’hésitez pas à prendre contact avec la SER en laissant un commentaire ci-dessous.

Manuscrits de Robespierre aux enchères : appel de la SER pour une souscription publique

Chers amis,

Vous avez peut-être appris par la presse la mise en vente aux enchères de quelque 150 pages de manuscrits de Robespierre, par Sotheby’s France, le 18 mai. Il s’agit d’un dossier qui avait été mis à l’abri par la famille du conventionnel Lebas, après son suicide, et qui réapparaît deux siècles plus tard. Il est évident que la place de ces papiers serait une collection publique et qu’ils ne doivent pas être dispersés chez des collectionneurs privés.

Il s’agit, au sens propre, d’un patrimoine national.

La Société des études robespierristes avait d’abord décidé d’observer la confidentialité nécessaire, pour éviter les manœuvres haussières susceptibles de faire échouer une décision de préemption publique (qui, il faut le rappeler, est toujours définie par le comptable public, avec une enveloppe préétablie). Son président, Philippe Bourdin, a donc adressé une série de lettres aux deux institutions susceptibles d’acheter, la Bibliothèque Nationale de France et les Archives Nationales. Il semble que la première ait décidé de renvoyer la balle à la seconde, qui observe un profond silence. Dans ces conditions, une lettre signée par une série d’historiens d’orientations très diverses a été adressée aux deux ministres concernés pour leur signaler la gravité de la chose.

Dans le même temps, Pierre Serna (Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française) a signalé dans une tribune publiée dans Le Monde le danger que représente cette vente aux enchères (http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/03/il-faut-sauver-robespierre_1516206_3232.html) et un des ministres concernés a été joint, avec la semi réponse du “pas au courant” qui est une façon de se dédouaner. En d’autres termes, la situation commence un peu à évoluer.

À ce stade, les délais restants rendent impossible tout retard supplémentaire : la vente a lieu le 18 mai. Nous pouvons, dans le cadre de nos statuts, en nous associant à d’autres acteurs qui en ont la possibilité juridique ou non, individus ou associations, collectivités locales, etc., rendre possible une souscription publique, complémentaire à l’action d’état.

Dans ce cadre, nous vous proposons de nous adresser de toute urgence des chèques, établis par vous ou par des personnes de votre connaissance à l’ordre de la Société des études robespierristes, mention “Pour les manuscrits de Robespierre” et adressés à notre Société, au 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05.

Si l’opération se concrétise, ces chèques, dans la limite de 20 % du revenu imposable, permettront aux souscripteurs de recevoir un reçu dont ils pourront directement faire déduire 66,66 % de leur impôt sur le revenu de 2011. Si notre contribution à l’achat n’a finalement pas lieu, nous détruirons et/ou renverrons évidemment ces chèques aux souscripteurs.

Bien cordialement

Pour la Société des études robespierristes,

Philippe Bourdin, président, Serge Aberdam, secrétaire général, Cyril Triolaire, trésorier.

Enseigner la Révolution française – Ivry, 19 mars 2011

La journée d’études consacrée à l’enseignement de l’histoire de la Révolution française, organisée conjointement par la Société des Etudes Robespierristes et l’Association des Professeurs d’Histoire Géographie, avec le soutien de la ville d’Ivry-sur-Seine, de l’IRHIS, de l’IHRF et d’Armand Colin,  se tiendra le 19 mars prochain à Ivry, centre Robespierre.

Présentation :

A l’heure où se multiplient les interrogations sur la place faite à l’histoire et aux formations de culture générale dans l’Ecole du XXIe siècle, les recherches sur la Révolution française mettent volontiers l’accent sur la diversité des dynamiques collectives et des expériences. Inclination à la simplification et priorité aux savoirs « utiles » côté enseignement, attention à la complexité côté recherche : ces orientations contradictoires peuvent-elles être conciliables? Comment les enseignants, de l’Ecole primaire à l’Université, prennent-ils en charge les spécificités et les renouvellements de l’histoire révolutionnaire dans leurs cours? Dans quelle mesure les évolutions des publics et de la demande sociale influencent-elles ces pratiques ? Quelles sont les relations envisageables entre enseignement de l’Histoire et éducation du citoyen ?

L’Association des Professeurs d’Histoire Géographie et la Société des Etudes robespierristes souhaitent réunir autour de ces questions, enseignants et chercheurs, de tous horizons, niveaux d’exercice ou formation, pour des échanges ouverts qui favorisent les réflexions sur nos positionnements professionnels, intellectuels et civiques.

Dans cet esprit, le programme de la rencontre a été conçu moins pour exposer des contenus que pour présenter, à plusieurs voix, des expériences et des points de vue sur l’enseignement comme sur des questions en discussion dans l’histoire révolutionnaire. Des choix étaient indispensables, ils n’excluent pas l’approche d’autres sujets dans des débats qui doivent occuper une large place. Cette rencontre dont voulons qu’elle soit caractérisée par la pluralité des participants et des points de vue s’achèvera par une table ronde sur le thème de « L’actualité de l’enseignement de la Révolution française ».

Notons enfin deux accompagnements importants de cette journée: d’une part, Historiens-géographes, propose des publications d’accompagnement de nos réflexions, d’autre part, une large présentation d’ouvrages, de documents audio-visuels et numériques est prévue sur place.

Le programme et le bulletin d’inscription (à renvoyer avant le 8 mars ) sont à télécharger ci-dessous :

Programme 1 et programme 2 (bulletin d’inscription inclus)

N’hésitez pas à reproduire l’affiche et à faire connaître la manifestation autour de vous.