Cérémonie funéraire en hommage à Michelle Vovelle, Aix-en-Provence, 10 octobre 2018

La cérémonie funéraire en hommage à Michel Vovelle a eu lieu le mercredi 10 octobre 2018 au funerarium d’Aix-en-Provence, en présence de sa famille, ses amis et collègues. Notre Société y était représentée par Michel Biard qui a lu un discours de notre président Hervé Leuwers, retenu à Lille par des obligations universitaires. Plusieurs autres membres de la Société ont pris la parole, Claude Mazauric qui coprésida la SER avec Michel Vovelle au temps de ce que celui-ci appelait avec humour « la tétrarchie Godechot-Mazauric-Suratteau-Vovelle » ; Pierre Serna au nom de l’Institut d’Histoire de la Révolution française-IHMC et Anne Jollet au nom des Cahiers d’Histoire, tous deux comme Michel Biard élèves de Michel Vovelle. Ont été rappelés par toutes et tous à la fois l’homme, le militant communiste, l’éminent spécialiste de la Révolution française, mais aussi l’infatigable missionnaire de la Révolution qui participa à quelque 550 colloques de par le monde, publia une trentaine d’ouvrages personnels (dont le prochain sortira en ce mois d’octobre) et plusieurs centaines d’autres textes. Michel Vovelle disparu, il nous reste aujourd’hui à continuer ses « combats pour la Révolution française », nous ses frères et amis, ses élèves, les élèves de ses élèves, et tous les membres de notre Société qui, comme l’a dit le poète, « répond toujours du nom de Robespierre »

Michel Biard

Pour les membres de la Société des études robespierristes qui ont fréquenté Michel Vovelle, l’ont écouté, ont discuté ou travaillé avec lui, il est avant tout cet immense historien, ce communiste engagé, cet homme affable et souriant dont on a plaisir à se rappeler. Pour les membres de la SER qui l’ont connu, et pour ceux qui ne l’ont pas connu, l’exceptionnel historien est aussi l’ancien président de cette vénérable société. Il l’a co-dirigée aux temps du Bicentenaire, entre 1983 et 1993 : d’abord avec Jacques Godechot et Jean-René Suratteau, puis au sein de ce qu’il appelait avec humour, la « tétrarchie Suratteau, Vovelle, Mazauric, Bertaud »…

Pour un spécialiste de la Révolution, les temps n’étaient pas faciles. Mais l’historien était à l’œuvre ; il publiait ses Images et récits de la Révolution française, son Théodore Desorgues, mais aussi La mentalité révolutionnaire, La Révolution contre l’Eglise, et d’autres titres encore. L’historien était à l’œuvre, et l’homme de conviction inébranlable.

En 1988, la SER avait 80 ans. Au théâtre d’Arras, à proximité de la maison où avait vécu l’Incorruptible, dans une salle comble, Michel Vovelle s’exprimait comme directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution et comme co-Président de la SER. Reprenant en partie le titre d’une célèbre conférence d’Albert Mathiez (« pourquoi nous sommes robespierristes »), il avait intitulé son propos : « Pourquoi nous sommes encore robespierristes». Le texte était militant. Il défendait certes le principe d’une histoire rigoureuse et savante, la nécessité de vaincre les a priori, les idées toutes faites ou la contrefaçon des faits, mais il rappelait également toute l’actualité des idées de Robespierre : « Ce qui reste vivant [de Robespierre], affirmait-il, […] c’est le mouvement même qui l’a porté, c’est une qualité de ferveur et d’engagement vital, c’est une démarche – l’idéal démocratique, l’amour du peuple, la volonté de construire une société heureuse. » Par delà l’homme Robespierre, Michel Vovelle insistait sur la force des idéaux démocratiques et sociaux portés par certains révolutionnaires ; ils lui paraissaient plus vivants, et plus nécessaires que jamais.

Le discours d’Arras a été prononcé il y a trente ans. Michel Vovelle s’y montrait optimiste, et concluait son propos pour une note d’espoir. Depuis, il s’est souvent interrogé sur ce qui restait de l’idéal de l’Incorruptible… « Sommes nous encore robespierristes ?s’était-il demandé lors du centenaire de la SER. Etes-vous encore robespierristes ? »

Et pourtant… la SER reste la SER ; elle est « bien vivante », comme elle l’était en 1988, et c’est en partie par l’œuvre de Michel Vovelle, par ses combats, qu’elle demeure un pôle majeur d’histoire de la Révolution. Comme en 1988, au temps de sa présidence, la Société des études robespierristes conserve la volonté d’encourager une histoire exigeante et distanciée, qui permette avant tout de comprendre la Révolution. Comme en 1988, la SER entend également stimuler la conscience du citoyen et accompagner une mémoire républicaine de l’événement, plus que jamais indispensable à la préservation du rêve démocratique.

Une histoire exigeante, mais aussi une histoire républicaine, consciente des enjeux de notre temps… Une histoire vivante de la Révolution française… Pour nous, à la SER, c’est aussi cela le legs de Michel Vovelle.

Hervé Leuwers

La SER aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2018

Cette année encore, vous pourrez retrouver la SER au salon du livre des Rendez-vous de l’histoire de Blois, du 10 au 14 octobre 2018.

La table ronde des Annales historiques de la Révolution française est cette année consacrée au thème « L’enfer de la Révolution ou la Révolution aux enfers ». Intervenants : Annie Duprat, Pascal Dupuy, Claire Trévien et Richard Wrigley. Modération : Dominique Godineau, directrice des AHRF.

Samedi 13 octobre, 9h15-10h45, site Chocolaterie de l’IUT, amphi 2.

Nos membres publient : Richard Flamein, « La société fluide »

Richard Flamein, La société fluide. Une histoire des mobilités sociales (XVIIe-XIXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 354 p. ISBN : 978-2-7535-7451-9 ; 26 €

Préface de Michel Biard.

Classes mouvantes, classes inquiétantes, pourrait-on dire. Les mobilités sociales n’ont jamais été véritablement un objet historiographique, celles d’Ancien Régime en particulier, volontiers tenues pour inexistantes. Il est vrai que la société dite d’ordres a longtemps servi de contre-modèle, pour ne pas dire de repoussoir, consacrant, dans les sociétés démocratiques, des dynamiques parfois plus supposées que réelles.
« La société d’ordres d’Ancien Régime ne connaît guère les mobilités
sociales », « le capitalisme dynastique français souffre de la rigidité de ses structures », « le marchand du XVIIIe siècle n’aspire qu’à quitter son état par l’anoblissement de sa lignée », voilà quelques lieux communs mis à mal par le présent livre. Continuer la lecture de Nos membres publient : Richard Flamein, « La société fluide »

Publication en ligne des actes de la journée d’études « Reconversions et migrations professionnelles », co-organisée par la SER

Ce dossier thématique de la revue Siècles croise histoire sociale et histoire culturelle pour mesurer les effets de la Révolution française sur les carrières des comédiens, musiciens et chanteurs. Il interroge la notion de « reconversion sociale », phénomène qui n’est nullement propre à la décennie considérée, pour en mesurer les dimensions dans un moment de fort bouleversement politique et de mutation accélérée des hiérarchies sociales. Cette mesure repose sur des échelles différentes : chœurs et musique subventionnés comme la Chapelle du Roi, maîtrises assurant traditionnellement la promotion des enfants du Tiers état, troupes de théâtre en place à Nantes, Montpellier ou dans les théâtres du Nord, vedettes des salles parisiennes, auteurs du répertoire. Quelles sont les promotions et quels sont les déclassements induits par les années 1790, sur quels critères et à quel rythme ?

Sous la direction de Philippe Bourdin, Stéphane Gomis et Cyril Triolaire

Lire en ligne

Nos membres publient : Marc Belissa et Yannick Bosc, « Le Directoire, la république sans la démocratie »

Marc Belissa, Yannick Bosc, Le Directoire. La république sans la démocratie, Paris, La Fabrique, 2018, 304 p. ; 15 €

 Quelle est donc cette « tyrannie » dont les artisans du Directoire, après Thermidor, voulaient débarrasser la France ? À en croire Boissy d’Anglas, qui rédige la Constitution de l’an III, c’est celle des assemblées primaires, livrées au suffrage universel, où le peuple est « constamment délibérant ». Étrange « dictature », remarquent Yannick Bosc et Marc Belissa, que celle qui favorise la délibération des citoyens, organise l’opposition et autorise les insurrections…

À l’encontre du récit qui fait de la période du Directoire celle du « retour à la normale », les auteurs de ce livre y voient surtout la répression des éléments les plus subversifs de la Révolution : où les Droits de l’homme, rangés au placard des principes abstraits, s’effacent devant le droit des propriétaires ; où l’on décapite l’opposition dans le procès de Babeuf et des « Égaux » ; où l’on confisque la souveraineté populaire dans la confidence des assemblées censitaires ; où les intrigues – et l’armée – demeurent les seuls instruments de régulation politique. Continuer la lecture de Nos membres publient : Marc Belissa et Yannick Bosc, « Le Directoire, la république sans la démocratie »

Nos membres publient : Paul Chopelin et alii, « Heurs et malheurs de Louis XVII. Arrêt sur images »

« Heurs et malheurs de Louis XVII. Arrêt sur images », Gand, Snoeck, 2018, 95 p. 20 €

Résumé

Mort en 1795, à l’âge de 10 ans, dans la prison du Temple, Louis XVII n’a régné que nominalement sur la France. Si la destinée tragique du fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette a longtemps stimulé l’imagination des amateurs de mystères historiques, elle a aussi inspiré de très nombreux artistes entre la fin du XVIIIe et le début du XXe siècle. Aux premiers chantres de la royauté meurtrie, succèdent, à partir des années 1830, les peintres romantiques, attirés avant tout par la dimension spectaculaire de ce huis-clos carcéral. Dans toute l’Europe, la captivité de Louis XVII, érigée en archétype pictural de l’innocence corrompue, est peinte, gravée et sculptée. Si certaines œuvres font scandale, à l’instar du Capet lève-toi ! d’Émile Mascré, refusé au Salon de 1838, le sujet devient peu à peu un lieu commun de l’iconographie historique de la Révolution française. Il trouve naturellement sa place au musée Grévin, tandis que pièces de théâtre et films viennent animer les souffrances du jeune captif pour un public avide d’émotions fortes. Réunissant une soixantaine d’œuvres, cet ouvrage revient sur les différentes étapes de la constitution de cet archétype iconographique, des premières images produites sous la Révolution à l’entrée dans la culture de masse au cours du XXe siècle. Continuer la lecture de Nos membres publient : Paul Chopelin et alii, « Heurs et malheurs de Louis XVII. Arrêt sur images »

Colloque « Les dynamiques économiques de la Révolution française », Paris (CNAM), 7-8 juin 2018

Lieu : CNAM, Amphithéâtre abbé Grégoire, 292 rue Saint-Martin, Paris 3e, métro Réaumur ou Arts-et-Métiers.

Dix ans après le numéro consacré aux « Temps composés de l’économie » par les Annales historiques de la Révolution française, le projet de ce colloque international vise à dresser un état des lieux de la recherche, tant pour valoriser les travaux en cours que pour en impulser de nouveaux en matière d’histoire économique de la période révolutionnaire. En revisitant des corpus d’archives déjà explorés ou en exploitant des sources encore méconnues, il s’agit de faire émerger des pistes de recherche inédites et des interprétations renouvelées à propos des mutations induites par le fait révolutionnaire sur les circuits et les dynamiques économiques, à l’échelle hexagonale mais aussi européenne et internationale.

Programme :  Continuer la lecture de Colloque « Les dynamiques économiques de la Révolution française », Paris (CNAM), 7-8 juin 2018

Colloque « Réactions et royalisme populaires à l’ère des révolutions (1789-1848) », Paris, 1er juin 2018, Vitoria-Gasteiz, 18-19 octobre 2018

Vendredi 1er juin : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e (France)

Jeudi 18 et vendredi 19 octobre 2018 : Faculté des Lettres, UPV/EHU, Paseo de la Universidad, 5, 01006 Vitoria-Gasteiz, Álava (Espagne)

Pré-inscription obligatoire pour la journée du 1er juin auprès de weiss.clement@gmail.com et/ou biblio.ihrf@univ-paris1.fr.

Colloque organisé par la faculté des lettres de l’université du Pays basque (UPV/EHU), l’IHRF-IHMC et le LARHRA.

Contacto/ contact : andoni.artola@ehu.eusweiss.clement@gmail.com

Alors que la poussée électorale inédite en Europe et aux États-Unis de mouvements populistes conservateurs, voire réactionnaires, pose aux sciences sociales le défi de dépasser les assignations simplistes pour décrire le comportement et les aspirations des « oubliés » et des « laissés-pour-compte », cette journée d’étude se présente comme une archéologie des formes de « réaction » populaires et marginales à l’ère des Révolutions atlantiques (ca. 1776-ca. 1848). Il s’agit d’analyser comment se construisent, autour de la défense d’un « ordre ancien » et d’une « tradition » souvent fantasmés, des radicalités politiques nouvelles auxquelles se rallient à la fois des élites déclassées ou menacées et un « petit peuple contre-révolutionnaire » encore introuvable. Continuer la lecture de Colloque « Réactions et royalisme populaires à l’ère des révolutions (1789-1848) », Paris, 1er juin 2018, Vitoria-Gasteiz, 18-19 octobre 2018

Appel à communications : « Mourir en révolutionnaire (XVIIIe-XXe siècle) », Rouen, 26-27 novembre 2019

« Que le peuple soit sauvé, et je fais volontiers le sacrifice de ma vie ». Cette phrase de Dartigoeyte, représentant du peuple montagnard, insérée dans son Opinion (…) sur la défense de Louis Capet, présentée devant la Convention nationale le 3 janvier 1793, combien d’autres révolutionnaires l’ont alors faite leur ? Deux semaines plus tard, l’assassinat de Le Peletier de Saint-Fargeau ouvrait une sinistre liste, celle des membres de cette Assemblée décédés d’une mort non naturelle, exécutés, suicidés, assassinés, morts en mission, morts en prison ou en déportation, tous tombés en raison de leurs engagements politiques. La Convention nationale fut également la première Assemblée législative a créé un temple civique destiné à abriter les restes des « grands hommes », ce Panthéon ouvert en avril 1791 pour accueillir la dépouille de Mirabeau et où Le Peletier entra à son tour le 24 janvier 1793, trois jours après l’exécution du roi détrôné. Si le culte des « grands hommes » possède naturellement des antécédents bien avant 1789, tandis que l’idée de martyre plonge ses racines aussi bien dans l’Antiquité que dans différentes traditions religieuses, la Révolution française inaugurait là une mémoire collective de l’immortalité voulue pour des révolutionnaires décédés au nom de la fière devise « La Liberté ou la mort ». Continuer la lecture de Appel à communications : « Mourir en révolutionnaire (XVIIIe-XXe siècle) », Rouen, 26-27 novembre 2019

Un blog utilisant Hypothèses, plateforme de carnets de recherches