Archives par mot-clé : Actualité

In Memoriam Michel Vovelle (1933-2018)

Chers sociétaires, chers amis de la Société des études robespierristes,

La Société des études robespierristes vient d’apprendre la disparition de Michel Vovelle, à l’âge de 85 ans. Ce 6 octobre 2018, une figure majeure de l’historiographie révolutionnaire disparaît.

En février dernier, dans ses Mémoires vives ou perdues (Ed. de Paris), Michel Vovelle parlait de l’amour, de la mort, de la mémoire, de l’oubli… et de la Révolution française, bien sûr, de l’événement autant que de son souvenir. Si la décennie qui ferme le siècle des Lumières n’a pas occupé toutes les recherches de l’historien, tant ses curiosités ont été multiples, c’est bien elle qui a formé le fil rouge de son parcours ; il y a consacré l’essentiel de ses travaux, a ouvert de nouveaux chantiers, publié des ouvrages majeurs, formé des dizaines d’enseignants et de chercheurs et mené la « bataille du Bicentenaire » comme professeur à la Sorbonne, directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française et à la Commission nationale de recherche historique pour le Bicentenaire.

De l’historien, il reste une oeuvre foisonnante, d’une exceptionnelle qualité. Chaque lecteur y puise et y puisera selon ses goûts, de La Révolution française. Images et récits (5 vol., Messidor, 1986) aux Ames du purgatoire (Gallimard, 1996), de La Découverte de la politique (La découverte, 1992) aux Combats pour la Révolution française (La découverte, 1993), de la Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle (Plon, 1973) à La Révolution contre l’Eglise (Complexe, 1988)…A la Société des études robespierristes, nous n’oublions pas qu’il a dirigé la société et sa revue, les Annales historiques de la Révolution française. Michel Vovelle a également été « historien de conviction », persuadé que le message des Lumières et de la Révolution n’avait pas perdu sa force. Il était aussi un homme affable, malicieux et attentif aux autres, qui a marqué des générations de chercheurs et d’apprentis historiens. 

Avant de lui rendre hommage dans les colonnes des Annales historiques de la Révolution française, la Société des études robespierristes adresse ses sincères condoléances à ses filles et à toute sa famille.

Hervé Leuwers, au nom de la SER.

L’hommage de Pierre Serna, élève de Michel Vovelle et actuel directeur de l’IHRF, est à lire sur le site de l’IHRF.

L’hommage de Claude Mazauric dans L’Humanité (accès réservé aux abonnés).

La Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne propose une bibliographie des travaux de Michel Vovelle à partir de sa base de données. On y trouvera également une précieuse liste de ses interventions dans les médias audiovisuels, à partir des fonds de l’Inathèque.

Vient de paraître : « Déportations et exils des Conventionnels »

François Antoine, Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers et Côme Simien (dir.), Déportations et exils des Conventionnels, Paris, Société des études robespierristes, Collection études révolutionnaires, n° 19, 2018, 264 pages, 20 euros, ISBN 978-2-908327-97-7.

Publié avec le soutien du CHEC.

Au fil des recompositions politiques, nombre de Conventionnels ont connu l’exil politique, qu’il soit intérieur (discrétion et effacement de la scène publique étant gages de survie) ou ait conduit à émigrer. Le mouvement le plus massif est provoqué par la loi d’amnistie du 12 janvier 1816, par laquelle Louis XVIII protège « tous ceux qui, directement ou indirectement, ont pris part à la rébellion et l’usurpation de Napoléon Bonaparte, sauf les exceptions ci-après. ». Parmi ces dernières figurent les représentants du peuple favorables à la peine de mort contre Louis XVI et ralliés aux Cent Jours. Ils sont tenus de quitter la France avant un délai d’un mois, perdant au passage leurs droits et biens. Plus de 80% des Conventionnels encore vivants en sont frappés, au nom d’un « crime » jugé inexpiable.

Cent soixante-dix anciens représentants du peuple sont jetés sur les routes, bien que la loi qui les contraint soit appliquée avec un degré de précision variable. Prenant en compte les émigrations successives des Conventionnels, le présent ouvrage, fruit d’un colloque symboliquement tenu à Bruxelles en 2016, propose des réflexions sur les itinéraires des proscrits, leur vie en exil, mais aussi la mémoire et les Mémoires de ce temps passé loin de Paris, voire au-delà des frontières, pour certains jusqu’à la mort, ou jusqu’à ce qu’une nouvelle révolution, en 1830, leur apporte la possibilité d’un retour en France.

Introduction par M. BIARD, Ph. BOURDIN, H. LEUWERS

Partie 1. Bruxelles, capitale de l’exil ?

Bettina FREDERKING – Qu’est-ce qu’un « Conventionnel « régicide » ? La construction d’une catégorie dans la presse catholique sous la Restauration

Maïté BOUYSSY – Barère, exilé exemplaire

Wim LEMMENS. Amor patriae. Immortaliser les fléaux de France : Jacques-Louis David à Bruxelles

Bernard DANDOIS – Filippo Buonarroti et les Conventionnels en exil à Bruxelles

François ANTOINE – Les liens entre les spéculations sur les biens nationaux en Belgique et les Conventionnels exilés

Partie 2. Itinéraires d’exil

Philippe BOURDIN. Jacques-Antoine Dulaure, de la Gironde à la Suisse

Gonzague ESINOSSA-DASSONNEVILLE – Pierre-Anselme Garrau, l’ermite d’outre-rhin

Hervé LEUWERS – La fierté d’être « martyr » (1815-1830). La gloire de l’exil selon l’ancien Conventionnel Merlin de Douai

Gaïd ANDRO – L’itinéraire de l’exil : entre dépolitisation et implicite révolutionnaire. Le Conventionnel Joseph Le Maillaud de Locminé à Alost

Karine RANCE – « Ils nous parlent de regrets » : Marc-antoine Baudot en exil et l’affrontement de deux visions du monde

Jacqueline LALOUETTE – Le premier exil de Carnot : entre incertitudes et ignorances

Nicola TODOROV – Carnot à Magdebourg

Partie 3. Exils intérieurs, exils en famille

Anne JOLLET – « Est-ce être exilé que de demeurer ? Où commence, où finit l’exil ? »

Côme SIMIEN – Les trois montagnes du Conventionnel Gaston : à propos de l’exil intérieur des anciens députes de la Révolution

Mette HARDER – Survivre en milleu hostile ? Les relations entre les députés exilés en Guyane, an III-VIII

Partie 4. Mémoires de l’exil

Jean-Paul ROTHIOT – Le contexte de la loi du 12 janvier 1816 et son application

Jean-Paul ROTHIOT – L’exil interrompu des régicides, « rappelés » en 1818

Michel BIARD – Tourne, tourne, la « Lanterne magique de 1793 »

Ouvrage disponible dans notre boutique en ligne

En librairie : Walter Markov, « Jacques Roux, le curé rouge »

Né en Charente (1752) dans une famille nombreuse, Jacques Roux deviendra prêtre – seul moyen d’éducation pour les pauvres – et vicaire de Saint-Nicolas-des-Champs, section des Gravilliers. Il rallie le clergé constitutionnel en 1791, et devient ce que l’on appellera un « curé rouge ». Nommé commissaire chargé d’assister à l’exécution de Louis XVI, il fréquente le club des Cordeliers, qui approuve une adresse lue à la Convention le 25 juin 1793 : le « Manifeste des Enragés ».  Trois jours après le meurtre de Marat, qu’il a connu et hébergé, Roux publie la suite d’un de ses journaux, Le Publiciste de la République. Il y affirme : « Les productions de la terre […] appartiennent à tous les hommes. » Marx le considèrera comme l’un des précurseurs du communisme.  Continuer la lecture de En librairie : Walter Markov, « Jacques Roux, le curé rouge »