Cérémonie funéraire en hommage à Michelle Vovelle, Aix-en-Provence, 10 octobre 2018

La cérémonie funéraire en hommage à Michel Vovelle a eu lieu le mercredi 10 octobre 2018 au funerarium d’Aix-en-Provence, en présence de sa famille, ses amis et collègues. Notre Société y était représentée par Michel Biard qui a lu un discours de notre président Hervé Leuwers, retenu à Lille par des obligations universitaires. Plusieurs autres membres de la Société ont pris la parole, Claude Mazauric qui coprésida la SER avec Michel Vovelle au temps de ce que celui-ci appelait avec humour « la tétrarchie Godechot-Mazauric-Suratteau-Vovelle » ; Pierre Serna au nom de l’Institut d’Histoire de la Révolution française-IHMC et Anne Jollet au nom des Cahiers d’Histoire, tous deux comme Michel Biard élèves de Michel Vovelle. Ont été rappelés par toutes et tous à la fois l’homme, le militant communiste, l’éminent spécialiste de la Révolution française, mais aussi l’infatigable missionnaire de la Révolution qui participa à quelque 550 colloques de par le monde, publia une trentaine d’ouvrages personnels (dont le prochain sortira en ce mois d’octobre) et plusieurs centaines d’autres textes. Michel Vovelle disparu, il nous reste aujourd’hui à continuer ses « combats pour la Révolution française », nous ses frères et amis, ses élèves, les élèves de ses élèves, et tous les membres de notre Société qui, comme l’a dit le poète, « répond toujours du nom de Robespierre »

Michel Biard

Pour les membres de la Société des études robespierristes qui ont fréquenté Michel Vovelle, l’ont écouté, ont discuté ou travaillé avec lui, il est avant tout cet immense historien, ce communiste engagé, cet homme affable et souriant dont on a plaisir à se rappeler. Pour les membres de la SER qui l’ont connu, et pour ceux qui ne l’ont pas connu, l’exceptionnel historien est aussi l’ancien président de cette vénérable société. Il l’a co-dirigée aux temps du Bicentenaire, entre 1983 et 1993 : d’abord avec Jacques Godechot et Jean-René Suratteau, puis au sein de ce qu’il appelait avec humour, la « tétrarchie Suratteau, Vovelle, Mazauric, Bertaud »…

Pour un spécialiste de la Révolution, les temps n’étaient pas faciles. Mais l’historien était à l’œuvre ; il publiait ses Images et récits de la Révolution française, son Théodore Desorgues, mais aussi La mentalité révolutionnaire, La Révolution contre l’Eglise, et d’autres titres encore. L’historien était à l’œuvre, et l’homme de conviction inébranlable.

En 1988, la SER avait 80 ans. Au théâtre d’Arras, à proximité de la maison où avait vécu l’Incorruptible, dans une salle comble, Michel Vovelle s’exprimait comme directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution et comme co-Président de la SER. Reprenant en partie le titre d’une célèbre conférence d’Albert Mathiez (« pourquoi nous sommes robespierristes »), il avait intitulé son propos : « Pourquoi nous sommes encore robespierristes». Le texte était militant. Il défendait certes le principe d’une histoire rigoureuse et savante, la nécessité de vaincre les a priori, les idées toutes faites ou la contrefaçon des faits, mais il rappelait également toute l’actualité des idées de Robespierre : « Ce qui reste vivant [de Robespierre], affirmait-il, […] c’est le mouvement même qui l’a porté, c’est une qualité de ferveur et d’engagement vital, c’est une démarche – l’idéal démocratique, l’amour du peuple, la volonté de construire une société heureuse. » Par delà l’homme Robespierre, Michel Vovelle insistait sur la force des idéaux démocratiques et sociaux portés par certains révolutionnaires ; ils lui paraissaient plus vivants, et plus nécessaires que jamais.

Le discours d’Arras a été prononcé il y a trente ans. Michel Vovelle s’y montrait optimiste, et concluait son propos pour une note d’espoir. Depuis, il s’est souvent interrogé sur ce qui restait de l’idéal de l’Incorruptible… « Sommes nous encore robespierristes ?s’était-il demandé lors du centenaire de la SER. Etes-vous encore robespierristes ? »

Et pourtant… la SER reste la SER ; elle est « bien vivante », comme elle l’était en 1988, et c’est en partie par l’œuvre de Michel Vovelle, par ses combats, qu’elle demeure un pôle majeur d’histoire de la Révolution. Comme en 1988, au temps de sa présidence, la Société des études robespierristes conserve la volonté d’encourager une histoire exigeante et distanciée, qui permette avant tout de comprendre la Révolution. Comme en 1988, la SER entend également stimuler la conscience du citoyen et accompagner une mémoire républicaine de l’événement, plus que jamais indispensable à la préservation du rêve démocratique.

Une histoire exigeante, mais aussi une histoire républicaine, consciente des enjeux de notre temps… Une histoire vivante de la Révolution française… Pour nous, à la SER, c’est aussi cela le legs de Michel Vovelle.

Hervé Leuwers

In Memoriam Michel Vovelle (1933-2018)

Chers sociétaires, chers amis de la Société des études robespierristes,

La Société des études robespierristes vient d’apprendre la disparition de Michel Vovelle, à l’âge de 85 ans. Ce 6 octobre 2018, une figure majeure de l’historiographie révolutionnaire disparaît.

En février dernier, dans ses Mémoires vives ou perdues (Ed. de Paris), Michel Vovelle parlait de l’amour, de la mort, de la mémoire, de l’oubli… et de la Révolution française, bien sûr, de l’événement autant que de son souvenir. Si la décennie qui ferme le siècle des Lumières n’a pas occupé toutes les recherches de l’historien, tant ses curiosités ont été multiples, c’est bien elle qui a formé le fil rouge de son parcours ; il y a consacré l’essentiel de ses travaux, a ouvert de nouveaux chantiers, publié des ouvrages majeurs, formé des dizaines d’enseignants et de chercheurs et mené la « bataille du Bicentenaire » comme professeur à la Sorbonne, directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française et à la Commission nationale de recherche historique pour le Bicentenaire.

De l’historien, il reste une oeuvre foisonnante, d’une exceptionnelle qualité. Chaque lecteur y puise et y puisera selon ses goûts, de La Révolution française. Images et récits (5 vol., Messidor, 1986) aux Ames du purgatoire (Gallimard, 1996), de La Découverte de la politique (La découverte, 1992) aux Combats pour la Révolution française (La découverte, 1993), de la Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle (Plon, 1973) à La Révolution contre l’Eglise (Complexe, 1988)…A la Société des études robespierristes, nous n’oublions pas qu’il a dirigé la société et sa revue, les Annales historiques de la Révolution française. Michel Vovelle a également été « historien de conviction », persuadé que le message des Lumières et de la Révolution n’avait pas perdu sa force. Il était aussi un homme affable, malicieux et attentif aux autres, qui a marqué des générations de chercheurs et d’apprentis historiens. 

Avant de lui rendre hommage dans les colonnes des Annales historiques de la Révolution française, la Société des études robespierristes adresse ses sincères condoléances à ses filles et à toute sa famille.

Hervé Leuwers, au nom de la SER.

L’hommage de Pierre Serna, élève de Michel Vovelle et actuel directeur de l’IHRF, est à lire sur le site de l’IHRF.

L’hommage de Claude Mazauric dans L’Humanité (accès réservé aux abonnés).

La Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne propose une bibliographie des travaux de Michel Vovelle à partir de sa base de données. On y trouvera également une précieuse liste de ses interventions dans les médias audiovisuels, à partir des fonds de l’Inathèque.