Colloque « Les dynamiques économiques de la Révolution française », Paris (CNAM), 7-8 juin 2018

Lieu : CNAM, Amphithéâtre abbé Grégoire, 292 rue Saint-Martin, Paris 3e, métro Réaumur ou Arts-et-Métiers.

Dix ans après le numéro consacré aux « Temps composés de l’économie » par les Annales historiques de la Révolution française, le projet de ce colloque international vise à dresser un état des lieux de la recherche, tant pour valoriser les travaux en cours que pour en impulser de nouveaux en matière d’histoire économique de la période révolutionnaire. En revisitant des corpus d’archives déjà explorés ou en exploitant des sources encore méconnues, il s’agit de faire émerger des pistes de recherche inédites et des interprétations renouvelées à propos des mutations induites par le fait révolutionnaire sur les circuits et les dynamiques économiques, à l’échelle hexagonale mais aussi européenne et internationale.

Programme :  Continuer la lecture de Colloque « Les dynamiques économiques de la Révolution française », Paris (CNAM), 7-8 juin 2018

Colloque « Réactions et royalisme populaires à l’ère des révolutions (1789-1848) », Paris, 1er juin 2018, Vitoria-Gasteiz, 18-19 octobre 2018

Vendredi 1er juin : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e (France)

Jeudi 18 et vendredi 19 octobre 2018 : Faculté des Lettres, UPV/EHU, Paseo de la Universidad, 5, 01006 Vitoria-Gasteiz, Álava (Espagne)

Pré-inscription obligatoire pour la journée du 1er juin auprès de weiss.clement@gmail.com et/ou biblio.ihrf@univ-paris1.fr.

Colloque organisé par la faculté des lettres de l’université du Pays basque (UPV/EHU), l’IHRF-IHMC et le LARHRA.

Contacto/ contact : andoni.artola@ehu.eusweiss.clement@gmail.com

Alors que la poussée électorale inédite en Europe et aux États-Unis de mouvements populistes conservateurs, voire réactionnaires, pose aux sciences sociales le défi de dépasser les assignations simplistes pour décrire le comportement et les aspirations des « oubliés » et des « laissés-pour-compte », cette journée d’étude se présente comme une archéologie des formes de « réaction » populaires et marginales à l’ère des Révolutions atlantiques (ca. 1776-ca. 1848). Il s’agit d’analyser comment se construisent, autour de la défense d’un « ordre ancien » et d’une « tradition » souvent fantasmés, des radicalités politiques nouvelles auxquelles se rallient à la fois des élites déclassées ou menacées et un « petit peuple contre-révolutionnaire » encore introuvable. Continuer la lecture de Colloque « Réactions et royalisme populaires à l’ère des révolutions (1789-1848) », Paris, 1er juin 2018, Vitoria-Gasteiz, 18-19 octobre 2018

Appel à communications : « Mourir en révolutionnaire (XVIIIe-XXe siècle) », Rouen, 26-27 novembre 2019

« Que le peuple soit sauvé, et je fais volontiers le sacrifice de ma vie ». Cette phrase de Dartigoeyte, représentant du peuple montagnard, insérée dans son Opinion (…) sur la défense de Louis Capet, présentée devant la Convention nationale le 3 janvier 1793, combien d’autres révolutionnaires l’ont alors faite leur ? Deux semaines plus tard, l’assassinat de Le Peletier de Saint-Fargeau ouvrait une sinistre liste, celle des membres de cette Assemblée décédés d’une mort non naturelle, exécutés, suicidés, assassinés, morts en mission, morts en prison ou en déportation, tous tombés en raison de leurs engagements politiques. La Convention nationale fut également la première Assemblée législative a créé un temple civique destiné à abriter les restes des « grands hommes », ce Panthéon ouvert en avril 1791 pour accueillir la dépouille de Mirabeau et où Le Peletier entra à son tour le 24 janvier 1793, trois jours après l’exécution du roi détrôné. Si le culte des « grands hommes » possède naturellement des antécédents bien avant 1789, tandis que l’idée de martyre plonge ses racines aussi bien dans l’Antiquité que dans différentes traditions religieuses, la Révolution française inaugurait là une mémoire collective de l’immortalité voulue pour des révolutionnaires décédés au nom de la fière devise « La Liberté ou la mort ». Continuer la lecture de Appel à communications : « Mourir en révolutionnaire (XVIIIe-XXe siècle) », Rouen, 26-27 novembre 2019

Nos membres publient : Samuel Guicheteau, « David, la fabrique du génie »

Tous les Français connaissent les chefs-d’oeuvre de David : Le Serment du Jeu de paume et Le Sacre de Napoléon figurent dans leur musée imaginaire. Ces œuvres néo-classiques font de David le grand peintre – l’artiste génial ? – de la Révolution et de l’Empire. Mais comment être à la fois un compagnon de Robespierre à la Convention et un notable à la cour de Napoléon ? Pourquoi Le Serment du Jeu de paume reste-t-il inachevé ? Et comment devenir un génie ? Continuer la lecture de Nos membres publient : Samuel Guicheteau, « David, la fabrique du génie »