Archives de catégorie : Publications

Vient de paraître : Michel Biard, « 1793, le siège de Lyon. Entre mythes et réalités »

Michel Biard, 1793. Le siège de Lyon. Entre mythes et réalités, Clermont-Ferrand, Lemme Edit, 2013, 120 p., ISBN 978-2-917575-36-9, 17.90 €.

 

Dans l’été 1793, la seconde ville française a été déclarée en état de « rébellion » par la Convention nationale, assiégée et bombardée, avant de céder en octobre. L’histoire du siège a suscité une historiographie souvent partisane, mais aussi un martyrologe entretenu deux siècles durant. Les raisons et le déroulement de la révolte lyonnaise ont également fait naître des controverses durables. 220 ans après les faits, ce livre entend proposer une synthèse claire et dépassionnée d’un moment tragique de la Révolution.

 

Table des matières

Introduction

I- Un double jeu de miroirs déformants

II- Un siège en bonne et due forme ?

III– « Lyon fit la guerre à la Liberté, Lyon n’est plus »

Conclusion

Chronologie

Tableaux

Lieux à visiter

Sources et bibliographie

Parution du nouveau numéro de la LRF (2012-3) : Les comités des assemblées révolutionnaires

ComitésLRF

La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’Histoire de la Révolution française

2012-3. Les comités des assemblées révolutionnaires : des laboratoires de la loi

Guillaume Mazeau : Avant-propos.

Maria Betlem Castella I Pujols : Introduction. Que sait-on aujourd’hui des comités des assemblées parlementaires ?

Serge Aberdam : Note sur le Comité de division et quelques problèmes liés.

Emilie Cadio : Le comité de sûreté générale (1792-1795).

Maria Betlem Castella I Pujols : Métamorphoses d’un comité : le Comité des pétitions et de correspondance sous la Convention nationale.

Alain Cohen : Le Comité des Inspecteurs de la salle : une institution au service de la Convention nationale (1792-1795).

Manuel Covo : Le Comité des colonies. Une institution au service de la « famille coloniale » (1789-1793) ?

Annie Jourdan : La Convention ou l’empire des lois.

Virginie Martin : Le comité diplomatique : l’homicide par décret de la diplomatie (1790-1793) ?

Raphael Mata Duvignau : Le Comité de salut public (6 avril 1793-4 brumaire an IV).

Martine Sin Blima Barru : Le Comité des décrets.

Revue en ligne, intégralement consultable sur le site revues.org : http://lrf.revues.org/index.html

Vient de paraître : Pascal Dupuy (dir.), « La Fête de la Fédération »

FeteFederationPascal Dupuy (dir.), La Fête de la Fédération, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, coll. Les cahiers du GRHIS, 2013, 164 p. ISBN : 9782877755658 ; 18 €

La fête de la Fédération du 14 juillet 1790 ne semble pas révéler de mystère ou d’incertitude, tant les récits qui lui ont été consacrés nous en ont donné une image convenue et répétitive. Depuis plus de deux siècles, publicistes et historiens ont en effet retracé ses origines et son déroulement. On sait qu’elle fut le résultat de « fêtes fédératives » qui ont réuni, depuis l’automne 1789, les gardes nationales de villages et de bourgs souhaitant assurer la sauvegarde des réformes engagées depuis les premiers moments de la Révolution. Devant ces manifestations d’enthousiasme qui touchent une grande partie du territoire national français et afin de mieux les contrôler, les autorités décident d’en prendre la tête en proposant d’organiser le 14 juillet 1790, date anniversaire de la « Prise de la Bastille », une fête de rassemblement des délégués des « fédérations » venus des nouveaux « départements ». C’est-à-dire une cérémonie nationale officielle, à Paris, la nouvelle capitale révolutionnaire du royaume. L’histoire retiendra de cette journée son atmosphère d’union et de fraternité qui lui valut de devenir ultérieurement la fête nationale de la République française.
Pourtant derrière cette belle harmonie de façade, se révèlent des divisions profondes qui vont s’accentuer pendant les années suivantes. Toutes les contributions réunies dans ce volume soulignent cet imbroglio de la fête et du discours qu’on a tenu sur elle. Elles mettent en évidence le caractère superficiellement « fraternel » exaltées par les autorités. Des images au théâtre, en passant par la presse, et même jusque dans sa postérité historiographique et commémorative, la fête de la Fédération de 1790 devient l’enjeu de discours ambigus et contraires que les auteurs de ce recueil mettent avec finesse en évidence.

Table des matières :

Avant-propos

Pascal Dupuy – La fête de la Fédération entre témoignages et histoire ;

Raymonde Monnier – Paris en 1790, une capitale en mouvement ;

Michel Biard – La fédération des ombres. Fête patriotique et théâtres parisiens dans l’été 1790 ;

Éric Wauters – La fête de la Fédération dans la presse : réconciliation nationale ou ligne de fracture ?

Philippe de Carbonnieres – Iconographie de la fête de la Fédération ;

Manon Meron – Les femmes et la fête de la Fédération ;

Rolf Reichardt – « Ici l’on danse ». Les fêtes populaires à la Bastille en juillet 1790 ;

Rémi Dalisson – La célébration de la fête de la Fédération au XIXe siècle. Entre mémoire, subversion et raison (1815-1890) ;

Annie Duprat – La Fédération de 1790, fête patriotique de la Nation française.

 

Parution : « Extrême » ?, sous la direction de Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur et Pierre Serna

Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur et Pierre Serna (dir.), « Extrême » ? Identités partisanes et stigmatisation des gauches en Europe (XVIIIe-XXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2012, 371 p., 18 €. ISBN : 978-2-7535-1799-8.

En inventant la droite et la gauche comme forme de positionnement politique, la Révolution française voit poindre, aux confins d’un échiquier ainsi redéfini dès la fin de 1789, des formes de radicalité qui ont contribué à rendre le débat plus tendu. En même temps que la politique naît une forme d’« extrémisme » à droite comme à gauche, qui se caractérise par une grande attention théorique tout autant que par des pratiques de rupture avec le débat supposé plus calme des assemblées.

Les actes de ce colloque se proposent d’interroger la notion d’« extrême » depuis son apparition dans le débat révolutionnaire jusqu’à ses plus récentes manifestations, en France ou en Italie par exemple, où une gauche radicale a pu se manifester et continue d’exister sous différentes formes.

Ce sont de multiples facettes de cette réalité mouvante qui sont ici proposées et étudiées. Qu’en est-il d’une définition précise de l’« extrême »? Est-ce une posture idéologique revendiquée dans une assemblée représentative? Ou bien, de par sa radicalité, ne peut-elle se déclarer que dans un espace autre, celui de la militance, de la société civile et de l’action sociale? Est-elle une réalité homogène ou bien à son tour traversée de nuances, voire d’oppositions qui la divisent? Ne serait-elle pas plutôt une réalité et un mot imposés par ses détracteurs inquiets ou agressifs, sous la forme d’un stigmate visant à décrédibiliser depuis deux cents ans ceux dont la politique est dite d’« extrême gauche »? « Extrême » devient alors un stigmate qui permet de ranger sous un même mot le terroriste, le partageux, la pétroleuse, ou le militant syndical trop actif. Qu’en est-il des acteurs de cette radicalité de gauche? Qu’en est-il des systèmes de représentations qui, depuis plus de deux cents ans, tentent de la marginaliser au nom d’une politique du bon sens, au nom d’un centre modéré rejetant à sa périphérie celles et ceux qui sont considérés comme des dangers pour l’ordre public et social? Il s’agit ici d’ouvrir des pistes pour inscrire dans l’histoire du politique cette réalité de la gauche « extrême », ces combats d’images, ces luttes de mots, autour d’une pensée et d’une pratique de gauche dont on essaie de savoir si elle est « extrême » parce que décalée par des discours dominants faisant de la modération l’objet de l’ordre politique.

Table des matières : 

Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur, Pierre Serna : Introduction.

Première partie. Mots et concepts.

Philippe Georges : Rousseau et le malheur de l’inégalité : les « funestes hasards » de l’extrême en question.

Déborah Cohen : Des excès du peuple aux excès du parti du peuple : continuités et transferts des représentations.

Alan Forrest : Extrémisme et modération : réactions anglaises à la France révolutionnaire.

Jean-Numa Ducange : Stigmatiser la gauche « extrême », violence et terreur révolutionnaire en Allemagne (1918-1919).

Vincent Chambarlhac, David Hamelin, Jean-Guillaume Lanuque et Georges Ubbiali : Construction et déconstruction d’une catégorie : l’extrême-gauche et ses avatars en France depuis 1989. Pour la revue Dissidences.

Deuxième partie. Groupes et mouvances.

Serge Aberdam : Critiquer la construction de 1793 du point de vue l’humanité souffrante, est-ce nécessairement prendre un parti extrême ?

Françoise Brunel et Jacques Guilhaumou : Extrême, extrêmes : réflexions sur Marx, le côté gauche et les Montagnards.

Vincent Robert : Les banquets montagnards de 1848 sous l’oeil du parti de l’Ordre.

Vincent Chambarlhac : Nommer l’extrême gauche autour de 1937. Topique(s) de l’agrégation trotskiste.

Julien Dohet et Jean Faniel : La gauche « extrême » en Belgique, du Parti libéral à la gauche anticapitaliste.

Troisième partie. Pratiques.

Haim Burstin : L’expérience de la radicalité ou comment devient-on « extrémiste ». Notes à partir des journées parisiennes de 1789.

Lluis Roura i Aulinas : Radicalisme ou « extrême centre » dans le premier libéralisme espagnol.

Jean-Claude Caron : Extrémisme parlementaire et extrémisme politique sous la Restauration.

Christophe Voilliot : Des candidats contre les « extrêmes » : l’action électorale des préfets dans la préparation des élections législatives de 1834.

Hélène Rannou : Le syndicalisme révolutionnaire havrais avant 1914. Pratiques et théorie/violence et stigmatisation.

Quatrième partie. Représentations et discours de rejet.

Pascal Dupuy et Rolf Reichardt : Les figures du « révolutionnaire ». Pour une histoire iconographique comparée des types politiques « extrêmes ».

Yannick Bosc : Thomas Paine et la figure du Girondin comme radical.

Philippe Bourdin : Les mots pour le dire et pour le faire : la dénonciation des extrêmes et la chasse aux Jacobins dans Le Décadaire du Cantal (an III).

Marc Deleplace : Le Directoire entre l’anarchie et la royauté ou comment les extrêmes ne rejoignent-ils finalement pas (1795-1799).

Yvan Combeau : Les limites des extrêmes fixées par les honnêtes gens (mai-juillet 1871).

Hugo Garcia : Rojos. L’image du communisme dans la littérature contre-révolutionnaire espagnole (1918-1939).

Pascal Girard : Une gauche extrême ou une gauche « de l’étranger » ? Représentations et stigmatisation des partis communistes français et italien au début de la guerre froide.

Cinquième partie. Et aujourd’hui ?

Ludivine Bantigny : Penser le pouvoir, prendre le pouvoir. Le centre et la marge dans la culture communiste révolutionnaire (1968-1981).

Silke Mende : La radicalité comme « remède à la maladie sénile » de la société industrielle ? La formation des Verts ouest-allemands entre sentiment de crise et remise en question des catégories idéologiques.

Yannick Beaulieu : L’extrême gauche italienne n’existe pas ! Mise en perspective historique d’une « aire » politique : la Nuova Sinistra (1960-1980).

Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur, Pierre Serna : Conclusion.

Prix Albert Mathiez 2013

Depuis 2002, la Société des études robespierristes décerne un prix récompensant une thèse universitaire, française ou étrangère mais rédigée en langue française, consacrée à la période révolutionnaire. Cette dernière est largement définie selon les termes de ses statuts, c’est-à-dire des années 1770 jusque vers 1815, incluant au sens le plus large les causes et les conséquences de la Révolution.

Ce prix porte le nom d’Albert Mathiez, afin de perpétuer la mémoire et l’enseignement de celui qui fut à la fois l’un des plus grands historiens de la Révolution française et le fondateur de notre Société et de sa revue, les Annales historiques de la Révolution française, respectivement en juin 1907 et janvier 1908.

Les thèses des candidats du prix 2013 devront avoir été soutenues entre le 1er juin 2009 et le 31 décembre 2012. La thèse primée sera publiée sous forme d’ouvrage, dans un délai maximum de deux ans, par les éditions de notre Société. D’ici à la publication des résultats du concours, les candidats devront s’engager à ne pas signer d’autre contrat d’édition.

Renseignements et règlement sont à demander au Secrétariat général de la Société des études robespierristes, 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05, adresse à laquelle les dossiers devront être adressés, avant le 15 janvier 2013, le cachet de la Poste faisant foi.

Tous les membres de notre société, et plus généralement tous ceux qui enseignent l’histoire de la Révolution française ou dirigent des travaux sur cette période, sont invités à faire connaître autour d’eux l’existence de ce prix.

Parution : Les Comités de surveillance, sous la direction de Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot

couverture Comités de surveillance

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot (sous la dir.), Les comités de surveillance. D’une création citoyenne à une institution révolutionnaire, Collection Études révolutionnaires n°13, Paris, Société des études robespierristes, 2012, 248p, 19€. ISBN : 978-2-908327-84-7.

Considérés le plus souvent comme de simples organes de police politique, les comités de surveillance, institués par la loi du 21 mars 1793 et supprimés en partie dès la fin de l’an II, ont longtemps fait figure de parents pauvres dans l’historiographie de la Révolution. Ils bénéficient aujourd’hui d’un renouveau de la recherche qui s’intéresse en particulier aux acteurs, hommes et femmes, aux formes de politisation, aux résistances, dans le cadre d’une Révolution « vue d’en bas ».

Le présent ouvrage rend compte du premier bilan d’étape d’une enquête collective sur les comités, dressé lors de la rencontre tenue à Besançon les 13 et 14 janvier 2011 sur l’initiative de la Société des études robespierristes, avec le soutien de l’IUFM et du Laboratoire des sciences historiques de l’université de Franche-Comté.

Les quinze communications proposent des approfondissements relatifs aux sources et à la méthodologie, des synthèses thématiques, des études de cas régionales et enfin un exemple pris hors de France. Au-delà de caractéristiques communes à tous les comités – dont elles soulignent notamment le rôle dans le processus de politisation des citoyens – elles font apparaître une grande diversité régionale et montrent enfin l’intérêt d’un élargissement international de l’étude.

Table des matières

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, Avant-propos.

Partie 1 Sources et méthodologie

Serge Aberdam, Les deux versions de la loi de mars 1793sur les comités de surveillance,son dédoublement et l’enquête de janvier 1794.

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, Une enquête collective. Questionnaires et base de données.

Danièle Pingué, L’implantation des comités de surveillance en Haute-Saône.Sources et procédures d’enquête.

Jean-Paul Rothiot, Pour une étude chronologique des comités de surveillance.

Philippe Bourdin, Les suspects dans le Puy-de-Dôme et la Creuse.

Partie 2 Synthèses thématiques

Michel Biard, Représentants du peuple en mission et comités de surveillance.

Laurent Brassart, Les comités de surveillance dans le système organisationnel des pouvoirs locaux de l’an II. L’exemple axonais.

Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, Femmes et comités de surveillance.

Partie 3 Exemples régionaux

Annie Crépin, Les comités de surveillance en Seine-et-Marne.

Serge Bianchi, Comités de surveillance : un modèle pour la Seine-et-Oise ?

Samuel Guicheteau et Bruno Hervé, Les comités de surveillance en Loire-Inférieure.

Paul Chopelin, Un cancer politique ? Vies et morts des comités de surveillance de la ville de Lyon (1792-1795).

Vincent Cuvilliers, Les comités de surveillance de Basse-Alsace :l’exemple du comité de surveillance du district de Haguenau (vendémiaire-ventôse an III).

Fanny Panhaleux, Le comité de sûreté générale de Rennes (1er mai-27 juin 1793).Un exemple de comité de département.

Partie 4 Élargissement international

Annie Jourdan, Le Comité de Surveillance générale d’Amsterdam (1795-1798).

NB : ouvrage disponible à partir du mois de mars, en commande dès à présent saur la boutique en ligne de la SER en cliquant ici « boutique »

Etudes-revolutionnaires.org : la boutique en ligne de la SER est ouverte !

Logo SERLa Société des études robespierristes est heureuse d’annoncer l’ouverture de sa boutique en ligne « Etudes révolutionnaires », accessible à l’adresse : http://www.etudes-revolutionnaires.org.

Il est désormais possible de commander en ligne l’ensemble des ouvrages édités par la SER au cours de son histoire. Les Œuvres de Maximilien Robespierre, longtemps épuisées, sont ainsi de nouveau disponibles en impression à la demande livrées dans un délais de 3 à 4 semaines. Dans les prochaines semaines la boutique permettra également aux internautes d’acquérir au format e-book ou en impression à la demande un certain nombre de livres aujourd’hui épuisés.

A propos des thuriféraires de la Restauration : Entretien avec Corinne Legoy

A l’occasion de la publication de la thèse de Corinne Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration, récompensée par le prix Albert Mathiez, nous avons demandé à l’auteur de bien vouloir répondre à quelques questions au sujet de son travail et de son approche.

Il s’agit du premier entretien que publie la SER sur son site internet. Au-delà de notre volonté d’attirer l’attention sur les ouvrages que nous publions et de leur assurer une meilleure diffusion, nous souhaitons aussi que cet espace accueille progressivement les remarques, les réflexions, les observations des chercheurs spécialistes de la Révolution française et de l’Empire, dans une forme plus libre, plus flexible et plus réactive que le format papier. Que Corinne Legoy, qui a accepté de se prêter à l’exercice, soit ici remerciée.

 

Pourriez-vous, s’il vous plait, revenir brièvement sur votre parcours universitaire ?

Corinne Legoy : J’ai accompli, depuis la maîtrise, mon parcours universitaire sous la direction d’Alain Corbin à l’Université de Paris I. Ma maîtrise, soutenue en 1992, portait déjà sur la Restauration et avait pour objet la représentation du souverain médiéval sur les scènes parisiennes. J’ai ensuite passé l’agrégation en 1995, avant de commencer ma thèse sur l’éloge du pouvoir sous la Restauration en 1997. Je l’ai soutenue en 2004.

Je suis aujourd’hui maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université d’Orléans.

 

Quelle fut la genèse de votre travail sur les poètes de la Restauration, quel en fut le point de départ et quels sont les principaux résultats ?

C.L : L’idée de ce travail est venue d’un double constat, frappant à mes yeux : d’une part, l’indifférence assez large de l’historiographie à l’égard de toutes les formes d’adhésion politique, qu’elles soient gestes de soutien ou – ce qui allait devenir mon objet – écritures de célébration du pouvoir ; d’autre part, la présence d’un corpus massif de poésies d’éloge, aussi bien à la bibliothèque nationale que dans les archives, pour toute la période de la Restauration. Ce constat, conjugué à l’envie de poursuivre l’exploration, entamée en maîtrise, des liens entre histoire et littérature, est à l’origine de mon travail.

L’une des conclusions les moins attendues réside dans ce que les auteurs d’éloge ne sont pas tous des auteurs intéressés, avides de se voir pensionnés par le pouvoir et résolus à le célébrer aveuglément. Pour beaucoup, cette pratique est un engagement, une prise de parole politique enthousiaste liée à un événement. Elle s’inscrit donc bien davantage dans l’éclosion de la parole publique ouverte par la Révolution que dans le registre de la servilité.

D’autres conclusions – ou d’autres pistes – se sont dessinées également au terme de ma thèse : l’importance d’une attention précise aux textes, aussi dépréciés soient-ils, aussi convenus semblent-ils. Dans le cas des éloges du premier XIXème siècle en effet, elle nous montre combien ils sont une parole complexe, en tension entre la célébration et le combat politique, porteuse du traumatisme révolutionnaire autant que marquée par ses héritages. Une autre piste est l’importance de la pratique poétique dans la France du XIXème siècle, pratique au cœur de l’expression politique, mais également de l’éducation, des rituels sociaux et des usages intimes.

 

La sociologie des auteurs des éloges que vous étudiez rejoint-elle celle des nombreux plumitifs qui ont profité de la Révolution (élus et administrateurs nationaux et locaux, enseignants, etc.) ?

C.L : En fait, et c’est une autre conclusion intéressante, pas exactement. Certes, on retrouve bien parmi les auteurs d’éloge certains personnages qui ont pu « profiter » de la Révolution ou, en tout cas, voir leur carrière en bénéficier. Je pense ainsi, effectivement, à certains administrateurs, mais surtout aux chansonniers les plus fameux, qui rimèrent avec profit autant sous l’Empire que sous la Restauration.

Néanmoins, il ne faudrait pas associer l’essentiel des auteurs d’éloges à ces girouettes habiles : beaucoup ont souffert de la Révolution, ont vu leur carrière interrompue ou bouleversée, certains appartiennent à la bohème, parfois la plus misérable, de leur temps et d’autres ne songèrent jamais à profiter du pouvoir en le célébrant.

 

Comment les auteurs des éloges ont-ils été nourris de la Révolution : sont-ils d’une génération qui l’a directement vécue ? Entretiennent-ils des rapports de fascination ou de répulsion ?

C.L : Tous les auteurs d’éloge n’ont pas vécu directement la Révolution. On peut distinguer, en effet, au sein de ce groupe, trois générations principales : des hommes déjà mûrs en 1789, imprégnés des préceptes des collèges d’Ancien Régime, contemporains des Lumières qu’ils ont parfois combattues, mais dont ils ont bien davantage hérité – en particulier dans le creuset académique ; des hommes nés dans la décennie 1770, qui sont donc entrés à l’âge d’homme dans la Révolution et qui ont forgé, il faut le souligner, leur culture autant dans le combat contre-révolutionnaire que dans le combat révolutionnaire ; des hommes, enfin, nés dans les décennies 1790-1800, imprégnés pour beaucoup par un désaveu de la Révolution qui fit dire à Hugo : « j’avais dans l’esprit cette sorte d’effroi permanent de 1793 que les écrivains monarchistes ont réussi à créer ».

Cette diversité des parcours, des engagements et des formations fut, d’ailleurs, une autre des surprises de la thèse : on compte en effet parmi les thuriféraires de la Restauration autant d’anciens émigrés, d’adversaires convaincus de la Révolution, que d’anciens patriotes, ou d’ex-partisans des montagnards.

 

Quelles sont les images de la royauté et de ses titulaires qu’ils cherchent à faire passer ?

C.L : Il faut dire d’emblée que le discours produit sur la royauté par tous ces éloges n’est pas univoque et qu’il n’y a donc pas une seule image, invariable, de la royauté et du prince dans ces textes. Ce qui les unit tous, en revanche, c’est une même volonté – et une même gageure : rendre à la royauté son intangible légitimité par-delà la déchirure révolutionnaire, recomposer une figure de prince parfait par-delà son irrémédiable désacralisation.

C’est ainsi qu’il est possible de lire dans ces textes quelques images récurrentes et dominantes, qui dessinent un portrait du prince rêvé par ces hommes : ainsi de la figure d’un roi de paix, célébrée contre la figure conquérante – diabolisée – de Napoléon Bonaparte ; ainsi, également, de la valorisation d’un pouvoir sensible, charitable et juste, fortement liée – dans les premiers temps de la Restauration – à l’impératif de réconciliation nationale. Mais les variations autour des ces vertus majeures sont importantes – Louis et Charles X ne cristallisent pas les mêmes images, de même que le duc d’Angoulême et le duc de Berry convoquent des représentations sensiblement différentes.

 

Quels sont les supports d’édition qu’ils privilégient d’ordinaire : journaux, almanachs, etc. ? Et quel est leur public ?

C.L : Une remarque préalable s’impose : tous ces éloges n’ont pas été publiés et un grand nombre d’entre eux sont uniquement des textes manuscrits qui ont été adressés directement au pouvoir, ou aux différentes instances de l’Etat monarchique.

Parmi ceux qui ont été publiés, la forme la plus fréquente est celle de la petite plaquette, in-8° ou in-4°, de deux ou trois pages, coûtant entre 25 centimes et 1,5frs, les plus chères – atteignant une dizaine, voire une vingtaine de pages, pouvant coûter jusqu’à 3frs.

Ils sont également publiés dans des chansonniers et des recueils de pièces de vers, qui paraissent régulièrement, en particulier lors des temps forts de la vie monarchique (fêtes royales, par exemple).

Ce relais éditorial est cependant loin d’être le seul. Il faut également, en effet, mentionner la presse qui ouvre largement ses colonnes aux poésies d’éloge – selon sa coloration politique. A cela, il faut également ajouter les formes orales de diffusions de ces textes lors des festivités royales, lors des réunions de sociétés savantes, chantantes ou bachiques,  dans les cercles politiques ou lors des lectures de salon également.

 

Quels sont les auteurs réputés qui ont usé de l’éloge ? Ont-ils été des modèles pour les autres ?

C.L : Deux noms sont à mentionner – parmi les 583 auteurs de poésies d’éloge de la Restauration ! : Alphonse de Lamartine, auteur en 1820 d’une ode sur la naissance du duc de Bordeaux et, en 1825, d’un « Chant du sacre » en l’honneur de Charles X, texte qu’il qualifia lui-même dans une lettre à Vigny « d’horreur des horreurs poétiques » ; et Victor Hugo, surtout, véritable chantre des Bourbons restaurés, qui le pensionnèrent.

Il est difficile d’en faire des modèles pour les autres auteurs, dans la mesure où l’époque est marquée par le clivage classicisme-romantisme qui conduit certains auteurs à voir en Victor Hugo un véritable contre-modèle.

 

En quoi finalement l’histoire culturelle peut-elle renouveler notre compréhension du champ politique ?

C.L : Je dois avouer que le cloisonnement des champs – entre le « politique » d’une part et le « culturel » de l’autre –  me semble difficile et tout particulièrement dans le cadre des monarchies censitaires où la restriction du cercle des votants conduit à une sorte d’épanchement de l’expression politique hors de son cadre usuel – à savoir au théâtre, dans la littérature ou la poésie, mais aussi, et c’est ce qu’a montré Emmanuel Fureix par exemple, lors des enterrements. Il est donc essentiel pour l’historien de s’attacher à toutes ces dilutions du politique, à toutes ces pratiques culturelles qui témoignent d’engagements, de tensions ou d’embrasements collectifs, de traumatismes mémoriels.

* * *

Corinne Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration, préface d’Alain Corbin, Société des études robespierristes, Paris, 2010, 252p. + cd-rom, 25€, ISBN : 978-2-908327-70-0

Pour commander l’ouvrage, veuillez adresser un courrier électronique au responsable des publications de la SER, Jean-Paul Rothiot : jp.cl.rothiot@orange.fr.

Publication : La Révolution française au miroir des recherches actuelles, sous la direction de CyrilTriolaire

couverture Triolaire

Ce livre fait l’objet d’une offre de souscription jusqu’au 4 novembre 2011 (voir plus bas)

Le présent ouvrage, qui prouve la vitalité des recherches sur la Révolution française, offre une galerie de portraits inédits des figures du quotidien (le journaliste, le citoyen-patriote ou l’homme d’église) dont l’histoire s’écrit en réinterrogeant la complexité des parcours. L’histoire institutionnelle et administrative ainsi que l’histoire des pratiques politiques y trouvent parfaitement leur place à la lumière d’études inédites sur les rouages du système du gouvernement révolutionnaire, sur les structures, les représentants et les agents du pouvoir à l’échelon local, les rapports entre le centre et ses périphéries à travers une vision renouvelée des faux-semblants du jacobinisme. Ainsi réinvesti, l’espace public du débat (des assemblées électives, des clubs et même des théâtres) témoigne des processus de politisation et de formation des opinions publiques, du modelage des imaginaires individuels et collectifs par les mots et les images. Les conditions matérielles de l’acculturation encouragent enfin à revisiter les temps de l’économie, à en relire les visions déclinistes pour mieux saisir les transformations alors engagées.

ISBN : 978-2-908327-71-7    Code SODIS : F30808.5    Prix public : 19,90€

 

Table des matières

Cyril TRIOLAIRE, Introduction. La Révolution française au miroir des recherches actuelles.

Partie 1. Des hommes en Révolution

Pierre-Hermann MUGNIER, Le journalisme, l’autre carrière de Tallien.

Aurélie REBOISSON, Jacques-Antoine-Dulaure, journaliste et acteur girondin de la Révolution (1791-1793).

Floréal HÉMERY, Antiquité et idée républicaine chez Bertrand Barère.

Guillaume MAZEAU, Révolution et engagement politique : l’incroyable destin de Drouet de Varennes (1763-1824).

Laurent BORNE, D’encre et de sermons. Le ministère clandestin d’un Chartreux en Révolution.

Partie 2. Les formes du pouvoir

Raphaël MATTA-DUVIGNAU, Le Comité de salut public (6 avril 1793-4 brumaire an IV) : une forme singulière d’exercice du pouvoir.

Gaïd ANDRO, Le procureur général syndic ou l’invention d’une fonction administrative dans le processus révolutionnaire.

Isabelle ANTUNES, Les districts normands et la question des subsistances : un relais important.

Jean-Numa DUCANGE, La Révolution française : un modèle politique pour la gauche allemande (1889-1914) ?

Partie 3. La vie politique locale

Laurent BRASSART, L’échec local du gouvernement révolutionnaire : les faux-semblants de la centralité révolutionnaire en l’an II.

Pierre BELDA, La municipalité lyonnaise face aux corps administratifs de Rhône-et-Loire (1790-1792).

Maxime KACI, Les circulations nationales des mots d’ordre et leurs effets locaux entre 1791 et 1793 : un itinéraire de recherche.

Alain MASSALSKY, Systèmes électoraux représentatifs et communautaires dans la politisation des citoyens des Hautes-Pyrénées (1790-1799).

Partie 4. La formation de l’opinion

Jean SALVAT, Entre poésie et politique : l’Almanach des Muses face à l’opinion publique (1774-1794).

Anne QUENNEDEY, Le talent oratoire est-il un danger pour la liberté ? La controverse sur l’éloquence dans le discours de Saint-Just du 9 thermidor an II.

Guillaume COLOT, Former l’opinion des Catholiques sous le Directoire : Les Annales de la religion et Les Annales catholiques.

Cyril TRIOLAIRE, La “programmation théâtrale napoléonienne” sur les scènes des départements : une propagande pleine et réussie ?

Partie 5. Économie et société

Fabrice PERRON, Le Directoire, période de crise économique ou de mutations ? L’exemple des cantons des “anciens” districts de Reims, Châlons et Épernay.

Samuel GUICHETEAU, Révolution française et industrialisation. L’industrie et les ouvriers nantais de la fin du XVIIIe siècle au miroir des recherches actuelles.

Karine AUDRAN, L’économie maritime en guerre : bilan historiographique et nouvelles pistes de réflexion. Le cas de Saint-Malo sous la Révolution et l’Empire.

 

SOUSCRIPTION

L’ouvrage est en souscription jusqu’au 4 novembre 2011 au prix exceptionnel de 16 euros franc de port. Pour bénéficier de ce tarif, merci de remplir le bulletin de souscription (téléchargeable ci-dessous) et de le renvoyer accompagné de votre règlement à l’adresse indiquée.

Bulletin de souscription : La Révolution française au miroir des recherches.