Archives de catégorie : Publications

Nos membres publient : Richard Flamein, « La société fluide »

Richard Flamein, La société fluide. Une histoire des mobilités sociales (XVIIe-XIXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2018, 354 p. ISBN : 978-2-7535-7451-9 ; 26 €

Préface de Michel Biard.

Classes mouvantes, classes inquiétantes, pourrait-on dire. Les mobilités sociales n’ont jamais été véritablement un objet historiographique, celles d’Ancien Régime en particulier, volontiers tenues pour inexistantes. Il est vrai que la société dite d’ordres a longtemps servi de contre-modèle, pour ne pas dire de repoussoir, consacrant, dans les sociétés démocratiques, des dynamiques parfois plus supposées que réelles.
« La société d’ordres d’Ancien Régime ne connaît guère les mobilités
sociales », « le capitalisme dynastique français souffre de la rigidité de ses structures », « le marchand du XVIIIe siècle n’aspire qu’à quitter son état par l’anoblissement de sa lignée », voilà quelques lieux communs mis à mal par le présent livre. Continuer la lecture de Nos membres publient : Richard Flamein, « La société fluide »

Vient de paraître : « Déportations et exils des Conventionnels »

François Antoine, Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers et Côme Simien (dir.), Déportations et exils des Conventionnels, Paris, Société des études robespierristes, Collection études révolutionnaires, n° 19, 2018, 264 pages, 20 euros, ISBN 978-2-908327-97-7.

Publié avec le soutien du CHEC.

Au fil des recompositions politiques, nombre de Conventionnels ont connu l’exil politique, qu’il soit intérieur (discrétion et effacement de la scène publique étant gages de survie) ou ait conduit à émigrer. Le mouvement le plus massif est provoqué par la loi d’amnistie du 12 janvier 1816, par laquelle Louis XVIII protège « tous ceux qui, directement ou indirectement, ont pris part à la rébellion et l’usurpation de Napoléon Bonaparte, sauf les exceptions ci-après. ». Parmi ces dernières figurent les représentants du peuple favorables à la peine de mort contre Louis XVI et ralliés aux Cent Jours. Ils sont tenus de quitter la France avant un délai d’un mois, perdant au passage leurs droits et biens. Plus de 80% des Conventionnels encore vivants en sont frappés, au nom d’un « crime » jugé inexpiable.

Cent soixante-dix anciens représentants du peuple sont jetés sur les routes, bien que la loi qui les contraint soit appliquée avec un degré de précision variable. Prenant en compte les émigrations successives des Conventionnels, le présent ouvrage, fruit d’un colloque symboliquement tenu à Bruxelles en 2016, propose des réflexions sur les itinéraires des proscrits, leur vie en exil, mais aussi la mémoire et les Mémoires de ce temps passé loin de Paris, voire au-delà des frontières, pour certains jusqu’à la mort, ou jusqu’à ce qu’une nouvelle révolution, en 1830, leur apporte la possibilité d’un retour en France.

Introduction par M. BIARD, Ph. BOURDIN, H. LEUWERS

Partie 1. Bruxelles, capitale de l’exil ?

Bettina FREDERKING – Qu’est-ce qu’un « Conventionnel « régicide » ? La construction d’une catégorie dans la presse catholique sous la Restauration

Maïté BOUYSSY – Barère, exilé exemplaire

Wim LEMMENS. Amor patriae. Immortaliser les fléaux de France : Jacques-Louis David à Bruxelles

Bernard DANDOIS – Filippo Buonarroti et les Conventionnels en exil à Bruxelles

François ANTOINE – Les liens entre les spéculations sur les biens nationaux en Belgique et les Conventionnels exilés

Partie 2. Itinéraires d’exil

Philippe BOURDIN. Jacques-Antoine Dulaure, de la Gironde à la Suisse

Gonzague ESINOSSA-DASSONNEVILLE – Pierre-Anselme Garrau, l’ermite d’outre-rhin

Hervé LEUWERS – La fierté d’être « martyr » (1815-1830). La gloire de l’exil selon l’ancien Conventionnel Merlin de Douai

Gaïd ANDRO – L’itinéraire de l’exil : entre dépolitisation et implicite révolutionnaire. Le Conventionnel Joseph Le Maillaud de Locminé à Alost

Karine RANCE – « Ils nous parlent de regrets » : Marc-antoine Baudot en exil et l’affrontement de deux visions du monde

Jacqueline LALOUETTE – Le premier exil de Carnot : entre incertitudes et ignorances

Nicola TODOROV – Carnot à Magdebourg

Partie 3. Exils intérieurs, exils en famille

Anne JOLLET – « Est-ce être exilé que de demeurer ? Où commence, où finit l’exil ? »

Côme SIMIEN – Les trois montagnes du Conventionnel Gaston : à propos de l’exil intérieur des anciens députes de la Révolution

Mette HARDER – Survivre en milleu hostile ? Les relations entre les députés exilés en Guyane, an III-VIII

Partie 4. Mémoires de l’exil

Jean-Paul ROTHIOT – Le contexte de la loi du 12 janvier 1816 et son application

Jean-Paul ROTHIOT – L’exil interrompu des régicides, « rappelés » en 1818

Michel BIARD – Tourne, tourne, la « Lanterne magique de 1793 »

Ouvrage disponible dans notre boutique en ligne

Publication en ligne des actes de la journée d’études « Reconversions et migrations professionnelles », co-organisée par la SER

Ce dossier thématique de la revue Siècles croise histoire sociale et histoire culturelle pour mesurer les effets de la Révolution française sur les carrières des comédiens, musiciens et chanteurs. Il interroge la notion de « reconversion sociale », phénomène qui n’est nullement propre à la décennie considérée, pour en mesurer les dimensions dans un moment de fort bouleversement politique et de mutation accélérée des hiérarchies sociales. Cette mesure repose sur des échelles différentes : chœurs et musique subventionnés comme la Chapelle du Roi, maîtrises assurant traditionnellement la promotion des enfants du Tiers état, troupes de théâtre en place à Nantes, Montpellier ou dans les théâtres du Nord, vedettes des salles parisiennes, auteurs du répertoire. Quelles sont les promotions et quels sont les déclassements induits par les années 1790, sur quels critères et à quel rythme ?

Sous la direction de Philippe Bourdin, Stéphane Gomis et Cyril Triolaire

Lire en ligne

Nos membres publient : Marc Belissa et Yannick Bosc, « Le Directoire, la république sans la démocratie »

Marc Belissa, Yannick Bosc, Le Directoire. La république sans la démocratie, Paris, La Fabrique, 2018, 304 p. ; 15 €

 Quelle est donc cette « tyrannie » dont les artisans du Directoire, après Thermidor, voulaient débarrasser la France ? À en croire Boissy d’Anglas, qui rédige la Constitution de l’an III, c’est celle des assemblées primaires, livrées au suffrage universel, où le peuple est « constamment délibérant ». Étrange « dictature », remarquent Yannick Bosc et Marc Belissa, que celle qui favorise la délibération des citoyens, organise l’opposition et autorise les insurrections…

À l’encontre du récit qui fait de la période du Directoire celle du « retour à la normale », les auteurs de ce livre y voient surtout la répression des éléments les plus subversifs de la Révolution : où les Droits de l’homme, rangés au placard des principes abstraits, s’effacent devant le droit des propriétaires ; où l’on décapite l’opposition dans le procès de Babeuf et des « Égaux » ; où l’on confisque la souveraineté populaire dans la confidence des assemblées censitaires ; où les intrigues – et l’armée – demeurent les seuls instruments de régulation politique. Continuer la lecture de Nos membres publient : Marc Belissa et Yannick Bosc, « Le Directoire, la république sans la démocratie »

Nos membres publient : Paul Chopelin et alii, « Heurs et malheurs de Louis XVII. Arrêt sur images »

« Heurs et malheurs de Louis XVII. Arrêt sur images », Gand, Snoeck, 2018, 95 p. 20 €

Résumé

Mort en 1795, à l’âge de 10 ans, dans la prison du Temple, Louis XVII n’a régné que nominalement sur la France. Si la destinée tragique du fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette a longtemps stimulé l’imagination des amateurs de mystères historiques, elle a aussi inspiré de très nombreux artistes entre la fin du XVIIIe et le début du XXe siècle. Aux premiers chantres de la royauté meurtrie, succèdent, à partir des années 1830, les peintres romantiques, attirés avant tout par la dimension spectaculaire de ce huis-clos carcéral. Dans toute l’Europe, la captivité de Louis XVII, érigée en archétype pictural de l’innocence corrompue, est peinte, gravée et sculptée. Si certaines œuvres font scandale, à l’instar du Capet lève-toi ! d’Émile Mascré, refusé au Salon de 1838, le sujet devient peu à peu un lieu commun de l’iconographie historique de la Révolution française. Il trouve naturellement sa place au musée Grévin, tandis que pièces de théâtre et films viennent animer les souffrances du jeune captif pour un public avide d’émotions fortes. Réunissant une soixantaine d’œuvres, cet ouvrage revient sur les différentes étapes de la constitution de cet archétype iconographique, des premières images produites sous la Révolution à l’entrée dans la culture de masse au cours du XXe siècle. Continuer la lecture de Nos membres publient : Paul Chopelin et alii, « Heurs et malheurs de Louis XVII. Arrêt sur images »

Nos membres publient : Samuel Guicheteau, « David, la fabrique du génie »

Tous les Français connaissent les chefs-d’oeuvre de David : Le Serment du Jeu de paume et Le Sacre de Napoléon figurent dans leur musée imaginaire. Ces œuvres néo-classiques font de David le grand peintre – l’artiste génial ? – de la Révolution et de l’Empire. Mais comment être à la fois un compagnon de Robespierre à la Convention et un notable à la cour de Napoléon ? Pourquoi Le Serment du Jeu de paume reste-t-il inachevé ? Et comment devenir un génie ? Continuer la lecture de Nos membres publient : Samuel Guicheteau, « David, la fabrique du génie »

Nos membres publient : Timothy Tackett, « Anatomie de la Terreur »

Anatomie de la Terreur
Le processus révolutionnaire (1787-1793)

Timothy Tackett

Trad. Serge Chassagne, Editions du Seuil, coll. L’Univers historique, 2018, 480 p., 26 €

Comment l’élan démocratique de 1789 a-t-il pu donner naissance à la violence terroriste de 1793 ? Cette question obsédait déjà les contemporains, qui y voyaient non seulement un défi politique et une épreuve morale mais aussi un scandale logique. « Ce qui sera à jamais incompréhensible, c’est le contraste inouï de nos principes et de nos folies », écrit le révolutionnaire Dominique Garat dès 1795. Face à cette contradiction, les historiens se séparent généralement en deux camps : certains accusent la Terreur au nom de la continuité idéologique entre 1789 et 1793, d’autres l’excusent au nom des circonstances. Timothy Tackett n’instruit pas le procès de la Révolution, il décrit le processus révolutionnaire. Continuer la lecture de Nos membres publient : Timothy Tackett, « Anatomie de la Terreur »

Nos membres publient : Michel Biard, Jean-Numa Ducange et Jean-Yves Frétigné (dir.), « Centralisation et fédéralisme »

Centralisation et fédéralisme

Les modèles et leur circulation dans l’espace européen francophone, germanophone et italophone

Coordination éditoriale de Michel BiardJean-Numa DucangeJean-Yves Frétigné

A l’aube du XXIe siècle, la question de l’organisation des pouvoirs et du fil conducteur entre ces pouvoirs possède toujours une grande acuité, certains pays européens ayant choisi des voies menant vers une organisation de type fédéral, d’autres ayant privilégié un modèle plus centralisé, sans pour autant que deux « modèles » s’opposent de manière manichéenne. Dans la plupart des cas, ces structures étatiques font encore l’objet de débats, voire de controverses, et la centralisation est souvent évoquée en association avec son antonyme, la décentralisation, voire avec le fédéralisme. Continuer la lecture de Nos membres publient : Michel Biard, Jean-Numa Ducange et Jean-Yves Frétigné (dir.), « Centralisation et fédéralisme »

En librairie : Walter Markov, « Jacques Roux, le curé rouge »

Né en Charente (1752) dans une famille nombreuse, Jacques Roux deviendra prêtre – seul moyen d’éducation pour les pauvres – et vicaire de Saint-Nicolas-des-Champs, section des Gravilliers. Il rallie le clergé constitutionnel en 1791, et devient ce que l’on appellera un « curé rouge ». Nommé commissaire chargé d’assister à l’exécution de Louis XVI, il fréquente le club des Cordeliers, qui approuve une adresse lue à la Convention le 25 juin 1793 : le « Manifeste des Enragés ».  Trois jours après le meurtre de Marat, qu’il a connu et hébergé, Roux publie la suite d’un de ses journaux, Le Publiciste de la République. Il y affirme : « Les productions de la terre […] appartiennent à tous les hommes. » Marx le considèrera comme l’un des précurseurs du communisme.  Continuer la lecture de En librairie : Walter Markov, « Jacques Roux, le curé rouge »

Nos membres publient : Paul Chopelin (dir.), « Gouverner une Eglise en Révolution »

Paul CHOPELIN (dir.), Gouverner une Eglise en Révolution. Histoire et mémoires de l’épiscopat constitutionnel, Lyon, LARHRA-Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, n° 31, 2017, 316 p. ISBN : 979-10-91592-16-1 ; 22 €

« Intrus », « apostats », « schismatiques »… Les qualificatifs dépréciatifs n’ont guère manqué sous la plume des historiens catholiques du XIXe siècle pour décrire l’action des évêques constitutionnels, institués par l’Assemblée nationale constituante en 1790 pour prendre la tête de l’Église de France « régénérée ». Catholiques révolutionnaires, fervents républicains pour certains, cet engagement politique leur a été sévèrement reproché après la signature du Concordat de 1801, donnant naissance à une véritable légende noire. Dans le même temps, l’historiographie républicaine a longtemps occulté leur rôle politique en raison de leur état ecclésiastique, jugé incompatible avec la défense des idéaux révolutionnaires. Seule la figure du célèbre évêque de Blois, Henri Grégoire, panthéonisé en 1989, réussit à émerger et retient régulièrement l’attention des chercheurs depuis ces trois dernières décennies. Continuer la lecture de Nos membres publient : Paul Chopelin (dir.), « Gouverner une Eglise en Révolution »