Archives de catégorie : Non classé

Pour une rue Robespierre à Paris

détournement plaque rue Robespierre Un nouvel appel en faveur d’une rue Robespierre dans la capitale a été lancé à l’initiative des élus PCF et PG du Conseil Municipal de Paris et publiée dans le journal L’Humanité mercredi 14 juin 2011.

Pour une rue Robespierre à Paris

Grâce à la préemption de l’Etat lors de la mise en vente aux enchères du 18 mai dernier, les manuscrits de Robespierre et Le Bas rejoindront les collections des Archives nationales. La souscription lancée à l’initiative de la Société des études robespierristes et l’Institut d’Histoire de la Révolution française, ainsi que la mobilisation d’historiens et d’élus de sensibilités diverses, ont contribué à ce que ce précieux patrimoine ne soit pas dispersé. Pendant les semaines qui ont précédé la préemption, ce sont des milliers de citoyens qui ont souhaité témoigner leur attachement à la figure de « l’Incorruptible » par un versement à la souscription (plus de 120 000 euros en tout) ; nombreux sont ceux également qui, signalant par un bref mot n’avoir aucune sympathie particulière à l’égard du personnage, trouvaient scandaleux qu’une figure majeure de l’histoire de France puisse être ainsi oubliée.

Et pourtant, malgré sa place éminente dans le patrimoine républicain et ses interventions sur de nombreux sujets qui restent d’une constante actualité pour notre démocratie (notamment la défense des indigents et celle des valeurs d’intégrité et d’égalité), aucun nom de rue n’est donné à Robespierre à Paris, dont il fut pourtant un des députés les plus célèbres. Robespierre, figure trop « controversée » ? Paris ne manque pas de rues aux noms divers et variés non moins controversés, que personne d’ailleurs ne songerait à remettre en cause aujourd’hui.

C’est la raison pour laquelle il est enfin temps que le Conseil de Paris lors de sa prochaine session donne un nom de rue ou de place à Robespierre dans la capitale française.

 

SIGNATAIRES :

Sylvie Aprile, Professeure (Université de Lille), Présidente de la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle

Michel Biard, Professeur (Université de Rouen), Président de la Société des études robespierristes

Philippe Bourdin, Professeur (Université de Clermont-Ferrand)

Ian Brossat, Conseiller de Paris (PCF), Président du groupe communiste et élus du Parti de gauche

Gilles Candar, Professeur en classes préparatoires (Le Mans), Président de la Société d’études jaurésiennes

Alexis Corbière, Conseiller de Paris (PG), Premier adjoint du 12e arrondissement

Jean-Numa Ducange, Maître de conférences (Université de Rouen)

Florence Gauthier, Maître de conférences (Paris VII)

Hervé Leuwers, Professeur (Université de Lille), Directeur des Annales historiques de la Révolution française

Pierre Serna, Professeur (Université de Paris I), Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française

Jean-Marc Schiappa, historien, Président de l’Institut de Recherches et d’Études de la Libre Pensée

Danielle Simonnet, Conseillère de Paris (PG) du 20e arrondissement

Manuscrits de Robespierre aux enchères : appel de la SER pour une souscription publique

Chers amis,

Vous avez peut-être appris par la presse la mise en vente aux enchères de quelque 150 pages de manuscrits de Robespierre, par Sotheby’s France, le 18 mai. Il s’agit d’un dossier qui avait été mis à l’abri par la famille du conventionnel Lebas, après son suicide, et qui réapparaît deux siècles plus tard. Il est évident que la place de ces papiers serait une collection publique et qu’ils ne doivent pas être dispersés chez des collectionneurs privés.

Il s’agit, au sens propre, d’un patrimoine national.

La Société des études robespierristes avait d’abord décidé d’observer la confidentialité nécessaire, pour éviter les manœuvres haussières susceptibles de faire échouer une décision de préemption publique (qui, il faut le rappeler, est toujours définie par le comptable public, avec une enveloppe préétablie). Son président, Philippe Bourdin, a donc adressé une série de lettres aux deux institutions susceptibles d’acheter, la Bibliothèque Nationale de France et les Archives Nationales. Il semble que la première ait décidé de renvoyer la balle à la seconde, qui observe un profond silence. Dans ces conditions, une lettre signée par une série d’historiens d’orientations très diverses a été adressée aux deux ministres concernés pour leur signaler la gravité de la chose.

Dans le même temps, Pierre Serna (Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française) a signalé dans une tribune publiée dans Le Monde le danger que représente cette vente aux enchères (http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/03/il-faut-sauver-robespierre_1516206_3232.html) et un des ministres concernés a été joint, avec la semi réponse du “pas au courant” qui est une façon de se dédouaner. En d’autres termes, la situation commence un peu à évoluer.

À ce stade, les délais restants rendent impossible tout retard supplémentaire : la vente a lieu le 18 mai. Nous pouvons, dans le cadre de nos statuts, en nous associant à d’autres acteurs qui en ont la possibilité juridique ou non, individus ou associations, collectivités locales, etc., rendre possible une souscription publique, complémentaire à l’action d’état.

Dans ce cadre, nous vous proposons de nous adresser de toute urgence des chèques, établis par vous ou par des personnes de votre connaissance à l’ordre de la Société des études robespierristes, mention “Pour les manuscrits de Robespierre” et adressés à notre Société, au 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05.

Si l’opération se concrétise, ces chèques, dans la limite de 20 % du revenu imposable, permettront aux souscripteurs de recevoir un reçu dont ils pourront directement faire déduire 66,66 % de leur impôt sur le revenu de 2011. Si notre contribution à l’achat n’a finalement pas lieu, nous détruirons et/ou renverrons évidemment ces chèques aux souscripteurs.

Bien cordialement

Pour la Société des études robespierristes,

Philippe Bourdin, président, Serge Aberdam, secrétaire général, Cyril Triolaire, trésorier.