Archives de catégorie : Non classé

En librairie : “Robespierre, portraits croisés”, sous la direction de Michel Biard et Philippe Bourdin.

CouvRobespierreArmandColinMichel Biard et Philippe Bourdin (dir.), Robespierre. Portraits croisés, Armand Colin, coll. Essais, 2012, 288 p. 24,50 € ; ISBN : 978-2-200-27771-0

Résumé de l’éditeur :

Le nom de Robespierre est indissociablement lié à la Révolution française et à la Terreur, et résonne d’abord comme un symbole très controversé. Derrière l’image commune, qui réduit l’homme et son action à une simple caricature, quelles furent véritablement ses positions sur les grandes questions de son temps ? Cette approche originale à plusieurs voix, rédigée par un groupe de spécialistes internationaux, décrypte et fait revivre ainsi un homme de conviction, complexe et secret.

 

Présentation de l’ouvrage par Michel Biard à la librairie La Galerne (22 janvier 2013) : 

Table des matières :

Michel Biard et Philippe Bourdin, Robespierre en questions.

Hervé Leuwers (Professeur à l’Université Lille 3, IRHiS), Un avocat entre le Palais et l’espace public.

Claude Mazauric  (Professeur émérite à l’Université de Rouen, GRHis), Maximilien Robespierre dans l’ombre vivante de Jean-Jacques Rousseau.

Peter McPhee (Professeur à l’Université de Melbourne), La jeunesse de Maximilien Robespierre et ses attitudes envers la famille pendant la Révolution.

Jean-Pierre Gross (Docteur en Histoire), Robespierre, militant des droits de l’homme et du citoyen.

Jean Bart (Professeur émérite à l’Université de Bourgogne), Robespierre et l’abolition du “meurtre juridique”.

Bernard Gainot (Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHRF), Robespierre et la question coloniale.

Marc Belissa (Maître de conférences à l’Université Paris Ouest, CHISCO), Robespierre et la guerre.

Philippe Bourdin (Professeur à l’Université de Clermont-Ferrand, CHEC), L’éducation selon Robespierre.

Paul Chopelin (Maître de conférences à l’Université Lyon 3, LARHRA), Le mythe du « grand prêtre » de la Révolution. Robespierre, la religion et l’Être Suprême.

Jean-Pierre Jessenne (Professeur émérite à l’Université Lille 3, IRHiS), Robespierre, au défi de l’égalité et des politiques sociales.

Pierre Serna (Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHRF), Robespierre fait la Polis (janvier 1793 – avril 1794).

Guillaume Mazeau (Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHRF), Robespierre dictateur ?

Michel Biard, (Professeur à l’Université de Rouen, GRHis), La double mort de Robespierre.

Annie Duprat (Professeur à l’Université de Versailles-Saint-Quentin) et Laurent Bihl ( ?), Incarner la Révolution : les figures de Robespierre.

Jean-Numa Ducange et Pascal Dupuy (Maîtres de conférences à l’Université de Rouen, GRHis), Historiographie et postérité : « Par pitié, dites-nous simplement : quel fut Robespierre » (Marc Bloch).

Chronologie.

Bibliographie.

La vie des idées, dossier spécial : “Le retour des Révolutions ?”

Le retour des Révolutions ?

Dossier spécial de La vie des idées (mars-avril 2013)

Printemps arabe, Indignés, hacktivistes, la révolution a le vent en poupe. Mais que recouvre désormais ce terme ? Historiens, philosophes et observateurs des mouvements sociaux actuels donnent leur point de vue.

La révolution serait-elle en train de sortir des oubliettes de l’histoire ? Le mot, réactivé depuis 2010 par le « printemps arabe » et le mouvement des Indignés, utilisé pour décrire les actions des hacktivistes, voit semble-t-il son emploi à la fois élargi et déplacé. Longtemps associée au totalitarisme, la révolution revient en faveur dans les commentaires sur les mouvements sociaux les plus récents. Si des doutes sont exprimés, ils portent moins sur la nature démocratique de ces mouvements que sur leurs capacités à réaliser pleinement leurs objectifs. Comme si l’exigence d’un gouvernement du peuple par le peuple n’était plus menacée par la dynamique révolutionnaire elle-même, mais par la force de ses opposants, et qu’elle redevenait un moteur positif du changement historique.

Que traduit cette nouvelle vision optimiste de « la » révolution, le plus souvent désignée au singulier ? En quoi consiste exactement ce changement de perspective et de quoi est-il le symptôme ? Pour répondre à ces questions, La Vie des Idées a convié des historiens et des philosophes, observateurs plus ou moins proches des mouvements sociaux récents, à réfléchir sur les représentations et les pratiques actuelles des révolutions.

- Leyla Dakhli, « Une révolution trahie ? Sur le soulèvement tunisien et la transition démocratique », mardi 19 février.
- Jean-Clément Martin, « La polysémie révolutionnaire. Rupture, crise et imprévu », mardi 5 mars.
- Entretien avec Yves Citton et Myriam Revault d’Allonnes, « Révolution et crise de la temporalité », mardi 12 mars.
- José Luis Moreno Pestaña, « Vie et mort d’une assemblée », lundi 25 mars.
- Guillaume Mazeau, « La ronde des révolutions », mardi 16 avril.
- Charles Walton, « Révolution et redistribution, réflexions sur la France et l’Egypte », mardi 23 avril.

Vient de paraître : Michel Biard, “1793, le siège de Lyon. Entre mythes et réalités”

Michel Biard, 1793. Le siège de Lyon. Entre mythes et réalités, Clermont-Ferrand, Lemme Edit, 2013, 120 p., ISBN 978-2-917575-36-9, 17.90 €.

 

Dans l’été 1793, la seconde ville française a été déclarée en état de « rébellion » par la Convention nationale, assiégée et bombardée, avant de céder en octobre. L’histoire du siège a suscité une historiographie souvent partisane, mais aussi un martyrologe entretenu deux siècles durant. Les raisons et le déroulement de la révolte lyonnaise ont également fait naître des controverses durables. 220 ans après les faits, ce livre entend proposer une synthèse claire et dépassionnée d’un moment tragique de la Révolution.

 

Table des matières

Introduction

I- Un double jeu de miroirs déformants

II- Un siège en bonne et due forme ?

III– « Lyon fit la guerre à la Liberté, Lyon n’est plus »

Conclusion

Chronologie

Tableaux

Lieux à visiter

Sources et bibliographie

Vient de paraître : “Archives parlementaires”, Tome CII (21 novembre-4 décembre 1794)

6689-1570-Couverture

Ce nouveau volume, préparé par l’IHRF, propose aux chercheurs des séances parmi les plus intenses qu’ait connues la Convention nationale. Comme les précédents, il est fondé sur le Procès-Verbal qui structure la publication des documents de la série C des Archives nationales, complétés par les apports des principaux journaux et, exceptionnellement, la reproduction intégrale de la défense imprimée du représentant Carrier. C’est, en effet, un épisode sans précédent de l’histoire politique de la Révolution qui ouvre ce tome : la comparution d’un député devant ses collègues érigés en « jury d’accusation » et non de « jugement ».

Ce projet, comme le montrent les quatre volumes précédents, s’était heurté, à l’Assemblée, aux intérêts et options des principaux protagonistes, mais aussi aux résistances ou offensives, parfois inattendues, des porte voix de l’opinion publique, enfin au traumatique resurgissement de la « guerre de la Vendée ». Il était alors aisé d’ériger Carrier en « idéal type » du « proconsul terroriste », sanguinaire, avide et débauché. Mais, dans le silence imposé aux tribunes, les débats de l’Assemblée laissent poindre une rare et violente tension, inscrite au cœur des arguments factuels ou juridiques. Pour les Conventionnels, se joue l’impossible et interminable bataille de la responsabilité collective : un enjeu immédiat autant que mémoriel.

Le tome CII des Archives Parlementaires propose donc douze journées qui, sans doute, ébranlèrent la Première République, mais sans toutefois fixer l’horizon de la Révolution française.

Le volume a été réalisé par Corinne Gomez-Le Chevanton, ingénieur d’étude CNRS de l’IHRF et Françoise Brunel, maître de conférence de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHRF. Il a été publié avec le concours de l’Assemblée Nationale et du Sénat aux éditions CNRS.

Parution : 27/12/2012

Auteur(s) : Collectif

ISBN : 978-2-271-07712-7

Format : 19 x 28 cm

484 pages

En vente ici

Théâtre : La mort de Danton à la MC93 (Bobigny) du 9 mars au 1er avril

La mort de Dantonde George Büchner

mise en scène par Georges Lavaudant

avec Avec Gilles Arbona, Astrid Bas, Frédéric Borie, Jean-Michel Cannone, François Caron, Jean-François Lapalus, Roch Leibovici, Philippe Morier-Genoud, Fabien Orcier, Annie Perret, Patrick Pineau, Julie Pouillon, Jean-Philippe Salério, Anne Sée, Bernard Vergne

« J’aime mieux être guillotiné que guillotineur » / Acte 2 scène 1

Le 25 Avril 2002, dans une mise en scène qui a fait date, Georges Lavaudant a déjà présenté sa vision de La Mort de Danton. S’il y revient, c’est qu’il y a aujourd’hui urgence. Rappelez-vous, c’était hier ou presque, quatre jours plus tôt pour être précis, le 21 Avril 2002 : on se croyait entrés dans la fin de l’Histoire. On se persuadait que l’économie seule régissait nos vies. La politique n’était plus qu’un jeu d’ombres. Tout paraissait joué…

Dix ans plus tard, la recréation de La Mort de Danton est l’occasion de reformuler des interrogations essentielles. Devant nous, avec nous, les protagonistes débattent de grandes questions esthétiques, métaphysiques – politiques, toujours. L’exercice de la pensée est omniprésent tout au long du drame. Büchner pousse le versant réflexif de l’art dramatique plus loin que personne avant lui. Mais les questions qui se posent sur ce théâtre d’idées sont toutes de chair et de sang, terriblement urgentes et concrètes. Par exemple : faut-il tuer pour ses convictions, ou mourir pour elles ? « J’aime mieux être guillotiné que guillotineur », répond Danton – mais Robespierre a-t-il tort pour autant ? Büchner, génialement, refuse tout verdict facile. C’est qu’il se veut poète, lui qui note dans une lettre à sa famille : « le poète dramatique n’est à mes yeux rien d’autre qu’un historien, mais se tient au-dessus de ce dernier dans la mesure où il crée pour nous l’histoire une deuxième fois […] ». Büchner, inventeur de réalité, nous montre « des caractères au lieu de caractéristiques et des figures au lieu de descriptions ». C’est en poète qu’il donne à voir des existences à notre image qui se battent et qui pensent, avançant à tâtons dans le chaos du temps.

Tarif préférentiel de 15 euros au lieu de 25 euros pour le public de la Société des études robespierristes. Pour bénéficier de ce tarif préférentiel, il est nécessaire de réserver par téléphone au numéro indiqué ci-dessous en indiquant vouloir profiter de l’offre au titre de la SER.

Pour en savoir plus : http://www.mc93.com/fr/2011-2012/la-mort-de-danton

RÉSERVATION 01 41 60 72 72 / WWW.MC93.COM

Conférence : La Révolution francaise à travers le cinéma francais et anglo-saxon

Conférence de Pascal Dupuy, maître de conférence à l’université de Rouen, organisée par La Société des Amis de la Révolution française (SARF) – Club René Levasseur de la Sarthe, le samedi 16 mars 2012, à 20h15, IUFM du Mans (salle des conférences), 11 bd Pythagore, Université du Maine. Projection de nombreux extraits de films.

Informations : sarf72@numericable.fr, et www.sarf72.fr

Correspondance de Rachida Tlili Sellaouti – Nouvelles de la Faculté des Lettres de la Manouba (Tunisie)

Rachida Tlili Sellaouti, qui a été membre du Conseil d’administration de la Société des études robespierristes (1999-2011), nous a demandé de relayer le texte ci-dessous. La Société, en le publiant sur son site, s’associe à la dénonciation des faits ici rapportés et proteste contre les atteintes aux droits les plus élémentaires que subissent actuellement enseignants et étudiants tunisiens.

La Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’université de la Manouba (FLAHM) est, au moment où j’écris et depuis le 28 novembre 2011, occupée par un groupuscule d’étudiants à la mode « salafiste ». Il  exige le port du niqab par les étudiantes « qui le désirent » pendants les cours, au nom des  libertés individuelles.  Dans la virulence de leurs revendications, ils ont agressé physiquement le doyen, l’historien Habib Kazdaghli ainsi que un collègue syndicaliste, M. Habib Mellakh. Des collègues femmes ont été agressées verbalement… tans dis que les autorités tardent à intervenir.

Les faits :

En fait, la question du niqab commence à être agitée dans l’enceinte de la faculté depuis la fin du mois d’octobre (calendrier électoral aidant) au moment où une étudiante refuse de dévoiler son visage en cours.

Le 2 novembre, le doyen réunit les membres élus du conseil scientifique, représentants aussi bien les étudiants que les professeurs. Le règlement intérieur qui est alors adopté interdit le niqab dans les salles de cours et lors des examens pour des raisons strictement pédagogiques et sécuritaires (la Révolution ayant permis de  « dégager » la police des enceintes des universités), mais permet de le porter dans tous les autres espaces de la faculté.

L’Université propose par ailleurs de mettre à disposition des étudiants, à une très courte distance de la faculté, un espace de prière décent (deuxième revendication du groupuscule des étudiants avec le niqab) commun au campus universitaire de la Manouba, réunissant 30 000 étudiants.

Rien n’y fait, les évènements s’enchaînent et la situation se dégrade :

– 28 novembre, un groupe d’une centaine de personnes – pour la plupart non inscrites à la faculté – interrompt bruyamment les cours et empêche la tenue des examens.

– 29 novembre, des personnes étrangères à la faculté à qui l’on tente d’interdire l’entrée forcent le passage et bousculent le doyen. Les enseignants décident, alors, de protester contre la violence des attaques par une grève.

– 6 décembre, les «sit-inneurs», déjà bien installés dans les bureaux de l’administration, décident cette fois-ci d’interdire au doyen l’accès à son bureau. Une fois de plus c’est l’option de la violence qui est choisie : bousculade, menace verbale et physique… Un enseignant sera même transporté à l’hôpital.

Le conseil scientifique élargi décide de fermer la faculté et de demander, alors qu’il s’y était toujours refusé jusque là, l’intervention des forces de sécurité publique afin d’évacuer les intrus. Le gouvernement sortant est resté sourd et indifférent à cet appel. Depuis le 6 décembre, les cours sont interrompus et les locaux administratifs occupés. Le doyen, le personnel administratif, les enseignants et les 8.000 étudiants attendent en vain.

Tandis que le groupuscule d’étudiants soutenu par un renfort continu de personnes totalement étrangères à la faculté, au mode vestimentaire « salafiste » occupent la faculté et saturent l’espace à coups de décibels (haut-parleurs ) diffusant prêches et prières. Ils rejettent toute décision du Conseil Scientifique remettant en cause sa légitimité en tant que instance élue, comme ils rejettent toute justification pédagogie, éthique, sécuritaire… que pose le port du niqab dans les salles de cours, et ne retiennent que leurs seules allégations à savoir que les étudiantes sont «souillées» par le regard des professeurs. En fait, pour plusieurs raisons, la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’Université de la Manouba est avant tout le symbole à abattre.

Très tôt, de nombreux partis politiques ainsi que l’Union générale des travailleurs tunisiens (Ugtt, centrale syndicale la plus importante du pays) manifestent leur inquiétude et leur solidarité. En face, les autorités et instances de tutelles confondues affichent une fin de non recevoir.

Situation actuelle

Suite aux dernières médiations :

– une commission ad hoc créée par le conseil de l’université de la Manouba a engagé des discussions par l’intermédiaire de certains professeurs avec les sit-ineurs,

– des démarches entreprises par l’autorité de tutelle pour amener les personnes étrangères à lever le sit-in.

Le ministre avait promis aux membres du conseil scientifique et aux représentants des  différents syndicats de l’institution (UGTT pour les enseignants, ouvriers, fonctionnaires, UGET pour les étudiants) qu’il avait reçus samedi dernier, d’œuvrer en vue du retrait des sit-ineurs étrangers à la faculté de son enceinte et de convaincre les étudiants de la FLAHM de transférer le sit-in des bureaux du doyen à un autre endroit de sorte qu’il n’entrave pas le déroulement des cours et le fonctionnement normal de l’administration, étant donné, considère-t-il,  que le sit-in et la manifestation sont un droit sacré. Le 2 janvier 2012, les rapports des différents médiateurs, ceux des membres du personnel administratif dépêchés à la faculté ont fait état de l’irruption massive de nouveaux sit-ineurs en soutien à leurs camarades. Constatant cet état de fait, l’assemblée générale réunie successivement les 2 et 3 janvier dans les locaux de l’Université, convaincue de l’absence des conditions pour une reprise normale des cours, en raison du renforcement du sit-in, a recommandé au conseil scientifique de maintenir la fermeture de l’institution jusqu’au retour à la normale et a décidé un rassemblement au ministère de l’enseignement supérieur à partir du mercredi 4 janvier 2012 pour inciter les autorités à obliger les sit-ineurs à se retirer de la faculté.

Rachida Tlili Sellaouti

Professeur d’histoire – FLAHM

Le 4 janvier 2012

Pétition pour un musée Robespierre à Arras

L’association “Les Amis de Robespierre” a lancé sur son site internet une pétition pour réclamer la création d’un musée Robespierre à Arras. A ce jour l’initiative a déjà reçu le soutien de plusieurs centaines de signataires en France et à l’étranger. Les informations relatives à la pétition se trouvent à l’adresse ci-dessous :

http://www.amis-robespierre.org/robespierre/

Pour une rue Robespierre à Paris

détournement plaque rue Robespierre Un nouvel appel en faveur d’une rue Robespierre dans la capitale a été lancé à l’initiative des élus PCF et PG du Conseil Municipal de Paris et publiée dans le journal L’Humanité mercredi 14 juin 2011.

Pour une rue Robespierre à Paris

Grâce à la préemption de l’Etat lors de la mise en vente aux enchères du 18 mai dernier, les manuscrits de Robespierre et Le Bas rejoindront les collections des Archives nationales. La souscription lancée à l’initiative de la Société des études robespierristes et l’Institut d’Histoire de la Révolution française, ainsi que la mobilisation d’historiens et d’élus de sensibilités diverses, ont contribué à ce que ce précieux patrimoine ne soit pas dispersé. Pendant les semaines qui ont précédé la préemption, ce sont des milliers de citoyens qui ont souhaité témoigner leur attachement à la figure de « l’Incorruptible » par un versement à la souscription (plus de 120 000 euros en tout) ; nombreux sont ceux également qui, signalant par un bref mot n’avoir aucune sympathie particulière à l’égard du personnage, trouvaient scandaleux qu’une figure majeure de l’histoire de France puisse être ainsi oubliée.

Et pourtant, malgré sa place éminente dans le patrimoine républicain et ses interventions sur de nombreux sujets qui restent d’une constante actualité pour notre démocratie (notamment la défense des indigents et celle des valeurs d’intégrité et d’égalité), aucun nom de rue n’est donné à Robespierre à Paris, dont il fut pourtant un des députés les plus célèbres. Robespierre, figure trop « controversée » ? Paris ne manque pas de rues aux noms divers et variés non moins controversés, que personne d’ailleurs ne songerait à remettre en cause aujourd’hui.

C’est la raison pour laquelle il est enfin temps que le Conseil de Paris lors de sa prochaine session donne un nom de rue ou de place à Robespierre dans la capitale française.

 

SIGNATAIRES :

Sylvie Aprile, Professeure (Université de Lille), Présidente de la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle

Michel Biard, Professeur (Université de Rouen), Président de la Société des études robespierristes

Philippe Bourdin, Professeur (Université de Clermont-Ferrand)

Ian Brossat, Conseiller de Paris (PCF), Président du groupe communiste et élus du Parti de gauche

Gilles Candar, Professeur en classes préparatoires (Le Mans), Président de la Société d’études jaurésiennes

Alexis Corbière, Conseiller de Paris (PG), Premier adjoint du 12e arrondissement

Jean-Numa Ducange, Maître de conférences (Université de Rouen)

Florence Gauthier, Maître de conférences (Paris VII)

Hervé Leuwers, Professeur (Université de Lille), Directeur des Annales historiques de la Révolution française

Pierre Serna, Professeur (Université de Paris I), Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française

Jean-Marc Schiappa, historien, Président de l’Institut de Recherches et d’Études de la Libre Pensée

Danielle Simonnet, Conseillère de Paris (PG) du 20e arrondissement