Archives de catégorie : Non classé

école d’été franco-américaine “le long XVIIIe siècle français”, princeton, 14-21 juillet 2019

L’université de Princeton organise une université d’été destinée aux doctorants et aux doctorantes sur le thème “Le long XVIIIe siècle français”. Cette semaine de lectures et de discussions intensives sera animée par David Bell (Princeton), Rafe Blaufarb (Florida State) et Clyde Plumauzille (Sorbonne-CNRS). Continuer la lecture de école d’été franco-américaine “le long XVIIIe siècle français”, princeton, 14-21 juillet 2019

Nos membres publient : Michel BIARD et Claire Maingon, “La souffrance et la gloire”

« La République nous appelle, / Sachons vaincre ou sachons périr ! » Ces paroles du Chant du départ révolutionnaire de Marie-Joseph Chénier pourraient, un siècle plus tard, être reprises par les Poilus de 1914. Car les troupes qui se sont fait décimer dans les tranchées de Verdun avaient hérité de 1789 une profonde culture du sacrifice.

Une véritable propagande d’État, nourrie de récits légendaires, de cérémonies commémoratives et de toute une imagerie d’Épinal, a en effet vu le jour dès les premiers combats de la République, en 1792. Elle a durablement façonné l’imaginaire national, dans un culte de la souffrance qui s’est perpétué en 1914-1918, et dont les monuments aux morts témoignent avec une force pathétique. Pour la première fois, deux spécialistes de chaque période collaborent pour révéler les liens sanglants qui unissent Grande Guerre et Révolution française.

Michel Biard et Claire Maingon, La souffrance et la gloire. Le culte du martyr, de la Révolution à la Verdun, Paris, Vendémiaire, coll. Chroniques, 2018, 216 p., 21 €
ISBN : 978-2-36358-311-6

Lien éditeur

La SER aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois 2018

Cette année encore, vous pourrez retrouver la SER au salon du livre des Rendez-vous de l’histoire de Blois, du 10 au 14 octobre 2018.

La table ronde des Annales historiques de la Révolution française est cette année consacrée au thème “L’enfer de la Révolution ou la Révolution aux enfers”. Intervenants : Annie Duprat, Pascal Dupuy, Claire Trévien et Richard Wrigley. Modération : Dominique Godineau, directrice des AHRF.

Samedi 13 octobre, 9h15-10h45, site Chocolaterie de l’IUT, amphi 2.

Appel à communication : colloque “Réclamer, soutenir, refuser la surveillance”, Poitiers, octobre 2018

Appel à communication

Colloque international, Poitiers, 3, 4 et 5 octobre 2018, 

organisé par l’EA 4270 CRIHAM (Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie), Universités de Poitiers et Limoges

Réclamer, soutenir, refuser la surveillance de l’Antiquité à nos jours : enjeux idéologiques, politiques et sociaux

 

Michel Foucault affirmait en 1975 que les États avaient mis au point à partir du XVIe siècle, « tout un ensemble de procédures pour quadriller, contrôler, mesurer, dresser les individus, les rendre à la fois “dociles et utiles” » (Surveiller et punir. Naissance de la prison).
Sous sa plume, surveillance et contrôle se confondent en partie ; elles sont le fruit de procédures mises en œuvre, selon lui, pour assujettir, discipliner la société, normaliser ses comportements ; démarches qui, en termes de gouvernementalité, auraient progressivement été jugées plus rentables que le châtiment, la punition et auraient finalement conduit l’État à privilégier la prison comme réponse pénale aux déviances. Continuer la lecture de Appel à communication : colloque “Réclamer, soutenir, refuser la surveillance”, Poitiers, octobre 2018

Nos membres publient : Jean-Luc Chappey, “Sauvagerie et civilisation”

Jean-Luc CHAPPEY, Sauvagerie et civilisation. Une histoire politique de Victor de l’Aveyron, Paris, Fayard, 2017, 272 p.

Victor, l’enfant sauvage capturé dans les forêts d’Aveyron en 1799, a suscité l’intense curiosité de ses contemporains. François Truffaut en a tiré un film célèbre, faisant du face-à-face entre Victor et son précepteur, Itard, une scène fondatrice de toute situation pédagogique. Aujourd’hui encore, son histoire fascine.
Mais la légende a trop souvent fait disparaître le contexte de sa découverte. Continuer la lecture de Nos membres publient : Jean-Luc Chappey, “Sauvagerie et civilisation”

Colloque “L’homme politique et la presse”, Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016

AfficheHommePolitiquePresseColloque du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (Université Blaise-Pascal)

En collaboration avec l’IHRF (Paris I-Sorbonne), l’IRHIS (Lille III), le GRHis (Rouen) et la Société des études robespierristes

L’homme politique français et la presse, de la monarchie constitutionnelle à la monarchie de Juillet

(Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016)

Continuer la lecture de Colloque “L’homme politique et la presse”, Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016

Réaction de la SER aux attentats des 7-9 janvier 2015

Nous sommes tous Charlie.

Ne cédons ni à ces assassins obscurantistes qui rêvent de dresser les Français les uns contre les autres et de favoriser la haine des musulmans pour mieux semer la discorde, ni à tous ceux qui vont cultiver la haine de l’Autre pour prospérer en faisant là aussi de facto le jeu des barbares à coup de mesures sécuritaires réclamées et de retour de la peine de mort revendiqué.

Les larmes oui, et nous en versons depuis mercredi matin, mais il faut aussi se lever pour défendre les idéaux de la République hérités de la Révolution française, la fraternité, la laïcité, la tolérance. Charb disait, comme les Canuts, préférer mourir debout que vivre à genoux. L’équipe de Charlie était en train de préparer un numéro contre le racisme. Le moins que nous puissions faire est de nous aussi être debout, libres et sans peur.

Il sera toujours temps plus tard d’analyser les racines du mal et enfin peut-être de nous poser la question non seulement de la politique étrangère menée par les gouvernements de la France depuis la première guerre du Golfe, mais aussi la question des politiques sociales absentes ou dépourvues de moyens réels depuis tant d’années, ces politiques sociales (et scolaires) qui dans une République digne de son nom devraient empêcher l’apparition de pareilles situations.

Vivent les Lumières, la Raison et la démocratie. Sans haine aucune, mais avec une volonté ferme que tout ne soit pas vain, et cela ne doit pas l’être.

Michel Biard, Président de la Société des études robespierristes

 

La réaction en image de Philippe Bourdin, président honoraire de la SER, professeur d’histoire moderne à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand :

CharlieSER

 

JeSuisCharlie

Le colloque “Vertu et politique” à l’Assemblée nationale (18-20 septembre 2014)

Les 18, 19 et 20 septembre 2014, l’Assemblée nationale a accueilli le colloque “Vertu et politique. Les pratiques des législateurs (1789-2014)”, organisé à l’initiative de la Société des études robespierristes, du Club des Amis de l’Incorruptible et de l’ANR Actapol (programme).

Le jeudi 18 au soir, les participants au colloque et son comité d’organisation ont été reçus par M. Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, dans les salons de l’Hôtel de Lassay.

Bartolone

De gauche à droite : Jean-Noël Carpentier, Claude Bartolone, Alain Tourret et Jean Lassalle

Discours de Claude Bartolone

Ce colloque a également donné lieu à un débat politique diffusé sur la Chaîne parlementaire, dans le cadre de l’émission Ça vous regarde :

Pour revoir l’émission

Photo4

La tribune. De gauche à droite : Serge Aberdam, Alexandre Guermazi, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers, Alain Cohen

Photo5

De gauche à droite : Bernard Gainot, Jean Garrigues, Michel Biard et Nathalie Dompnier

Photo2

L’assistance

Photo3

De gauche à droite : Alain Tourret, Michel Vovelle et Jack Ralite

Photo1

La réception à l’hôtel de Lassay

Une publication des actes du colloque est prévue en 2015

 

Colloque : “Les passeurs d’idées politiques nouvelles”

Passeurs

_

Les passeurs

d’idées politiques nouvelles

“au village”, de la Révolution

aux années 1930

Colloque, Clermont-Ferrand, 20-21 juin 2013

Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru

Entrée libre

 

 

ARGUMENTAIRE :

S’interroger sur les « passeurs » de la modernité, qu’ils soient récepteurs, producteurs ou coproducteurs de ces idées nouvelles, permet de dépasser une approche conceptuelle de l’histoire des représentations en se situant au croisement de la « nouvelle histoire politique » et d’une histoire sociale qui fait la part belle à la notion de lien social et aux jeux d’acteurs à l’échelle communale. Le présent colloque porte sur les « passeurs d’idées » dans les sociétés locales. Ne cherchant pas à aboutir à une géographie des « courtiers locaux du politique » ni à une typologie des modes de médiation, nous nous proposons de réinvestir le dossier de la politisation « au village » à l’aune des travaux de jeunes chercheurs travaillant sur les XVIIIe, XIXe et XXe siècles français. Qui porte les idées politiques nouvelles « au village » ? Quelles sont leurs pratiques et stratégies ? Quelles difficultés rencontrent-ils ?

Par-delà les interprétations « ascendante » ou « descendante » de la politisation des campagnes, il conviendra aussi de s’interroger sur le degré de recomposition, par les « passeurs » locaux, des idées qu’ils reçoivent, et sur les enjeux de cette reformulation. Les principes qu’ils diffusent sont-ils semblables à ceux qui sont portés par les élites politiques, notamment parisiennes ? Les réseaux d’acteurs et les sociabilités induites feront également l’objet d’une attention particulière.

Enfin, nos travaux porteront sur l’auto-production d’un discours sur l’engagement local, qu’il soit contemporain du temps de l’action militante ou non. Le questionnement de ces réécritures sur soi permettra de mieux déterminer les postures jugées constitutives, par les acteurs-auteurs eux-mêmes, de leur incarnation locale des idées nouvelles. Il permettra également de se demander si la production et la médiation d’idées nouvelles n’ont pas pu être, parfois, le fruit d’une mise en adéquation entre l’attente locale d’un message nouveau et l’expérience tactique d’un acteur (singulier ou collectif). Ce protagonisme, enfin, pose en creux le problème de la réinterprétation du passé par des auteurs qui restituent un monde auquel ils n’appartiennent plus afin de légitimer un engagement révolu ou toujours d’actualité.

 

PROGRAMME :

Jeudi 20 juin

9h : accueil des participants

9h15 : Éric Lysøe (dir. École doctorale) et Philippe Bourdin (dir. C.H.E.C.) : mots d’accueil

9h30 : Julien Bouchet et Côme Simien : Pour une nouvelle approche de la politisation des campagnes.

 

Première session : Les voix de la politisation                              

 

I. Être un passeur : mobilisation d’un capital social et quête de (re-)légitimation

Modération : Vincent Flauraud

9h50 : Boris Deschanel (Université Paris-1) : Passeurs d’idées, passeurs de biens : les commerçants et la politisation des villages dauphinois, de la Révolution à la Restauration.

10h10 : Guillaume Colot (Université Clermont-2) : Jean-Baptiste Py, curé constitutionnel d’Effiat (Puy-de-Dôme) ou comment un curé de campagne fait passer la nouvelle organisation du clergé à travers la correspondance adressée à l’abbé Grégoire et à ses collègues parisiens (1795-1802).

10h30 : Discussion

10h45 : Pause

 

II. Des passeurs-traducteurs ou des passeurs-producteurs ? Formulations, reformulations et vulgarisations

Modération : Philippe Bourdin

11h : Vivien Faraut (Université de Nice) : “Les lettres aux électeurs” dans le processus de diffusion des idées libérales sous la Restauration.

11h20 : Jean-Charles Buttier  (Université Paris-1) : Catéchismes politiques et politisation des paysans.

11h40 : Émilie Delivré  (Université de Trente) : Catéchismes politiques et politisation fondamentale dans les campagnes allemandes du long XIXe siècle, ou comment faire “passer la modernité” par un support traditionnel.

12h00 : Discussion

 

Deuxième session : Stratégies de passeurs et formes du passage              

 

I. S’approprier et diffuser

Modérateur : Jean-François Chanet

14h30 : Côme Simien (Université Clermont-2) : Les interprètes de la Révolution ? Les instituteurs de langue française dans les villages bretons et alsaciens (an II – an IV).

14h50 : Sébastien Pivoteau (Université Clermont-2) : Mener la “guerre aux châteaux” dans le Cantal en Révolution. Réflexions sur les conditions d’un passage à l’acte subversif.

15h10 : Mattieu Piron (Université Lyon-2) : Défendre la Révolution au village : jeux politiques et stratégies sociales. Discours et pratiques politiques en Haute-Bretagne rurale (1788-1791).

15h30 : Discussion

15h45 : Pause

 

II. Les formes de la résistance : penser et pratiquer l’opposition « au village »

Modération : Jean-Claude Caron

16h00 : Alexandre Frondizi (Sciences-Po) : Les journées de juin 1848 à la Goutte-d’Or : l’insurrection au “quartier”, l’insurrection au “village” ?

16h20 : Jean-Noël Tardy (Université Paris-1) : Des conspirateurs au village. La société secrète, obstacle ou vecteur des idées nouvelles sous la Seconde République ? L’exemple de Suze-la-Rousse (Drôme).

16h40 : Discussion

Vendredi 21 juin

 

III. Trouver des relais, organiser un réseau de passeurs

Modération : Nathalie Ponsard

9h : Julien Bouchet (Université Clermont-2) : Des passeurs dépassés ? La difficile implantation locale des “Bleus de Bretagne” (1899-1914).

9h20 : Jean-Étienne Dubois (Université Clermont-2) : L’échelon communal au centre des tentatives d’organisation de la droite républicaine dans le Puy-de-Dôme dans le premier tiers du XXe siècle (de l’Action libérale populaire au Parti républicain fédéral).

9h40 : Guillaume Quashie-Vauclin (Université Paris-1) : Les jeunes de l’UJAF, passeurs ou héritiers du communisme rural ?

10h00 : Discussion

10h15 : Pause

 

Troisième session : Justifier un engagement par la convocation du passé

Modération : Jean-Philippe Luis

10h30 : Pierre-Marie Delpu (Université Paris-1) : De la petite patrie à la mobilisation pour Naples : le rôle politique du souvenir de Murat dans le Lot dans les années 1850.

10h50 : Lisa Bogani (Université Clermont-2) : Écrire les répercussions du coup d’État de décembre 1851. Devoir de mémoire, devoir de propagande : l’exemple des Souvenirs de Blaise Lavelle.

11h10 : Gwenn Gayet (Université Clermont-2) : Georges Arnoult (député, 1876-1885) ou les jeux d’un acteur républicain : de la politisation des campagnes bigoudènes aux objets d’art.

11h30 : Discussion

 

Renseignements pratiques : 

Secrétariat du Centre d’Histoire “Espaces et Cultures”

Tél : 04 73 34 68 48

Mail : chec@univ-bpclermont.fr

Site : www.univ-bpclermont.fr/chec