Archives de catégorie : Colloques, journées d’étude et conférences

Appel à communications : Villes assiégées dans l’Europe révolutionnaire et impériale (3-4 mai 2017)

Colloque international organisé par la Société des études robespierristes, en partenariat avec le Laboratoire des sciences historiques de l’Université Bourgogne Franche-Comté

Comité d’organisation : Michel Biard (Normandie Université, Rouen), Annie Crépin (Université d’Artois), Bernard Gainot (Université Paris I), Maxime Kaci (Université Bourgogne Franche-Comté). Continuer la lecture de Appel à communications : Villes assiégées dans l’Europe révolutionnaire et impériale (3-4 mai 2017)

Appel à communication : « Rhétoriques révolutionnaires en Côte d’Or » (10 juin 2016)

Journée d’étude

Rhétoriques révolutionnaires en Côte-d’Or, entre laconisme et grandiloquence

Appel à communications

Le discours révolutionnaire sera au cœur des contributions présentées lors de cette journée d’études pluridisciplinaire. Beaucoup, au cours de la décennie révolutionnaire et dans la continuité des Lumières, ont dénoncé la loquacité, le verbiage ou encore la grandiloquence comme une arme de séductions rhétoriques susceptible de tromper les citoyens, de pervertir le message régénérateur et de dénaturer l’exercice du pouvoir. Le laconisme – cette référence à Sparte, Lacédémone et à la Laconie est-elle si surprenante ? — est alors revendiqué notamment dans l’exercice du pouvoir ; Continuer la lecture de Appel à communication : « Rhétoriques révolutionnaires en Côte d’Or » (10 juin 2016)

Colloque « Centralisation et fédéralisme », Rouen, 28-29 janvier 2016

Centralisation et fédéralisme

Les modèles et leur circulation dans l’espace européen francophone, germanophone et italophone

Colloque organisé par Michel Biard, Jean-Numa Ducange et Jean-Yves Frétigné

Rouen, Maison de l’Université, salle des conférences

28-29 janvier 2016

A l’aube du XXIe siècle, la question de l’organisation des pouvoirs et du fil conducteur entre ces pouvoirs possède toujours une grande acuité, certains pays européens ayant choisi des voies menant vers une organisation de type fédéral, d’autres ayant privilégié un modèle plus centralisé, Continuer la lecture de Colloque « Centralisation et fédéralisme », Rouen, 28-29 janvier 2016

Appel à communication : colloque « L’homme politique et la presse », Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016

Colloque du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (Université Blaise-Pascal)

En collaboration avec l’IHRF (Paris I-Sorbonne), l’IRHIS (Lille III), le GRHis (Rouen) et la Société des études robespierristes

 L’homme politique français et la presse, de la monarchie constitutionnelle à la monarchie de Juillet : relais d’opinion, miroirs d’une action, marécage des passions

(Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016)

Appel à communications

La presse bénéficie des libertés de pensée et d’expression reconnues par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen : 137 journaux politiques naissent en 1789. La diversité de leurs auteurs et de leurs opinions, confirmée les années suivantes, compte pour beaucoup dans la structuration et les clivages de la vie politique nationale Continuer la lecture de Appel à communication : colloque « L’homme politique et la presse », Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016

Colloque « Saintes Alliances ? Religion et politique dans l’Europe de 1815 », Lyon, 22-24 octobre 2015

Cette rencontre entend interroger la supposée rupture de 1814-1815 dans l’histoire des rapports entre Églises et États en Europe. Peut-on encore écrire une histoire chronologiquement cloisonnée des Églises sous la Révolution, l’Empire et les Restaurations ? Quelle est la part des héritages du réformisme éclairé, des politiques révolutionnaires et impériales dans l’organisation des Églises, mais également dans la pastorale déployée par les différentes autorités ecclésiastiques européennes en 1815 ? Quel est désormais le statut des minorités religieuses ?  Dans quelles condition le processus de sécularisation des sociétés amorcé dans les années 1750 se poursuit-il ? Pour les pays les plus exposés aux soubresauts politiques entre 1789 et 1820 (France, Italie, Espagne), comment le clergé a-t-il vécu les changements de régime successifs ? Quelle a été l’attitude des croyants face aux aléas politico-militaires des années 1810 ? Quelles mystiques providentialistes sont-elles alors à l’oeuvre ? De quelles recompositions religieuses l’Europe a-t-elle été le théâtre après l’effondrement du système napoléonien ?

Colloque international organisé avec le soutien de l’université Lyon III, du Laboratoire de Recherche historique Rhône Alpes, du CRESAT (Université de Haute-Alsace), de l’université de Cologne, de l’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I), du Centre d’Histoire du XIXe siècle (Paris I-Paris IV), du Centre d’Histoire Espace et Cultures (Université de Clermont-Ferrand) et de la Société des études robespierristes.

Cliquer ici pour consulter l’argument et le programme.

Lieu : Université Jean Moulin Lyon 3 – Salle de la Rotonde – Bâtiment de la recherche – 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Accès : Tram T1, arrêt Quai Claude Bernard / Métro Ligne B, station Jean Macé.

Contact : 04 78 78 71 65  ou paul.chopelin@univ-lyon3.fr

Colloque « Collectionner la Révolution française », Grenoble-Vizille, 23-25 septembre 2015


Colloque international

Collectionner la Révolution française

23-25 septembre 2015, Grenoble et Vizille

Société des études robespierristes, IHRF – Université Paris I Panthéon Sorbonne,

CRHIPA – Université Pierre Mendès France – Grenoble II, Musée de la Révolution française

 

Pour détourner une phrase célèbre de Saint-Just, peut-on collectionner « innocemment » ? Rechercher, rassembler, conserver, le cas échéant exposer, des objets et/ou des écrits de la Révolution française, suppose au minimum un intérêt pour l’idée même de collection, mais peut aussi impliquer le désir de transmettre le souvenir et les héritages des années 1789-1799. Continuer la lecture de Colloque « Collectionner la Révolution française », Grenoble-Vizille, 23-25 septembre 2015

Journée d’étude : « Une éthique du danger », Paris, 3 juin 2015

 

Journée d’étude, Institut d’Histoire de la Révolution française-Société des Etudes Robespierristes-ANR Actapol

Paris mercredi 3 juin 2015 9h-16h30

Salle 216, Université Paris-1 Panthéon Sorbonne, 2e étage, centre Panthéon

Une éthique du danger

 Presse et liberté d’expression pendant la Révolution française

 

Et si ? Alors qu’on la pense indiscutablement intégrée au patrimoine républicain depuis la loi de 1881, alors qu’elle fait partie des principaux droits et libertés publiques avec la liberté d’expression, la liberté de la presse subit aujourd’hui une série de questionnements, de mises en causes et d’attaques : en raison des attentats et la lente réduction des libertés qu’ils entraînent depuis une vingtaine d’années, en raison aussi du pouvoir croissant des acteurs économiques sur le monde politique et les medias, en raison des difficultés voire des dangers que rencontrent des journalistes dans l’exercice de leur métier, il nous a semblé qu’il pouvait être utile de réfléchir aux enjeux qui se sont concrètement posés à ceux qui pratiquaient et défendaient cette liberté au cours d’un événement paroxystique : la Révolution française.

En quoi cette période a-t-elle inventé de nouvelles manières de pratiquer la liberté de la presse ? Quel rôle les libellistes, journalistes, pamphlétaires et caricaturistes ont-ils joué dans la construction d’une « opinion publique » ? A quel prix ? Quelles limites se sont-ils assignées, la liberté d’informer rencontrant les obstacles de la calomnie, des attaques ad hominem et de la possible délation, suscitant donc d’éventuelles poursuites judiciaires ? Au cours de cette journée, nous voudrions tout particulièrement nous interroger sur le lien entre la liberté d’informer et le risque que cela supposait, dans une période marquée par d’intenses conflictualités et par plusieurs périodes de forte répression politique. Comment ces hommes ont-ils pensé et vécu la relation entre leur activité et l’engagement intellectuel et tout simplement physique que celle-ci engageait ? Dans quelle mesure cette liberté de la presse fut-elle pratiquée comme une « éthique du danger » ? Les journalistes élus représentants du peuple ont-ils exercé dans des conditions particulières, mieux protégés par l’inviolabilité réservée aux membres de l’Assemblée, ou a contrario davantage exposés en tant qu’hommes publics ? En quoi le tout nous amène-t-il à réfléchir aux notions d’engagement, de désintéressement, de radicalité, de conflictualité et de sacrifice politique ?

 

Programme

9.00 Accueil des participants

9.15-9.30 Michel Biard (Univ. Rouen) et Guillaume Mazeau (Univ. Paris-1), introduction

9.30-9.50 Charles Walton (Univ. Warwick), « Liberté de l’individu, régénération de la société: le ‘double-mouvement’ de la liberté de l’expression dans la Révolution française »

9.50-10.10 François Saint-Bonnet (Univ. Paris 2 Panthéon-Assas), « L’épineuse conceptualisation des délits de presse sous la Révolution »

10.45-11.00 Pause

11.00-11.20 Jeremy D. Popkin (Univ. Kentucky) « La liberté de la presse dans une colonie esclavagiste: le cas de Saint-Domingue »

11.20-11.40 Stefan Lemny (BNF), « La pratique dénonciatrice dans la presse révolutionnaire: l’exemple de Jean-Louis Carra »

12.30 Dejeuner

 

14.00-14.20 Suzanne Levin (Paris-Ouest Nanterre), « Au risque du sacrifice ? La liberté de la presse dans les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins »

14.20-14.40 Michel Biard (Univ. Rouen), « Du petit théâtre au jeu de massacre ? La plume assassine d’Hébert (automne 1792 – printemps 1794) »

14.40-15.00 pause

15.00-15.20 Guillaume Mazeau (Univ. Paris-1), « Marat, Le journalisme ou l’éthique du risque »

15.50 Pierre Serna (Univ. Paris-1) mises en perspectives

Appel à communication : « Collectionner la Révolution française » (septembre 2015)

Appel à communication

 Colloque international – Grenoble et Vizille

 23-25 septembre 2015

 

Sous l’égide de :

Société des études robespierristes ; Institut d’Histoire de la Révolution française (Université Paris I Panthéon-Sorbonne / UMS 622 CNRS) ; CRHIPA (Centre de recherche en histoire et histoire de l’art, Italie, pays alpins, interactions internationales, Université de Grenoble / Pierre Mendès France-Grenoble II) ; UMR Lire 5611, pôle grenoblois (Université  de Grenoble / Stendhal-Grenoble III) ; Musée de la Révolution française (Vizille).

 

Pour détourner une phrase célèbre de Saint-Just, peut-on collectionner « innocemment » ? Rechercher, rassembler, conserver, le cas échéant exposer, des objets et/ou des écrits de la Révolution française, suppose au minimum un intérêt pour l’idée même de collection, mais peut aussi impliquer le désir de transmettre le souvenir et les héritages des années 1789-1799. Le premier cas peut tenir de la simple érudition, d’un esprit inclinant à la collection, voire d’achats susceptibles de donner lieu à échanges, reventes, etc., sans que le politique y trouve toujours sa place. Le second cas renvoie au domaine des « passeurs de révolution », de celles et ceux pour qui objets, images, écrits relèvent aussi d’une mémoire à transmettre aux générations successives, éventuellement au nom de l’idée d’une révolution qui ne serait pas encore advenue et de principes qui resteraient à défendre. Quelle que soit l’hypothèse suivie, si elle est privée, la collection reste fondamentalement l’œuvre d’une vie et ne survit pas souvent à celle ou à celui qui l’a créée, au gré des héritages et des dispersions après-décès. On le sait, une partie importante des collections publiques au XXIe siècle provient de collections privées ainsi dispersées. Cependant les collections publiques ne sont pas seulement le résultat de rachats ou de dons de fonds privés, mais également le fruit de volontés politiques afin de construire, pour des collectivités entières, des objets de mémoires à partager et donnant du sens à la Révolution, qui finissent par constituer des  patrimoines nationaux.

Pourquoi et comment collectionner la Révolution française ? Qui ont été ces collectionneurs, comment et sur quoi ont-ils fondé leur érudition, leurs techniques de collectionneur, leurs réseaux ? Ce sont ces parcours que le présent colloque se propose d’interroger.

1 / Souvenirs et transmission (de la Révolution à la fin des années 1820)

On étudiera ici les premières collections rassemblées au contact même de l’événement et dans les décennies suivantes, avec comme borne la fin des années 1820. Il s’agira de prendre en compte par exemple la mission confiée par le Directoire exécutif à Antonelle, Mehée et Réal pour rassembler des collections de journaux et de toutes sortes de documents à l’automne 1795, en vue d’écrire une première « histoire populaire » de la Révolution, mais aussi la collection d’affiches réunie par Portier de l’Oise, sans oublier tout ce qui a pu être rassemblé par des protagonistes de l’événement pour transmettre tout à la fois le souvenir et des pièces sur lesquelles appuyer ce souvenir. A l’inverse, ces premiers collectionneurs peuvent justement éprouver le besoin de réunir des objets et documents pour sortir du protagonisme et entrer dans la confection de l’Histoire.

2 / Collections érudites, collections engagées (des années 1830 à l’avènement de la IIIe République)

Des années 1830 à l’avènement de la Troisième République, si militantisme et érudition ont pu encore faire bon ménage, si les principaux historiens de la Révolution française ont pu eux aussi devenir des collectionneurs (privé/public, avec Michelet aux Archives nationales), le monde romantique se construit de son côté sur une certaine image de la Révolution à son tour appuyée sur des collections. Dans ce siècle qui connaît plusieurs autres révolutions, on fera également la part belle aux collections réunies par des royalistes nostalgiques de l’Ancien Régime.

3 / Le temps de la collection officielle (IIIe République)

Sous la Troisième République et tout particulièrement à l’époque du Centenaire de la Révolution française, émerge la thématique de la collection publique, même si naturellement nombre de collectionneurs privés sont toujours très actifs. On insistera ici sur les premières grandes collections publiques (musées, bibliothèques, Archives, etc.) et sur leurs liens avec le discours de la République sur ses racines révolutionnaires.

4 / L’âge des collectionneurs

Des années 1920 aux années 1970, à côté des collections publiques, se multiplient les collectionneurs privés tandis que s’accentue la circulation internationale des collections. Comme l’illustre le cas du libraire français Michel Bernstein, l’entre-deux guerres est une période propice à la création et au développement de collections privées d’une immense richesse. L’internationalisation est également le fruit des contacts noués entre des historiens par-delà les frontières nationales. Les cas de l’URSS et des Etats-Unis seront plus particulièrement étudiés.

5 / Bicentenaire et popularisation de la collection

Le Bicentenaire et ses lendemains seront au cœur de la dernière demi-journée, avec notamment toute la question des objets souvenirs en 1989 et dans les années suivantes. Recoupant le plus souvent l’ensemble de ces questions, ordonnées ici de manière chronologique, les thèmes suivants seront abordés de manière prioritaire :

* Les grandes collections : les collections d’imprimés, journaux, pamphlets, livres, etc. ; les collections d’objets révolutionnaires, avec à la clef une interrogation quant au dénigrement de la Révolution française supposée avoir été une période désastreuse pour les arts. On sera ici attentif aux différentes manières de collectionner, mais aussi à l’idée d’esquisser un classement des types de collections.

* Les collectionneurs : qui étaient-ils ? quels étaient leurs motifs ? Avaient-ils des techniques d’acquisition particulières ? Quand commence-t-on à collectionner ? D’où le collectionneur tire-t-il les moyens financiers pour assouvir sa passion ? La passion peut-elle laisser la place à une spéculation ? Peut-on étudier en détail les grandes ventes qui ont marqué les XIXe et XXe siècles ? Comment apparaissent les collections publiques et comment des collectionneurs privés voient-ils leurs acquisitions se fondre un jour dans une collection publique ? Quels dons aux collections publiques ont été les plus marquants (et sous quelle forme juridique ?) ?

* Les liens avec les historiens, certains hommes de Lettres, et bien sûr les milieux politiques. Quelle est ainsi la part de l’engagement républicain ? Celle d’un engagement intellectuel et/ou religieux « minoritaire » (francs-maçons, juifs, protestants, etc.) ? Comment le collectionneur pense-t-il sa collection comme un outil qui lui permettra de devenir également un passeur de révolution ?

* Collectionner au XXIe siècle. La popularisation de la collection oblige-t-elle à un regard nouveau sur la nécessité de l’expertise ? Les objets du bicentenaire peuvent-ils être considérés comme des objets de collection ? Les usages de l’Internet bouleversent-ils la donne ? Quels sont aujourd’hui dans le monde les bibliothèques, centres d’archives, musées, etc., où sont déposées des ressources importantes (ce dernier point donnera lieu à la constitution d’un répertoire publié avec les actes du colloque et permettant notamment aux chercheurs de se repérer dans le monde des collections publiques) ?

 

Comité organisateur : Gilles Bertrand, Michel Biard, Catherine Brun, Alain Chevalier, Virginie Martin, Martial Poirson, Hélène Puig, Pierre Serna, Cyril Triolaire.

Comité scientifique : Philippe Bourdin, Robert Darnton, Antonio de Francesco, Annie Duprat, Nathalie Heinich, Patrice Higonnet, Claudette Hould, Hervé Leuwers, Yoshiaki Ômi, Dominique Poulot, Andrei Sorokine, Michel Vovelle.

Les propositions de communication (prévoir 20 minutes) sont à envoyer avec un résumé d’une page au maximum et une brève bio-bibliographie au plus tard avant le 1eroctobre 2014, de préférence par courrier électronique  en format .doc ou .docx à l’adresse suivante : catherine.brun@upmf-grenoble.fr (ou à défaut, à l’adresse postale : CRHIPA, BP47, 38040 Grenoble Cedex 9).

Le Comité d’organisation étudiera l’ensemble des propositions en liaison avec le Comité scientifique, et établira le programme définitif au début de novembre 2014.

Une publication est prévue à l’issue du colloque.