Archives de catégorie : Colloques, journées d’étude et conférences

Colloque « Les dynamiques économiques de la Révolution française », Paris (CNAM), 7-8 juin 2018

Lieu : CNAM, Amphithéâtre abbé Grégoire, 292 rue Saint-Martin, Paris 3e, métro Réaumur ou Arts-et-Métiers.

Dix ans après le numéro consacré aux « Temps composés de l’économie » par les Annales historiques de la Révolution française, le projet de ce colloque international vise à dresser un état des lieux de la recherche, tant pour valoriser les travaux en cours que pour en impulser de nouveaux en matière d’histoire économique de la période révolutionnaire. En revisitant des corpus d’archives déjà explorés ou en exploitant des sources encore méconnues, il s’agit de faire émerger des pistes de recherche inédites et des interprétations renouvelées à propos des mutations induites par le fait révolutionnaire sur les circuits et les dynamiques économiques, à l’échelle hexagonale mais aussi européenne et internationale.

Programme :  Continuer la lecture de Colloque « Les dynamiques économiques de la Révolution française », Paris (CNAM), 7-8 juin 2018

Colloque « Réactions et royalisme populaires à l’ère des révolutions (1789-1848) », Paris, 1er juin 2018, Vitoria-Gasteiz, 18-19 octobre 2018

Vendredi 1er juin : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e (France)

Jeudi 18 et vendredi 19 octobre 2018 : Faculté des Lettres, UPV/EHU, Paseo de la Universidad, 5, 01006 Vitoria-Gasteiz, Álava (Espagne)

Pré-inscription obligatoire pour la journée du 1er juin auprès de weiss.clement@gmail.com et/ou biblio.ihrf@univ-paris1.fr.

Colloque organisé par la faculté des lettres de l’université du Pays basque (UPV/EHU), l’IHRF-IHMC et le LARHRA.

Contacto/ contact : andoni.artola@ehu.eusweiss.clement@gmail.com

Alors que la poussée électorale inédite en Europe et aux États-Unis de mouvements populistes conservateurs, voire réactionnaires, pose aux sciences sociales le défi de dépasser les assignations simplistes pour décrire le comportement et les aspirations des « oubliés » et des « laissés-pour-compte », cette journée d’étude se présente comme une archéologie des formes de « réaction » populaires et marginales à l’ère des Révolutions atlantiques (ca. 1776-ca. 1848). Il s’agit d’analyser comment se construisent, autour de la défense d’un « ordre ancien » et d’une « tradition » souvent fantasmés, des radicalités politiques nouvelles auxquelles se rallient à la fois des élites déclassées ou menacées et un « petit peuple contre-révolutionnaire » encore introuvable. Continuer la lecture de Colloque « Réactions et royalisme populaires à l’ère des révolutions (1789-1848) », Paris, 1er juin 2018, Vitoria-Gasteiz, 18-19 octobre 2018

Appel à communications : « Mourir en révolutionnaire (XVIIIe-XXe siècle) », Rouen, 26-27 novembre 2019

« Que le peuple soit sauvé, et je fais volontiers le sacrifice de ma vie ». Cette phrase de Dartigoeyte, représentant du peuple montagnard, insérée dans son Opinion (…) sur la défense de Louis Capet, présentée devant la Convention nationale le 3 janvier 1793, combien d’autres révolutionnaires l’ont alors faite leur ? Deux semaines plus tard, l’assassinat de Le Peletier de Saint-Fargeau ouvrait une sinistre liste, celle des membres de cette Assemblée décédés d’une mort non naturelle, exécutés, suicidés, assassinés, morts en mission, morts en prison ou en déportation, tous tombés en raison de leurs engagements politiques. La Convention nationale fut également la première Assemblée législative a créé un temple civique destiné à abriter les restes des « grands hommes », ce Panthéon ouvert en avril 1791 pour accueillir la dépouille de Mirabeau et où Le Peletier entra à son tour le 24 janvier 1793, trois jours après l’exécution du roi détrôné. Si le culte des « grands hommes » possède naturellement des antécédents bien avant 1789, tandis que l’idée de martyre plonge ses racines aussi bien dans l’Antiquité que dans différentes traditions religieuses, la Révolution française inaugurait là une mémoire collective de l’immortalité voulue pour des révolutionnaires décédés au nom de la fière devise « La Liberté ou la mort ». Continuer la lecture de Appel à communications : « Mourir en révolutionnaire (XVIIIe-XXe siècle) », Rouen, 26-27 novembre 2019

Journée d’étude « Un engagement en vers et contre tous ? », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

Un engagement en vers et contre tous ? Servir les Révolutions, rejouer leurs mémoires (1789-1848)

Vendredi 23 mars 2018 
Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand
4 rue Ledru
Amphi 220, 2ème étage

L’évocation de l’engagement politique lors des révolutions françaises entre 1789 et 1848 peut faire penser aux pamphlets et à la presse, organes d’influence idéologique en temps de combat. Or les vers occupent une place significative dans ces supports médiatiques. La Décade philosophique prétend même que ces odes, chansons et hymnes composés sous la Révolution « passer[aie]nt à la postérité la plus reculée » (8 juin 1794). Qu’ils fréquentent la Muse en amateurs ou en professionnels de la plume, plusieurs acteurs politiques de la période sont ainsi des versificateurs de poésie, de théâtre, ou de chansons – pensons notamment à Marie-Joseph Chénier, François de Neufchâteau, Collot d’Herbois, Fabre d’Eglantine, Antoine-Vincent Arnault, et même au jeune Bonaparte ; à Benjamin Constant, Pierre Lebrun, Chateaubriand, Victor Hugo, ou encore Alphonse de Lamartine. L’un des héritages les plus emblématiques des Révolutions n’est-il pas d’ailleurs La Marseillaise ? Continuer la lecture de Journée d’étude « Un engagement en vers et contre tous ? », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

Appel à communication : colloque « Réclamer, soutenir, refuser la surveillance », Poitiers, octobre 2018

Appel à communication

Colloque international, Poitiers, 3, 4 et 5 octobre 2018, 

organisé par l’EA 4270 CRIHAM (Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie), Universités de Poitiers et Limoges

Réclamer, soutenir, refuser la surveillance de l’Antiquité à nos jours : enjeux idéologiques, politiques et sociaux

 

Michel Foucault affirmait en 1975 que les États avaient mis au point à partir du XVIe siècle, « tout un ensemble de procédures pour quadriller, contrôler, mesurer, dresser les individus, les rendre à la fois « dociles et utiles » » (Surveiller et punir. Naissance de la prison).
Sous sa plume, surveillance et contrôle se confondent en partie ; elles sont le fruit de procédures mises en œuvre, selon lui, pour assujettir, discipliner la société, normaliser ses comportements ; démarches qui, en termes de gouvernementalité, auraient progressivement été jugées plus rentables que le châtiment, la punition et auraient finalement conduit l’État à privilégier la prison comme réponse pénale aux déviances. Continuer la lecture de Appel à communication : colloque « Réclamer, soutenir, refuser la surveillance », Poitiers, octobre 2018

Appel à communications : « Les dynamiques économiques de la Révolution française », Paris, 7-8 juin 2018

Colloque international
« Les dynamiques économiques de la Révolution française »
7-8 juin 2018 (CNAM)

             Parmi les chantiers actuellement développés par l’historiographie révolutionnaire, force est de constater que les questions économiques, financières et monétaires restent peu étudiées au regard des recherches engagées sur des sujets politiques et culturels. Si la commémoration du premier centenaire de la Révolution française avait été marquée par la mise en place de la commission « Jaurès », de nombreuses éditions de sources et la publication d’ouvrages de recherche, le bicentenaire, tout en suscitant la parution de plusieurs volumes collectifs[1], n’est pas parvenu à impulser une dynamique scientifique durable en histoire économique sur la décennie révolutionnaire. Continuer la lecture de Appel à communications : « Les dynamiques économiques de la Révolution française », Paris, 7-8 juin 2018

Colloque international « L’exception politique en révolution » (Rouen, 7-8 novembre 2017)

L’exception politique en révolution. Pensées et pratiques (1789-1917)

7-8 novembre 2017

Organisé par Michel Biard et Jean-Numa Ducange (Université de Rouen-GRHIS), avec le soutien de la SER

Lieu : salle de conférences de la Maison de l’Université
Entrée libre et gratuite Continuer la lecture de Colloque international « L’exception politique en révolution » (Rouen, 7-8 novembre 2017)

Exposition Antonelle à Arles, sous la responsabilité scientifique de Pierre Serna (septembre-novembre 2017)

L’exposition « Antonelle, un Arlésien dans la Révolution française, 1747-1817 » replace Antonelle dans le contexte de la Révolution, parmi les Arlésiennes et les Arlésiens de son temps, puis dans le Paris
révolutionnaire. Le public y découvrira l’homme engagé, avec ses certitudes, ses contradictions, ses combats, ses erreurs et ses succès, dont l’invention de l’idée de démocratie représentative, précieux héritage, encore fondateur des valeurs de la République aujourd’hui.
Regroupant des documents des archives communales, de la médiathèque et du musée Réattu d’Arles, du Museon Arlaten, du musée-bibliothèque Paul Arbaud d’Aix, du musée de la Révolution française – Domaine de Vizille, du musée Carnavalet – Paris et de fonds privés, l’exposition a ouvert de nouvelles pistes et permis la
découverte de nouveaux documents : la dernière correspondance amoureuse d’Antonelle, mais aussi un dessin inédit d’Alexandre-Évariste Fragonard et surtout, la découverte exceptionnelle du seul portrait présumé d’Antonelle, jusque-là introuvable. Continuer la lecture de Exposition Antonelle à Arles, sous la responsabilité scientifique de Pierre Serna (septembre-novembre 2017)

Appel à communications : « Servir les révolutions, rejouer leurs mémoires », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

Un engagement en vers et contre tous : servir les révolutions, rejouer leurs mémoires (1789-1848)

Journée d’étude du 23 mars 2018, Université Clermont Auvergne

L’évocation de l’engagement politique lors des révolutions françaises entre 1789 et 1848 peut faire penser aux pamphlets et à la presse, organes d’influence idéologique en temps de combat. Or les vers occupent une place significative dans ces supports médiatiques. La Décade philosophique prétend même que ces odes, chansons et hymnes composés sous la Révolution « passer[aie]nt à la postérité la plus reculée » (8 juin 1794). Continuer la lecture de Appel à communications : « Servir les révolutions, rejouer leurs mémoires », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

Appel à communication : « L’exception politique en révolution (1789-1917) », Rouen, 7-8 novembre 2017.

L’exception politique en révolution. Pensées et pratiques (1789-1917)

 Colloque international, Rouen, 7-8 novembre 2017

Organisé par le laboratoire GRHis (Normandie Université, UniRouen), avec le soutien de l’IRHis (Normandie Université, UniRouen), de l’Université d’Orel (Russie), de la Fondation Gabriel Péri et de la Société des études robespierristes

 Sous la direction de Michel Biard et Jean-Numa Ducange.

A l’automne 1793, la Convention nationale décrète que le gouvernement de la République sera « révolutionnaire jusqu’à la paix », l’adjectif étant alors conçu comme synonyme d’« extraordinaire ». Les premiers signes annonciateurs de ce temps d’exception politique sont toutefois antérieurs et, par ailleurs, les Conventionnels n’inventent pas ex nihilo ce gouvernement extraordinaire. Continuer la lecture de Appel à communication : « L’exception politique en révolution (1789-1917) », Rouen, 7-8 novembre 2017.