Tous les articles par Paul Chopelin

Nos membres publient : Marc Belissa et Yannick Bosc, « Le Directoire, la république sans la démocratie »

Marc Belissa, Yannick Bosc, Le Directoire. La république sans la démocratie, Paris, La Fabrique, 2018, 304 p. ; 15 €

 Quelle est donc cette « tyrannie » dont les artisans du Directoire, après Thermidor, voulaient débarrasser la France ? À en croire Boissy d’Anglas, qui rédige la Constitution de l’an III, c’est celle des assemblées primaires, livrées au suffrage universel, où le peuple est « constamment délibérant ». Étrange « dictature », remarquent Yannick Bosc et Marc Belissa, que celle qui favorise la délibération des citoyens, organise l’opposition et autorise les insurrections…

À l’encontre du récit qui fait de la période du Directoire celle du « retour à la normale », les auteurs de ce livre y voient surtout la répression des éléments les plus subversifs de la Révolution : où les Droits de l’homme, rangés au placard des principes abstraits, s’effacent devant le droit des propriétaires ; où l’on décapite l’opposition dans le procès de Babeuf et des « Égaux » ; où l’on confisque la souveraineté populaire dans la confidence des assemblées censitaires ; où les intrigues – et l’armée – demeurent les seuls instruments de régulation politique. Continuer la lecture de Nos membres publient : Marc Belissa et Yannick Bosc, « Le Directoire, la république sans la démocratie »

Nos membres publient : Paul Chopelin et alii, « Heurs et malheurs de Louis XVII. Arrêt sur images »

« Heurs et malheurs de Louis XVII. Arrêt sur images », Gand, Snoeck, 2018, 95 p. 20 €

Résumé

Mort en 1795, à l’âge de 10 ans, dans la prison du Temple, Louis XVII n’a régné que nominalement sur la France. Si la destinée tragique du fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette a longtemps stimulé l’imagination des amateurs de mystères historiques, elle a aussi inspiré de très nombreux artistes entre la fin du XVIIIe et le début du XXe siècle. Aux premiers chantres de la royauté meurtrie, succèdent, à partir des années 1830, les peintres romantiques, attirés avant tout par la dimension spectaculaire de ce huis-clos carcéral. Dans toute l’Europe, la captivité de Louis XVII, érigée en archétype pictural de l’innocence corrompue, est peinte, gravée et sculptée. Si certaines œuvres font scandale, à l’instar du Capet lève-toi ! d’Émile Mascré, refusé au Salon de 1838, le sujet devient peu à peu un lieu commun de l’iconographie historique de la Révolution française. Il trouve naturellement sa place au musée Grévin, tandis que pièces de théâtre et films viennent animer les souffrances du jeune captif pour un public avide d’émotions fortes. Réunissant une soixantaine d’œuvres, cet ouvrage revient sur les différentes étapes de la constitution de cet archétype iconographique, des premières images produites sous la Révolution à l’entrée dans la culture de masse au cours du XXe siècle. Continuer la lecture de Nos membres publient : Paul Chopelin et alii, « Heurs et malheurs de Louis XVII. Arrêt sur images »

Colloque « Les dynamiques économiques de la Révolution française », Paris (CNAM), 7-8 juin 2018

Lieu : CNAM, Amphithéâtre abbé Grégoire, 292 rue Saint-Martin, Paris 3e, métro Réaumur ou Arts-et-Métiers.

Dix ans après le numéro consacré aux « Temps composés de l’économie » par les Annales historiques de la Révolution française, le projet de ce colloque international vise à dresser un état des lieux de la recherche, tant pour valoriser les travaux en cours que pour en impulser de nouveaux en matière d’histoire économique de la période révolutionnaire. En revisitant des corpus d’archives déjà explorés ou en exploitant des sources encore méconnues, il s’agit de faire émerger des pistes de recherche inédites et des interprétations renouvelées à propos des mutations induites par le fait révolutionnaire sur les circuits et les dynamiques économiques, à l’échelle hexagonale mais aussi européenne et internationale.

Programme :  Continuer la lecture de Colloque « Les dynamiques économiques de la Révolution française », Paris (CNAM), 7-8 juin 2018

Colloque « Réactions et royalisme populaires à l’ère des révolutions (1789-1848) », Paris, 1er juin 2018, Vitoria-Gasteiz, 18-19 octobre 2018

Vendredi 1er juin : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne, Paris 5e (France)

Jeudi 18 et vendredi 19 octobre 2018 : Faculté des Lettres, UPV/EHU, Paseo de la Universidad, 5, 01006 Vitoria-Gasteiz, Álava (Espagne)

Pré-inscription obligatoire pour la journée du 1er juin auprès de weiss.clement@gmail.com et/ou biblio.ihrf@univ-paris1.fr.

Colloque organisé par la faculté des lettres de l’université du Pays basque (UPV/EHU), l’IHRF-IHMC et le LARHRA.

Contacto/ contact : andoni.artola@ehu.eusweiss.clement@gmail.com

Alors que la poussée électorale inédite en Europe et aux États-Unis de mouvements populistes conservateurs, voire réactionnaires, pose aux sciences sociales le défi de dépasser les assignations simplistes pour décrire le comportement et les aspirations des « oubliés » et des « laissés-pour-compte », cette journée d’étude se présente comme une archéologie des formes de « réaction » populaires et marginales à l’ère des Révolutions atlantiques (ca. 1776-ca. 1848). Il s’agit d’analyser comment se construisent, autour de la défense d’un « ordre ancien » et d’une « tradition » souvent fantasmés, des radicalités politiques nouvelles auxquelles se rallient à la fois des élites déclassées ou menacées et un « petit peuple contre-révolutionnaire » encore introuvable. Continuer la lecture de Colloque « Réactions et royalisme populaires à l’ère des révolutions (1789-1848) », Paris, 1er juin 2018, Vitoria-Gasteiz, 18-19 octobre 2018

Appel à communications : « Mourir en révolutionnaire (XVIIIe-XXe siècle) », Rouen, 26-27 novembre 2019

« Que le peuple soit sauvé, et je fais volontiers le sacrifice de ma vie ». Cette phrase de Dartigoeyte, représentant du peuple montagnard, insérée dans son Opinion (…) sur la défense de Louis Capet, présentée devant la Convention nationale le 3 janvier 1793, combien d’autres révolutionnaires l’ont alors faite leur ? Deux semaines plus tard, l’assassinat de Le Peletier de Saint-Fargeau ouvrait une sinistre liste, celle des membres de cette Assemblée décédés d’une mort non naturelle, exécutés, suicidés, assassinés, morts en mission, morts en prison ou en déportation, tous tombés en raison de leurs engagements politiques. La Convention nationale fut également la première Assemblée législative a créé un temple civique destiné à abriter les restes des « grands hommes », ce Panthéon ouvert en avril 1791 pour accueillir la dépouille de Mirabeau et où Le Peletier entra à son tour le 24 janvier 1793, trois jours après l’exécution du roi détrôné. Si le culte des « grands hommes » possède naturellement des antécédents bien avant 1789, tandis que l’idée de martyre plonge ses racines aussi bien dans l’Antiquité que dans différentes traditions religieuses, la Révolution française inaugurait là une mémoire collective de l’immortalité voulue pour des révolutionnaires décédés au nom de la fière devise « La Liberté ou la mort ». Continuer la lecture de Appel à communications : « Mourir en révolutionnaire (XVIIIe-XXe siècle) », Rouen, 26-27 novembre 2019

Nos membres publient : Samuel Guicheteau, « David, la fabrique du génie »

Tous les Français connaissent les chefs-d’oeuvre de David : Le Serment du Jeu de paume et Le Sacre de Napoléon figurent dans leur musée imaginaire. Ces œuvres néo-classiques font de David le grand peintre – l’artiste génial ? – de la Révolution et de l’Empire. Mais comment être à la fois un compagnon de Robespierre à la Convention et un notable à la cour de Napoléon ? Pourquoi Le Serment du Jeu de paume reste-t-il inachevé ? Et comment devenir un génie ? Continuer la lecture de Nos membres publient : Samuel Guicheteau, « David, la fabrique du génie »

Assemblée générale de la SER, samedi 17 mars 2018, CNAM, Paris

Le samedi 17 mars 2018, à 14h, l’Assemblée générale de la Société des études robespierristes aura lieu au Conservatoire national des Arts et Métiers, dans l’amphithéâtre abbé Grégoire. A cette occasion, l’ensemble des sociétaires est convié à participer à l’assemblée et à débattre autour du rapport moral et financier de l’année écoulée, puis sur les projets et orientations pour les années 2018 et 2019.

Continuer la lecture de Assemblée générale de la SER, samedi 17 mars 2018, CNAM, Paris

Journée d’étude « Un engagement en vers et contre tous ? », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

Un engagement en vers et contre tous ? Servir les Révolutions, rejouer leurs mémoires (1789-1848)

Vendredi 23 mars 2018 
Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand
4 rue Ledru
Amphi 220, 2ème étage

L’évocation de l’engagement politique lors des révolutions françaises entre 1789 et 1848 peut faire penser aux pamphlets et à la presse, organes d’influence idéologique en temps de combat. Or les vers occupent une place significative dans ces supports médiatiques. La Décade philosophique prétend même que ces odes, chansons et hymnes composés sous la Révolution « passer[aie]nt à la postérité la plus reculée » (8 juin 1794). Qu’ils fréquentent la Muse en amateurs ou en professionnels de la plume, plusieurs acteurs politiques de la période sont ainsi des versificateurs de poésie, de théâtre, ou de chansons – pensons notamment à Marie-Joseph Chénier, François de Neufchâteau, Collot d’Herbois, Fabre d’Eglantine, Antoine-Vincent Arnault, et même au jeune Bonaparte ; à Benjamin Constant, Pierre Lebrun, Chateaubriand, Victor Hugo, ou encore Alphonse de Lamartine. L’un des héritages les plus emblématiques des Révolutions n’est-il pas d’ailleurs La Marseillaise ? Continuer la lecture de Journée d’étude « Un engagement en vers et contre tous ? », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

Nos membres publient : Timothy Tackett, « Anatomie de la Terreur »

Anatomie de la Terreur
Le processus révolutionnaire (1787-1793)

Timothy Tackett

Trad. Serge Chassagne, Editions du Seuil, coll. L’Univers historique, 2018, 480 p., 26 €

Comment l’élan démocratique de 1789 a-t-il pu donner naissance à la violence terroriste de 1793 ? Cette question obsédait déjà les contemporains, qui y voyaient non seulement un défi politique et une épreuve morale mais aussi un scandale logique. « Ce qui sera à jamais incompréhensible, c’est le contraste inouï de nos principes et de nos folies », écrit le révolutionnaire Dominique Garat dès 1795. Face à cette contradiction, les historiens se séparent généralement en deux camps : certains accusent la Terreur au nom de la continuité idéologique entre 1789 et 1793, d’autres l’excusent au nom des circonstances. Timothy Tackett n’instruit pas le procès de la Révolution, il décrit le processus révolutionnaire. Continuer la lecture de Nos membres publient : Timothy Tackett, « Anatomie de la Terreur »

Nos membres publient : Michel Biard, Jean-Numa Ducange et Jean-Yves Frétigné (dir.), « Centralisation et fédéralisme »

Centralisation et fédéralisme

Les modèles et leur circulation dans l’espace européen francophone, germanophone et italophone

Coordination éditoriale de Michel BiardJean-Numa DucangeJean-Yves Frétigné

A l’aube du XXIe siècle, la question de l’organisation des pouvoirs et du fil conducteur entre ces pouvoirs possède toujours une grande acuité, certains pays européens ayant choisi des voies menant vers une organisation de type fédéral, d’autres ayant privilégié un modèle plus centralisé, sans pour autant que deux « modèles » s’opposent de manière manichéenne. Dans la plupart des cas, ces structures étatiques font encore l’objet de débats, voire de controverses, et la centralisation est souvent évoquée en association avec son antonyme, la décentralisation, voire avec le fédéralisme. Continuer la lecture de Nos membres publient : Michel Biard, Jean-Numa Ducange et Jean-Yves Frétigné (dir.), « Centralisation et fédéralisme »