Tous les articles par Paul Chopelin

Vient de paraître : Walter Markov, « Jacques Roux, le curé rouge »

Né en Charente (1752) dans une famille nombreuse, Jacques Roux deviendra prêtre – seul moyen d’éducation pour les pauvres – et vicaire de Saint-Nicolas-des-Champs, section des Gravilliers. Il rallie le clergé constitutionnel en 1791, et devient ce que l’on appellera un « curé rouge ». Nommé commissaire chargé d’assister à l’exécution de Louis XVI, il fréquente le club des Cordeliers, qui approuve une adresse lue à la Convention le 25 juin 1793 : le « Manifeste des Enragés ».  Trois jours après le meurtre de Marat, qu’il a connu et hébergé, Roux publie la suite d’un de ses journaux, Le Publiciste de la République. Il y affirme : « Les productions de la terre […] appartiennent à tous les hommes. » Marx le considèrera comme l’un des précurseurs du communisme.  Continuer la lecture de Vient de paraître : Walter Markov, « Jacques Roux, le curé rouge »

Appel à communications : « Les dynamiques économiques de la Révolution française », Paris, 7-8 juin 2018

Colloque international
« Les dynamiques économiques de la Révolution française »
7-8 juin 2018 (CNAM)

             Parmi les chantiers actuellement développés par l’historiographie révolutionnaire, force est de constater que les questions économiques, financières et monétaires restent peu étudiées au regard des recherches engagées sur des sujets politiques et culturels. Si la commémoration du premier centenaire de la Révolution française avait été marquée par la mise en place de la commission « Jaurès », de nombreuses éditions de sources et la publication d’ouvrages de recherche, le bicentenaire, tout en suscitant la parution de plusieurs volumes collectifs[1], n’est pas parvenu à impulser une dynamique scientifique durable en histoire économique sur la décennie révolutionnaire. Continuer la lecture de Appel à communications : « Les dynamiques économiques de la Révolution française », Paris, 7-8 juin 2018

Nos membres publient : Paul Chopelin (dir.), « Gouverner une Eglise en Révolution »

Paul CHOPELIN (dir.), Gouverner une Eglise en Révolution. Histoire et mémoires de l’épiscopat constitutionnel, Lyon, LARHRA-Chrétiens et Sociétés, Documents et mémoires, n° 31, 2017, 316 p. ISBN : 979-10-91592-16-1 ; 22 €

« Intrus », « apostats », « schismatiques »… Les qualificatifs dépréciatifs n’ont guère manqué sous la plume des historiens catholiques du XIXe siècle pour décrire l’action des évêques constitutionnels, institués par l’Assemblée nationale constituante en 1790 pour prendre la tête de l’Église de France « régénérée ». Catholiques révolutionnaires, fervents républicains pour certains, cet engagement politique leur a été sévèrement reproché après la signature du Concordat de 1801, donnant naissance à une véritable légende noire. Dans le même temps, l’historiographie républicaine a longtemps occulté leur rôle politique en raison de leur état ecclésiastique, jugé incompatible avec la défense des idéaux révolutionnaires. Seule la figure du célèbre évêque de Blois, Henri Grégoire, panthéonisé en 1989, réussit à émerger et retient régulièrement l’attention des chercheurs depuis ces trois dernières décennies. Continuer la lecture de Nos membres publient : Paul Chopelin (dir.), « Gouverner une Eglise en Révolution »

Vient de paraître : « La surveillance révolutionnaire dans l’Ouest en guerre »

Cette publication se place dans le cadre de l’enquête collective sur les comités de surveillance menée par la Société des études robespierristes. Elle reprend les actes des deux journées d’études tenues à Poitiers et à Rennes, centrés sur la spécificité de la surveillance dans l’Ouest confronté à la proximité de la guerre intérieure. Cet ouvrage s’efforce, à partir d’études concrètes, de répondre à plusieurs questions méthodologiques ou fondamentales. Quelles sources permettent de les connaître lorsque les sources directes, registres de délibérations, ont été détruites ? Quelle a été la place des comités dans la lutte contre les rebelles vendéens et chouans ? Continuer la lecture de Vient de paraître : « La surveillance révolutionnaire dans l’Ouest en guerre »

Colloque international « L’exception politique en révolution » (Rouen, 7-8 novembre 2017)

L’exception politique en révolution. Pensées et pratiques (1789-1917)

7-8 novembre 2017

Organisé par Michel Biard et Jean-Numa Ducange (Université de Rouen-GRHIS), avec le soutien de la SER

Lieu : salle de conférences de la Maison de l’Université
Entrée libre et gratuite Continuer la lecture de Colloque international « L’exception politique en révolution » (Rouen, 7-8 novembre 2017)

Exposition Antonelle à Arles, sous la responsabilité scientifique de Pierre Serna (septembre-novembre 2017)

L’exposition « Antonelle, un Arlésien dans la Révolution française, 1747-1817 » replace Antonelle dans le contexte de la Révolution, parmi les Arlésiennes et les Arlésiens de son temps, puis dans le Paris
révolutionnaire. Le public y découvrira l’homme engagé, avec ses certitudes, ses contradictions, ses combats, ses erreurs et ses succès, dont l’invention de l’idée de démocratie représentative, précieux héritage, encore fondateur des valeurs de la République aujourd’hui.
Regroupant des documents des archives communales, de la médiathèque et du musée Réattu d’Arles, du Museon Arlaten, du musée-bibliothèque Paul Arbaud d’Aix, du musée de la Révolution française – Domaine de Vizille, du musée Carnavalet – Paris et de fonds privés, l’exposition a ouvert de nouvelles pistes et permis la
découverte de nouveaux documents : la dernière correspondance amoureuse d’Antonelle, mais aussi un dessin inédit d’Alexandre-Évariste Fragonard et surtout, la découverte exceptionnelle du seul portrait présumé d’Antonelle, jusque-là introuvable. Continuer la lecture de Exposition Antonelle à Arles, sous la responsabilité scientifique de Pierre Serna (septembre-novembre 2017)

Candidature Prix Albert Mathiez 2017

APPEL À CANDIDATURES !

La Société des études robespierristes distingue, tous les trois ans, un travail inédit sur la période révolutionnaire, comprise dans un sens large, allant des années 1770 aux années 1830 : travail universitaire remanié ou toute autre étude originale. Le prix Albert Mathiez, attribué à ce travail, en assure la publication sous forme d’un ouvrage de la collection « Prix Albert Mathiez ». Continuer la lecture de Candidature Prix Albert Mathiez 2017

Appel à communications : « Servir les révolutions, rejouer leurs mémoires », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

Un engagement en vers et contre tous : servir les révolutions, rejouer leurs mémoires (1789-1848)

Journée d’étude du 23 mars 2018, Université Clermont Auvergne

L’évocation de l’engagement politique lors des révolutions françaises entre 1789 et 1848 peut faire penser aux pamphlets et à la presse, organes d’influence idéologique en temps de combat. Or les vers occupent une place significative dans ces supports médiatiques. La Décade philosophique prétend même que ces odes, chansons et hymnes composés sous la Révolution « passer[aie]nt à la postérité la plus reculée » (8 juin 1794). Continuer la lecture de Appel à communications : « Servir les révolutions, rejouer leurs mémoires », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

En librairie : « Collectionner la Révolution française »

Gilles BERTRAND, Michel BIARD, Alain CHEVALIER, Martial POIRSON, Pierre SERNA (dir.), Collectionner la Révolution française, Paris, Société des études robespierristes, 2017, 312 p. ISBN : 978-2908327-95-3 ; 25 €

Pour détourner une phrase célèbre de Saint-Just, peut-on collectionner « innocemment » ? Rechercher, rassembler, conserver, le cas échéant exposer des objets et/ou des écrits de la Révolution française suppose au minimum un intérêt pour l’idée même de collection, mais peut aussi impliquer le désir de transmettre le souvenir et les héritages des années 1789-1799. Le premier cas peut tenir de la simple érudition, d’un esprit inclinant à la collection, voire d’achats susceptibles de donner lieu à échanges, reventes, etc., sans que le politique y trouve toujours sa place. Le second cas renvoie au domaine des « passeurs de révolution », de celles et ceux pour qui objets, images, écrits relèvent aussi d’une mémoire à transmettre aux générations successives, éventuellement au nom de l’idée d’une révolution qui ne serait pas encore advenue et de principes qui resteraient à défendre. Quelle que soit l’hypothèse suivie, si elle est privée, la collection reste fondamentalement l’oeuvre d’une vie et ne survit pas souvent à celle ou à celui qui l’a créée, au gré des héritages et des dispersions après-décès. On le sait, une partie importante des collections publiques au XXIe siècle provient de collections privées ainsi dispersées. Cependant les collections publiques ne sont pas seulement le résultat de rachats ou de dons de fonds privés, mais également le fruit de volontés politiques afin de construire, pour des collectivités entières, des objets de mémoires à partager et donnant du sens à la Révolution, qui finissent par constituer des patrimoines nationaux. Pourquoi et comment collectionner la Révolution française ? Qui ont été ces collectionneurs, comment et sur quoi ont-ils fondé leur érudition, leurs techniques de collectionneur, leurs réseaux ? Ce sont ces parcours que le présent ouvrage se propose d’interroger.

Lien éditeur

Nos membres publient : Michel BIARD, « La Révolution hantée »

Michel BIARD, La Révolution hantée ; Enfers fantasmés et Révolution française, Paris, Vendémiaire, coll. Révolutions, 2017, 204 p. ISBN : 978-2-36358-273-7 ; 21 €

Les premiers à comparaître au tribunal de Lucifer furent les corps décapités de juillet 1789. À partir de ce moment, et tout au long de la Révolution française, les enfers ne désempliront pas… C’est du moins ce que racontent les pamphlets, journaux et images de l’époque qui mirent en scène l’au-delà, sans discontinuer, jusqu’en 1795. Y apparaissent les rives du Tartare et les Champs Élysées, les rencontres de Mirabeau ou Robespierre avec Pluton, Belzébuth ou Cerbère, les galeries des supplices, les sarabandes de démons et autres créatures inquiétantes. Continuer la lecture de Nos membres publient : Michel BIARD, « La Révolution hantée »