Vient de paraître : Jean-Clément Martin, “Un détail inutile ? Le dossier des peaux tannées, Vendée 1794”

JC-MartinDetailJean-Clément Martin, Un détail inutile ? Le dossier des peaux tannées, Vendée 1794, Paris, Vendémiaire, coll. Révolutions, 2013, 160 p. ISBN : 978-2-36358-055-9 ; 16 €

Des hommes capturés, exécutés, qu’on aurait écorchés avant de procéder au tannage de leur peau, utilisée pour confectionner des objets ou relier des livres… Le fait est attesté, durant la Révolution. En décembre 1793, près d’Angers, aux Ponts-de-Cé, des milliers de prisonniers vendéens sont tués, selon les témoignages recueillis par les représentants en mission. Quelques-uns citent l’écorchement de 32 hommes sur ordre d’un officier de santé, Pecquel, qui aurait ensuite fait traiter les peaux par un tanneur d’Angers.

Bavure isolée ou bien, comme une légende noire le laisse entendre depuis deux siècles, véritable entreprise d’État ? Des membres du Comité de salut public sont accusés d’avoir installé à Meudon une tannerie de peaux humaines, pour en faire des culottes ou pour relier des exemplaires de la Constitution.

Jean-Clément Martin entreprend ici d’examiner les pièces du dossier, afin de rendre compte des rumeurs, des accusations et des faits, tels qu’ils peuvent être recensés dans les années 1793-1799. Mais au-delà, il inscrit ces éléments dans la perspective plus large de l’histoire de l’écorchement, supplice ou pratique chirurgicale, voire sociale, repérable de l’Antiquité à nos jours.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.