Vient de paraître : Caroline et Paul Chopelin, “L’obscurantisme et les Lumières”

CouvGregoireCaroline et Paul Chopelin, L’obscurantisme et les Lumières. Itinéraire de l’abbé Grégoire, évêque révolutionnaire, Paris, Vendémiaire, coll. Révolutions, 2013, 281 p. ISBN 978-2-36358-040-5 ; 20 €

Il est entré au Panthéon en 1989, lors des cérémonies célébrant le bicentenaire de la Révolution française, à l’indignation de certains dignitaires de l’Église catholique, qui le considéraient comme un traître, mais aussi de nombreux intellectuels pour lesquels son combat en faveur de l’émancipation des Juifs était entaché des préjugés antisémites propres à son époque. Depuis près de deux siècles, en effet, la mémoire de cet évêque qui signa la Constitution civile du clergé, ne s’opposa pas à la condamnation à mort du roi et poursuivit sous l’Empire une carrière politique, est aussi louée que décriée. Ses thuriféraires mettent en avant son combat pour l’abolition de l’esclavage ; ses détracteurs rappellent sa volonté d’éradiquer les langues régionales… Alors, Grégoire, apôtre radical de la Révolution, ou défenseur des minorités opprimées ? C’est le mérite de ce livre que de rappeler, au fil d’un portrait intellectuel nuancé, la complexité d’une pensée qui fut d’abord théologique et de l’inscrire à la fois dans une généalogie spirituelle et dans les enjeux philosophiques de son temps : Grégoire fut d’abord un catholique fervent, dont la vision millénaristes a fait de la Révolution l’étape nécessaire au règne de Dieu sur la terre. De quoi expliquer bien des contradictions apparentes et bien des prises de position qui peuvent apparaître aujourd’hui comme marquées du sceau de l’anachronisme ou des préjugés.

Présentation de l’ouvrage par Jean-Clément Martin :

Table des matières :

Préface de Bernard Plongeron.

Avant-propos.

Un prêtre des Lumières (1750-1789).

Le député patriote (1789-1791).

Un évêque militant (1791-1793).

Le conventionnel (1792-1795).

Réconciliation de l’Église et de l’État (1794-1801).

L’irréductible opposant (1801-1831).

La République et le messianisme : controverses sur l’émancipation des Juifs.

« L’ami des Noirs ».

Former les citoyens.

Aux origines de la démocratie chrétienne.

Le compagnon de route du parti janséniste.

Des mémoires et des prix, ou les matériaux de la postérité.

Grégoire contre Grégoire, naissance d’un mythe dans le siècle des Révolutions.

Une figure de l’antiracisme dans la France des années 1930.

Hommages et controverses au temps des décolonisations.

Parmi les « Grands Hommes ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.