Nos membres publient : Michel Biard et Marisa Linton, « Terreur ! »

Michel Biard et Marisa Linton, Terreur ! La Révolution française face à ses démons, Paris, Armand Colin, coll. Mnemosya, 2020, 304 p., EAN : 9782200623517 ; 22,90 € (14,99 € en eBook)

Au cœur de la réflexion sur la Révolution française, la «  terreur  » constitue une véritable énigme.
Comment cette révolution, qui promeut les Droits de l’Homme, entend réformer la justice au nom des Lumières et convaincre ses opposants par la seule force de la Raison, en vient-elle à mettre en œuvre une terrible répression contre ses adversaires  ? La guillotine, initialement conçue pour être un symbole d’humanisation de la peine capitale, devient ainsi un redoutable instrument d’élimination politique et marque en profondeur l’image de la Révolution, mais aussi celle de la France dans le monde.
Fruit d’un prétendu «  système  » inventé par les vainqueurs de Robespierre, la Terreur est ici saisie dans toute sa complexité, notamment dans ses liens avec l’état d’exception et le Gouvernement révolutionnaire. Cet ouvrage a pour ambition de livrer des éléments factuels et des réflexions qui permettront de comprendre comment ce phénomène de la «  terreur  » a pu aussi durablement ternir l’image et le souvenir de la Révolution française.

Table des matières :

Chapitre 1. La Terreur, un concept imposé par les thermidoriens.

Chapitre 2. Que signifie le mot « terreur » au XVIIIe siècle ?

Chapitre 3. Le poids des peurs et des émotions.

Chapitre 4. Radicalisation des affrontements et aggravation de la répression.

Chapitre 5. Un temps d’exception politique.

Chapitre 6. Les luttes politiques au sein de la Convention, un moteur de la « terreur ».

Chapitre 7. Paris et la « Vendée » au coeur de la « terreur »

Chapitre 8. Quels bilans ?

Lien éditeur


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.