Nos membres publient : Paul Chopelin et alii, « Heurs et malheurs de Louis XVII. Arrêt sur images »

« Heurs et malheurs de Louis XVII. Arrêt sur images », Gand, Snoeck, 2018, 95 p. 20 €

Résumé

Mort en 1795, à l’âge de 10 ans, dans la prison du Temple, Louis XVII n’a régné que nominalement sur la France. Si la destinée tragique du fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette a longtemps stimulé l’imagination des amateurs de mystères historiques, elle a aussi inspiré de très nombreux artistes entre la fin du XVIIIe et le début du XXe siècle. Aux premiers chantres de la royauté meurtrie, succèdent, à partir des années 1830, les peintres romantiques, attirés avant tout par la dimension spectaculaire de ce huis-clos carcéral. Dans toute l’Europe, la captivité de Louis XVII, érigée en archétype pictural de l’innocence corrompue, est peinte, gravée et sculptée. Si certaines œuvres font scandale, à l’instar du Capet lève-toi ! d’Émile Mascré, refusé au Salon de 1838, le sujet devient peu à peu un lieu commun de l’iconographie historique de la Révolution française. Il trouve naturellement sa place au musée Grévin, tandis que pièces de théâtre et films viennent animer les souffrances du jeune captif pour un public avide d’émotions fortes. Réunissant une soixantaine d’œuvres, cet ouvrage revient sur les différentes étapes de la constitution de cet archétype iconographique, des premières images produites sous la Révolution à l’entrée dans la culture de masse au cours du XXe siècle.

Introduction  (Paul Chopelin)

Première partie. Une icône royaliste à l’épreuve de la Révolution

Paul Chopelin, « Le deuil et l’espoir : Landon et Nicodemo, peintres de la survivance dynastique (1791-1793) »

Paul Chopelin, « La première iconographie de Louis XVII au Temple (1793-1795) »

Hélène Becquet, « Une royauté éphémère »

Hélène Becquet, « La captivité de Louis XVII, entre histoire et légende »

Deuxième partie. Un sujet de l’histoire romantique

Michaël Vottero, « Peindre l’enfance au XIXe siècle »

Alain Chevalier, « Émile Mascré et l’enfant du Temple »

François de Vergnette, « L’enfant du Temple dans la peinture européenne, année 1850-années 1870 »

Troisième partie. Visions politiques

Patrick Clastres, « Louis XVII au Temple (1875) par Charles Louis de Coubertin : un tableau contre-révolutionnaire dans la France de MacMahon »

François de Vergnette, « Une vision républicaine de Louis XVII dans Une scène, au Temple de Jean-Jacques Scherrer exposée au Salon de 1880″

Marie Kawthar Daouda, « Ésotérisme, mystique et royalisme providentiel : le fantôme de Louis XVII dans la littérature fin de siècle »

Paul Chopelin, « Verlaine et Louis XVII »

François de Vergnette, « Louis XVII en marbre »

Paul Chopelin, « Louis XVII et Simon, actualités d’une image dans l’entre-deux-guerres »

Quatrième partie. L’enfant du Temple dans la culture populaire, des années 1880 à nos jours

Paul Chopelin et François de Vergnette, « Capet, évade-toi ! Aventure, romance et mystère autour de Louis XVII »

Pascale Martinez, « Louis XVII au musée Grévin »

Paul Chopelin, « Louis XVII pour la jeunesse »

Annexes

Repère chronologiques sur Louis XVII

Liste des peintures et sculptures représentant le dauphin ou Louis XVII exposées dans les salons à Paris entre 1827 et 1932

Bibliographie générale

Lien éditeur

Cet ouvrage est le catalogue de l’exposition temporaire du Musée de la Révolution française de Vizille (jusqu’au 1er octobre 2018).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.