Journée d’étude « Un engagement en vers et contre tous ? », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

Un engagement en vers et contre tous ? Servir les Révolutions, rejouer leurs mémoires (1789-1848)

Vendredi 23 mars 2018 
Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand
4 rue Ledru
Amphi 220, 2ème étage

L’évocation de l’engagement politique lors des révolutions françaises entre 1789 et 1848 peut faire penser aux pamphlets et à la presse, organes d’influence idéologique en temps de combat. Or les vers occupent une place significative dans ces supports médiatiques. La Décade philosophique prétend même que ces odes, chansons et hymnes composés sous la Révolution « passer[aie]nt à la postérité la plus reculée » (8 juin 1794). Qu’ils fréquentent la Muse en amateurs ou en professionnels de la plume, plusieurs acteurs politiques de la période sont ainsi des versificateurs de poésie, de théâtre, ou de chansons – pensons notamment à Marie-Joseph Chénier, François de Neufchâteau, Collot d’Herbois, Fabre d’Eglantine, Antoine-Vincent Arnault, et même au jeune Bonaparte ; à Benjamin Constant, Pierre Lebrun, Chateaubriand, Victor Hugo, ou encore Alphonse de Lamartine. L’un des héritages les plus emblématiques des Révolutions n’est-il pas d’ailleurs La Marseillaise ?

Peu d’ouvrages placent l’engagement littéraire de la Révolution de 1789-1799 au cœur de leur étude, d’autant moins quand il s’agit des vers. Pourtant, les travaux récents de Corine Legoy et de Jean-Luc Chappey, parmi d’autres, nous démontrent que la poésie reste un mode d’expression privilégié de l’engagement politique, non seulement sous la Révolution, mais même lors de la Restauration. En effet, surtout pour une enquête allant jusqu’en 1848, il s’agit d’un moment où les vers sont en pleine redéfinition (avec la démocratisation de la versification, la montée de la poésie ouvrière et des fluctuations génériques, notamment l’essor du drame et du poème en prose) et où la mémoire des révolutions françaises prend une autre signification à l’échelle européenne. Ces évolutions rendent d’autant plus nécessaire d’examiner l’engagement et l’invocation de la mémoire révolutionnaire dans les vers.

La mémoire de la « Grande Révolution » reste au cœur de l’engagement politique à travers les décennies, et ses œuvres, telles que les chansons, pièces de théâtre et pamphlets, sont réimprimées, surtout au moment des crises politiques. Les versificateurs font revivre la Révolution et s’en servent pour leur combat idéologique. La poésie et le théâtre, comme genres littéraires, s’affirment donc comme l’expression de manifestations collectives, que ce soit sur les planches, ou lors de lectures et autres récitations publiques.

8h45-9h00 : Accueil
9h00-9h15 : Présentation et introduction par Clare SIVITER (U.de Bristol) et Jérémy DECOT (doctorant, U. Clermont-Auvergne)

9h15-9h55 – LES CHENIER

9h15-9h35 : Gauthier AMBRUS (doctorant, Paris-Sorbonne), Les hymnes de Marie-Joseph Chénier
9h35-9h55 : Thibault JULIAN (U. de Valenciennes), Entre Pindare et Archiloque : les frères Chénier, poètes de la Révolution)

9h55-10h40 – Conférence de Catriona SETH (U. d’Oxford) : André Chénier

10h40-11h00 : Discussion
11h00-11h15 : Pause

11h15-12h35 – LE TEMPS COURT DE LA MÉMOIRE DE LA « GRANDE RÉVOLUTION »

11h15-11h35 : Geneviève BOUCHER (U.d’Ottawa), Engagement révolutionnaire et poésie de circonstance : les poèmes et chansons patriotiques en l’honneur de Lepeletier et de Marat
11h35-11h55 : Louis HINCKER (U. Clermont Auvergne), Lyrisme politique et inquiétude lyrique : l’expérience poétique de Lacombe Saint-Michel
11h55-12h15 : Pierre BLANCHARD (docteur U. Toulouse), La Révolution dans la satire politique entre Thermidor et l’Empire

12h15-12h35 : Discussion

14h30-1700 – LE TEMPS LONG DE LA MÉMOIRE RÉVOLUTIONNAIRE EN FRANCE ET AU-DELÀ

14h30-14h50 : Sophie-Anne LETERRIER (U.d’Artois), Chanter la Révolution de 1815 à 1848 : la place de Béranger
14h50-15h10 : Lætitia SAINTES (doctorante, U. de Louvain), « Si mon vers est trop cru, si sa bouche est sans frein, c’est qu’il sonne aujourd’hui dans un siècle d’airain. » Modalités du symbolisme t-révolutionnaire dans leslambes d’Auguste Barbier

15h10-15h30 : Discussion

15h30-15h50 : Erica MANNUCI (U. de Milan), Déplacer et replacer la poésie révolutionnaire entre la rance et l’Italie : le cas de Giovanni Fantoni
15h50-16h10 : Patrice ADICO (U. d’Abidjan), Autopsie de la « Révolution » allemande de mars 1848 dans la poésie de Georg Herwegh

15h55-17h00 : Discussion et conclusions

Page de la manifestation sur le site du CHEC


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.