La vie des idées, dossier spécial : « Le retour des Révolutions ? »

Le retour des Révolutions ?

Dossier spécial de La vie des idées (mars-avril 2013)

Printemps arabe, Indignés, hacktivistes, la révolution a le vent en poupe. Mais que recouvre désormais ce terme ? Historiens, philosophes et observateurs des mouvements sociaux actuels donnent leur point de vue.

La révolution serait-elle en train de sortir des oubliettes de l’histoire ? Le mot, réactivé depuis 2010 par le « printemps arabe » et le mouvement des Indignés, utilisé pour décrire les actions des hacktivistes, voit semble-t-il son emploi à la fois élargi et déplacé. Longtemps associée au totalitarisme, la révolution revient en faveur dans les commentaires sur les mouvements sociaux les plus récents. Si des doutes sont exprimés, ils portent moins sur la nature démocratique de ces mouvements que sur leurs capacités à réaliser pleinement leurs objectifs. Comme si l’exigence d’un gouvernement du peuple par le peuple n’était plus menacée par la dynamique révolutionnaire elle-même, mais par la force de ses opposants, et qu’elle redevenait un moteur positif du changement historique.

Que traduit cette nouvelle vision optimiste de « la » révolution, le plus souvent désignée au singulier ? En quoi consiste exactement ce changement de perspective et de quoi est-il le symptôme ? Pour répondre à ces questions, La Vie des Idées a convié des historiens et des philosophes, observateurs plus ou moins proches des mouvements sociaux récents, à réfléchir sur les représentations et les pratiques actuelles des révolutions.

- Leyla Dakhli, « Une révolution trahie ? Sur le soulèvement tunisien et la transition démocratique », mardi 19 février.
- Jean-Clément Martin, « La polysémie révolutionnaire. Rupture, crise et imprévu », mardi 5 mars.
- Entretien avec Yves Citton et Myriam Revault d’Allonnes, « Révolution et crise de la temporalité », mardi 12 mars.
- José Luis Moreno Pestaña, « Vie et mort d’une assemblée », lundi 25 mars.
- Guillaume Mazeau, « La ronde des révolutions », mardi 16 avril.
- Charles Walton, « Révolution et redistribution, réflexions sur la France et l’Egypte », mardi 23 avril.

Réédition : Daniel Guérin, « Bourgeois et bras nus »

CouvGuerinDaniel Guérin, Bourgeois et bras-nus. Guerre sociale durant la Révolution française (1793-1795), Paris, Libertalia, 2013, 443 p.

Préface de Claude Guillon et postface de l’auteur : « La Révolution déjacobinisée ».

ISBN : 978-2-918059295 ; 18 €

 

Quatrième de couverture : 

L’expression « bras-nus », empruntée à l’Histoire de la Révolution française de Jules Michelet, est un équivalent du terme « sans-culotte ». Bourgeois et bras-nus est un livre de vulgarisation. Daniel Guérin, son auteur, souhaite mettre à la portée d’un large public un condensé de son ouvrage La Lutte de classes sous la Première République(Gallimard, 1946 et 1968).

Guérin met en lumière l’embryon d’une révolution prolétarienne menée par les sans-culottes pour une république réellement égalitaire, contre les chefs jacobins de la révolution bourgeoise, qui les utilisent avant de les réprimer et de succomber à leur tour au moment du 9 Thermidor (27 juillet 1794). En rompant avec une longue tradition robespierriste de l’historiographie de la Révolution, Daniel Guérin s’attira de la part des historiens communistes des critiques virulentes, sur lesquelles la présentation de Claude Guillon apporte d’utiles précisions.

À l’heure où l’historiographie chante à nouveau la réaction thermidorienne ou l’autoritarisme jacobin, il nous a semblé essentiel de remettre sur le devant de la scène une histoire qui n’est ni robespierriste ni libérale : une histoire populaire.

 

Le texte intégral de la préface de Claude Guillon est à retrouver sur le site « La Révolution et nous »

Site de l’éditeur : Libertalia