Appel à communication : Déportation et exil des élus des assemblées révolutionnaires (Bruxelles, novembre 2016)

Des députés entre mobilités choisies et mobilités contraintes. Déportations et exils des élus des Assemblées révolutionnaires (1789-1830)

Bruxelles, lundi 21 et mardi 22 novembre 2016.

Colloque international organisé par les laboratoires CHEC (Université de Clermont-Ferrand), IRHIS (Université de Lille), GRHis (Université de Rouen) et la Société des études robespierristes, en partenariat avec l’Université libre de Bruxelles (ULB), la Vrije Universiteit Brussel (VUB), l’Université catholique de Louvain (UCL), le Fonds de la Recherche Scientifique (FNRS), Fonds Wetenschappelijk Onderzoek (FWO), la Ville de Bruxelles.

Le 12 janvier 1816, une loi d’amnistie est accordée par Louis XVIII pour « tous ceux qui, directement ou indirectement, ont pris part à la rébellion et à l’usurpation de Napoléon Bonaparte, sauf les exceptions ci-après ». Parmi ces dernières figurent les membres de la famille Bonaparte, mais aussi « ceux des régicides qui, au mépris d’une clémence presque sans bornes, ont voté pour l’acte additionnel ou accepté des fonctions ou emplois de l’usurpateur, et qui par-là se sont déclarés ennemis irréconciliables de la France et du Gouvernement légitime […] ». Les représentants du peuple favorables à la peine de mort portée en janvier 1793 contre Louis XVI et ralliés aux Cent Jours sont ainsi tenus de quitter la France avant un délai d’un mois, Continuer la lecture de Appel à communication : Déportation et exil des élus des assemblées révolutionnaires (Bruxelles, novembre 2016)

Appel à communication : “Rhétoriques révolutionnaires en Côte d’Or” (10 juin 2016)

Journée d’étude

Rhétoriques révolutionnaires en Côte-d’Or, entre laconisme et grandiloquence

Appel à communications

Le discours révolutionnaire sera au cœur des contributions présentées lors de cette journée d’études pluridisciplinaire. Beaucoup, au cours de la décennie révolutionnaire et dans la continuité des Lumières, ont dénoncé la loquacité, le verbiage ou encore la grandiloquence comme une arme de séductions rhétoriques susceptible de tromper les citoyens, de pervertir le message régénérateur et de dénaturer l’exercice du pouvoir. Le laconisme – cette référence à Sparte, Lacédémone et à la Laconie est-elle si surprenante ? — est alors revendiqué notamment dans l’exercice du pouvoir ; Continuer la lecture de Appel à communication : “Rhétoriques révolutionnaires en Côte d’Or” (10 juin 2016)

L’histoire de la Révolution française ? Plus que jamais !

Tribune publiée par Serge Aberdam, Michel Biard, Philippe Bourdin, Annie Crépin, Jean-Numa Ducange et Hervé Leuwers dans L’Humanité du 15 janvier 2016.

Les menaces qui pèsent sur l’Institut d’Histoire de la Révolution française (Université Paris 1), fondé par Georges Lefebvre, ne peuvent laisser indifférent. Dans notre République, l’histoire de l’événement révolutionnaire conserve plus que jamais son actualité, et toute réorganisation des structures de la recherche doit prendre cela en compte. Il serait grave de mettre un point final à une aventure humaine et scientifique fondamentale, d’autant plus qu’il s’agit-là d’un chantier international, au sein duquel les historiens français ont un rôle majeur à jouer. Continuer la lecture de L’histoire de la Révolution française ? Plus que jamais !

Colloque “Centralisation et fédéralisme”, Rouen, 28-29 janvier 2016

Centralisation et fédéralisme

Les modèles et leur circulation dans l’espace européen francophone, germanophone et italophone

Colloque organisé par Michel Biard, Jean-Numa Ducange et Jean-Yves Frétigné

Rouen, Maison de l’Université, salle des conférences

28-29 janvier 2016

A l’aube du XXIe siècle, la question de l’organisation des pouvoirs et du fil conducteur entre ces pouvoirs possède toujours une grande acuité, certains pays européens ayant choisi des voies menant vers une organisation de type fédéral, d’autres ayant privilégié un modèle plus centralisé, Continuer la lecture de Colloque “Centralisation et fédéralisme”, Rouen, 28-29 janvier 2016

Papiers d’époque révolutionnaire et impériale passés en vente publique en France (1er semestre 2015)

Vente aux enchères par l’étude Coutau-Bégarie, Paris, Hôtel Drouot, 3 mars 2015. Expert : Cyrille Boulay. Catalogue intitulé Souvenirs historiques. Première partie (http://s309339927.onlinehome.fr/PDF/2015/02_SH_3_4mars2015.pdf).
Lettre de Mirabeau à son ami le baron de Maltzan, s. d. ; pièce autographe signée par Pétion en tant que maire de Paris, 26 août 1792 (autorise Jean-Baptiste Cléry à servir la famille royale au Temple) ; lettre de Manuel comme procureur syndic de la Commune de Paris, 17 septembre 1792 ; lettres de Florent-Guiot, 29 thermidor an III et 17 pluviôse an IV (contresignée par Carnot) ; lettre de Drouet à Palloy, 28 nivôse an IV (envoi de deux médailles) ; de François René Mallarmé au graveur François Bonneville sur le portrait qu’il a fait de lui, s. d. ; de Louis Bonaparte au préfet de police de Paris Dubois, 26 thermidor an VIII ; de Palloy, 1813 ; de Lacépède, 1819 ; de Lazare Carnot au comte de Montalivet (d’après le catalogue, la lettre serait datée de 1825, ce qui est manifestement une erreur) ; de Madame de Genlis, 1826 ; lettres de Juliette Récamier, sans mention d’année. Lot de lettres de révolutionnaires : Continuer la lecture de Papiers d’époque révolutionnaire et impériale passés en vente publique en France (1er semestre 2015)

Réaction de la SER aux attentats du 13 novembre

Comme elle l’avait fait en janvier dernier, la Société des études robespierristes condamne avec la plus grande fermeté les actes abjects qui viennent d’ensanglanter Paris et affirme sa pleine solidarité avec les victimes. Depuis sa naissance en 1907, elle entend non seulement favoriser les études sur la période révolutionnaire, mais aussi, en société de pensée, promouvoir et défendre les idéaux légués par la Révolution française. En choisissant Paris comme cible et des lieux où allaient forcément être frappés au hasard des civils, notamment des jeunes gens, et pas n’importe quels lieux de la capitale, les assassins s’en prennent aussi aux Lumières, à la Raison, à la Liberté et à l’Egalité chères à notre Société. Nous ne nous laisserons pas entraîner vers le gouffre où nous tirent des meurtriers obscurantistes qui favorisent la montée de la haine de l’Autre. Comme en janvier, nous ne céderons ni à la peur, ni à la haine, et nous resterons debout.

Michel Biard, président, au nom du bureau de la Société des études robespierristes.

Appel à communication : colloque “L’homme politique et la presse”, Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016

Colloque du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (Université Blaise-Pascal)

En collaboration avec l’IHRF (Paris I-Sorbonne), l’IRHIS (Lille III), le GRHis (Rouen) et la Société des études robespierristes

 L’homme politique français et la presse, de la monarchie constitutionnelle à la monarchie de Juillet : relais d’opinion, miroirs d’une action, marécage des passions

(Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016)

Appel à communications

La presse bénéficie des libertés de pensée et d’expression reconnues par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen : 137 journaux politiques naissent en 1789. La diversité de leurs auteurs et de leurs opinions, confirmée les années suivantes, compte pour beaucoup dans la structuration et les clivages de la vie politique nationale Continuer la lecture de Appel à communication : colloque “L’homme politique et la presse”, Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016

Colloque “Saintes Alliances ? Religion et politique dans l’Europe de 1815”, Lyon, 22-24 octobre 2015

Cette rencontre entend interroger la supposée rupture de 1814-1815 dans l’histoire des rapports entre Églises et États en Europe. Peut-on encore écrire une histoire chronologiquement cloisonnée des Églises sous la Révolution, l’Empire et les Restaurations ? Quelle est la part des héritages du réformisme éclairé, des politiques révolutionnaires et impériales dans l’organisation des Églises, mais également dans la pastorale déployée par les différentes autorités ecclésiastiques européennes en 1815 ? Quel est désormais le statut des minorités religieuses ?  Dans quelles condition le processus de sécularisation des sociétés amorcé dans les années 1750 se poursuit-il ? Pour les pays les plus exposés aux soubresauts politiques entre 1789 et 1820 (France, Italie, Espagne), comment le clergé a-t-il vécu les changements de régime successifs ? Quelle a été l’attitude des croyants face aux aléas politico-militaires des années 1810 ? Quelles mystiques providentialistes sont-elles alors à l’oeuvre ? De quelles recompositions religieuses l’Europe a-t-elle été le théâtre après l’effondrement du système napoléonien ?

Colloque international organisé avec le soutien de l’université Lyon III, du Laboratoire de Recherche historique Rhône Alpes, du CRESAT (Université de Haute-Alsace), de l’université de Cologne, de l’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I), du Centre d’Histoire du XIXe siècle (Paris I-Paris IV), du Centre d’Histoire Espace et Cultures (Université de Clermont-Ferrand) et de la Société des études robespierristes.

Cliquer ici pour consulter l’argument et le programme.

Lieu : Université Jean Moulin Lyon 3 – Salle de la Rotonde – Bâtiment de la recherche – 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Accès : Tram T1, arrêt Quai Claude Bernard / Métro Ligne B, station Jean Macé.

Contact : 04 78 78 71 65  ou paul.chopelin@univ-lyon3.fr

Un blog utilisant Hypothèses, plateforme de carnets de recherches