Appel à communication : colloque “L’homme politique et la presse”, Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016

Colloque du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (Université Blaise-Pascal)

En collaboration avec l’IHRF (Paris I-Sorbonne), l’IRHIS (Lille III), le GRHis (Rouen) et la Société des études robespierristes

 L’homme politique français et la presse, de la monarchie constitutionnelle à la monarchie de Juillet : relais d’opinion, miroirs d’une action, marécage des passions

(Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016)

Appel à communications

 

La presse bénéficie des libertés de pensée et d’expression reconnues par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen : 137 journaux politiques naissent en 1789. La diversité de leurs auteurs et de leurs opinions, confirmée les années suivantes, compte pour beaucoup dans la structuration et les clivages de la vie politique nationale, depuis les royalistes Actes des Apôtres et l’Amy du Roi jusqu’aux populaires Ami du Peuple de Marat ou Père Duchesne d’Hébert, en passant par les feuilles des girondins Gorsas, Louvet ou Mercier. Presse militante d’un format et d’un tirage limités, riche de ses avis, de ses caricatures, de ses outrances comme de ses timidités, liée le plus souvent – car les rédactions collectives sont l’exception – au sort d’un homme qui joue sa carrière politique ou littéraire, elle vit des abonnements, des ventes à la criée, du placardage, de la lecture publique dans les clubs, à commencer par celui du Cercle social. Elle subit la censure à partir de 1792, d’abord tournée contre les écrits royalistes, puis l’année suivante contre les « fédéralistes », mesures renforcées par la loi des suspects.

Le contrôle de la presse demeure pourtant imparfait : des feuilles crypto-royalistes subsistent même en l’an II, et l’on sait leur rôle sous le Directoire, avant que le coup d’Etat du 18 Fructidor n’interrompe l’offensive électorale et journalistique des « Clichyens » ; à gauche, le Tribun du Peuple de Babeuf accompagne la première tentative d’organisation clandestine, et le journaliste Rigomer Bazin annonce en 1799 une gigantesque conspiration populaire, qui relèverait les échafauds et sonnerait l’heure d’une Saint-Barthélemy des propriétaires. Il y aura donc urgence pour le Consulat et l’Empire à museler toutes les voix discordantes pour rétablir une presse de célébration – telle la Gazette du XVIIe siècle -, au profit de Bonaparte. Journaux d’armée, réduction des titres, feuilles départementales sous la surveillance des préfets, contrôle financier, y pourvoient.

Sous la Restauration, malgré le droit de timbre et la nécessaire autorisation préalable, renaît une presse d’opinion qui fait écho aux opinions qui s’expriment au Parlement : Le Mercure de France et le Constitutionnel pour les libéraux, le Journal des débats pour les conservateurs qui se rallient à l’opinion libérale après l’avènement de Charles X, la Quotidienne et la Gazette de France pour les ultras. L’échec de la loi « de justice et d’amour » qui visait à museler la presse entraîne l’apparition à la veille de la Révolution de 1830 de titres se situant à la gauche du spectre politique comme le National : fondé par Amand Carrel, Adolphe Thiers et François-Auguste Mignet, ce journal bénéficie du patronage de Talleyrand et du financement du banquier Jacques Laffitte. La défense de la liberté de la presse est l’une des causes de la révolution de 1830, après les ordonnances scélérates du 25 juillet la supprimant, dissolvant la Chambre et restreignant le nombre des électeurs. Le 26 juillet, une protestation de 44 journalistes appelle à la résistance contre un gouvernement qui « a perdu aujourd’hui le caractère de légalité qui commande l’obéissance ». Le lendemain, Le National, Le Globe et Le Temps paraissent sans autorisation. La police est envoyée pour briser leurs presses, ce qui suscite immédiatement des attroupements et des affrontements, débouchant sur les « Trois Glorieuses » (27, 28, 29 juillet 1830).

Les premières années de la monarchie de Juillet sont marquées par un régime de liberté : la Charte révisée affirme que « la censure ne pourra jamais être rétablie », le cautionnement est abaissé et les journalistes condamnés sont amnistiés. Il en résulte une multiplication des journaux politiques, y compris pour des opinions qui ne sont pas, ou peu, représentées à la Chambre. Les saint-simoniens prennent la direction du Globe, les catholiques libéraux créent L’Avenir, les socialistes le Populaire d’Étienne Cabet (1833), etc. Les premiers journaux politiques écrits par des exclus du suffrage censitaire voient le jour : des ouvriers créent en 1840 L’Atelier et, en août 1832, la saint-simonienne Suzanne Voilquin fait paraître La Femme libre. Cette liberté ne tarde cependant pas à gêner le nouveau pouvoir. Les procès se multiplient, notamment contre la presse républicaine : accablée par les amendes, la Tribune des départements, dirigée par Armand Marrast, disparaît en 1835. Cette même année, au lendemain de l’attentat de Fieschi, les lois dites « de septembre » renforcent le contrôle et la censure des journaux, augmentent le montant du cautionnement et multiplient les délits de presse. Cela n’empêche pas un certain nombre d’évolutions : le développement des revues, sur le modèle de la Revue des deux mondes, de journaux satiriques comme le Charivari ou La caricature de Charles Philipon, de magazines illustrés, comme L’Illustration. En 1836, Émile de Girardin crée La Presse, qui, forte de ses encarts publicitaires, du succès de ses romans-feuilletons, de son prix bas, modifie profondément les relations entre les journaux et la vie politique. Girardin rompt avec la tradition tribunicienne de la presse française et inaugure une logique moderne de médiation : le journal ne doit plus avoir pour fonction première de diffuser une opinion mais de publier des informations, il doit donc être indépendant des « partis » et chercher à séduire un public en obéissant à des règles entrepreneuriales. Mais, parallèlement, la figure du publiciste témoigne de l’ambiguïté d’une profession naissante, le journalisme, tiraillé entre intégrité politique et contraintes économiques.

Tenant compte de cette histoire à la fois contrastée et répétitive, le colloque se propose de réfléchir aux relations entretenues entre l’homme politique et la presse, à la fois comme éventuel auteur et entrepreneur de celle-ci, mais aussi comme sujet valorisé (pour lui-même, pour son action, pour sa mémoire) ou rejeté par des feuillistes empressés de le caricaturer, de le dénigrer, de confondre vie publique et vie privée. On s’attachera à mesurer le rôle des journaux dans l’émergence de personnalités politiques, dans la construction de leur carrière, dans la diffusion de leurs idées, dans le succès ou non de leur action politique de terrain, dans les relations à leurs commettants. On distinguera les topiques des panégyriques ou des critiques, avec un intérêt particulier pour le vocabulaire et les images récurrents – chansons et caricatures comprises -, pour évaluer les modèles académiques ou classiques des louanges, et tout autant la violence des attaques, au-delà de toute sociabilité bienséante. Il nous faudra réfléchir aux relations établies, par voie de presse, entre l’homme public et l’individu moral, entre l’incarnation d’un esprit et d’un projet, et le corps moins désincarné qui lui est associé. La réflexion sur le lectorat sera, bien entendu, centrale pour comprendre à qui profite, dans une France majoritairement illettrée mais sensible à l’oralité des lieux de sociabilité, les remues d’hommes politiques inspirées par les journaux. S’inscrivant dans la suite des travaux menés sur la presse provinciale en Révolution (Dictionnaire Feyel), sur les Conventionnels (projet ANR Actapol), sur les relations entre vertu et politique (colloque de l’Assemblée nationale, 2014), cette manifestation aura à cœur de varier les échelles chronologiques et géographiques, de la province à Paris aller-retour, mais aussi de la France à l’étranger – puisque, au-delà des frontières, se construit aussi une image des hommes politiques français.

Responsable de l’organisation : Philippe Bourdin (directeur du CHEC, Université Blaise-Pascal)

Comité scientifique : Michel Biard (Université de Rouen), Jean-Claude Caron (Université Blaise-Pascal), Hervé Leuwers (Université Lille III), Jean-Philippe Luis (Université Blaise-Pascal), Pierre Serna (Université Paris I-Sorbonne)

Propositions de communications (titre et résumé de 2 500 signes maximum) à adresser au secrétariat du Centre d’Histoire « Espaces &Cultures » et à Philippe Bourdin avant le 30 octobre 2015 : CHEC@univ-bpclermont.fr ; phbourdin@laposte.net

Papiers d’époque révolutionnaire et impériale passés en salle des ventes (second semestre 2014)

Revue des ventes publiques d’autographes

Second semestre 2014

Recension effectuée par Anne Quennedey

 

Vente aux enchères par la société Autographes Enchères (Meinier, Suisse), vente en ligne sur Internet, 1er octobre 2014. Experts : Jérôme Pittet et Alexandra Saggiori. Catalogue intitulé Lettres autographes, manuscrits, souvenirs historiques, affiches & dessins.

Lettre de Jean-Baptiste Lacoste au général Michaud, 28 août 1794 (lui annonce la capitulation de Valenciennes) ; de Pierre Bourbotte au même, Trèves, 8 septembre 1794 (l’encourage à attaquer l’ennemi) ; de Cochon de Lapparent en tant que ministre de la police générale à un commissaire du pouvoir exécutif, 3 juin 1796 (l’invite à poursuivre la surveillance et la punition des contre-révolutionnaires). Lettres de Lefebvre à Soult, Nitroderen, 29 décembre 1793, et à Henri Jacques Guillaume Clarke, [1813 ?] ; lettre du chef d’état major André Balmont à Soult, Wermy, 10 novembre 1794 (transmet un ordre de Jourdan) ; du général André Poncet au même, 21 septembre 1795 ; lettres d’Alexandre Berthier au même, Ostende, 1er mars 1807, et au général Bailly de Monthion, Dresde, 4 juillet 1813 ; lettre du général Leval à Soult, Velez­Rubio, 10 septembre 1811 ; du général Claude Pierre Rouget au général Foy lors de la retraite du Portugal, 1er mai 1813 (sur les pénuries de vivres et de cartouches).

Vente aux enchères par De Baecque et associés, Lyon, Nouvel Hôtel des Ventes, 2 et 4 octobre 2014. Expert pour les autographes : Alain Ajasse. Catalogue intitulé Autographes et Documents, Photographies Anciennes et Modernes. 

Documents provenant de Dominique Vivant Denon et de son neveu le général Vivant Jean Brunet-Denon : réquisition du Comité de salut public adressée à Vivant Denon « pour être employé à graver les traits historiques de la Révolution » signée par Robespierre, Saint-Just, Carnot, Barère, Collot d’Herbois et Billaud-Varenne, 1er floréal an II ; lettres de Vivant Denon à sa famille, 1783, à son ami le graveur Aubourg, 3 novembre 1793, à Brunet­Denon, 10 vendémiaire an V et [1812] ; lettres de Joachim Murat à Vivant Denon, [1806] (sur La Bataille d’Aboukir de Gros), et à Brunet-Denon, 1809 et [1811] ; lot de lettres adressées à Vivant Denon notamment par Merlin de Douai et Joseph Antoine Boisset, 1793­1809 ; lettre à Vivant Denon du futur Louis-Philippe, 1823. Lettres de Caroline Bonaparte à Brunet­Denon, 1835-1838 ; lot d’une cinquantaine de lettres au même et à sa famille (essentiellement XIXe siècle) ; documents familiaux (succession de Brunet­Denon, archives du château de La Carelle, démarches pour l’indemnisation d’une propriété à Saint-Domingue). D’une autre provenance : dans un ensemble d’archives concernant principalement M.  Brun, apothicaire à Montauban, plusieurs pièces se rapportant à Danton et au paiement de sa charge d’avocat au Conseil du Roi (créance due par Danton à M. Brun et menace de poursuites contre lui).

Vente aux enchères par la société Piasa (Paris), vente en ligne sur Internet, 7 novembre 2014. Expert : Thierry Bodin. Catalogue de la vente intitulé Lettres et manuscrits autographes .

Lettre de Lefebvre à l’adjudant-général Allix de Vaux, 16 vendémiaire an III ; du Conventionnel Vincent Claude Corbel au général Quantin commandant la division du département du Morbihan, 20 germinal an IV (sur la situation dans le Morbihan et la mort de Charette) ; lettres de Bernadotte à Kléber, Oberschwarzach, 13 thermidor an IV, à Kellermann, Padoue, 18 ventôse an V (nouvelles de l’armée d’Italie), en tant que ministre de la guerre à Brune, général en chef de l’armée franco-batave, lors de l’invasion russo-anglaise de la Hollande, 23 fructidor an VII. Manuscrit d’un rapport de Grouchy sur les insurrections dans le Piémont, 20 ventôse an VII (incomplet). Lettre de Lucien Bonaparte à Duhesme, 1er messidor an XI (sur la place Bellecour à Lyon) ; de Murat au même, 11 ventôse an XIII ; de Joseph Bonaparte au même, Naples, 5 mars 1806 ; du général Drouot à Napoléon, 3 juillet 1814 ; du général Bertrand, 26 mars 1815 ; de Daru, 27 mars 1815 ; du général Donzelot, 20 juin 1815 ; de Macdonald, 1er septembre 1810 ; lettres du général Dupont de l’Étang,  17 mai et 11 septembre 1812.

Vente aux enchères par la société Ader-Nordmann, Paris, Salle des ventes Favart, 18 et 19 novembre 2014. Expert : Thierry Bodin.  Catalogue intitulé Femmes. Lettres et manuscrits autographes. Dispersion de la partie de la collection Claude de Flers consacrée aux manuscrits et autographes féminins (environ mille cinq cents documents).

Vente du 18 novembre : lettre de Sophie de Monnier, enfermée au couvent des sœurs de Sainte-Claire à Gien, à l’officier de police Boucher, 16 avril 1779 (demande conseil pour la fille qu’elle a eue avec Mirabeau) ; de Mirabeau à sa femme, 14 octobre 1780 ; lettres de Madame Roland à Sophie Cannet, 20 avril 1770 (lettre de jeunesse inédite) et 27 janvier 1780 (annonce son mariage avec Roland) ; de la même, trois lettres écrites de la prison de Sainte­Pélagie, probablement à Préveraud de Pombreton, 2 juillet [1793] (lettre paraissant inédite sur son arrestation et la fuite de son mari), et à Edme Mentelle, 28 septembre 1793 (sur ses Mémoires) et [mi-octobre 1793] (sur son amour pour Buzot) ; lettres de Théroigne de Méricourt au banquier Jean-Frédéric Perregaux, Gênes, 16 mars 1789 (demande de l’argent et une lettre de recommandation) et [Liège], 26 août 1790 (nie avoir pris part aux journées des 5 et 6 octobre 1789 et demande des nouvelles des poursuites judiciaires engagées contre elle) ; lettre d’Olympe de Gouges sur ses écrits et son projet de Journal du Peuple, 4 juillet 1789 ; de Madame de Chalabre à Robespierre, 11 janvier 1792 (sur son Discours sur la guerre) ; de Charlotte Robespierre aux membres du Comité de sûreté générale pour la défense du commissaire des transports Mathon chez qui elle loge, 24 ventôse an III ; lettre de Félicité et Théophile Fernig à Étienne Méjan, 28 thermidor an VIII (sur leurs démarches pour obtenir la restitution de biens saisis), et une lettre sans mention d’année signée avec leur autre sœur. Lettre de Mademoiselle Lange où il est question du « grand trouble » qui a lieu à la Comédie­Française, 31 janvier 1793 ; de Louise Contat à Barthélémy Larochelle, 30 floréal an V (pour le dissuader de quitter le théâtre Feydeau) ; de la même, sept lettres concernant des affaires privées, [1796 ?-1810] ; lettre de Mademoiselle Raucourt, à Talleyrand, [1806] (sollicitation concernant un projet théâtral). Lettres de la princesse de Lamballe à la comtesse de Laage de Volude, 1788, et à son intendant, [s. d.] ; lettre de Marie-Caroline d’Autriche à la duchesse de Polignac sur l’arrestation de Louis XVI et sa famille à Varennes, [juillet 1791] ; de Louise Marie Adélaïde de Bourbon-Penthièvre à Hercule III de Modène, 12 août 1793 (lui raconte son périple depuis décembre 1792 et lui demande son aide) ; de Madame Élisabeth à la comtesse de Provence, 5 mai 1791 ; de Louise Emmanuelle de Châtillon duchesse de la Trémoille à Charlotte Atkyns, [s. d.] (mort de Marie-Antoinette) ; lettres de Louise Marie Thérèse d’Orléans, en prison au Fort Saint-Jean à Marseille, à la Convention, [1794] (propose d’offrir ses biens à la Nation), et « aux Citoyens administrateurs de Marseille », [entre avril et septembre 1794] (demande l’amélioration de ses conditions de détention) ; de Clotilde de France, épouse de Charles-Emmanuel IV de Savoie, au duc de Maurienne, 25 septembre 1799 (sur leur fuite du Piémont devant les troupes françaises) ; lettres d’Élisabeth Vigée­Lebrun, 23 septembre 1801 (sur son prochain retour en France), 1834 et 1837. Brouillon des Mémoires sur la vie privée de Marie-Antoinette de Madame Campan  (1 page et demie avec ratures et corrections). Lettre d’Hortense de Beauharnais au général Caffarelli du Falga, 13 messidor an VIII ; de Thérésa Cabarrus, 1805 ; lettres de Joséphine à Charlotte de Wurtemberg, 22 février [1806] (minute corrigée par Napoléon), et à Claude-François de Menneval, 27 février [1807] ; lettre de Letizia Bonaparte à Joseph Bonaparte, 12 décembre 1809 (divorce de Napoléon) ; de Caroline Bonaparte à Cambacérès, Naples 16 octobre [1811 ?] (sur Napoléon) ; lettres de Marie-Louise, 12 février 1814 (bataille de Château-Thierry) et 18 avril 1815 (à propos du comte de Neipperg) ; de Madame Campan, 8 avril 1811 (sur la Maison d’éducation de la Légion d’Honneur) et 6 août 1814 ; lettre de Sophie Blanchard, 9 juin 1811 (sur son ascension en ballon à l’occasion des fêtes du baptême du roi de Rome) ; de Désirée Clary à Pierre Victor Malouet après sa disgrâce, 21 octobre [1812] ; de Georgine de Chastellux à un prince, 14 [août 1815] (supplique pour sauver son mari Charles de La Bédoyère) ; de Pauline Bonaparte, 1825. D’Antoine Marie Chamans de Lavalette, déclaration dans laquelle il nie avoir eu des relations avec Napoléon en exil sur l’île d’Elbe, 16 juillet 1815 ; lettres de son épouse Émilie Louise de Beauharnais, 3 [janvier] et 5 décembre 1816. Journal d’une jeune Nancéenne, Henriette Blancheur, sur les événements qui eurent lieu dans cette ville entre le 12 janvier et le 8 juin 1814 puis entre le 10 mars et le 30 août 1815. Manuscrit avec corrections autographes des Mémoires d’Hortense de Beauharnais, [vers 1830].

Vente du 19 novembre : lettres de Germaine de Staël à M. Martin fils, 11 juin 1804 (demande conseil pour gérer sa fortune après le décès de son père, lettre inédite), à Madame Récamier, s. d., à Elizabeth Hervey, 14 juillet 1814, et à Auguste de Guiguer, 10 décembre [1814] ; de la même, lettres d’exil en Suède à Elizabeth Hervey, 11 novembre 1812 (sur l’interdiction de son ouvrage De l’Allemagne) et à Wolf von Baudissin, 9 et 20 mai 1813, ainsi que cinq courtes lettres écrites en 1813 ; de la même, lettres adressées de Londres à Wolf von Baudissin, 12 août et octobre 1813 ; lettres adressées à Germaine de Staël par la comtesse de Flahaut, [1795 ?], et par Barbara Juliane von Krüdener, 6 juin 1802. Lettre de la Princesse de Salm, 8 juin 1816 ; de la duchesse d’Abrantès au général Bertrand, 29 mars 1823 (se plaint de calomnies sur son mari le général Junot dans le Mémorial de Sainte-Hélène) et réponse de Bertrand, 2 avril 1823 ; lettres de Madame de Genlis, 1811 et 1823 (sur Madame Campan et sur son rôle dans la rédaction des Mémoires de celle-ci) ; lettre de Madame Campan, 19 juillet 1816 (longue lettre autobiographique) ; de Pauline de Beaumont, 14 juillet [1803] ; lettres de Guyonne Élisabeth Josèphe de Montmorency-Laval, duchesse de Luynes, à Étienne Guillard de Senainville pour la traduction du Spectator de Steele et Addison, [1802 ?]-1829 (cent six lettres). Lettre de Félicité Fernig, [1832] ; de Joséphine de Beauharnais, [1824] (mort de son père Eugène de Beauharnais) ; lettres de Marie-Louise à Charles X, 8 octobre 1824 (mort de Louis XVIII), à Victoire de Crenneville, 1835 (mort de son père François II), à son fils Guillaume, 1836 ; lettre de Caroline Bonaparte à Charles de Flahaut, 24 juin 1838 ; lettres de la duchesse d’Abrantès à Henri de Carrion-Nisas, [1832], à son éditeur Charles Ladvocat, [1832] (sur ses Mémoires), sans indication de destinataire, [1834] ; de la même, un manuscrit de deux pages intitulé Réflexions tirées d’un ouvrage inédit, 1836 ; lettres de Louise Marie Adélaïde de Bourbon-Penthièvre, [1801 ?] et 1818 ; lettre de Louise Marie Thérèse Bathilde d’Orléans, [1815 ?] ; de Claude François Chauveau-Lagarde à Charlotte Atkyns, 3 août 1823 (remboursement des sommes engagées par elle pour faire évader Marie­Antoinette) ; de Marie-Thérèse-Charlotte de France, 1830 ; lettres de Marie­Isabelle d’Espagne, 1815-1821 (sur la situation politique du royaume de Naples et Napoléon) ; de Marie Amélie Thérèse de Bourbon, 1804 et 1815 (sur la mort de Murat). Manuscrit de Dorothée de Courlande, duchesse de Dino, contenant des souvenirs et anecdotes sur des personnalités, 1835[-1847] (dix-neuf pages)

Vente aux enchères par la société Ader-Nordmann, Paris, Salle des ventes Favart, 4 décembre 2014. Expert : Thierry Bodin. Catalogue intitulé Lettres & manuscrits autographes.

Lettre de Pierre-Louis Manuel à Poncelin, rédacteur du Courrier français, au sujet de sa lettre publique à Louis XVI, [janvier 1792]  ; des représentants du peuple en mission aux armées du Rhin et de la Moselle Alexandre Goujon et Nicolas Hentz à Michaud, général en chef de l’Armée du Rhin, Wissembourg, 30 messidor an II (instructions militaires) ; de Pichegru au même après la capitulation de Mannheim , 23 vendémiaire an IV ; de Carnot au général de brigade Geney à Fougères, 6 thermidor an IV ; du général Joubert au général Belliard, [janvier 1797] (sur le siège de Mantoue). Fragments du manuscrit des Mémoires de l’abbé Grégoire, 1807-1808  (cinq pages). Correspondance de Beurnonville avec son ami Lucenay, 1802-1806  (dix-neuf lettres) ; lettres d’Alexandre Berthier au général Dutaillis, 1806-1809 (six lettres) ; lettre du général Grenier en tant que gouverneur de Mantoue à Eugène de Beauharnais, 12 mars 1807 ; d’Eugène de Beauharnais, 17 septembre 1814. Trois lettres adressées par François Gérard au peintre allemand Peter von Cornelius, 1828­1832 ; lettre de Vivant Denon, [1822] ; de Lafayette à Joel Roberts Poinsett, ministre plénipotentiaire des États-Unis d’Amérique à Mexico, 1826 (longue lettre sur le Mexique et les dangers de l’influence britannique pour ce pays) ; de François de Beauharnais à un ministre, 1831 (s’oppose en tant que chef de famille à la représentation d’une œuvre dramatique sur l’évasion du comte de Lavalette).

Vente aux enchères par la société Alde, Paris, Salle Rossini, 17 décembre 2014. Expert : Thierry Bodin. Catalogue intitulé Lettres & manuscrits autographes.

Lettre de Jourdan au général de brigade Paillard à Theling, 7 germinal an II (armée de la Moselle) ; de Pichegru aux officiers municipaux de Courtrai, 12 prairial an II, et pièce signée du même, 15 prairial an II ; lettre de Championnet à Kléber, 1er jour complémentaire an II (armée de Sambre-et-Meuse) ; de Marescot au Comité de salut public, 16 nivôse III (mémoire sur les grenades, les fusils à vent et les canons) ; de Sérurier au Comité de salut public de la municipalité provisoire de Venise, 28 vendémiaire an VI ; de Masséna à Soult, 19 frimaire an VIII ; pièce signée par Brune avec lignes autographes, an X (recommandation) ; lettres de Napoléon Bonaparte au général Caffarelli, Q.G. du Caire, 19 messidor an VII, et au ministre des Finances Mollien, 19 mars 1811 ; du même, cinq lettres à Henri Jacques Guillaume Clarke sur la réorganisation de l’armée avant la campagne de Russie, 1er janvier­24 février 1812, et une autre du 11 mars 1813 (préparatifs de la campagne d’Allemagne) ; lettre d’Antoine Marie Roederer à son père sur le voyage de Napoléon à Lille et dans le Nord, 17 messidor an XI ; d’Ambroise Sicard à un ami journaliste, 7 nivôse [sans mention d’année] (le prie d’annoncer son « Epître au sens commun, dirigée contre  une nouvelle secte qui s’élève depuis quelques temps, sous le nom d’Idéologie, et qui n’est pas autre chose que le matérialisme et par conséquent l’athéisme ») ; de Villaret de Joyeuse à un général à propos des rumeurs sur l’emprisonnement du ministre de la Marine Decrès, Fort de France, 23 avril 1806 ; lettres de Murat au général de brigade Destaing à l’armée d’Égypte, 7 pluviôse an IX, et à Soult, 20 juillet 1806 (demande à échanger la 12e Cohorte dont il est titulaire contre la 4e) ; lettre de Ney à Soult, 5 mars 1807 (bilan des combats de Guttstadt à cette date) ; lettres d’Alexandre Berthier à Soult, Eylau, 16 février 1807, et Fontainebleau, 2 octobre 1807 ; du même, deux lettres relatives à la Convention de Königsberg, 13 et 15 juillet 1807 ; lettre d’Henri Jacques Guillaume Clarke en tant que gouverneur de Berlin à Soult, 12 août 1807 ; du général Clarapède au général en chef Leclerc lors de l’expédition de Saint-Domingue, 30 pluviôse an X (sur la situation au Cap) ; lettres du général Dugua au général Rochambeau, Saint-Domingue, messidor-fructidor an X (treize lettres) ; lettre de Molitor à Mollien, 10 janvier 1809 (réclamation concernant ses dotations en Poméranie suédoise) ; lettre de Junot à son épouse la duchesse d’Abrantès, 6 janvier 1811 (longue lettre intime) ; arrêté de Fouché comme gouverneur des Provinces illyriennes, 5 août 1813 ; lettre de Jean-Siffrein Maury, en exil à Rome, au cardinal Pacca, 20 avril 1814 (demande qu’il intercède pour lui auprès du Pape) ; lettres de Marie-Louise, 1817, [vers 1820 ?], 1834. Mémoires manuscrits de Louis-Pierre Musnier baron de Mauroy (1788­1851), ancien officier d’Empire, aide de camp du général Friant puis du maréchal Macdonald.

Vente concernant l’Empire :

Vente aux enchères par l’étude Osenat, Rueil-Malmaison, Domaine de Vert-Mont, 21 septembre 2014. Expert pour les autographes : Alain Nicolas. Catalogue intitulé L’Empire à Rueil-Malmaison.

Lettre de Napoléon Bonaparte, écrite et signée au nom de sa mère, à l’intendant de Corse, [1785 ou 1786 ?] ; ordre d’arrestation du général Bonaparte signé du général en chef de l’armée d’Italie Pierre Dumerbion, Nice, 22 thermidor an II, et ordre de libération signé du même avec une apostille autographe de Bonaparte, 3 fructidor an II ; contrat de mariage de Napoléon Bonaparte et de Joséphine de Beauharnais (exemplaire de Joséphine). Lettre de Talleyrand au ministre plénipotentiaire de France en Angleterre Louis-Guillaume Otto, 21 floréal an X (plébiscite sur le consulat à vie) et minutes de cinq dépêches diplomatiques adressées à Talleyrand sur le même sujet, mai-août 1802 ; lettre d’Annet Milclaire, soldat au 2e régiment d’infanterie de ligne embarqué sur le Pluton, 18 mai 1806 (sur la prise du Rocher du Diamant à La Martinique, le combat du cap Finisterre et la bataille de Trafalgar) ; de David à Claude Thiénon, dessinateur du Cabinet du roi de Hollande Louis Bonaparte, 16 septembre 1807 (demande que Louis Bonaparte pose pour Le Sacre de Napoléon) ; d’Armand René Soucanye à son père lors de la campagne de Russie, 11 octobre 1812 ; du général Bertrand à son épouse, 11 avril 1814 (traité de Fontainebleau) ; de Cambronne, 11 avril 1816 ; de François Antommarchi à Jean-Côme Poggi, 27 août 1833 (succession de Napoléon). Ensemble de lettres et documents en rapport avec le maréchal Bessières. Quatre lettres adressées par Bessières à son épouse pendant les campagnes de Prusse et de Pologne, 23 décembre 1806 (victoire de Biezun), 20 janvier [1807], 9 et 10 février [1807] (victoire d’Eylau) ; minute d’une lettre de Bessières à Napoléon, [fin 1812 ou début 1813 ?] (endetté et acculé à vendre son domaine, demande son aide). Lettres envoyées à Bessières par Claude Marie Meunier, Le Caire, 25 pluviôse et 3e jour complémentaire an VIII (assassinat de Kléber) ; par son cousin Julien Bessières prisonnier d’Ali Pacha, 10 prairial an VIII ; par Napoléon [janvier 1805] ; par Vivant Denon, 23 ventôse an XIII (portrait de Bessières par Henri-François Riesener) et 22 novembre 1810 (projet d’acquisition de tableaux par Bessières), avec la réponse de Bessières, 29 novembre [1810] ; par l’archevêque de Paris Jean-Baptiste de Belloy, 4 décembre 1807 ;  par le compositeur Jean­François Lesueur, 7 mars 1808 ; par Cambacérès, 20 mars 1808 ; par la duchesse d’Abrantès, 10 mars [1811] (sur la blessure de Junot à la bataille de Rio-Mayor) ; par Joséphine, 19 septembre 1811 ; documents (essentiellement des sollicitations) transmis par Napoléon à Bessières. Lettres adressées à la maréchale Bessières, la plupart de condoléances après le décès de son époux : lettres de Napoléon, 6 mai et 5 décembre 1813 ; lettre de Cambacérès, 10 mai 1813 ; de Murat, 8 juin 1813 ; de Caroline Bonaparte, 25 mai [1813] ; de Marie-Louise, 5 mai 1813 ; de Letizia Bonaparte, 7 mai 1813 ; lettres d’Hortense de Beauharnais, 12 juillet [1809] et 8 mai 1813 ; d’Eugène de Beauharnais, 9 juin 1813 et 2 juin 1814 ; lettre de la comtesse de Montesquiou-­Fézensac, gouvernante du roi de Rome, 25 mai 1812 ; de Talleyrand, 11 juillet 1814. Recueil d’environ soixante-quinze lettres et documents couvrant la Campagne de Russie signés par des généraux et d’autres officiers, adressés à Bessières ou le concernant, février 1812-avril 1813. Une trentaine de pièces concernant les titres de Bessières et son appartenance à la Légion d’honneur et aux ordres étrangers.

 Anne QUENNEDEY

Journée d’étude : “Une éthique du danger”, Paris, 3 juin 2015

 

Journée d’étude, Institut d’Histoire de la Révolution française-Société des Etudes Robespierristes-ANR Actapol

Paris mercredi 3 juin 2015 9h-16h30

Salle 216, Université Paris-1 Panthéon Sorbonne, 2e étage, centre Panthéon

Une éthique du danger

 Presse et liberté d’expression pendant la Révolution française

 

Et si ? Alors qu’on la pense indiscutablement intégrée au patrimoine républicain depuis la loi de 1881, alors qu’elle fait partie des principaux droits et libertés publiques avec la liberté d’expression, la liberté de la presse subit aujourd’hui une série de questionnements, de mises en causes et d’attaques : en raison des attentats et la lente réduction des libertés qu’ils entraînent depuis une vingtaine d’années, en raison aussi du pouvoir croissant des acteurs économiques sur le monde politique et les medias, en raison des difficultés voire des dangers que rencontrent des journalistes dans l’exercice de leur métier, il nous a semblé qu’il pouvait être utile de réfléchir aux enjeux qui se sont concrètement posés à ceux qui pratiquaient et défendaient cette liberté au cours d’un événement paroxystique : la Révolution française.

En quoi cette période a-t-elle inventé de nouvelles manières de pratiquer la liberté de la presse ? Quel rôle les libellistes, journalistes, pamphlétaires et caricaturistes ont-ils joué dans la construction d’une « opinion publique » ? A quel prix ? Quelles limites se sont-ils assignées, la liberté d’informer rencontrant les obstacles de la calomnie, des attaques ad hominem et de la possible délation, suscitant donc d’éventuelles poursuites judiciaires ? Au cours de cette journée, nous voudrions tout particulièrement nous interroger sur le lien entre la liberté d’informer et le risque que cela supposait, dans une période marquée par d’intenses conflictualités et par plusieurs périodes de forte répression politique. Comment ces hommes ont-ils pensé et vécu la relation entre leur activité et l’engagement intellectuel et tout simplement physique que celle-ci engageait ? Dans quelle mesure cette liberté de la presse fut-elle pratiquée comme une « éthique du danger » ? Les journalistes élus représentants du peuple ont-ils exercé dans des conditions particulières, mieux protégés par l’inviolabilité réservée aux membres de l’Assemblée, ou a contrario davantage exposés en tant qu’hommes publics ? En quoi le tout nous amène-t-il à réfléchir aux notions d’engagement, de désintéressement, de radicalité, de conflictualité et de sacrifice politique ?

 

Programme

9.00 Accueil des participants

9.15-9.30 Michel Biard (Univ. Rouen) et Guillaume Mazeau (Univ. Paris-1), introduction

9.30-9.50 Charles Walton (Univ. Warwick), « Liberté de l’individu, régénération de la société: le ‘double-mouvement’ de la liberté de l’expression dans la Révolution française »

9.50-10.10 François Saint-Bonnet (Univ. Paris 2 Panthéon-Assas), « L’épineuse conceptualisation des délits de presse sous la Révolution »

10.45-11.00 Pause

11.00-11.20 Jeremy D. Popkin (Univ. Kentucky) « La liberté de la presse dans une colonie esclavagiste: le cas de Saint-Domingue »

11.20-11.40 Stefan Lemny (BNF), « La pratique dénonciatrice dans la presse révolutionnaire: l’exemple de Jean-Louis Carra »

12.30 Dejeuner

 

14.00-14.20 Suzanne Levin (Paris-Ouest Nanterre), « Au risque du sacrifice ? La liberté de la presse dans les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins »

14.20-14.40 Michel Biard (Univ. Rouen), « Du petit théâtre au jeu de massacre ? La plume assassine d’Hébert (automne 1792 – printemps 1794) »

14.40-15.00 pause

15.00-15.20 Guillaume Mazeau (Univ. Paris-1), « Marat, Le journalisme ou l’éthique du risque »

15.50 Pierre Serna (Univ. Paris-1) mises en perspectives

N° 1 de la “Gazette de la Société des études robespierristes”

Au sommaire de ce numéro (mars 2015) :

– Éditorial de Michel Biard.

– Compte-rendu du colloque “Vertu et politique” (septembre 2014)

– Paul Chopelin, “Robespierre et le jeu Assassin’s Creed Unity”

– La SER aux Rendez-Vous de l’Histoire de Blois

– “Belfort débaptise la place Robespierre”

Ainsi que notre agenda et la présentation de nos publications.

Lien de téléchargement : SER la lettren°1

 

Offre promotionnelle sur la collection des AHRF

AHRF_1COMPLETEZ VOTRE COLLECTION

Acquérir ou compléter une collection des

Annales historiques de la Révolution française

C’est possible !

 

Les AHRF, du n° 251 (1983) au numéro 350 (2007)

Avant 1987, sont disponibles les n°: 251, 253, 258, 259, 260, 261, 262, 263, 264, 265, 266. La collection est complète du n° 273 au n° 350

(sauf n° 275, 277, 287, 289, 292, 296, 297, 303, 304 et 314).

 

78 numéros = 135 € port compris

De 41 à 70 numéros = 1,50 € par numéro et 25 € de frais d’envoi

De 11 à 40 numéros = 2 € par numéro et 20 € de frais d’envoi

Moins de 11 numéros = 3 € par numéro et 10 € de frais d’envoi

 

Commandes et règlements à adresser à

SER, 17 rue de la Sorbonne, 75005 PARIS

Renseignez-vous auprès de Jean-Paul Rothiot

Les commandes seront servies dans la limite des stocks disponibles

Réaction de la SER aux attentats des 7-9 janvier 2015

Nous sommes tous Charlie.

Ne cédons ni à ces assassins obscurantistes qui rêvent de dresser les Français les uns contre les autres et de favoriser la haine des musulmans pour mieux semer la discorde, ni à tous ceux qui vont cultiver la haine de l’Autre pour prospérer en faisant là aussi de facto le jeu des barbares à coup de mesures sécuritaires réclamées et de retour de la peine de mort revendiqué.

Les larmes oui, et nous en versons depuis mercredi matin, mais il faut aussi se lever pour défendre les idéaux de la République hérités de la Révolution française, la fraternité, la laïcité, la tolérance. Charb disait, comme les Canuts, préférer mourir debout que vivre à genoux. L’équipe de Charlie était en train de préparer un numéro contre le racisme. Le moins que nous puissions faire est de nous aussi être debout, libres et sans peur.

Il sera toujours temps plus tard d’analyser les racines du mal et enfin peut-être de nous poser la question non seulement de la politique étrangère menée par les gouvernements de la France depuis la première guerre du Golfe, mais aussi la question des politiques sociales absentes ou dépourvues de moyens réels depuis tant d’années, ces politiques sociales (et scolaires) qui dans une République digne de son nom devraient empêcher l’apparition de pareilles situations.

Vivent les Lumières, la Raison et la démocratie. Sans haine aucune, mais avec une volonté ferme que tout ne soit pas vain, et cela ne doit pas l’être.

Michel Biard, Président de la Société des études robespierristes

 

La réaction en image de Philippe Bourdin, président honoraire de la SER, professeur d’histoire moderne à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand :

CharlieSER

 

JeSuisCharlie

Papiers d’époque révolutionnaire et impériale passés en salles de ventes (premier semestre 2014)


Revue des ventes publiques d’autographes

Premier semestre 2014

Recension effectuée par Anne Quennedey

Vente aux enchères par les sociétés Daguerre et Thierry Desbenoit et associés, Paris, Hôtel Drouot, 27 février 2014. Autographes provenant du chimiste et collectionneur Antoine François Boutron-Charlard (1796-1879) et de son gendre Edmond Frémy (1814-1894), directeur du Muséum d’histoire naturelle. Expert : Thierry Bodin. Catalogue Lettres et manuscrits autographes. Collection Boutron-Charlard et Frémy.

Lettre de Jean Sylvain Bailly sur les finances de la capitale, 27 juillet [1790] ; lettre de Talleyrand, 28 messidor an XI, et note autographe du même sur la situation militaire en Pologne après les batailles d’Eylau et d’Ostrolenka, [février-mars 1807] ; ensemble de lettres de Jacques François Sibot dit Sibaud, général de brigade à l’Armée du Rhin, 30 brumaire an II-4e jour des sans-culottides an II (12 pages).

Lettre de Canova sur sa statue monumentale de Napoléon, 4 mai 1810 ; de David sur ses tableaux du Sacre de Napoléon, 4 thermidor an XIII (lettre inédite) ; du sculpteur François Frédéric Lemot sur l’arc de triomphe de la place du Carrousel, 11 mai 1808 ; lettre du sculpteur Pierre Cartellier, 1816 (sur sa statue de Pichegru) ; de François Gérard, 1823 ; de Pierre Narcisse Guérin, 1829 ; de Prud’hon, 1818 ; lettres de Girodet, 5 janvier 1790 (à François Gérard, inédite), 1815 (sur l’acquisition par le roi de son tableau Les Funérailles d’Atala), 1816. Lettre de Talma au dramaturge Jean-François Ducis sur ses pièces Hamlet, Othello et Abufard, [9 avril 1804], et lettre adressée de Dresde où il se trouve avec la Grande Armée, 2 août 1813.

Lettres de Jean Charles de Borda sur son travail avec Lavoisier sur les poids et mesures et le système métrique, [1793] et 28 nivôse an II ; lettres de Charles Bossut dont une concernant ses fonctions à l’École polytechnique, 28 décembre 1807 ; lettre du médecin Joseph Barthélemy François Carrère dans laquelle il est question de la Révolution à Perpignan, juin 1790 ; lettres de Condorcet, 1er mai 1773 (sur les travaux de Lavoisier) et 2 septembre [1790] (sur la suspension de l’édition des Mémoires de l’Académie des Sciences) ; lettre de Nicolas Jacques Conté sur l’entretien du petit parc de Meudon dont il a la surveillance, 23 pluviôse an VI ; lettre de Daubenton à Lavoisier, 30 septembre 1793 ; d’Antoine Deparcieux au directeur de l’Instruction publique Ginguené sur l’École centrale du Panthéon, 21 frimaire an V ; de Philippe Frédéric de Dietrich, maire de Strasbourg sous la Révolution, sur la minéralogie, 1776 (12 pages) ; de Guillotin en tant que Président de l’Académie de Médecine de Paris au Président du Consistoire de l’Église réformée de Paris, 1811 (pour la prolongation des séances de l’Académie à l’Oratoire du Louvre) ; lettres de Lavoisier, 1775 et 30 mars 1791 (sur la vente des tabacs par la Ferme générale) ; de Mesmer, 1784 et 3 nivôse an VII (demande une chaire où enseigner sa doctrine) ; d’Étienne de Montgolfier, 1786 ; du chimiste anglais Joseph Priestley, 24 septembre 1795 (sur l’appréciation par les Américains de la Révolution française) ; du naturaliste Sonnini de Manoncourt, 17 fructidor an V ; lettres du naturaliste Valmont de Bomare, 6 germinal an IV et 8 fructidor an X (cette dernière sur son enseignement à l’École centrale de la rue Saint-Antoine).

Vente aux enchères par la Maison Alde, Paris, Salle Rossini, 28 avril 2014. Expert : Thierry Bodin. Catalogue de la vente intitulé Lettres & manuscrits autographes.

Audouin, Souvenirs anecdotiques sur les principaux événemens de la révolution (sic) de 1789 (195 pages, inédit) ; Pache, Formation du Globoïde terraque d’après la gradation des Phénomenes (24 pages, inédit) ; ensemble de lettres d’Antonio Buonavita, aumônier de Napoléon, au cardinal Fesch, 1819-1831 ; lettres de Mirabeau à son père, 21 décembre 1775 (sur la parution de l’Essai sur le despotisme), à un ami, 21 janvier 1776 (après s’être échappé du fort de Joux) et 1776 (en vue de fléchir son père) ; du même, brouillon de lettre pour Sophie Monnier ; lettre de Championnet à Kléber, Kerlich, 14 brumaire an V ; lettre du général d’artillerie Dudon-Duclos, 8 décembre 1797 (sur la construction de barques pour le passage du Rhin) ; de Jourdan, 1796 et 1805 ; de Kellermann, s. d. ; de Kléber à Lefebvre, 12 août 1795 (préparation de la traversée du Rhin) ; de Lafayette à Boissy d’Anglas, 1789 ; de La Tour d’Auvergne-Corret au ministre de la Guerre, 8 vendémiaire an VI ; de Levasseur de la Sarthe au Comité de sûreté générale, 9 fructidor an II (proteste contre son incarcération) ; billet de Louis XVI au président de l’Assemblée nationale, 4 février 1790 ; ensemble de lettres du soldat Malpel sur les événements révolutionnaires à Paris, 1792 ; lettre de Pétion à Palloy, 1792 ; poème de Manon Roland, 1786 ; lettres de Sebastiani à Saliceti, 17 thermidor an VI, et à Soult, 5 mai 1811 ; lettre de Sonthonax, 6 pluviôse an V ; lettre adressée à Stofflet, 1795 ; lettres de Suchet, 1798-1800 ; lettre du médecin de l’hôpital militaire du Roule Tyrbas de Chamberet, août 1814 (état sanitaire désastreux de cet hôpital) ; ensemble de lettres du baron de Vitrolles à son fils, 1823-1846 ; arrêté du Comité de salut public signé Carnot, Barère et Lindet ordonnant la libération de Pierre Daru, 13 mai 1794.

Lettre de Berthier à Soult, 1807 ; de Compans à Soult, 1807 (sur la situation des armées d’occupation en Pologne) ; de Daru, 1820 ; lettres de Davout dont deux à Soult (1807) ; lettre de Dufour de Pradt, 1804 ; ensemble de lettres du général Dugua sur Saint-Domingue, 5 prairial an X (37 pages) ; correspondance d’August von der Goltz avec Soult sur l’application du traité de Tilsit, août 1807 (15 pages) ; pièces signées par Napoléon dont une lettre au duc de Feltre, 21 février 1814 ; lettre d’Oudinot au général Bonaparte, an X ; de Nansouty à Soult, 1806 ; de Molitor, 1811 ; lettres de Caroline et Élisa Bonaparte, d’Eugène de Beauharnais, de Marie-Louise.

Vente aux enchères par la société Pierre Bergé et associés de la bibliothèque Philippe Zoummeroff, Paris, Drouot Richelieu, 16 mai 2014. Experts : Thierry Bodin, Jacques T. Quentin, Benoît Forgeot. Catalogue intitulé Bibliothèque Philippe Zoummeroff. Crimes et châtiments.

Babeuf, fable satirique contre Louis XVI et Marie-Antoinette, s. d., lettre à sa femme [1797] et billet de celle-ci à Babeuf en prison [novembre 1793] ; Edmé-Claude Bourru, éloge funèbre de Guillotin prononcé à son enterrement, 28 mars 1814 (7 pages) ; Cambacérès, manuscrit sur la naissance de l’Assemblée nationale (15 pages) ; Charles X, projet d’instruction autographe pour les militaires, 14 octobre 1791 ; Choudieu, pièce autographe, 23 pluviôse an II ; Condorcet, manuscrit portant sur les droits des peuples à disposer d’eux­-mêmes, [1792] (8 pages) ; Robespierre, exemplaire imprimé de son Discours sur les peines infamantes portant des corrections manuscrites, 1785 ; Romme, manuscrit d’un discours écrit pour la Commune de Riom dans lequel il célèbre l’œuvre de l’Assemblée nationale, 1790 (3 pages) ; du même, notes manuscrites pour sa défense lors de son procès, [juin 1795] (4 pages). Lettre de Cambon cosignée par Delmas, Guyton-Morveau, Hérault de Séchelles et Ramel comme membres du Comité de salut public sur la marche des troupes fédéralistes sur Paris, 6 juillet 1793 ; lettre de Cloots au marquis de Montesquieu-Fezensac, Orléans, 26 juillet 1789 ; de Coulombeau, secrétaire-greffier de la Commune de Paris, sur les séances de la Commune après la journée du Dix Août, 13 août 1792 ; de Desmoulins sur un numéro apocryphe des Révolutions de France et de Brabant, [août ? 1791] ; de Jean-Baptiste Drouet à Barras, 2 brumaire VI ; de Dufriche-Valazé à sa femme, La Conciergerie, 7 octobre 1793 ; des Conventionnels Bodin et Delmas au commandant en chef de la section du Mont-Blanc sur les mesures prises pour la répression de l’insurrection de Prairial, 1er prairial an III; de Fouquier-Tinville au ministre de l’Intérieur Paré au sujet des biens de Custine venant d’être condamné à mort, 28 août 1793 ; de Louis XVI au duc des Deux-Ponts, 19 septembre 1791 (acceptation de la Constitution) ; de Mirabeau au marquis de Marignane pour obtenir sa libération du donjon de Vincennes, 1er avril 1780 ; du Conventionnel Pelletier sur le jugement de Louis XVI, son exécution et l’assassinat de Le Peletier de Saint-Fargeau, 21 janvier 1793 ; d’Honoré Jean Riouffe à Mathieu Villenave, de prison, [1791] ; de Sanson, 31 août 1790. Arrêté de Jean Debry, comme représentant en mission, Valence, 12 germinal an III (conditions de détention des prisonniers) ; de Dubois-Crancé comme représentant en mission, 23 août 1793. Extrait du registre des délibérations du Conseil général de la Commune de Paris sur la dissolution du Comité des Recherches signé Royer-Collard, 1er octobre 1791 ; extrait du registre des délibérations de l’Assemblée Générale de la section de Bonne-Nouvelle dénombrant le résultat du vote pour l’élection du maire de Paris dans cette section signé Hébert, 5 novembre 1792 ; correspondance concernant les enfants détenus en prison à Angers, ventôse an II ; manuscrits de chansons royalistes, période révolutionnaire (6 pages) ; ensemble de documents relatifs aux déportés après le coup d’État du 18 fructidor an V, 1797.

Vente aux enchères par la société Ader-Nordmann, Paris, Salle des ventes Favart, 20 mai 2014. Expert : Thierry Bodin. Catalogue intitulé Lettres & manuscrits autographes.

Lettre de Buzot, 16 octobre 1790 ; lettres du général Canclaux, Nantes, décembre 1794 et janvier 1795 ; lettre de Carnot au général de brigade Geney à Fougères, 6 thermidor an IV ; du général Colaud au général Lecourbe, Strasbourg, 21 brumaire an VIII ; lettre des représentants en mission Goujon et Hentz au général Michaud, Veissembourg, 30 messidor an II ; lettre de Hoche au général de division Caffin, 23 brumaire an V ; de Joubert, [janvier 1797] ; de Kellermann au général Rivaud, [avril-mai 1809] ; de Kléber, Le Caire, 5 vendémiaire an VIII ; lettres de Lakanal, 1803 et 1844 ; lettre de Gérard de Lally-Tolendal, 1823 ; du général Loison sur l’attaque de Lugano, 22 floréal an VII ; de Pierre-Louis Manuel à Poncelin, rédacteur du Courrier français, au sujet de sa lettre publique à Louis XVI, [janvier 1792] ; de Masséna au général Cervoni, Loano, 6 prairial an III ; de Pérès au ministre de la Guerre, 8 brumaire an VI, et pièce signée par le même en tant que représentant en mission avec Portiez de l’Oise, Bruxelles, 8 frimaire an IV ; lettre de Pichegru au général Michaud, Mannheim, 23 vendémiaire an IV ; des représentants en mission Bézard, Boulay­Paty, Dornier, Savary et Talot au brigadier Muscar pour le féliciter de sa victoire à Ostende, 14 prairial an VI ; lettres de Prosper Sijas, 1793-1794. Documents concernant le général Aubert-Dubayet, le Directeur François Barthélemy.

Lettre de Félix Bacciochi, 19 juillet 1805 ; lettres de Berthier, 14 ventôse an VIII et novembre 1808 ; lettres de François de Beauharnais, 1831 ; de Louis Bonaparte, 1809 ; de Pauline Bonaparte au général Bertrand au sujet du testament de Napoléon et de la ville San Martino de l’île d’Elbe, [1822 ?] ; de Caroline Bonaparte, 1830 et 1833 ; du gouverneur de Berlin Guillaume Clarke, 1807 ; lettres de Bertrand Clauzel, 1806-1840 ; lettre de Mathieu Dumas comme général de division et intendant général à Berthier, 20 avril 1813 (rapport sur l’indemnité des pertes lors de la Campagne de Russie) ; du ministre de la guerre Dupont de l’Etang, 22 avril 1814 (insubordinations parmi les troupes) ; du général Durutte au duc de Feltre, 5 décembre 1815 ; lettres du duc d’Escars, mars 1815 ; lettres d’Eugène de Beauharnais, 13 février 1813 (sur la réorganisation de la Grande Armée après la retraite de Russie) et 17 septembre 1814 ; lettre d’Agathon Fain, 1814 ; d’Auguste Charles de Flahaut, 1867 (récit de son altercation avec Davout avant la seconde abdication de Napoléon) ; de Michel Palamède de ForbinJanson à Louis XVIII, 10 août 1815 ; de Fouché à la comtesse de Fléaux, 1819 ; lettres de Louis Auguste Victor de Ghaisne au comte d’Artois, 9 septembre 1815, et au baron de Beurnonville, 1816 ; lettre de Denis Larabit, 4 mars 1815 ; de Louis XVIII, 1806 ; lettres de Hugues Bernard Maret, 1810 et 1812 ; lettres de Napoléon, 1er prairial an X, 29 janvier 1807, 17 avril 1808 (au maréchal Davout, sur la Pologne), 22 mai 1815 (au même, pour réprimer l’insurrection royaliste en Vendée) ; lettre du général Ruffin, Vicardenne, 26 ventôse an XII ; de Talleyrand, 1er germinal an XII. Ensemble de documents concernant la Campagne de Russie adressé à Louis Philippe de Ségur. Manuscrit de travail de la convention militaire avant la Paix de Paris, 28 mai 1814.

Vente aux enchères par la Maison Doutrebente. Paris, Hôtel Drouot, 19 juin 2014. Expert : Thierry Bodin. Catalogue  intitulé Autographes.

Lettre de Berthier, 21 septembre 1809 ; de Davout, 7 vendémiaire an XIII ; lettres de Jourdan au général Klein, Bamberg, 12 fructidor an IV, et Wiesbaden, 5 frimaire an VI ; lettre de Kellermann à Vivant Denon, 25 ventôse an XIII ; de Lannes, 4 germinal an VIII ; lettres de Luckner, Valenciennes 7 juin 1792 et Richemont, 16 août 1792 ; lettre de Masséna, 11 octobre 1811 ; de Molitor, 17 nivôse an XI ; des représentants en mission Ritter et Saliceti, Port-la-Montagne [Toulon], 4 pluviôse an III ; de Sérurier, 19 février 1810 ; de Suchet, Sarragosse, 18 février 1811 ; de Talleyrand, 16 messidor an VII, 17 ventôse an IX et 12 prairial an X ; lettres de Tallien, 1793-1795 ; lettre de Charles de Villette, 8 mai 1782. Mémoire de proposition de nommer Jean-Baptiste Barruel pharmacien à l’Armée de la Moselle, signé par les membres de la Commission de Santé et visé par Robespierre, Barère et Billaud-Varenne, 2 messidor an II.

On signalera encore trois ventes concernant plus spécialement l’Empire :

Vente aux enchères par Sotheby’s France, Paris, Galerie Charpentier, 29 avril 2014. Expert : Jean-Claude Dey. Provenance du maréchal Berthier et de ses descendants. Catalogue intitulé Une famille et Napoléon, Collections du Maréchal Berthier, Prince de Wagram.

Ensemble de cent douze lettres et documents de Berthier ou adressés à lui concernant son activité militaire, 1792-1814 ; lettre adressée à Berthier par Jean Baptiste Donatien de Rochambeau, [septembre 1800 ?] ; par Napoléon, 23 mai 1804 ; par Talleyrand, 3 octobre [1807 ?] ; par Eugène de Beauharnais et par Caroline Murat, avril 1806 ; lettres de Joséphine à Berthier, 15 octobre [1806], 2 et 5 juin [1809] (inédites) ; brouillon d’une lettre de Berthier à Talleyrand, Osterode, 19 mars 1807. Documents concernant les revenus, achats et dépenses de Berthier, 1808-1814, et lettre de Berthier à son intendant général Ravenel, 19 janvier 1814. Lettre de Monge à Bonaparte, 5 brumaire an VI ; de Barras à Fouché, 17 pluviôse an IX. Sept lettres et documents de Napoléon, Schwartzenberg, Ney, Macdonald, Caulaincourt et Flahaut concernant la capitulation, 16 février-14 avril 1814.

Ventes aux enchères par l’étude Osenat. Fontainebleau, Hôtel des Ventes, 23 mars et 15 juin 2014. Expert pour les autographes de la première vente : Alain Nicolas. Catalogues intitulés L’Empire à Fontainebleau.

Ensemble de lettres d’Ambroise Anatole Augustin de Montesquiou-Fézensac adressées à son épouse pendant la Campagne de Russie, mai 1812-octobre 1813 (90 pages environ) ; lettre de Joseph Bonaparte, 24 octobre 1810 ; de Championnet au général François Parra, Embrun, 15 fructidor an VII ; de Jourdan à Berthier sur la stratégie militaire de Joseph Bonaparte en Espagne, Miranda de Ebro, 13 septembre 1808 ; du général Oudet, [Valence], 19 thermidor an VIII ; du général Menou, Alexandrie, 25 germinal an IX ; lettres de Napoléon, 15 ventôse an XIII (sur le creusement du canal de l’Ourcq), 6 vendémiaire an XIV, 1er, 22 février, 22 avril, 5 juin et 21 septembre 1806, 18 avril 1807, 17 mars 1813 (à Eugène de Beauharnais). Fouché, minute raturée d’une lettre adressée en qualité de chef du Gouvernement provisoire au duc de Wellington, 27 juin 1815 ; Napoléon, brouillon préparatoire du projet de mise en défense d’Ajaccio [Corse, v. avril 1793] et, du même, lettres, [Corse], s. d. (au citoyen Vanucci, signée « Buonaparte »), Dantzig, 10 juin 1812 (à Eugène de Beauharnais, ordres concernant la stratégie écrite avant la Campagne de Russie) ; lettre d’Hortense de Beauharnais ; de Pauline Bonaparte ; de Jeannot de Moncey, 18 juin 1810 ; de Louis-Philippe de Ségur à l’une des sœurs de Napoléon, 6 frimaire an XIII (cérémonie du sacre).

 Anne QUENNEDEY

Un blog utilisant Hypothèses, plateforme de carnets de recherches