Prix Albert Mathiez : offre de souscription de l’ouvrage de Gaïd Andro prolongée jusqu’au 31 août

AndroEN SOUSCRIPTION JUSQU’AU 31 AOUT 2015
Prix Albert Mathiez

Gaid ANDRO, Une génération au service de l’État

Préface de Michel Biard, Président de la SER

Gaid Andro, Une génération au service de l’Etat. Les procureurs généraux syndics de la Révolution française (1780-1830), Paris, Société des études robespierristes, 2015, 570 p., 26€. ISBN. 978-2-908327-92-2

La littérature et l’historiographie ont souvent été promptes à brocarder la bureaucratie administrative du premier 19e siècle, sa médiocrité, sa servilité et surtout son arbitraire impersonnel. Lorsque que l’on replace cette administration dans son contexte historique, une question s’impose alors : qu’est devenue l’administration révolutionnaire de 1790 ? Comment s’est transformée la figure idéale du magistrat vertueux, élu et reconnu par ses concitoyens comme le dépositaire légitime de la confiance publique ? Renoncement collectif, pragmatisme politique ou échec du projet révolutionnaire, force est de constater qu’en 1830, l’idéal de la régénération administrative fondée sur le contrat social et sur la convergence entre intérêt local et intérêt général a fait long feu. Pour étudier cette évolution et en comprendre les mécanismes, l’analyse doit s’envisager sur le moyen terme de part et d’autre de la rupture révolutionnaire. L’objet de cet ouvrage est donc de suivre une même génération d’administrateurs ayant occupé une fonction essentielle au sein de la pyramide gouvernementale de 1790 : les procureurs généraux syndics de département. Cette institution, unique dans l’histoire de l’Etat français, représente la tentative originale d’un exécutif local élu par les administrés et non nommé par le pouvoir central. L’observation de la vie et de la carrière des 197 procureurs généraux syndics permet d’interroger conjointement le projet révolutionnaire en termes de pensée constitutionnelle et son inévitable confrontation au processus de la radicalisation politique. Par ailleurs, la démarche prosopographique permet de collaborer à une histoire sociale du politique qui questionne le moment matriciel de la Révolution française. Elle incite également à souligner la construction simultanée et contradictoire d’un roman national de la centralisation politique « à la française » et d’une éthique administrative liée à l’héritage révolutionnaire de la fédération des territoires.

Bon de souscription à télécharger et à renvoyer :

Souscription Prix Mathiez ANDRO

Parution du N° 2 de la “Gazette de la Société des études robespierristes”

Le deuxième numéro de la Gazette de la Société des études robespierristes vient de paraître.

Au sommaire de ce numéro :

– Éditorial de Michel Biard, président de la SER.

– Serge Aberdam, “La rue Marat à Ivry”.

– “Le parrainage républicain dans toutes les mairies”

– Côme Simien, “Chère Fred Vargas”

– Thibaut Poirot, “Un hommage à Maurice Agulhon”

– Philippe Foussier, “Olympe de Gouges entre à l’Assemblée nationale”

Ainsi que notre agenda, le sommaire des AHRF et la présentation de nos dernières publications.

Lien de téléchargement : SER la lettren°2

N° 1 de la “Gazette de la Société des études robespierristes”

Au sommaire de ce numéro (mars 2015) :

– Éditorial de Michel Biard.

– Compte-rendu du colloque “Vertu et politique” (septembre 2014)

– Paul Chopelin, “Robespierre et le jeu Assassin’s Creed Unity”

– La SER aux Rendez-Vous de l’Histoire de Blois

– “Belfort débaptise la place Robespierre”

Ainsi que notre agenda et la présentation de nos publications.

Lien de téléchargement : SER la lettren°1

 

Journée d’étude : “Une éthique du danger”, Paris, 3 juin 2015

 

Journée d’étude, Institut d’Histoire de la Révolution française-Société des Etudes Robespierristes-ANR Actapol

Paris mercredi 3 juin 2015 9h-16h30

Salle 216, Université Paris-1 Panthéon Sorbonne, 2e étage, centre Panthéon

 JE presse

Une éthique du danger

 Presse et liberté d’expression pendant la Révolution française

 

Et si ? Alors qu’on la pense indiscutablement intégrée au patrimoine républicain depuis la loi de 1881, alors qu’elle fait partie des principaux droits et libertés publiques avec la liberté d’expression, la liberté de la presse subit aujourd’hui une série de questionnements, de mises en causes et d’attaques : en raison des attentats et la lente réduction des libertés qu’ils entraînent depuis une vingtaine d’années, en raison aussi du pouvoir croissant des acteurs économiques sur le monde politique et les medias, en raison des difficultés voire des dangers que rencontrent des journalistes dans l’exercice de leur métier, il nous a semblé qu’il pouvait être utile de réfléchir aux enjeux qui se sont concrètement posés à ceux qui pratiquaient et défendaient cette liberté au cours d’un événement paroxystique : la Révolution française.

En quoi cette période a-t-elle inventé de nouvelles manières de pratiquer la liberté de la presse ? Quel rôle les libellistes, journalistes, pamphlétaires et caricaturistes ont-ils joué dans la construction d’une « opinion publique » ? A quel prix ? Quelles limites se sont-ils assignées, la liberté d’informer rencontrant les obstacles de la calomnie, des attaques ad hominem et de la possible délation, suscitant donc d’éventuelles poursuites judiciaires ? Au cours de cette journée, nous voudrions tout particulièrement nous interroger sur le lien entre la liberté d’informer et le risque que cela supposait, dans une période marquée par d’intenses conflictualités et par plusieurs périodes de forte répression politique. Comment ces hommes ont-ils pensé et vécu la relation entre leur activité et l’engagement intellectuel et tout simplement physique que celle-ci engageait ? Dans quelle mesure cette liberté de la presse fut-elle pratiquée comme une « éthique du danger » ? Les journalistes élus représentants du peuple ont-ils exercé dans des conditions particulières, mieux protégés par l’inviolabilité réservée aux membres de l’Assemblée, ou a contrario davantage exposés en tant qu’hommes publics ? En quoi le tout nous amène-t-il à réfléchir aux notions d’engagement, de désintéressement, de radicalité, de conflictualité et de sacrifice politique ?

 

Programme

9.00 Accueil des participants

9.15-9.30 Michel Biard (Univ. Rouen) et Guillaume Mazeau (Univ. Paris-1), introduction

9.30-9.50 Charles Walton (Univ. Warwick), « Liberté de l’individu, régénération de la société: le ‘double-mouvement’ de la liberté de l’expression dans la Révolution française »

9.50-10.10 François Saint-Bonnet (Univ. Paris 2 Panthéon-Assas), « L’épineuse conceptualisation des délits de presse sous la Révolution »

10.45-11.00 Pause

11.00-11.20 Jeremy D. Popkin (Univ. Kentucky) « La liberté de la presse dans une colonie esclavagiste: le cas de Saint-Domingue »

11.20-11.40 Stefan Lemny (BNF), « La pratique dénonciatrice dans la presse révolutionnaire: l’exemple de Jean-Louis Carra »

12.30 Dejeuner

 

14.00-14.20 Suzanne Levin (Paris-Ouest Nanterre), « Au risque du sacrifice ? La liberté de la presse dans les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins »

14.20-14.40 Michel Biard (Univ. Rouen), « Du petit théâtre au jeu de massacre ? La plume assassine d’Hébert (automne 1792 – printemps 1794) »

14.40-15.00 pause

15.00-15.20 Guillaume Mazeau (Univ. Paris-1), « Marat, Le journalisme ou l’éthique du risque »

15.50 Pierre Serna (Univ. Paris-1) mises en perspectives

Colloque “Collectionner la Révolution française”, Grenoble-Vizille, 23-25 septembre 2015

Vitrine2Colloque international

Collectionner la Révolution française

23-25 septembre 2015, Grenoble et Vizille

Société des études robespierristes, IHRF – Université Paris I Panthéon Sorbonne,

CRHIPA – Université Pierre Mendès France – Grenoble II, Musée de la Révolution française

 

Pour détourner une phrase célèbre de Saint-Just, peut-on collectionner « innocemment » ? Rechercher, rassembler, conserver, le cas échéant exposer, des objets et/ou des écrits de la Révolution française, suppose au minimum un intérêt pour l’idée même de collection, mais peut aussi impliquer le désir de transmettre le souvenir et les héritages des années 1789-1799. Le premier cas peut tenir de la simple érudition, d’un esprit inclinant à la collection, voire d’achats susceptibles de donner lieu à échanges, reventes, etc., sans que le politique y trouve toujours sa place. Le second cas renvoie au domaine des « passeurs de révolution », de celles et ceux pour qui objets, images, écrits relèvent aussi d’une mémoire à transmettre aux générations successives, éventuellement au nom de l’idée d’une révolution qui ne serait pas encore advenue et de principes qui resteraient à défendre. Quelle que soit l’hypothèse suivie, si elle est privée, la collection reste fondamentalement l’œuvre d’une vie et ne survit pas souvent à celle ou à celui qui l’a créée, au gré des héritages et des dispersions après-décès. On le sait, une partie importante des collections publiques au XXIe siècle provient de collections privées ainsi dispersées. Cependant les collections publiques ne sont pas seulement le résultat de rachats ou de dons de fonds privés, mais également le fruit de volontés politiques afin de construire, pour des collectivités entières, des objets de mémoires à partager et donnant du sens à la Révolution, qui finissent par constituer des patrimoines nationaux.

Pourquoi et comment collectionner la Révolution française ? Qui ont été ces collectionneurs, comment et sur quoi ont-ils fondé leur érudition, leurs techniques de collectionneur, leurs réseaux ? Ce sont ces parcours que le présent colloque se propose d’interroger.

 

Mercredi 23 septembre (Domaine universitaire – Maison des sciences de l’Homme Alpes)

 

Session 1 / Qui sont les collectionneurs ? Entre notables et anonymes

Président de séance : Michel Biard / Professeur d’Histoire moderne, GRHis-Normandie Université

 

14h30 : Introduction : Michel Biard

14h45 : Alain Chevalier  / Conservateur en chef du patrimoine, Directeur du Musée de la Révolution française

Essai de répertoire raisonné des collections françaises d’objets révolutionnaires de 1789 à nos jours.

15h15 : Laurent Le Gall / Professeur d’histoire contemporaine, Université de Brest

La Révolution en majesté : érudition locale et collection firent-elles bon ménage (1860-1914) ?

15h45 : Pause

16h : Raymond Huard / Professeur émérite d’histoire contemporaine, Université de Montpellier

Marcellin Pellet, républicain gardois et collectionneur

16h30 : Serge Aberdam / Chercheur au département des sciences sociales de l’INRIA

Collectionner les Billets de confiance révolutionnaires, approche anecdotique ou approche économique

17h-17h45 : Échanges

 

Jeudi 24 septembre (Musée de la Révolution française-Domaine de Vizille)

 

Session 2 : Collections érudites, collections engagées

Président de séance : Alain Chevalier / Conservateur en chef du patrimoine, Directeur du Musée de la Révolution française

 

9h30 : Tom Stammers / Professeur d’histoire culturelle, Université de Durham

Jean-Louis Soulavie : un collectionneur de l’histoire immédiate

10h : Michela Lo Feudo / Chargée de cours de littérature française, Université de Naples-Frederico II

Champfleury collectionneur : cartographie d’une enquête entre Second Empire et Troisième République

10h30 : Pause

10h45 : Jean-Marie Bruson / Conservateur général, Musée Carnavalet

Le Comte Alfred de Liesville (1836-1885), collectionneur

11h15 : Aurore Chéry / Doctorante au Lahrha, Université Lumière Lyon 3

Collections, associations, expositions : stratégies royalistes pour le bicentenaire

11h45-12h30 : Échanges

 

Session 3 : Collections officielles et passions privées

Président de séance : Martial Poirson / Professeur d’études théâtrales, Université Paris 8

 

14h : Yann Fauchois / Chargé du traitement rétrospectif des collections – livres anciens, Bibliothèque nationale de France

Constitution et signalement des fonds de l’époque révolutionnaire au département des imprimés de la Bibliothèque nationale (1790-1875)

14h30 : Yann Potin / Chargé d’études documentaires-section du XIXè siècle, Archives nationales

L’impossible collection légale de la Révolution : les « séries révolutionnaires » des Archives nationales, de la section législative aux acquisitions autographes (1790-1834)

15h : Martine Sin Blima-Barru / Conservateur du patrimoine, Archives nationales

L’archiviste, le collectionneur, le receleur ; les activités secrètes de Dubois, employé de la section législative des Archives nationales (1840-1844)

15h30 : Pause

15h45 : Magali Charreire / Post-doc, Université de Montpellier

Des enchères à la fiction : les collections de la Révolution française légitimées par un écrivain bibliophile romantique sous la monarchie de Juillet

16h15-17h : Échanges

17h15 : Visite de l’exposition temporaire du Musée de la Révolution française : Rencontre avec Napoléon. Un Empereur à cheval

19h : Visite du Centre de documentation-bibliothèque Albert Soboul

 

Vendredi 25 septembre (Musée de la Révolution française-Domaine de Vizille)

 

Session 4 : Circulations et usages à l’échelle du monde

Président de séance : Pierre Serna / Professeur d’histoire moderne, IHRF – Université Paris I-Panthéon Sorbonne

 

9h : Vladislava Sergienko / Docteur en histoire, Université de Nice

La collection inconnue du Palais d’hiver à Saint Petersbourg : la correspondance des émigrés français acquise par le prince Lobanov-rostovski. Une passion ou un ordre du Tsar ?

9h30 : Guillaume Nicoud / Chargé de recherches, Musée d’Etat de l’Ermitage, département des arts occidentaux, Saint Petersbourg, Russie

La Révolution au Palais d’Hiver : exposer la Révolution française dans l’Ermitage des Soviets

10h: Andrei Sorokine / Directeur des Archives d’Etat Russe et de l’histoire sociale et politique

La collection des objets et des écrits de la Révolution française aux Archives d’Etat Russe et de l’histoire sociale et politique

10h30 : Pause

10h45 : Julia V. Douthwaite / Professeur de littérature française, University of Notre Dame, USA

Peut-on collectionner innocemment ? Les fonds de l’ère révolutionnaire en Indiana, USA

11h15 : Khaterine Astbury / Maître de conférences en littérature française, et Clare Siviter / Doctorante, Université de Warwick

La collection de pièces de théâtre d’Amédée Marandet (1863-1924) à la bibliothèque de l’Université de Warwick

11h45-12h15 : Échanges

 

Président de séance : Gilles Bertrand / Professeur d’histoire moderne, CRHIPA – Université Pierre Mendès France, Grenoble

 

14h : Antonino De Francesco / Professeur d’histoire moderne, Université de Milan

Quelques considérations sur l’historiographie de la Révolution française d’après l’exemple de la collection Alphonse Aulard à Harvard.

14h30 : Yoshiaki Omi / Professeur d’histoire, Université Senshu, Tokyo

La quête de l’univers de la Révolution française dans la collection de Michel Bernstein.

15h-15h30 : Echanges et conclusion : Gilles Bertrand.

 

Renseignements et inscriptions pour auditeurs libres : h.puig@cg38.fr / 04 76 78 71 86.

Offre promotionnelle sur la collection des AHRF

AHRF_1COMPLETEZ VOTRE COLLECTION

Acquérir ou compléter une collection des

Annales historiques de la Révolution française

C’est possible !

 

Les AHRF, du n° 251 (1983) au numéro 350 (2007)

Avant 1987, sont disponibles les n°: 251, 253, 258, 259, 260, 261, 262, 263, 264, 265, 266. La collection est complète du n° 273 au n° 350

(sauf n° 275, 277, 287, 289, 292, 296, 297, 303, 304 et 314).

 

78 numéros = 135 € port compris

De 41 à 70 numéros = 1,50 € par numéro et 25 € de frais d’envoi

De 11 à 40 numéros = 2 € par numéro et 20 € de frais d’envoi

Moins de 11 numéros = 3 € par numéro et 10 € de frais d’envoi

 

Commandes et règlements à adresser à

SER, 17 rue de la Sorbonne, 75005 PARIS

Renseignez-vous auprès de Jean-Paul Rothiot

Les commandes seront servies dans la limite des stocks disponibles

Réaction de la SER aux attentats des 7-9 janvier 2015

Nous sommes tous Charlie.

Ne cédons ni à ces assassins obscurantistes qui rêvent de dresser les Français les uns contre les autres et de favoriser la haine des musulmans pour mieux semer la discorde, ni à tous ceux qui vont cultiver la haine de l’Autre pour prospérer en faisant là aussi de facto le jeu des barbares à coup de mesures sécuritaires réclamées et de retour de la peine de mort revendiqué.

Les larmes oui, et nous en versons depuis mercredi matin, mais il faut aussi se lever pour défendre les idéaux de la République hérités de la Révolution française, la fraternité, la laïcité, la tolérance. Charb disait, comme les Canuts, préférer mourir debout que vivre à genoux. L’équipe de Charlie était en train de préparer un numéro contre le racisme. Le moins que nous puissions faire est de nous aussi être debout, libres et sans peur.

Il sera toujours temps plus tard d’analyser les racines du mal et enfin peut-être de nous poser la question non seulement de la politique étrangère menée par les gouvernements de la France depuis la première guerre du Golfe, mais aussi la question des politiques sociales absentes ou dépourvues de moyens réels depuis tant d’années, ces politiques sociales (et scolaires) qui dans une République digne de son nom devraient empêcher l’apparition de pareilles situations.

Vivent les Lumières, la Raison et la démocratie. Sans haine aucune, mais avec une volonté ferme que tout ne soit pas vain, et cela ne doit pas l’être.

Michel Biard, Président de la Société des études robespierristes

 

La réaction en image de Philippe Bourdin, président honoraire de la SER, professeur d’histoire moderne à l’université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand :

CharlieSER

 

JeSuisCharlie

Papiers d’époque révolutionnaire et impériale passés en salles de ventes (premier semestre 2014)

PapiersRevolutionnairesRevue des ventes publiques d’autographes

Premier semestre 2014

Recension effectuée par Anne Quennedey

 

Vente aux enchères par les sociétés Daguerre et Thierry Desbenoit et associés, Paris, Hôtel Drouot, 27 février 2014. Autographes provenant du chimiste et collectionneur Antoine François Boutron-Charlard (1796-1879) et de son gendre Edmond Frémy (1814-1894), directeur du Muséum d’histoire naturelle. Expert : Thierry Bodin. Catalogue Lettres et manuscrits autographes. Collection Boutron-Charlard et Frémy téléchargeable sur le site de la Maison de ventes (http://daguerre.fr/wp-content/uploads/Catalogue-def1.pdf).

Lettre de Jean Sylvain Bailly sur les finances de la capitale, 27 juillet [1790] ; lettre de Talleyrand, 28 messidor an XI, et note autographe du même sur la situation militaire en Pologne après les batailles d’Eylau et d’Ostrolenka, [février-mars 1807] ; ensemble de lettres de Jacques François Sibot dit Sibaud, général de brigade à l’Armée du Rhin, 30 brumaire an II-4e jour des sans-culottides an II (12 pages).

Lettre de Canova sur sa statue monumentale de Napoléon, 4 mai 1810 ; de David sur ses tableaux du Sacre de Napoléon, 4 thermidor an XIII (lettre inédite) ; du sculpteur François Frédéric Lemot sur l’arc de triomphe de la place du Carrousel, 11 mai 1808 ; lettre du sculpteur Pierre Cartellier, 1816 (sur sa statue de Pichegru) ; de François Gérard, 1823 ; de Pierre Narcisse Guérin, 1829 ; de Prud’hon, 1818 ; lettres de Girodet, 5 janvier 1790 (à François Gérard, inédite), 1815 (sur l’acquisition par le roi de son tableau Les Funérailles d’Atala), 1816. Lettre de Talma au dramaturge Jean-François Ducis sur ses pièces Hamlet, Othello et Abufard, [9 avril 1804], et lettre adressée de Dresde où il se trouve avec la Grande Armée, 2 août 1813.

Lettres de Jean Charles de Borda sur son travail avec Lavoisier sur les poids et mesures et le système métrique, [1793] et 28 nivôse an II ; lettres de Charles Bossut dont une concernant ses fonctions à l’École polytechnique, 28 décembre 1807 ; lettre du médecin Joseph Barthélemy François Carrère dans laquelle il est question de la Révolution à Perpignan, juin 1790 ; lettres de Condorcet, 1er mai 1773 (sur les travaux de Lavoisier) et 2 septembre [1790] (sur la suspension de l’édition des Mémoires de l’Académie des Sciences) ; lettre de Nicolas Jacques Conté sur l’entretien du petit parc de Meudon dont il a la surveillance, 23 pluviôse an VI ; lettre de Daubenton à Lavoisier, 30 septembre 1793 ; d’Antoine Deparcieux au directeur de l’Instruction publique Ginguené sur l’École centrale du Panthéon, 21 frimaire an V ; de Philippe Frédéric de Dietrich, maire de Strasbourg sous la Révolution, sur la minéralogie, 1776 (12 pages) ; de Guillotin en tant que Président de l’Académie de Médecine de Paris au Président du Consistoire de l’Église réformée de Paris, 1811 (pour la prolongation des séances de l’Académie à l’Oratoire du Louvre) ; lettres de Lavoisier, 1775 et 30 mars 1791 (sur la vente des tabacs par la Ferme générale) ; de Mesmer, 1784 et 3 nivôse an VII (demande une chaire où enseigner sa doctrine) ; d’Étienne de Montgolfier, 1786 ; du chimiste anglais Joseph Priestley, 24 septembre 1795 (sur l’appréciation par les Américains de la Révolution française) ; du naturaliste Sonnini de Manoncourt, 17 fructidor an V ; lettres du naturaliste Valmont de Bomare, 6 germinal an IV et 8 fructidor an X (cette dernière sur son enseignement à l’École centrale de la rue Saint-Antoine).

 

Vente aux enchères par la Maison Alde, Paris, Salle Rossini, 28 avril 2014. Expert : Thierry Bodin. Catalogue de la vente intitulé Lettres & manuscrits autographes (http://www.bibliorare.com/catalogues/pdf/Catalogue%20Alde%2028%20avril%202014.pdf).

Audouin, Souvenirs anecdotiques sur les principaux événemens de la révolution (sic) de 1789 (195 pages, inédit) ; Pache, Formation du Globoïde terraque d’après la gradation des Phénomenes (24 pages, inédit) ; ensemble de lettres d’Antonio Buonavita, aumônier de Napoléon, au cardinal Fesch, 1819-1831 ; lettres de Mirabeau à son père, 21 décembre 1775 (sur la parution de l’Essai sur le despotisme), à un ami, 21 janvier 1776 (après s’être échappé du fort de Joux) et 1776 (en vue de fléchir son père) ; du même, brouillon de lettre pour Sophie Monnier ; lettre de Championnet à Kléber, Kerlich, 14 brumaire an V ; lettre du général d’artillerie Dudon-Duclos, 8 décembre 1797 (sur la construction de barques pour le passage du Rhin) ; de Jourdan, 1796 et 1805 ; de Kellermann, s. d. ; de Kléber à Lefebvre, 12 août 1795 (préparation de la traversée du Rhin) ; de Lafayette à Boissy d’Anglas, 1789 ; de La Tour d’Auvergne-Corret au ministre de la Guerre, 8 vendémiaire an VI ; de Levasseur de la Sarthe au Comité de sûreté générale, 9 fructidor an II (proteste contre son incarcération) ; billet de Louis XVI au président de l’Assemblée nationale, 4 février 1790 ; ensemble de lettres du soldat Malpel sur les événements révolutionnaires à Paris, 1792 ; lettre de Pétion à Palloy, 1792 ; poème de Manon Roland, 1786 ; lettres de Sebastiani à Saliceti, 17 thermidor an VI, et à Soult, 5 mai 1811 ; lettre de Sonthonax, 6 pluviôse an V ; lettre adressée à Stofflet, 1795 ; lettres de Suchet, 1798-1800 ; lettre du médecin de l’hôpital militaire du Roule Tyrbas de Chamberet, août 1814 (état sanitaire désastreux de cet hôpital) ; ensemble de lettres du baron de Vitrolles à son fils, 1823-1846 ; arrêté du Comité de salut public signé Carnot, Barère et Lindet ordonnant la libération de Pierre Daru, 13 mai 1794.

Lettre de Berthier à Soult, 1807 ; de Compans à Soult, 1807 (sur la situation des armées d’occupation en Pologne) ; de Daru, 1820 ; lettres de Davout dont deux à Soult (1807) ; lettre de Dufour de Pradt, 1804 ; ensemble de lettres du général Dugua sur Saint-Domingue, 5 prairial an X (37 pages) ; correspondance d’August von der Goltz avec Soult sur l’application du traité de Tilsit, août 1807 (15 pages) ; pièces signées par Napoléon dont une lettre au duc de Feltre, 21 février 1814 ; lettre d’Oudinot au général Bonaparte, an X ; de Nansouty à Soult, 1806 ; de Molitor, 1811 ; lettres de Caroline et Élisa Bonaparte, d’Eugène de Beauharnais, de Marie-Louise.

 

Vente aux enchères par la société Pierre Bergé et associés de la bibliothèque Philippe Zoummeroff, Paris, Drouot Richelieu, 16 mai 2014. Experts : Thierry Bodin, Jacques T. Quentin, Benoît Forgeot. Catalogue intitulé Bibliothèque Philippe Zoummeroff. Crimes et châtiments (http://www.pba-auctions.com/html/index.jsp?id=18549&lng=fr&npp=1000).

Babeuf, fable satirique contre Louis XVI et Marie-Antoinette, s. d., lettre à sa femme [1797] et billet de celle-ci à Babeuf en prison [novembre 1793] ; Edmé-Claude Bourru, éloge funèbre de Guillotin prononcé à son enterrement, 28 mars 1814 (7 pages) ; Cambacérès, manuscrit sur la naissance de l’Assemblée nationale (15 pages) ; Charles X, projet d’instruction autographe pour les militaires, 14 octobre 1791 ; Choudieu, pièce autographe, 23 pluviôse an II ; Condorcet, manuscrit portant sur les droits des peuples à disposer d’eux­mêmes, [1792] (8 pages) ; Robespierre, exemplaire imprimé de son Discours sur les peines infamantes portant des corrections manuscrites, 1785 ; Romme, manuscrit d’un discours écrit pour la Commune de Riom dans lequel il célèbre l’œuvre de l’Assemblée nationale, 1790 (3 pages) ; du même, notes manuscrites pour sa défense lors de son procès, [juin 1795] (4 pages). Lettre de Cambon cosignée par Delmas, Guyton-Morveau, Hérault de Séchelles et Ramel comme membres du Comité de salut public sur la marche des troupes fédéralistes sur Paris, 6 juillet 1793 ; lettre de Cloots au marquis de Montesquieu-Fezensac, Orléans, 26 juillet 1789 ; de Coulombeau, secrétaire-greffier de la Commune de Paris, sur les séances de la Commune après la journée du Dix Août, 13 août 1792 ; de Desmoulins sur un numéro apocryphe des Révolutions de France et de Brabant, [août ? 1791] ; de Jean-Baptiste Drouet à Barras, 2 brumaire VI ; de Dufriche-Valazé à sa femme, La Conciergerie, 7 octobre 1793 ; des Conventionnels Bodin et Delmas au commandant en chef de la section du Mont-Blanc sur les mesures prises pour la répression de l’insurrection de Prairial, 1er prairial an III; de Fouquier-Tinville au ministre de l’Intérieur Paré au sujet des biens de Custine venant d’être condamné à mort, 28 août 1793 ; de Louis XVI au duc des Deux-Ponts, 19 septembre 1791 (acceptation de la Constitution) ; de Mirabeau au marquis de Marignane pour obtenir sa libération du donjon de Vincennes, 1er avril 1780 ; du Conventionnel Pelletier sur le jugement de Louis XVI, son exécution et l’assassinat de Le Peletier de Saint-Fargeau, 21 janvier 1793 ; d’Honoré Jean Riouffe à Mathieu Villenave, de prison, [1791] ; de Sanson, 31 août 1790. Arrêté de Jean Debry, comme représentant en mission, Valence, 12 germinal an III (conditions de détention des prisonniers) ; de Dubois-Crancé comme représentant en mission, 23 août 1793. Extrait du registre des délibérations du Conseil général de la Commune de Paris sur la dissolution du Comité des Recherches signé Royer-Collard, 1er octobre 1791 ; extrait du registre des délibérations de l’Assemblée Générale de la section de Bonne-Nouvelle dénombrant le résultat du vote pour l’élection du maire de Paris dans cette section signé Hébert, 5 novembre 1792 ; correspondance concernant les enfants détenus en prison à Angers, ventôse an II ; manuscrits de chansons royalistes, période révolutionnaire (6 pages) ; ensemble de documents relatifs aux déportés après le coup d’État du 18 fructidor an V, 1797.

 

Vente aux enchères par la société Ader-Nordmann, Paris, Salle des ventes Favart, 20 mai 2014. Expert : Thierry Bodin. Catalogue intitulé Lettres & manuscrits autographes (http://www.ader-paris.fr/flash/index.jsp?id=18642&idCp=97&lng=fr).

Lettre de Buzot, 16 octobre 1790 ; lettres du général Canclaux, Nantes, décembre 1794 et janvier 1795 ; lettre de Carnot au général de brigade Geney à Fougères, 6 thermidor an IV ; du général Colaud au général Lecourbe, Strasbourg, 21 brumaire an VIII ; lettre des représentants en mission Goujon et Hentz au général Michaud, Veissembourg, 30 messidor an II ; lettre de Hoche au général de division Caffin, 23 brumaire an V ; de Joubert, [janvier 1797] ; de Kellermann au général Rivaud, [avril-mai 1809] ; de Kléber, Le Caire, 5 vendémiaire an VIII ; lettres de Lakanal, 1803 et 1844 ; lettre de Gérard de Lally-Tolendal, 1823 ; du général Loison sur l’attaque de Lugano, 22 floréal an VII ; de Pierre-Louis Manuel à Poncelin, rédacteur du Courrier français, au sujet de sa lettre publique à Louis XVI, [janvier 1792] ; de Masséna au général Cervoni, Loano, 6 prairial an III ; de Pérès au ministre de la Guerre, 8 brumaire an VI, et pièce signée par le même en tant que représentant en mission avec Portiez de l’Oise, Bruxelles, 8 frimaire an IV ; lettre de Pichegru au général Michaud, Mannheim, 23 vendémiaire an IV ; des représentants en mission Bézard, Boulay­Paty, Dornier, Savary et Talot au brigadier Muscar pour le féliciter de sa victoire à Ostende, 14 prairial an VI ; lettres de Prosper Sijas, 1793-1794. Documents concernant le général Aubert-Dubayet, le Directeur François Barthélemy.

Lettre de Félix Bacciochi, 19 juillet 1805 ; lettres de Berthier, 14 ventôse an VIII et novembre 1808 ; lettres de François de Beauharnais, 1831 ; de Louis Bonaparte, 1809 ; de Pauline Bonaparte au général Bertrand au sujet du testament de Napoléon et de la ville San Martino de l’île d’Elbe, [1822 ?] ; de Caroline Bonaparte, 1830 et 1833 ; du gouverneur de Berlin Guillaume Clarke, 1807 ; lettres de Bertrand Clauzel, 1806-1840 ; lettre de Mathieu Dumas comme général de division et intendant général à Berthier, 20 avril 1813 (rapport sur l’indemnité des pertes lors de la Campagne de Russie) ; du ministre de la guerre Dupont de l’Etang, 22 avril 1814 (insubordinations parmi les troupes) ; du général Durutte au duc de Feltre, 5 décembre 1815 ; lettres du duc d’Escars, mars 1815 ; lettres d’Eugène de Beauharnais, 13 février 1813 (sur la réorganisation de la Grande Armée après la retraite de Russie) et 17 septembre 1814 ; lettre d’Agathon Fain, 1814 ; d’Auguste Charles de Flahaut, 1867 (récit de son altercation avec Davout avant la seconde abdication de Napoléon) ; de Michel Palamède de ForbinJanson à Louis XVIII, 10 août 1815 ; de Fouché à la comtesse de Fléaux, 1819 ; lettres de Louis Auguste Victor de Ghaisne au comte d’Artois, 9 septembre 1815, et au baron de Beurnonville, 1816 ; lettre de Denis Larabit, 4 mars 1815 ; de Louis XVIII, 1806 ; lettres de Hugues Bernard Maret, 1810 et 1812 ; lettres de Napoléon, 1er prairial an X, 29 janvier 1807, 17 avril 1808 (au maréchal Davout, sur la Pologne), 22 mai 1815 (au même, pour réprimer l’insurrection royaliste en Vendée) ; lettre du général Ruffin, Vicardenne, 26 ventôse an XII ; de Talleyrand, 1er germinal an XII. Ensemble de documents concernant la Campagne de Russie adressé à Louis Philippe de Ségur. Manuscrit de travail de la convention militaire avant la Paix de Paris, 28 mai 1814.

 

Vente aux enchères par la Maison Doutrebente. Paris, Hôtel Drouot, 19 juin 2014. Expert : Thierry Bodin. Catalogue  intitulé Autographes (http://www.etudedoutrebente.com/uploads/sells/150/Doutrebente_190614Bdef.pdf)

Lettre de Berthier, 21 septembre 1809 ; de Davout, 7 vendémiaire an XIII ; lettres de Jourdan au général Klein, Bamberg, 12 fructidor an IV, et Wiesbaden, 5 frimaire an VI ; lettre de Kellermann à Vivant Denon, 25 ventôse an XIII ; de Lannes, 4 germinal an VIII ; lettres de Luckner, Valenciennes 7 juin 1792 et Richemont, 16 août 1792 ; lettre de Masséna, 11 octobre 1811 ; de Molitor, 17 nivôse an XI ; des représentants en mission Ritter et Saliceti, Port-la-Montagne [Toulon], 4 pluviôse an III ; de Sérurier, 19 février 1810 ; de Suchet, Sarragosse, 18 février 1811 ; de Talleyrand, 16 messidor an VII, 17 ventôse an IX et 12 prairial an X ; lettres de Tallien, 1793-1795 ; lettre de Charles de Villette, 8 mai 1782. Mémoire de proposition de nommer Jean-Baptiste Barruel pharmacien à l’Armée de la Moselle, signé par les membres de la Commission de Santé et visé par Robespierre, Barère et Billaud-Varenne, 2 messidor an II.

 

On signalera encore trois ventes concernant plus spécialement l’Empire :

Vente aux enchères par Sotheby’s France, Paris, Galerie Charpentier, 29 avril 2014. Expert : Jean-Claude Dey. Provenance du maréchal Berthier et de ses descendants. Catalogue intitulé Une famille et Napoléon, Collections du Maréchal Berthier, Prince de Wagram (http://www.sothebys.com/fr/auctions/2014/family-first-empire-marshal-berthier-pf1450.html#&page=all&sort=).

Ensemble de cent douze lettres et documents de Berthier ou adressés à lui concernant son activité militaire, 1792-1814 ; lettre adressée à Berthier par Jean Baptiste Donatien de Rochambeau, [septembre 1800 ?] ; par Napoléon, 23 mai 1804 ; par Talleyrand, 3 octobre [1807 ?] ; par Eugène de Beauharnais et par Caroline Murat, avril 1806 ; lettres de Joséphine à Berthier, 15 octobre [1806], 2 et 5 juin [1809] (inédites) ; brouillon d’une lettre de Berthier à Talleyrand, Osterode, 19 mars 1807. Documents concernant les revenus, achats et dépenses de Berthier, 1808-1814, et lettre de Berthier à son intendant général Ravenel, 19 janvier 1814. Lettre de Monge à Bonaparte, 5 brumaire an VI ; de Barras à Fouché, 17 pluviôse an IX. Sept lettres et documents de Napoléon, Schwartzenberg, Ney, Macdonald, Caulaincourt et Flahaut concernant la capitulation, 16 février-14 avril 1814.

 

Ventes aux enchères par l’étude Osenat. Fontainebleau, Hôtel des Ventes, 23 mars et 15 juin 2014. Expert pour les autographes de la première vente : Alain Nicolas. Catalogues intitulés L’Empire à Fontainebleau consultables aux adresses http://www.osenat.fr/html/index.jsp?id=18616&np=1&lng=fr&npp=20&ordre=1&aff=1&r= et http://www.osenat.fr/flash/index.jsp?id=18618&idCp=67&lng=fr

Ensemble de lettres d’Ambroise Anatole Augustin de Montesquiou-Fézensac adressées à son épouse pendant la Campagne de Russie, mai 1812-octobre 1813 (90 pages environ) ; lettre de Joseph Bonaparte, 24 octobre 1810 ; de Championnet au général François Parra, Embrun, 15 fructidor an VII ; de Jourdan à Berthier sur la stratégie militaire de Joseph Bonaparte en Espagne, Miranda de Ebro, 13 septembre 1808 ; du général Oudet, [Valence], 19 thermidor an VIII ; du général Menou, Alexandrie, 25 germinal an IX ; lettres de Napoléon, 15 ventôse an XIII (sur le creusement du canal de l’Ourcq), 6 vendémiaire an XIV, 1er, 22 février, 22 avril, 5 juin et 21 septembre 1806, 18 avril 1807, 17 mars 1813 (à Eugène de Beauharnais). Fouché, minute raturée d’une lettre adressée en qualité de chef du Gouvernement provisoire au duc de Wellington, 27 juin 1815 ; Napoléon, brouillon préparatoire du projet de mise en défense d’Ajaccio [Corse, v. avril 1793] et, du même, lettres, [Corse], s. d. (au citoyen Vanucci, signée « Buonaparte »), Dantzig, 10 juin 1812 (à Eugène de Beauharnais, ordres concernant la stratégie écrite avant la Campagne de Russie) ; lettre d’Hortense de Beauharnais ; de Pauline Bonaparte ; de Jeannot de Moncey, 18 juin 1810 ; de Louis-Philippe de Ségur à l’une des sœurs de Napoléon, 6 frimaire an XIII (cérémonie du sacre).

 Anne QUENNEDEY