Vient de paraître : Pascal Dupuy (dir.), « La Fête de la Fédération »

FeteFederationPascal Dupuy (dir.), La Fête de la Fédération, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, coll. Les cahiers du GRHIS, 2013, 164 p. ISBN : 9782877755658 ; 18 €

La fête de la Fédération du 14 juillet 1790 ne semble pas révéler de mystère ou d’incertitude, tant les récits qui lui ont été consacrés nous en ont donné une image convenue et répétitive. Depuis plus de deux siècles, publicistes et historiens ont en effet retracé ses origines et son déroulement. On sait qu’elle fut le résultat de « fêtes fédératives » qui ont réuni, depuis l’automne 1789, les gardes nationales de villages et de bourgs souhaitant assurer la sauvegarde des réformes engagées depuis les premiers moments de la Révolution. Devant ces manifestations d’enthousiasme qui touchent une grande partie du territoire national français et afin de mieux les contrôler, les autorités décident d’en prendre la tête en proposant d’organiser le 14 juillet 1790, date anniversaire de la « Prise de la Bastille », une fête de rassemblement des délégués des « fédérations » venus des nouveaux « départements ». C’est-à-dire une cérémonie nationale officielle, à Paris, la nouvelle capitale révolutionnaire du royaume. L’histoire retiendra de cette journée son atmosphère d’union et de fraternité qui lui valut de devenir ultérieurement la fête nationale de la République française.
Pourtant derrière cette belle harmonie de façade, se révèlent des divisions profondes qui vont s’accentuer pendant les années suivantes. Toutes les contributions réunies dans ce volume soulignent cet imbroglio de la fête et du discours qu’on a tenu sur elle. Elles mettent en évidence le caractère superficiellement « fraternel » exaltées par les autorités. Des images au théâtre, en passant par la presse, et même jusque dans sa postérité historiographique et commémorative, la fête de la Fédération de 1790 devient l’enjeu de discours ambigus et contraires que les auteurs de ce recueil mettent avec finesse en évidence.

Table des matières :

Avant-propos

Pascal Dupuy – La fête de la Fédération entre témoignages et histoire ;

Raymonde Monnier – Paris en 1790, une capitale en mouvement ;

Michel Biard – La fédération des ombres. Fête patriotique et théâtres parisiens dans l’été 1790 ;

Éric Wauters – La fête de la Fédération dans la presse : réconciliation nationale ou ligne de fracture ?

Philippe de Carbonnieres – Iconographie de la fête de la Fédération ;

Manon Meron – Les femmes et la fête de la Fédération ;

Rolf Reichardt – « Ici l’on danse ». Les fêtes populaires à la Bastille en juillet 1790 ;

Rémi Dalisson – La célébration de la fête de la Fédération au XIXe siècle. Entre mémoire, subversion et raison (1815-1890) ;

Annie Duprat – La Fédération de 1790, fête patriotique de la Nation française.

 

Robespierre, bourreau de la Vendée ?

Après la rediffusion mercredi 23 janvier 2013 sur France 3 du documentaire « Robespierre, bourreau de la Vendée ? » et le dépôt le 16 janvier dernier d’une nouvelle proposition de loi sur « la reconnaissance du génocide vendéen« , la Société des études robespierristes renouvelle les protestations qu’elle a exprimées dans son communiqué du 22 mars 2012, reproduit ci-dessous.

Nous invitons également nos visiteurs à lire la tribune de Pierre Serna sur le site de l’IHRF : Les trafiquants de mémoire ou la Vendée vendue…

Pour les amateurs d’histoire désireux de mieux connaître le personnage complexe de Maximilien Robespierre, hors de toute intention polémique ou hagiographique, nous conseillons la lecture de l’ouvrage collectif publié sous les auspices de la SER : Robespierre, portraits croisés (Armand Colin, 2012).

Communiqué de la Société des études robespierristes du 22 mars 2012 :

Par le communiqué suivant, la Société des études robespierristes condamne l’entreprise de désinformation historique menée dans le cadre de l’émission « L’ombre d’un doute », diffusée le 7 mars dernier sur France 3 et titrée « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Comme dans ses précédentes émissions, Franck Ferrand entend mettre en valeur des thèses « iconoclastes » qui contredisent une histoire officielle, élaborée par des universitaires supposés « corporatistes » et soucieux de perpétuer les vieux mythes du roman national républicain. Bien qu’inscrite dans une démarche quelque peu démagogique de critique du « politiquement correct », l’intention pourrait paraître  louable si chaque partie était équitablement interrogée dans un débat conclusif, ce qui n’a pas été le cas ici.

Dès son titre l’émission ignore les réalités les mieux établies par le travail des historiens : jamais Robespierre n’a commandé la « destruction » de la Vendée. Il n’a d’ailleurs jamais pris spécifiquement position sur le sujet lors de ses interventions à la tribune de la Convention. Affirmer en outre qu’il dirigeait le Comité de Salut public est une pure contre-vérité, reprenant le vieux mythe thermidorien de « la dictature de Robespierre ». L’absolue nécessité de la répression de l’insurrection vendéenne était une évidence pour l’ensemble des députés présents à la Convention à cette époque. Alors pourquoi laisser à Robespierre la seule responsabilité de toutes les violences de la période 1793-1794 ? Pour faciliter les comparaisons abusives avec les totalitarismes du XXe siècle ? Pour, à des fins idéologiques plus ou moins avouables, donner à la Révolution française son Hitler ou son Staline, quitte à travestir totalement la réalité ? Les téléspectateurs de France 3, férus d’histoire de France, méritent mieux que cela. L’action politique de Robespierre n’est pas une donnée historique acquise et fait l’objet de réévaluations constantes, qui ne sont pas hagiographiques. L’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I) lui consacre ainsi cette année un séminaire, ouvrant de nouvelles perspectives de recherche (http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article635), tandis qu’un collectif d’historiens de la Société des études robespierristes s’apprête à publier une biographie  sans a priori idéologique, destinée à dissiper aussi bien la légende noire que la légende dorée qui environnent le personnage.

Quant à la question du « génocide » vendéen, la Société des études robespierristes ne cherche évidemment pas à nier, et encore moins à justifier, les massacres de populations civiles à grande échelle opérés par les armées républicaines dans certains départements de l’Ouest. Il faut rappeler simplement que les violences de 1793-1794 ne se sont pas limitées à la région qualifiée de « Vendée » : des mouvements répressifs très brutaux ont également été menés dans d’autres départements, théâtres d’insurrections ou menacés d’invasion, comme le Lyonnais, le Bordelais ou le Midi. Le vocabulaire d’« extermination », notamment celui de « race rebelle » et de « destruction des brigands », y était tout autant employé qu’en Vendée, mais avec des conséquences humaines bien différentes, ce qui invalide totalement la théorie dite du « génocide par petits bouts de papier » défendue dans l’émission. En outre, les généraux républicains n’étaient pas les seuls à exercer des représailles sur la population civile dans le cadre de ce qui a pu être qualifié par certains historiens de « guerre totale ». Rappelons, par exemple, que l’armée autrichienne s’est livrée à des actes de tortures et à des massacres de populations civiles dans la vallée de la Moselle en septembre 1793. L’ampleur et les modalités d’exécution de ces violences de masse, pas uniquement en « Vendée » et pas uniquement en 1793-1794, restent encore largement à étudier, contrairement à ce qu’avancent péremptoirement les journalistes de l’émission « L’Ombre d’un doute ».

De la même façon, la Société des études robespierristes désapprouve les motifs de la proposition de loi déposée le 6 mars dernier, veille de la diffusion de l’émission – hasard du calendrier ? –, par un groupe très restreint de députés appartenant à la majorité présidentielle (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion4441.asp). Contrairement à ce qu’affirment ces députés, les faits ne sont pas « clairement établis ». Les « dépouillements minutieux » d’archives n’ont pas été réalisés : il reste encore beaucoup à faire, tant dans les dépôts locaux que nationaux. La recherche sur les politiques de la Terreur est aujourd’hui conduite, sans aucune complaisance, par les historiens universitaires et amateurs, recherche à laquelle participent activement les membres de la Société des études robespierristes. Les travaux les plus récents, comme ceux qui sont en cours sur les comités de surveillance (http://ser.hypotheses.org/362), démontrent très bien que les organes répressifs n’ont jamais fonctionné de manière uniforme, qu’il est important de distinguer la part des initiatives locales des instructions du pouvoir central. Avant de se livrer à des comparaisons hâtives avec l’Allemagne nazie, l’Union soviétique ou le Kampuchea démocratique, il faut mieux connaître l’histoire de la violence politique et militaire en France dans les années 1790 et la comparer avec les pratiques antérieures de violences à l’égard des populations civiles (guerres de Louis XIV et Guerre de Sept Ans notamment).

Face à l’accumulation des erreurs historiques présentes dans l’émission et l’ignorance du travail des chercheurs spécialistes de la période qu’elle manifeste, la Société des études robespierristes estime devoir demander un droit de réponse à la direction de France 3. Elle lui propose d’organiser un débat de qualité entre historiens, afin d’offrir aux téléspectateurs les moyens de saisir plus objectivement les enjeux de cette période complexe ainsi que leurs résonnances mémorielles dans la France contemporaine.

 Communiqué rédigé collectivement à la demande de l’Assemblée générale de la SER réunie le 17 mars 2012 à Paris par Serge Bianchi, Paul Chopelin, Anne Jollet, Julien Louvrier et Fanny Panhaleux.

Appel à communication « Les révolutions, un moment de relecture du passé » (Lille, 2013-2014)


Les révolutions : un moment de relecture du passé

La rupture politique par l’argumentation historique 

(XVIIIe-XXIe siècle)

Lieu : Lille (IRHiS Lille 3 et MESHS)

6-7 décembre 2013 et 22-23 mai 2014

Colloque organisé par l’UMR IRHiS (Lille 3), la MESHS, la Société des études robespierristes et la Société de 1848

Avec le soutien de CALHISTE (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis) et de l’UMR IRICE (Paris 1)

 

Coordination : Sylvie Aprile, Hervé Leuwers

Comité d’organisation : Sylvie Aprile, Michel Biard, Laurent Brassart, Sabine Dullin, Louis Hincker, Maxime Kaci, Hervé Leuwers, Mélanie Traversier.

Comité scientifique : Philippe Bourdin, Jean-Claude Caron, Veronica Granata, Peter Holquist, Jean-Pierre Jessenne, Tamara Kondratieva, Annick Lempérière, Antoine Marès, Philippe Raxhon, Pierre Serna, Pierre Vermeren.

 

Depuis quelques années, dans l’approche comparée des révolutions, deux thématiques en partie articulées ont particulièrement suscité les réflexions, dans un mouvement qui paraît avoir été récemment encouragé par les insurrections des pays arabes :

–          La première est celle des modalités et des étapes de la rupture. La rupture est alors étudiée dans sa spécificité révolutionnaire (Paris, octobre 2010), par l’examen de l’iconoclasme révolutionnaire (Paris, novembre-décembre 2012), ou de l’entrée en Révolution (Aix, juin 2012) ou en République (Paris, septembre 2012), voire, à l’opposé, approchée par l’étude de la sortie de la Révolution (Harvard, avril 2012) ou des liens entre violence et conciliation (Paris, janvier 2007). La démarche permet d’insister sur les conditions politiques, culturelles et sociales de la rupture, ou sur ses perceptions et sa mémoire.

–          Par une forme de prolongement, la seconde thématique tente, par-delà la diversité des mouvements observés, d’étudier les enchaînements et leurs interactions (Armitage, Subrahmanyam, 2009) ou leur postérité (Lille-Bruxelles, octobre 2011), tant par l’étude des « passeurs » de Révolution (Rouen, janvier 2013), que par l’analyse des circulations d’idées et de théories (Marne-la-vallée, juin 2013) ou par l’examen de l’écriture et de la publication de la mémoire des révoltes et révolutions (Clermont-Ferrand, septembre 2005 ; Caen, octobre 2011).

A l’intersection de ces deux perspectives, les rencontres de Lille souhaiteraient susciter une réflexion sur la manière dont les moments révolutionnaires, des années 1750 à nos jours, se construisent par une inévitable relecture de l’histoire et du présent qui s’achève. Parallèlement à l’Ecriture d’une histoire immédiate (Bourdin, dir., Clermont-Ferrand, PU Blaise-Pascal, 2008), c’est la construction d’un discours historique ou politique argumenté, destiné à convaincre et à donner une nouvelle lecture du passé qui est alors au cœur de l’analyse. Par-delà la rupture proclamée, par-delà la question de la circulation des mémoires ou des expériences de la Révolution, il s’agirait de concentrer les interrogations autour de deux thèmes :

1. Comment, dans un moment de rupture, choisit-on de définir comme obsolètes certains des caractères de la période que l’on prétend clore ? Par quels arguments peut-on imposer l’idée d’une césure historique majeure, et ainsi accompagner la réalisation d’un mouvement révolutionnaire ? Il s’agit de l’effort de construction de la rupture, d’abord par les contemporains – qu’ils soient auteurs, politiques ou acteurs populaires du changement – qui vivent, pensent ou construisent l’événement par une interprétation et une réécriture du passé. Les études pourraient notamment porter sur la manière dont le moment d’avant prend forme par les mots qui le désignent (Ancien Régime, autocratie…), mais aussi par ceux par lesquels on prétend donner sens à l’ordre nouveau qui se crée, ou sur la manière dont certaines utopies (More, Campanella…) sont éventuellement réévaluées, réinterprétées ou réappropriées. Elles pourraient également se concentrer sur la manière dont s’amplifie ou se transforme la critique des institutions et des pratiques politiques de l’ordre antérieur, mais aussi ses comportements sociaux, ou encore ses critères de distinction sociale et culturelle. La question pourrait être élargie aux premiers observateurs de la Révolution accomplie, chez qui la réécriture du passé est particulièrement décisive, qu’ils tentent de penser l’usage des archives ou/et d’écrire l’histoire.

2. Mais l’effort de construction de la rupture n’est pas sans difficulté ; pour l’acteur de l’événement, pour son observateur des lendemains, l’effort achoppe sur de possibles permanences institutionnelles, sociales ou culturelles. Mises en mots et argumentées, elles ne sont pas sans enjeux historiques et politiques. Pour l’historien se pose alors la question des permanences réelles ou illusoires. L’attention traditionnelle aux causes ou aux origines des révolutions ne conduit-elle pas souvent à souligner leur inscription dans l’histoire en rappelant les multiples précédents aux transformations qu’elles accomplissent ? A posteriori, par la lecture d’événements révolutionnaires qui paraissent reprendre des chantiers de réforme inaboutis, l’historien n’est-il pas parfois tenté de donner sens aux expériences inachevées en les transformant en précédents ? C’est toute la question du passage du réformisme à la révolution qui est posée… L’analyse de ces précédents, cependant, ne relève pas de l’évidence : faut-il y voir des expériences qui annoncent les bouleversements à venir, ou insister au contraire sur les transformations de leurs enjeux et de leurs modalités à l’occasion des événements révolutionnaires ? En d’autres termes, dans quelle mesure peut-on inscrire les bouleversements révolutionnaires dans une dynamique de réforme qui peut précéder l’événement ? En quoi les révolutions peuvent-elles donner des significations différentes aux réformes qui ont pu être envisagées avant elles ?

Les études que devraient susciter cet appel à contributions se structureront, inévitablement, autour de quelques moments révolutionnaires : les révolutions de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle (Europe, Amérique), de 1848 ou la révolution russe de 1917. Pour autant, les organisateurs souhaiteraient intégrer dans les deux rencontres lilloises des analyses portant sur d’autres mouvements qui, par leurs spécificités, pourraient en retour enrichir les réflexions d’ensemble sur la question.

Les propositions sont à adresser, sous forme d’un bref texte (2 000 signes environ) accompagné d’une courte bio-bibliographie pour le 30 avril 2013 aux organisateurs :

Sylvie Aprile et Hervé Leuwers

 

Appel à communication : « Les passeurs d’idées politiques » (Clermont-Ferrand, 20-21 juin 2013)

Les passeurs d’idées politiques nouvelles « au village », de la Révolution française aux années 1930

 

Cette manifestation scientifique se donne pour objectif de réinterroger une partie des problématiques liées à la médiation politique « au village ». Elle s’adresse prioritairement aux doctorants et jeunes docteurs.

Partant des travaux de Reinhart Koselleck sur le temps, spécifiquement de son ouvrage  sur le Futur passé, François Hartog montre que le « régime moderne » d’historicité inauguré en France par la rupture révolutionnaire, a favorisé la diffusion d’idées politiques nouvelles. En effet, quand le présent est considéré comme un futur à accomplir, l’apparition de conceptions théoriques neuves, qu’elles soient civiques (la fraternité), juridiques (la République), sociales (l’égalité) ou économiques (le communisme), devient une matrice du devenir historique.

S’interroger sur les « passeurs » de la Modernité, qu’ils soient récepteurs, producteurs ou coproducteurs de ces idées nouvelles, permet de dépasser une approche conceptuelle de l’histoire des représentations en se situant au croisement de la « nouvelle histoire politique » et d’une histoire sociale qui fait la part belle à la notion de lien social et aux jeux d’acteurs à l’échelle communale. La présente journée d’étude porte sur les « passeurs d’idées » dans les sociétés locales. Ne cherchant pas à aboutir à une géographie des « courtiers locaux du politique » ni à une typologie des modes de médiation, nous nous proposons de réinvestir le dossier de la politisation « au village » à l’aune des travaux de jeunes chercheurs travaillant sur les XVIIIe, XIXe et XXe siècles français. Qui porte les idées politiques nouvelles « au village » ? Quelles sont leurs pratiques et stratégies ? Celles-ci suscitent des protestations et des contestations qu’il conviendra par ailleurs de repérer, à l’image de celles auxquelles se heurte Pierre Vaureix, un fervent jacobin nommé instituteur à Beaumont (Puy-de-Dôme) en 1790. Les jours d’arrivée du courrier, une petite foule envahit sa demeure afin « d’entendre la lecture » des journaux parisiens auxquels il est abonné. En germinal an II il est chargé de se rendre dans le village voisin pour « prêcher le républicanisme, l’amour de la patrie et de ses lois ». Arrivé sur place avec d’autres patriotes, l’instituteur trouve déserte l’église où il devait prendre la parole. Dans les rues, il rencontre en revanche de nombreux adultes qui s’enferment ostensiblement chez eux à l’approche de la délégation jacobine. De retour à l’église, un attroupement les prend à partie : « foutue canaille qui (prêche) cette maudite religion des patriotes » au lieu du catéchisme « bien meilleur » autrefois diffusé.

Par-delà les interprétations « ascendante » ou « descendante » de la politisation des campagnes, il conviendra aussi de s’interroger sur le degré de recomposition, par les « passeurs » locaux, des idées qu’ils reçoivent, et sur les enjeux de cette reformulation. Les principes qu’ils diffusent sont-ils semblables à ceux qui sont portés par les élites politiques, notamment parisiennes ?

Les réseaux d’acteurs et les sociabilités induites ne devront pas être écartés. Au début du XXe siècle, l’apparition de comités politiques associant la lutte anticléricale à des revendications sociales émancipatrices (réduction du temps de travail, retraites) est le plus souvent motivée par une volonté d’organisation du militantisme local. En cela, elle atteste de la politisation de citoyens actifs alors en concurrence avec les détenteurs de l’autorité « traditionnelle » (notables, curés). Il en va ainsi du comité républicain socialiste de Brenat, fondé en janvier 1904 par 32 des 593 habitants de cette commune du Puy-de-Dôme, qui reste en contact étroit avec le député radical-socialiste de la circonscription d’Issoire. Cette organisation est elle-même issue du « groupe socialiste » constitué en 1903 à l’initiative du cultivateur libre-penseur Pradier en vue de l’élection du maire de Sauxillanges au conseil général du Puy-de-Dôme.

Enfin, nos travaux porteront sur l’auto-production d’un discours sur l’engagement local, qu’il soit contemporain du temps de l’action militante ou non. Le questionnement de ces réécritures sur soi permettra de mieux déterminer les postures jugées constitutives, par les acteurs-auteurs eux-mêmes, de leur incarnation locale des idées nouvelles, et par là même de mieux comprendre, par exemple, la mue progressive de la notabilité du « coq de village ». Il permettra également de se demander si la production et la médiation d’idées nouvelles n’ont pas pu être, parfois, le fruit d’une mise en adéquation entre l’attente locale d’un message nouveau et l’expérience tactique d’un acteur (singulier ou collectif). Ce protagonisme, enfin, pose en creux le problème de la réinterprétation du passé par des auteurs qui restituent un monde auquel ils n’appartiennent plus afin de légitimer un engagement révolu ou toujours d’actualité. Les « paroles et écrits » des victimes du coup d’État du 2 décembre 1851 peuvent sur ce point constituer des témoignages de premier ordre. C’est le cas des mémoires de Blaise Lavelle, un peintre thiernois qui, plus de trente ans après les faits, écrit ses Souvenirs d’un ricochet du coup d’État de décembre 1851 ; des faits qui sont à l’évidence romancés par un auteur qui cherche tout autant à glorifier son action et sa conduite qu’à atténuer la gravité des actes de résistance dont il fut témoin et acteur.

Les propositions de communication (entre 1 500 et 2 000 signes) sont à adresser aux deux coordinateurs : Julien Bouchet et Côme Simien avant le 15 février 2013.

La manifestation se tiendra à Clermont-Ferrand les 20 et 21 juin 2013.

Elle donnera lieu à une publication.

Comité scientifique : Philippe Bourdin (Pr. Clermont-2), Jean-Claude Caron (Pr. Clermont-2),Jean-François Chanet (Pr. Lille-3 et IEP), Vincent Flauraud (Mcf. Clermont-2) et Jean Vigreux (Pr. Université de Bourgogne).

Comité d’organisation : Jeune Equipe du C.H.E.C. (Centre d’Histoire Espaces et Cultures – Université Blaise Pascal – Clermont 2) : Thomas Aréal, Lisa Bogani, Julien Bouchet, Marie Delpy, Amandine Fauchon, Oriane Hébert, Aurélia Jandot-Bortolin, Côme Simien.

La Société des études robespierristes vous souhaite une très bonne année 2013

Prenez une bonne résolution civique en vous abonnant aux

Annales historiques de la Révolution française !

 

 

Et n’oubliez pas de vous réabonner !

Prix inchangé : 48 € l’année pour les particuliers (France) ; 35 € pour les étudiants

http://www.armand-colin.com/revue/31/2/annales-historiques-de-la-revolution-francaise.php

Pour l’équipe : Hervé Leuwers, directeur des AHRF

Atelier fait colonial et empire (XVe-XIXe siècles). Programme 2013

Atelier du colonial et des empires, XVe-XIXe siècles

Université Paris I-EHESS

 

Coordination : Bernard Gainot, Radu Paun, Frédéric Régent, Gregorio Salinero, Thomas Vernet.

 

Mardi 29 janvier, Désobéissances et Justice, 14 h-17 h au CRHM, entrée place de la Sorbonne, (galerie Dumas escalier R).

 Dario Barriera (Universidad de Rosario, Argentina) El problema del gobierno de los campos: justicia rural y equipamiento del territorio (Río de la Plata, Siglo XVIII) ; Frédérique Langue (CNRS-Mascipo), Surveiller et punir sur les marges atlantiques. Couleurs et passions au Venezuela à la veille de l’Indépendance. Discutant : Gregorio Salinero.

 

Vendredi 1er février, 14H-17H CRHM (sous réserve) : Libérer les colonies, théories et utopies.

Julien Vincent, Les projets d’abolition de l’esclavage ; Annie Lou Cot, Entre expertise et utopie: Jeremy Bentham et la question coloniale ; Bernard Gainot, Les projets de colonisation nouvelle.

 

Mercredi 6 février, 17H-19H, séance autour de l’esclavage et de la race.

Avec Jean-Frédéric Shaub, Carlos Zeron et les membres de l’IHRF. Séance commune du séminaire doctoral de l’Institut d’Histoire de la Révolution française et de l’atelier de recherche du colonial et des empires. Programme à venir.

 

Mercredi 13 mars, EHESS.

Cecilia Tarruel : Don Gaspar de Benimerin, prince marocain, et la Militia Christiana ; Radu G. Paun : Monde chrétien et monde ottoman dans deux publications récentes : Vasilka Tapkova-Zaimova, Anisava Miltenova, Historical and apocalyptical literature in Byzantium and Medieval Bulgaria, Sofia, Iztok i Zapad, 2011. Andrei Pippidi, Visions of the Ottoman World in Renaissance Europe, Londres, Hurst Publishers, 2013.

 

Mardi 2 avril,  14 h-17 h au CRHM, entrée place de la Sorbonne (galerie Dumas escalier R) : Rébellions, prophéties et justice.

Eric Roulet (Université du Littoral-Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer), Le roi, la compagnie et le gouverneur aux Petites Antilles. Repenser la rébellion de Poincy ; Radu G. Paun (EHESS), Rébellions et prophéties dans l’empire ottoman ; Gregorio Salinero (Université Paris I), Rumeurs, magie et prophéties dans les rébellions de l’Amérique hispanique.

 

Base de données lexicologiques de l’Université de Trieste

La felicità è un’idea nuova in Europa.

Contributo al lessico della Rivoluzione francese, tome II,

sous la direction de Cesare Vetter et Marco Marin

 

EUT, Trieste, 2013, 731 pages.

ISBN 978-88-8303-470-1

prix: 45,00 €

 

 

Trieste, le 23 janvier 2013. À partir d’aujourd’hui est librement disponible sur l’archive numérique OpenstarTs de l’Université de Trieste, la version électronique intégrale de La felicità è un’idea nuova in Europa. Contributo al lessico della Rivoluzione francese, deuxième tome, sous la direction de Cesare Vetter et Marco Marin, éd. EUT, Trieste, 2013.

URL: http://www.openstarts.units.it/dspace/handle/10077/8286

Le volume papier paraîtra en février.

Le deuxième tome de « La felicità è un’idea nuova in Europa » suit un fil conducteur bien précis : il permet au lecteur et à la communauté scientifique de vérifier, sur la base de données lexicologiques et lexicométriques, les interprétations récentes et dominantes en ce qui concerne la Révolution française. Les auteurs ont travaillé sur un corpus qui compte environ 7.000.000 ‘tokens’ : il s’agit actuellement du corpus numérisé le plus étendu de textes révolutionnaires français prêt à être interrogé par les logiciels linguistiques. Le corpus a été constitué en deux temps : d’abord les documents sur papier ont été numérisés, puis par un traitement OCR. Les formats TXT et DOC ont enfin été comparés avec l’original sur papier. Les données lexicologiques et lexicométriques ont été construites par les logiciels informatiques suivants: ‘Bruco’, ‘Concordance’, ‘Lexico 3’, ‘Treetagger’. Une introduction riche et articulée permet au lecteur de s’orienter au milieu des références bibliographiques dont découle le choix de chaque lexie. Pour le moment le corpus – à l’exception des catéchismes révolutionnaires – ne peut pas être mis en ligne, à cause des contraintes normatives en matière de droits éditoriaux. Il embrasse la bibliographie suivante : ‘Œuvres politiques’ de Marat (10 vol., Bruxelles, 1989-1993) et autres écrits de Marat précédents la Révolution ; ‘Œuvres’ de Robespierre (11 vol., Paris, 2000 – 2007) ; ‘Œuvres complètes’ de Saint-Just (Paris, 1984) ; le journal de Hébert (‘Le Père Duchesne’, 10 vol., Paris, 1969) ; ‘Du Bonheur’ de Lequinio (20 brumaire an second) ; 112 catéchismes révolutionnaires, desquels 105 imprimés et sept manuscrits. Le volume propose des index de fréquences, des concordances, des co-occurrences, des diagrammes et flux temporels, des ‘collocations’ et des ‘tag clouds’ des lexies qui demeurent au centre du débat historiographique sur la Révolution française.

Les concordances de la chaîne « dict* » renvoient aux recherches sur l’incidence de la Révolution française dans le passage de la dictature commissaire des anciens à l’idée moderne de dictature souveraine révolutionnaire. Les concordances des lexies « bonheur » et « félicité » intègrent les résultats de recherche déjà exposées dans le premier tome et renvoient à un mot clé du lexique révolutionnaire. Aux problématiques du républicanisme et à celles de la Terreur font référence les concordances de « liberté publique », « droit(s) naturel(s) », « droit(s) de la nature », « nature humaine », « ennemi(s) de l’humanité », « ennemi(s) du peuple », « hors (de)(-) la(-) loi ». En particulier les concordances de « terreur » encadrent une relation fondamentale dans les débats historiographiques sur la Révolution française, déjà abordée dans le premier tome, en rapport précisément à Robespierre. Ainsi le concept de Terreur fait ici référence aux concordances de la chaîne « veng* ».

Offrant au lecteur la possibilité de tester le discours des acteurs principaux de la Révolution sur le plan lexical, on retrouve présentement les interprétations qui, dans le cadre de la dialectique Révolution – contre-révolution, localisent dans la vengeance l’élément explicatif de la Terreur. Le dernier groupe de données lexicologiques et lexicométriques présentées dans ce volume concerne une figure redevenue centrale dans les études sur la Révolution : le « sans-culotte ». Le matériel linguistique proposé confirme la polysémie du désignant « sans-culotte » dans le lexique de la Révolution : il documente la distance – perçue non sans quelques contradictions au sein même du lexique historiographique – entre l’usage politique et l’usage social de ce syntagme, devenu en l’an II un emblème républicain riche en suggestions et symboles.

Notes sur les auteurs :

Cesare Vetter est professeur d’histoire de France auprès du Département d’études humanistiques de l’Université de Trieste. Coauteur de « Nazionalismo e neofascismo nella lotta politica al confine orientale 1945-1975 » (Trieste, 1977), il a publié de nombreux essaies sur des revues italiennes et étrangères, ainsi que les monographies suivantes : « Carlo Pisacane e il socialismo risorgimentale. Fonti culturali e orientamenti politico-ideali » (Milan, 1984); « Il dispotismo della libertà. Dittatura e rivoluzione dall’Illuminismo al 1848 » (Milan, 1993); « Dittatura e rivoluzione nel Risorgimento italiano » (Trieste, 2003).

Il a édité le premier tome de « La felicità è un’idea nuova in Europa. Contributo al lessico della rivoluzione francese » (Trieste, 2005).

Marco Marin obtient en 2005 une licence d’histoire à la faculté de Lettres et Philosophie de l’Université de Trieste avec un mémoire de maîtrise sur « Il concetto di felicità nel pensiero politico di Robespierre » (sous la direction de Cesare Vetter). En 2008 il a reçu une bourse d’études par l’Institut Benedetto Croce de Naples. En 2010-2011 il a étudié à Paris à la Bibliothèque Nationale, aux Archives Nationales et à l’Institut d’histoire de la révolution française. En 2012 il a soutenu sa thèse de doctorat de recherche au SUM (Istituto Italiano di Scienze Umane) sur « I catechismi rivoluzionari in lingua francese, 1788-anno VIII » (sous la direction de Anna Maria Rao). Il connaît à fond les méthodes lexicométriques à l’étude du texte et actuellement il déploie des recherches sur la diffusion de la presse propagandiste et pédagogique pendant la Révolution française. Il collabore activement au chantier de recherche sur le bonheur dirigé et coordonné par Cesare Vetter au sein du Département d’études humanistiques de l’Université de Trieste.

Elisabetta Gon obtient en 2011 une licence en Langues modernes à la faculté de Lettres et Philosophie de l’Université de Trieste avec un mémoire de maîtrise sur « Peuple et sans-culottes nel lessico di Robespierre » (sous la direction de Cesare Vetter). En Italie elle exerce la profession libérale de traductrice et interprète et en France elle exerce l’activité d’assistante dans l’enseignement de la langue italienne. Elle connaît à fond les méthodes d’analyse du discours et de linguistique des corpora. Elle collabore activement au chantier de recherche sur le bonheur dirigé et coordonné par Cesare Vetter au sein du Département d’études humanistiques de l’Université de Trieste.

La felicità è un’idea nuova in Europa. Contributo al lessico della Rivoluzione francese, tome II, sous la direction de Cesare Vetter et Marco Marin, EUT, Trieste, 2013, 731 pages. ISBN 978-88-8303-470-1. 45,00 €

Séminaire « Religions et croyances au lendemain de la Révolution française » 2013

« Progrès » religieux, histoire et discours de rénovation sociale et politique au XIXe siècle

 2e, 3e et 4e mardis de chaque mois de 15 à 17 heures, salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur le Prince,  rez-de-chaussée gauche, à partir du 13 mars 2013

Responsables : Philippe Boutry, directeur d’études, professeur à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, et Guillaume Cuchet, maître de conférences à l’université Lille III – Charles de Gaulle, Institut universitaire de France.

Renseignements : Mme Caroline Baros, CARE / EHESS, 10 rue Monsieur le Prince, 75006 Paris, rez-de-chaussée gauche, téléphone : 01.53105430. Courrier électronique : care@ehess.fr

Mardi 19 février : Philippe BOUTRY, Lamartine entre France et Orient : la religion, le passé, l’avenir.

Mardi 26 février : Guillaume CUCHET, Lire Le Livre des Esprits  d’Allan Kardec.

Mardi 12 mars : Philippe BOUTRY, Les » prophéties contemporaines ». Retour sur le débat Veuillot – Dupanloup (1874).

Mardi 19 mars : Guillaume CUCHET, Dieu est-il un personnage de l’histoire ? Le débat Broglie-Guéranger sur le « naturalisme historique ».

Mardi 26 mars : Guillaume CUCHET,  Lacordaire théologien.. Socialisme, suffrage universel et «  nombre des élus » sous la Deuxième République.

Mardi 9 avril : Sylvain MILBACH, «  Le sentiment religieux est un levier puissant, mais dangereux », Alphonse Esquiros (1812-1876).

Mardi 16 avril : Guillaume CUCHET, Alphonse Gratry, un philosophe catholique sous le Second Empire ou comment « traduire en langue contemporaine le christianisme redevenu pour le monde la doctrine du dieu inconnu ».

Mardi 23 avril : Philippe BOUTRY, La censure de Victor Considérant à l’Index romain.

Mardi 14 mai : Michelle RIOT-SARCEY, Messianisme et histoire au XIXe siècle.

Théâtre : « Thermidor Terminus » (15-16 février 2013)

THERMIDOR TERMINUS

(LA MORT DE ROBESPIERRE)

André Benedetto / François Bourcier et Roland Timsit

Robespierre est incontestablement l’homme qui a joué le rôle le plus important lors de la Révolution et c’est à lui que l’on doit notre devise « Liberté Égalité Fraternité ». Mais son œuvre est contestée, décriée, nombreux le dépeignent comme un tyran organisateur de la « Terreur ». André Benedetto, en dramaturge engagé, a tenu à briser les fausses idées et mensonges qui pèsent sur le révolutionnaire en écrivant Thermidor Terminus ou la mort de Robespierre. Une œuvre tout à la fois poétique et historique. Deux personnages occupent la scène, Duplay, ami proche de Robespierre, et Philippe Buonarotti, auteur du Manifeste des égauxFrançois Bourcier et Roland Timsit, tous deux comédiens et metteurs en scène, incarnent ces deux personnages et explorent ainsi un épisode peu connu de notre passé, qui interroge notre présent, notre système politique, nos espoirs.

15 février 2013, 21h / 16 février 2013, 19h

Théâtre Jean Vilar, 1 Place Jean Vilar, 94400 Vitry-sur-Seine

Renseignements pratiques et réservations : site du théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine