Archives de catégorie : Vie de la SER

Parution du N° 2 de la « Gazette de la Société des études robespierristes »

Le deuxième numéro de la Gazette de la Société des études robespierristes vient de paraître.

Au sommaire de ce numéro :

– Éditorial de Michel Biard, président de la SER.

– Serge Aberdam, « La rue Marat à Ivry ».

– « Le parrainage républicain dans toutes les mairies »

– Côme Simien, « Chère Fred Vargas »

– Thibaut Poirot, « Un hommage à Maurice Agulhon »

– Philippe Foussier, « Olympe de Gouges entre à l’Assemblée nationale »

Ainsi que notre agenda, le sommaire des AHRF et la présentation de nos dernières publications.

Lien de téléchargement : SER la lettren°2

N° 1 de la « Gazette de la Société des études robespierristes »

Au sommaire de ce numéro (mars 2015) :

– Éditorial de Michel Biard.

– Compte-rendu du colloque « Vertu et politique » (septembre 2014)

– Paul Chopelin, « Robespierre et le jeu Assassin’s Creed Unity »

– La SER aux Rendez-Vous de l’Histoire de Blois

– « Belfort débaptise la place Robespierre »

Ainsi que notre agenda et la présentation de nos publications.

Lien de téléchargement : SER la lettren°1

 

Renouvellement du conseil d’administration de la SER

 

Appel à candidatures

pour le renouvellement triennal de la moitié des membres du conseil d’administration de la Société des Etudes robespierristes

 

En application des statuts de notre Société (Titre II, article 5), ses membres auront, en mars 2014, à élire la moitié des membres du Conseil d’administration pour remplacer ceux qui arrivent au bout de leur mandat de six ans. Ces membres renouvelables sont : Marc Belissa, Michel Biard, Annie Crépin, Pascal Dupuy, Bernard Gainot, Anne Jollet, Matthias Middell, Jean-Paul Rothiot, Pierre Serna, Cyril Triolaire, mais aussi Gaid Andro et Paul Chopelin qui ont respectivement remplacé Martine Lapied et Julien Louvrier, démissionnaires en cours de mandat. Il conviendra également d’élire les remplaçants de Jean-Luc Chappey et de Jean-Pierre Jessenne qui viennent de renoncer à terminer leur mandat. Ce seront donc quatorze membres qui seront à élire en mars.

Tous les membres de la Société à jour de leurs cotisations sont éligibles. Les sociétaires qui désirent se porter candidat doivent impérativement le faire auprès du secrétaire de la SER, par mail ou par courrier, SER, 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05, avant le 15 janvier 2014, le cachet de la poste faisant foi. Le Conseil d’administration du samedi 18 janvier clôturera la liste des candidats et nommera une commission électorale. Chacun des candidats est invité à faire passer de même, avant le 10 février une notice de présentation signalant en particulier sur quel thème il ou elle sera susceptible de s’investir dans le fonctionnement du CA de la Société. L’envoi de cette notice de 1500 signes maximum est impératif.

Le matériel de vote parviendra par courrier à tous les membres fin février. Le vote pourra avoir lieu par correspondance ou bien directement lors de l’Assemblée générale annuelle qui se tiendra dans l’après-midi du samedi 22 mars 2014, en Sorbonne, salle Marc Bloch.

Les candidatures sont reçues jusqu’au 15 janvier 2014, le cachet de la poste faisant foi.

Dimanche 22 septembre 2013 : fête républicaine à Blérancourt

Maison

_

1792-2013

_

221e anniversaire de la République

_

Banquet républicain à Blérancourt

_

22 septembre 2013

_

_

10h45 : Accueil

11h : salle des mariages de la Mairie, conférence publique (entrée libre) : Laurent Brassart (maître de conférences, Lille III), Août-septembre 1792, comment l’Aisne est-elle entrée en République ?

12h : salle des fêtes, banquet républicain (sur réservation). Inscription obligatoire avant le 15 septembre (remplir le sondage ci-dessous). Prix : 22 € par adulte (vins et boissons compris) ; 10 € par enfant. Règlement par chèque à l’ordre de la SER : Société des études robespierristes, 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05. Paiement sécurisé en ligne possible, par CB, sur la boutique de la SER en cliquant sur les liens suivants : repas adulte ; repas enfant.

14h : visite de Blérancourt.

15h15 : salle des fêtes (entrée gratuite), projection d’un film, suivie d’un débat avec des historiens de la Révolution française : Le livre noir ou le règne de la Terreur d’Anthony Mann (1949).

Pour se rendre à Blérancourt en train depuis Paris :

1) ALLER
– Train en partance de Paris vers Noyon (à privilégier)
Départ à 9h07 de Paris Nord (train direct corail intercités N°12305), arrivée à Noyon à 10h13. Prix normal : 18 €

– train en partance de Paris vers Soissons
départ à 8h13 de Paris Nord, arrivée à Soissons à 9h29 (train TER). Prix : 18 €

2) RETOUR

– Trains en partance de Noyon vers Paris
Départ à 17h09 de Noyon, changement à Compiègne, arrivée à Paris Nord à 18h23. Prix : 18 €
Départ à 18h09 de Noyon, changement à Compiègne, arrivée à Paris Nord à 19h23. Prix : 18 € (à privilégier)
Départ à 21h06 de Noyon (train direct TER n°47916), arrivée à Paris Nord à 22h11. Prix : 18 €

– Trains en partance de Soissons vers Paris
Départ de Soissons de 18h06, arrivée à Paris à 19h12 (TER) : 17, 6 €
Départ de Soissons à 20h55, arrivée à Paris à 22h00 (TER) : 17, 6 €

INSTRUCTIONS POUR LE REPAS ET LE COVOITURAGE : 

Merci de confirmer votre inscription au repas et votre éventuelle arrivée par le train (pour organiser le covoiturage) en répondant au sondage suivant (bien écrire votre nom et votre prénom en toutes lettres, ces informations seront ensuite masquées) : http://www.doodle.com/mcpiz6frnvsbvw4w

Pour davantage de précisions concernant le covoiturage, merci de contacter la SER : contact@revolution-francaise.fr

Organisation : ville de Blérancourt ; Association pour la sauvegarde de la maison de Saint-Just ; Société des études robespierristes ;  Les Amis de Robespierre.

Contact :

Société des études robespierristes

17 rue de la Sorbonne

75231 Paris cedex 05

Office de tourisme de Blérancourt

7 place de l’hôtel de ville

02300 Blérancourt

Tél : 03 23 39 72 17

http://www.ot-blerancourt.com

Blerancourt

Assemblée générale de la Société des études robespierristes (23 mars 2013)

Assemblée générale de la Société des études robespierristes

Sorbonne, Amphi Bachelard, 23 mars 2013

AG_SER2013

 

Bilan des activités de l’année 2012 

 

Activités scientifiques :

– Conjointement avec l’Université Stendhal de Grenoble et l’UMR LIRE, la SER a organisé le colloque Mythologies contemporaines : Révolution française et cultures populaires dans le monde d’aujourd’hui, tenu à Vizille en mars 2012.

– Le 30 mars 2012, la SER a été associée à la journée d’étude sur les comités de surveillance de l’ouest, organisée par Anne Jollet et le laboratoire CRHIAM de l’Université de Poitiers.

– Conjointement avec l’ANR Actapol et l’IHRF, la SER a organisé le Colloque Entrer en République, à Paris les 20 et 21 septembre 2012, lequel a été suivi d’une cérémonie devant la Panthéon en hommage à la République.

– La SER s’est associée avec le GRHis (Université de Rouen) pour organiser la journée d’étude Passeurs de révolutions, tenue à Rouen le 14 janvier 2013.

 

Adhésions :

Depuis l’AG de mars 2012, 16 nouveaux membres ont demandé à rejoindre la Société. Leur admission, validée en CA, a été entérinée lors de l’AG du 23 mars 2013.

 

Publications :

Annales historiques de la Révolution française. Publication des quatre numéros annuels, dont deux varia et deux thématiques (2012-1 : Théâtre et Révolutions ; 2012-3 : L’image de l’ennemi à l’époque des guerres napoléoniennes). Le prochain numéro thématique (2013-1) sera consacré à Robespierre. Le nombre d’abonnés est en progression (+ 14 % entre 2010 et 2012).

– Le colloque Héros et héroïnes de la Révolution française, tenu dans le cadre du congrès de Bordeaux organisé par le CTHS et auquel notre société a été associée, a été publié en avril 2012 aux éditions du CTHS, sous la direction de Serge Bianchi.

– Les actes de la journée d’étude de Besançon a été publiée en février 2012 sous le titre Les comités de surveillance, d’une création citoyenne à une institution révolutionnaire, sous la direction de Danièle Pingué et de Jean-Paul Rothiot.

– Le colloque « Extrême » ? Identités partisans et stigmatisation des gauches en Europe (XVIIIe-XXe siècles), asociant le GRHis (Université de Rouen), la SER et l’IHRF (Paris I) a été publié en mai 2012 aux Presses universitaires de Rennes.

-L’ouvrage collectif Robespierre. Portraits croisés, sous la direction de Michel Biard et Philippe Bourdin, a été publié chez Armand Colin en octobre 2012.

– La thèse de Laurent Brassart, Etat-Nation, pouvoirs locaux et comportements collectifs dans le département de l’Aisne (1792-1795), prix Mathiez 2010, a été publié par la SER en mars 2013.

– Parutions prochaines : les actes de la journée d’étude de Vizille 2006 consacrée aux échanges historiographiques franco-russes (SER) ; les actes de la journée d’étude Enseigner la Révolution française (éditeur à déterminer) ; les actes du colloque Les nuits de la Révolution française (Presses universitaires Blaise Pascal) ; les actes du colloque 1792, entrer en République (Armand Colin) ; les actes de la journée d’étude de Rouen Passeurs de révolution (SER).

 

Prix Albert Mathiez 2013

 

Cette année, le jury a décidé d’accorder le prix à la thèse de Gaid Andro, Une génération au service de l’Etat : histoire institutionnelle et étude prosopographique des procureurs généraux syndics de la Révolution française (1780-1830), soutenue à l’université de Rouen le 23 octobre 2012 (dir. Michel Biard). La publication est prévue en 2014.

 

Annonces et projets en cours

 

– 21 septembre 2013 : banquet républicain à Blérancourt (Aisne), en partenariat avec l’Association pour la sauvegarde de la maison de Saint-Just.

– 17 octobre 2013 : journée d’étude Comités de surveillance urbains et comités de surveillances ruraux à Rennes.

– 6 et 7 décembre 2013 : colloque Les révolutions, un moment de relecture du passé, organisé à Lille, par la SER, l’université Lille 3 et la société de 1848.

– Publication du tome 12 des Œuvres de Robespierre.

Prix Albert Mathiez 2013

Depuis 2002, la Société des études robespierristes décerne un prix récompensant une thèse universitaire, française ou étrangère mais rédigée en langue française, consacrée à la période révolutionnaire. Cette dernière est largement définie selon les termes de ses statuts, c’est-à-dire des années 1770 jusque vers 1815, incluant au sens le plus large les causes et les conséquences de la Révolution.

Ce prix porte le nom d’Albert Mathiez, afin de perpétuer la mémoire et l’enseignement de celui qui fut à la fois l’un des plus grands historiens de la Révolution française et le fondateur de notre Société et de sa revue, les Annales historiques de la Révolution française, respectivement en juin 1907 et janvier 1908.

Les thèses des candidats du prix 2013 devront avoir été soutenues entre le 1er juin 2009 et le 31 décembre 2012. La thèse primée sera publiée sous forme d’ouvrage, dans un délai maximum de deux ans, par les éditions de notre Société. D’ici à la publication des résultats du concours, les candidats devront s’engager à ne pas signer d’autre contrat d’édition.

Renseignements et règlement sont à demander au Secrétariat général de la Société des études robespierristes, 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05, adresse à laquelle les dossiers devront être adressés, avant le 15 janvier 2013, le cachet de la Poste faisant foi.

Tous les membres de notre société, et plus généralement tous ceux qui enseignent l’histoire de la Révolution française ou dirigent des travaux sur cette période, sont invités à faire connaître autour d’eux l’existence de ce prix.

Manuscrits de Robespierre : réception Ministère de la Culture / Archives Nationales

L’entrée dans les collections publiques des manuscrits inédits de Robespierre et Lebas a été largement rendue possible par la souscription lancée par la Société des études robespierristes au printemps dernier. Après la réunion fraternelle et républicaine organisée avec succès le 5 novembre dernier à Ivry-sur-Seine, le ministre de la Culture et de la Communication, M. Frédéric Mitterrand, et Mme. Agnès Magnien, directrice des Archives Nationales, souhaitent à leur tour réunir les donateurs.
Aussi êtes-vous invité(e) à la cérémonie organisée le jeudi 15 décembre à 11h30 à l’Hôtel de Soubise (60 rue des Francs-Bourgois, 75003 PARIS) en l’honneur des donateurs ayant permis l’acquisition des manuscrits.
Nous vous prions de bien vouloir confirmer le plus rapidement possible votre présence par mail à : communication.archives-nationales@culture.gouv.fr
Dans l’attente de vous retrouver à cette occasion.
Salut et fraternité.

Souscription pour les manuscrits de Robespierre : une fête fraternelle conclut une mobilisation citoyenne sans précédent.

Le 5 novembre dernier, la Société des études robespierristes avait convié l’ensemble des donateurs à Ivry-sur-Seine pour célébrer le « rachat » par l’Etat des manuscrits de Robespierre. Après une prise de parole des représentants des associations à l’origine de la souscription et des élus qui l’ont soutenue, Cyril Triolaire, trésorier de la SER, a remis officiellement à Bruno Galland, directeur scientifique des Archives Nationales, un chèque d’un montant de 118 000 euros. La fête fraternelle, à laquelle ont participé plus de 200 personnes, s’est poursuivie avec la projection du film d’Hervé Pernot consacré à Robespierre, suivie d’un débat avec le réalisateur.

Une mobilisation citoyenne inédite

La mobilisation des organisations scientifiques, universitaires, politiques et associatives , mais aussi de plus d’un millier de citoyens de tous âges et de toutes origines géographiques a porté ses fruits. En alertant d’abord sur l’imminence de la vente par Sotheby’s des manuscrits de Maximilien Robespierre conservés pendant deux siècles par la famille Lebas, puis en rassemblant une importante somme d’argent, elle a permis la préemption et le rachat des manuscrits par l’Etat et leur entrée définitive dans les collections publiques. Le samedi 5 novembre, en la salle « Robespierre » d’Ivry-sur-Seine, agrémentée pour l’occasion de deux expositions consacrées à l’histoire de la Révolution française, d’une sélection de lettres des donateurs et de la projection en continue des manuscrits numérisés, la SER a remis l’ensemble des fonds collectés au printemps, soit la somme de 118 000 euros, à Bruno Galland, représentant de l’Etat.

De gauche à droite : S.Aberdam, J.Ralite, S.Gosnat, C.Lemorton, P.Bourdin et B.Galland.

Le rôle de la Société des études robespierristes dans l’espace public

Au cours de cette cérémonie les principaux acteurs de la mobilisation se sont succédé à la tribune. Serge Aberdam, secrétaire général de la SER, a ouvert la journée en rappelant le caractère « irremplaçable » de Robespierre pour quiconque, robespierriste ou non, voudrait avoir sur la Révolution française « un point de vue d’ensemble ». Puis Pierre Gosnat, député-maire d’Ivry, a accueilli les participants dans cette belle salle municipale et fait part de sa volonté de contribuer, avec sa ville, à la pérennité des activités de la SER. En l’absence de Michel Biard, président de la SER, retenu par une mission universitaire au Japon, c’est Philippe Bourdin, président sortant qui a pris la parole. Dans son allocution (texte téléchargeable ici : Discours P.Bourdin) celui-ci a souligné les difficultés auxquelles la mobilisation a dû faire face dans un contexte politique peu favorable, avec un pouvoir très soucieux de l’histoire nationale certes, mais à condition qu’il puisse l’encadrer au plus près et l’instrumentaliser à son profit. En organisant avec d’autres la souscription, la Société des études robespierristes, a-t-il ajouté, a démontré la pertinence de son statut d’association reconnue d’utilité publique.

Présents aux côtés des associations, organisations et institutions tout au long du combat, les élus qui ont relayé la mobilisation de façon décisive dans leur assemblée respective ont également pris la parole. Dans une intervention brève mais colorée, C. Lemorton, députée socialiste de Haute-Garonne, a raconté comment elle avait tenu à citer Robespierre dans l’hémicycle malgré les quolibets et les sifflets des parlementaires de droite. La sauvegarde de ces manuscrits, a-t-elle ensuite expliqué, est une chance à saisir pour « reparler de Robespierre ». Jack Ralite, ancien sénateur communiste de Seine-Saint-Denis, a insisté pour voir dans le succès de l’initiative la preuve de « l’attachement silencieux » des citoyens à la figure de Robespierre. S’adressant à la Société des études robespierristes et plus généralement aux historiens, il a fait part de l’urgence qu’il y aurait à publier un petit livre sur l’Incorruptible car la nécessité de connaître et faire connaître Robespierre s’impose aujourd’hui comme une évidence. Version robespierriste de l’injonction de Stéphane Hessel à s’indigner, le sénateur a proposé enfin de lancer dans le pays un nouveau mot d’ordre : « incorruptibilisez-vous » !

Intervenant en dernier, le directeur scientifique des Archives Nationales, Bruno Galland, qui représentait le directeur du patrimoine empêché à la dernière minute, a su trouver des mots justes pour remercier les donateurs, saluer la démarche et rappeler les missions du service public que sont les Archives Nationales. Sa prestation a été appréciée de tous.

 

[VIDEO. 16’ extraits des discours de Aberdam, Gosnat, Bourdin, Lemorton, Ralite, Galland + remise du chèque]

 

Une initiative originale qui invite les spécialistes de la période révolutionnaire à s’adresser davantage au grand public

Le 5 novembre, de 14h30 à 18h30, ce sont 200 à 300 personnes qui ont fréquenté la fête, avec une variation et une rotation selon les intérêts de chacun. Le film de Hervé Pernot, Robespierre, a été présenté par lui-même et projeté dans de bonnes conditions techniques. Il a rencontré un réel intérêt auprès d’un public large. Les spécialistes, bien entendu, en jugent chacun selon son opinion et le débat aurait pu durer plus longtemps. Au final, il s’agit d’un événement à la fois riche (expositions multiples, tables de livres, film, projection des manuscrits) et chaleureux.

La réussite de la mobilisation et le succès rencontré par cette fête fraternelle conduisent à s’interroger sur la place retrouvée de la Société des études robespierristes dans l’espace public. Cette « vieille dame centenaire sans domicile fixe », comme s’est amusé à rappeler Philippe Bourdin, a su rassembler, fédérer et mener à bien une souscription de grande envergure pour un objectif qui était loin d’être gagné d’avance. L’écho rencontré par cette initiative est une invitation à assumer un rôle citoyen qui dépasse les murs de l’université. Certes, la perspective du 220e anniversaire de la réunion de la Convention et de la naissance de la République n’a pas suscité les discussions espérées, mais l’heure était surtout à la fête. Il appartient désormais à la SER et à ses partenaires, à partir des liens tissés ces derniers mois avec les associations, avec les donateurs – dont un certain nombre a manifesté le désir de nous rejoindre –, mais aussi avec la presse qui a très largement relayé nos initiatives, de construire des manifestations de nature scientifique tournée vers le grand public. Il existe dans le pays une demande très vive pour débattre de l’histoire nationale et une soif de savoirs scientifiquement élaborées pour alimenter ces discussions auxquelles la SER a toute légitimité à contribuer.

Julien Louvrier