Robespierre, bourreau de la Vendée ?

Après la rediffusion mercredi 23 janvier 2013 sur France 3 du documentaire « Robespierre, bourreau de la Vendée ? » et le dépôt le 16 janvier dernier d’une nouvelle proposition de loi sur « la reconnaissance du génocide vendéen« , la Société des études robespierristes renouvelle les protestations qu’elle a exprimées dans son communiqué du 22 mars 2012, reproduit ci-dessous.

Nous invitons également nos visiteurs à lire la tribune de Pierre Serna sur le site de l’IHRF : Les trafiquants de mémoire ou la Vendée vendue…

Pour les amateurs d’histoire désireux de mieux connaître le personnage complexe de Maximilien Robespierre, hors de toute intention polémique ou hagiographique, nous conseillons la lecture de l’ouvrage collectif publié sous les auspices de la SER : Robespierre, portraits croisés (Armand Colin, 2012).

Communiqué de la Société des études robespierristes du 22 mars 2012 :

Par le communiqué suivant, la Société des études robespierristes condamne l’entreprise de désinformation historique menée dans le cadre de l’émission « L’ombre d’un doute », diffusée le 7 mars dernier sur France 3 et titrée « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Comme dans ses précédentes émissions, Franck Ferrand entend mettre en valeur des thèses « iconoclastes » qui contredisent une histoire officielle, élaborée par des universitaires supposés « corporatistes » et soucieux de perpétuer les vieux mythes du roman national républicain. Bien qu’inscrite dans une démarche quelque peu démagogique de critique du « politiquement correct », l’intention pourrait paraître  louable si chaque partie était équitablement interrogée dans un débat conclusif, ce qui n’a pas été le cas ici.

Dès son titre l’émission ignore les réalités les mieux établies par le travail des historiens : jamais Robespierre n’a commandé la « destruction » de la Vendée. Il n’a d’ailleurs jamais pris spécifiquement position sur le sujet lors de ses interventions à la tribune de la Convention. Affirmer en outre qu’il dirigeait le Comité de Salut public est une pure contre-vérité, reprenant le vieux mythe thermidorien de « la dictature de Robespierre ». L’absolue nécessité de la répression de l’insurrection vendéenne était une évidence pour l’ensemble des députés présents à la Convention à cette époque. Alors pourquoi laisser à Robespierre la seule responsabilité de toutes les violences de la période 1793-1794 ? Pour faciliter les comparaisons abusives avec les totalitarismes du XXe siècle ? Pour, à des fins idéologiques plus ou moins avouables, donner à la Révolution française son Hitler ou son Staline, quitte à travestir totalement la réalité ? Les téléspectateurs de France 3, férus d’histoire de France, méritent mieux que cela. L’action politique de Robespierre n’est pas une donnée historique acquise et fait l’objet de réévaluations constantes, qui ne sont pas hagiographiques. L’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I) lui consacre ainsi cette année un séminaire, ouvrant de nouvelles perspectives de recherche (http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article635), tandis qu’un collectif d’historiens de la Société des études robespierristes s’apprête à publier une biographie  sans a priori idéologique, destinée à dissiper aussi bien la légende noire que la légende dorée qui environnent le personnage.

Quant à la question du « génocide » vendéen, la Société des études robespierristes ne cherche évidemment pas à nier, et encore moins à justifier, les massacres de populations civiles à grande échelle opérés par les armées républicaines dans certains départements de l’Ouest. Il faut rappeler simplement que les violences de 1793-1794 ne se sont pas limitées à la région qualifiée de « Vendée » : des mouvements répressifs très brutaux ont également été menés dans d’autres départements, théâtres d’insurrections ou menacés d’invasion, comme le Lyonnais, le Bordelais ou le Midi. Le vocabulaire d’« extermination », notamment celui de « race rebelle » et de « destruction des brigands », y était tout autant employé qu’en Vendée, mais avec des conséquences humaines bien différentes, ce qui invalide totalement la théorie dite du « génocide par petits bouts de papier » défendue dans l’émission. En outre, les généraux républicains n’étaient pas les seuls à exercer des représailles sur la population civile dans le cadre de ce qui a pu être qualifié par certains historiens de « guerre totale ». Rappelons, par exemple, que l’armée autrichienne s’est livrée à des actes de tortures et à des massacres de populations civiles dans la vallée de la Moselle en septembre 1793. L’ampleur et les modalités d’exécution de ces violences de masse, pas uniquement en « Vendée » et pas uniquement en 1793-1794, restent encore largement à étudier, contrairement à ce qu’avancent péremptoirement les journalistes de l’émission « L’Ombre d’un doute ».

De la même façon, la Société des études robespierristes désapprouve les motifs de la proposition de loi déposée le 6 mars dernier, veille de la diffusion de l’émission – hasard du calendrier ? –, par un groupe très restreint de députés appartenant à la majorité présidentielle (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion4441.asp). Contrairement à ce qu’affirment ces députés, les faits ne sont pas « clairement établis ». Les « dépouillements minutieux » d’archives n’ont pas été réalisés : il reste encore beaucoup à faire, tant dans les dépôts locaux que nationaux. La recherche sur les politiques de la Terreur est aujourd’hui conduite, sans aucune complaisance, par les historiens universitaires et amateurs, recherche à laquelle participent activement les membres de la Société des études robespierristes. Les travaux les plus récents, comme ceux qui sont en cours sur les comités de surveillance (http://ser.hypotheses.org/362), démontrent très bien que les organes répressifs n’ont jamais fonctionné de manière uniforme, qu’il est important de distinguer la part des initiatives locales des instructions du pouvoir central. Avant de se livrer à des comparaisons hâtives avec l’Allemagne nazie, l’Union soviétique ou le Kampuchea démocratique, il faut mieux connaître l’histoire de la violence politique et militaire en France dans les années 1790 et la comparer avec les pratiques antérieures de violences à l’égard des populations civiles (guerres de Louis XIV et Guerre de Sept Ans notamment).

Face à l’accumulation des erreurs historiques présentes dans l’émission et l’ignorance du travail des chercheurs spécialistes de la période qu’elle manifeste, la Société des études robespierristes estime devoir demander un droit de réponse à la direction de France 3. Elle lui propose d’organiser un débat de qualité entre historiens, afin d’offrir aux téléspectateurs les moyens de saisir plus objectivement les enjeux de cette période complexe ainsi que leurs résonnances mémorielles dans la France contemporaine.

 Communiqué rédigé collectivement à la demande de l’Assemblée générale de la SER réunie le 17 mars 2012 à Paris par Serge Bianchi, Paul Chopelin, Anne Jollet, Julien Louvrier et Fanny Panhaleux.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *