Correspondance de Rachida Tlili Sellaouti – Nouvelles de la Faculté des Lettres de la Manouba (Tunisie)

Rachida Tlili Sellaouti, qui a été membre du Conseil d’administration de la Société des études robespierristes (1999-2011), nous a demandé de relayer le texte ci-dessous. La Société, en le publiant sur son site, s’associe à la dénonciation des faits ici rapportés et proteste contre les atteintes aux droits les plus élémentaires que subissent actuellement enseignants et étudiants tunisiens.

La Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’université de la Manouba (FLAHM) est, au moment où j’écris et depuis le 28 novembre 2011, occupée par un groupuscule d’étudiants à la mode « salafiste ». Il  exige le port du niqab par les étudiantes « qui le désirent » pendants les cours, au nom des  libertés individuelles.  Dans la virulence de leurs revendications, ils ont agressé physiquement le doyen, l’historien Habib Kazdaghli ainsi que un collègue syndicaliste, M. Habib Mellakh. Des collègues femmes ont été agressées verbalement… tans dis que les autorités tardent à intervenir.

Les faits :

En fait, la question du niqab commence à être agitée dans l’enceinte de la faculté depuis la fin du mois d’octobre (calendrier électoral aidant) au moment où une étudiante refuse de dévoiler son visage en cours.

Le 2 novembre, le doyen réunit les membres élus du conseil scientifique, représentants aussi bien les étudiants que les professeurs. Le règlement intérieur qui est alors adopté interdit le niqab dans les salles de cours et lors des examens pour des raisons strictement pédagogiques et sécuritaires (la Révolution ayant permis de  « dégager » la police des enceintes des universités), mais permet de le porter dans tous les autres espaces de la faculté.

L’Université propose par ailleurs de mettre à disposition des étudiants, à une très courte distance de la faculté, un espace de prière décent (deuxième revendication du groupuscule des étudiants avec le niqab) commun au campus universitaire de la Manouba, réunissant 30 000 étudiants.

Rien n’y fait, les évènements s’enchaînent et la situation se dégrade :

– 28 novembre, un groupe d’une centaine de personnes – pour la plupart non inscrites à la faculté – interrompt bruyamment les cours et empêche la tenue des examens.

– 29 novembre, des personnes étrangères à la faculté à qui l’on tente d’interdire l’entrée forcent le passage et bousculent le doyen. Les enseignants décident, alors, de protester contre la violence des attaques par une grève.

– 6 décembre, les «sit-inneurs», déjà bien installés dans les bureaux de l’administration, décident cette fois-ci d’interdire au doyen l’accès à son bureau. Une fois de plus c’est l’option de la violence qui est choisie : bousculade, menace verbale et physique… Un enseignant sera même transporté à l’hôpital.

Le conseil scientifique élargi décide de fermer la faculté et de demander, alors qu’il s’y était toujours refusé jusque là, l’intervention des forces de sécurité publique afin d’évacuer les intrus. Le gouvernement sortant est resté sourd et indifférent à cet appel. Depuis le 6 décembre, les cours sont interrompus et les locaux administratifs occupés. Le doyen, le personnel administratif, les enseignants et les 8.000 étudiants attendent en vain.

Tandis que le groupuscule d’étudiants soutenu par un renfort continu de personnes totalement étrangères à la faculté, au mode vestimentaire « salafiste » occupent la faculté et saturent l’espace à coups de décibels (haut-parleurs ) diffusant prêches et prières. Ils rejettent toute décision du Conseil Scientifique remettant en cause sa légitimité en tant que instance élue, comme ils rejettent toute justification pédagogie, éthique, sécuritaire… que pose le port du niqab dans les salles de cours, et ne retiennent que leurs seules allégations à savoir que les étudiantes sont «souillées» par le regard des professeurs. En fait, pour plusieurs raisons, la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’Université de la Manouba est avant tout le symbole à abattre.

Très tôt, de nombreux partis politiques ainsi que l’Union générale des travailleurs tunisiens (Ugtt, centrale syndicale la plus importante du pays) manifestent leur inquiétude et leur solidarité. En face, les autorités et instances de tutelles confondues affichent une fin de non recevoir.

Situation actuelle

Suite aux dernières médiations :

– une commission ad hoc créée par le conseil de l’université de la Manouba a engagé des discussions par l’intermédiaire de certains professeurs avec les sit-ineurs,

– des démarches entreprises par l’autorité de tutelle pour amener les personnes étrangères à lever le sit-in.

Le ministre avait promis aux membres du conseil scientifique et aux représentants des  différents syndicats de l’institution (UGTT pour les enseignants, ouvriers, fonctionnaires, UGET pour les étudiants) qu’il avait reçus samedi dernier, d’œuvrer en vue du retrait des sit-ineurs étrangers à la faculté de son enceinte et de convaincre les étudiants de la FLAHM de transférer le sit-in des bureaux du doyen à un autre endroit de sorte qu’il n’entrave pas le déroulement des cours et le fonctionnement normal de l’administration, étant donné, considère-t-il,  que le sit-in et la manifestation sont un droit sacré. Le 2 janvier 2012, les rapports des différents médiateurs, ceux des membres du personnel administratif dépêchés à la faculté ont fait état de l’irruption massive de nouveaux sit-ineurs en soutien à leurs camarades. Constatant cet état de fait, l’assemblée générale réunie successivement les 2 et 3 janvier dans les locaux de l’Université, convaincue de l’absence des conditions pour une reprise normale des cours, en raison du renforcement du sit-in, a recommandé au conseil scientifique de maintenir la fermeture de l’institution jusqu’au retour à la normale et a décidé un rassemblement au ministère de l’enseignement supérieur à partir du mercredi 4 janvier 2012 pour inciter les autorités à obliger les sit-ineurs à se retirer de la faculté.

Rachida Tlili Sellaouti

Professeur d’histoire – FLAHM

Le 4 janvier 2012

Entretien avec l’historien américain Marcus Rediker, à propos de son ouvrage, The Slave Ship : A Human History

rediker
Rediker

En lançant cet espace internet il y a un an, la SER souhaitait en faire un lieu d’échange et de rencontre, à la fois sur des questions relatives à l’histoire de la Révolution française et de l’Empire stricto sensu mais également sur des thèmes plus larges et des travaux originaux, comme c’est le cas aujourd’hui dans cet entretien mené par Marc Belissa avec Marcus Rediker.

Entretien inédit de Marc Belissa avec l’historien américain, Marcus Rediker, professeur à l’Université de Pittsburgh, spécialiste de l’Atlantique révolutionnaire à propos de son ouvrage The Slave Ship : A Human History, New York : Viking-Penguin, and London : John Murray, 2007.

Les autres principaux ouvrages de Marcus Rediker sont :

Between the Devil and the Deep Blue Sea : Merchant Seamen, Pirates, and the Anglo-American Maritime World, 1700-1750, traduit en français sous le titre Les Forçats de la mer, Éditions Libertalia, 2010.

The Many-Headed Hydra : Sailors, Slaves, Commoners, and The Hidden History of the Revolutionary Atlantic, Boston : Beacon Press and London : Verso, 2000, traduit en français sous le titre L’Hydre aux mille têtes. L’histoire cachée de l’Atlantique révolutionnaire, Éditions Amsterdam. 2008.

Villains of All Nation: Atlantic Pirates in the Golden Age, Boston : Beacon Press, and London : Verso, 2004, traduit en français sous le titre Pirates de tous les pays, Éditions Libertalia, 2009.

Marc Belissa : Dans votre dernier livre, The Slave Ship. A Human History, vous entendez remettre en cause la “violence de l’abstraction” dans l’écriture de l’histoire de l’esclavage. L’indignation et l’empathie sont-elles des nécessités historiographiques de l’histoire “vue d’en bas” dont vous vous réclamez ?

Marcus Rediker : Un des effets les plus importants de la “violence de l’abstraction” est sa capacité à déshumaniser le passé et, par conséquent, à limiter la façon dont nous pensons les phénomènes historiques. Les tableaux statistiques extraient les données de leur contexte social et “construisent” — au sens étroit du terme — la réalité qu’il s’agit d’étudier et d’expliquer. C’est particulièrement le cas pour l’histoire du trafic négrier. L’empathie est indispensable à l’histoire “vue d’en bas”. Cette question a été parfaitement posée par Barington Moore dans ses Social Origins of Dictatorship and Democracy (1966) quand il écrivait : “Pour toutes les personnes qui étudient la société humaine, la sympathie avec les victimes des processus historiques et le scepticisme vis-à-vis de la vision des vainqueurs sont des garde-fous essentiels pour éviter d’être trompé par l’idéologie dominante.”

 

M.B : Vous envisagez le navire négrier comme le lieu d’expériences sociales, politiques et culturelles multiformes, pour les esclaves, mais aussi pour les marins, les officiers. Quelle est la caractéristique fondamentale de ces expériences pour ces trois catégories “d’acteurs” ?

M.R : Le capitaine négrier est, selon moi, un mécanisme essentiel dans une machine globale, l’un des premiers représentants des classes capitalistes d’Europe qui ont “sous-développé” l’Afrique selon les mots de Walter Rodney. Par l’usage de la violence et de la terreur, les capitaines négriers ont contribué à créer une force de travail-marchandise utilisée sur les plantations américaines. Les captifs ont, de leur côté, subi une forme de “marchandisation” violente contre laquelle ils se sont battus, héroïquement et sans cesse, tout en développant des formes variées de résistances et en formant entre eux de nouveaux liens de “parenté fictive”. Les marins embarqués à bord des négriers se trouvaient entre ces deux classes en formation. Beaucoup d’entre eux n’étaient pas là par choix, mais parce qu’ils étaient eux-mêmes des travailleurs forcés. Ils remplissaient leur rôle en servant le navire et en devenant les gardiens de prison des esclaves, même si — et cela doit être noté — de nombreux marins ont dénoncé le trafic négrier et ont joué un rôle important dans le mouvement abolitionniste.

 

M.B : Selon vous, comment le navire négrier “fabrique-t-il” les esclaves destinés au marché américain ?

M.R : Le navire négrier produisait non seulement une force de travail, comme nous venons de le voir, mais il préparait aussi les captifs pour la plantation en imposant un régime de discipline dans lequel un petit nombre de surveillants (capitaine, officiers, équipage) terrorisaient et “mataient” un bien plus grand nombre de noirs. Ce processus a également permis de créer la catégorie de la “race” : des Africains issus d’ethnies ou de peuples différents étaient embarqués sur le négrier. À la fin du voyage, ils étaient déchargés en tant que membres d’une prétendue “race noire”. On peut en dire de même des marins : l’équipage “bigarré” (motley crew) en arrivant en Afrique de l’Ouest devenait “blanc” par le simple fait qu’il contrôlait le navire négrier.

 

M.B : Quelles sont les principales formes prises par la résistance des captifs africains à la “fabrication” de l’esclavage ?

M.R : Les esclaves utilisaient toutes les formes de résistances possibles. Ils faisaient des grèves illimitées de la faim contre lesquelles les capitaines négriers utilisaient le speculum oris pour nourrir de force les captifs qui refusaient de s’alimenter. Les esclaves se suicidaient, individuellement et collectivement. Contre ces tentatives de suicide, les capitaines négriers leur faisaient couper les ongles pour éviter les blessures et faisaient installer des filets autour du bastingage pour les empêcher de se jeter à l’eau. La forme la plus spectaculaire de résistance était les révoltes qui se produisaient avec une fréquence étonnante, compte tenu du fait que le navire négrier était conçu précisément pour les empêcher. Environ un vaisseau sur dix était frappé par une révolte d’importance.

 

M.B : Vous analysez le navire négrier comme une “prison” flottante, mais aussi comme une “usine” dans lesquelles sont expérimentées les modalités de la “mise au travail” capitaliste. Le navire négrier préfigure-t-il les méthodes d’acculturation propres à ce que l’on a appelé la “Révolution industrielle” ?

M.R : La navigation maritime européenne en général — et les navires négriers en particulier — préfigure l’usine de plusieurs points de vue : un grand nombre de travailleurs étaient engagés dans des tâches complexes et synchronisées, sous une discipline brutale dans laquelle la volonté humaine était subordonnée à des dispositifs mécaniques, et ce pour un salaire. D’ailleurs, le terme anglais factory vient du mot factor qui est un représentant commercial, en particulier en Afrique de l’Ouest où plusieurs factories se trouvaient. Dans son grand livre Renegades and Castaways (non-traduit en français), C. L. R. James a bien montré que, par exemple, le navire baleinier décrit dans le Moby Dick d’Hermann Melville, était un “navire-usine”.

 

M.B : Comment s’articulent votre travail d’historien et votre activité de militant engagé dans la lutte contre la peine de mort ? Quel parallèle établissez-vous entre les death rows dans les prisons des États-Unis et du monde et le navire négrier du XVIIIe siècle ?

M.R : J’en suis venu à écrire The Slave Ship en visitant les prisonniers enfermés dans les couloirs de la mort de Pennsylvanie dans lesquels 60 % des condamnés à mort sont des African Americans, alors qu’ils ne forment que 12 % de la population de l’état. J’ai commencé à m’intéresser à la relation entre race et terreur et je me suis demandé quand cela avait-il commencé ? Je me suis rendu compte que c’était sur les navires négriers que la race avait été créée par la terreur et que la relation entre les deux avait persisté par l’esclavage, les lynchages et aujourd’hui par la peine de mort “racialisée”. Le navire négrier est toujours, de bien des manières, avec nous. Il navigue toujours après toutes ces années…

 

Entretien et traduction : Marc Belissa, université Paris Ouest Nanterre.

 

Manuscrits de Robespierre : réception Ministère de la Culture / Archives Nationales

L’entrée dans les collections publiques des manuscrits inédits de Robespierre et Lebas a été largement rendue possible par la souscription lancée par la Société des études robespierristes au printemps dernier. Après la réunion fraternelle et républicaine organisée avec succès le 5 novembre dernier à Ivry-sur-Seine, le ministre de la Culture et de la Communication, M. Frédéric Mitterrand, et Mme. Agnès Magnien, directrice des Archives Nationales, souhaitent à leur tour réunir les donateurs.
Aussi êtes-vous invité(e) à la cérémonie organisée le jeudi 15 décembre à 11h30 à l’Hôtel de Soubise (60 rue des Francs-Bourgois, 75003 PARIS) en l’honneur des donateurs ayant permis l’acquisition des manuscrits.
Nous vous prions de bien vouloir confirmer le plus rapidement possible votre présence par mail à : communication.archives-nationales@culture.gouv.fr
Dans l’attente de vous retrouver à cette occasion.
Salut et fraternité.

Souscription pour les manuscrits de Robespierre : une fête fraternelle conclut une mobilisation citoyenne sans précédent.

Le 5 novembre dernier, la Société des études robespierristes avait convié l’ensemble des donateurs à Ivry-sur-Seine pour célébrer le « rachat » par l’Etat des manuscrits de Robespierre. Après une prise de parole des représentants des associations à l’origine de la souscription et des élus qui l’ont soutenue, Cyril Triolaire, trésorier de la SER, a remis officiellement à Bruno Galland, directeur scientifique des Archives Nationales, un chèque d’un montant de 118 000 euros. La fête fraternelle, à laquelle ont participé plus de 200 personnes, s’est poursuivie avec la projection du film d’Hervé Pernot consacré à Robespierre, suivie d’un débat avec le réalisateur.

Une mobilisation citoyenne inédite

La mobilisation des organisations scientifiques, universitaires, politiques et associatives , mais aussi de plus d’un millier de citoyens de tous âges et de toutes origines géographiques a porté ses fruits. En alertant d’abord sur l’imminence de la vente par Sotheby’s des manuscrits de Maximilien Robespierre conservés pendant deux siècles par la famille Lebas, puis en rassemblant une importante somme d’argent, elle a permis la préemption et le rachat des manuscrits par l’Etat et leur entrée définitive dans les collections publiques. Le samedi 5 novembre, en la salle « Robespierre » d’Ivry-sur-Seine, agrémentée pour l’occasion de deux expositions consacrées à l’histoire de la Révolution française, d’une sélection de lettres des donateurs et de la projection en continue des manuscrits numérisés, la SER a remis l’ensemble des fonds collectés au printemps, soit la somme de 118 000 euros, à Bruno Galland, représentant de l’Etat.

De gauche à droite : S.Aberdam, J.Ralite, S.Gosnat, C.Lemorton, P.Bourdin et B.Galland.

Le rôle de la Société des études robespierristes dans l’espace public

Au cours de cette cérémonie les principaux acteurs de la mobilisation se sont succédé à la tribune. Serge Aberdam, secrétaire général de la SER, a ouvert la journée en rappelant le caractère « irremplaçable » de Robespierre pour quiconque, robespierriste ou non, voudrait avoir sur la Révolution française « un point de vue d’ensemble ». Puis Pierre Gosnat, député-maire d’Ivry, a accueilli les participants dans cette belle salle municipale et fait part de sa volonté de contribuer, avec sa ville, à la pérennité des activités de la SER. En l’absence de Michel Biard, président de la SER, retenu par une mission universitaire au Japon, c’est Philippe Bourdin, président sortant qui a pris la parole. Dans son allocution (texte téléchargeable ici : Discours P.Bourdin) celui-ci a souligné les difficultés auxquelles la mobilisation a dû faire face dans un contexte politique peu favorable, avec un pouvoir très soucieux de l’histoire nationale certes, mais à condition qu’il puisse l’encadrer au plus près et l’instrumentaliser à son profit. En organisant avec d’autres la souscription, la Société des études robespierristes, a-t-il ajouté, a démontré la pertinence de son statut d’association reconnue d’utilité publique.

Présents aux côtés des associations, organisations et institutions tout au long du combat, les élus qui ont relayé la mobilisation de façon décisive dans leur assemblée respective ont également pris la parole. Dans une intervention brève mais colorée, C. Lemorton, députée socialiste de Haute-Garonne, a raconté comment elle avait tenu à citer Robespierre dans l’hémicycle malgré les quolibets et les sifflets des parlementaires de droite. La sauvegarde de ces manuscrits, a-t-elle ensuite expliqué, est une chance à saisir pour « reparler de Robespierre ». Jack Ralite, ancien sénateur communiste de Seine-Saint-Denis, a insisté pour voir dans le succès de l’initiative la preuve de « l’attachement silencieux » des citoyens à la figure de Robespierre. S’adressant à la Société des études robespierristes et plus généralement aux historiens, il a fait part de l’urgence qu’il y aurait à publier un petit livre sur l’Incorruptible car la nécessité de connaître et faire connaître Robespierre s’impose aujourd’hui comme une évidence. Version robespierriste de l’injonction de Stéphane Hessel à s’indigner, le sénateur a proposé enfin de lancer dans le pays un nouveau mot d’ordre : « incorruptibilisez-vous » !

Intervenant en dernier, le directeur scientifique des Archives Nationales, Bruno Galland, qui représentait le directeur du patrimoine empêché à la dernière minute, a su trouver des mots justes pour remercier les donateurs, saluer la démarche et rappeler les missions du service public que sont les Archives Nationales. Sa prestation a été appréciée de tous.

 

[VIDEO. 16’ extraits des discours de Aberdam, Gosnat, Bourdin, Lemorton, Ralite, Galland + remise du chèque]

 

Une initiative originale qui invite les spécialistes de la période révolutionnaire à s’adresser davantage au grand public

Le 5 novembre, de 14h30 à 18h30, ce sont 200 à 300 personnes qui ont fréquenté la fête, avec une variation et une rotation selon les intérêts de chacun. Le film de Hervé Pernot, Robespierre, a été présenté par lui-même et projeté dans de bonnes conditions techniques. Il a rencontré un réel intérêt auprès d’un public large. Les spécialistes, bien entendu, en jugent chacun selon son opinion et le débat aurait pu durer plus longtemps. Au final, il s’agit d’un événement à la fois riche (expositions multiples, tables de livres, film, projection des manuscrits) et chaleureux.

La réussite de la mobilisation et le succès rencontré par cette fête fraternelle conduisent à s’interroger sur la place retrouvée de la Société des études robespierristes dans l’espace public. Cette « vieille dame centenaire sans domicile fixe », comme s’est amusé à rappeler Philippe Bourdin, a su rassembler, fédérer et mener à bien une souscription de grande envergure pour un objectif qui était loin d’être gagné d’avance. L’écho rencontré par cette initiative est une invitation à assumer un rôle citoyen qui dépasse les murs de l’université. Certes, la perspective du 220e anniversaire de la réunion de la Convention et de la naissance de la République n’a pas suscité les discussions espérées, mais l’heure était surtout à la fête. Il appartient désormais à la SER et à ses partenaires, à partir des liens tissés ces derniers mois avec les associations, avec les donateurs – dont un certain nombre a manifesté le désir de nous rejoindre –, mais aussi avec la presse qui a très largement relayé nos initiatives, de construire des manifestations de nature scientifique tournée vers le grand public. Il existe dans le pays une demande très vive pour débattre de l’histoire nationale et une soif de savoirs scientifiquement élaborées pour alimenter ces discussions auxquelles la SER a toute légitimité à contribuer.

Julien Louvrier

Appel à articles : Vivre la Révolution – les écrits de l’intime

« Ecrits du for privé », «  ego-documents », « libri di famiglia »,  « selbstzeugnisse » : les écrits de l’intime sont devenus pour les historiens des sources d’archives de première importance. Nombre de travaux, dont ceux de Jean-Pierre Bardet et de François-Joseph Ruggiu [voir le site http://ecritsduforprive.fr/ et le livre J-P. Bardet et F-J. Ruggiu, Au plus près du secret des coeurs. Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIè au XVIIIè siècle, Paris, PUPS, 2005] et de Sylvie Mouysset, à partir de l’étude des papiers familiaux, sont un fort témoignage de cette évolution qui est liée au retour en force de l’étude des trajectoires individuelles depuis les années 1980.

Toutefois, bien qu’ils se situent dans le contexte de projets menés par des groupes de recherche soucieux de recenser ces textes dans le cadre d’un temps long intégrant la période révolutionnaire, cette dernière reste encore le parent pauvre de la réflexion engagée à partir des ego-documents.

Ce constat est quelque peu singulier car les écrits de l’intime constituent un prisme de la meilleure qualité pour saisir les mutations provoquées par la Révolution dans les sociétés et pour comprendre les négociations qu’elle réalise selon les lieux dans lesquels sont écrits ces textes et selon les appartenances sociales et professionnelles de leurs auteurs.

C’est dans une perspective visant à pallier cette lacune que se situe cet appel à communication destiné à nourrir un numéro spécial des Annales Historiques de la Révolution française à paraître en septembre 2013.

Pour y répondre, nous souhaitons réunir tous les chercheurs intéressés qui font du travail sur les ego-documents l’objet de leurs analyses ou qui les ont rencontrés au cours de leur recherche. Ces propositions devront concerner des sources situées entre l’été 1789 et le mitan du XIXe siècle, moment durant lequel le « secret des cœurs » révèle encore les sentiments sur la Révolution et les transformations qu’elle occasionne.

Fort représentés dans l’écriture du for privé, les travaux situés dans le domaine de l’histoire socio-culturelle (pratiques musicales, vestimentaires, langagières, phénomènes identitaires) et de l’histoire religieuse sont la cible naturelle de cet appel. Celui-ci s’adresse cependant également aux chercheurs pouvant proposer des analyses sur les vécus économique et politique des protagonistes de la crise révolutionnaire.

Annie Duprat et Eric Saunier

Universités de Cergy-Pontoise et du Havre

Les propositions sont à envoyer jusqu’au 15 mars 2013 aux adresses suivantes :

Annie.duprat@orange.fr

Eric.Saunier@wanadoo.fr

Appel à communications – Les commissaires de police sous la Révolution et l’Empire (Journée d’étude)

L’histoire de la police connaît depuis quelques années un regain d’intérêt de la part des chercheurs. Dans cette historiographie en plein essor, les travaux consacrés aux commissaires de police de la Révolution et de l’Empire sont malheureusement rares. En effet, si les personnages parisiens ou nationaux ont déjà retenus l’attention des chercheurs, les commissaires travaillant au niveau local et y agissant au quotidien demeurent peu connus. L’ambition de cette journée d’étude est d’esquisser un premier portrait des commissaires de police de la Révolution et de l’Empire, catégorie professionnelle nouvelle et emblématique de cette période. A cette fin, plusieurs pistes de réflexion, dont la liste suivante reste évidemment non exhaustive, pourraient être abordées.

D’une part, des communications pourraient chercher à dresser le profil social et culturel des commissaires de police. Qui sont-ils ? Comment sont-ils recrutés ? Quelles compétences ont-ils ? A travers des études de type sériel ou prosopographique, il s’agirait, par exemple, d’ébaucher des portraits de ce groupe socio-professionnel. Dans cette même optique, d’autres communications pourraient privilégier l’analyse d’itinéraires particuliers. Il serait, en effet, intéressant de présenter des personnalités exceptionnelles ou typiques de cette profession. Lorsqu’ils interagissent avec les commissaires ordinaires, d’autres acteurs de la police (commissaires généraux, préfets, agents de police, etc.) pourraient par ailleurs être présentés.

D’autre part, connaissant les péripéties politiques de la période considérée et sans, pour autant, rester dans une analyse institutionnelle trop classique, on pourrait s’attacher à rendre compte de l’évolution de la fonction de commissaire de police non pas uniquement dans son organisation structurelle mais surtout dans son fonctionnement concret. Dès lors, il serait intéressant de se pencher sur les activités réalisées quotidiennement par les commissaires de police. Que font-ils jours après jours ? Travaillent-ils dans un bureau à entretenir leurs supérieurs de l’esprit public au moyen d’une correspondance intense mais éloignée des réalités sociales ? Sont-ils, au contraire, sollicités en permanence par la population et sans cesse appelés aux réalités de la rue ? Quels rapports entretiennent-ils avec les autorités municipales, préfectorales et avec la population ? Observe-t-on une variation des tâches remplies par les commissaires de police selon les régimes, voire selon les hommes en place ?

La journée d’étude se tiendra le vendredi 11 mai 2012, à Namur (Belgique), aux FUNDP. Les propositions de communication (500 mots maximum) sont à envoyer à Antoine Renglet (antoine.renglet@fundp.ac.be) avant le 31 décembre 2011.

Manuscrits de Robespierre : Fête fraternelle le 5 novembre

Le 5 novembre prochain, à partir de 14h, au centre le Robespierre à Ivry-sur-Seine (2 rue Robespierre, métro ligne 7, Mairie d’Ivry), la Société des études robespierristes organise une fête fraternelle et républicaine pour célébrer l’entrée dans les collections publiques des manuscrits inédits de Robespierre.

Que vous ayez ou non participé à la souscription nationale qui a permis de sauvegarder les manuscrits de l’Incorruptible et de Lebas, vous êtes le bienvenu(e) à cette réunion publique au cours de laquelle sera projeté le film Robespierre d’Hervé Pernot (suivi d’un débat en présence du réalisateur). Elle sera aussi l’occasion d’évoquer l’actualité des études sur la Révolution française, de découvrir les publications de notre Société et des associations amies partenaires de l’opération, ainsi que de discuter du 220e anniversaire, le 21 septembre 2012, de la réunion de la Convention nationale et de la naissance de la Première République, qu’il conviendra de célébrer.

Afin de pouvoir vous accueillir dans les meilleures conditions et d’entrechoquer nos verres de la meilleure manière, nous vous encourageons à vous inscrire dès à présent (en cliquant sur le lien) et d’imiter celles et ceux qui nous ont déjà assurés de leur présence.

Etudes-revolutionnaires.org : la boutique en ligne de la SER est ouverte !

Logo SERLa Société des études robespierristes est heureuse d’annoncer l’ouverture de sa boutique en ligne “Etudes révolutionnaires”, accessible à l’adresse : http://www.etudes-revolutionnaires.org.

Il est désormais possible de commander en ligne l’ensemble des ouvrages édités par la SER au cours de son histoire. Les Œuvres de Maximilien Robespierre, longtemps épuisées, sont ainsi de nouveau disponibles en impression à la demande livrées dans un délais de 3 à 4 semaines. Dans les prochaines semaines la boutique permettra également aux internautes d’acquérir au format e-book ou en impression à la demande un certain nombre de livres aujourd’hui épuisés.

Pétition pour un musée Robespierre à Arras

L’association “Les Amis de Robespierre” a lancé sur son site internet une pétition pour réclamer la création d’un musée Robespierre à Arras. A ce jour l’initiative a déjà reçu le soutien de plusieurs centaines de signataires en France et à l’étranger. Les informations relatives à la pétition se trouvent à l’adresse ci-dessous :

http://www.amis-robespierre.org/robespierre/

Annonce – L’Empire : une expérience de construction européenne, 20-21-22 octobre 2011

Bruxelles – Académie royale de Belgique/Lille – Université de Lille 3 – IRHiS  

Programme

Jeudi 20 octobre 2011

Lille, Salle IRHiS – A3 101 (Lille 3)

9 h 45 – 10 h 00 – Accueil

10 h 00 – Ouverture par le/la représentant(e) régionale et universitaire Nord de France

10 h 10 – 10 h 25 – Jean-Pierre Jessenne (Université de Lille 3-IRHiS), Introduction : l’inscription historiographique et les intentions du colloque

10 h 25

Penser l’Empire, Penser l’Europe : la conjugaison des temps et des circonstances

Présidence : Catherine Denys (Université de Lille 3- Directrice IRHiS), F. Antoine (Archives de l’État, Université Libre de Bruxelles)

David Bell (Université de Princeton), Nations, empires, états dans la culture politique européenne des Lumières au début du XIXe siècle

Livio Antonielli (Université de Milan), Appartenances, mobilités, identités européennes à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle

Alan Forrest, Université d’York, La guerre : impacts, perceptions et effets sur les visions européennes

Jean-Luc Chappey, Université de Paris-Sorbonne IHRF, La civilisation européenne au crible de l’écriture de l’histoire sous l’Empire

Natalie Petiteau, Université d’Avignon, L’Empire napoléonien comme expérience européenne et les effets de mémoires : perspectives liminaires

12 h 15 – 12 h 45 – Discussion

Repas

14 h 15

Une harmonisation et/ou une unification économiques ?

Présidence : R. Leboutte (Université du Luxembourg), R. Blaufarb (Florida University)

François Antoine, Archives de l’État, Université Libre de Bruxelles, De retranchement à rapprochement. Les travaux de canalisation en Flandre Zélandaise à l’époque impériale

Laurent Brassart, Université de Lille 3–IRHiS, Une politique agricole dans les départements du Grand Empire ?

Matthieu de Oliveira, Université de Lille 3–IRHiS, Quelle(s) monnaie(s) pour l’Empire ?

15 h 30 – 15 h 45 – Pause

Hilde Greefs, Université d’Anvers, Le blocus continental et la formation d’une nouvelle élite orientée vers le commerce international au port d’Anvers

Michela Barbot, Université L. Bocconi, Milan, Entre normes et pratiques : perspective comparative sur les grammaires de l’habiter à Milan et à Paris avant et après la codification napoléonienne (1770-1840)

Jeff Horn, Manhattan College, New York, The Regulation of Workers under the Empire : towards a European Social Order ?

17 h 00 – 17 h 45 – Discussion

18 h 00 – Transfert vers Bruxelles

Vendredi 21 octobre 2011

Bruxelles, Académie royale / Auditorium

9 h 00 – Ouverture, Hervé Hasquin, Secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Belgique

Des dynamiques sociales et politiques européennes ?

9 h 10 – 10 h 45

Des reconfigurations identitaires et sociales convergentes ?

Présidence : H. Hasquin (Académie Royale de Belgique, ULB), A. Jourdan (Université d’Amsterdam)

Deborah Cohen, Université d’Aix-Marseille, Le recrutement des cours impériales en 1810 : logiques d’uniformisations, diversité des pratiques et circulation des élites dans l’Empire

Adeline Beaurepaire-Hernandez, doctorante à l’université Paris IV Sorbonne, Un modèle de notable européen : « les masses de granit » des départements liguriens et leur intégration au système impérial (1805-1814)

Cédric Istasse, Université de Namur, Appartenance à la Grande Armée et identité nationale. Le cas des soldats belges

10 h 25 – 10 h 45 – Discussion et Pause

11 h 00 – 12 h 50

Pratiques politiques et administratives unificatrices ?

Présidence : E. La Parra (Université d’Alicante), M. Biard (Université de Rouen)

Brecht Deseure, Université d’Anvers, Le pouvoir napoléonien dans les territoires annexés ou le paradoxe entre l’uniformisation administrative et les stratégies politiques au niveau local et régional

John Dunne, Université de Greenwich, The first european election : why did the napoleonic regime attach such importance to holding elections in the annexed territories ?

Malcolm Crook, Université de Keele, What can be learn about attitudes towards the Napoleonic Empire from the electoral data

Silva Bobbi, Université de Milan, Le directeur d’Acque e Strada, A Cossoni, et la réalisation du programme napoléonien d’intervention territoriale dans le royaume

Pedro Rujula, Université de Saragosse, Conquête et administration : le projet impérial de Suchet dans la péninsule ibérique (1808-1814)

12 h 30 – 12 h 50 – Discussion

Repas

14 h 15

Normalisations et pratiques juridiques

Présidence : M. de Oliveira (Université de Lille 3-IRHiS), Igor Moullier (ENS Lyon-LAHRA)

Michael Broers, Université d’Oxford, Un Empire des lois ? Français et peuples réunis face au Code civil

Emmanuel Berger, Xavier Rousseaux, Université catholique de Louvain, Le jury criminel sous le Consulat et l’Empire : bilan et perspectives d’une tentative d’harmonisation juridique en Europe

Jean-Paul Barrière, Université de Besançon, La diffusion du modèle notarial de la loi de ventôse dans l’Empire français, un phénomène durable ?

Jacques Hantraye, Paris, La diffusion de l’État civil dans l’Europe napoléonienne

15 h 55 – 16 h 30 – Discussion et Pause

Normalisations et pratiques policières

Présidence : M. Broers (Université d’Oxford), W. Demel (Université der Bundeswehr, Munich)

Catherine Denys, Université de Lille 3-IRHiS, La police napoléonienne était-elle vraiment le pilier de l’Empire ? L’amorce d’un tournant historiographique.

Aurélien Lignereux, Université d’Angers, La langue des policiers. Pratiques linguistiques, politiques du personnel et cultures professionnelles dans les départements annexés

Martin Van der Burg, Université d’Amsterdam, La naissance de la police néerlandaise à l’époque napoléonienne

17 h 45 – 18 h 15 – Discussion

18 h 45 – Visite, réception et dîner à l’Hôtel de Ville de Bruxelles

Samedi 22 octobre 2011

Bruxelles, Académie royale de Belgique / Salle des Écuries

9 h 00 –

Se comprendre et se méprendre entre Européens

Présidence : Valérie André (Université libre de Bruxelles), J.-O. Boudon (Université Paris 4-Institut Napoléon)

Nicola Todorov, Université de Rouen, Le langage comme indicateur du brassage culturel sous l’Empire, l’exemple de l’Allemagne

Alexandra Petrowski, Université de Lille 3-IRHiS, Pratiques linguistiques et appartenances territoriales, les Flandres sous l’Empire

Pierre Horn, Université de Paris 4-Sorbonne et Saarland, Culture des élites françaises et cultures populaires dans les départements nord-orientaux du Premier Empire (Moselle, Forêts, Ourthe, Roër)

10 h 15 – 10 h 45 – Discussion et Pause

Andrzej Nieuwazny, Université Copernic, Varsovie, Les relations entre la « modernité à la Française » et la « polonité à l’ancienne » dans le Duché de Varsovie

Rafaël Zurita, Université d’Alicante, Sur la ligne de front : les normes et la survie de la population à Alicante pendant la guerre de l’Indépendance

Vanni Rugeri, Université de Perrugia, Entre César et Saint-Pierre. Le département du Trasimène et son clergé devant le serment napoléonien

12 h 00 – 12 h 30 – Discussion

Repas

13 h 45

Système impérial et géopolitique de l’Europe des peuples et des empereurs

Présidence : J.-P. Bertaud (Université de Paris 1-IHRF), Anna Maria Rao (Université de Naples)

Emilio La Para, Université d’Alicante, De l’alliance au changement de dynastie, l’Espagne et l’image européenne de Napoléon

Francesco Bonini, Université de Rome, Confins de l’Empire, Confins dans l’Empire. L’espace italien

Jérôme Louis, Institut Napoléon, Le despotisme turc : frein ou moteur de l’Europe Napoléonienne

Marie-Pierre Rey, Université de Paris 1, Napoléon versus Alexandre : confrontations des conceptions impériales et européennes ?

Annie Jourdan, Université d’Amsterdam, Le processus d’annexion à la France : le cas de la Hollande

16 h 00 – 17 h 00 – Conclusions

Coordination : Hervé Leuwers (Université de Lille 3-IRHiS), avec Sylvie Aprile (Université de Lille 3-IRHiS), David Bell (Université de Princeton), Jacques-Olivier Boudon (Université de Paris 4- Sorbonne, Institut Napoléon), Pierre Serna (Université de Paris 1, directeur IHRF), Philippe Raxhon (Université de Liège)

Un blog utilisant Hypothèses, plateforme de carnets de recherches