Archives de catégorie : Colloques, journées d’étude et conférences

Colloque “Vertu et politique” (Paris, 18-20 septembre 2014)

VertuPolitiqueVertu et politique : les pratiques des législateurs

 (1789-2014)

  

Colloque international

 Organisé par le Club des amis de l’Incorruptible (Assemblée nationale)

 la Société des études robespierristes et le programme ANR Actapol

 Sous la direction de Alain Tourret, Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers

 Paris – Assemblée nationale – Salle Victor Hugo

 Jeudi 18, vendredi 19 et samedi 20 septembre 2014

Argumentaire

Par une tradition qui remonte à l’Antiquité, le XVIIIe siècle s’est largement interrogé sur la nature, la nécessité politique et les formes de la vertu publique ; est-elle une spécificité du régime démocratique, ou doit-elle s’imposer à tout régime ? Doit-elle être une exception, ou doit-elle s’imposer partout ? Les protagonistes de la Révolution reprennent le questionnement et, dans leur construction d’un nouveau régime politique, ils envisagent d’emblée, dès 1789, la vertu publique comme une nécessité. La naissance de la république à l’automne 1792 confirme et renforce cette conviction ; l’entrée dans un régime d’exception, en 1793, ne la fait pas disparaître. Qui ne connaît le célèbre discours de Robespierre associant la vertu et la terreur, la première impuissante sans la seconde, la seconde funeste sans la première ? La vertu est au cœur même de l’attente politique des années 1790, même pendant cette période, aux limites incertaines, que l’historiographie nomme le plus souvent « la terreur ».

Pour autant, au-delà du cercle des historiens, le mot vertu n’est pas sans poser problème, la dimension politique du terme s’étant en partie effacée des mémoires. Il est vrai que les liens entre la vertu publique et les vertus privées sont étroits ; il est vrai aussi que le mot vertu revêt des acceptions en partie distinctes chez Robespierre, Saint-Just ou d’autres encore ; il ne repose pas forcément sur les mêmes fondements intellectuels. Concrètement, c’est entre autres dans la vie parlementaire que s’est exprimée l’exigence de vertu publique, dès lors que l’engagement politique des législateurs impliquait nombre de conséquences lourdes de sens. Comment concevoir et encadrer l’engagement d’un citoyen au service du Souverain ? Pour garantir son désintéressement, son service prioritaire du public, sa vertu donc, faut-il limiter ses pouvoirs, le nombre de ses mandats, la durée de son engagement ? Jusqu’où la parole et le geste du député sont-ils libres, couverts par l’« inviolabilité » décrétée dès 1789 et ancêtre de notre actuelle immunité parlementaire ? Comment concilier cette « inviolabilité » et le fait que la Constitution de 1791 autorise l’Assemblée à mettre en accusation l’un de ses membres pour des faits « criminels » ? S’agit-il ici simplement de mettre au jour des « affaires » douteuses et de poursuivre en justice des députés corrompus, ou bien est-ce là une possibilité d’aller bien au-delà pour peu que des faits et discours politiques soient criminalisés ? La meilleure sauvegarde d’un député résiderait-elle alors dans un silence prudent et une modération politique de bon aloi qui lui éviteraient de s’attirer les foudres de ses adversaires ? Enfin, dès lors que la vertu relève d’une exigence révolutionnaire, quelques cas de députés corrompus peuvent-ils suffire à jeter le discrédit sur leurs collègues et à faire naître en France les premiers germes d’un antiparlementarisme ?

Les questions sont posées. Elles ne le sont pas seulement pour le temps de la Révolution, mais pour l’ensemble des XIXe et XXe siècles. Constamment, elles sont reprises et évoluent au fil des régimes. Certes, pour étudier « l’engagement politique du législateur, le présent colloque entend interroger avant tout le moment clef de la Révolution française, mais il ne négligera pas pour autant les racines plus ou moins lointaines du mot « vertu » et ouvrira la réflexion sur quelques séquences des XIXe et XXe siècles au cours desquelles a resurgi cette question de la nécessaire vertu des législateurs.

Ce colloque est placé sous le haut patronage de Monsieur Alain Vidalies (député des Landes, ancien ministre), de Monsieur Alain Tourret (député du Calvados), de Monsieur Thierry Braillard (secrétaire d’Etat aux Sports), et des membres du Club parlementaire des amis de l’Incorruptible.

Comité scientifique : Sylvie Aprile (Université Charles de Gaulle – Lille 3), Haim Burstin (Université de Milan), Yves Déloye (Sciences-Po, Bordeaux), Annie Duprat (Université de Cergy-Pontoise), Lynn Hunt (Université de Californie, Los Angeles), Jean-Pierre Jessenne (Université Charles de Gaulle – Lille 3), (Peter McPhee (Université de Melbourne), Claude Mazauric (Normandie-Université, Rouen), Raymonde Monnier (CNRS), Timothy Tackett (Université de Californie, Irvine).

Comité d’organisation : Serge Aberdam (INRA Paris), Marc Belissa (Université Paris X Nanterre), Michel Biard (Normandie-Université, Rouen), Philippe Bourdin (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand), Jean-Claude Caron (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand), Alain Chevalier (Musée de la Révolution française, Vizille), Hervé Leuwers (Université Charles de Gaulle – Lille 3).

 

Jeudi 18, matin

9h : Discours d’accueil et ouverture.

9h20 : Conférence inaugurale, Michel Vovelle (professeur émérite d’Histoire, IHRF – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Le vice pendant la Révolution : représentations, désignations, fantasmes ».

Formuler la vertu comme exigence politique

·         9h50 : Marisa Linton (reader in History, Kingston University, Londres), « Les racines de la vertu politique et ses sens au XVIIIe siècle ».

·         10h10 : Philippe Bordes (professeur d’Histoire de l’Art moderne, Université Lyon 2), « La vertu chancelante : une relecture des exempla picturaux du XVIIIe siècle ».

·         10h30 : Céline Spector (professeure de Philosophie, SPH – Université Bordeaux Montaigne), « De la corruption en démocratie. Montesquieu ou les infortunes de la vertu ».

·         10H50 : débats puis pause

·         11h20 : Stéphanie Roza (docteur en Philosophie, Ater à l’Université de Grenoble), « Vertu privée vsvertu publique, dilemme du républicanisme rousseauiste ? ».

·         11h40 : Annie Jourdan (professeure d’Histoire à l’Université d’Amsterdam), « La vertu et lesFounding Fathers (1776-1799) ».

·         12h : François Fourn (docteur en Histoire) « La vertu sans la terreur : Le choix des socialistesfrançais au milieu du XIXe siècle ».

·         12h20-12h40 : débats

Jeudi 18, après-midi

 La Révolution française et la vertu (1). La vertu et la politique

·         14h20 : Malcolm Crook (professeur d’Histoire, Université de Keele), « Les hommes de la continuité ? La rééligibilité des législateurs en question (1791-1795) ».

·          14h40 : Michel Biard (professeur d’Histoire, GRHis – Normandie Université, Rouen), « Il est un temps où le silence est un acte de sagesse, il est aussi un temps où le silence est un acte de lâcheté ».

·         15h : Gaid Andro (docteure en Histoire, CERHIO – Université de Rennes 2), « Le vote par appel nominal, l’occasion d’afficher sa vertu ou de dissimuler ses choix ? »

·         15h20 : débats, puis pause

·         15h50 : Bernard Gainot (maître de conférences honoraire en Histoire, IHRF – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « La question de la représentation des colonies et l’intervention des groupes de pression (1789 – 1799) ».

·         16h10 : Dominique Godineau (professeure d’Histoire, CERHIO – Université de Rennes 2), « Surveiller la vertu ou tyranniser l’Assemblée ? Le rôle des tribunes publiques dans la pratique législative pendant la Révolution française ».

·         16h30 : Débats, puis brève pause

·         17h-18h : Table ronde : Robespierre et la vertu (Marc Belissa [maître de conférences HDR en Histoire, Université Paris X], Hervé Leuwers [professeur d’Histoire, Université de Lille 3], Claude Mazauric [professeur émérite d’Histoire, GRHis – Normandie Université], Marco Marin [chercheur en Histoire, Université de Trieste], Annie Geffroy [chercheuse, CNRS])

Vendredi 19, matin

 La Révolution française et la vertu (2). La vertu publique malmenée ?

·         9h : Serge Aberdam (docteur en Histoire, INRA), « Compter pour savoir ou bien pour frauder ? Le décompte des votes constituants de 1793, 1795 et 1800 ».

·         9h20 : Alexandre Guermazi (doctorant en Histoire, IRHIS – Université Lille 3), « Des citoyens parisiens en demande de vertu. Quand les législateurs se positionnent face au rappel des mandataires infidèles à leur mission. Paris, automne 1792-été 1793 ».

·         9h40 : Alain Cohen (docteur en Histoire), « Les Inspecteurs de la salle : un comité en charge de l’administration générale sous la Révolution française (1789-1795) ».

·         10h : Philippe Bourdin (Professeur d’Histoire, CHEC – Université Blaise-Pascal Clermont 2), « Les déclarations de fortune des conventionnels en l’an III-an IV ».

·         10h20 : débats, puis pause

·         10h50 : Richard Flamein (docteur en Histoire, GRHis – Normandie Université, Rouen),« “L’ambivalente vertu en matière de finance” : députés et lobbies financiers en Révolution ».

·         11h10 : Elisabeth Cross (doctorante en Histoire, Université de Harvard), « La corruption financière sous la Convention nationale : l’affaire de la Compagnie des Indes revisitée (1793-1794) ».

·         11h30 : Pierre Serna (professeur d’Histoire, IHRF – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « A qui sert, à quoi sert le mythe de la république des coquins du Directoire ? ».

11h50-12h10 : débats

Vendredi 19, après-midi

Corriger ou instrumentaliser le manque de vertu (XIX-XXe siècle) ?

 ·         14h30 : Alain Bonnet (professeur d’Histoire de l’Art, Université Pierre Mendès-France, Grenoble), « La vertu sur un piédestal. Les grands hommes et le culte de la Révolution dans la statuaire publique (seconde moitié du XIXe siècle) ».

·         14h50 : Cécile Guérin-Bargues (professeure de Droit public, CRJ Pothier – Université d’Orléans),« Immunités parlementaires : privilège d’un autre âge ou protection nécessaire ? ».

·         15h10 : Jean-Claude Caron (professeur d’Histoire, Chec – Université Blaise Pascal Clermont 2), « Vertus de la politique, vices du parlementarisme. Les critiques de la représentation élue dans la France du XIXe siècle ».

·         15h30-16h : débats, puis pause.

·         16h-17h : Table ronde : Quelle actualité de la vertu ? (Avec des élus. Animée par Gérard Leclerc, président de LCP, et Yves Déloye, professeur à Sciences-Po Bordeaux, centre Emile Durkheim)

·         18h : Représentation à l’hôtel de Clermont de la pièce Thermidor-Terminus. La mort de Robespierre d’André Benedetto, mise en scène de Roland Timsit, par la Compagnie Calvero. La pièce sera suivie d’un débat (d’environ une heure).

Samedi 20, matin

Corriger ou instrumentaliser le manque de vertu (XIXe-XXe siècle) ?

·         9h : Jean Garrigues (professeur d’Histoire, POLEN – Université d’Orléans), « Entre vertu et transgression : la Troisième République face aux scandales fin de siècle ».

·         9h20 : Frédéric Monnier (professeur d’Histoire, Centre N. Elias – Université d’Avignon), « Front populaire et vertu ? Socialistes et communistes français face à la corruption (1928-1939) ».

·         9h40 : débats, puis pause

·         10h10 : Nathalie Dompnier (professeure en Sociologie politique, Triangle – Université Lumière Lyon II), « Une croisade contre l’individualisme et la décadence : les vertus du maréchal Pétain ».

·         10h30 : Noëlline Castagnez (maîtresse de conférences d’Histoire, POLEN –  Université d’Orléans), « Les espoirs déçus de la Libération : épurer et rénover la République au Parlement (1944-1953) ».

·         10h50 : Fabien Conord (maître de conférences d’Histoire, CHEC – Université Blaise-Pascal Clermont 2), « Vertu et politique, de la Libération aux années 2000 ».

·         11h10-11h30 : débats

·         11h30-12h : Conclusion

 Les inscriptions seront ouvertes sur cette page à partir du 16 juin 2014.

Colloque “Les révolutions. Un moment de relecture du passé” (Lille, 5 et 6 décembre 2013)

Junius-Brutus-par-JaninetLes révolutions

Un moment de relecture du passé

Colloque organisé par l’UMR-CNRS IRHiS (Lille 3)

la Société des Etudes Robespierristes

la Société de 1848

CALHISTE (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis)

avec le soutien de l’ANR ACTAPOL

Lille 3 (locaux de l’IRHiS)

Jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2013

 

Dans l’approche comparée des révolutions, deux thématiques en partie articulées ont particulièrement suscité les réflexions, dans un mouvement qui paraît avoir été récemment encouragé par les insurrections des pays arabes :

–          La première est celle des modalités et des étapes de la rupture. La rupture est alors étudiée dans sa spécificité révolutionnaire (Paris, octobre 2010), par l’examen de l’iconoclasme révolutionnaire (Paris, novembre-décembre 2012), ou de l’entrée en Révolution (Aix, juin 2012) ou en République (Paris, septembre 2012), voire, à l’opposé, approchée par l’étude de la sortie de la Révolution (Harvard, avril 2012) ou des liens entre violence et conciliation (Paris, janvier 2007). La démarche permet d’insister sur les conditions politiques, culturelles et sociales de la rupture, ou sur ses perceptions et sa mémoire.

–          Par une forme de prolongement, la seconde thématique tente, par-delà la diversité des mouvements observés, d’étudier les enchaînements et leurs interactions (Armitage, Subrahmanyam, 2009) ou leur postérité (Lille-Bruxelles, octobre 2011), tant par l’étude des « passeurs » de Révolution (Rouen, janvier 2013), que par l’analyse des circulations d’idées et de théories (Marne-la-vallée, juin 2013) ou par l’examen de l’écriture et de la publication de la mémoire des révoltes et révolutions (Clermont-Ferrand, septembre 2005 ; Caen, octobre 2011).

A l’intersection de ces deux perspectives, la rencontre de Lille souhaite engager une réflexion sur la manière dont les moments révolutionnaires, des années 1750 à nos jours, se construisent par une inévitable relecture de l’histoire et du présent qui s’achève. C’est la construction d’un discours historique ou politique destiné à convaincre et à donner une nouvelle lecture du passé qui sera au cœur des analyses.

Comment, dans un moment de rupture, choisit-on de définir comme obsolètes certains des caractères de la période que l’on prétend clore ? Par quels arguments peut-on imposer l’idée d’une césure historique majeure, et ainsi accompagner la réalisation d’un mouvement révolutionnaire immédiat ou futur ? Il s’agit d’observer l’effort de construction de la rupture, d’abord par les contemporains – qu’ils soient auteurs, politiques ou acteurs populaires du changement – qui vivent, pensent ou construisent l’événement par une interprétation et une réécriture du passé ; mais aussi d’observer l’effort de construction de la rupture par les premiers observateurs d’une révolution accomplie.

 

Jeudi 5 décembre, 9 h 30

 

Introduction

Hervé Leuwers, Université Lille 3

Sylvie Aprile, Université Lille 3

 

1. Relire la Révolution passée… pour l’avenir

Rapporteur : Louis Hincker, Université de Valenciennes

Veronica Granata (Université de Liège), Comprendre les origines de la Révolution pour agir sur l’histoire de demain. Les enjeux du débat sur les Lumières dans la première moitié du XIXe siècle

Jean-Numa Ducange (Université de Rouen), Vulgariser l’histoire révolutionnaire, un défi pour l’avenir (France, pays germaniques ; 1880-1900)

Roman Krakovsky (docteur EHESS), Histoire et mémoire dans la transition vers le communisme en Europe centrale

Rafael Pedemonte (doctorant Paris 1), Cuba en quête d’identité révolutionnaire. De l’ambiguïté idéologique à l’adoption d’une ligne prosoviétique (1959-1971)

 

Jeudi 5 décembre, 14 h

2. Relire les révolutions en révolution

Rapporteur : Sabine Dullin, Université Lille 3

Francesco Dendena (Post-doc EHESS), Un puritain parmi les Montagnards. Rééditer les mémoires du régicide anglais Edmund Ludlow en l’an II

Philippe Darriulat (Sciences-Po Lille), Les trois glorieuses au miroir de la Révolution française

Alexandre Dupont (doctorant Paris 1 et Casa de Velázquez), « C’est l’implacable logique du mal ». Quand les contre-révolutionnaires Français interprètent la Révolution espagnole de septembre 1868

Etienne Peyrat (doctorant IEP/Lille 3), L’ancien régime vu de Sirius : la révolution de 1917 dans la communauté russe de Perse du Nord

Alexandre Tchoudinov (Institut de l’Histoire universelle, Académie des sciences de Russie), Justifier la collectivisation soviétique par la Révolution française

 

Vendredi 6 décembre, 9 h.

3. Justifier la Révolution par l’histoire

Rapporteur : Michel Biard, Université de Rouen

Frédéric Bidouze (Université de Pau), Le moment révolutionnaire contre les parlements (1787-1789). Une relecture de l’histoire des résistances françaises

Marc Deleplace (Université Paris-Sorbonne), La monarchie au tribunal de la Révolution. Relecture de l’histoire et débat politique

Vladislava Sergienko (Université Moscou), La rupture avec l’ordre antérieur dans le discours des monarchiens

Anna Karla (Université de Cologne), Pratiques éditoriales et stratégies narratives des Mémoires sur la Révolution française (1790-1830)

Armelle Enders (Université Paris-Sorbonne), La Révolution de 1930 au Brésil et la légende noire de la première république

 

Vendredi 6 décembre, 14 h.

4. Relecteurs et prophètes

Rapporteur : Pierre Serna, Université Paris 1

Erica Mannucci (Université de Milan), La rupture sans solution de Sylvain Maréchal

Annie Jourdan (Université d’Amsterdam), Un projet d’histoire de la Révolution française par un contemporain américain : Joël Barlow, témoin actif des événements

Florent Brechet (doctorant Université Lyon 3), Chateaubriand et les révolutions : des relectures successives du passé et du présent

Edward Castleton (MSHE-Université de Franche-Comté), Décrire la Révolution pour la maîtriser, le cas de Pierre-Joseph Proudhon

Vincent Robert (Université Paris 1), L’Empire sur les ruines de la monarchie et de la république. Adolphe Granier de Cassagnac

 

Conclusions :

Philippe Bourdin, Université de Clermont-Ferrand II

 

Coordination : Sylvie Aprile, Hervé Leuwers

Comité d’organisation : Sylvie Aprile, Michel Biard, Laurent Brassart, Sabine Dullin, Louis Hincker, Maxime Kaci, Hervé Leuwers, Mélanie Traversier.

Comité scientifique : Philippe Bourdin, Jean-Claude Caron, Veronica Granata, Peter Holquist, Jean-Pierre Jessenne, Tamara Kondratieva, Annick Lempérière, Antoine Marès, Philippe Raxhon, Pierre Serna, Pierre Vermeren.

 

Colloque : “Les passeurs d’idées politiques nouvelles”

Passeurs

_

Les passeurs

d’idées politiques nouvelles

“au village”, de la Révolution

aux années 1930

Colloque, Clermont-Ferrand, 20-21 juin 2013

Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru

Entrée libre

 

 

ARGUMENTAIRE :

S’interroger sur les « passeurs » de la modernité, qu’ils soient récepteurs, producteurs ou coproducteurs de ces idées nouvelles, permet de dépasser une approche conceptuelle de l’histoire des représentations en se situant au croisement de la « nouvelle histoire politique » et d’une histoire sociale qui fait la part belle à la notion de lien social et aux jeux d’acteurs à l’échelle communale. Le présent colloque porte sur les « passeurs d’idées » dans les sociétés locales. Ne cherchant pas à aboutir à une géographie des « courtiers locaux du politique » ni à une typologie des modes de médiation, nous nous proposons de réinvestir le dossier de la politisation « au village » à l’aune des travaux de jeunes chercheurs travaillant sur les XVIIIe, XIXe et XXe siècles français. Qui porte les idées politiques nouvelles « au village » ? Quelles sont leurs pratiques et stratégies ? Quelles difficultés rencontrent-ils ?

Par-delà les interprétations « ascendante » ou « descendante » de la politisation des campagnes, il conviendra aussi de s’interroger sur le degré de recomposition, par les « passeurs » locaux, des idées qu’ils reçoivent, et sur les enjeux de cette reformulation. Les principes qu’ils diffusent sont-ils semblables à ceux qui sont portés par les élites politiques, notamment parisiennes ? Les réseaux d’acteurs et les sociabilités induites feront également l’objet d’une attention particulière.

Enfin, nos travaux porteront sur l’auto-production d’un discours sur l’engagement local, qu’il soit contemporain du temps de l’action militante ou non. Le questionnement de ces réécritures sur soi permettra de mieux déterminer les postures jugées constitutives, par les acteurs-auteurs eux-mêmes, de leur incarnation locale des idées nouvelles. Il permettra également de se demander si la production et la médiation d’idées nouvelles n’ont pas pu être, parfois, le fruit d’une mise en adéquation entre l’attente locale d’un message nouveau et l’expérience tactique d’un acteur (singulier ou collectif). Ce protagonisme, enfin, pose en creux le problème de la réinterprétation du passé par des auteurs qui restituent un monde auquel ils n’appartiennent plus afin de légitimer un engagement révolu ou toujours d’actualité.

 

PROGRAMME :

Jeudi 20 juin

9h : accueil des participants

9h15 : Éric Lysøe (dir. École doctorale) et Philippe Bourdin (dir. C.H.E.C.) : mots d’accueil

9h30 : Julien Bouchet et Côme Simien : Pour une nouvelle approche de la politisation des campagnes.

 

Première session : Les voix de la politisation                              

 

I. Être un passeur : mobilisation d’un capital social et quête de (re-)légitimation

Modération : Vincent Flauraud

9h50 : Boris Deschanel (Université Paris-1) : Passeurs d’idées, passeurs de biens : les commerçants et la politisation des villages dauphinois, de la Révolution à la Restauration.

10h10 : Guillaume Colot (Université Clermont-2) : Jean-Baptiste Py, curé constitutionnel d’Effiat (Puy-de-Dôme) ou comment un curé de campagne fait passer la nouvelle organisation du clergé à travers la correspondance adressée à l’abbé Grégoire et à ses collègues parisiens (1795-1802).

10h30 : Discussion

10h45 : Pause

 

II. Des passeurs-traducteurs ou des passeurs-producteurs ? Formulations, reformulations et vulgarisations

Modération : Philippe Bourdin

11h : Vivien Faraut (Université de Nice) : “Les lettres aux électeurs” dans le processus de diffusion des idées libérales sous la Restauration.

11h20 : Jean-Charles Buttier  (Université Paris-1) : Catéchismes politiques et politisation des paysans.

11h40 : Émilie Delivré  (Université de Trente) : Catéchismes politiques et politisation fondamentale dans les campagnes allemandes du long XIXe siècle, ou comment faire “passer la modernité” par un support traditionnel.

12h00 : Discussion

 

Deuxième session : Stratégies de passeurs et formes du passage              

 

I. S’approprier et diffuser

Modérateur : Jean-François Chanet

14h30 : Côme Simien (Université Clermont-2) : Les interprètes de la Révolution ? Les instituteurs de langue française dans les villages bretons et alsaciens (an II – an IV).

14h50 : Sébastien Pivoteau (Université Clermont-2) : Mener la “guerre aux châteaux” dans le Cantal en Révolution. Réflexions sur les conditions d’un passage à l’acte subversif.

15h10 : Mattieu Piron (Université Lyon-2) : Défendre la Révolution au village : jeux politiques et stratégies sociales. Discours et pratiques politiques en Haute-Bretagne rurale (1788-1791).

15h30 : Discussion

15h45 : Pause

 

II. Les formes de la résistance : penser et pratiquer l’opposition « au village »

Modération : Jean-Claude Caron

16h00 : Alexandre Frondizi (Sciences-Po) : Les journées de juin 1848 à la Goutte-d’Or : l’insurrection au “quartier”, l’insurrection au “village” ?

16h20 : Jean-Noël Tardy (Université Paris-1) : Des conspirateurs au village. La société secrète, obstacle ou vecteur des idées nouvelles sous la Seconde République ? L’exemple de Suze-la-Rousse (Drôme).

16h40 : Discussion

Vendredi 21 juin

 

III. Trouver des relais, organiser un réseau de passeurs

Modération : Nathalie Ponsard

9h : Julien Bouchet (Université Clermont-2) : Des passeurs dépassés ? La difficile implantation locale des “Bleus de Bretagne” (1899-1914).

9h20 : Jean-Étienne Dubois (Université Clermont-2) : L’échelon communal au centre des tentatives d’organisation de la droite républicaine dans le Puy-de-Dôme dans le premier tiers du XXe siècle (de l’Action libérale populaire au Parti républicain fédéral).

9h40 : Guillaume Quashie-Vauclin (Université Paris-1) : Les jeunes de l’UJAF, passeurs ou héritiers du communisme rural ?

10h00 : Discussion

10h15 : Pause

 

Troisième session : Justifier un engagement par la convocation du passé

Modération : Jean-Philippe Luis

10h30 : Pierre-Marie Delpu (Université Paris-1) : De la petite patrie à la mobilisation pour Naples : le rôle politique du souvenir de Murat dans le Lot dans les années 1850.

10h50 : Lisa Bogani (Université Clermont-2) : Écrire les répercussions du coup d’État de décembre 1851. Devoir de mémoire, devoir de propagande : l’exemple des Souvenirs de Blaise Lavelle.

11h10 : Gwenn Gayet (Université Clermont-2) : Georges Arnoult (député, 1876-1885) ou les jeux d’un acteur républicain : de la politisation des campagnes bigoudènes aux objets d’art.

11h30 : Discussion

 

Renseignements pratiques : 

Secrétariat du Centre d’Histoire “Espaces et Cultures”

Tél : 04 73 34 68 48

Mail : chec@univ-bpclermont.fr

Site : www.univ-bpclermont.fr/chec

Appel à communication “Les révolutions, un moment de relecture du passé” (Lille, 2013-2014)


Les révolutions : un moment de relecture du passé

La rupture politique par l’argumentation historique 

(XVIIIe-XXIe siècle)

Lieu : Lille (IRHiS Lille 3 et MESHS)

6-7 décembre 2013 et 22-23 mai 2014

Colloque organisé par l’UMR IRHiS (Lille 3), la MESHS, la Société des études robespierristes et la Société de 1848

Avec le soutien de CALHISTE (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis) et de l’UMR IRICE (Paris 1)

 

Coordination : Sylvie Aprile, Hervé Leuwers

Comité d’organisation : Sylvie Aprile, Michel Biard, Laurent Brassart, Sabine Dullin, Louis Hincker, Maxime Kaci, Hervé Leuwers, Mélanie Traversier.

Comité scientifique : Philippe Bourdin, Jean-Claude Caron, Veronica Granata, Peter Holquist, Jean-Pierre Jessenne, Tamara Kondratieva, Annick Lempérière, Antoine Marès, Philippe Raxhon, Pierre Serna, Pierre Vermeren.

 

Depuis quelques années, dans l’approche comparée des révolutions, deux thématiques en partie articulées ont particulièrement suscité les réflexions, dans un mouvement qui paraît avoir été récemment encouragé par les insurrections des pays arabes :

–          La première est celle des modalités et des étapes de la rupture. La rupture est alors étudiée dans sa spécificité révolutionnaire (Paris, octobre 2010), par l’examen de l’iconoclasme révolutionnaire (Paris, novembre-décembre 2012), ou de l’entrée en Révolution (Aix, juin 2012) ou en République (Paris, septembre 2012), voire, à l’opposé, approchée par l’étude de la sortie de la Révolution (Harvard, avril 2012) ou des liens entre violence et conciliation (Paris, janvier 2007). La démarche permet d’insister sur les conditions politiques, culturelles et sociales de la rupture, ou sur ses perceptions et sa mémoire.

–          Par une forme de prolongement, la seconde thématique tente, par-delà la diversité des mouvements observés, d’étudier les enchaînements et leurs interactions (Armitage, Subrahmanyam, 2009) ou leur postérité (Lille-Bruxelles, octobre 2011), tant par l’étude des « passeurs » de Révolution (Rouen, janvier 2013), que par l’analyse des circulations d’idées et de théories (Marne-la-vallée, juin 2013) ou par l’examen de l’écriture et de la publication de la mémoire des révoltes et révolutions (Clermont-Ferrand, septembre 2005 ; Caen, octobre 2011).

A l’intersection de ces deux perspectives, les rencontres de Lille souhaiteraient susciter une réflexion sur la manière dont les moments révolutionnaires, des années 1750 à nos jours, se construisent par une inévitable relecture de l’histoire et du présent qui s’achève. Parallèlement à l’Ecriture d’une histoire immédiate (Bourdin, dir., Clermont-Ferrand, PU Blaise-Pascal, 2008), c’est la construction d’un discours historique ou politique argumenté, destiné à convaincre et à donner une nouvelle lecture du passé qui est alors au cœur de l’analyse. Par-delà la rupture proclamée, par-delà la question de la circulation des mémoires ou des expériences de la Révolution, il s’agirait de concentrer les interrogations autour de deux thèmes :

1. Comment, dans un moment de rupture, choisit-on de définir comme obsolètes certains des caractères de la période que l’on prétend clore ? Par quels arguments peut-on imposer l’idée d’une césure historique majeure, et ainsi accompagner la réalisation d’un mouvement révolutionnaire ? Il s’agit de l’effort de construction de la rupture, d’abord par les contemporains – qu’ils soient auteurs, politiques ou acteurs populaires du changement – qui vivent, pensent ou construisent l’événement par une interprétation et une réécriture du passé. Les études pourraient notamment porter sur la manière dont le moment d’avant prend forme par les mots qui le désignent (Ancien Régime, autocratie…), mais aussi par ceux par lesquels on prétend donner sens à l’ordre nouveau qui se crée, ou sur la manière dont certaines utopies (More, Campanella…) sont éventuellement réévaluées, réinterprétées ou réappropriées. Elles pourraient également se concentrer sur la manière dont s’amplifie ou se transforme la critique des institutions et des pratiques politiques de l’ordre antérieur, mais aussi ses comportements sociaux, ou encore ses critères de distinction sociale et culturelle. La question pourrait être élargie aux premiers observateurs de la Révolution accomplie, chez qui la réécriture du passé est particulièrement décisive, qu’ils tentent de penser l’usage des archives ou/et d’écrire l’histoire.

2. Mais l’effort de construction de la rupture n’est pas sans difficulté ; pour l’acteur de l’événement, pour son observateur des lendemains, l’effort achoppe sur de possibles permanences institutionnelles, sociales ou culturelles. Mises en mots et argumentées, elles ne sont pas sans enjeux historiques et politiques. Pour l’historien se pose alors la question des permanences réelles ou illusoires. L’attention traditionnelle aux causes ou aux origines des révolutions ne conduit-elle pas souvent à souligner leur inscription dans l’histoire en rappelant les multiples précédents aux transformations qu’elles accomplissent ? A posteriori, par la lecture d’événements révolutionnaires qui paraissent reprendre des chantiers de réforme inaboutis, l’historien n’est-il pas parfois tenté de donner sens aux expériences inachevées en les transformant en précédents ? C’est toute la question du passage du réformisme à la révolution qui est posée… L’analyse de ces précédents, cependant, ne relève pas de l’évidence : faut-il y voir des expériences qui annoncent les bouleversements à venir, ou insister au contraire sur les transformations de leurs enjeux et de leurs modalités à l’occasion des événements révolutionnaires ? En d’autres termes, dans quelle mesure peut-on inscrire les bouleversements révolutionnaires dans une dynamique de réforme qui peut précéder l’événement ? En quoi les révolutions peuvent-elles donner des significations différentes aux réformes qui ont pu être envisagées avant elles ?

Les études que devraient susciter cet appel à contributions se structureront, inévitablement, autour de quelques moments révolutionnaires : les révolutions de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle (Europe, Amérique), de 1848 ou la révolution russe de 1917. Pour autant, les organisateurs souhaiteraient intégrer dans les deux rencontres lilloises des analyses portant sur d’autres mouvements qui, par leurs spécificités, pourraient en retour enrichir les réflexions d’ensemble sur la question.

Les propositions sont à adresser, sous forme d’un bref texte (2 000 signes environ) accompagné d’une courte bio-bibliographie pour le 30 avril 2013 aux organisateurs :

Sylvie Aprile et Hervé Leuwers

 

Appel à communication : “Les passeurs d’idées politiques” (Clermont-Ferrand, 20-21 juin 2013)

Les passeurs d’idées politiques nouvelles « au village », de la Révolution française aux années 1930

 

Cette manifestation scientifique se donne pour objectif de réinterroger une partie des problématiques liées à la médiation politique « au village ». Elle s’adresse prioritairement aux doctorants et jeunes docteurs.

Partant des travaux de Reinhart Koselleck sur le temps, spécifiquement de son ouvrage  sur le Futur passé, François Hartog montre que le « régime moderne » d’historicité inauguré en France par la rupture révolutionnaire, a favorisé la diffusion d’idées politiques nouvelles. En effet, quand le présent est considéré comme un futur à accomplir, l’apparition de conceptions théoriques neuves, qu’elles soient civiques (la fraternité), juridiques (la République), sociales (l’égalité) ou économiques (le communisme), devient une matrice du devenir historique.

S’interroger sur les « passeurs » de la Modernité, qu’ils soient récepteurs, producteurs ou coproducteurs de ces idées nouvelles, permet de dépasser une approche conceptuelle de l’histoire des représentations en se situant au croisement de la « nouvelle histoire politique » et d’une histoire sociale qui fait la part belle à la notion de lien social et aux jeux d’acteurs à l’échelle communale. La présente journée d’étude porte sur les « passeurs d’idées » dans les sociétés locales. Ne cherchant pas à aboutir à une géographie des « courtiers locaux du politique » ni à une typologie des modes de médiation, nous nous proposons de réinvestir le dossier de la politisation « au village » à l’aune des travaux de jeunes chercheurs travaillant sur les XVIIIe, XIXe et XXe siècles français. Qui porte les idées politiques nouvelles « au village » ? Quelles sont leurs pratiques et stratégies ? Celles-ci suscitent des protestations et des contestations qu’il conviendra par ailleurs de repérer, à l’image de celles auxquelles se heurte Pierre Vaureix, un fervent jacobin nommé instituteur à Beaumont (Puy-de-Dôme) en 1790. Les jours d’arrivée du courrier, une petite foule envahit sa demeure afin « d’entendre la lecture » des journaux parisiens auxquels il est abonné. En germinal an II il est chargé de se rendre dans le village voisin pour « prêcher le républicanisme, l’amour de la patrie et de ses lois ». Arrivé sur place avec d’autres patriotes, l’instituteur trouve déserte l’église où il devait prendre la parole. Dans les rues, il rencontre en revanche de nombreux adultes qui s’enferment ostensiblement chez eux à l’approche de la délégation jacobine. De retour à l’église, un attroupement les prend à partie : « foutue canaille qui (prêche) cette maudite religion des patriotes » au lieu du catéchisme « bien meilleur » autrefois diffusé.

Par-delà les interprétations « ascendante » ou « descendante » de la politisation des campagnes, il conviendra aussi de s’interroger sur le degré de recomposition, par les « passeurs » locaux, des idées qu’ils reçoivent, et sur les enjeux de cette reformulation. Les principes qu’ils diffusent sont-ils semblables à ceux qui sont portés par les élites politiques, notamment parisiennes ?

Les réseaux d’acteurs et les sociabilités induites ne devront pas être écartés. Au début du XXe siècle, l’apparition de comités politiques associant la lutte anticléricale à des revendications sociales émancipatrices (réduction du temps de travail, retraites) est le plus souvent motivée par une volonté d’organisation du militantisme local. En cela, elle atteste de la politisation de citoyens actifs alors en concurrence avec les détenteurs de l’autorité « traditionnelle » (notables, curés). Il en va ainsi du comité républicain socialiste de Brenat, fondé en janvier 1904 par 32 des 593 habitants de cette commune du Puy-de-Dôme, qui reste en contact étroit avec le député radical-socialiste de la circonscription d’Issoire. Cette organisation est elle-même issue du « groupe socialiste » constitué en 1903 à l’initiative du cultivateur libre-penseur Pradier en vue de l’élection du maire de Sauxillanges au conseil général du Puy-de-Dôme.

Enfin, nos travaux porteront sur l’auto-production d’un discours sur l’engagement local, qu’il soit contemporain du temps de l’action militante ou non. Le questionnement de ces réécritures sur soi permettra de mieux déterminer les postures jugées constitutives, par les acteurs-auteurs eux-mêmes, de leur incarnation locale des idées nouvelles, et par là même de mieux comprendre, par exemple, la mue progressive de la notabilité du « coq de village ». Il permettra également de se demander si la production et la médiation d’idées nouvelles n’ont pas pu être, parfois, le fruit d’une mise en adéquation entre l’attente locale d’un message nouveau et l’expérience tactique d’un acteur (singulier ou collectif). Ce protagonisme, enfin, pose en creux le problème de la réinterprétation du passé par des auteurs qui restituent un monde auquel ils n’appartiennent plus afin de légitimer un engagement révolu ou toujours d’actualité. Les « paroles et écrits » des victimes du coup d’État du 2 décembre 1851 peuvent sur ce point constituer des témoignages de premier ordre. C’est le cas des mémoires de Blaise Lavelle, un peintre thiernois qui, plus de trente ans après les faits, écrit ses Souvenirs d’un ricochet du coup d’État de décembre 1851 ; des faits qui sont à l’évidence romancés par un auteur qui cherche tout autant à glorifier son action et sa conduite qu’à atténuer la gravité des actes de résistance dont il fut témoin et acteur.

Les propositions de communication (entre 1 500 et 2 000 signes) sont à adresser aux deux coordinateurs : Julien Bouchet et Côme Simien avant le 15 février 2013.

La manifestation se tiendra à Clermont-Ferrand les 20 et 21 juin 2013.

Elle donnera lieu à une publication.

Comité scientifique : Philippe Bourdin (Pr. Clermont-2), Jean-Claude Caron (Pr. Clermont-2),Jean-François Chanet (Pr. Lille-3 et IEP), Vincent Flauraud (Mcf. Clermont-2) et Jean Vigreux (Pr. Université de Bourgogne).

Comité d’organisation : Jeune Equipe du C.H.E.C. (Centre d’Histoire Espaces et Cultures – Université Blaise Pascal – Clermont 2) : Thomas Aréal, Lisa Bogani, Julien Bouchet, Marie Delpy, Amandine Fauchon, Oriane Hébert, Aurélia Jandot-Bortolin, Côme Simien.

Journée d’étude “Passeurs de Révolution”, Rouen, 14 janvier 2013

“Passeurs de Révolution”

Journée d’étude organisée par le GRHis et la Société des études robespierristes

Maison de l’Université – Université de Rouen
Mont-Saint-Aignan, France (76)

14 janvier 2013

 

Plusieurs ouvrages et travaux historiographiques ont fait état des principaux débats et lignes de clivage quant aux interprétations de la Révolution française au cours des XIXe et XXe siècles. Celles-ci sont le plus souvent analysées en fonction des principaux ouvrages et productions écrites de quelques grandes figures, historiens et hommes politiques en tout premier lieu. L’attention a été beaucoup moins importante à l’égard de toute une série d’hommes et de femmes de second plan, souvent peu connu(e)s voire anonymes, mais qui ont joué un rôle décisif dans la transmission d’une tradition d’interprétation sur le long terme. La présente journée vise à exposer le bilan de quelques recherches récentes ayant analysé ces groupes politiques et sociaux porteurs d’un héritage assumant une lecture singulière de la Révolution française en rapport avec les enjeux politiques de leur temps.

Une attention particulière sera réservée aux supports matériels et concrets : les écoles de formation politiques et les matériaux qui leurs sont liés, les éditeurs et directeurs de collection ayant réédité des textes révolutionnaires, entre autres. Essentiellement centrée sur l’espace francophone, la journée livrera également des éclairages sur des « passeurs » présents dans d’autres pays afin de comprendre les réceptions et interprétations croisées de l’héritage révolutionnaire à l’étranger. 

Organisateurs : Jean-Numa Ducange et Michel Biard – Société des études robespierristes et GRHis-Université de Rouen.

Introduction

10 h : Jean-Numa Ducange (Maître de conférences, Histoire contemporaine, Université de Rouen), « 1789 à l’époque contemporaine, de l’Atlantique à l’Oural… ».

 Transmettre la Révolution : exilés et militants au XIXe siècle

10 h 20 : Philippe Darriulat (Professeur, Histoire contemporaine, IEP Lille), « Les républicains et 1793 : Laponneraye et quelques autres (1830-1850) »

10 h 50 : Sylvie Aprile (Professeure, Histoire contemporaine, Université Lille 3),  « Littérature d’exil et écriture de la Révolution française : des voix particulières ? »

11 h 20 : Guillaume Mazeau (Maître de conférences, Histoire moderne, IHRF-Paris 1), « Les droites contre-révolutionnaires et leurs publics (fin XIXe-début XXe) »

11 h 50 – 12 h 30 : Discussion

1789 et les gauches au XXe siècle

14 h : Marco Di Maggio (Docteur en histoire, Université de la Sapienza, Rome), « La culture communiste et la Révolution française : histoire intellectuelle comparée France – Italie ».

14 h 30 : Julien Hage (Docteur en histoire, ATER à l’Université de Bourgogne), « La Révolution française, entre redécouverte et réinvention : un argument pour la nouvelle extrême gauche ? »

15 h : Michael Scott Christofferson (Associate Professor, histoire contemporaine, Adelphi University), « Les “passeurs” du “dépasseur” : les historiens américains de la Révolution et François Furet ».

15 h 30 : pause

15 h 45 – 16 h 30 : discussion

Conclusion

16 h 30 – 17 h : Michel Biard.

 

Contact : Jean-Numa Ducange

Appel à communications : journée d’études “Direction et organisation des troupes de théâtre” (Vizille, 6 octobre 2013)

Appel à communications

Journée d’étude, Vizille, Musée de la Révolution française, 16 octobre 2013

Organisée avec le soutien de la Société des études robespierristes

Direction et organisation des troupes de théâtre dans les provinces françaises et les territoires conquis sous la Révolution et l’Empire

 

Le projet ANR Therepsicore, mené par une équipe pluridisciplinaire constituée d’historiens de la Révolution et de l’Empire rattachés au CHEC (Clermont-Ferrand) et de littéraires spécialistes des théâtres français et étrangers de la période rattachés au CELIS (Clermont-Ferrand) et au CELLF 17e-18e siècles (Paris IV), s’intéresse aux salles, au personnel des troupes provinciales et à leurs répertoires respectifs entre 1791 et 1813 – sans oublier les départements créés ou annexés dans l’espace germanique et les Républiques sœurs. Il permettra à terme, notamment grâce à une base de données en cours de réalisation, de mieux appréhender les conditions de représentation (création et fermeture de salles, composition et itinérance des troupes, liens avec les autorités locales et les troupes d’amateurs…), la construction des carrières individuelles et la nature des répertoires et de leur réception. Après une première journée d’étude consacrée à la traduction et à l’adaptation des répertoires étrangers durant la période considérée (Moulins, Centre National du Costume de Scène, 13 novembre 2012), les porteurs du projet organisent une deuxième rencontre, cette fois au Musée de la Révolution (Vizille, le 16 octobre 2013), consacrée à la direction et à l’organisation des troupes de théâtre dans les provinces françaises et les territoires conquis sous la Révolution et l’Empire.

L’Ancien Régime a vu se développer de multiples formes de troupes, depuis les structures purement familiales jusqu’aux grands trusts en passant par les compagnies autogérées et les sociétés d’amateurs. Comment ont-elles résisté, évolué, comment se sont-elles éventuellement démultipliées sous la Révolution à la faveur de la déréglementation de 1791 ? Comment ce tissu s’est-il rétracté sous l’effet des législations impériales, ou développé en fonction des territoires conquis ? Quels ont été les rythmes des fondations, des tournées, les conditions de représentation ?

Cette journée s’intéressera particulièrement :

– à la figure du directeur de troupe professionnelle et/ou d’amateurs. Personnage central de la vie théâtrale, il doit sa responsabilité au choix des autorités (municipales, départementales, quand il ne dispose pas de soutiens plus haut placés). À lui – ou à elle – revient la responsabilité du recrutement des artistes et des personnels, de l’établissement de la programmation et des tournées, de la fixation des prix des places. La Révolution voit-elle apparaître une nouvelle génération d’entrepreneurs ? Quels sont leurs capacités artistiques et financières ? Comment se construit leur réputation (circulation, passage par l’étranger, rôle des critiques) ? Quels liens et quels rapports entretiennent-ils avec la troupe ? Peut-on distinguer véritablement les appellations et les fonctions d’entrepreneur, de directeur, de régisseur ? Quels sont leurs rapports avec les sociétés d’actionnaires qui gèrent quantité de théâtres provinciaux ?

– aux troupes d’amateurs. Quelles sont les dates et les conditions de leur fondation ?  Sont-elles liées à d’anciennes sociétés bourgeoises ou populaires ? Sont-elles créées par des clubs politiques ou au sein de l’armée ? Quels règlements imaginent-elles ? Quelle est leur sociologie, leur évolution dans le temps ? Les théâtres des collèges et les troupes d’enfants sont-ils initiés par d’anciens jésuites ? Sont-ils spontanément créés par des adolescents, sur les modèles du monde amateur adulte ? Par des sociétés populaires d’enfants ? Fonctionnent-ils exclusivement localement ou pratiquent-ils des tournées ?

– aux conflits : à ceux qui s’élèvent au sein des troupes, entre directeurs, artistes et employés, ou entre les artistes et le public ; aux oppositions entre directeurs privilégiés et directeurs autorisés ; aux conflits d’intérêt entre les propriétaires de salles et les autorités élues en charge de la police des spectacles ou de l’urbanisme ; aux contradictions qui émergent entre les volontés officielles d’établir des troupes de théâtre dans les territoires conquis et l’existence de formations locales – y compris patriotiques – ; etc.

– aux récits de vie et aux témoignages liés à ces expériences théâtrales – Mémoires, autojustifications, articles de presse, etc.

Les propositions de communications sont à envoyer le 15 mai 2013 au plus tard à Philippe Bourdin ou à Françoise Le Borgne .

Colloque “1792, entrer en République” (Paris, 20-21 septembre 2012)

Organisé par l’ANR Actapol (IHRIS Lille-GRHis Rouen-CHEC Clermont-Ferrand), l’IHRF (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne) et la Société des études robespierristes.

ATTENTION : en raison du grand nombre d’inscrits au colloque, la journée du 21 septembre ne se tiendra pas au Centre Panthéon de l’Université Paris I, mais dans les Grands Salons de la Sorbonne, au 47 rue des écoles. Se munir du carton d’invitation téléchargé sur notre site. 

Lieu : Auditorium de l’Hôtel-de-Ville de Paris (le 20) et Grands salons de la Sorbonne, 47 rue des écoles (le 21).

Pour commémorer le 220e anniversaire de la Première République, le présent colloque entend interroger le « moment républicain » ouvert à l’été 1792. Entrer en république n’allait pas forcément de soi, malgré la suspension provisoire du roi, ni pour les citoyens qui élirent leurs représentants àla Convention nationale, ni pour ceux qui furent appelés à y siéger. La république est alors tout à la fois un horizon d’attente et un modèle politique, qui renvoie à des expériences de nature diverse, républiques anciennes, républiques modernes, républiques récemment nées d’expériences révolutionnaires. N’ayant jamais été formellement proclamée,la Première République est-elle un choix par défaut, l’aboutissement d’une maturation née des spécificités du processus révolutionnaire depuis la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, l’ambition d’un dépassement des expériences républicaines antérieures ? La réponse est évidemment plurielle ; pour autant, il est sans doute possible de dépasser la variété des options individuelles pour comprendre et analyser « un choix » devenu collectif, au moins de fait.

La rencontre sera organisée en deux temps. Le premier permettra de porter les regards sur les concepts, les idées, les représentations, mais aussi les premiers débats autour des projets de constitution. Par le biais des adresses, de la presse, d’autres sources encore, il conviendra tout d’abord de s’interroger sur la perception/réception de ce « nouveau régime » par les citoyens, mais aussi à l’étranger, d’autant que le procès du roi marqua très vite les esprits par le caractère irréversible et désacralisateur de l’acte régicide. Puis, la Constitution de 1791 étant de facto caduque, mais son organisation des pouvoirs demeurant en partie agissante (ainsi pour les autorités locales), la nécessité même de créer dans l’urgence et dans un contexte de guerre de nouvelles institutions exige l’évocation des premiers débats autour de la nouvelle constitution en gestation. Le second temps du colloque sera, quant à lui, réservé aux membres de la nouvelle Assemblée née des conséquences du 10 août 1792. Timothy Tackett a montré comment les Constituants étaient « devenus révolutionnaires ». Siéger à la Convention nationale supposait, dès le 21 septembre, de « devenir républicain ». Ces représentants du peuple durent, non pas « inventer » la république, mais poser les bases d’une de ses déclinaisons possibles, sans pour autant que les toutes premières séances de l’Assemblée donnent lieu à des débats théoriques sur le régime politique. Influencés par leurs expériences politiques et/ou administratives, par leurs prises de position entre printemps et été 1792, par les réseaux et les électeurs auxquels ils étaient liés, ces hommes eurent non seulement eux aussi à « entrer en république », mais durent en fonder les institutions. Dès lors, les premières semaines et au-delà les premiers mois de la République constituent un observatoire de tout premier choix pour qui veut chercher à comprendre « comment les députés de 1792 sont devenus républicains ».

Comité d’organisation : Serge Aberdam, Marc Belissa, Serge Bianchi, Michel Biard, Philippe Bourdin, Annie Duprat, Anne Jollet, Hervé Leuwers, Pierre Serna, Cyril Triolaire.

Comité scientifique : Sylvie Aprile, Jean Bart, Vincent Bourdeau, Malcolm Crook, Jacques Guilhaumou, Andrew Jainchill, Raymonde Monnier, Lluis Roura, Anne Simonin, Timothy Tackett, Michel Vovelle.

 Programme :

Jeudi 20 septembre 2012

Matin : fonder la République (I)

  • 9h30 Allocutions d’ouverture du colloque
  • 10h A de Francesco (Université de Milan), « Comment naissent les républiques ? »
  • 10h20 Raymonde Monnier (CNRS), « Que signifie « être républicain » en septembre 1792 ? »
  • 10h40 pause
  • 11h00 Guillaume Glénard (Université d’Artois), « Les principes constitutionnels de la République ».
  • 11h20 Serge Aberdam (INRA), « Une Constitution destinée à recevoir une sanction populaire ? »
  • 11h40-12h15Débats

 Après-midi : fonder la République (II)

  • 14h10 Peter McPhee (Université de Melbourne), « Robespierre et la République ».
  • 14h30 Philippe Bourdin (Université de Clermont-Ferrand), « Une pédagogie de la République : les correspondances des députés auvergnats, entre Assemblée législative et Convention »
  • 14h50 Laurent Brassart (Université de Lille 3), « Devenir républicain à l’été 1792 : mythes et aléas d’une conversion »
  • 15h10 pause
  • 15h30 Gaid Andro (Université de Rouen), « Les procureurs généraux syndics face à la rupture républicaine : entre engagement politique et pragmatisme administratif, entre adhésion collective et dissidence individuelle »
  • 15h50 Paul Chopelin (Université de Lyon 3), « Bénir la République. Providentialisme et contingences pastorales dans le discours politique des évêques constitutionnels (août-septembre 1792) »
  • 16h10 Anne Jollet (Université de Poitiers), « Femme de conventionnel : un enjeu politique dans la république »
  • 16h30-17h15 Débats

Vendredi 21 septembre 2012 

Matin : élire la Convention nationale.

  • 9h Serge Bianchi (Université de Rennes 2), « Les élections en Seine-et-Oise : un vote déjà républicain ? »
  • 9h20 Jean-Paul Rothiot (Université de Nancy), « Le vote républicain en Lorraine ou La Lorraine devient républicaine »
  • 9h40 Jean-Baptiste Legoff (Archives départementales de la Meuse), Des élections sous la menace de l’invasion ennemie.
  • 10h pause
  • 10h20 Julien Bouchet, Sébastien Pivoteau, Jean Salvat, Côme Simien (Université de Clermont-Ferrand), « Incarner la République ? Les attitudes des futurs Conventionnels devant l’idée républicaine dans trois départements méridionaux (Ariège, Aude et Pyrénées-Orientales) ».
  • 10h40 Frédéric Régent (Université Paris I), « Devenir Républicain aux Petites Antilles à travers l’exemple  de l’élection des députés à la Convention »
  • 11h Hervé Leuwers (Université de Lille 3), « Les conventionnels des 20 et 21 septembre 1792. La progressive mise en action des députés qui ont choisi la République »
  • 11h20-12h Débats

 Après-midi : parler au nom de la République 

  • 14h Michel Biard (Université de Rouen), « Premières prises de parole et débats législatifs à l’aube de la République ».
  • 14h20 Pierre Serna (Université Paris I), « La France est république ». Brissot et les origines politiques de la république ».
  • 14h40 pause
  • 15h Bernard Gainot (Université Paris I), « Tout citoyen doit être armé pour la cause commune. La République comme camp militaire en 1792 ».
  • 15h20 Virginie Martin(Université Paris I), « Entrer en République : gageure ou impasse diplomatique (août 1792-avril 1793) ? »
  • 15h40 Annie Jourdan (Université d’Amsterdam), « Le regard des étrangers sur l’entrée en république de la France (1791-1793) ».
  • 16h-16h45 débats
  • A partir de 17h commémoration au Panthéon

Inscription aux deux journées et/ou à la cérémonie du Panthéon. Merci d’indiquer en toutes lettres vos nom et prénom lors de l’enregistrement, sachant que votre identité reste invisible du public (seuls les administrateurs ont accès aux informations nominales) : http://www.doodle.com/x53kk2h3m9t5gu3h

Pour accéder à l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris le 20 septembre et aux Grands salons de la Sorbonne le 21 septembre, nous vous demandons de télécharger, d’imprimer et de compléter le carton d’invitation suivanthttp://ser.hypotheses.org/files/2012/07/InvitationEntrerRépublique2012.pdf

Contact : contact@revolution-francaise.fr

 

Journée d’étude – Surveillance révolutionnaire : Les comités de surveillance dans l’Ouest en guerre 1793-1794

Le Vendredi 30 mars 2012 à l’Université de Poitiers – UFR des sciences humaines et arts

Journée organisée par la Société des études robespierristes, le Groupe de recherche Enquête nationale sur les comités de surveillance et le Laboratoire CRIHAM – Université de Poitiers.

Comité d’organisation : Anne Jollet, laboratoire CRIHAM, université de Poitiers, Danièle Pingué, Laboratoire des Sciences historiques, Université de Franche-Comté, et Jean-Paul Rothiot, maître de conférences honoraire Université de Lorraine, coordonnateurs Enquête nationale de la Société des études robespierristes.

PROGRAMME

9H30         Accueil

9H45 :       Présentation par Jérôme Grévy, directeur du Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers ; Introduction, par Anne Jollet, Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers

10H30 :     Table-ronde 1 : Les sources : état des lieux et conséquences méthodologiques et interprétatives

Intervenant/es : Stéphane Calvet (La situation en Charente), Gwénaël Murphy et Yves Pierronne (Deux-Sèvres), Anne Jollet (Vienne), Bruno Hervé (Loire-Atlantique),

11H45 :     Débat

Discutant/es : point de vue comparatiste Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, coordonnateurs de l’enquête nationale, Philippe Daumas, membre du Groupe Enquête nationale de la SER (Loir-et-Cher), Jérôme Lamy, docteur en histoire, membre du CRIHAM

12H30 :     Repas

14H :           Table ronde 2 : Comités de surveillance en terre de guerre intérieure ouverte : spécificités de l’Ouest ?

Intervenant/es : Bruno Hervé (Situation en Loire-Inférieure dans la guerre civile 1793-1794), Fanny Panhaleux (Face aux attaques chouannes dans le district de Rennes), Gwenaël Murphy (Surveillance des femmes, Vienne, Deux-Sèvres)”.

15H :          Débat

Discutant/es : Françoise Brunel, Université de Paris 1, Dominique Godineau, Laboratoire CERHIO, Université de Rennes 2, Jean-Clément Martin, Université de Paris 1 IHRF

Pause

15H45 :     Table ronde 3 : Quels jeux des pouvoirs autour des comités de surveillance ? Pouvoirs locaux, pouvoirs nationaux, pouvoirs institués, pouvoirs des sociétés, pouvoirs des réseaux.

Intervenant/es : Stéphane Calvet (Charente), Claudy Valin (Charente-Inférieure), Anne Jollet (Vienne), Yves Pierronne (Deux-Sèvres)

16H45 :     Débat

Discutants : Antoine Renglet, FUNDP, Université de Namur, Gilles Malandain, Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers

17h45 :     Conclusion de la journée

Intervenant/es : Jean-Clément Martin, professeur émérite de l’Université de Paris I IHRF, Danièle Pingué, Laboratoire des Sciences historiques, Université de Franche-Comté, et Jean-Paul Rothiot, maître de conférences honoraire Université de Lorraine, coordonnateurs Enquête nationale de la Société des études robespierristes.

Renseignements : Anne Jollet (ap.jollet[at]orange.fr)