Archives de catégorie : Colloques, journées d’étude et conférences

Appel à communication : “Les passeurs d’idées politiques” (Clermont-Ferrand, 20-21 juin 2013)

Les passeurs d’idées politiques nouvelles « au village », de la Révolution française aux années 1930

 

Cette manifestation scientifique se donne pour objectif de réinterroger une partie des problématiques liées à la médiation politique « au village ». Elle s’adresse prioritairement aux doctorants et jeunes docteurs.

Partant des travaux de Reinhart Koselleck sur le temps, spécifiquement de son ouvrage  sur le Futur passé, François Hartog montre que le « régime moderne » d’historicité inauguré en France par la rupture révolutionnaire, a favorisé la diffusion d’idées politiques nouvelles. En effet, quand le présent est considéré comme un futur à accomplir, l’apparition de conceptions théoriques neuves, qu’elles soient civiques (la fraternité), juridiques (la République), sociales (l’égalité) ou économiques (le communisme), devient une matrice du devenir historique.

S’interroger sur les « passeurs » de la Modernité, qu’ils soient récepteurs, producteurs ou coproducteurs de ces idées nouvelles, permet de dépasser une approche conceptuelle de l’histoire des représentations en se situant au croisement de la « nouvelle histoire politique » et d’une histoire sociale qui fait la part belle à la notion de lien social et aux jeux d’acteurs à l’échelle communale. La présente journée d’étude porte sur les « passeurs d’idées » dans les sociétés locales. Ne cherchant pas à aboutir à une géographie des « courtiers locaux du politique » ni à une typologie des modes de médiation, nous nous proposons de réinvestir le dossier de la politisation « au village » à l’aune des travaux de jeunes chercheurs travaillant sur les XVIIIe, XIXe et XXe siècles français. Qui porte les idées politiques nouvelles « au village » ? Quelles sont leurs pratiques et stratégies ? Celles-ci suscitent des protestations et des contestations qu’il conviendra par ailleurs de repérer, à l’image de celles auxquelles se heurte Pierre Vaureix, un fervent jacobin nommé instituteur à Beaumont (Puy-de-Dôme) en 1790. Les jours d’arrivée du courrier, une petite foule envahit sa demeure afin « d’entendre la lecture » des journaux parisiens auxquels il est abonné. En germinal an II il est chargé de se rendre dans le village voisin pour « prêcher le républicanisme, l’amour de la patrie et de ses lois ». Arrivé sur place avec d’autres patriotes, l’instituteur trouve déserte l’église où il devait prendre la parole. Dans les rues, il rencontre en revanche de nombreux adultes qui s’enferment ostensiblement chez eux à l’approche de la délégation jacobine. De retour à l’église, un attroupement les prend à partie : « foutue canaille qui (prêche) cette maudite religion des patriotes » au lieu du catéchisme « bien meilleur » autrefois diffusé.

Par-delà les interprétations « ascendante » ou « descendante » de la politisation des campagnes, il conviendra aussi de s’interroger sur le degré de recomposition, par les « passeurs » locaux, des idées qu’ils reçoivent, et sur les enjeux de cette reformulation. Les principes qu’ils diffusent sont-ils semblables à ceux qui sont portés par les élites politiques, notamment parisiennes ?

Les réseaux d’acteurs et les sociabilités induites ne devront pas être écartés. Au début du XXe siècle, l’apparition de comités politiques associant la lutte anticléricale à des revendications sociales émancipatrices (réduction du temps de travail, retraites) est le plus souvent motivée par une volonté d’organisation du militantisme local. En cela, elle atteste de la politisation de citoyens actifs alors en concurrence avec les détenteurs de l’autorité « traditionnelle » (notables, curés). Il en va ainsi du comité républicain socialiste de Brenat, fondé en janvier 1904 par 32 des 593 habitants de cette commune du Puy-de-Dôme, qui reste en contact étroit avec le député radical-socialiste de la circonscription d’Issoire. Cette organisation est elle-même issue du « groupe socialiste » constitué en 1903 à l’initiative du cultivateur libre-penseur Pradier en vue de l’élection du maire de Sauxillanges au conseil général du Puy-de-Dôme.

Enfin, nos travaux porteront sur l’auto-production d’un discours sur l’engagement local, qu’il soit contemporain du temps de l’action militante ou non. Le questionnement de ces réécritures sur soi permettra de mieux déterminer les postures jugées constitutives, par les acteurs-auteurs eux-mêmes, de leur incarnation locale des idées nouvelles, et par là même de mieux comprendre, par exemple, la mue progressive de la notabilité du « coq de village ». Il permettra également de se demander si la production et la médiation d’idées nouvelles n’ont pas pu être, parfois, le fruit d’une mise en adéquation entre l’attente locale d’un message nouveau et l’expérience tactique d’un acteur (singulier ou collectif). Ce protagonisme, enfin, pose en creux le problème de la réinterprétation du passé par des auteurs qui restituent un monde auquel ils n’appartiennent plus afin de légitimer un engagement révolu ou toujours d’actualité. Les « paroles et écrits » des victimes du coup d’État du 2 décembre 1851 peuvent sur ce point constituer des témoignages de premier ordre. C’est le cas des mémoires de Blaise Lavelle, un peintre thiernois qui, plus de trente ans après les faits, écrit ses Souvenirs d’un ricochet du coup d’État de décembre 1851 ; des faits qui sont à l’évidence romancés par un auteur qui cherche tout autant à glorifier son action et sa conduite qu’à atténuer la gravité des actes de résistance dont il fut témoin et acteur.

Les propositions de communication (entre 1 500 et 2 000 signes) sont à adresser aux deux coordinateurs : Julien Bouchet et Côme Simien avant le 15 février 2013.

La manifestation se tiendra à Clermont-Ferrand les 20 et 21 juin 2013.

Elle donnera lieu à une publication.

Comité scientifique : Philippe Bourdin (Pr. Clermont-2), Jean-Claude Caron (Pr. Clermont-2),Jean-François Chanet (Pr. Lille-3 et IEP), Vincent Flauraud (Mcf. Clermont-2) et Jean Vigreux (Pr. Université de Bourgogne).

Comité d’organisation : Jeune Equipe du C.H.E.C. (Centre d’Histoire Espaces et Cultures – Université Blaise Pascal – Clermont 2) : Thomas Aréal, Lisa Bogani, Julien Bouchet, Marie Delpy, Amandine Fauchon, Oriane Hébert, Aurélia Jandot-Bortolin, Côme Simien.

Journée d’étude “Passeurs de Révolution”, Rouen, 14 janvier 2013

“Passeurs de Révolution”

Journée d’étude organisée par le GRHis et la Société des études robespierristes

Maison de l’Université – Université de Rouen
Mont-Saint-Aignan, France (76)

14 janvier 2013

 

Plusieurs ouvrages et travaux historiographiques ont fait état des principaux débats et lignes de clivage quant aux interprétations de la Révolution française au cours des XIXe et XXe siècles. Celles-ci sont le plus souvent analysées en fonction des principaux ouvrages et productions écrites de quelques grandes figures, historiens et hommes politiques en tout premier lieu. L’attention a été beaucoup moins importante à l’égard de toute une série d’hommes et de femmes de second plan, souvent peu connu(e)s voire anonymes, mais qui ont joué un rôle décisif dans la transmission d’une tradition d’interprétation sur le long terme. La présente journée vise à exposer le bilan de quelques recherches récentes ayant analysé ces groupes politiques et sociaux porteurs d’un héritage assumant une lecture singulière de la Révolution française en rapport avec les enjeux politiques de leur temps.

Une attention particulière sera réservée aux supports matériels et concrets : les écoles de formation politiques et les matériaux qui leurs sont liés, les éditeurs et directeurs de collection ayant réédité des textes révolutionnaires, entre autres. Essentiellement centrée sur l’espace francophone, la journée livrera également des éclairages sur des « passeurs » présents dans d’autres pays afin de comprendre les réceptions et interprétations croisées de l’héritage révolutionnaire à l’étranger. 

Organisateurs : Jean-Numa Ducange et Michel Biard – Société des études robespierristes et GRHis-Université de Rouen.

Introduction

10 h : Jean-Numa Ducange (Maître de conférences, Histoire contemporaine, Université de Rouen), « 1789 à l’époque contemporaine, de l’Atlantique à l’Oural… ».

 Transmettre la Révolution : exilés et militants au XIXe siècle

10 h 20 : Philippe Darriulat (Professeur, Histoire contemporaine, IEP Lille), « Les républicains et 1793 : Laponneraye et quelques autres (1830-1850) »

10 h 50 : Sylvie Aprile (Professeure, Histoire contemporaine, Université Lille 3),  « Littérature d’exil et écriture de la Révolution française : des voix particulières ? »

11 h 20 : Guillaume Mazeau (Maître de conférences, Histoire moderne, IHRF-Paris 1), « Les droites contre-révolutionnaires et leurs publics (fin XIXe-début XXe) »

11 h 50 – 12 h 30 : Discussion

1789 et les gauches au XXe siècle

14 h : Marco Di Maggio (Docteur en histoire, Université de la Sapienza, Rome), « La culture communiste et la Révolution française : histoire intellectuelle comparée France – Italie ».

14 h 30 : Julien Hage (Docteur en histoire, ATER à l’Université de Bourgogne), « La Révolution française, entre redécouverte et réinvention : un argument pour la nouvelle extrême gauche ? »

15 h : Michael Scott Christofferson (Associate Professor, histoire contemporaine, Adelphi University), « Les “passeurs” du “dépasseur” : les historiens américains de la Révolution et François Furet ».

15 h 30 : pause

15 h 45 – 16 h 30 : discussion

Conclusion

16 h 30 – 17 h : Michel Biard.

 

Contact : Jean-Numa Ducange

Appel à communications : journée d’études “Direction et organisation des troupes de théâtre” (Vizille, 6 octobre 2013)

Appel à communications

Journée d’étude, Vizille, Musée de la Révolution française, 16 octobre 2013

Organisée avec le soutien de la Société des études robespierristes

Direction et organisation des troupes de théâtre dans les provinces françaises et les territoires conquis sous la Révolution et l’Empire

 

Le projet ANR Therepsicore, mené par une équipe pluridisciplinaire constituée d’historiens de la Révolution et de l’Empire rattachés au CHEC (Clermont-Ferrand) et de littéraires spécialistes des théâtres français et étrangers de la période rattachés au CELIS (Clermont-Ferrand) et au CELLF 17e-18e siècles (Paris IV), s’intéresse aux salles, au personnel des troupes provinciales et à leurs répertoires respectifs entre 1791 et 1813 – sans oublier les départements créés ou annexés dans l’espace germanique et les Républiques sœurs. Il permettra à terme, notamment grâce à une base de données en cours de réalisation, de mieux appréhender les conditions de représentation (création et fermeture de salles, composition et itinérance des troupes, liens avec les autorités locales et les troupes d’amateurs…), la construction des carrières individuelles et la nature des répertoires et de leur réception. Après une première journée d’étude consacrée à la traduction et à l’adaptation des répertoires étrangers durant la période considérée (Moulins, Centre National du Costume de Scène, 13 novembre 2012), les porteurs du projet organisent une deuxième rencontre, cette fois au Musée de la Révolution (Vizille, le 16 octobre 2013), consacrée à la direction et à l’organisation des troupes de théâtre dans les provinces françaises et les territoires conquis sous la Révolution et l’Empire.

L’Ancien Régime a vu se développer de multiples formes de troupes, depuis les structures purement familiales jusqu’aux grands trusts en passant par les compagnies autogérées et les sociétés d’amateurs. Comment ont-elles résisté, évolué, comment se sont-elles éventuellement démultipliées sous la Révolution à la faveur de la déréglementation de 1791 ? Comment ce tissu s’est-il rétracté sous l’effet des législations impériales, ou développé en fonction des territoires conquis ? Quels ont été les rythmes des fondations, des tournées, les conditions de représentation ?

Cette journée s’intéressera particulièrement :

– à la figure du directeur de troupe professionnelle et/ou d’amateurs. Personnage central de la vie théâtrale, il doit sa responsabilité au choix des autorités (municipales, départementales, quand il ne dispose pas de soutiens plus haut placés). À lui – ou à elle – revient la responsabilité du recrutement des artistes et des personnels, de l’établissement de la programmation et des tournées, de la fixation des prix des places. La Révolution voit-elle apparaître une nouvelle génération d’entrepreneurs ? Quels sont leurs capacités artistiques et financières ? Comment se construit leur réputation (circulation, passage par l’étranger, rôle des critiques) ? Quels liens et quels rapports entretiennent-ils avec la troupe ? Peut-on distinguer véritablement les appellations et les fonctions d’entrepreneur, de directeur, de régisseur ? Quels sont leurs rapports avec les sociétés d’actionnaires qui gèrent quantité de théâtres provinciaux ?

– aux troupes d’amateurs. Quelles sont les dates et les conditions de leur fondation ?  Sont-elles liées à d’anciennes sociétés bourgeoises ou populaires ? Sont-elles créées par des clubs politiques ou au sein de l’armée ? Quels règlements imaginent-elles ? Quelle est leur sociologie, leur évolution dans le temps ? Les théâtres des collèges et les troupes d’enfants sont-ils initiés par d’anciens jésuites ? Sont-ils spontanément créés par des adolescents, sur les modèles du monde amateur adulte ? Par des sociétés populaires d’enfants ? Fonctionnent-ils exclusivement localement ou pratiquent-ils des tournées ?

– aux conflits : à ceux qui s’élèvent au sein des troupes, entre directeurs, artistes et employés, ou entre les artistes et le public ; aux oppositions entre directeurs privilégiés et directeurs autorisés ; aux conflits d’intérêt entre les propriétaires de salles et les autorités élues en charge de la police des spectacles ou de l’urbanisme ; aux contradictions qui émergent entre les volontés officielles d’établir des troupes de théâtre dans les territoires conquis et l’existence de formations locales – y compris patriotiques – ; etc.

– aux récits de vie et aux témoignages liés à ces expériences théâtrales – Mémoires, autojustifications, articles de presse, etc.

Les propositions de communications sont à envoyer le 15 mai 2013 au plus tard à Philippe Bourdin ou à Françoise Le Borgne .

Colloque “1792, entrer en République” (Paris, 20-21 septembre 2012)

Organisé par l’ANR Actapol (IHRIS Lille-GRHis Rouen-CHEC Clermont-Ferrand), l’IHRF (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne) et la Société des études robespierristes.

ATTENTION : en raison du grand nombre d’inscrits au colloque, la journée du 21 septembre ne se tiendra pas au Centre Panthéon de l’Université Paris I, mais dans les Grands Salons de la Sorbonne, au 47 rue des écoles. Se munir du carton d’invitation téléchargé sur notre site. 

Lieu : Auditorium de l’Hôtel-de-Ville de Paris (le 20) et Grands salons de la Sorbonne, 47 rue des écoles (le 21).

Pour commémorer le 220e anniversaire de la Première République, le présent colloque entend interroger le « moment républicain » ouvert à l’été 1792. Entrer en république n’allait pas forcément de soi, malgré la suspension provisoire du roi, ni pour les citoyens qui élirent leurs représentants àla Convention nationale, ni pour ceux qui furent appelés à y siéger. La république est alors tout à la fois un horizon d’attente et un modèle politique, qui renvoie à des expériences de nature diverse, républiques anciennes, républiques modernes, républiques récemment nées d’expériences révolutionnaires. N’ayant jamais été formellement proclamée,la Première République est-elle un choix par défaut, l’aboutissement d’une maturation née des spécificités du processus révolutionnaire depuis la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, l’ambition d’un dépassement des expériences républicaines antérieures ? La réponse est évidemment plurielle ; pour autant, il est sans doute possible de dépasser la variété des options individuelles pour comprendre et analyser « un choix » devenu collectif, au moins de fait.

La rencontre sera organisée en deux temps. Le premier permettra de porter les regards sur les concepts, les idées, les représentations, mais aussi les premiers débats autour des projets de constitution. Par le biais des adresses, de la presse, d’autres sources encore, il conviendra tout d’abord de s’interroger sur la perception/réception de ce « nouveau régime » par les citoyens, mais aussi à l’étranger, d’autant que le procès du roi marqua très vite les esprits par le caractère irréversible et désacralisateur de l’acte régicide. Puis, la Constitution de 1791 étant de facto caduque, mais son organisation des pouvoirs demeurant en partie agissante (ainsi pour les autorités locales), la nécessité même de créer dans l’urgence et dans un contexte de guerre de nouvelles institutions exige l’évocation des premiers débats autour de la nouvelle constitution en gestation. Le second temps du colloque sera, quant à lui, réservé aux membres de la nouvelle Assemblée née des conséquences du 10 août 1792. Timothy Tackett a montré comment les Constituants étaient « devenus révolutionnaires ». Siéger à la Convention nationale supposait, dès le 21 septembre, de « devenir républicain ». Ces représentants du peuple durent, non pas « inventer » la république, mais poser les bases d’une de ses déclinaisons possibles, sans pour autant que les toutes premières séances de l’Assemblée donnent lieu à des débats théoriques sur le régime politique. Influencés par leurs expériences politiques et/ou administratives, par leurs prises de position entre printemps et été 1792, par les réseaux et les électeurs auxquels ils étaient liés, ces hommes eurent non seulement eux aussi à « entrer en république », mais durent en fonder les institutions. Dès lors, les premières semaines et au-delà les premiers mois de la République constituent un observatoire de tout premier choix pour qui veut chercher à comprendre « comment les députés de 1792 sont devenus républicains ».

Comité d’organisation : Serge Aberdam, Marc Belissa, Serge Bianchi, Michel Biard, Philippe Bourdin, Annie Duprat, Anne Jollet, Hervé Leuwers, Pierre Serna, Cyril Triolaire.

Comité scientifique : Sylvie Aprile, Jean Bart, Vincent Bourdeau, Malcolm Crook, Jacques Guilhaumou, Andrew Jainchill, Raymonde Monnier, Lluis Roura, Anne Simonin, Timothy Tackett, Michel Vovelle.

 Programme :

Jeudi 20 septembre 2012

Matin : fonder la République (I)

  • 9h30 Allocutions d’ouverture du colloque
  • 10h A de Francesco (Université de Milan), « Comment naissent les républiques ? »
  • 10h20 Raymonde Monnier (CNRS), « Que signifie « être républicain » en septembre 1792 ? »
  • 10h40 pause
  • 11h00 Guillaume Glénard (Université d’Artois), « Les principes constitutionnels de la République ».
  • 11h20 Serge Aberdam (INRA), « Une Constitution destinée à recevoir une sanction populaire ? »
  • 11h40-12h15Débats

 Après-midi : fonder la République (II)

  • 14h10 Peter McPhee (Université de Melbourne), « Robespierre et la République ».
  • 14h30 Philippe Bourdin (Université de Clermont-Ferrand), « Une pédagogie de la République : les correspondances des députés auvergnats, entre Assemblée législative et Convention »
  • 14h50 Laurent Brassart (Université de Lille 3), « Devenir républicain à l’été 1792 : mythes et aléas d’une conversion »
  • 15h10 pause
  • 15h30 Gaid Andro (Université de Rouen), « Les procureurs généraux syndics face à la rupture républicaine : entre engagement politique et pragmatisme administratif, entre adhésion collective et dissidence individuelle »
  • 15h50 Paul Chopelin (Université de Lyon 3), « Bénir la République. Providentialisme et contingences pastorales dans le discours politique des évêques constitutionnels (août-septembre 1792) »
  • 16h10 Anne Jollet (Université de Poitiers), « Femme de conventionnel : un enjeu politique dans la république »
  • 16h30-17h15 Débats

Vendredi 21 septembre 2012 

Matin : élire la Convention nationale.

  • 9h Serge Bianchi (Université de Rennes 2), « Les élections en Seine-et-Oise : un vote déjà républicain ? »
  • 9h20 Jean-Paul Rothiot (Université de Nancy), « Le vote républicain en Lorraine ou La Lorraine devient républicaine »
  • 9h40 Jean-Baptiste Legoff (Archives départementales de la Meuse), Des élections sous la menace de l’invasion ennemie.
  • 10h pause
  • 10h20 Julien Bouchet, Sébastien Pivoteau, Jean Salvat, Côme Simien (Université de Clermont-Ferrand), « Incarner la République ? Les attitudes des futurs Conventionnels devant l’idée républicaine dans trois départements méridionaux (Ariège, Aude et Pyrénées-Orientales) ».
  • 10h40 Frédéric Régent (Université Paris I), « Devenir Républicain aux Petites Antilles à travers l’exemple  de l’élection des députés à la Convention »
  • 11h Hervé Leuwers (Université de Lille 3), « Les conventionnels des 20 et 21 septembre 1792. La progressive mise en action des députés qui ont choisi la République »
  • 11h20-12h Débats

 Après-midi : parler au nom de la République 

  • 14h Michel Biard (Université de Rouen), « Premières prises de parole et débats législatifs à l’aube de la République ».
  • 14h20 Pierre Serna (Université Paris I), « La France est république ». Brissot et les origines politiques de la république ».
  • 14h40 pause
  • 15h Bernard Gainot (Université Paris I), « Tout citoyen doit être armé pour la cause commune. La République comme camp militaire en 1792 ».
  • 15h20 Virginie Martin(Université Paris I), « Entrer en République : gageure ou impasse diplomatique (août 1792-avril 1793) ? »
  • 15h40 Annie Jourdan (Université d’Amsterdam), « Le regard des étrangers sur l’entrée en république de la France (1791-1793) ».
  • 16h-16h45 débats
  • A partir de 17h commémoration au Panthéon

Inscription aux deux journées et/ou à la cérémonie du Panthéon. Merci d’indiquer en toutes lettres vos nom et prénom lors de l’enregistrement, sachant que votre identité reste invisible du public (seuls les administrateurs ont accès aux informations nominales) : http://www.doodle.com/x53kk2h3m9t5gu3h

Pour accéder à l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris le 20 septembre et aux Grands salons de la Sorbonne le 21 septembre, nous vous demandons de télécharger, d’imprimer et de compléter le carton d’invitation suivanthttp://ser.hypotheses.org/files/2012/07/InvitationEntrerRépublique2012.pdf

Contact : contact@revolution-francaise.fr

 

Journée d’étude – Surveillance révolutionnaire : Les comités de surveillance dans l’Ouest en guerre 1793-1794

Le Vendredi 30 mars 2012 à l’Université de Poitiers – UFR des sciences humaines et arts

Journée organisée par la Société des études robespierristes, le Groupe de recherche Enquête nationale sur les comités de surveillance et le Laboratoire CRIHAM – Université de Poitiers.

Comité d’organisation : Anne Jollet, laboratoire CRIHAM, université de Poitiers, Danièle Pingué, Laboratoire des Sciences historiques, Université de Franche-Comté, et Jean-Paul Rothiot, maître de conférences honoraire Université de Lorraine, coordonnateurs Enquête nationale de la Société des études robespierristes.

PROGRAMME

9H30         Accueil

9H45 :       Présentation par Jérôme Grévy, directeur du Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers ; Introduction, par Anne Jollet, Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers

10H30 :     Table-ronde 1 : Les sources : état des lieux et conséquences méthodologiques et interprétatives

Intervenant/es : Stéphane Calvet (La situation en Charente), Gwénaël Murphy et Yves Pierronne (Deux-Sèvres), Anne Jollet (Vienne), Bruno Hervé (Loire-Atlantique),

11H45 :     Débat

Discutant/es : point de vue comparatiste Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, coordonnateurs de l’enquête nationale, Philippe Daumas, membre du Groupe Enquête nationale de la SER (Loir-et-Cher), Jérôme Lamy, docteur en histoire, membre du CRIHAM

12H30 :     Repas

14H :           Table ronde 2 : Comités de surveillance en terre de guerre intérieure ouverte : spécificités de l’Ouest ?

Intervenant/es : Bruno Hervé (Situation en Loire-Inférieure dans la guerre civile 1793-1794), Fanny Panhaleux (Face aux attaques chouannes dans le district de Rennes), Gwenaël Murphy (Surveillance des femmes, Vienne, Deux-Sèvres)”.

15H :          Débat

Discutant/es : Françoise Brunel, Université de Paris 1, Dominique Godineau, Laboratoire CERHIO, Université de Rennes 2, Jean-Clément Martin, Université de Paris 1 IHRF

Pause

15H45 :     Table ronde 3 : Quels jeux des pouvoirs autour des comités de surveillance ? Pouvoirs locaux, pouvoirs nationaux, pouvoirs institués, pouvoirs des sociétés, pouvoirs des réseaux.

Intervenant/es : Stéphane Calvet (Charente), Claudy Valin (Charente-Inférieure), Anne Jollet (Vienne), Yves Pierronne (Deux-Sèvres)

16H45 :     Débat

Discutants : Antoine Renglet, FUNDP, Université de Namur, Gilles Malandain, Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers

17h45 :     Conclusion de la journée

Intervenant/es : Jean-Clément Martin, professeur émérite de l’Université de Paris I IHRF, Danièle Pingué, Laboratoire des Sciences historiques, Université de Franche-Comté, et Jean-Paul Rothiot, maître de conférences honoraire Université de Lorraine, coordonnateurs Enquête nationale de la Société des études robespierristes.

Renseignements : Anne Jollet (ap.jollet[at]orange.fr)

Conférence : La Révolution francaise à travers le cinéma francais et anglo-saxon

Conférence de Pascal Dupuy, maître de conférence à l’université de Rouen, organisée par La Société des Amis de la Révolution française (SARF) – Club René Levasseur de la Sarthe, le samedi 16 mars 2012, à 20h15, IUFM du Mans (salle des conférences), 11 bd Pythagore, Université du Maine. Projection de nombreux extraits de films.

Informations : sarf72@numericable.fr, et www.sarf72.fr

Appel à communication : Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècles

Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècle. Colloque international, 12-13 décembre 2012

Université Paris-Est Créteil (UPEC), CRHEC (Centre de recherches en histoire européenne comparée), Institut Universitaire de France, Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle.

Organisation : Emmanuel Fureix

Comité scientifique international : Sylvie Aprile (Univ. Lille 3), Florence Bourillon (UPEC), Catherine Brice (UPEC), Pierre Centlivres (Univ. de Neuchâtel), Olivier Christin (Univ. de Neuchâtel), Annie Duprat (Univ. de Cergy-Pontoise), Emmanuel Fureix (UPEC), Dario Gamboni (Univ. de Genève), Lynn Hunt (Univ. of California, Los Angeles), Dominique Poulot (Univ. Paris 1), Rolf Reichardt (Univ. de Giessen), Pierre Serna (Univ. Paris 1), Timothy Tackett (Univ. of California, Irvine), Bertrand Tillier (Univ. de Bourgogne).

Des révolutions atlantiques du XVIIIe siècle aux révolutions arabes du XXIe siècle, des révolutions « romantiques » du XIXe siècle aux révolutions est-européennes de 1989, l’iconoclasme participe de la rupture révolutionnaire : en s’attaquant aux images, et plus largement aux signes des régimes déchus, les révolutionnaires marquent le transfert de souveraineté et le changement socio-politique opérés. Naguère assimilés à du « vandalisme », selon le néologisme de l’abbé Grégoire (1794), ces gestes doivent être rattachés à des formes d’iconoclasme ou de « sémioclasme », rituel de dépollution de signes assimilés à une souillure. Toutefois, à la différence de l’iconoclasme religieux, l’iconoclasme révolutionnaire ne vise pas la nature des images comme représentations du monde créé, mais seulement certains référents, associés à une forme de domination devenue à un moment donné intolérable. Il procède par effacement sélectif d’une mémoire (damnatio memoriae) en fonction d’un projet de régénération culturelle et de nouveaux codes symboliques.

L’historiographie de l’iconoclasme en révolution a longtemps été prisonnière du prisme du « vandalisme », de la déploration des destructions ou a contrario de leur dénégation. Les historiens de l’art ont à juste titre dépassé ces querelles pour inscrire l’iconoclasme dans le processus contemporain de patrimonialisation de l’œuvre d’art, et de distinction sélective de l’emblème et du monument. Reste à élucider davantage les logiques de l’action iconoclaste (révolutionnaire et contre-révolutionnaire), en l’intégrant à une histoire plus large des relations entre des sujets agissants et des signes de pouvoir. Plusieurs pistes pourront être explorées dans le cadre de ce colloque :

* Les normes et seuils de tolérance : les types de violences tolérées, les procédures de sélection des signes visés (signes proprement politiques, ou religieux, ou encore de distinction sociale), les modalités de négociation entre destruction, effacement, estompage, maquillage, dissimulation ou déplacement ; la qualification juridique des déviances iconoclastes, les modalités de leur  répression judiciaire ; les liens entre violences symboliques et violences physiques

* Les formes de participation socio-politique à l’œuvre dans l’iconoclasme (révolutionnaire ou contre-révolutionnaire) : appropriations de souveraineté (y compris à des échelles très locales), interpellations spectaculaires de l’opinion publique, sur le mode de l’attentat symbolique, ou, a minima, résistances « infra-politiques », expressions de frustrations sociales, de haine de l’autorité

* Les interactions conduisant aux gestes iconoclastes : interactions entre institutions et groupes sociaux dans les processus d’effacement (institutions ordonnatrices, institutions temporisatrices, etc.) ;  interactions entre individus, essentielles dans les multiples micro-conflits portant sur les signes exhibés (couleurs, insignes…). Le rôle de l’honneur, notamment masculin, pourra être particulièrement étudié, dans des moments de lutte pour la maîtrise de l’espace public légitime

* Le statut des signes, leur sacralité et les effets performatifs de l’iconoclasme : les « transferts de sacralité » opérés dans les rites iconoclastes et les effets de croyance associés aux violences sur les images ; le rôle des représentations de l’iconoclasme dans la production de l’événement révolutionnaire ; l’imitation d’un répertoire de gestes connus

Des expériences révolutionnaires très variées, dans le temps et dans l’espace, seront étudiées à la lumière de ces interrogations, dans un souci constant d’historiciser les gestes observés.

Les propositions de communications, d’une page environ, doivent être envoyées avant le 10 février 2012, à l’adresse suivante : fureix@u-pec.fr, accompagnées d’une brève présentation biographique.

Appel à communications – Les commissaires de police sous la Révolution et l’Empire (Journée d’étude)

L’histoire de la police connaît depuis quelques années un regain d’intérêt de la part des chercheurs. Dans cette historiographie en plein essor, les travaux consacrés aux commissaires de police de la Révolution et de l’Empire sont malheureusement rares. En effet, si les personnages parisiens ou nationaux ont déjà retenus l’attention des chercheurs, les commissaires travaillant au niveau local et y agissant au quotidien demeurent peu connus. L’ambition de cette journée d’étude est d’esquisser un premier portrait des commissaires de police de la Révolution et de l’Empire, catégorie professionnelle nouvelle et emblématique de cette période. A cette fin, plusieurs pistes de réflexion, dont la liste suivante reste évidemment non exhaustive, pourraient être abordées.

D’une part, des communications pourraient chercher à dresser le profil social et culturel des commissaires de police. Qui sont-ils ? Comment sont-ils recrutés ? Quelles compétences ont-ils ? A travers des études de type sériel ou prosopographique, il s’agirait, par exemple, d’ébaucher des portraits de ce groupe socio-professionnel. Dans cette même optique, d’autres communications pourraient privilégier l’analyse d’itinéraires particuliers. Il serait, en effet, intéressant de présenter des personnalités exceptionnelles ou typiques de cette profession. Lorsqu’ils interagissent avec les commissaires ordinaires, d’autres acteurs de la police (commissaires généraux, préfets, agents de police, etc.) pourraient par ailleurs être présentés.

D’autre part, connaissant les péripéties politiques de la période considérée et sans, pour autant, rester dans une analyse institutionnelle trop classique, on pourrait s’attacher à rendre compte de l’évolution de la fonction de commissaire de police non pas uniquement dans son organisation structurelle mais surtout dans son fonctionnement concret. Dès lors, il serait intéressant de se pencher sur les activités réalisées quotidiennement par les commissaires de police. Que font-ils jours après jours ? Travaillent-ils dans un bureau à entretenir leurs supérieurs de l’esprit public au moyen d’une correspondance intense mais éloignée des réalités sociales ? Sont-ils, au contraire, sollicités en permanence par la population et sans cesse appelés aux réalités de la rue ? Quels rapports entretiennent-ils avec les autorités municipales, préfectorales et avec la population ? Observe-t-on une variation des tâches remplies par les commissaires de police selon les régimes, voire selon les hommes en place ?

La journée d’étude se tiendra le vendredi 11 mai 2012, à Namur (Belgique), aux FUNDP. Les propositions de communication (500 mots maximum) sont à envoyer à Antoine Renglet (antoine.renglet@fundp.ac.be) avant le 31 décembre 2011.

Annonce – L’Empire : une expérience de construction européenne, 20-21-22 octobre 2011

Bruxelles – Académie royale de Belgique/Lille – Université de Lille 3 – IRHiS  

Programme

Jeudi 20 octobre 2011

Lille, Salle IRHiS – A3 101 (Lille 3)

9 h 45 – 10 h 00 – Accueil

10 h 00 – Ouverture par le/la représentant(e) régionale et universitaire Nord de France

10 h 10 – 10 h 25 – Jean-Pierre Jessenne (Université de Lille 3-IRHiS), Introduction : l’inscription historiographique et les intentions du colloque

10 h 25

Penser l’Empire, Penser l’Europe : la conjugaison des temps et des circonstances

Présidence : Catherine Denys (Université de Lille 3- Directrice IRHiS), F. Antoine (Archives de l’État, Université Libre de Bruxelles)

David Bell (Université de Princeton), Nations, empires, états dans la culture politique européenne des Lumières au début du XIXe siècle

Livio Antonielli (Université de Milan), Appartenances, mobilités, identités européennes à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle

Alan Forrest, Université d’York, La guerre : impacts, perceptions et effets sur les visions européennes

Jean-Luc Chappey, Université de Paris-Sorbonne IHRF, La civilisation européenne au crible de l’écriture de l’histoire sous l’Empire

Natalie Petiteau, Université d’Avignon, L’Empire napoléonien comme expérience européenne et les effets de mémoires : perspectives liminaires

12 h 15 – 12 h 45 – Discussion

Repas

14 h 15

Une harmonisation et/ou une unification économiques ?

Présidence : R. Leboutte (Université du Luxembourg), R. Blaufarb (Florida University)

François Antoine, Archives de l’État, Université Libre de Bruxelles, De retranchement à rapprochement. Les travaux de canalisation en Flandre Zélandaise à l’époque impériale

Laurent Brassart, Université de Lille 3–IRHiS, Une politique agricole dans les départements du Grand Empire ?

Matthieu de Oliveira, Université de Lille 3–IRHiS, Quelle(s) monnaie(s) pour l’Empire ?

15 h 30 – 15 h 45 – Pause

Hilde Greefs, Université d’Anvers, Le blocus continental et la formation d’une nouvelle élite orientée vers le commerce international au port d’Anvers

Michela Barbot, Université L. Bocconi, Milan, Entre normes et pratiques : perspective comparative sur les grammaires de l’habiter à Milan et à Paris avant et après la codification napoléonienne (1770-1840)

Jeff Horn, Manhattan College, New York, The Regulation of Workers under the Empire : towards a European Social Order ?

17 h 00 – 17 h 45 – Discussion

18 h 00 – Transfert vers Bruxelles

Vendredi 21 octobre 2011

Bruxelles, Académie royale / Auditorium

9 h 00 – Ouverture, Hervé Hasquin, Secrétaire perpétuel de l’Académie royale de Belgique

Des dynamiques sociales et politiques européennes ?

9 h 10 – 10 h 45

Des reconfigurations identitaires et sociales convergentes ?

Présidence : H. Hasquin (Académie Royale de Belgique, ULB), A. Jourdan (Université d’Amsterdam)

Deborah Cohen, Université d’Aix-Marseille, Le recrutement des cours impériales en 1810 : logiques d’uniformisations, diversité des pratiques et circulation des élites dans l’Empire

Adeline Beaurepaire-Hernandez, doctorante à l’université Paris IV Sorbonne, Un modèle de notable européen : « les masses de granit » des départements liguriens et leur intégration au système impérial (1805-1814)

Cédric Istasse, Université de Namur, Appartenance à la Grande Armée et identité nationale. Le cas des soldats belges

10 h 25 – 10 h 45 – Discussion et Pause

11 h 00 – 12 h 50

Pratiques politiques et administratives unificatrices ?

Présidence : E. La Parra (Université d’Alicante), M. Biard (Université de Rouen)

Brecht Deseure, Université d’Anvers, Le pouvoir napoléonien dans les territoires annexés ou le paradoxe entre l’uniformisation administrative et les stratégies politiques au niveau local et régional

John Dunne, Université de Greenwich, The first european election : why did the napoleonic regime attach such importance to holding elections in the annexed territories ?

Malcolm Crook, Université de Keele, What can be learn about attitudes towards the Napoleonic Empire from the electoral data

Silva Bobbi, Université de Milan, Le directeur d’Acque e Strada, A Cossoni, et la réalisation du programme napoléonien d’intervention territoriale dans le royaume

Pedro Rujula, Université de Saragosse, Conquête et administration : le projet impérial de Suchet dans la péninsule ibérique (1808-1814)

12 h 30 – 12 h 50 – Discussion

Repas

14 h 15

Normalisations et pratiques juridiques

Présidence : M. de Oliveira (Université de Lille 3-IRHiS), Igor Moullier (ENS Lyon-LAHRA)

Michael Broers, Université d’Oxford, Un Empire des lois ? Français et peuples réunis face au Code civil

Emmanuel Berger, Xavier Rousseaux, Université catholique de Louvain, Le jury criminel sous le Consulat et l’Empire : bilan et perspectives d’une tentative d’harmonisation juridique en Europe

Jean-Paul Barrière, Université de Besançon, La diffusion du modèle notarial de la loi de ventôse dans l’Empire français, un phénomène durable ?

Jacques Hantraye, Paris, La diffusion de l’État civil dans l’Europe napoléonienne

15 h 55 – 16 h 30 – Discussion et Pause

Normalisations et pratiques policières

Présidence : M. Broers (Université d’Oxford), W. Demel (Université der Bundeswehr, Munich)

Catherine Denys, Université de Lille 3-IRHiS, La police napoléonienne était-elle vraiment le pilier de l’Empire ? L’amorce d’un tournant historiographique.

Aurélien Lignereux, Université d’Angers, La langue des policiers. Pratiques linguistiques, politiques du personnel et cultures professionnelles dans les départements annexés

Martin Van der Burg, Université d’Amsterdam, La naissance de la police néerlandaise à l’époque napoléonienne

17 h 45 – 18 h 15 – Discussion

18 h 45 – Visite, réception et dîner à l’Hôtel de Ville de Bruxelles

Samedi 22 octobre 2011

Bruxelles, Académie royale de Belgique / Salle des Écuries

9 h 00 –

Se comprendre et se méprendre entre Européens

Présidence : Valérie André (Université libre de Bruxelles), J.-O. Boudon (Université Paris 4-Institut Napoléon)

Nicola Todorov, Université de Rouen, Le langage comme indicateur du brassage culturel sous l’Empire, l’exemple de l’Allemagne

Alexandra Petrowski, Université de Lille 3-IRHiS, Pratiques linguistiques et appartenances territoriales, les Flandres sous l’Empire

Pierre Horn, Université de Paris 4-Sorbonne et Saarland, Culture des élites françaises et cultures populaires dans les départements nord-orientaux du Premier Empire (Moselle, Forêts, Ourthe, Roër)

10 h 15 – 10 h 45 – Discussion et Pause

Andrzej Nieuwazny, Université Copernic, Varsovie, Les relations entre la « modernité à la Française » et la « polonité à l’ancienne » dans le Duché de Varsovie

Rafaël Zurita, Université d’Alicante, Sur la ligne de front : les normes et la survie de la population à Alicante pendant la guerre de l’Indépendance

Vanni Rugeri, Université de Perrugia, Entre César et Saint-Pierre. Le département du Trasimène et son clergé devant le serment napoléonien

12 h 00 – 12 h 30 – Discussion

Repas

13 h 45

Système impérial et géopolitique de l’Europe des peuples et des empereurs

Présidence : J.-P. Bertaud (Université de Paris 1-IHRF), Anna Maria Rao (Université de Naples)

Emilio La Para, Université d’Alicante, De l’alliance au changement de dynastie, l’Espagne et l’image européenne de Napoléon

Francesco Bonini, Université de Rome, Confins de l’Empire, Confins dans l’Empire. L’espace italien

Jérôme Louis, Institut Napoléon, Le despotisme turc : frein ou moteur de l’Europe Napoléonienne

Marie-Pierre Rey, Université de Paris 1, Napoléon versus Alexandre : confrontations des conceptions impériales et européennes ?

Annie Jourdan, Université d’Amsterdam, Le processus d’annexion à la France : le cas de la Hollande

16 h 00 – 17 h 00 – Conclusions

Coordination : Hervé Leuwers (Université de Lille 3-IRHiS), avec Sylvie Aprile (Université de Lille 3-IRHiS), David Bell (Université de Princeton), Jacques-Olivier Boudon (Université de Paris 4- Sorbonne, Institut Napoléon), Pierre Serna (Université de Paris 1, directeur IHRF), Philippe Raxhon (Université de Liège)

Publication : La Révolution française au miroir des recherches actuelles, sous la direction de CyrilTriolaire

couverture Triolaire

Ce livre fait l’objet d’une offre de souscription jusqu’au 4 novembre 2011 (voir plus bas)

Le présent ouvrage, qui prouve la vitalité des recherches sur la Révolution française, offre une galerie de portraits inédits des figures du quotidien (le journaliste, le citoyen-patriote ou l’homme d’église) dont l’histoire s’écrit en réinterrogeant la complexité des parcours. L’histoire institutionnelle et administrative ainsi que l’histoire des pratiques politiques y trouvent parfaitement leur place à la lumière d’études inédites sur les rouages du système du gouvernement révolutionnaire, sur les structures, les représentants et les agents du pouvoir à l’échelon local, les rapports entre le centre et ses périphéries à travers une vision renouvelée des faux-semblants du jacobinisme. Ainsi réinvesti, l’espace public du débat (des assemblées électives, des clubs et même des théâtres) témoigne des processus de politisation et de formation des opinions publiques, du modelage des imaginaires individuels et collectifs par les mots et les images. Les conditions matérielles de l’acculturation encouragent enfin à revisiter les temps de l’économie, à en relire les visions déclinistes pour mieux saisir les transformations alors engagées.

ISBN : 978-2-908327-71-7    Code SODIS : F30808.5    Prix public : 19,90€

 

Table des matières

Cyril TRIOLAIRE, Introduction. La Révolution française au miroir des recherches actuelles.

Partie 1. Des hommes en Révolution

Pierre-Hermann MUGNIER, Le journalisme, l’autre carrière de Tallien.

Aurélie REBOISSON, Jacques-Antoine-Dulaure, journaliste et acteur girondin de la Révolution (1791-1793).

Floréal HÉMERY, Antiquité et idée républicaine chez Bertrand Barère.

Guillaume MAZEAU, Révolution et engagement politique : l’incroyable destin de Drouet de Varennes (1763-1824).

Laurent BORNE, D’encre et de sermons. Le ministère clandestin d’un Chartreux en Révolution.

Partie 2. Les formes du pouvoir

Raphaël MATTA-DUVIGNAU, Le Comité de salut public (6 avril 1793-4 brumaire an IV) : une forme singulière d’exercice du pouvoir.

Gaïd ANDRO, Le procureur général syndic ou l’invention d’une fonction administrative dans le processus révolutionnaire.

Isabelle ANTUNES, Les districts normands et la question des subsistances : un relais important.

Jean-Numa DUCANGE, La Révolution française : un modèle politique pour la gauche allemande (1889-1914) ?

Partie 3. La vie politique locale

Laurent BRASSART, L’échec local du gouvernement révolutionnaire : les faux-semblants de la centralité révolutionnaire en l’an II.

Pierre BELDA, La municipalité lyonnaise face aux corps administratifs de Rhône-et-Loire (1790-1792).

Maxime KACI, Les circulations nationales des mots d’ordre et leurs effets locaux entre 1791 et 1793 : un itinéraire de recherche.

Alain MASSALSKY, Systèmes électoraux représentatifs et communautaires dans la politisation des citoyens des Hautes-Pyrénées (1790-1799).

Partie 4. La formation de l’opinion

Jean SALVAT, Entre poésie et politique : l’Almanach des Muses face à l’opinion publique (1774-1794).

Anne QUENNEDEY, Le talent oratoire est-il un danger pour la liberté ? La controverse sur l’éloquence dans le discours de Saint-Just du 9 thermidor an II.

Guillaume COLOT, Former l’opinion des Catholiques sous le Directoire : Les Annales de la religion et Les Annales catholiques.

Cyril TRIOLAIRE, La “programmation théâtrale napoléonienne” sur les scènes des départements : une propagande pleine et réussie ?

Partie 5. Économie et société

Fabrice PERRON, Le Directoire, période de crise économique ou de mutations ? L’exemple des cantons des “anciens” districts de Reims, Châlons et Épernay.

Samuel GUICHETEAU, Révolution française et industrialisation. L’industrie et les ouvriers nantais de la fin du XVIIIe siècle au miroir des recherches actuelles.

Karine AUDRAN, L’économie maritime en guerre : bilan historiographique et nouvelles pistes de réflexion. Le cas de Saint-Malo sous la Révolution et l’Empire.

 

SOUSCRIPTION

L’ouvrage est en souscription jusqu’au 4 novembre 2011 au prix exceptionnel de 16 euros franc de port. Pour bénéficier de ce tarif, merci de remplir le bulletin de souscription (téléchargeable ci-dessous) et de le renvoyer accompagné de votre règlement à l’adresse indiquée.

Bulletin de souscription : La Révolution française au miroir des recherches.