Archives de catégorie : Actualité

Parution du nouveau numéro de la LRF (2012-3) : Les comités des assemblées révolutionnaires

ComitésLRF

La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’Histoire de la Révolution française

2012-3. Les comités des assemblées révolutionnaires : des laboratoires de la loi

Guillaume Mazeau : Avant-propos.

Maria Betlem Castella I Pujols : Introduction. Que sait-on aujourd’hui des comités des assemblées parlementaires ?

Serge Aberdam : Note sur le Comité de division et quelques problèmes liés.

Emilie Cadio : Le comité de sûreté générale (1792-1795).

Maria Betlem Castella I Pujols : Métamorphoses d’un comité : le Comité des pétitions et de correspondance sous la Convention nationale.

Alain Cohen : Le Comité des Inspecteurs de la salle : une institution au service de la Convention nationale (1792-1795).

Manuel Covo : Le Comité des colonies. Une institution au service de la “famille coloniale” (1789-1793) ?

Annie Jourdan : La Convention ou l’empire des lois.

Virginie Martin : Le comité diplomatique : l’homicide par décret de la diplomatie (1790-1793) ?

Raphael Mata Duvignau : Le Comité de salut public (6 avril 1793-4 brumaire an IV).

Martine Sin Blima Barru : Le Comité des décrets.

Revue en ligne, intégralement consultable sur le site revues.org : http://lrf.revues.org/index.html

Vient de paraître : Pascal Dupuy (dir.), “La Fête de la Fédération”

FeteFederationPascal Dupuy (dir.), La Fête de la Fédération, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, coll. Les cahiers du GRHIS, 2013, 164 p. ISBN : 9782877755658 ; 18 €

La fête de la Fédération du 14 juillet 1790 ne semble pas révéler de mystère ou d’incertitude, tant les récits qui lui ont été consacrés nous en ont donné une image convenue et répétitive. Depuis plus de deux siècles, publicistes et historiens ont en effet retracé ses origines et son déroulement. On sait qu’elle fut le résultat de « fêtes fédératives » qui ont réuni, depuis l’automne 1789, les gardes nationales de villages et de bourgs souhaitant assurer la sauvegarde des réformes engagées depuis les premiers moments de la Révolution. Devant ces manifestations d’enthousiasme qui touchent une grande partie du territoire national français et afin de mieux les contrôler, les autorités décident d’en prendre la tête en proposant d’organiser le 14 juillet 1790, date anniversaire de la « Prise de la Bastille », une fête de rassemblement des délégués des « fédérations » venus des nouveaux « départements ». C’est-à-dire une cérémonie nationale officielle, à Paris, la nouvelle capitale révolutionnaire du royaume. L’histoire retiendra de cette journée son atmosphère d’union et de fraternité qui lui valut de devenir ultérieurement la fête nationale de la République française.
Pourtant derrière cette belle harmonie de façade, se révèlent des divisions profondes qui vont s’accentuer pendant les années suivantes. Toutes les contributions réunies dans ce volume soulignent cet imbroglio de la fête et du discours qu’on a tenu sur elle. Elles mettent en évidence le caractère superficiellement « fraternel » exaltées par les autorités. Des images au théâtre, en passant par la presse, et même jusque dans sa postérité historiographique et commémorative, la fête de la Fédération de 1790 devient l’enjeu de discours ambigus et contraires que les auteurs de ce recueil mettent avec finesse en évidence.

Table des matières :

Avant-propos

Pascal Dupuy – La fête de la Fédération entre témoignages et histoire ;

Raymonde Monnier – Paris en 1790, une capitale en mouvement ;

Michel Biard – La fédération des ombres. Fête patriotique et théâtres parisiens dans l’été 1790 ;

Éric Wauters – La fête de la Fédération dans la presse : réconciliation nationale ou ligne de fracture ?

Philippe de Carbonnieres – Iconographie de la fête de la Fédération ;

Manon Meron – Les femmes et la fête de la Fédération ;

Rolf Reichardt – « Ici l’on danse ». Les fêtes populaires à la Bastille en juillet 1790 ;

Rémi Dalisson – La célébration de la fête de la Fédération au XIXe siècle. Entre mémoire, subversion et raison (1815-1890) ;

Annie Duprat – La Fédération de 1790, fête patriotique de la Nation française.

 

Robespierre, bourreau de la Vendée ?

Après la rediffusion mercredi 23 janvier 2013 sur France 3 du documentaire “Robespierre, bourreau de la Vendée ?” et le dépôt le 16 janvier dernier d’une nouvelle proposition de loi sur “la reconnaissance du génocide vendéen“, la Société des études robespierristes renouvelle les protestations qu’elle a exprimées dans son communiqué du 22 mars 2012, reproduit ci-dessous.

Nous invitons également nos visiteurs à lire la tribune de Pierre Serna sur le site de l’IHRF : Les trafiquants de mémoire ou la Vendée vendue…

Pour les amateurs d’histoire désireux de mieux connaître le personnage complexe de Maximilien Robespierre, hors de toute intention polémique ou hagiographique, nous conseillons la lecture de l’ouvrage collectif publié sous les auspices de la SER : Robespierre, portraits croisés (Armand Colin, 2012).

Communiqué de la Société des études robespierristes du 22 mars 2012 :

Par le communiqué suivant, la Société des études robespierristes condamne l’entreprise de désinformation historique menée dans le cadre de l’émission « L’ombre d’un doute », diffusée le 7 mars dernier sur France 3 et titrée « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Comme dans ses précédentes émissions, Franck Ferrand entend mettre en valeur des thèses « iconoclastes » qui contredisent une histoire officielle, élaborée par des universitaires supposés « corporatistes » et soucieux de perpétuer les vieux mythes du roman national républicain. Bien qu’inscrite dans une démarche quelque peu démagogique de critique du « politiquement correct », l’intention pourrait paraître  louable si chaque partie était équitablement interrogée dans un débat conclusif, ce qui n’a pas été le cas ici.

Dès son titre l’émission ignore les réalités les mieux établies par le travail des historiens : jamais Robespierre n’a commandé la « destruction » de la Vendée. Il n’a d’ailleurs jamais pris spécifiquement position sur le sujet lors de ses interventions à la tribune de la Convention. Affirmer en outre qu’il dirigeait le Comité de Salut public est une pure contre-vérité, reprenant le vieux mythe thermidorien de « la dictature de Robespierre ». L’absolue nécessité de la répression de l’insurrection vendéenne était une évidence pour l’ensemble des députés présents à la Convention à cette époque. Alors pourquoi laisser à Robespierre la seule responsabilité de toutes les violences de la période 1793-1794 ? Pour faciliter les comparaisons abusives avec les totalitarismes du XXe siècle ? Pour, à des fins idéologiques plus ou moins avouables, donner à la Révolution française son Hitler ou son Staline, quitte à travestir totalement la réalité ? Les téléspectateurs de France 3, férus d’histoire de France, méritent mieux que cela. L’action politique de Robespierre n’est pas une donnée historique acquise et fait l’objet de réévaluations constantes, qui ne sont pas hagiographiques. L’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I) lui consacre ainsi cette année un séminaire, ouvrant de nouvelles perspectives de recherche (http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article635), tandis qu’un collectif d’historiens de la Société des études robespierristes s’apprête à publier une biographie  sans a priori idéologique, destinée à dissiper aussi bien la légende noire que la légende dorée qui environnent le personnage.

Quant à la question du « génocide » vendéen, la Société des études robespierristes ne cherche évidemment pas à nier, et encore moins à justifier, les massacres de populations civiles à grande échelle opérés par les armées républicaines dans certains départements de l’Ouest. Il faut rappeler simplement que les violences de 1793-1794 ne se sont pas limitées à la région qualifiée de « Vendée » : des mouvements répressifs très brutaux ont également été menés dans d’autres départements, théâtres d’insurrections ou menacés d’invasion, comme le Lyonnais, le Bordelais ou le Midi. Le vocabulaire d’« extermination », notamment celui de « race rebelle » et de « destruction des brigands », y était tout autant employé qu’en Vendée, mais avec des conséquences humaines bien différentes, ce qui invalide totalement la théorie dite du « génocide par petits bouts de papier » défendue dans l’émission. En outre, les généraux républicains n’étaient pas les seuls à exercer des représailles sur la population civile dans le cadre de ce qui a pu être qualifié par certains historiens de « guerre totale ». Rappelons, par exemple, que l’armée autrichienne s’est livrée à des actes de tortures et à des massacres de populations civiles dans la vallée de la Moselle en septembre 1793. L’ampleur et les modalités d’exécution de ces violences de masse, pas uniquement en « Vendée » et pas uniquement en 1793-1794, restent encore largement à étudier, contrairement à ce qu’avancent péremptoirement les journalistes de l’émission « L’Ombre d’un doute ».

De la même façon, la Société des études robespierristes désapprouve les motifs de la proposition de loi déposée le 6 mars dernier, veille de la diffusion de l’émission – hasard du calendrier ? –, par un groupe très restreint de députés appartenant à la majorité présidentielle (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion4441.asp). Contrairement à ce qu’affirment ces députés, les faits ne sont pas « clairement établis ». Les « dépouillements minutieux » d’archives n’ont pas été réalisés : il reste encore beaucoup à faire, tant dans les dépôts locaux que nationaux. La recherche sur les politiques de la Terreur est aujourd’hui conduite, sans aucune complaisance, par les historiens universitaires et amateurs, recherche à laquelle participent activement les membres de la Société des études robespierristes. Les travaux les plus récents, comme ceux qui sont en cours sur les comités de surveillance (http://ser.hypotheses.org/362), démontrent très bien que les organes répressifs n’ont jamais fonctionné de manière uniforme, qu’il est important de distinguer la part des initiatives locales des instructions du pouvoir central. Avant de se livrer à des comparaisons hâtives avec l’Allemagne nazie, l’Union soviétique ou le Kampuchea démocratique, il faut mieux connaître l’histoire de la violence politique et militaire en France dans les années 1790 et la comparer avec les pratiques antérieures de violences à l’égard des populations civiles (guerres de Louis XIV et Guerre de Sept Ans notamment).

Face à l’accumulation des erreurs historiques présentes dans l’émission et l’ignorance du travail des chercheurs spécialistes de la période qu’elle manifeste, la Société des études robespierristes estime devoir demander un droit de réponse à la direction de France 3. Elle lui propose d’organiser un débat de qualité entre historiens, afin d’offrir aux téléspectateurs les moyens de saisir plus objectivement les enjeux de cette période complexe ainsi que leurs résonnances mémorielles dans la France contemporaine.

 Communiqué rédigé collectivement à la demande de l’Assemblée générale de la SER réunie le 17 mars 2012 à Paris par Serge Bianchi, Paul Chopelin, Anne Jollet, Julien Louvrier et Fanny Panhaleux.

Appel à communication : “Les passeurs d’idées politiques” (Clermont-Ferrand, 20-21 juin 2013)

Les passeurs d’idées politiques nouvelles « au village », de la Révolution française aux années 1930

 

Cette manifestation scientifique se donne pour objectif de réinterroger une partie des problématiques liées à la médiation politique « au village ». Elle s’adresse prioritairement aux doctorants et jeunes docteurs.

Partant des travaux de Reinhart Koselleck sur le temps, spécifiquement de son ouvrage  sur le Futur passé, François Hartog montre que le « régime moderne » d’historicité inauguré en France par la rupture révolutionnaire, a favorisé la diffusion d’idées politiques nouvelles. En effet, quand le présent est considéré comme un futur à accomplir, l’apparition de conceptions théoriques neuves, qu’elles soient civiques (la fraternité), juridiques (la République), sociales (l’égalité) ou économiques (le communisme), devient une matrice du devenir historique.

S’interroger sur les « passeurs » de la Modernité, qu’ils soient récepteurs, producteurs ou coproducteurs de ces idées nouvelles, permet de dépasser une approche conceptuelle de l’histoire des représentations en se situant au croisement de la « nouvelle histoire politique » et d’une histoire sociale qui fait la part belle à la notion de lien social et aux jeux d’acteurs à l’échelle communale. La présente journée d’étude porte sur les « passeurs d’idées » dans les sociétés locales. Ne cherchant pas à aboutir à une géographie des « courtiers locaux du politique » ni à une typologie des modes de médiation, nous nous proposons de réinvestir le dossier de la politisation « au village » à l’aune des travaux de jeunes chercheurs travaillant sur les XVIIIe, XIXe et XXe siècles français. Qui porte les idées politiques nouvelles « au village » ? Quelles sont leurs pratiques et stratégies ? Celles-ci suscitent des protestations et des contestations qu’il conviendra par ailleurs de repérer, à l’image de celles auxquelles se heurte Pierre Vaureix, un fervent jacobin nommé instituteur à Beaumont (Puy-de-Dôme) en 1790. Les jours d’arrivée du courrier, une petite foule envahit sa demeure afin « d’entendre la lecture » des journaux parisiens auxquels il est abonné. En germinal an II il est chargé de se rendre dans le village voisin pour « prêcher le républicanisme, l’amour de la patrie et de ses lois ». Arrivé sur place avec d’autres patriotes, l’instituteur trouve déserte l’église où il devait prendre la parole. Dans les rues, il rencontre en revanche de nombreux adultes qui s’enferment ostensiblement chez eux à l’approche de la délégation jacobine. De retour à l’église, un attroupement les prend à partie : « foutue canaille qui (prêche) cette maudite religion des patriotes » au lieu du catéchisme « bien meilleur » autrefois diffusé.

Par-delà les interprétations « ascendante » ou « descendante » de la politisation des campagnes, il conviendra aussi de s’interroger sur le degré de recomposition, par les « passeurs » locaux, des idées qu’ils reçoivent, et sur les enjeux de cette reformulation. Les principes qu’ils diffusent sont-ils semblables à ceux qui sont portés par les élites politiques, notamment parisiennes ?

Les réseaux d’acteurs et les sociabilités induites ne devront pas être écartés. Au début du XXe siècle, l’apparition de comités politiques associant la lutte anticléricale à des revendications sociales émancipatrices (réduction du temps de travail, retraites) est le plus souvent motivée par une volonté d’organisation du militantisme local. En cela, elle atteste de la politisation de citoyens actifs alors en concurrence avec les détenteurs de l’autorité « traditionnelle » (notables, curés). Il en va ainsi du comité républicain socialiste de Brenat, fondé en janvier 1904 par 32 des 593 habitants de cette commune du Puy-de-Dôme, qui reste en contact étroit avec le député radical-socialiste de la circonscription d’Issoire. Cette organisation est elle-même issue du « groupe socialiste » constitué en 1903 à l’initiative du cultivateur libre-penseur Pradier en vue de l’élection du maire de Sauxillanges au conseil général du Puy-de-Dôme.

Enfin, nos travaux porteront sur l’auto-production d’un discours sur l’engagement local, qu’il soit contemporain du temps de l’action militante ou non. Le questionnement de ces réécritures sur soi permettra de mieux déterminer les postures jugées constitutives, par les acteurs-auteurs eux-mêmes, de leur incarnation locale des idées nouvelles, et par là même de mieux comprendre, par exemple, la mue progressive de la notabilité du « coq de village ». Il permettra également de se demander si la production et la médiation d’idées nouvelles n’ont pas pu être, parfois, le fruit d’une mise en adéquation entre l’attente locale d’un message nouveau et l’expérience tactique d’un acteur (singulier ou collectif). Ce protagonisme, enfin, pose en creux le problème de la réinterprétation du passé par des auteurs qui restituent un monde auquel ils n’appartiennent plus afin de légitimer un engagement révolu ou toujours d’actualité. Les « paroles et écrits » des victimes du coup d’État du 2 décembre 1851 peuvent sur ce point constituer des témoignages de premier ordre. C’est le cas des mémoires de Blaise Lavelle, un peintre thiernois qui, plus de trente ans après les faits, écrit ses Souvenirs d’un ricochet du coup d’État de décembre 1851 ; des faits qui sont à l’évidence romancés par un auteur qui cherche tout autant à glorifier son action et sa conduite qu’à atténuer la gravité des actes de résistance dont il fut témoin et acteur.

Les propositions de communication (entre 1 500 et 2 000 signes) sont à adresser aux deux coordinateurs : Julien Bouchet et Côme Simien avant le 15 février 2013.

La manifestation se tiendra à Clermont-Ferrand les 20 et 21 juin 2013.

Elle donnera lieu à une publication.

Comité scientifique : Philippe Bourdin (Pr. Clermont-2), Jean-Claude Caron (Pr. Clermont-2),Jean-François Chanet (Pr. Lille-3 et IEP), Vincent Flauraud (Mcf. Clermont-2) et Jean Vigreux (Pr. Université de Bourgogne).

Comité d’organisation : Jeune Equipe du C.H.E.C. (Centre d’Histoire Espaces et Cultures – Université Blaise Pascal – Clermont 2) : Thomas Aréal, Lisa Bogani, Julien Bouchet, Marie Delpy, Amandine Fauchon, Oriane Hébert, Aurélia Jandot-Bortolin, Côme Simien.

La Société des études robespierristes vous souhaite une très bonne année 2013

Prenez une bonne résolution civique en vous abonnant aux

Annales historiques de la Révolution française !

 

 

Et n’oubliez pas de vous réabonner !

Prix inchangé : 48 € l’année pour les particuliers (France) ; 35 € pour les étudiants

http://www.armand-colin.com/revue/31/2/annales-historiques-de-la-revolution-francaise.php

Pour l’équipe : Hervé Leuwers, directeur des AHRF

Théâtre : “Thermidor Terminus” (15-16 février 2013)

THERMIDOR TERMINUS

(LA MORT DE ROBESPIERRE)

André Benedetto / François Bourcier et Roland Timsit

Robespierre est incontestablement l’homme qui a joué le rôle le plus important lors de la Révolution et c’est à lui que l’on doit notre devise « Liberté Égalité Fraternité ». Mais son œuvre est contestée, décriée, nombreux le dépeignent comme un tyran organisateur de la « Terreur ». André Benedetto, en dramaturge engagé, a tenu à briser les fausses idées et mensonges qui pèsent sur le révolutionnaire en écrivant Thermidor Terminus ou la mort de Robespierre. Une œuvre tout à la fois poétique et historique. Deux personnages occupent la scène, Duplay, ami proche de Robespierre, et Philippe Buonarotti, auteur du Manifeste des égauxFrançois Bourcier et Roland Timsit, tous deux comédiens et metteurs en scène, incarnent ces deux personnages et explorent ainsi un épisode peu connu de notre passé, qui interroge notre présent, notre système politique, nos espoirs.

15 février 2013, 21h / 16 février 2013, 19h

Théâtre Jean Vilar, 1 Place Jean Vilar, 94400 Vitry-sur-Seine

Renseignements pratiques et réservations : site du théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine

Vient de paraître : “Archives parlementaires”, Tome CII (21 novembre-4 décembre 1794)

6689-1570-Couverture

Ce nouveau volume, préparé par l’IHRF, propose aux chercheurs des séances parmi les plus intenses qu’ait connues la Convention nationale. Comme les précédents, il est fondé sur le Procès-Verbal qui structure la publication des documents de la série C des Archives nationales, complétés par les apports des principaux journaux et, exceptionnellement, la reproduction intégrale de la défense imprimée du représentant Carrier. C’est, en effet, un épisode sans précédent de l’histoire politique de la Révolution qui ouvre ce tome : la comparution d’un député devant ses collègues érigés en « jury d’accusation » et non de « jugement ».

Ce projet, comme le montrent les quatre volumes précédents, s’était heurté, à l’Assemblée, aux intérêts et options des principaux protagonistes, mais aussi aux résistances ou offensives, parfois inattendues, des porte voix de l’opinion publique, enfin au traumatique resurgissement de la « guerre de la Vendée ». Il était alors aisé d’ériger Carrier en « idéal type » du « proconsul terroriste », sanguinaire, avide et débauché. Mais, dans le silence imposé aux tribunes, les débats de l’Assemblée laissent poindre une rare et violente tension, inscrite au cœur des arguments factuels ou juridiques. Pour les Conventionnels, se joue l’impossible et interminable bataille de la responsabilité collective : un enjeu immédiat autant que mémoriel.

Le tome CII des Archives Parlementaires propose donc douze journées qui, sans doute, ébranlèrent la Première République, mais sans toutefois fixer l’horizon de la Révolution française.

Le volume a été réalisé par Corinne Gomez-Le Chevanton, ingénieur d’étude CNRS de l’IHRF et Françoise Brunel, maître de conférence de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHRF. Il a été publié avec le concours de l’Assemblée Nationale et du Sénat aux éditions CNRS.

Parution : 27/12/2012

Auteur(s) : Collectif

ISBN : 978-2-271-07712-7

Format : 19 x 28 cm

484 pages

En vente ici

Journée d’étude “Passeurs de Révolution”, Rouen, 14 janvier 2013

“Passeurs de Révolution”

Journée d’étude organisée par le GRHis et la Société des études robespierristes

Maison de l’Université – Université de Rouen
Mont-Saint-Aignan, France (76)

14 janvier 2013

 

Plusieurs ouvrages et travaux historiographiques ont fait état des principaux débats et lignes de clivage quant aux interprétations de la Révolution française au cours des XIXe et XXe siècles. Celles-ci sont le plus souvent analysées en fonction des principaux ouvrages et productions écrites de quelques grandes figures, historiens et hommes politiques en tout premier lieu. L’attention a été beaucoup moins importante à l’égard de toute une série d’hommes et de femmes de second plan, souvent peu connu(e)s voire anonymes, mais qui ont joué un rôle décisif dans la transmission d’une tradition d’interprétation sur le long terme. La présente journée vise à exposer le bilan de quelques recherches récentes ayant analysé ces groupes politiques et sociaux porteurs d’un héritage assumant une lecture singulière de la Révolution française en rapport avec les enjeux politiques de leur temps.

Une attention particulière sera réservée aux supports matériels et concrets : les écoles de formation politiques et les matériaux qui leurs sont liés, les éditeurs et directeurs de collection ayant réédité des textes révolutionnaires, entre autres. Essentiellement centrée sur l’espace francophone, la journée livrera également des éclairages sur des « passeurs » présents dans d’autres pays afin de comprendre les réceptions et interprétations croisées de l’héritage révolutionnaire à l’étranger. 

Organisateurs : Jean-Numa Ducange et Michel Biard – Société des études robespierristes et GRHis-Université de Rouen.

Introduction

10 h : Jean-Numa Ducange (Maître de conférences, Histoire contemporaine, Université de Rouen), « 1789 à l’époque contemporaine, de l’Atlantique à l’Oural… ».

 Transmettre la Révolution : exilés et militants au XIXe siècle

10 h 20 : Philippe Darriulat (Professeur, Histoire contemporaine, IEP Lille), « Les républicains et 1793 : Laponneraye et quelques autres (1830-1850) »

10 h 50 : Sylvie Aprile (Professeure, Histoire contemporaine, Université Lille 3),  « Littérature d’exil et écriture de la Révolution française : des voix particulières ? »

11 h 20 : Guillaume Mazeau (Maître de conférences, Histoire moderne, IHRF-Paris 1), « Les droites contre-révolutionnaires et leurs publics (fin XIXe-début XXe) »

11 h 50 – 12 h 30 : Discussion

1789 et les gauches au XXe siècle

14 h : Marco Di Maggio (Docteur en histoire, Université de la Sapienza, Rome), « La culture communiste et la Révolution française : histoire intellectuelle comparée France – Italie ».

14 h 30 : Julien Hage (Docteur en histoire, ATER à l’Université de Bourgogne), « La Révolution française, entre redécouverte et réinvention : un argument pour la nouvelle extrême gauche ? »

15 h : Michael Scott Christofferson (Associate Professor, histoire contemporaine, Adelphi University), « Les “passeurs” du “dépasseur” : les historiens américains de la Révolution et François Furet ».

15 h 30 : pause

15 h 45 – 16 h 30 : discussion

Conclusion

16 h 30 – 17 h : Michel Biard.

 

Contact : Jean-Numa Ducange

Séminaire “L’esprit des Lumières et la Révolution” (Paris 10, janvier-mai 2013)

L’esprit des Lumières et de la Révolution

 

Le séminaire de cette année est organisé autour de trois séances de trois heures avec deux intervenants. La première sera consacrée à l’émeute et mettra en particulier l’accent sur la relation des historiens de la Révolution française au présent. La deuxième aura pour objectif de croiser la Révolution française et les problématiques d’autres sciences sociales, en l’occurrence les sciences économiques, autour de la dette. Enfin la dernière séance proposera deux synthèses thématiques sur les enjeux épistémologiques des travaux de ce séminaire.

Nous vous convions aux 3 séances qui se tiendront le jeudi, de 17h à 20 h dans les locaux de l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense. Les salles seront précisées ultérieurement.

Jeudi 31 janvier, 17h-20h. L’émeute
Déborah Cohen (Université de Provence) : Émeutes : Paris, germinal-prairial an III ; Londres, août 2011.
Marc Deleplace (Université Paris Sorbonne) : Émeute révolutionnaire et ordre républicain au miroir scolaire : l’insoluble question de la violence politique ?
Jeudi 21 mars 17h-20h. La dette
Benjamin Coriat (Université Paris Nord) : Les économistes et la problématique de la dette.
Florence Gauthier (Université Paris Diderot) : Les enjeux de la dette de l’Ancien Régime.
Jeudi 23 mai 17h-20h. Travaux récents
Marc Belissa (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) : Historiographie de Robespierre.
Yannick Bosc (Université de Rouen) : La question constituante.

Célébration du 220e anniversaire de la Première République au Panthéon (21 septembre 2012)

Le vendredi 21 septembre 2012, à 17h, à l’issue du colloque “1792, Entrer en République”, la Société des études robespierristes a célébré le 220e anniversaire de la République sur la place du Panthéon à Paris.

Discours de Michel Biard, président de la SER :

Citoyennes, citoyens, chers amis,

A l’initiative de la Société des études robespierristes, née en 1907, reconnue d’utilité publique en 1935, et que j’ai l’honneur de présider aujourd’hui, nous entendons ici, d’une part, célébrer le 220e anniversaire de la République française, d’autre part, honorer la mémoire des représentants du peuple, beau titre porté par les membres de la Convention nationale, qui décrétèrent le 21 septembre 1792 l’abolition de la monarchie. Cela se fit donc au lendemain même de la bataille de Valmy, qui marquait un coup d’arrêt symbolique à cette invasion ennemie alors évoquée dans un chant de guerre appelé ensuite La Marseillaise et qui allait devenir l’hymne national de la France républicaine.

Aussitôt que nous avions envisagé une manifestation publique en marge d’un colloque international organisé à l’Hôtel de Ville de Paris et en Sorbonne les 20 et 21 septembre 2012, notre choix s’est tout naturellement porté sur le Panthéon en raison de la présence dans la grande nef du bâtiment de Soufflot d’un groupe sculpté de Sicard représentant la Convention nationale. Maximilien Robespierre, transformé en bouc-émissaire par ceux qui l’ont abattu dans l’été 1794, figure au premier plan de ce groupe, témoignage salutaire de l’époque du centenaire de la République (époque ici entendue au sens large bien sûr, puisque l’œuvre date du début du XXe siècle). Quel meilleur choix que l’église Sainte-Geneviève reconvertie en Panthéon national par l’Assemblée en avril 1791, qui, en outre, abrite les restes de trois membres de la Convention (Carnot, Condorcet et Grégoire), ainsi que ceux de Voltaire et de Rousseau dont la mémoire a été célébrée par cette même Convention. Nous tenons à remercier ici tous ceux et celles qui ont œuvré pour que notre réunion de ce jour puisse se tenir sur la place du Panthéon, notamment la municipalité de Paris, l’administrateur des Monuments historiques chargé de ce bâtiment, plusieurs associations soucieuses de la mémoire de la Révolution française, enfin tous les élus qui ont bien voulu honorer cette commémoration de leur présence et de leurs écharpes aux trois couleurs issues de la Révolution, sans oublier, cela va de soi, le Président de la République qui nous adressé cet été un courrier soutenant notre initiative.

La Convention avait certes décidé de fixer le premier jour de la République au 22 septembre 1792, et non au 21, et cette tradition est suivie depuis désormais plus de deux siècles lors des commémorations. Ainsi, à Paris et dans d’autres communes, se dérouleront demain plusieurs rassemblements et cérémonies pour célébrer la naissance de la République. D’aucuns pourront à juste titre se demander ce qui peut avoir justifié notre choix du 21. Aussi convient-il de se rappeler que la Convention nationale, cette troisième Assemblée législative de la Révolution, s’est réunie pour la première fois le 20 et qu’elle a décrété l’abolition de la monarchie le 21, à l’initiative de deux de ses membres, Collot d’Herbois, homme de théâtre ayant dès 1789 mis sa plume au service de la Révolution, et Grégoire, évêque constitutionnel du Loir-et-Cher. Le texte alors voté à l’unanimité par acclamations était rédigé de façon on ne peut plus laconique : « La Convention nationale décrète que la royauté est abolie en France ». Le lendemain, à l’ouverture de la séance, un autre représentant du peuple, Billaud-Varenne, proposait de « […] dater les actes [… de] l’an premier de la République française » et ce à compter de la veille. La Convention accepta sa proposition, mais le texte finalement voté ce jour là remplaça la date du 21 par l’adverbe « dorénavant ». La République est donc née de fait le 21, de droit le 22, mais, en tout état de cause, elle n’a pas alors fait l’objet d’une proclamation formelle. Quoi qu’il en soit, comme chacun le sait, elle ne figure ni le 21 ni le 22 septembre dans le calendrier actuel de nos fêtes laïques, paradoxe étonnant pour une République encore si largement fondée sur les acquis de la Révolution, tant dans ses structures territoriales et administratives que pour ses usages politiques et nombre d’autres héritages, notamment culturels. N’en déplaise à ceux qui persistent avec obstination à nier ou à rejeter ces héritages, notre République répond toujours de ce qui fut hier encore désigné sous le nom de Grande Révolution. Si besoin en était, l’émotion et l’élan suscités il y a environ un an par la sauvegarde de précieux manuscrits de Robespierre, désormais entrés dans les collections des Archives nationales, viendraient le rappeler.

Rendre hommage aux représentants du peuple qui eurent l’audace de franchir le pas en cette fin d’un XVIIIe siècle où la plupart des Philosophes avaient répété que la république n’était pas un régime convenable pour des pays de trop vastes superficies, c’est, entre autres, souligner les conditions terribles auxquelles ils furent confrontés dès leurs premières réunions. Dans un pays divisé par de multiples clivages depuis les débuts de la Révolution et surtout depuis 1791, en guerre depuis le printemps 1792 et soumis à l’invasion des troupes prussiennes et autrichiennes, ils eurent non seulement à organiser ce qui était de facto un « Nouveau Régime », mais aussi à faire face à d’innombrables tensions et contradictions. On retient souvent de la Convention nationale sa division tripartite entre les mouvances politiques de la Gironde, de la Montagne et de la Plaine, pourtant les frontières entre elles étaient loin d’être figées dès l’automne 1792. Qui plus est, avec 220 années de recul, force est aujourd’hui d’honorer la mémoire de tous ces représentants du peuple pour le geste accompli le 21 septembre. Clemenceau a autrefois pu dire que la Révolution était un « bloc » au sein duquel il ne convenait point de distinguer ici une séquence paisible, là une autre marquée par les violences. Dans la même optique, nous ne prétendons point trier ce qui pourrait apparaître comme le « bon grain » et l’« ivraie » parmi les membres de la Convention nationale, même si chacun de nous peut naturellement en toute liberté être porté à donner sa préférence à tel ou tel groupe politique, voire à tel ou tel protagoniste. En effet, on pourra toujours à loisir ici mettre en valeur la mort héroïque de ceux qui ont préféré un suicide inspiré de l’Antiquité romaine à l’ignominie de la guillotine, là a contrario stigmatiser ceux qui sont devenus des « girouettes » politiques et ont fait à ce prix de belles carrières sous le Directoire, le Consulat et l’Empire, parfois même au-delà en trahissant leur vote du 21 septembre 1792. Pourtant, à l’heure du souvenir qui nous réunit devant le Panthéon, c’est l’ensemble des représentants du peuple qui fondèrent la République dont il faut honorer la mémoire, d’autant que la superbe devise « La Liberté ou la mort » pouvait alors donner lieu à des réalités très concrètes. Faut-il le rappeler ? Sur un peu moins de 800 membres que comptait l’Assemblée, en ajoutant aux 749 titulaires les suppléants ayant siégé à un moment ou un autre, 85 périrent de mort violente entre 1793 et 1795, et ce nombre s’élève même à 94 si l’on retient également ceux qui eurent le même sort entre 1795 et 1799. Nous n’avons pas davantage à opérer un tri entre la mort des uns et celle des autres ; la plupart sacrifièrent leur vie au nom des idéaux républicains, au nom de la liberté, au nom de l’idée d’un bonheur à terme accessible, même si des affrontements partisans les avaient un temps opposés. De ces centaines de représentants du peuple, les historiens et a fortiori ce qu’il est convenu de nommer le « grand public » n’ont guère retenu que quelques dizaines de noms et la mémoire de quelques-uns suscite parfois encore des controverses, ainsi celle de Maximilien Robespierre sur laquelle pèse toujours une légende noire aussi coriace qu’aberrante, depuis qu’il a été transformé en bouc-émissaire par ceux-là mêmes qui l’avaient abattu, « l’Incorruptible » se muant soudain en « tyran sanguinaire ». Pourtant, tous sont devenus des protagonistes fondateurs de notre République.

Edgar Quinet, l’un des premiers historiens de la Révolution, rapportait il y a bien longtemps ces paroles prêtées à l’un de ces représentants du peuple déjà bien oublié au XIXe siècle et désormais totalement inconnu ou presque : « Genevois, député de l’Isère à la Convention nationale, se sentant près de mourir, à Vevey, fit appeler son domestique : – Quand je serai mort, lui dit-il, et que les Bourbons auront été détrônés, tu viendras sur ma tombe et tu diras : Nous les avons chassés ! Mes os tressailliront de plaisir ». Pareille déclaration plaisait à coup sûr aux oreilles républicaines du XIXe siècle et fut par exemple assurée d’un tonnerre d’applaudissements en septembre 1892 lors de la célébration du centenaire de la République qui donna lieu à de nombreuses cérémonies partout en France. Un siècle plus tard, l’absence de toute perspective de restauration royaliste a certes rendu les propos de Genevois moins dignes d’une application immédiate. Toutefois, quand bien même les dépouilles des représentants du peuple ne seraient pas remués par notre actuel rassemblement devant le Panthéon, les idéaux pour lesquels ils ont combattu et les héritages qu’ils nous ont transmis sont, eux, toujours d’une actualité brûlante.

En septembre 1992, notre République a célébré dans une relative discrétion son bicentenaire. Quiconque relit aujourd’hui les journaux des 21 et 22 septembre 1992 réalise que nos médias n’avaient alors d’yeux que pour les résultats serrés du référendum sur le traité européen de Maastricht. Pourtant, à l’occasion du grand colloque international organisé à ce moment par Michel Vovelle, Pierre Bérégovoy, le Premier ministre d’alors, était venu en Sorbonne et avait prononcé, au nom de l’État et en l’absence du Président de la République souffrant, un discours en hommage aux fondateurs de la République. Il insistait sur trois caractéristiques majeures de celle-ci : être fille des Lumières, être née de la Révolution, être laïque. Nous ne pouvons aujourd’hui que faire nôtres ses mots lorsqu’il déclarait que « les valeurs républicaines ne sont ni archaïques, ni conquises à jamais ». Au-delà de tous les combats, de toutes les luttes, qui ont été menés depuis deux siècles pour la défense de la République et de ses idéaux, notamment lorsque le régime de Vichy prétendit les faire disparaître, demeurent en 2012 des mots encore très lourdement chargés de sens, à commencer par ceux qui sont inscrits sur nos bâtiments publics : liberté, égalité, fraternité. Certes, cette fière devise n’est pas née en 1792, néanmoins il s’agissait déjà de promouvoir et de défendre ces mêmes principes, et de croire en leur universalité. Deux siècles durant, les enseignants, en bons « hussards de la République » comme d’aucuns les nommaient, ont joué un rôle clé dans la transmission d’une culture républicaine, mais aussi dans une promotion sociale assurée par l’école, avec à la clé tous les enjeux de l’égalité des chances, de l’intégration et de la cohésion sociale. En 2012, dans une France de plus en plus insérée dans la construction européenne et soumise aux défis de la mondialisation, les principes de notre République sont plus que jamais d’actualité et méritent qu’on les défende. Quelle que soit sa condition sociale, a fortiori quelle que soit son origine, personne ne doit être laissé sur le bord du chemin dans une république digne de ce nom. Les représentants du peuple qui abolirent la monarchie il y a 220 ans sont les mêmes qui, en 1793, inscrivirent dans une nouvelle Déclaration des droits l’idée d’une dette publique à honorer vis-à-vis des plus démunis. A leurs yeux, créer la République ne suffisait pas, ne pouvait se limiter à un simple changement de Constitution, il fallait encore fonder la République par des institutions sociales. Ainsi convenait-il de reconnaître des droits sociaux nouveaux, tels ce droit au travail et ce droit aux secours qui font toujours rêver des milliards d’êtres humains au XXIe siècle. Les mêmes représentants du peuple achevèrent de libérer les paysans des dernières contraintes liées à la domination seigneuriale en juillet 1793 ; puis ils abolirent l’esclavage en février 1794, étendant aux territoires coloniaux les droits conquis de haute lutte depuis l’été 1789 par les sujets du roi de France devenus citoyens français. Quand bien même l’application de ces droits dans les colonies fut-elle partielle, porteuse de contradictions et à terme de terribles drames humains, ce pas accompli dans la voie d’une émancipation universelle n’en était pas moins remarquable.

Aujourd’hui encore, la République doit être, ne peut qu’être, sociale pour être démocratique, tant il est vrai que démocratie et république doivent être indissociables, tant il est évident que la démocratie ne se réduit pas à l’exercice du droit de voter et d’élire, aussi fondamental soit-il. En reprenant la belle phrase de Saint-Just, je conclurais volontiers que « le bonheur est toujours une idée neuve en Europe ». En ces premières années d’un nouveau siècle, dans un grand nombre de pays, par-delà les séquelles des guerres coloniales, la France est souvent encore perçue comme l’héritière de la Révolution et de la République que celle-ci enfanta. A nous tous, gouvernants et gouvernés, d’être dignes de cette réputation enviable et de ne pas voir là que des mots creux prétendument passés de mode, tandis que des échos révolutionnaires nous viennent à présent d’autres horizons géopolitiques. A nous tous d’agir pour la défense des idéaux hérités des représentants du peuple élus à la fin de l’été 1792, d’être soucieux de préserver ce lien social qui a marqué durablement notre modèle républicain et civique, et qui doit rejeter loin de nous l’égoïsme, l’intolérance, ainsi que toutes les formes d’exclusion et de racisme.

Honneur à la Convention nationale et vive la République.

Ce discours a été suivi d’un dépôt de gerbe devant le monument de la Convention, situé dans le chœur du Panthéon.

Tous les groupes politiques présents à l’Assemblée nationale, au Sénat et à la Mairie de Paris avaient été invités à participer à la cérémonie, de même que les plus hautes autorités de l’Etat. Seuls ont accepté de venir les représentants du Parti socialiste (Catherine Lemorton, députée de la Haute-Garonne), du Parti communiste français (Pierre Laurent, secrétaire national) et du Parti de Gauche (Jean-Luc Mélenchon, député européen, président du bureau national).  Tenant à s’associer à cette célébration de la République, le Grand Orient de France était représenté par Alain Simon, conseiller de l’ordre chargé de la laïcité, Philippe Foussier, grand orateur, Éric Garnier et Jean-Pierre Sbriglio, conseillers de l’ordre.

Discours de Pierre Laurent

Discours de Jean-Luc Mélenchon

Discours d’Alain Simon

La cérémonie a été animée par le groupe de reconstitution historique Carmagnole-Liberté et par la chanteuse Alexx, qui a interprété une sélection de chansons d’époque révolutionnaire. La SER les remercie tous pour la qualité – et l’enthousiasme – de leur prestation, qui fut unanimement appréciée.

 

Arrivée du cortège sur la place du Panthéon à 17h.
Le groupe Carmagnole-Liberté interprétant le Chant du Départ
Serge Aberdam (secrétaire de la SER) en maître des cérémonies.
Discours de Michel Biard, président de la SER.
En dépit du temps pluvieux, un public nombreux était au rendez-vous.
Le groupe Carmagnole-Liberté dans le vestibule du Panthéon.

 

D’autres photos de la cérémonie sont consultables sur le Clioweb.