Tous les articles par Paul Chopelin

Réédition : Daniel Guérin, « Bourgeois et bras nus »

CouvGuerinDaniel Guérin, Bourgeois et bras-nus. Guerre sociale durant la Révolution française (1793-1795), Paris, Libertalia, 2013, 443 p.

Préface de Claude Guillon et postface de l’auteur : « La Révolution déjacobinisée ».

ISBN : 978-2-918059295 ; 18 €

 

Quatrième de couverture : 

L’expression « bras-nus », empruntée à l’Histoire de la Révolution française de Jules Michelet, est un équivalent du terme « sans-culotte ». Bourgeois et bras-nus est un livre de vulgarisation. Daniel Guérin, son auteur, souhaite mettre à la portée d’un large public un condensé de son ouvrage La Lutte de classes sous la Première République(Gallimard, 1946 et 1968).

Guérin met en lumière l’embryon d’une révolution prolétarienne menée par les sans-culottes pour une république réellement égalitaire, contre les chefs jacobins de la révolution bourgeoise, qui les utilisent avant de les réprimer et de succomber à leur tour au moment du 9 Thermidor (27 juillet 1794). En rompant avec une longue tradition robespierriste de l’historiographie de la Révolution, Daniel Guérin s’attira de la part des historiens communistes des critiques virulentes, sur lesquelles la présentation de Claude Guillon apporte d’utiles précisions.

À l’heure où l’historiographie chante à nouveau la réaction thermidorienne ou l’autoritarisme jacobin, il nous a semblé essentiel de remettre sur le devant de la scène une histoire qui n’est ni robespierriste ni libérale : une histoire populaire.

 

Le texte intégral de la préface de Claude Guillon est à retrouver sur le site « La Révolution et nous »

Site de l’éditeur : Libertalia

 

Vient de paraître : « Jean-François Grivel. Eduquer le peuple »

CouvGrivelMonique Cottret, Valérie Guittienne-Mürger et Fabien Vandermarcq (éd.), Jean-François Grivel. Eduquer le peuple. Une école janséniste au faubourg Saint-Antoine à la veille de la Révolution, Paris, Nolin, coll. Univers Port-Royal (n° 23), 2013, 360 p. 36 €

À la veille de la Révolution, rue de Lappe, à deux pas de la Bastille, Jean-François Grivel, supérieur des « frères tabourins », achève de rédiger un gros volume rassemblant toutes les informations utiles au bon fonctionnement de son établissement. C’est cet étonnant document que Monique Cottret, Valérie Guittienne-Mürger et Fabien Vandermarcq nous proposent de découvrir. Règlements des écoles, enseignement de l’Écriture sainte, recensement méticuleux des fournisseurs, entretien des locaux, hygiène, soins et problèmes de santé en tous genres : rien ou presque n’échappe à Jean-François Grivel, qui note scrupuleusement tout. Marqués par le jansénisme, les frères tabourins vivent en communauté, tout en demeurant des laïcs. Ils se consacrent à l’instruction primaire et dispensent gratuitement leur enseignement dans des « écoles de charité », destinées aux enfants les plus pauvres, qu’ils vivent au faubourg Saint-Antoine ou dans d’autres paroisses, à Paris comme en province, notamment à Auxerre. Le manuscrit de plus de 1 200 pages avait, à l’origine, l’ambition de fournir une réponse à toutes les questions qui pourraient se poser à son successeur. Cette édition critique a retenu pour le lecteur les passages les plus représentatifs de ces pages d’histoire religieuse qui intéresseront aussi bien le spécialiste des mentalités que celui de la culture matérielle.

Format : 16,5 x 23,5 cm. 360 p. Prix public : 36 €

Frais de port inclus pour la France, 8 € pour l’Europe, 15 € pour le reste du monde.

Commande à adresser à : Editions Nolin, 101 rue de Sèvres-L 1674, 75279 Paris cedex 06

 

« Enragés » et militantes révolutionnaires : le blog historien de Claude Guillon

SiteGuillonDepuis février 2013, Claude Guillon publie régulièrement sur son blog « La Révolution et nous » des documents sur l’histoire du mouvement dit des « Enragés », sur l’action et la pensée des militants révolutionnaires égalitaristes à Paris et en province, ainsi que sur l’engagement politique féminin dans la Révolution française.

 

 

Documents récemment mis en ligne (par ordre chronologique) :

Lettre de Joseph Chalier à Théroigne de Méricourt (janvier 1790).

Antoine de Cournand, De la Propriété ou La Cause du Pauvre, plaidée au tribunal de la Raison, de la Justice et de la Vérité (1791).

Réclamation des femmes (affiches, 1791-1792).

Pauline Léon, Adresse individuelle à l’Assemblée nationale par des citoyennes de la capitale (6 mars 1792).

Jean-François Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif (juillet 1792).

D. A. F. de Sade, Idée sur le mode de la sanction des lois (novembre 1792).

Règlement de la Société des citoyennes républicaines révolutionnaires de Paris (mai 1793).

Jacques Roux, « Le manifeste des Enragés » (21 juin 1793).

Jacques Roux, Le Publiciste de la République française (juillet-août 1793).

Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’Etat social (1793).

Jean-François Varlet, L’explosion (1794).

 

Vient de paraître : Jean-Clément Martin, « Un détail inutile ? Le dossier des peaux tannées, Vendée 1794 »

JC-MartinDetailJean-Clément Martin, Un détail inutile ? Le dossier des peaux tannées, Vendée 1794, Paris, Vendémiaire, coll. Révolutions, 2013, 160 p. ISBN : 978-2-36358-055-9 ; 16 €

Des hommes capturés, exécutés, qu’on aurait écorchés avant de procéder au tannage de leur peau, utilisée pour confectionner des objets ou relier des livres… Le fait est attesté, durant la Révolution. En décembre 1793, près d’Angers, aux Ponts-de-Cé, des milliers de prisonniers vendéens sont tués, selon les témoignages recueillis par les représentants en mission. Quelques-uns citent l’écorchement de 32 hommes sur ordre d’un officier de santé, Pecquel, qui aurait ensuite fait traiter les peaux par un tanneur d’Angers.

Bavure isolée ou bien, comme une légende noire le laisse entendre depuis deux siècles, véritable entreprise d’État ? Des membres du Comité de salut public sont accusés d’avoir installé à Meudon une tannerie de peaux humaines, pour en faire des culottes ou pour relier des exemplaires de la Constitution.

Jean-Clément Martin entreprend ici d’examiner les pièces du dossier, afin de rendre compte des rumeurs, des accusations et des faits, tels qu’ils peuvent être recensés dans les années 1793-1799. Mais au-delà, il inscrit ces éléments dans la perspective plus large de l’histoire de l’écorchement, supplice ou pratique chirurgicale, voire sociale, repérable de l’Antiquité à nos jours.

 

Vient de paraître : Jean-Luc Chappey, « Ordres et désordres biographiques »

CouvChappeyJean-Luc Chappey, Ordres et désordres biographiques. Dictionnaires, listes de noms et réputation des Lumières à Wikipédia, Seyssel, Champ Vallon, coll. La chose publique, 2013, 400 p. ISBN : 978-2-87673-600-9 ; 27 €

 

De la fin du XVIIe au début du XIXe siècle s’étend l’âge des dictionnaires marqué par le succès éditorial de ces genres particuliers et l’affirmation d’une pensée classificatoire qui tend à prendre pour objets tous les éléments du réel, hommes, plantes, animaux. Les dictionnaires historiques et les listes de noms envahissent l’espace public et s’imposent comme de nouveaux supports de lecture du monde politique, social ou culturel. Il s’agit toujours, sous le prétexte de présenter un savoir ordonné, d’opérations de qualification et de disqualification, de réputation ou de stigmatisation. En faisant voler en éclats les modes de reconnaissance anciens, en laissant à des inconnus devenir du jour au lendemain des hommes célèbres, la période révolutionnaire va stimuler la production puis la diffusion d’un genre entièrement renouvelé, le dictionnaire biographique ayant pour vocation de dire qui est qui dans un monde bouleversé. L’auteur analyse ici les modalités à partir desquelles se construit l’écriture des notices biographiques. Une véritable bataille de portraits-écrits se déchaîne entre 1789 et 1840, dont l’enjeu est essentiel pour qui veut conserver et consolider sa réputation ou détruire celle de son adversaire. La biographie n’est plus seulement un récit de vie, elle devient un pouvoir affirmé dans l’espace public et politique, que Jean Luc Chappey définit sous le terme de biocratie. À l’heure de Wikipédia, cette archéologie du Who’s Who de la société révolutionnée s’impose comme une réflexion politique et critique sur les systèmes de reconnaissance des individus en profondes mutations et sur la construction historique des médias qui font et défont des réputations en période de crise.

Jean-Luc Chappey est maître de conférences habilité à diriger des recherches en histoire; il est rattaché à l’Institut d’histoire de la Révolution française de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

 

Introduction

 

Chapitre 1. Une invention du XIXe siècle: la Biographie universelle des frères Michaud

I. Contours et organisation d’une entreprise éditoriale

II. Entre collectes et écritures : les modalités du travail biographique

III. Opposition et résistances

IV. La Biographie universelle et les enjeux de l’écriture de l’histoire

 

Chapitre 2. Dictionnaires au temps des Lumières: critique et opinion publique

I. Au temps des hommes illustres

II. Dictionnaires et République des Lettres

III. Dictionnaires et conflits religieux

 

Chapitre 3.Désordres biographiques et crise politique

I. Une entreprise des Lumières : le dictionnaire de Chaudon

II. Décadence littéraire et crise politique

III. La revanche des pygmées

 

Chapitre 4. Jeux de noms en Révolution (1789-1794)

I. Le temps des listes

II. Une violence par les listes

III. Héroïsme en concurrence

 

Chapitre 5: L’émergence d’une biocratie (1795-1810)

I. Inventer la Terreur et construire la République

II. Savants et brigands. L’impossible stabilisation de la République directoriale

III. Une organisation de l’ordre politique et social

 

Chapitre 6. Batailles de dictionnaires sous l’Empire et la Restauration

I. Le marché des contemporains

II. Dictionnaires et espace politique sous la Restauration (1820-1829)

III. Les effets sociaux du régime des Dictionnaires

 

Chapitre 7. Dicomania et Wikipédia

I. Les dictionnaires et l’écriture de l’histoire contemporaine

II. Les nouveaux supports de publication des notices biographiques

III. La Révolution française dans Wikipédia

 

Conclusion

Sources et bibliographie

Index


	

Vient de paraître : Caroline et Paul Chopelin, « L’obscurantisme et les Lumières »

CouvGregoireCaroline et Paul Chopelin, L’obscurantisme et les Lumières. Itinéraire de l’abbé Grégoire, évêque révolutionnaire, Paris, Vendémiaire, coll. Révolutions, 2013, 281 p. ISBN 978-2-36358-040-5 ; 20 €

Il est entré au Panthéon en 1989, lors des cérémonies célébrant le bicentenaire de la Révolution française, à l’indignation de certains dignitaires de l’Église catholique, qui le considéraient comme un traître, mais aussi de nombreux intellectuels pour lesquels son combat en faveur de l’émancipation des Juifs était entaché des préjugés antisémites propres à son époque. Depuis près de deux siècles, en effet, la mémoire de cet évêque qui signa la Constitution civile du clergé, ne s’opposa pas à la condamnation à mort du roi et poursuivit sous l’Empire une carrière politique, est aussi louée que décriée. Ses thuriféraires mettent en avant son combat pour l’abolition de l’esclavage ; ses détracteurs rappellent sa volonté d’éradiquer les langues régionales… Alors, Grégoire, apôtre radical de la Révolution, ou défenseur des minorités opprimées ? C’est le mérite de ce livre que de rappeler, au fil d’un portrait intellectuel nuancé, la complexité d’une pensée qui fut d’abord théologique et de l’inscrire à la fois dans une généalogie spirituelle et dans les enjeux philosophiques de son temps : Grégoire fut d’abord un catholique fervent, dont la vision millénaristes a fait de la Révolution l’étape nécessaire au règne de Dieu sur la terre. De quoi expliquer bien des contradictions apparentes et bien des prises de position qui peuvent apparaître aujourd’hui comme marquées du sceau de l’anachronisme ou des préjugés.

Présentation de l’ouvrage par Jean-Clément Martin :

Table des matières :

Préface de Bernard Plongeron.

Avant-propos.

Un prêtre des Lumières (1750-1789).

Le député patriote (1789-1791).

Un évêque militant (1791-1793).

Le conventionnel (1792-1795).

Réconciliation de l’Église et de l’État (1794-1801).

L’irréductible opposant (1801-1831).

La République et le messianisme : controverses sur l’émancipation des Juifs.

« L’ami des Noirs ».

Former les citoyens.

Aux origines de la démocratie chrétienne.

Le compagnon de route du parti janséniste.

Des mémoires et des prix, ou les matériaux de la postérité.

Grégoire contre Grégoire, naissance d’un mythe dans le siècle des Révolutions.

Une figure de l’antiracisme dans la France des années 1930.

Hommages et controverses au temps des décolonisations.

Parmi les « Grands Hommes ».

Vient de paraître : Michel Biard, « 1793, le siège de Lyon. Entre mythes et réalités »

Michel Biard, 1793. Le siège de Lyon. Entre mythes et réalités, Clermont-Ferrand, Lemme Edit, 2013, 120 p., ISBN 978-2-917575-36-9, 17.90 €.

 

Dans l’été 1793, la seconde ville française a été déclarée en état de « rébellion » par la Convention nationale, assiégée et bombardée, avant de céder en octobre. L’histoire du siège a suscité une historiographie souvent partisane, mais aussi un martyrologe entretenu deux siècles durant. Les raisons et le déroulement de la révolte lyonnaise ont également fait naître des controverses durables. 220 ans après les faits, ce livre entend proposer une synthèse claire et dépassionnée d’un moment tragique de la Révolution.

 

Table des matières

Introduction

I- Un double jeu de miroirs déformants

II- Un siège en bonne et due forme ?

III– « Lyon fit la guerre à la Liberté, Lyon n’est plus »

Conclusion

Chronologie

Tableaux

Lieux à visiter

Sources et bibliographie

Séminaire RevLoi 2013 : La loi en Révolution

RevLoi2013

Séminaire RevLoi. La loi en Révolution : collection Baudouin

Année 2013 : Figures de législateurs de la Révolution

Responsables : Y.-A. Durelle-Marc ; J.-Ph. Heurtin ; Y. Potin ; P. Serna ; M. Sin Blima-Barru

Présentation

La session 2013 du séminaire poursuit son travail (cf. programmes 2011 et 2012) en association avec les Archives nationales, autour de la fabrique du droit révolutionnaire en se penchant sur l’une des catégories des facteurs du droit. La Révolution française rompt d’avec l’Ancien Régime en établissant de nouveaux cadres et fondements politiques (souveraineté collective, nationale) et juridiques (liberté, égalité, légalité, uniformité). Elle doit de plus, et dès ses commencements, créer entièrement une nouvelle structure institutionnelle (administrations, justice, religion, police et défense, etc.) à l’échelle du pays. Ces éléments justifient le rôle fondamental joué par les juristes dans une révolution largement fondée sur le droit (le droit naturel moderne) et dont le droit (la loi) est l’un des moyens immédiats d’expression et de progrès et ceci explique que l’on rencontre parfois l’expression « Révolution des avocats » (ou « Révolution des juristes »), pour manifester le rôle de ce type d’acteurs. Sans doute, l’émergence de la figure mal définie du « juriste » doit-elle être recherchée très en amont, comme une conséquence de la renaissance du droit romain à la fin du XIIe siècle et de l’affirmation de l’État royal (XIIIe s.), dont ils sont les relais, puis de l’État moderne (XVIe s.) et enfin de la monarchie dite « administrative » (XVIIIe s.) ; mais l’irruption massive des juristes sur la scène politique en 1789 marque un tournant décisif. La catégorie des juristes, qui n’est pas constitué sous l’Ancien Régime en tant que telle, se compose d’une série de corps spécialisés (magistrats, avocats, notaires, etc.), structurés d’après les multiples divisions judiciaires et administratives du royaume. Il s’agit donc d’un ensemble hétérogène dont l’unité ne relève pas de l’évidence (diversité des statuts, des fonctions, des circonscriptions, des familles de droit du Nord au Sud, des fortunes et des origines, des réseaux, etc.). À ces juristes d’état s’ajoutent en outre ceux qui, sous d’autres étiquettes (militaires, ecclésiastiques), possèdent une formation ou une expérience juridique ou administrative et qui agissent et contribuent au sein des assemblées révolutionnaires. La caractéristique de ces juristes tient à l’exercice de professions reposant sur la connaissance du droit, c’est-à-dire sur une formation, en principe supérieure, essentiellement dispensée dans les universités de l’Ancien Régime. Ce n’est ainsi pas une condition sociale ou économique qui caractérise le juriste en premier lieu mais la détention d’une compétence acquise par une formation sensiblement commune, fondée sur un système intellectuel cohérent. Les professions juridiques sous l’Ancien Régime constituent encore (avec les emplois militaires et ecclésiastiques) l’une des voies principales de promotion sociale, ce qui peut expliquer le dynamisme des juristes à la fin du XVIIIe siècle, comme l’attractivité des professions qui leurs sont ouvertes. Quoiqu’il en soit des facteurs d’unité relative du groupe des juristes, ils n’en absorbent pas toutes les variétés, ce qui invite à interroger la catégorie, quant à ses contours, ses diversités et, enfin, quant à sa pertinence même.

« Qui sont les juristes ? » et « Qu’est-ce qu’un juriste ? » : ces deux questions doivent être posées préalablement et concurremment afin de cerner les individus qui composent le groupe, d’analyser leurs positions et, enfin, interroger leurs pratiques. Et cette interrogation initiale en entraîne une autre : les juristes forment-ils dans les assemblées révolutionnaires, un groupe ou bien manifestent-ils un caractère spécifique quant à leurs comportements et leur rôle ? en d’autre termes, peut-on considérer la catégorie des « juristes » comme exerçant une influence normative sensible sur le droit révolutionnaire ? L’avènement des juristes en 1789 – s’il s’avère –, induit encore de rechercher s’il existe auparavant des matrices préparatoires aux assemblées révolutionnaires (institutions judiciaires, assemblées administratives, ecclésiastiques, etc.), dans lesquelles les juristes se seraient déjà distingués ou par lesquelles ils se seraient formés à l’exercice des fonctions parlementaires (et qui compléterait en somme la formation initiale et l’exercice professionnel) Des figures, distinguées par leurs contributions es qualité de « juristes », dans le cours de la décennie révolutionnaire et au-delà, feront aussi l’objet de l’étude afin d’illustrer concrètement le type du « juriste » : figures ponctuelles ou, au contraire, insubmersibles de la période, ces parcours permettrons de mieux comprendre ce qui uni les juristes et constitue leur culture commune, elle-même vecteur d’une conception de la loi et du droit et, par conséquent, facteur d’une construction de la Révolution française, de ses objectifs et de ses évolutions, puis de son legs. Et, en parallèle de ces prosopographies de juristes d’état, on s’interrogera, par le même moyen, sur la manière dont on devient juriste dans une assemblée révolutionnaire, c’est-à-dire sur le cheminement de non-juristes qui se font experts es droit à l’occasion de leur expérience parlementaire et portent des conceptions du droit convergentes, complémentaires ou originales. Enfin, le séminaire examinera ce qui sous-tend tout l’effort normatif de la Révolution, soit la codification qui préside aussi bien aux déclarations et aux constitutions qu’au droit commun (civil, pénal, commercial et procédures). En effet, quoique cette ambition n’ait été atteinte qu’à l’échelle constitutionnelle et, d’une manière précaire, dans le domaine du droit pénal (1791), quoiqu’encore il soit revenu à l’Empire d’accomplir l’œuvre complète (les « cinq codes »), la codification figure l’objectif constant et structurant de la production juridique révolutionnaire, et elle suppose, de la part des législateurs, une idée de ce doit être le droit nouveau et de la fonction qui lui échoit, éléments dont il s’agira de rechercher les principes.

Programme

13 mars 2013. – Séance 1 à l’IHRF (Sorbonne) de 17h à 19h

Présentation par les organisateurs/trices : P. Serna, M. Sin Blima-Barru, Y.-A. Durelle-Marc.

  • J.-L. Halpérin (Centre de Théorie et Analyse du Droit, École normale supérieure) :« Juristes » et « hommes de loi » : une communauté ?.
  • Répondant : P. Serna (ANR RevLoi/IHRF).

20 mars 2013. – Séance 2 aux Archives nationales (Pierrefitte) de 17h à 19h

Table-Ronde : Les juristes dans les assemblées révolutionnaires : un parti ?(autour des travaux de E.H. Lemay, Chr. Le Digol, M. Baguenier Desormeaux-Bréguet) avec Chr. Le Digol (Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense), H. Leuwers (Institut de Recherches historiques du Septentrion, Univ. Lille III, ACTAPOL). Séance animée par Y.-A. Durelle-Marc (ANR RevLoi / Centre de Recherches sur l’Action locale, Univ. Paris Nord-Paris 13).

27 mars 2013. – Séance 3 à l’IHRF (Sorbonne) de 17h à 19h

  • Ph. Bertholet (IHRF), Les avocats parisiens de la fin de l’Ancien Régime et leur destin dans les assemblées révolutionnaires de 1789 à l’an VII.
  • Fr. Hildesheimer (Archives nationales) L’enregistrement des actes royaux au Parlement de Paris.
  • Répondant : Y.-A. Durelle-Marc (ANR RevLoi / Centre de Recherches sur l’Action locale, Univ. Paris Nord-Paris 13).

3 avril 2012. – Séance 4 aux Archives nationales (Pierrefitte) de 17h à 19h

  • G. Andro (CERHIO, Univ. Rennes II), Des procureurs généraux syndic aux législateurs, parcours.
  • Répondant : P. Serna (ANR RevLoi, IHRF).

10 avril 2013. – Séance 5 à l’IHRF (Sorbonne) de 17h à 19h

  • D. Ogilvie (Archives nationales) et M. Sin Blima-Barru (Archives nationales) : La bataille des Archives : qualifier le travail des législateurs.

17 avril 2013. – Séance 6 aux Archives nationales (Pierrefitte) de 17h à 19h

  • V. Martin (IHRF), Les législateurs et la diplomatie : La politique extérieure sous la Révolution (1789-1795).
  • Répondant : L. Pierry (Centre d’Études sur la Sécurité internationale et les Coopérations européennes, Univ. Grenoble 2)
  • B. Gainot (IHRF), Les législateurs des colonies (l’originalité de la législation des assemblées coloniales).
  • Répondant(e) : L. Pierry (Centre d’Études sur la Sécurité internationale et les Coopérations européennes, Univ. Grenoble 2)

24 avril 2013. – Séance 7 à l’IHRF (Sorbonne) de 17h à 19h

  • Y. Potin (Archives nationales) : « Censeur des Loix » et Archiviste national : la figure d’Armand-Gaston Camus, entre « nouveau Solon » et « pontife constitutionnel ».
  • Répondante : A. Simonin (ANR RevLoi /CNRS /Maison Française d’Oxford).

15 mai 2013. – Séance 8 aux Archives nationales (Pierrefitte) de 17h à 19h

  • Y.-A. Durelle-Marc (ANR RevLoi/Centre de Recherches sur l’Action locale, Univ. Paris Nord-Paris 13) : J.-D. Lanjuinais (1753-1827) : professeur, avocat, législateur.
  • Répondant : J.-Ph. Heurtin (ANR RevLoi / SAGE IEP de Strasbourg).

22 mai 2013. – Séance 9 à l’IHRF (Sorbonne) de 17h à 19h

  • C. Blanc-Chopelin (LARHRA UMR 5190), Les évêques constitutionnels à l’Assemblée législative (1791-1792).
  • Répondants : T. Tackett (Université de Californie) & Y. Fauchois (Bibliothèque nationale de France).

29 mai 2013. – Séance 10 aux Archives nationales (Pierrefitte) de 17h à 19h

Table-Ronde : Le rôle des législateurs dans les comités des assemblées révolutionnaires avec M. Sin Blima-Barru (Archives nationales), V. Martin (IHRF) et M. Betlem Castellà y Pujols (IUHJVV, Universitat Pompeu Fabra, Barcelonne).

5 juin 2013. – Séance n°11 à l’IHRF (Sorbonne) de 17h à 19h

Table-Ronde : Codification (impossible ?), 1789-1848 avec A. ZARADNY (Univ. Versailles-St. Quentin, MCF Droit public, Centre de recherche Versailles-St. Quentin, Institutions publiques), Gw. Guyon (Université Rennes 1, Centre d’Histoire du Droit). Séance animée par Y.-A. Durelle-Marc (ANR RevLoi / Centre de Recherches sur l’Action locale, Univ. Paris Nord-Paris 13)

Une source sur la Révolution de Saint-Domingue : « La vie aventureuse de Norbert Thoret »

Norbert Thoret (1767-1850) est un tailleur français qui a vécu à Saint-Domingue entre 1790 et 1793, puis entre 1802 et 1809. J.-C. Nouet, l’un de ses descendants, a publié ses Mémoires : La Vie aventureuse de Norbert Thoret, dit l’Américain, 2007, 137 p. Ce document contient  de nombreux détails susceptibles d’intéresser les historiens de la période. Il fut l’un des rares blancs a survivre aux massacres accompagnant la déclaration d’indépendance haïtienne en 1804. Il conserva ensuite des relations avec les principaux dirigeants politiques de l’île, notamment Jean-Jacques Dessalines et Henri Christophe. Capturé par les Anglais, il passa plusieurs années en détention en Ecosse, avant de pouvoir regagner la France.

Il s’agit malheureusement d’une édition hors-commerce, mais un exemplaire a été déposé à la BNF (2013-58989), ainsi qu’à la Bibliothèque de l’Institut (TL 6588), où les chercheurs peuvent les consulter.

Information communiquée par Jeremy Popkin, que nous remercions.

Bibliographie : Robert Duval, « Anciens colons de Saint-Domingue réfugiés en Haute-Marne : Norbert Thoret et sa fille Françoise-Félicité », Les Cahiers haut-marnais, n° 125, 1976.

Parution du nouveau numéro de la LRF (2012-3) : Les comités des assemblées révolutionnaires

ComitésLRF

La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’Histoire de la Révolution française

2012-3. Les comités des assemblées révolutionnaires : des laboratoires de la loi

Guillaume Mazeau : Avant-propos.

Maria Betlem Castella I Pujols : Introduction. Que sait-on aujourd’hui des comités des assemblées parlementaires ?

Serge Aberdam : Note sur le Comité de division et quelques problèmes liés.

Emilie Cadio : Le comité de sûreté générale (1792-1795).

Maria Betlem Castella I Pujols : Métamorphoses d’un comité : le Comité des pétitions et de correspondance sous la Convention nationale.

Alain Cohen : Le Comité des Inspecteurs de la salle : une institution au service de la Convention nationale (1792-1795).

Manuel Covo : Le Comité des colonies. Une institution au service de la « famille coloniale » (1789-1793) ?

Annie Jourdan : La Convention ou l’empire des lois.

Virginie Martin : Le comité diplomatique : l’homicide par décret de la diplomatie (1790-1793) ?

Raphael Mata Duvignau : Le Comité de salut public (6 avril 1793-4 brumaire an IV).

Martine Sin Blima Barru : Le Comité des décrets.

Revue en ligne, intégralement consultable sur le site revues.org : http://lrf.revues.org/index.html