Archives par mot-clé : société des études robespierristes

Communiqué de la SER après l’émission de France 3 « Robespierre, bourreau de la Vendée? »

SERPar le communiqué suivant, la Société des études robespierristes condamne l’entreprise de désinformation historique menée dans le cadre de l’émission « L’ombre d’un doute », diffusée le 7 mars dernier sur France 3 et titrée « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Comme dans ses précédentes émissions, Franck Ferrand entend mettre en valeur des thèses « iconoclastes » qui contredisent une histoire officielle, élaborée par des universitaires supposés « corporatistes » et soucieux de perpétuer les vieux mythes du roman national républicain. Bien qu’inscrite dans une démarche quelque peu démagogique de critique du « politiquement correct », l’intention pourrait paraître  louable si chaque partie était équitablement interrogée dans un débat conclusif, ce qui n’a pas été le cas ici.

Dès son titre l’émission ignore les réalités les mieux établies par le travail des historiens : jamais Robespierre n’a commandé la « destruction » de la Vendée. Il n’a d’ailleurs jamais pris spécifiquement position sur le sujet lors de ses interventions à la tribune de la Convention. Affirmer en outre qu’il dirigeait le Comité de Salut public est une pure contre-vérité, reprenant le vieux mythe thermidorien de « la dictature de Robespierre ». L’absolue nécessité de la répression de l’insurrection vendéenne était une évidence pour l’ensemble des députés de la Convention. Alors pourquoi laisser à Robespierre la seule responsabilité de toutes les violences de cette période ? Pour faciliter les comparaisons abusives avec les totalitarismes du XXe siècle ? Pour, à des fins idéologiques plus ou moins avouables, donner à la Révolution française son Hitler ou son Staline, quitte à travestir totalement la réalité ? Les téléspectateurs de France 3, férus d’histoire de France, méritent mieux que cela. L’action politique de Robespierre n’est pas une donnée historique acquise et fait l’objet de réévaluations constantes, qui ne sont pas hagiographiques. L’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I) lui consacre ainsi cette année un séminaire, ouvrant de nouvelles perspectives de recherche (http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article635), tandis qu’un collectif d’historiens de la Société des études robespierristes s’apprête à publier une biographie du personnage sans a priori idéologique, destinée à dissiper aussi bien la légende noire que la légende dorée qui environnent le personnage.

Quant à la question du « génocide » vendéen, la Société des études robespierristes ne cherche évidemment pas à nier, et encore moins à justifier, les massacres de populations civiles à grande échelle opérés par les armées républicaines dans certains départements de l’Ouest. Il faut rappeler simplement que les violences de 1793-1794 ne se sont pas limitées à la région qualifiée de « Vendée » : des mouvements répressifs très brutaux ont également été menés dans d’autres départements, théâtres d’insurrections ou menacés d’invasion, comme le Lyonnais, le Bordelais ou le Midi. Le vocabulaire d’« extermination », notamment celui de « race rebelle » et de « destruction des brigands », y était tout autant employé qu’en Vendée, mais avec des conséquences humaines bien différentes, ce qui invalide totalement la théorie dite du « génocide par petits bouts de papier » défendue dans l’émission. En outre, les généraux républicains n’étaient pas les seuls à exercer des représailles sur la population civile dans le cadre de ce qui a pu être qualifié par certains historiens de « guerre totale ». Rappelons, par exemple, que l’armée autrichienne s’est livrée à des actes de tortures et à des massacres de populations civiles dans la vallée de la Moselle en septembre 1793. L’ampleur et les modalités d’exécution de ces violences de masse, pas uniquement en « Vendée » et pas uniquement en 1793-1794, restent encore largement à étudier, contrairement à ce qu’affirment péremptoirement les journalistes de l’émission « L’Ombre d’un doute ».

De la même façon, la Société des études robespierristes désapprouve les motifs de la proposition de loi déposée le 6 mars dernier, veille de la diffusion de l’émission – hasard du calendrier ? –, par un groupe très restreint de députés appartenant à la majorité présidentielle (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion4441.asp). Contrairement à ce qu’affirment ces députés, les faits ne sont pas « clairement établis ». Les « dépouillements minutieux » d’archives n’ont pas été réalisés : il reste encore beaucoup à faire, tant dans les dépôts locaux que nationaux. La recherche sur les politiques de la Terreur est aujourd’hui conduite, sans aucune complaisance, par les historiens universitaires et amateurs, recherche à laquelle participent activement les membres de la Société des études robespierristes. Les travaux les plus récents, comme ceux qui sont en cours sur les comités de surveillance (http://ser.hypotheses.org/362), démontrent très bien que les organes répressifs n’ont jamais fonctionné de manière uniforme, qu’il est important de distinguer la part des initiatives locales des instructions du pouvoir central. Avant de se livrer à des comparaisons hâtives avec l’Allemagne nazie, l’Union soviétique ou le Kampuchea démocratique, il faut mieux connaître l’histoire de la violence politique et militaire en France dans les années 1790 et la comparer avec les pratiques antérieures de violences à l’égard des populations civiles (guerres de Louis XIV et guerre de Sept Ans notamment).

Face à l’accumulation des erreurs historiques présentes dans l’émission et l’ignorance du travail des chercheurs spécialistes de la période qu’elle manifeste, la Société des études robespierristes estime devoir demander un droit de réponse à la direction de France 3. Elle lui propose d’organiser un débat de qualité entre historiens, afin d’offrir aux téléspectateurs les moyens de saisir plus objectivement les enjeux de cette période complexe ainsi que leurs résonnances mémorielles dans la France contemporaine.

Communiqué rédigé collectivement à la demande de l’Assemblée générale de la SER réunie le 17 mars 2012 à Paris par Serge Bianchi, Paul Chopelin, Anne Jollet, Julien Louvrier et Fanny Panhaleux.

Journée d’étude – Surveillance révolutionnaire : Les comités de surveillance dans l’Ouest en guerre 1793-1794

Le Vendredi 30 mars 2012 à l’Université de Poitiers – UFR des sciences humaines et arts

Journée organisée par la Société des études robespierristes, le Groupe de recherche Enquête nationale sur les comités de surveillance et le Laboratoire CRIHAM – Université de Poitiers.

Comité d’organisation : Anne Jollet, laboratoire CRIHAM, université de Poitiers, Danièle Pingué, Laboratoire des Sciences historiques, Université de Franche-Comté, et Jean-Paul Rothiot, maître de conférences honoraire Université de Lorraine, coordonnateurs Enquête nationale de la Société des études robespierristes.

PROGRAMME

9H30         Accueil

9H45 :       Présentation par Jérôme Grévy, directeur du Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers ; Introduction, par Anne Jollet, Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers

10H30 :     Table-ronde 1 : Les sources : état des lieux et conséquences méthodologiques et interprétatives

Intervenant/es : Stéphane Calvet (La situation en Charente), Gwénaël Murphy et Yves Pierronne (Deux-Sèvres), Anne Jollet (Vienne), Bruno Hervé (Loire-Atlantique),

11H45 :     Débat

Discutant/es : point de vue comparatiste Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, coordonnateurs de l’enquête nationale, Philippe Daumas, membre du Groupe Enquête nationale de la SER (Loir-et-Cher), Jérôme Lamy, docteur en histoire, membre du CRIHAM

12H30 :     Repas

14H :           Table ronde 2 : Comités de surveillance en terre de guerre intérieure ouverte : spécificités de l’Ouest ?

Intervenant/es : Bruno Hervé (Situation en Loire-Inférieure dans la guerre civile 1793-1794), Fanny Panhaleux (Face aux attaques chouannes dans le district de Rennes), Gwenaël Murphy (Surveillance des femmes, Vienne, Deux-Sèvres) ».

15H :          Débat

Discutant/es : Françoise Brunel, Université de Paris 1, Dominique Godineau, Laboratoire CERHIO, Université de Rennes 2, Jean-Clément Martin, Université de Paris 1 IHRF

Pause

15H45 :     Table ronde 3 : Quels jeux des pouvoirs autour des comités de surveillance ? Pouvoirs locaux, pouvoirs nationaux, pouvoirs institués, pouvoirs des sociétés, pouvoirs des réseaux.

Intervenant/es : Stéphane Calvet (Charente), Claudy Valin (Charente-Inférieure), Anne Jollet (Vienne), Yves Pierronne (Deux-Sèvres)

16H45 :     Débat

Discutants : Antoine Renglet, FUNDP, Université de Namur, Gilles Malandain, Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers

17h45 :     Conclusion de la journée

Intervenant/es : Jean-Clément Martin, professeur émérite de l’Université de Paris I IHRF, Danièle Pingué, Laboratoire des Sciences historiques, Université de Franche-Comté, et Jean-Paul Rothiot, maître de conférences honoraire Université de Lorraine, coordonnateurs Enquête nationale de la Société des études robespierristes.

Renseignements : Anne Jollet (ap.jollet[at]orange.fr)

Souscription pour les manuscrits de Robespierre : une fête fraternelle conclut une mobilisation citoyenne sans précédent.

Le 5 novembre dernier, la Société des études robespierristes avait convié l’ensemble des donateurs à Ivry-sur-Seine pour célébrer le « rachat » par l’Etat des manuscrits de Robespierre. Après une prise de parole des représentants des associations à l’origine de la souscription et des élus qui l’ont soutenue, Cyril Triolaire, trésorier de la SER, a remis officiellement à Bruno Galland, directeur scientifique des Archives Nationales, un chèque d’un montant de 118 000 euros. La fête fraternelle, à laquelle ont participé plus de 200 personnes, s’est poursuivie avec la projection du film d’Hervé Pernot consacré à Robespierre, suivie d’un débat avec le réalisateur.

Une mobilisation citoyenne inédite

La mobilisation des organisations scientifiques, universitaires, politiques et associatives , mais aussi de plus d’un millier de citoyens de tous âges et de toutes origines géographiques a porté ses fruits. En alertant d’abord sur l’imminence de la vente par Sotheby’s des manuscrits de Maximilien Robespierre conservés pendant deux siècles par la famille Lebas, puis en rassemblant une importante somme d’argent, elle a permis la préemption et le rachat des manuscrits par l’Etat et leur entrée définitive dans les collections publiques. Le samedi 5 novembre, en la salle « Robespierre » d’Ivry-sur-Seine, agrémentée pour l’occasion de deux expositions consacrées à l’histoire de la Révolution française, d’une sélection de lettres des donateurs et de la projection en continue des manuscrits numérisés, la SER a remis l’ensemble des fonds collectés au printemps, soit la somme de 118 000 euros, à Bruno Galland, représentant de l’Etat.

De gauche à droite : S.Aberdam, J.Ralite, S.Gosnat, C.Lemorton, P.Bourdin et B.Galland.

Le rôle de la Société des études robespierristes dans l’espace public

Au cours de cette cérémonie les principaux acteurs de la mobilisation se sont succédé à la tribune. Serge Aberdam, secrétaire général de la SER, a ouvert la journée en rappelant le caractère « irremplaçable » de Robespierre pour quiconque, robespierriste ou non, voudrait avoir sur la Révolution française « un point de vue d’ensemble ». Puis Pierre Gosnat, député-maire d’Ivry, a accueilli les participants dans cette belle salle municipale et fait part de sa volonté de contribuer, avec sa ville, à la pérennité des activités de la SER. En l’absence de Michel Biard, président de la SER, retenu par une mission universitaire au Japon, c’est Philippe Bourdin, président sortant qui a pris la parole. Dans son allocution (texte téléchargeable ici : Discours P.Bourdin) celui-ci a souligné les difficultés auxquelles la mobilisation a dû faire face dans un contexte politique peu favorable, avec un pouvoir très soucieux de l’histoire nationale certes, mais à condition qu’il puisse l’encadrer au plus près et l’instrumentaliser à son profit. En organisant avec d’autres la souscription, la Société des études robespierristes, a-t-il ajouté, a démontré la pertinence de son statut d’association reconnue d’utilité publique.

Présents aux côtés des associations, organisations et institutions tout au long du combat, les élus qui ont relayé la mobilisation de façon décisive dans leur assemblée respective ont également pris la parole. Dans une intervention brève mais colorée, C. Lemorton, députée socialiste de Haute-Garonne, a raconté comment elle avait tenu à citer Robespierre dans l’hémicycle malgré les quolibets et les sifflets des parlementaires de droite. La sauvegarde de ces manuscrits, a-t-elle ensuite expliqué, est une chance à saisir pour « reparler de Robespierre ». Jack Ralite, ancien sénateur communiste de Seine-Saint-Denis, a insisté pour voir dans le succès de l’initiative la preuve de « l’attachement silencieux » des citoyens à la figure de Robespierre. S’adressant à la Société des études robespierristes et plus généralement aux historiens, il a fait part de l’urgence qu’il y aurait à publier un petit livre sur l’Incorruptible car la nécessité de connaître et faire connaître Robespierre s’impose aujourd’hui comme une évidence. Version robespierriste de l’injonction de Stéphane Hessel à s’indigner, le sénateur a proposé enfin de lancer dans le pays un nouveau mot d’ordre : « incorruptibilisez-vous » !

Intervenant en dernier, le directeur scientifique des Archives Nationales, Bruno Galland, qui représentait le directeur du patrimoine empêché à la dernière minute, a su trouver des mots justes pour remercier les donateurs, saluer la démarche et rappeler les missions du service public que sont les Archives Nationales. Sa prestation a été appréciée de tous.

 

[VIDEO. 16’ extraits des discours de Aberdam, Gosnat, Bourdin, Lemorton, Ralite, Galland + remise du chèque]

 

Une initiative originale qui invite les spécialistes de la période révolutionnaire à s’adresser davantage au grand public

Le 5 novembre, de 14h30 à 18h30, ce sont 200 à 300 personnes qui ont fréquenté la fête, avec une variation et une rotation selon les intérêts de chacun. Le film de Hervé Pernot, Robespierre, a été présenté par lui-même et projeté dans de bonnes conditions techniques. Il a rencontré un réel intérêt auprès d’un public large. Les spécialistes, bien entendu, en jugent chacun selon son opinion et le débat aurait pu durer plus longtemps. Au final, il s’agit d’un événement à la fois riche (expositions multiples, tables de livres, film, projection des manuscrits) et chaleureux.

La réussite de la mobilisation et le succès rencontré par cette fête fraternelle conduisent à s’interroger sur la place retrouvée de la Société des études robespierristes dans l’espace public. Cette « vieille dame centenaire sans domicile fixe », comme s’est amusé à rappeler Philippe Bourdin, a su rassembler, fédérer et mener à bien une souscription de grande envergure pour un objectif qui était loin d’être gagné d’avance. L’écho rencontré par cette initiative est une invitation à assumer un rôle citoyen qui dépasse les murs de l’université. Certes, la perspective du 220e anniversaire de la réunion de la Convention et de la naissance de la République n’a pas suscité les discussions espérées, mais l’heure était surtout à la fête. Il appartient désormais à la SER et à ses partenaires, à partir des liens tissés ces derniers mois avec les associations, avec les donateurs – dont un certain nombre a manifesté le désir de nous rejoindre –, mais aussi avec la presse qui a très largement relayé nos initiatives, de construire des manifestations de nature scientifique tournée vers le grand public. Il existe dans le pays une demande très vive pour débattre de l’histoire nationale et une soif de savoirs scientifiquement élaborées pour alimenter ces discussions auxquelles la SER a toute légitimité à contribuer.

Julien Louvrier

Manuscrits de Robespierre : Fête fraternelle le 5 novembre

Le 5 novembre prochain, à partir de 14h, au centre le Robespierre à Ivry-sur-Seine (2 rue Robespierre, métro ligne 7, Mairie d’Ivry), la Société des études robespierristes organise une fête fraternelle et républicaine pour célébrer l’entrée dans les collections publiques des manuscrits inédits de Robespierre.

Que vous ayez ou non participé à la souscription nationale qui a permis de sauvegarder les manuscrits de l’Incorruptible et de Lebas, vous êtes le bienvenu(e) à cette réunion publique au cours de laquelle sera projeté le film Robespierre d’Hervé Pernot (suivi d’un débat en présence du réalisateur). Elle sera aussi l’occasion d’évoquer l’actualité des études sur la Révolution française, de découvrir les publications de notre Société et des associations amies partenaires de l’opération, ainsi que de discuter du 220e anniversaire, le 21 septembre 2012, de la réunion de la Convention nationale et de la naissance de la Première République, qu’il conviendra de célébrer.

Afin de pouvoir vous accueillir dans les meilleures conditions et d’entrechoquer nos verres de la meilleure manière, nous vous encourageons à vous inscrire dès à présent (en cliquant sur le lien) et d’imiter celles et ceux qui nous ont déjà assurés de leur présence.

CA du 21 mai 2011 : élection du nouveau bureau de la SER et de la nouvelle équipe de rédaction des AHRF

Logo SERElection du nouveau bureau de la Société des études robespierristes et de la nouvelle équipe de rédaction des AHRF par le Conseil d’administration du 21 mai 2011

Le CA de la Société des études robespierristes s’est réuni le 21 mai 2011. Etaient présents Serge Aberdam, Marc Belissa, Serge Bianchi, Michel Biard, Philippe Bourdin, Jean-Luc Chappey, Annie Crépin, Malcolm Crook, Jean-Numa Ducange, Annie Duprat, Pascal Dupuy, Bernard Gainot, Dominique Godineau, Anne Jollet, Hervé Leuwers, Julien Louvrier, Danièle Pingué, Frédéric Régent, Pierre Serna. Etaient excusés et représentés Jean-Pierre Jessenne, Martine Lapied, Cyril Triolaire.

Les élections pour choisir au sein du CA les nouveaux membres du bureau de la Société et de l’équipe de rédaction des AHRF ont été ouvertes par Philippe Bourdin, président sortant.

Celui-ci ayant au préalable annoncé qu’il ne souhaitait pas se représenter, Michel Biard s’est porté candidat pour la présidence de la Société et a présenté les motivations de sa candidature. Aucun autre candidat ne s’est déclaré. Sur 22 votants (19 présents + 3 procurations), le dépouillement a abouti à un refus de vote, 19 voix en faveur de ce candidat et  2 bulletins blancs. Michel Biard est élu président de la Société.

Malcolm Crook s’est ensuite porté candidat pour la vice-présidence et a exposé les raisons de sa candidature, notamment sa volonté d’être chargé des relations internationales de la Société. Aucun autre candidat ne s’étant déclaré, il est élu à l’unanimité (22 votants).

Serge Aberdam s’est déclaré candidat pour les fonctions de secrétaire-général, qu’il remplissait déjà au sein du bureau sortant, et a motivé sa candidature. Aucun autre candidat ne s’étant proposé, il est réélu à l’unanimité avec 21 voix (+ un refus de vote).

Jean-Paul Rothiot, absent et représenté, a fait connaître sa volonté d’être candidat pour les fonctions de secrétaire-général adjoint, qu’il occupait dans le bureau sortant. Aucun autre membre du CA n’ayant fait acte de candidature, il est réélu à l’unanimité (22 votants).

Cyril Triolaire, absent et représenté, a envoyé un courrier pour se porter candidat comme trésorier, fonction qu’il occupait dans le bureau sortant. En l’absence d’un autre candidat déclaré, il est réélu à l’unanimité (22 votants).

Danièle Pingué s’est alors déclarée candidate comme trésorière-adjointe, fonction qu’elle remplissait déjà au sein du bureau sortant, et a exposé les raisons de sa candidature. Aucun autre candidat ne se présentant, elle est réélue à l’unanimité avec 21 voix (+ un refus de vote).

Hervé Leuwers a ensuite présenté sa candidature aux fonctions de directeur des AHRF et l’a motivée. Aucun autre candidat ne s’est proposé. Il obtient 20 voix sur 21 (+ un refus de vote), 1 bulletin étant blanc, et est élu.

Pour clore ces scrutins nominaux successifs, Annie Crépin s’est déclarée candidate comme rédactrice en chef des AHRF et a exposé les raisons de sa candidature. Aucun autre candidat ne s’est déclaré. Sur 21 votants (+ un refus de vote), elle obtient 19 voix, 2 bulletins étant blancs, et est élue.

Hervé Leuwers a alors exposé ses souhaits quant à l’organisation du travail au sein du nouveau comité de rédaction des AHRF et proposé d’élargir celui-ci de 3 à 4 membres, avec, d’une part, Bernard Gainot et Pascal Dupuy, membres du comité sortant qui seraient reconduits dans leurs fonctions ; d’autre part, Guillaume Mazeau et Karine Rance qui entreraient au comité. Cette proposition a été soumise à un ultime vote sur la liste ainsi proposée. Sur 19 votants (+ un refus de vote et deux membres ayant dû quitter le CA avant ce scrutin), elle est acceptée par 17 voix, 2 bulletins étant blancs.

Par ailleurs, Julien Louvrier, webmestre de la Société et membre du CA, est autorisé à réunir autour de lui une équipe pour s’occuper du développement du site de la Société. Cette équipe réunira autour de lui, Gaid Andro, Marc Belissa, Jean-Luc Chappey, Jean-Numa Ducange et Samuel Guicheteau.

La composition des nouveaux comité de lecture des AHRF et comité scientifique de la Société sera proposée à la prochaine réunion du CA.

Le nouveau bureau du CA est ainsi composé :
Président : Michel Biard
Vice-Président : Malcolm Crook
Secrétaire général : Serge Aberdam
Secrétaire général adjoint : Jean-Paul Rothiot
Trésorier : Cyril Triolaire
Trésorière-adjointe : Danièle Pingué

Le nouveau comité de rédaction des AHRF est, pour sa part, ainsi composé :
Directeur de la revue : Hervé Leuwers
Rédactrice en chef : Annie Crépin
Secrétaires de rédaction : Pascal Dupuy, Bernard Gainot, Guillaume Mazeau, Karine Rance

Manuscrits de Robespierre : Communiqué de presse de la Société des Etudes Robespierristes et de l’Institut d’Histoire de la Révolution française

L’État a finalement exercé son droit de préemption à l’occasion de la vente aux enchères des manuscrits de Robespierre chez Sotheby’s, à Paris, le mercredi 18 mai.

La Société des études robespierristes, l’Institut d’Histoire de la Révolution française (CNRS/Paris I Panthéon Sorbonne) et tous ceux, associations et citoyen(ne)s, qui se sont mobilisés se réjouissent de cette heureuse nouvelle. Notre élan collectif consacre la conception de fonds d’archives ouverts au public et la patrimonialisation de pièces indispensables à la juste appréciation de l’Histoire de la Révolution française.

La direction des Archives Nationales, représentée dans la salle des ventes, a préempté à l’issue de l’enchère sur les lots n°31 (Lebas) et n°32 (Robespierre), en se faisant à chaque fois chaleureusement applaudir par l’assistance. Les prix sont très élevés, le total se chiffrant à 979 400 euros (respectivement 65 000 et 750 000 euros pour chacun des lots, plus les taxes). Les Archives Nationales disposent de 15 jours, à dater du 18 mai, pour réunir la somme nécessaire. La souscription nationale lancée par la Société des études robespierristes a permis de recueillir jusqu’à présent près de 100 000 euros de dons et promesses de dons.

Cependant à l’heure actuelle, la somme totale n’est encore pas réunie dans son intégralité et le risque demeure de voir l’Etat dans l’incapacité de la verser le jour voulu.

Il faut donc se mobiliser encore davantage. D’autres institutions et collectivités locales, tels la ville d’Arras, le conseil général du Pas-de-Calais, la région Nord, la Ville de Paris, mais aussi l’Assemblée nationale et le Sénat, pourraient participer à ce sauvetage.

Ces documents précieux ne sont pas appelés à dormir dans des cartons, mais seront étudiés et surtout pourront être montrés dans des expositions, puis être édités et diffusés largement.

C’est pourquoi la Société des études robespierristes et l’Institut d’Histoire de la Révolution française appellent à poursuivre l’effort engagé et invitent tous les citoyen(ne)s qui le souhaitent à s’y associer, comme l’ensemble des collectivités locales. De l’amplification des dons résultera enfin l’acquisition définitive de ces précieux manuscrits.

Les sommes versées donneront droit pour les particuliers à une réduction d’impôt équivalente aux deux tiers du don (dans la limite de 20% du revenu imposable). Les chèques libellés à l’ordre de la Société des études robespierristes (SER) et porteurs de la mention « Pour les manuscrits de Robespierre » sont à adresser à cette Société avant le 31 mai, au 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05. Les donateurs qui le souhaitent peuvent faire parvenir leur don par virement bancaire sur le compte de la Société des études robespierristes en notifiant « Pour les manuscrits de Robespierre » dans le formulaire de transfert (demander le RIB/code IBAN à contact@revolution-francaise.fr).

Michel Biard, Président de la Société des études robespierristes, Pierre Serna, Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française.

 

Colloque – Les nuits de la Révolution française

Affiche colloqueCo-organisé par le Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (Université Clermont 2), la Société des études robespierristes et l’Institut d’Histoire de la Révolution française (Université Paris 1-Sorbonne).

Clermont-Ferrand, 5 et 6 septembre 2011

Les travaux de Simone Delattre (Les Douze heures noires. La nuit à Paris au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 2000) et d’Alain Cabantous (Histoire de la nuit, XVIIe-XVIIe siècle, Paris, Fayard, 2009) ont montré tout l’intérêt des études sur ce moment si particulier qu’est la nuit dans la vie privée et collective des individus, pour leur vécu comme pour leur imaginaire. Le second s’est attaché, au carrefour de l’histoire des mentalités, de l’anthropologie et de l’histoire sociale, à analyser les interactions subtiles et complexes entre les systèmes de représentations et les enjeux sociaux de la nuit dans une Europe du Nord-Ouest et du Sud qui fait la part belle à la France, au Royaume-Uni, à l’Espagne et à l’Italie. Il mobilise les sources les plus diverses pour démonter la construction idéologique, mentale et littéraire de l’espace-temps nocturne, avant de le peupler des pratiques qui lui sont propres (travail, veillées, fêtes, sexualité), et de marquer l’ « invention de l’intimité ». Le repli nocturne dans la chambre à coucher devient ainsi un indice essentiel du changement de civilisation, qui voit s’affirmer l’« individu » au sens « moderne » tandis que l’onirisme perd progressivement son aspect mystérieux, voire sacré, pour n’être plus qu’une production personnelle liée à la vie corporelle (les humeurs notamment). Si John Wesley, fondateur du méthodisme, mène des combats imaginaires contre des taureaux furieux, l’Église de la Réforme catholique évacue les « songes divins », et avec eux tout ce qui pourrait mettre en relief l’individu face à l’institution (songes, mystique, possession diabolique). Malgré des efforts soutenus, elle ne parvient pas à éradiquer totalement au XVIIe siècle les liturgies nocturnes – et en use même dans le bassin méditerranéen pour rendre plus édifiantes les missions et les processions, pour maintenir l’ordre croyant par des oraisons crépusculaires, la dévotion des 40 Heures, la fête de Saint-Jean-Baptiste et la nuit de Tobie. Ainsi demeurent des mariages, des funérailles des hautes couches de la noblesse, qui exprime là une volonté de distinction sociale en phase avec la sensibilité baroque et un libre choix jusqu’aux instants ultimes, lit et tombeau se rejoignant dans la métaphore du  sommeil éternel. Pouvoirs et institutions font pourtant progresser la dénonciation « d’une nuit chargée de figures répulsives, condamnables, dangereuses » (discours démonologique, édification par les juristes d’un droit spécifique), qui amènent à s’interroger sur la réalité des « déviances », du tapage nocturne aux bandes de voleurs, en passant par les duels et les vols de cadavres. Quadrillage et surveillance du territoire urbain, progrès de l’éclairage disent les efforts des pouvoirs publics et policiers pour mieux contrôler une cité qui n’est jamais totalement endormie, tandis que le Prince use de la métaphore et de l’allégorie pour se faire, en des fêtes royales nocturnes, le maître de la lumière, quand il ne se divertit pas dans les bals, les masques, les concerts, les jeux de société, les soupers fins – qui, depuis le Régent, vont être imités progressivement au cours du XVIIIe siècle par les aristocrates puis les bourgeois fortunés. L’investissement ludique de la nuit conduit à une multiplication des lieux de spectacles (théâtres, concerts, opéras, jeux, bals), de consommation (cabarets), de convivialité (promenades, cercles, sociétés), non sans des pratiques propres à la société juvénile.

Empruntant son titre à Victor Hugo, Simone Delattre a, elle, mené son enquête sur Paris, portant son intérêt sur une histoire des faits, du social et de leurs représentations,  du temps et des façons de le vivre, des lieux de plaisir et de loisirs, des anxiétés bourgeoises, et aussi d’une sensibilité qui s’affine, d’une réceptivité croissante à la nuit (valorisée par la sensibilité romantique, par les « contemplateurs élitistes de la nuit », les noctambules et la bohème oisive qui s’encanaille). Non sans marquer des transitions entre un premier XIXe siècle, moment de transition entre la nuit « indomptée » de type ancien, nuit libre, nuit anarchique dont Mercier ou Restif de la Bretonne se font les chantres, et la normalisation progressive de la nuit parisienne entre 1830 et 1860, au fil de la diffusion de l’éclairage au gaz de Rambuteau à Haussmann, comme sous la contrainte du couvre-feu imposé à la multitude, quand le roman populaire fait de l’anxiété un poncif. Dans une capitale surpeuplée, effervescente, l’obsession sécuritaire au détriment des « classes dangereuses » et l’affirmation du droit au repos, à la protection du privé, justifient la circulation nocturne des patrouilles grises (de policiers en bourgeois) de la Restauration, celles d’une Garde nationale sous la monarchie de Juillet. Elles ont surtout pour effet de repousser les problèmes et les frontières des espaces criminels au-delà des barrières (dans la banlieue puis la zone, ce Paris demeurant obstinément ombreux et désordonné, propice aux bandes qui sévissent en 1826, puis 1836-1839), tandis que prostitution et homosexualité sont réprimées au Palais-Royal et sur les Champs-Élysées.

Alors même que plusieurs champs du savoir peuvent être mobilisés  (histoire urbaine, sociale, politique, culturelle, littérature, histoire de l’art et musicologie), les interactions entre ce temps de l’ombre et la Révolution n’ont quasiment pas été étudiées. Elles ne peuvent pourtant être bénignes en ce moment de « régénération » qui produit un nouveau calendrier, une nouvelle heure, républicaine et décimale, et perturbe donc physiquement et symboliquement les rythmes du quotidien. Elles le sont encore moins si l’on veut bien considérer que les journées révolutionnaires connaissent leurs pendants nocturnes : nuits du 12 au 13, du 14 au 15 juillet 1789, Grande Peur, nuit du 4 Août, du 5 au 6 octobre 1789, de Varennes, du 9 au 10 Août 1792, massacres de Septembre, révolte des esclaves de Saint-Domingue dans la nuit du 22 au 23 août 1791 ; on en passe … Ces événements, s’ils héritent de formes anciennes de protestation et de violence (telle la punition par le feu, les charivaris, les processions carnavalesques), imposent aussi au cœur de l’événement une présence populaire et fantasmagorique, innovent aussi dans les pratiques (justice expéditive, pendaison à la lanterne, investissement des châteaux). La nuit est aussi le moment du complot, des conjurations nobiliaires ou républicaines. Elle est indissociable de l’aménagement du nouvel espace politique et judiciaire, des questions du maintien ou de l’encadrement de l’ordre public, depuis la fondation des gardes nationales jusqu’à l’utilisation politique de ses représentations effrayantes (les visites domiciliaires diligentées en l’an II par les comités de surveillance sauront user pour impressionner des heures les plus avancées). On sait combien  les pouvoirs, les sections, les sociétés populaires, disent siéger en permanence, sans que l’on ait jamais bien mesuré ce que cette proclamation signifiait quant aux modalités des décisions prises après le coucher du soleil, aux conséquences sur le monde du travail dans les couches de la sans-culotterie parisienne ou provinciale.

Car la vie laborieuse (celle des cabaretiers, des boulangers, des forts des Halles, des transporteurs, des balayeurs, des chiffonniers, des migrants, des déménageurs « à la cloche de bois », des écrivains et des artistes, des prostituées, etc.), la vie tout court, ne s’arrête pas lorsque luit l’astre lunaire, très différente de la campagne à la ville. Dans la première, quand la veillée ne réunit pas, les messes clandestines, les processions, les grands combats de la Vendée et du pays chouan, le brigandage peuvent encore mobiliser et percer l’obscurité de chants et de cris de ralliement à dessein inventés ; et l’on n’aura garde d’oublier les bivouacs militaires, les campements de fortune en des territoires souvent lointains et presque toujours inconnus. Dans la seconde, où se développent dans le secret les réseaux de la contre-révolution ou de l’Église réfractaire, les progrès de l’éclairage tentent de prolonger le jour : invitant à communier dans un même idéal, les fêtes, les banquets et les spectacles (dont les salles sont multipliées pendant la Révolution) attirent des foules considérables. Ces derniers mettent eux-mêmes en scène des éléments symboliques et rhétoriques de la nuit (la cave, le souterrain, l’ombre), tels que les affectionnent à la même époque le roman noir, la littérature enfantine édifiante, le théâtre patriotique, les opéras, le mélodrame ou les drames à sauvetage. Le dessin, la peinture, la gravure, la caricature en rendent compte, soit qu’ils enferment dans un univers privé de lumière les ennemis de la Révolution, antiphilosophes ou prêtres obstinément réfractaires, où les allégories du crime (pensons au Phrosine et Mélidore de Prud’hon), soit qu’au contraire ils renvoient la Révolution aux ténèbres, néant ou chaos d’où sortira la restauration catholique et royale, selon les théories développées notamment par Joseph de Maistre.

Abordant les questions de la nuit politique et de l’ordre public, du travail nocturne, de la criminalité du crépuscule, des cultes clandestins, des soirées culturelles, des fantasmes littéraires et artistiques, le colloque ne négligera pas les comparaisons avec les nuits rébellionnaires ou révolutionnaires des années 1770 (Gordon Riots, révolution américaine, révoltes bataves et brabançonnes) et avec les révolutions de 1830 et 1848.

Comité scientifique

Michel Biard (Université de Rouen), Philippe Bourdin (Université Clermont II), Alain Cabantous (Université Paris I-Sorbonne), Hervé Leuwers (Université Lille III), Michel Pertué (Université d’Orléans), Pierre Serna (Université Paris I-Sorbonne)

PROGRAMME (également téléchargeable au format *.doc : programme Nuits )

Première demi-journée

9h00 : Introduction

I. Le temps de l’action politique

– 9h15 : Alain Cabantous (PR, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne), La Nuit comme dramaturgie révolutionnaire. L’exemple des Gordon Riots (Londres, juin 1780).

– 9h35 : Sébastien Pivoteau (Doctorant, Université Blaise-Pascal), Mythes et réalités des investissements nocturnes de châteaux lors des soulèvements ruraux. L’exemple des « Illuminations arpajonnaises » de mars 1792.

– 9h55 : Côme Simien (Master 2, Université Blaise-Pascal), La nuit : temps de la violence ou du retour à l’ordre ? Le cas des massacres de Septembre 1792.

10h15-10h45 : discussion et pause

-10h45 : Valérie Sottocasa (MCF, Université de Toulouse-Le Mirail), Les protestations populaires et la nuit.

– 11h05 : Anne Rolland (MCF, Université Catholique de l’Ouest), Les nuits de la Vendée militaire.

– 11h25 : Samuel Guicheteau (docteur en histoire, Université de Rennes),  « La force armée n’arriva qu’à la nuit ». L’agitation libérale et nocturne à Nantes et à Rennes en juin 1820.

– 11h45 : Jean-Claude Caron (PR, Université Blaise-Pascal), Que font les révolutionnaires la nuit… ? Enquête sur le Paris nocturne de juillet 1830 et de février 1848.

12h05-12h30 : discussion

Deuxième demi-journée

II. Les travaux de la nuit

– 14h30 : Olivier Accarie (Doctorant, Université Paris IV-Sorbonne),  Les heures indues de la Terreur : le commissaire de police et les acteurs de la nuit entre 1793 et 1794.

– 14h50 : Julien Saint-Roman (Doctorant, Université d’Aix-en-Provence), Un ordre ouvrier à travers la nuit : les Commissaires des ouvriers de l’arsenal de Toulon en 1793.

– 15h10 : Romain Grancher (doctorant, Université de Rouen, GHRIS), La réglementation de la pêche de nuit en Seine Inférieure (1803-1814) : modalités, enjeux, résistances.

15h30-15h40 : pause

– 15h40 : Philippe Bourdin (PR, Université Blaise-Pascal), Une nuit à l’hôpital : ordre social, clandestinité et déviances.

– 16h00 : Paul Chopelin (MCF, Université Lyon III), Les nuits de l’Église réfractaire.

16h20-17h : discussion

19h-21h : Séance de nuit au Manoir de Veygoux (maison natale du général Desaix)

Visite d’exposition, concert par les musiciens de l’Orchestre universitaire de Clermont-Ferrand, banquet républicain.

– Bruno Ciotti (docteur en histoire, CHEC), Nuits révolutionnaires, nuits guerrières.

– Patrice Bret, Les nuits égyptiennes.

– Dominique Messineo (ATER, Université d’Orléans), Les bals de la jeunesse dorée entre décadence et provocations : aux origines de la guerre sociale sous Thermidor.

Troisième demi-journée

III. Sociabilités nocturnes

– 9h00 : Guillaume Mazeau (MCF, Université Paris-I-Sorbonne), Révolutionner la nuit : politique et pyrotechnie pendant la Révolution française.

– 9h20 : Cyril Triolaire (Docteur en histoire, Université Blaise Pascal), Faire la nuit. Révolution de jeux de lumières sur scène.

– 9h40 : Geneviève Lafrance (PR,  Université du Québec à Montréal), Les dernières nuits d’un détenu. Passe-temps nocturnes dans les prisons de la Terreur.

– 10h00-10h30 : discussion et pause

– 10h30 : Serge Aberdam (Docteur en histoire, INRA),  À l’heure des repas fraternels.

– 10h50 : Laure Hennequin-Lecomte (Docteur en histoire, Université Marc-Bloch de Strasbourg), « À l’amitié et à la vertu » : les nuits révolutionnaires de la société de la Dui au château de Vizille.

– 11h10 : Guillaume Garnier (doctorant, Universités de Poitiers et de Genève), Du sommeil par le citoyen Chabert : une « saine physiologie ».

– 11h20 : Michel Biard (PR, Université de Rouen), Un bonnet peut en cacher un autre… La symbolique du bonnet de nuit au temps de la Révolution.

11h40-12h10 : discussion

Quatrième demi-journée

IV. Imaginaires et représentations

– 14h00 : Barbara Innocenti (Université de Sienne, Italie), « Les auteurs classiques ont plongé la France dans une nuit éternelle… » : le théâtre révolutionnaire entre construction du « nouveau soi » et représentation de la « réalité ».

– 14h20 : Françoise Le Borgne (MCF, Université Blaise-Pascal), Le « Genre sombre » dans les Nuits révolutionnaires de Rétif de La Bretonne.

– 14h40 : Marie-Emmanuelle Plagnol (PR, IUFM de Créteil), Nuits suspectes et veillées édifiantes dans la littérature enfantine.

– 14h40-15h30 : discussion et pause

– 15h30 : Pascal Dupuy (MCF, Université de Rouen), Cauchemars, rêves et hallucinations, quand la nuit ne porte pas conseil dans les images satiriques (1780-1848).

– 15h50 : Barthélémy Jobert (PR, Université Paris IV-Sorbonne), La notion de « clair-obscur » chez les néo-classiques français, de David à Ingres.

–  16h10 : Michaël Vottero (Docteur en Histoire de l’Art, Élève conservateur de l’Institut National du Patrimoine), Les épisodes nocturnes de la Révolution française dans la peinture du XIXe siècle.

– 16h30-17h30 : discussion et conclusions