Archives par mot-clé : Robespierre

Vient de paraître : « Robespierre », édition en DVD du docu-fiction d’Hervé Pernot (1989)

CouvDVD_Robespierre_1

Robespierre, sa vie, son exercice du pouvoir sont confrontés à l’analyse et au jugement des hommes du Bicentenaire (1989), des historiens (Michel Vovelle, Jean-Paul Bertaud, Serge Bianchi…) et des hommes politiques (Jacques Chaban-Delmas, Michel Debré, Bertrand Renouvin, André Lajoinie, Lionel Jospin). Le film est d’un intérêt tout à la fois historique et historiographique. Il met en scène les moments les plus dramatiques de la vie de Robespierre et offre un regard sur la Révolution française à la fin du XXe siècle.

Prix : 7 € (+ 4 € de frais de port).

A commander sur notre boutique en ligne

Communiqué de la SER après l’émission de France 3 « Robespierre, bourreau de la Vendée? »

SERPar le communiqué suivant, la Société des études robespierristes condamne l’entreprise de désinformation historique menée dans le cadre de l’émission « L’ombre d’un doute », diffusée le 7 mars dernier sur France 3 et titrée « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Comme dans ses précédentes émissions, Franck Ferrand entend mettre en valeur des thèses « iconoclastes » qui contredisent une histoire officielle, élaborée par des universitaires supposés « corporatistes » et soucieux de perpétuer les vieux mythes du roman national républicain. Bien qu’inscrite dans une démarche quelque peu démagogique de critique du « politiquement correct », l’intention pourrait paraître  louable si chaque partie était équitablement interrogée dans un débat conclusif, ce qui n’a pas été le cas ici.

Dès son titre l’émission ignore les réalités les mieux établies par le travail des historiens : jamais Robespierre n’a commandé la « destruction » de la Vendée. Il n’a d’ailleurs jamais pris spécifiquement position sur le sujet lors de ses interventions à la tribune de la Convention. Affirmer en outre qu’il dirigeait le Comité de Salut public est une pure contre-vérité, reprenant le vieux mythe thermidorien de « la dictature de Robespierre ». L’absolue nécessité de la répression de l’insurrection vendéenne était une évidence pour l’ensemble des députés de la Convention. Alors pourquoi laisser à Robespierre la seule responsabilité de toutes les violences de cette période ? Pour faciliter les comparaisons abusives avec les totalitarismes du XXe siècle ? Pour, à des fins idéologiques plus ou moins avouables, donner à la Révolution française son Hitler ou son Staline, quitte à travestir totalement la réalité ? Les téléspectateurs de France 3, férus d’histoire de France, méritent mieux que cela. L’action politique de Robespierre n’est pas une donnée historique acquise et fait l’objet de réévaluations constantes, qui ne sont pas hagiographiques. L’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I) lui consacre ainsi cette année un séminaire, ouvrant de nouvelles perspectives de recherche (http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article635), tandis qu’un collectif d’historiens de la Société des études robespierristes s’apprête à publier une biographie du personnage sans a priori idéologique, destinée à dissiper aussi bien la légende noire que la légende dorée qui environnent le personnage.

Quant à la question du « génocide » vendéen, la Société des études robespierristes ne cherche évidemment pas à nier, et encore moins à justifier, les massacres de populations civiles à grande échelle opérés par les armées républicaines dans certains départements de l’Ouest. Il faut rappeler simplement que les violences de 1793-1794 ne se sont pas limitées à la région qualifiée de « Vendée » : des mouvements répressifs très brutaux ont également été menés dans d’autres départements, théâtres d’insurrections ou menacés d’invasion, comme le Lyonnais, le Bordelais ou le Midi. Le vocabulaire d’« extermination », notamment celui de « race rebelle » et de « destruction des brigands », y était tout autant employé qu’en Vendée, mais avec des conséquences humaines bien différentes, ce qui invalide totalement la théorie dite du « génocide par petits bouts de papier » défendue dans l’émission. En outre, les généraux républicains n’étaient pas les seuls à exercer des représailles sur la population civile dans le cadre de ce qui a pu être qualifié par certains historiens de « guerre totale ». Rappelons, par exemple, que l’armée autrichienne s’est livrée à des actes de tortures et à des massacres de populations civiles dans la vallée de la Moselle en septembre 1793. L’ampleur et les modalités d’exécution de ces violences de masse, pas uniquement en « Vendée » et pas uniquement en 1793-1794, restent encore largement à étudier, contrairement à ce qu’affirment péremptoirement les journalistes de l’émission « L’Ombre d’un doute ».

De la même façon, la Société des études robespierristes désapprouve les motifs de la proposition de loi déposée le 6 mars dernier, veille de la diffusion de l’émission – hasard du calendrier ? –, par un groupe très restreint de députés appartenant à la majorité présidentielle (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion4441.asp). Contrairement à ce qu’affirment ces députés, les faits ne sont pas « clairement établis ». Les « dépouillements minutieux » d’archives n’ont pas été réalisés : il reste encore beaucoup à faire, tant dans les dépôts locaux que nationaux. La recherche sur les politiques de la Terreur est aujourd’hui conduite, sans aucune complaisance, par les historiens universitaires et amateurs, recherche à laquelle participent activement les membres de la Société des études robespierristes. Les travaux les plus récents, comme ceux qui sont en cours sur les comités de surveillance (http://ser.hypotheses.org/362), démontrent très bien que les organes répressifs n’ont jamais fonctionné de manière uniforme, qu’il est important de distinguer la part des initiatives locales des instructions du pouvoir central. Avant de se livrer à des comparaisons hâtives avec l’Allemagne nazie, l’Union soviétique ou le Kampuchea démocratique, il faut mieux connaître l’histoire de la violence politique et militaire en France dans les années 1790 et la comparer avec les pratiques antérieures de violences à l’égard des populations civiles (guerres de Louis XIV et guerre de Sept Ans notamment).

Face à l’accumulation des erreurs historiques présentes dans l’émission et l’ignorance du travail des chercheurs spécialistes de la période qu’elle manifeste, la Société des études robespierristes estime devoir demander un droit de réponse à la direction de France 3. Elle lui propose d’organiser un débat de qualité entre historiens, afin d’offrir aux téléspectateurs les moyens de saisir plus objectivement les enjeux de cette période complexe ainsi que leurs résonnances mémorielles dans la France contemporaine.

Communiqué rédigé collectivement à la demande de l’Assemblée générale de la SER réunie le 17 mars 2012 à Paris par Serge Bianchi, Paul Chopelin, Anne Jollet, Julien Louvrier et Fanny Panhaleux.

« Robespierre, bourreau de la Vendée ? » : Une splendide lecon d’anti-méthode historique

Suite à la diffusion sur France 3 le 7 mars dernier de l’émission « L’Ombre d’un doute » intitulée « Robespierre, bourreau de la Vendée ?« , Marc Belissa (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) et Yannick Bosc (Université de Rouen), tous les deux membres de la SER, ont publié sur le site Revolution-francaise.net la réaction suivante : 

Alors que sévit une crise engendrée par la cupidité et le délitement des valeurs républicaines, la mobilisation de milliers de personnes pour l’achat des manuscrits de Robespierre au printemps 2011 a surpris. Elle a surpris à gauche ceux qui ont laissé l’héritage républicain en déshérence et à droite le ban et l’arrière-ban des dénonciateurs du « totalitarisme » robespierriste. Des décennies de « communication » n’ayant donc pas suffi il fallait dans l’urgence faire face au retour de « l’incorruptible ». En septembre dernier, la revue Historia a donc consacré un dossier à « Robespierre le psychopathe légaliste ». Le service public conscient de sa mission ne pouvant être en reste, France 3 a diffusé le mercredi 7 mars 2012 un documentaire « réalisé par Richard Vargas et raconté par Franck Ferrand » intitulé « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Pour l’occasion, le site internet de la chaîne a proposé une bibliographie généreusement composée de trois ouvrages. Elle donne le ton… [Lire la suite sur Revolution-francaise.net]

Souscription pour les manuscrits de Robespierre : une fête fraternelle conclut une mobilisation citoyenne sans précédent.

Le 5 novembre dernier, la Société des études robespierristes avait convié l’ensemble des donateurs à Ivry-sur-Seine pour célébrer le « rachat » par l’Etat des manuscrits de Robespierre. Après une prise de parole des représentants des associations à l’origine de la souscription et des élus qui l’ont soutenue, Cyril Triolaire, trésorier de la SER, a remis officiellement à Bruno Galland, directeur scientifique des Archives Nationales, un chèque d’un montant de 118 000 euros. La fête fraternelle, à laquelle ont participé plus de 200 personnes, s’est poursuivie avec la projection du film d’Hervé Pernot consacré à Robespierre, suivie d’un débat avec le réalisateur.

Une mobilisation citoyenne inédite

La mobilisation des organisations scientifiques, universitaires, politiques et associatives , mais aussi de plus d’un millier de citoyens de tous âges et de toutes origines géographiques a porté ses fruits. En alertant d’abord sur l’imminence de la vente par Sotheby’s des manuscrits de Maximilien Robespierre conservés pendant deux siècles par la famille Lebas, puis en rassemblant une importante somme d’argent, elle a permis la préemption et le rachat des manuscrits par l’Etat et leur entrée définitive dans les collections publiques. Le samedi 5 novembre, en la salle « Robespierre » d’Ivry-sur-Seine, agrémentée pour l’occasion de deux expositions consacrées à l’histoire de la Révolution française, d’une sélection de lettres des donateurs et de la projection en continue des manuscrits numérisés, la SER a remis l’ensemble des fonds collectés au printemps, soit la somme de 118 000 euros, à Bruno Galland, représentant de l’Etat.

De gauche à droite : S.Aberdam, J.Ralite, S.Gosnat, C.Lemorton, P.Bourdin et B.Galland.

Le rôle de la Société des études robespierristes dans l’espace public

Au cours de cette cérémonie les principaux acteurs de la mobilisation se sont succédé à la tribune. Serge Aberdam, secrétaire général de la SER, a ouvert la journée en rappelant le caractère « irremplaçable » de Robespierre pour quiconque, robespierriste ou non, voudrait avoir sur la Révolution française « un point de vue d’ensemble ». Puis Pierre Gosnat, député-maire d’Ivry, a accueilli les participants dans cette belle salle municipale et fait part de sa volonté de contribuer, avec sa ville, à la pérennité des activités de la SER. En l’absence de Michel Biard, président de la SER, retenu par une mission universitaire au Japon, c’est Philippe Bourdin, président sortant qui a pris la parole. Dans son allocution (texte téléchargeable ici : Discours P.Bourdin) celui-ci a souligné les difficultés auxquelles la mobilisation a dû faire face dans un contexte politique peu favorable, avec un pouvoir très soucieux de l’histoire nationale certes, mais à condition qu’il puisse l’encadrer au plus près et l’instrumentaliser à son profit. En organisant avec d’autres la souscription, la Société des études robespierristes, a-t-il ajouté, a démontré la pertinence de son statut d’association reconnue d’utilité publique.

Présents aux côtés des associations, organisations et institutions tout au long du combat, les élus qui ont relayé la mobilisation de façon décisive dans leur assemblée respective ont également pris la parole. Dans une intervention brève mais colorée, C. Lemorton, députée socialiste de Haute-Garonne, a raconté comment elle avait tenu à citer Robespierre dans l’hémicycle malgré les quolibets et les sifflets des parlementaires de droite. La sauvegarde de ces manuscrits, a-t-elle ensuite expliqué, est une chance à saisir pour « reparler de Robespierre ». Jack Ralite, ancien sénateur communiste de Seine-Saint-Denis, a insisté pour voir dans le succès de l’initiative la preuve de « l’attachement silencieux » des citoyens à la figure de Robespierre. S’adressant à la Société des études robespierristes et plus généralement aux historiens, il a fait part de l’urgence qu’il y aurait à publier un petit livre sur l’Incorruptible car la nécessité de connaître et faire connaître Robespierre s’impose aujourd’hui comme une évidence. Version robespierriste de l’injonction de Stéphane Hessel à s’indigner, le sénateur a proposé enfin de lancer dans le pays un nouveau mot d’ordre : « incorruptibilisez-vous » !

Intervenant en dernier, le directeur scientifique des Archives Nationales, Bruno Galland, qui représentait le directeur du patrimoine empêché à la dernière minute, a su trouver des mots justes pour remercier les donateurs, saluer la démarche et rappeler les missions du service public que sont les Archives Nationales. Sa prestation a été appréciée de tous.

 

[VIDEO. 16’ extraits des discours de Aberdam, Gosnat, Bourdin, Lemorton, Ralite, Galland + remise du chèque]

 

Une initiative originale qui invite les spécialistes de la période révolutionnaire à s’adresser davantage au grand public

Le 5 novembre, de 14h30 à 18h30, ce sont 200 à 300 personnes qui ont fréquenté la fête, avec une variation et une rotation selon les intérêts de chacun. Le film de Hervé Pernot, Robespierre, a été présenté par lui-même et projeté dans de bonnes conditions techniques. Il a rencontré un réel intérêt auprès d’un public large. Les spécialistes, bien entendu, en jugent chacun selon son opinion et le débat aurait pu durer plus longtemps. Au final, il s’agit d’un événement à la fois riche (expositions multiples, tables de livres, film, projection des manuscrits) et chaleureux.

La réussite de la mobilisation et le succès rencontré par cette fête fraternelle conduisent à s’interroger sur la place retrouvée de la Société des études robespierristes dans l’espace public. Cette « vieille dame centenaire sans domicile fixe », comme s’est amusé à rappeler Philippe Bourdin, a su rassembler, fédérer et mener à bien une souscription de grande envergure pour un objectif qui était loin d’être gagné d’avance. L’écho rencontré par cette initiative est une invitation à assumer un rôle citoyen qui dépasse les murs de l’université. Certes, la perspective du 220e anniversaire de la réunion de la Convention et de la naissance de la République n’a pas suscité les discussions espérées, mais l’heure était surtout à la fête. Il appartient désormais à la SER et à ses partenaires, à partir des liens tissés ces derniers mois avec les associations, avec les donateurs – dont un certain nombre a manifesté le désir de nous rejoindre –, mais aussi avec la presse qui a très largement relayé nos initiatives, de construire des manifestations de nature scientifique tournée vers le grand public. Il existe dans le pays une demande très vive pour débattre de l’histoire nationale et une soif de savoirs scientifiquement élaborées pour alimenter ces discussions auxquelles la SER a toute légitimité à contribuer.

Julien Louvrier

Manuscrits de Robespierre : Fête fraternelle le 5 novembre

Le 5 novembre prochain, à partir de 14h, au centre le Robespierre à Ivry-sur-Seine (2 rue Robespierre, métro ligne 7, Mairie d’Ivry), la Société des études robespierristes organise une fête fraternelle et républicaine pour célébrer l’entrée dans les collections publiques des manuscrits inédits de Robespierre.

Que vous ayez ou non participé à la souscription nationale qui a permis de sauvegarder les manuscrits de l’Incorruptible et de Lebas, vous êtes le bienvenu(e) à cette réunion publique au cours de laquelle sera projeté le film Robespierre d’Hervé Pernot (suivi d’un débat en présence du réalisateur). Elle sera aussi l’occasion d’évoquer l’actualité des études sur la Révolution française, de découvrir les publications de notre Société et des associations amies partenaires de l’opération, ainsi que de discuter du 220e anniversaire, le 21 septembre 2012, de la réunion de la Convention nationale et de la naissance de la Première République, qu’il conviendra de célébrer.

Afin de pouvoir vous accueillir dans les meilleures conditions et d’entrechoquer nos verres de la meilleure manière, nous vous encourageons à vous inscrire dès à présent (en cliquant sur le lien) et d’imiter celles et ceux qui nous ont déjà assurés de leur présence.

Pétition pour un musée Robespierre à Arras

L’association « Les Amis de Robespierre » a lancé sur son site internet une pétition pour réclamer la création d’un musée Robespierre à Arras. A ce jour l’initiative a déjà reçu le soutien de plusieurs centaines de signataires en France et à l’étranger. Les informations relatives à la pétition se trouvent à l’adresse ci-dessous :

http://www.amis-robespierre.org/robespierre/

Pour une rue Robespierre à Paris

détournement plaque rue Robespierre Un nouvel appel en faveur d’une rue Robespierre dans la capitale a été lancé à l’initiative des élus PCF et PG du Conseil Municipal de Paris et publiée dans le journal L’Humanité mercredi 14 juin 2011.

Pour une rue Robespierre à Paris

Grâce à la préemption de l’Etat lors de la mise en vente aux enchères du 18 mai dernier, les manuscrits de Robespierre et Le Bas rejoindront les collections des Archives nationales. La souscription lancée à l’initiative de la Société des études robespierristes et l’Institut d’Histoire de la Révolution française, ainsi que la mobilisation d’historiens et d’élus de sensibilités diverses, ont contribué à ce que ce précieux patrimoine ne soit pas dispersé. Pendant les semaines qui ont précédé la préemption, ce sont des milliers de citoyens qui ont souhaité témoigner leur attachement à la figure de « l’Incorruptible » par un versement à la souscription (plus de 120 000 euros en tout) ; nombreux sont ceux également qui, signalant par un bref mot n’avoir aucune sympathie particulière à l’égard du personnage, trouvaient scandaleux qu’une figure majeure de l’histoire de France puisse être ainsi oubliée.

Et pourtant, malgré sa place éminente dans le patrimoine républicain et ses interventions sur de nombreux sujets qui restent d’une constante actualité pour notre démocratie (notamment la défense des indigents et celle des valeurs d’intégrité et d’égalité), aucun nom de rue n’est donné à Robespierre à Paris, dont il fut pourtant un des députés les plus célèbres. Robespierre, figure trop « controversée » ? Paris ne manque pas de rues aux noms divers et variés non moins controversés, que personne d’ailleurs ne songerait à remettre en cause aujourd’hui.

C’est la raison pour laquelle il est enfin temps que le Conseil de Paris lors de sa prochaine session donne un nom de rue ou de place à Robespierre dans la capitale française.

 

SIGNATAIRES :

Sylvie Aprile, Professeure (Université de Lille), Présidente de la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle

Michel Biard, Professeur (Université de Rouen), Président de la Société des études robespierristes

Philippe Bourdin, Professeur (Université de Clermont-Ferrand)

Ian Brossat, Conseiller de Paris (PCF), Président du groupe communiste et élus du Parti de gauche

Gilles Candar, Professeur en classes préparatoires (Le Mans), Président de la Société d’études jaurésiennes

Alexis Corbière, Conseiller de Paris (PG), Premier adjoint du 12e arrondissement

Jean-Numa Ducange, Maître de conférences (Université de Rouen)

Florence Gauthier, Maître de conférences (Paris VII)

Hervé Leuwers, Professeur (Université de Lille), Directeur des Annales historiques de la Révolution française

Pierre Serna, Professeur (Université de Paris I), Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française

Jean-Marc Schiappa, historien, Président de l’Institut de Recherches et d’Études de la Libre Pensée

Danielle Simonnet, Conseillère de Paris (PG) du 20e arrondissement

Les manuscrits de Robespierre et Le Bas entrent dans les collections nationales.

La préemption au nom de l’Etat des manuscrits de Robespierre et Le Bas mis en vente chez Sotheby’s le 18 mai dernier supposait la réunion sous quinzaine des fonds nécessaires à leur acquisition (d’un montant de 813 000 euros, auquel s’ajoutent des taxes importantes). La Société des études robespierristes avait lancé une souscription publique afin de contribuer à cette acquisition et de rendre ainsi possible le montage financier indispensable à la finalisation de la préemption. Cette souscription, dont la date limite avait été fixée au 31 mai 2011, a mobilisé un millier de citoyen(ne)s, ainsi que des associations, et permis de rassembler environ 125 000 euros à la date du 1er juin. Les chèques et virements arrivant encore dans les jours prochains seront pris en compte, mais pas au-delà de la date du 10 juin 2011. La Société des études robespierristes et l’Institut d’histoire de la Révolution française remercient vivement l’ensemble de ceux et celles qui se sont mobilisés pour cette souscription d’un genre inédit, témoignage d’une vigilance qui ne restera pas sans suite.

Le bureau de la Société des études robespierristes

Manuscrits de Robespierre : Communiqué de presse de la Société des Etudes Robespierristes et de l’Institut d’Histoire de la Révolution française

L’État a finalement exercé son droit de préemption à l’occasion de la vente aux enchères des manuscrits de Robespierre chez Sotheby’s, à Paris, le mercredi 18 mai.

La Société des études robespierristes, l’Institut d’Histoire de la Révolution française (CNRS/Paris I Panthéon Sorbonne) et tous ceux, associations et citoyen(ne)s, qui se sont mobilisés se réjouissent de cette heureuse nouvelle. Notre élan collectif consacre la conception de fonds d’archives ouverts au public et la patrimonialisation de pièces indispensables à la juste appréciation de l’Histoire de la Révolution française.

La direction des Archives Nationales, représentée dans la salle des ventes, a préempté à l’issue de l’enchère sur les lots n°31 (Lebas) et n°32 (Robespierre), en se faisant à chaque fois chaleureusement applaudir par l’assistance. Les prix sont très élevés, le total se chiffrant à 979 400 euros (respectivement 65 000 et 750 000 euros pour chacun des lots, plus les taxes). Les Archives Nationales disposent de 15 jours, à dater du 18 mai, pour réunir la somme nécessaire. La souscription nationale lancée par la Société des études robespierristes a permis de recueillir jusqu’à présent près de 100 000 euros de dons et promesses de dons.

Cependant à l’heure actuelle, la somme totale n’est encore pas réunie dans son intégralité et le risque demeure de voir l’Etat dans l’incapacité de la verser le jour voulu.

Il faut donc se mobiliser encore davantage. D’autres institutions et collectivités locales, tels la ville d’Arras, le conseil général du Pas-de-Calais, la région Nord, la Ville de Paris, mais aussi l’Assemblée nationale et le Sénat, pourraient participer à ce sauvetage.

Ces documents précieux ne sont pas appelés à dormir dans des cartons, mais seront étudiés et surtout pourront être montrés dans des expositions, puis être édités et diffusés largement.

C’est pourquoi la Société des études robespierristes et l’Institut d’Histoire de la Révolution française appellent à poursuivre l’effort engagé et invitent tous les citoyen(ne)s qui le souhaitent à s’y associer, comme l’ensemble des collectivités locales. De l’amplification des dons résultera enfin l’acquisition définitive de ces précieux manuscrits.

Les sommes versées donneront droit pour les particuliers à une réduction d’impôt équivalente aux deux tiers du don (dans la limite de 20% du revenu imposable). Les chèques libellés à l’ordre de la Société des études robespierristes (SER) et porteurs de la mention « Pour les manuscrits de Robespierre » sont à adresser à cette Société avant le 31 mai, au 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05. Les donateurs qui le souhaitent peuvent faire parvenir leur don par virement bancaire sur le compte de la Société des études robespierristes en notifiant « Pour les manuscrits de Robespierre » dans le formulaire de transfert (demander le RIB/code IBAN à contact@revolution-francaise.fr).

Michel Biard, Président de la Société des études robespierristes, Pierre Serna, Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française.

 

Souscription : une première liste de donateurs

Vendredi 13 mai au soir, la SER avait reçu les dons et promesses de dons d’un grand nombre d’associations, d’institutions et de particuliers dont nous sommes heureux de publier aujourd’hui ci-dessous une partie des noms. La liste sera complétée ce soir ou demain.

Manuscrits de Robespierre : liste des premiers donateurs

Société des études robespierristes, Conseil scientifique de l’Université Paris 1, Institut d’Histoire de la Révolution française, Fondation Gabriel Péri, Nantes Histoire, Association locale pour la célébration de la Révolution française Villejuif, Association des Amis de Robespierre, ABERDAM Serge, ACERRA Martine, ALLIES Paul, ARRO Pierre, ATTALI, AVISSEAU François, BALLESTERO Catherine, BARGAS Claude, BECQUAERT Paule, BELLON André, BELLON Martine, BENAROUS Richard, BERAUD Nathalie, BERNET  Jacques, BERTAUD Jean-Paul, BIARD Michel, BOELDIEU Gérard, BONA Mariano, BONNET Xavier, BOROWICE Yves, BOSC Yannick, BOURDIN Philippe, BOUVIER Pierre, BRAS, BUJARD Alain, BURESI Monique, BURGUES DE MISSIESSY, CADIER Michel , CARBONNIERES  Philippe de, CASEVITZ Michel, CAVIGLIOLI Jeanne, CHANCELIER Michel, CHARLES Christophe, CHARNET Séverine, CHOPELIN Paul, CHOUILLET Anne-Marie, CLAVEL-LEVEQUE Monique, CLEMENT Bruno, CONTE Christian, COQUARD Claude, CORDILLOT Michel, COUMIAN Pierre, COUSSEAU Vincent, COUTEAU Anne-Marie, COVO Maurice, CREPIN Annie, DA ROCHA-CARNEIRO, DAUMAS Philippe, DAUMAS Claude, DAVID Jean, DE MARI Eric, DEJENNE Hélène, DEJENNE Jean Michel, DENIOT Guy, DEVINE Frédéric, DIALLO Malik, DIONNET Brigitte, DUFAU-JOEL Guy, DUPORT Anne-Marie, DURAND Denise, EBERHARD Jacques, EYMARD Alain, FAYET Roger, FLACHAT Olivier, FOURNET MONTAROT Danièle, FOUSSIER Philippe, FOYET Claude, FREDERIC Geneviève, FROMONT Daniel, GAINOT Bernard, GARCIN Martine, GARNIER Denise, GAUTHIER Florence, GAUTHIER Cécile, GAUVARD Claude, GENTY Maurice, GERVAIS Emmanuel, GINDIN  Claude, GOBLOT-CAHEN, GODINEAU Dominique, GODINEAU Michel, GOUJEON Jean-Yves, GRIMAULT Jacqueline, GROBOCOPATELI Anna, GROSS Jean-Pierre, GUICHETEAU Samuel, GUYAU Gérard, HANTRAYE Jacques, HAUDIQUET Pierre, HUREVITCH Daniel, JAMET Gisèle, JARRY-BRUN Gaby, JORDI Canameras Gaya, KAMINKER Jean-Pierre, KARLIKOW Nancy, KRAEMER Emmanuelle, LACOUR Pierre-Yves, LANTZ, LAPONCHE Bernard, LASSELIN Pierre, LE GRUIEC Yannick, LE LAN Claude et Annie, LE LAY Daniel, LE PREVOST Josette et René, LECLERC Gérard, LECOINTRE Marie-Noëlle, LEGOURD-ROCHETEAU, LEMORTON Catherine, LEPINTE Francine, LESAINT François, LEUWERS Hervé, LEVEQUE Laure, LEVY Gilles, LIVONNET Jean, LORCIN Marie-Thérèse et Jean, MALLE Justine, MARINE Marie-Adèle, MAROT-MERCIER Guillemette, MARQUET Antoine, MARZAGALI Silvia, MAZAURIC Claude, MICHALON Eliane, MOISAND André, MONSONEGO Simone, MORA Claude, NAVARRE Michèle, PANHALEUX Fanny, PERICHON Denis, PERNOT Hervé, PETIT André, PEYRARD Jacqueline, PINGUE Danièle, PIVOTEAU Sébastien, POIROT Thibaut, PUBLAN-BRENGUIER, QUENNEDEY Famille, ROGER Jean, ROMAN Bruno, ROMAN André, ROTHIOT Jean-Paul, ROUFFIANGES Jeanne, ROUSSEAU Aurélien, ROUSSIER Paul, RUIZ Olga, SABATES Isabelle, SABOURY Yves, SAINT-ROMAIN Julien, SCHILL Pierre, SERNA Pierre, SERNA Emile, SIGG Thierry, SIGG Bernard, SIMONIN Anne, SOCIETE d’histoire locale de Compiègne, SOLOT Hélène, STERN Catherine, STOUDER Paul, SURATTEAU Jean-François, TACKETT Timothy, THEURIOT Françoise, THOMAS-BICHON Christine, TODOROV Nicolas, TOURNE Jacques, TRIOLAIRE Cyril, TURREL Denise, UZAN, VERSTRAETEN Catherine, VIDAL Georges, VIDAL Emilie, VILLE-PETRADE Marina, VILTART Patrick, VRIGNON Alexis, WESTRADE Michel, WOLIKOW Claudine, ZANCARINI-FOURNEL Michelle, ZATON Monique, ZINK Anne, ZOGHLAMI…