Archives par mot-clé : Publications

Parution : Les Comités de surveillance, sous la direction de Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot

couverture Comités de surveillance

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot (sous la dir.), Les comités de surveillance. D’une création citoyenne à une institution révolutionnaire, Collection Études révolutionnaires n°13, Paris, Société des études robespierristes, 2012, 248p, 19€. ISBN : 978-2-908327-84-7.

Considérés le plus souvent comme de simples organes de police politique, les comités de surveillance, institués par la loi du 21 mars 1793 et supprimés en partie dès la fin de l’an II, ont longtemps fait figure de parents pauvres dans l’historiographie de la Révolution. Ils bénéficient aujourd’hui d’un renouveau de la recherche qui s’intéresse en particulier aux acteurs, hommes et femmes, aux formes de politisation, aux résistances, dans le cadre d’une Révolution « vue d’en bas ».

Le présent ouvrage rend compte du premier bilan d’étape d’une enquête collective sur les comités, dressé lors de la rencontre tenue à Besançon les 13 et 14 janvier 2011 sur l’initiative de la Société des études robespierristes, avec le soutien de l’IUFM et du Laboratoire des sciences historiques de l’université de Franche-Comté.

Les quinze communications proposent des approfondissements relatifs aux sources et à la méthodologie, des synthèses thématiques, des études de cas régionales et enfin un exemple pris hors de France. Au-delà de caractéristiques communes à tous les comités – dont elles soulignent notamment le rôle dans le processus de politisation des citoyens – elles font apparaître une grande diversité régionale et montrent enfin l’intérêt d’un élargissement international de l’étude.

Table des matières

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, Avant-propos.

Partie 1 Sources et méthodologie

Serge Aberdam, Les deux versions de la loi de mars 1793sur les comités de surveillance,son dédoublement et l’enquête de janvier 1794.

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, Une enquête collective. Questionnaires et base de données.

Danièle Pingué, L’implantation des comités de surveillance en Haute-Saône.Sources et procédures d’enquête.

Jean-Paul Rothiot, Pour une étude chronologique des comités de surveillance.

Philippe Bourdin, Les suspects dans le Puy-de-Dôme et la Creuse.

Partie 2 Synthèses thématiques

Michel Biard, Représentants du peuple en mission et comités de surveillance.

Laurent Brassart, Les comités de surveillance dans le système organisationnel des pouvoirs locaux de l’an II. L’exemple axonais.

Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, Femmes et comités de surveillance.

Partie 3 Exemples régionaux

Annie Crépin, Les comités de surveillance en Seine-et-Marne.

Serge Bianchi, Comités de surveillance : un modèle pour la Seine-et-Oise ?

Samuel Guicheteau et Bruno Hervé, Les comités de surveillance en Loire-Inférieure.

Paul Chopelin, Un cancer politique ? Vies et morts des comités de surveillance de la ville de Lyon (1792-1795).

Vincent Cuvilliers, Les comités de surveillance de Basse-Alsace :l’exemple du comité de surveillance du district de Haguenau (vendémiaire-ventôse an III).

Fanny Panhaleux, Le comité de sûreté générale de Rennes (1er mai-27 juin 1793).Un exemple de comité de département.

Partie 4 Élargissement international

Annie Jourdan, Le Comité de Surveillance générale d’Amsterdam (1795-1798).

NB : ouvrage disponible à partir du mois de mars, en commande dès à présent saur la boutique en ligne de la SER en cliquant ici « boutique »

Parution du Prix Albert Mathiez : Corine Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration.

Couverture

Corinne Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration, préface d’Alain Corbin, Société des études robespierristes, Paris, 2010, 252p. + cd-rom, 25€, ISBN : 978-2-908327-70-0

Les serviteurs du pouvoir, les versificateurs habiles à chanter l’ordre établi sont les oubliés d’une histoire qui a bien davantage consacré les pamphlétaires et les satiristes. Surtout en cette France du premier XIXe siècle où leur geste a tous les traits d’un Ancien Régime qui se refuse à mourir. Pourtant, entre 1815 et 1830, près de 3000 poésies sont écrites à la gloire des Bourbons restaurés par une curieuse cohorte d’auteurs qui va du jeune « enfant sublime » de la poésie au polygraphe habile, en passant par les poètes-misère, les royalistes de combat, les peu-lettrés ou les académiciens besogneux.

L’objet de ce livre est là : dans ce continent oublié de la littérature de célébration qui éclaire, entre poésie et histoire, toutes les convulsions d’une ère de transition et de deuil entre l’Ancien Régime et l’âge démocratique. Aussi cette histoire de poètes et de princes est-elle moins celle d’une tradition que celle de sa subversion ; moins celle d’une célébration enthousiaste que celle d’un moment désenchanté. Discours irraisonné sur la Révolution française, discours de l’inquiétude et de la hantise, discours provocateur et sarcastique, entreprise normative de reconstruction d’un ordre sociopolitique, aspiration à l’unanimité reconstruite par delà la déchirure révolutionnaire : la parole de gloire de la Restauration a plus rêvé le monde et le pouvoir qu’elle ne les a naïvement célébrés.

Le livre est dès à présent commandable en adressant un courrier électronique à l’adresse suivante : jp.cl.rothiot@orange.fr.

Comment commander nos publications ?

En attendant la mise en ligne prochaine d’un site entièrement dédié aux publications de la Société des Etudes Robespierristes qui offrira la possibilité de passer commande et de payer en ligne, les ouvrages sont à demander à Jean-Paul Rothiot et à payer par chèque ou par virement bancaire à réception de la facture.

Les commandes de numéros des Annales Historiques de la Révolution Française (AHRF) antérieurs au n°352 (2/2008) doivent être passées de la même façon. A partir du n°353, s’adresser à l’éditeur Armand Colin.

Le cas particulier des Oeuvres de Robespierre :

Les dix premiers volumes des Oeuvres de Robespierre, dont la publication a commencé avec Albert Mathiez au début du XXe siècle étaient devenus introuvables. C’est pourquoi, à l’occasion de la publication en 2008 du volume XI consacré aux « compléments », la Société des Études robespierristes a décidé la réimpression des 10 premiers volumes et s’est adressée pour cela à un imprimeur-éditeur (Cidotech) qui assure les reprints au fur et à mesure des commandes. Malheureusement, le contact avec cette entreprise semble aujourd’hui rompu et nous ne sommes pour l’instant pas en mesure de dire si la collaboration continuera. Nous cherchons actuellement une solution pour permettre aux chercheurs et au public de pouvoir se procurer les onze volumes de façon simple et rapide.

The ten first volumes of the Oeuvres de Robespierre, published from the beginning of the 20th century by Albert Mathiez and continued by its successors were for many years unavailable. Therefore, on the occasion of the publication of the last volume “Compléments” in 2008, the SER decided to order the reprint of the whole series. Unfortunately, the company that provides the reprints does not seem to be able to fournish anymore. We are very sorry for the unpleasant consequences this situation may cause and we are currently actively trying to find a solution to make the volumes available again.