Archives par mot-clé : Journée d’étude

Journée d’étude – Surveillance révolutionnaire : Les comités de surveillance dans l’Ouest en guerre 1793-1794

Le Vendredi 30 mars 2012 à l’Université de Poitiers – UFR des sciences humaines et arts

Journée organisée par la Société des études robespierristes, le Groupe de recherche Enquête nationale sur les comités de surveillance et le Laboratoire CRIHAM – Université de Poitiers.

Comité d’organisation : Anne Jollet, laboratoire CRIHAM, université de Poitiers, Danièle Pingué, Laboratoire des Sciences historiques, Université de Franche-Comté, et Jean-Paul Rothiot, maître de conférences honoraire Université de Lorraine, coordonnateurs Enquête nationale de la Société des études robespierristes.

PROGRAMME

9H30         Accueil

9H45 :       Présentation par Jérôme Grévy, directeur du Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers ; Introduction, par Anne Jollet, Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers

10H30 :     Table-ronde 1 : Les sources : état des lieux et conséquences méthodologiques et interprétatives

Intervenant/es : Stéphane Calvet (La situation en Charente), Gwénaël Murphy et Yves Pierronne (Deux-Sèvres), Anne Jollet (Vienne), Bruno Hervé (Loire-Atlantique),

11H45 :     Débat

Discutant/es : point de vue comparatiste Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, coordonnateurs de l’enquête nationale, Philippe Daumas, membre du Groupe Enquête nationale de la SER (Loir-et-Cher), Jérôme Lamy, docteur en histoire, membre du CRIHAM

12H30 :     Repas

14H :           Table ronde 2 : Comités de surveillance en terre de guerre intérieure ouverte : spécificités de l’Ouest ?

Intervenant/es : Bruno Hervé (Situation en Loire-Inférieure dans la guerre civile 1793-1794), Fanny Panhaleux (Face aux attaques chouannes dans le district de Rennes), Gwenaël Murphy (Surveillance des femmes, Vienne, Deux-Sèvres) ».

15H :          Débat

Discutant/es : Françoise Brunel, Université de Paris 1, Dominique Godineau, Laboratoire CERHIO, Université de Rennes 2, Jean-Clément Martin, Université de Paris 1 IHRF

Pause

15H45 :     Table ronde 3 : Quels jeux des pouvoirs autour des comités de surveillance ? Pouvoirs locaux, pouvoirs nationaux, pouvoirs institués, pouvoirs des sociétés, pouvoirs des réseaux.

Intervenant/es : Stéphane Calvet (Charente), Claudy Valin (Charente-Inférieure), Anne Jollet (Vienne), Yves Pierronne (Deux-Sèvres)

16H45 :     Débat

Discutants : Antoine Renglet, FUNDP, Université de Namur, Gilles Malandain, Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers

17h45 :     Conclusion de la journée

Intervenant/es : Jean-Clément Martin, professeur émérite de l’Université de Paris I IHRF, Danièle Pingué, Laboratoire des Sciences historiques, Université de Franche-Comté, et Jean-Paul Rothiot, maître de conférences honoraire Université de Lorraine, coordonnateurs Enquête nationale de la Société des études robespierristes.

Renseignements : Anne Jollet (ap.jollet[at]orange.fr)

Parution : Les Comités de surveillance, sous la direction de Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot

couverture Comités de surveillance

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot (sous la dir.), Les comités de surveillance. D’une création citoyenne à une institution révolutionnaire, Collection Études révolutionnaires n°13, Paris, Société des études robespierristes, 2012, 248p, 19€. ISBN : 978-2-908327-84-7.

Considérés le plus souvent comme de simples organes de police politique, les comités de surveillance, institués par la loi du 21 mars 1793 et supprimés en partie dès la fin de l’an II, ont longtemps fait figure de parents pauvres dans l’historiographie de la Révolution. Ils bénéficient aujourd’hui d’un renouveau de la recherche qui s’intéresse en particulier aux acteurs, hommes et femmes, aux formes de politisation, aux résistances, dans le cadre d’une Révolution « vue d’en bas ».

Le présent ouvrage rend compte du premier bilan d’étape d’une enquête collective sur les comités, dressé lors de la rencontre tenue à Besançon les 13 et 14 janvier 2011 sur l’initiative de la Société des études robespierristes, avec le soutien de l’IUFM et du Laboratoire des sciences historiques de l’université de Franche-Comté.

Les quinze communications proposent des approfondissements relatifs aux sources et à la méthodologie, des synthèses thématiques, des études de cas régionales et enfin un exemple pris hors de France. Au-delà de caractéristiques communes à tous les comités – dont elles soulignent notamment le rôle dans le processus de politisation des citoyens – elles font apparaître une grande diversité régionale et montrent enfin l’intérêt d’un élargissement international de l’étude.

Table des matières

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, Avant-propos.

Partie 1 Sources et méthodologie

Serge Aberdam, Les deux versions de la loi de mars 1793sur les comités de surveillance,son dédoublement et l’enquête de janvier 1794.

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, Une enquête collective. Questionnaires et base de données.

Danièle Pingué, L’implantation des comités de surveillance en Haute-Saône.Sources et procédures d’enquête.

Jean-Paul Rothiot, Pour une étude chronologique des comités de surveillance.

Philippe Bourdin, Les suspects dans le Puy-de-Dôme et la Creuse.

Partie 2 Synthèses thématiques

Michel Biard, Représentants du peuple en mission et comités de surveillance.

Laurent Brassart, Les comités de surveillance dans le système organisationnel des pouvoirs locaux de l’an II. L’exemple axonais.

Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, Femmes et comités de surveillance.

Partie 3 Exemples régionaux

Annie Crépin, Les comités de surveillance en Seine-et-Marne.

Serge Bianchi, Comités de surveillance : un modèle pour la Seine-et-Oise ?

Samuel Guicheteau et Bruno Hervé, Les comités de surveillance en Loire-Inférieure.

Paul Chopelin, Un cancer politique ? Vies et morts des comités de surveillance de la ville de Lyon (1792-1795).

Vincent Cuvilliers, Les comités de surveillance de Basse-Alsace :l’exemple du comité de surveillance du district de Haguenau (vendémiaire-ventôse an III).

Fanny Panhaleux, Le comité de sûreté générale de Rennes (1er mai-27 juin 1793).Un exemple de comité de département.

Partie 4 Élargissement international

Annie Jourdan, Le Comité de Surveillance générale d’Amsterdam (1795-1798).

NB : ouvrage disponible à partir du mois de mars, en commande dès à présent saur la boutique en ligne de la SER en cliquant ici « boutique »

Appel à communications – Les commissaires de police sous la Révolution et l’Empire (Journée d’étude)

L’histoire de la police connaît depuis quelques années un regain d’intérêt de la part des chercheurs. Dans cette historiographie en plein essor, les travaux consacrés aux commissaires de police de la Révolution et de l’Empire sont malheureusement rares. En effet, si les personnages parisiens ou nationaux ont déjà retenus l’attention des chercheurs, les commissaires travaillant au niveau local et y agissant au quotidien demeurent peu connus. L’ambition de cette journée d’étude est d’esquisser un premier portrait des commissaires de police de la Révolution et de l’Empire, catégorie professionnelle nouvelle et emblématique de cette période. A cette fin, plusieurs pistes de réflexion, dont la liste suivante reste évidemment non exhaustive, pourraient être abordées.

D’une part, des communications pourraient chercher à dresser le profil social et culturel des commissaires de police. Qui sont-ils ? Comment sont-ils recrutés ? Quelles compétences ont-ils ? A travers des études de type sériel ou prosopographique, il s’agirait, par exemple, d’ébaucher des portraits de ce groupe socio-professionnel. Dans cette même optique, d’autres communications pourraient privilégier l’analyse d’itinéraires particuliers. Il serait, en effet, intéressant de présenter des personnalités exceptionnelles ou typiques de cette profession. Lorsqu’ils interagissent avec les commissaires ordinaires, d’autres acteurs de la police (commissaires généraux, préfets, agents de police, etc.) pourraient par ailleurs être présentés.

D’autre part, connaissant les péripéties politiques de la période considérée et sans, pour autant, rester dans une analyse institutionnelle trop classique, on pourrait s’attacher à rendre compte de l’évolution de la fonction de commissaire de police non pas uniquement dans son organisation structurelle mais surtout dans son fonctionnement concret. Dès lors, il serait intéressant de se pencher sur les activités réalisées quotidiennement par les commissaires de police. Que font-ils jours après jours ? Travaillent-ils dans un bureau à entretenir leurs supérieurs de l’esprit public au moyen d’une correspondance intense mais éloignée des réalités sociales ? Sont-ils, au contraire, sollicités en permanence par la population et sans cesse appelés aux réalités de la rue ? Quels rapports entretiennent-ils avec les autorités municipales, préfectorales et avec la population ? Observe-t-on une variation des tâches remplies par les commissaires de police selon les régimes, voire selon les hommes en place ?

La journée d’étude se tiendra le vendredi 11 mai 2012, à Namur (Belgique), aux FUNDP. Les propositions de communication (500 mots maximum) sont à envoyer à Antoine Renglet (antoine.renglet@fundp.ac.be) avant le 31 décembre 2011.

Publication : La Révolution française au miroir des recherches actuelles, sous la direction de CyrilTriolaire

couverture Triolaire

Ce livre fait l’objet d’une offre de souscription jusqu’au 4 novembre 2011 (voir plus bas)

Le présent ouvrage, qui prouve la vitalité des recherches sur la Révolution française, offre une galerie de portraits inédits des figures du quotidien (le journaliste, le citoyen-patriote ou l’homme d’église) dont l’histoire s’écrit en réinterrogeant la complexité des parcours. L’histoire institutionnelle et administrative ainsi que l’histoire des pratiques politiques y trouvent parfaitement leur place à la lumière d’études inédites sur les rouages du système du gouvernement révolutionnaire, sur les structures, les représentants et les agents du pouvoir à l’échelon local, les rapports entre le centre et ses périphéries à travers une vision renouvelée des faux-semblants du jacobinisme. Ainsi réinvesti, l’espace public du débat (des assemblées électives, des clubs et même des théâtres) témoigne des processus de politisation et de formation des opinions publiques, du modelage des imaginaires individuels et collectifs par les mots et les images. Les conditions matérielles de l’acculturation encouragent enfin à revisiter les temps de l’économie, à en relire les visions déclinistes pour mieux saisir les transformations alors engagées.

ISBN : 978-2-908327-71-7    Code SODIS : F30808.5    Prix public : 19,90€

 

Table des matières

Cyril TRIOLAIRE, Introduction. La Révolution française au miroir des recherches actuelles.

Partie 1. Des hommes en Révolution

Pierre-Hermann MUGNIER, Le journalisme, l’autre carrière de Tallien.

Aurélie REBOISSON, Jacques-Antoine-Dulaure, journaliste et acteur girondin de la Révolution (1791-1793).

Floréal HÉMERY, Antiquité et idée républicaine chez Bertrand Barère.

Guillaume MAZEAU, Révolution et engagement politique : l’incroyable destin de Drouet de Varennes (1763-1824).

Laurent BORNE, D’encre et de sermons. Le ministère clandestin d’un Chartreux en Révolution.

Partie 2. Les formes du pouvoir

Raphaël MATTA-DUVIGNAU, Le Comité de salut public (6 avril 1793-4 brumaire an IV) : une forme singulière d’exercice du pouvoir.

Gaïd ANDRO, Le procureur général syndic ou l’invention d’une fonction administrative dans le processus révolutionnaire.

Isabelle ANTUNES, Les districts normands et la question des subsistances : un relais important.

Jean-Numa DUCANGE, La Révolution française : un modèle politique pour la gauche allemande (1889-1914) ?

Partie 3. La vie politique locale

Laurent BRASSART, L’échec local du gouvernement révolutionnaire : les faux-semblants de la centralité révolutionnaire en l’an II.

Pierre BELDA, La municipalité lyonnaise face aux corps administratifs de Rhône-et-Loire (1790-1792).

Maxime KACI, Les circulations nationales des mots d’ordre et leurs effets locaux entre 1791 et 1793 : un itinéraire de recherche.

Alain MASSALSKY, Systèmes électoraux représentatifs et communautaires dans la politisation des citoyens des Hautes-Pyrénées (1790-1799).

Partie 4. La formation de l’opinion

Jean SALVAT, Entre poésie et politique : l’Almanach des Muses face à l’opinion publique (1774-1794).

Anne QUENNEDEY, Le talent oratoire est-il un danger pour la liberté ? La controverse sur l’éloquence dans le discours de Saint-Just du 9 thermidor an II.

Guillaume COLOT, Former l’opinion des Catholiques sous le Directoire : Les Annales de la religion et Les Annales catholiques.

Cyril TRIOLAIRE, La “programmation théâtrale napoléonienne” sur les scènes des départements : une propagande pleine et réussie ?

Partie 5. Économie et société

Fabrice PERRON, Le Directoire, période de crise économique ou de mutations ? L’exemple des cantons des “anciens” districts de Reims, Châlons et Épernay.

Samuel GUICHETEAU, Révolution française et industrialisation. L’industrie et les ouvriers nantais de la fin du XVIIIe siècle au miroir des recherches actuelles.

Karine AUDRAN, L’économie maritime en guerre : bilan historiographique et nouvelles pistes de réflexion. Le cas de Saint-Malo sous la Révolution et l’Empire.

 

SOUSCRIPTION

L’ouvrage est en souscription jusqu’au 4 novembre 2011 au prix exceptionnel de 16 euros franc de port. Pour bénéficier de ce tarif, merci de remplir le bulletin de souscription (téléchargeable ci-dessous) et de le renvoyer accompagné de votre règlement à l’adresse indiquée.

Bulletin de souscription : La Révolution française au miroir des recherches.

Enseigner la Révolution française – Ivry, 19 mars 2011

La journée d’études consacrée à l’enseignement de l’histoire de la Révolution française, organisée conjointement par la Société des Etudes Robespierristes et l’Association des Professeurs d’Histoire Géographie, avec le soutien de la ville d’Ivry-sur-Seine, de l’IRHIS, de l’IHRF et d’Armand Colin,  se tiendra le 19 mars prochain à Ivry, centre Robespierre.

Présentation :

A l’heure où se multiplient les interrogations sur la place faite à l’histoire et aux formations de culture générale dans l’Ecole du XXIe siècle, les recherches sur la Révolution française mettent volontiers l’accent sur la diversité des dynamiques collectives et des expériences. Inclination à la simplification et priorité aux savoirs « utiles » côté enseignement, attention à la complexité côté recherche : ces orientations contradictoires peuvent-elles être conciliables? Comment les enseignants, de l’Ecole primaire à l’Université, prennent-ils en charge les spécificités et les renouvellements de l’histoire révolutionnaire dans leurs cours? Dans quelle mesure les évolutions des publics et de la demande sociale influencent-elles ces pratiques ? Quelles sont les relations envisageables entre enseignement de l’Histoire et éducation du citoyen ?

L’Association des Professeurs d’Histoire Géographie et la Société des Etudes robespierristes souhaitent réunir autour de ces questions, enseignants et chercheurs, de tous horizons, niveaux d’exercice ou formation, pour des échanges ouverts qui favorisent les réflexions sur nos positionnements professionnels, intellectuels et civiques.

Dans cet esprit, le programme de la rencontre a été conçu moins pour exposer des contenus que pour présenter, à plusieurs voix, des expériences et des points de vue sur l’enseignement comme sur des questions en discussion dans l’histoire révolutionnaire. Des choix étaient indispensables, ils n’excluent pas l’approche d’autres sujets dans des débats qui doivent occuper une large place. Cette rencontre dont voulons qu’elle soit caractérisée par la pluralité des participants et des points de vue s’achèvera par une table ronde sur le thème de « L’actualité de l’enseignement de la Révolution française ».

Notons enfin deux accompagnements importants de cette journée: d’une part, Historiens-géographes, propose des publications d’accompagnement de nos réflexions, d’autre part, une large présentation d’ouvrages, de documents audio-visuels et numériques est prévue sur place.

Le programme et le bulletin d’inscription (à renvoyer avant le 8 mars ) sont à télécharger ci-dessous :

Programme 1 et programme 2 (bulletin d’inscription inclus)

N’hésitez pas à reproduire l’affiche et à faire connaître la manifestation autour de vous.