Archives par mot-clé : Empire

Colloque « Saintes Alliances ? Religion et politique dans l’Europe de 1815 », Lyon, 22-24 octobre 2015

Cette rencontre entend interroger la supposée rupture de 1814-1815 dans l’histoire des rapports entre Églises et États en Europe. Peut-on encore écrire une histoire chronologiquement cloisonnée des Églises sous la Révolution, l’Empire et les Restaurations ? Quelle est la part des héritages du réformisme éclairé, des politiques révolutionnaires et impériales dans l’organisation des Églises, mais également dans la pastorale déployée par les différentes autorités ecclésiastiques européennes en 1815 ? Quel est désormais le statut des minorités religieuses ?  Dans quelles condition le processus de sécularisation des sociétés amorcé dans les années 1750 se poursuit-il ? Pour les pays les plus exposés aux soubresauts politiques entre 1789 et 1820 (France, Italie, Espagne), comment le clergé a-t-il vécu les changements de régime successifs ? Quelle a été l’attitude des croyants face aux aléas politico-militaires des années 1810 ? Quelles mystiques providentialistes sont-elles alors à l’oeuvre ? De quelles recompositions religieuses l’Europe a-t-elle été le théâtre après l’effondrement du système napoléonien ?

Colloque international organisé avec le soutien de l’université Lyon III, du Laboratoire de Recherche historique Rhône Alpes, du CRESAT (Université de Haute-Alsace), de l’université de Cologne, de l’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I), du Centre d’Histoire du XIXe siècle (Paris I-Paris IV), du Centre d’Histoire Espace et Cultures (Université de Clermont-Ferrand) et de la Société des études robespierristes.

Cliquer ici pour consulter l’argument et le programme.

Lieu : Université Jean Moulin Lyon 3 – Salle de la Rotonde – Bâtiment de la recherche – 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Accès : Tram T1, arrêt Quai Claude Bernard / Métro Ligne B, station Jean Macé.

Contact : 04 78 78 71 65  ou paul.chopelin@univ-lyon3.fr

Appel à communications – Les commissaires de police sous la Révolution et l’Empire (Journée d’étude)

L’histoire de la police connaît depuis quelques années un regain d’intérêt de la part des chercheurs. Dans cette historiographie en plein essor, les travaux consacrés aux commissaires de police de la Révolution et de l’Empire sont malheureusement rares. En effet, si les personnages parisiens ou nationaux ont déjà retenus l’attention des chercheurs, les commissaires travaillant au niveau local et y agissant au quotidien demeurent peu connus. L’ambition de cette journée d’étude est d’esquisser un premier portrait des commissaires de police de la Révolution et de l’Empire, catégorie professionnelle nouvelle et emblématique de cette période. A cette fin, plusieurs pistes de réflexion, dont la liste suivante reste évidemment non exhaustive, pourraient être abordées.

D’une part, des communications pourraient chercher à dresser le profil social et culturel des commissaires de police. Qui sont-ils ? Comment sont-ils recrutés ? Quelles compétences ont-ils ? A travers des études de type sériel ou prosopographique, il s’agirait, par exemple, d’ébaucher des portraits de ce groupe socio-professionnel. Dans cette même optique, d’autres communications pourraient privilégier l’analyse d’itinéraires particuliers. Il serait, en effet, intéressant de présenter des personnalités exceptionnelles ou typiques de cette profession. Lorsqu’ils interagissent avec les commissaires ordinaires, d’autres acteurs de la police (commissaires généraux, préfets, agents de police, etc.) pourraient par ailleurs être présentés.

D’autre part, connaissant les péripéties politiques de la période considérée et sans, pour autant, rester dans une analyse institutionnelle trop classique, on pourrait s’attacher à rendre compte de l’évolution de la fonction de commissaire de police non pas uniquement dans son organisation structurelle mais surtout dans son fonctionnement concret. Dès lors, il serait intéressant de se pencher sur les activités réalisées quotidiennement par les commissaires de police. Que font-ils jours après jours ? Travaillent-ils dans un bureau à entretenir leurs supérieurs de l’esprit public au moyen d’une correspondance intense mais éloignée des réalités sociales ? Sont-ils, au contraire, sollicités en permanence par la population et sans cesse appelés aux réalités de la rue ? Quels rapports entretiennent-ils avec les autorités municipales, préfectorales et avec la population ? Observe-t-on une variation des tâches remplies par les commissaires de police selon les régimes, voire selon les hommes en place ?

La journée d’étude se tiendra le vendredi 11 mai 2012, à Namur (Belgique), aux FUNDP. Les propositions de communication (500 mots maximum) sont à envoyer à Antoine Renglet (antoine.renglet@fundp.ac.be) avant le 31 décembre 2011.