Archives par mot-clé : Actualité

Vient de paraître : Walter Markov, « Jacques Roux, le curé rouge »

Né en Charente (1752) dans une famille nombreuse, Jacques Roux deviendra prêtre – seul moyen d’éducation pour les pauvres – et vicaire de Saint-Nicolas-des-Champs, section des Gravilliers. Il rallie le clergé constitutionnel en 1791, et devient ce que l’on appellera un « curé rouge ». Nommé commissaire chargé d’assister à l’exécution de Louis XVI, il fréquente le club des Cordeliers, qui approuve une adresse lue à la Convention le 25 juin 1793 : le « Manifeste des Enragés ».  Trois jours après le meurtre de Marat, qu’il a connu et hébergé, Roux publie la suite d’un de ses journaux, Le Publiciste de la République. Il y affirme : « Les productions de la terre […] appartiennent à tous les hommes. » Marx le considèrera comme l’un des précurseurs du communisme.  Continuer la lecture de Vient de paraître : Walter Markov, « Jacques Roux, le curé rouge »

Vient de paraître : « La surveillance révolutionnaire dans l’Ouest en guerre »

Cette publication se place dans le cadre de l’enquête collective sur les comités de surveillance menée par la Société des études robespierristes. Elle reprend les actes des deux journées d’études tenues à Poitiers et à Rennes, centrés sur la spécificité de la surveillance dans l’Ouest confronté à la proximité de la guerre intérieure. Cet ouvrage s’efforce, à partir d’études concrètes, de répondre à plusieurs questions méthodologiques ou fondamentales. Quelles sources permettent de les connaître lorsque les sources directes, registres de délibérations, ont été détruites ? Quelle a été la place des comités dans la lutte contre les rebelles vendéens et chouans ? Continuer la lecture de Vient de paraître : « La surveillance révolutionnaire dans l’Ouest en guerre »

En librairie : « Collectionner la Révolution française »

Gilles BERTRAND, Michel BIARD, Alain CHEVALIER, Martial POIRSON, Pierre SERNA (dir.), Collectionner la Révolution française, Paris, Société des études robespierristes, 2017, 312 p. ISBN : 978-2908327-95-3 ; 25 €

Pour détourner une phrase célèbre de Saint-Just, peut-on collectionner « innocemment » ? Rechercher, rassembler, conserver, le cas échéant exposer des objets et/ou des écrits de la Révolution française suppose au minimum un intérêt pour l’idée même de collection, mais peut aussi impliquer le désir de transmettre le souvenir et les héritages des années 1789-1799. Le premier cas peut tenir de la simple érudition, d’un esprit inclinant à la collection, voire d’achats susceptibles de donner lieu à échanges, reventes, etc., sans que le politique y trouve toujours sa place. Le second cas renvoie au domaine des « passeurs de révolution », de celles et ceux pour qui objets, images, écrits relèvent aussi d’une mémoire à transmettre aux générations successives, éventuellement au nom de l’idée d’une révolution qui ne serait pas encore advenue et de principes qui resteraient à défendre. Quelle que soit l’hypothèse suivie, si elle est privée, la collection reste fondamentalement l’oeuvre d’une vie et ne survit pas souvent à celle ou à celui qui l’a créée, au gré des héritages et des dispersions après-décès. On le sait, une partie importante des collections publiques au XXIe siècle provient de collections privées ainsi dispersées. Cependant les collections publiques ne sont pas seulement le résultat de rachats ou de dons de fonds privés, mais également le fruit de volontés politiques afin de construire, pour des collectivités entières, des objets de mémoires à partager et donnant du sens à la Révolution, qui finissent par constituer des patrimoines nationaux. Pourquoi et comment collectionner la Révolution française ? Qui ont été ces collectionneurs, comment et sur quoi ont-ils fondé leur érudition, leurs techniques de collectionneur, leurs réseaux ? Ce sont ces parcours que le présent ouvrage se propose d’interroger.

Lien éditeur