Manuscrits de Robespierre : état de la souscription, compte Twitter et Facebook

Mercredi 11 mai au soir, les dons reçus par la SER s’élevaient à 6430€ et les promesses de dons émanant notamment d’organisations et d’institutions à 18750€, soit un total de 25180€. Il est possible de faire mieux et d’augmenter encore la mobilisation dans les jours qui viennent.

La SER appelle en ce sens les particuliers à faire des dons, préférablement par chèque, comme stipulé dans l’appel à souscription.

La SER appelle les institutions, organisations et associations, ainsi que les personnes qui résident à l’étranger et qui souhaitent s’associer à la souscription, à faire des promesses de dons, par voie postale ou électronique (contact@revolution-francaise.fr).

Enfin, afin de permettre à chacun de suivre l’évolution de la mobilisation au jour le jour, la SER a créé un compte Facebook et un compte Twitter (http://twitter.com/ContactSer) qui sont dès à présent régulièrement alimentés au fur et mesure que les informations nous parviennent.

Manuscrits de Robespierre : succès de la souscription

La souscription lancée il y a quelques jours remporte un vif succès. Un état précis de la situation faisant le point sur les montants reçus à ce jour en Sorbonne et les promesses de dons sera publié sur ce site très prochainement.

La SER va créer une page Facebook dans les heures qui viennent afin de permettre aux internautes de suivre l’évolution de la souscription.

N’hésitez pas à prendre contact avec la SER en laissant un commentaire ci-dessous.

Manuscrits de Robespierre aux enchères : appel de la SER pour une souscription publique

Chers amis,

Vous avez peut-être appris par la presse la mise en vente aux enchères de quelque 150 pages de manuscrits de Robespierre, par Sotheby’s France, le 18 mai. Il s’agit d’un dossier qui avait été mis à l’abri par la famille du conventionnel Lebas, après son suicide, et qui réapparaît deux siècles plus tard. Il est évident que la place de ces papiers serait une collection publique et qu’ils ne doivent pas être dispersés chez des collectionneurs privés.

Il s’agit, au sens propre, d’un patrimoine national.

La Société des études robespierristes avait d’abord décidé d’observer la confidentialité nécessaire, pour éviter les manœuvres haussières susceptibles de faire échouer une décision de préemption publique (qui, il faut le rappeler, est toujours définie par le comptable public, avec une enveloppe préétablie). Son président, Philippe Bourdin, a donc adressé une série de lettres aux deux institutions susceptibles d’acheter, la Bibliothèque Nationale de France et les Archives Nationales. Il semble que la première ait décidé de renvoyer la balle à la seconde, qui observe un profond silence. Dans ces conditions, une lettre signée par une série d’historiens d’orientations très diverses a été adressée aux deux ministres concernés pour leur signaler la gravité de la chose.

Dans le même temps, Pierre Serna (Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française) a signalé dans une tribune publiée dans Le Monde le danger que représente cette vente aux enchères (http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/03/il-faut-sauver-robespierre_1516206_3232.html) et un des ministres concernés a été joint, avec la semi réponse du « pas au courant » qui est une façon de se dédouaner. En d’autres termes, la situation commence un peu à évoluer.

À ce stade, les délais restants rendent impossible tout retard supplémentaire : la vente a lieu le 18 mai. Nous pouvons, dans le cadre de nos statuts, en nous associant à d’autres acteurs qui en ont la possibilité juridique ou non, individus ou associations, collectivités locales, etc., rendre possible une souscription publique, complémentaire à l’action d’état.

Dans ce cadre, nous vous proposons de nous adresser de toute urgence des chèques, établis par vous ou par des personnes de votre connaissance à l’ordre de la Société des études robespierristes, mention « Pour les manuscrits de Robespierre » et adressés à notre Société, au 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05.

Si l’opération se concrétise, ces chèques, dans la limite de 20 % du revenu imposable, permettront aux souscripteurs de recevoir un reçu dont ils pourront directement faire déduire 66,66 % de leur impôt sur le revenu de 2011. Si notre contribution à l’achat n’a finalement pas lieu, nous détruirons et/ou renverrons évidemment ces chèques aux souscripteurs.

Bien cordialement

Pour la Société des études robespierristes,

Philippe Bourdin, président, Serge Aberdam, secrétaire général, Cyril Triolaire, trésorier.

Composition du nouveau Conseil d’Administration de la SER

Conformément à ses statuts, la Société des Etudes Robespierristes a procédé au renouvellement d’une partie des membres de son Conseil d’Administration à l’occasion  de l’Assemblée générale du 20 mars dernier.

Le nouveau CA se réunira pour la première fois le 21 mai. Il se compose des personnes suivantes :

1/ Serge Aberdam

2/ Marc Belissa

3/ Serge Bianchi

4/ Michel Biard

5/ Philippe Bourdin

6/ Jean-Luc Chappey

7/ Annie Crépin

8/ Malcolm Crook

9/ Jean Ducange

10/ Annie Duprat

11/ Pascal Dupuy

12/ Bernard Gainot

13/ Dominique Godineau

14/ Jean-Pierre Jessenne

15/Anne Jollet

16/ Martine Lapied

17/ Hervé Leuwers

18/ Julien Louvrier

19/ Matthias Middell

20/ Daniéle Pingué

21/ Frédéric Régent

22/ Jean-Paul Rothiot

23/ Pierre Serna

24/ Cyril Triolaire

Révolution française et cultures populaires dans le monde aujourd’hui : mythologies contemporaines (21-23 mars 2012)

Colloque international interdisciplinaire,  21 – 23 mars 2012.

Musée de la Révolution française à Vizille / Université Stendhal-Grenoble III

Organisé par Alain Chevalier et Martial Poirson

« Sans ce drapé extravagant, propre à tous les grands révolutionnaires, (…) la Révolution n’aurait pu être cet événement mythique qui a fécondé l’Histoire et toute idée de la Révolution. L’écriture révolutionnaire fut comme l’entéléchie de la légende révolutionnaire : elle intimidait et imposait une consécration civique du Sang »[1]. Rares sont les événements historiques ayant, au point de la Révolution française, engendré leur propre mythologie spontanée, conditionnant pour les siècles qui ont suivi sa perception fantasmatique et projective qui est encore dans une large mesure la nôtre aujourd’hui. Scène primitive à l’efficacité rituelle et symbolique inégalée ; mythe fondateur à vocation d’édification nationale et de légitimation institutionnelle ; fiction patrimoniale dont l’héritage nous est transmis en partage ; matrice d’un consensus qui n’est pas toujours unanime sur les valeurs démocratiques et républicaines ; source d’inspiration d’une production artistique tantôt critique et subversive, tantôt conformiste et consensuelle ; matière dont s’emparent les cultures populaires à travers toutes sortes de représentations et surtout, de médiations symboliques, parfois inattendues, la Révolution française n’a peut-être jamais été aussi présente qu’aujourd’hui, à la fois dans le discours, en régime de « mythocratie », et dans les objets, qui fonctionnent comme un système de signes, autrement dit, comme un « mythe moderne », au sens de Roland Barthes[2].

Souvent analysée en terme de « légende »[3], insistant sur son caractère d’avènement fondateur, la Révolution l’est moins comme une « mythologie » propre à notre temps. Une telle notion s’avère pourtant féconde pour envisager les réappropriations et détournements de son imaginaire symbolique, en particulier au sein des cultures populaires et de leurs relais médiatiques de masse. La plupart du temps à dominante essentiellement visuelle, alors que la connaissance érudite et historiographique est plutôt fondée sur des ressources textuelles, ces représentations populaires, parfois très documentées, entretiennent sciemment (transgression, falsification, travestissement) ou inconsciemment (ignorance, clichés, stéréotypes), des effets de distorsion avec la culture savante et le discours officiel de consécration républicaine. Or ce sont précisément ces « idées fausses » qui, selon la perspective adoptée ici, sont dignes d’intérêt dans la perspective d’une histoire sociale et culturelle de l’imaginaire révolutionnaire contemporain. Une attention toute particulière sera accordée aux phénomènes de transferts, de réinterprétations et de représentations, dans les cultures étrangères et aires géographiques les plus diverses, de ce mythe national fondateur souvent considéré comme emblématique. Plus affranchies d’un certain devoir de mémoire nationale, soustraites, en partie au moins, aux batailles historiographiques qui président à l’affrontement idéologique autour de l’histoire officielle, les cultures populaires, a fortiori lorsqu’elles proviennent de cultures étrangères, sont en effet souvent plus à même de se saisir de ce patrimoine et de sa puissance de germination symbolique pour parfois en renouveler la perception aussi bien que les usages.

Si l’historiographie de la Révolution française a bénéficié, depuis un certain nombre d’années, de travaux novateurs et de perspectives de recherche fécondes, interrogeant les discours de savoir qui lui sont consacrés, tel est moins le cas du processus de mémoire sélective et de réinvestissement symbolique au fondement de nos représentations sociales et culturelles contemporaines, qui innervent jusqu’aux cultures du quotidien et se cristallisent dans des objets issus de la société et de la culture de masse. Le réinvestissement de patrimoine historique est en effet devenu une pratique courante concernant la Révolution, non seulement au sein du discours politique et médiatique, mais encore au sein des formes dérivées de cultures et de pratiques populaires, qui peut adopter les manifestations les plus diverses, depuis l’objet décoratif jusqu’à l’image animée ou la performance. Leur analyse et leur conservation sont d’autant plus urgentes que leurs supports, considérés comme impurs et partie prenante de processus de diffusion massifiée et de consommation à grande échelle, sont particulièrement altérables, périssables et sujets aux modes de conservation aléatoires ou arbitraires de collectionneurs privés, évoluant aux gré des modes et des mythologies personnelles. En effet, leur patrimonialité ne va pas de soi, impliquant une conception élargie de l’historiographie révolutionnaire et prenant parfois la forme d’un patrimoine culturel immatériel. On cherchera donc à constituer comme objets scientifiques entièrement légitimes les idées et représentations, parfois fausses sur le plan historiographique, de ces imaginaires révolutionnaires profondément enracinés dans une diffuse conscience collective, nourrissant une opinion commune stéréotypée, mais aussi fantasmatique, source d’une interrogation renouvelée sur les représentations de l’Histoire.

Plusieurs pistes sont privilégiées, qui n’excluent pas d’autres approches possibles :

–         On interrogera les effets de citation, de transposition et surtout, de focalisation de l’opinion commune sur certains épisodes considérés comme emblématiques, sur les structures topiques récurrentes données pour représentatives d’une vulgate ou pour le moins, d’un imaginaire révolutionnaire largement partagé, en France comme, selon des modalités différentes, à l’étranger.

–         On identifiera, sous bénéfice d’inventaire, les formes de figuration et de diffusion, parfois à très grande échelle, d’une doxa associée aux mythologies révolutionnaires, à travers différentes sources de médiation : syntagmes cristallisés dans le langage courant, fictions policières, littérature populaire, cinéma et produits dérivés, bandes dessinées, mangas, spectacles de reconstitution historique, comédies musicales, animations de sites touristiques (sons et lumières), produits de consommation courante, industries du luxe, mode et haute couture, arts décoratifs, clips musicaux, opéras rock, animations, pornographie, publicités, jeux pour enfants, célébrations telles que celles du Bicentenaire… On cherchera à retracer les modes de citation et de circulation, parfois inattendus, des objets et images afin d’en interroger les usages sociaux et les pratiques culturelles qui leurs sont associées.

–         On envisagera les postures dont relèvent ces modes de réappropriation spontanés, souvent revendiqués comme tels, véhiculés par les cultures populaires, aux marges de tout discours savant ou de toute forme de consécration institutionnelle ou académique, et tout particulièrement les écarts, contresens, illusions rétrospectives, actualisations, déterritorialisations, erreurs de perspective, anachronismes assumés, voire revendiqués par ces supports de diffusion à grande échelle affranchis des règles de l’érudition savante.

–         On analysera enfin les tentatives d’instrumentalisation, tantôt à des fins idéologiques, tantôt en fonction de considérations commerciales, voire simplement ludiques, de ces stéréotypes révolutionnaires, sources d’une mobilisation collective d’autant plus efficace qu’elle prétend s’affranchir de l’Histoire au profit de relectures actualisantes ou iconoclastes et s’enracine dans une période historique – la nôtre – marquée par la prédominance de l’art de raconter des histoires comme mode de gouvernement des esprits et de production des affects.

Événements associés au colloque scientifique, en partenariat avec le Musée de la Révolution française à Vizille :

–         Réalisation d’une exposition qui se déroulera de décembre 2012 à juin 2014, portant sur « La Révolution française dans les cultures et pratiques populaires aujourd’hui » ;

–         Conception d’une salle permanente du musée consacrée au cinéma, inaugurée en juillet 2014, « La révolution fait son cinéma » ;

–         Conception et animation d’un site internet proposant une base de données élargies et de ressources virtuelles consacrées à la représentation de la Révolution française dans les cultures et pratiques populaires.

Comité d’organisation : Alain Chevalier (directeur du Musée de la Révolution française) et Martial Poirson (Université Stendhal-Grenoble III, UMR LIRE-CNRS).

Présidents du comité scientifique : Daniel Roche (Collège de France) ; Robert Darnton (Library of Harvard University).

Comité scientifique : Baczko Bronislaw (Université de Genève, Suisse) ; Jacques Berchtold (Université Paris IV-La Sorbonne) ; Serge Bianchi (Université de Rennes II) ; Michel Biard (Université de Rouen) ; Jean-Claude Bonnet (Université Paris IV-La Sorbonne-CNRS) ; Philippe Bourdin (Université de Clermont-Ferrand, Société d’Etudes robespierristes) ; Gregory Brown (University of Nevada, Las Vegas, Etats Unis) ; Alain Chevalier (directeur du Musée de la Révolution française) ; Yves Citton (Université Stendhal-Grenoble III, UMR LIRE-CNRS) ; Antoine de Baecque (Université Paris Ouest-La Défense) ; Michel Delon (Université Paris IV-La Sorbonne) ; Pierre Frantz (Université Paris IV-La Sorbonne) ; Jean-Marie Goulemot (Université François Rabelais-Tours) ; Laurent Loty (Université de Rennes II) ; Sarga Moussa (UMR LIRE-CNRS) ; Martial Poirson (Université Stendhal-Grenoble III, UMR LIRE-CNRS) ; Michel Porret (Université de Genève, Suisse) ; Jeffrey Ravel (Massachusetts Institut of Technology, Boston, Etats Unis) ; Pierre Serna (Université Paris I Panthéon Sorbonne, Institut d’histoire de la Révolution française) ; Jean Sgard (Université Stendhal-Grenoble III, UMR LIRE-CNRS) ; Guy Spielmann (Georgetown University).

Partenaires du projet : Musée de la Révolution française ; Bibliothèque nationale de France ; Comédie-Française ; Institut d’histoire de la Révolution française ; Société française d’études sur le dix-huitième Siècle ; Société des études robespierristes ; UMR LIRE-CNRS ; Université Stendhal-Grenoble III ; Voltaire Foundation ; Groupe d’études du XVIIIe siècle (UNIGE, Suisse).

Prière d’envoyer vos propositions de contribution, d’environ 750 mots, avec un titre, incluant vos coordonnées, votre appartenance institutionnelle, une adresse postale et une adresse électronique, avant le 15 Juillet 2011 à Martial Poirson, martial.poirson@yahoo.fr et LIRE Secrétariat, umrlire@u-grenoble3.fr


[1] Roland Barthes, Le degré zéro de l’écriture, « Ecritures politiques », in Œuvres complètes, Paris, Seuil, 2002, volume I, pp. 134-135.

[2] Roland Barthes, Mythologies, « Le mythe aujourd’hui », Paris, Seuil, 1957, pp. 193-247.

[3] Christian Croisille et Jean Ehrard (dir.), La légende de la Révolution, Presses de l’université de Clermont-Ferrand, 1988 ; Jean-Claude Bonnet et Philippe Roger (dir.), La légende de la Révolution au XXe siècle, de Gance à Renoir, de Romain Rolland à Claude Simon, Paris, Flammarion, 1989.

Journée d’étude « Enseigner la Révolution française » : infos pratiques

La journée d’étude organisée par la SER et l’APHG, avec le soutien de la ville d’Ivry-sur-Seine, de l’IRHIS, de l’IHRF et d’Armand Colin, se déroulera au centre Robespierre à Ivry-sur-Seine. Ce centre est situé 2, rue Robespierre à Ivry, en face du métro Mairie d’Ivry (ligne 7). Le parcours depuis le métro sera fléché.

Publication – De la souveraineté du peuple et de l’excellence d’un état libre

Couverture MonnierDe la souveraineté du peuple et de l’excellence d’un état libre, par Marchamont Needham.

Traduit de l’anglais et enrichi de notes par Théophile Mandar. Édition présentée et annotée par Raymonde Monnier.

La traduction sous la Constituante du traité de Nedham, De l’excellence d’un état libre, éclaire le processus de transfert et de réception des théories républicaines de la liberté qui ont inspiré les révolutions anglaise et américaine. En note, des fragments tirés du Panthéon des Lumières, rendent compte de la marche des idées et rapprochent le texte source des catégories politiques de la révolution, la souveraineté du peuple, la division des pouvoirs, les principes du gouvernement. On comprend les enjeux de l’édition de ce texte clé du républicanisme anglais quand s’ouvre « l’ère de la liberté et des lois » et que la nation découvre les valeurs partagées de la citoyenneté dans l’espace public. La rhétorique  du traducteur participe d’une dynamique de mise en oeuvre des droits dans la constitution. En soulignant les correspondances entre la Constitution d’un état libre et le Contrat social de Rousseau, Mandar actualise la république dans le champ de l’action politique. En appendice, ses Observations sur l’esclavage visent à inscrire la révolution en cours et l’abolition de l’esclavage dans la chaîne des révolutions de la liberté. L’idéal révolutionnaire puise aux sources du républicanisme pour régénérer la société sur l’horizon de la liberté et de l’égalité des droits.

Collection des documents inédits sur l’histoire de France. Section Histoire du monde moderne, de la Révolution française et des révolutions. Serie in 8o – vol. 53, code isbn : 978-2-7355-0727-6, 240 p., 45 €

Commande sur le site du CTHS : http://www.cths.fr ou par email : ventes.cths@recherche.gouv.fr

Colloque – Les nuits de la Révolution française

Affiche colloqueCo-organisé par le Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (Université Clermont 2), la Société des études robespierristes et l’Institut d’Histoire de la Révolution française (Université Paris 1-Sorbonne).

Clermont-Ferrand, 5 et 6 septembre 2011

Les travaux de Simone Delattre (Les Douze heures noires. La nuit à Paris au XIXe siècle, Paris, Albin Michel, 2000) et d’Alain Cabantous (Histoire de la nuit, XVIIe-XVIIe siècle, Paris, Fayard, 2009) ont montré tout l’intérêt des études sur ce moment si particulier qu’est la nuit dans la vie privée et collective des individus, pour leur vécu comme pour leur imaginaire. Le second s’est attaché, au carrefour de l’histoire des mentalités, de l’anthropologie et de l’histoire sociale, à analyser les interactions subtiles et complexes entre les systèmes de représentations et les enjeux sociaux de la nuit dans une Europe du Nord-Ouest et du Sud qui fait la part belle à la France, au Royaume-Uni, à l’Espagne et à l’Italie. Il mobilise les sources les plus diverses pour démonter la construction idéologique, mentale et littéraire de l’espace-temps nocturne, avant de le peupler des pratiques qui lui sont propres (travail, veillées, fêtes, sexualité), et de marquer l’ « invention de l’intimité ». Le repli nocturne dans la chambre à coucher devient ainsi un indice essentiel du changement de civilisation, qui voit s’affirmer l’« individu » au sens « moderne » tandis que l’onirisme perd progressivement son aspect mystérieux, voire sacré, pour n’être plus qu’une production personnelle liée à la vie corporelle (les humeurs notamment). Si John Wesley, fondateur du méthodisme, mène des combats imaginaires contre des taureaux furieux, l’Église de la Réforme catholique évacue les « songes divins », et avec eux tout ce qui pourrait mettre en relief l’individu face à l’institution (songes, mystique, possession diabolique). Malgré des efforts soutenus, elle ne parvient pas à éradiquer totalement au XVIIe siècle les liturgies nocturnes – et en use même dans le bassin méditerranéen pour rendre plus édifiantes les missions et les processions, pour maintenir l’ordre croyant par des oraisons crépusculaires, la dévotion des 40 Heures, la fête de Saint-Jean-Baptiste et la nuit de Tobie. Ainsi demeurent des mariages, des funérailles des hautes couches de la noblesse, qui exprime là une volonté de distinction sociale en phase avec la sensibilité baroque et un libre choix jusqu’aux instants ultimes, lit et tombeau se rejoignant dans la métaphore du  sommeil éternel. Pouvoirs et institutions font pourtant progresser la dénonciation « d’une nuit chargée de figures répulsives, condamnables, dangereuses » (discours démonologique, édification par les juristes d’un droit spécifique), qui amènent à s’interroger sur la réalité des « déviances », du tapage nocturne aux bandes de voleurs, en passant par les duels et les vols de cadavres. Quadrillage et surveillance du territoire urbain, progrès de l’éclairage disent les efforts des pouvoirs publics et policiers pour mieux contrôler une cité qui n’est jamais totalement endormie, tandis que le Prince use de la métaphore et de l’allégorie pour se faire, en des fêtes royales nocturnes, le maître de la lumière, quand il ne se divertit pas dans les bals, les masques, les concerts, les jeux de société, les soupers fins – qui, depuis le Régent, vont être imités progressivement au cours du XVIIIe siècle par les aristocrates puis les bourgeois fortunés. L’investissement ludique de la nuit conduit à une multiplication des lieux de spectacles (théâtres, concerts, opéras, jeux, bals), de consommation (cabarets), de convivialité (promenades, cercles, sociétés), non sans des pratiques propres à la société juvénile.

Empruntant son titre à Victor Hugo, Simone Delattre a, elle, mené son enquête sur Paris, portant son intérêt sur une histoire des faits, du social et de leurs représentations,  du temps et des façons de le vivre, des lieux de plaisir et de loisirs, des anxiétés bourgeoises, et aussi d’une sensibilité qui s’affine, d’une réceptivité croissante à la nuit (valorisée par la sensibilité romantique, par les « contemplateurs élitistes de la nuit », les noctambules et la bohème oisive qui s’encanaille). Non sans marquer des transitions entre un premier XIXe siècle, moment de transition entre la nuit « indomptée » de type ancien, nuit libre, nuit anarchique dont Mercier ou Restif de la Bretonne se font les chantres, et la normalisation progressive de la nuit parisienne entre 1830 et 1860, au fil de la diffusion de l’éclairage au gaz de Rambuteau à Haussmann, comme sous la contrainte du couvre-feu imposé à la multitude, quand le roman populaire fait de l’anxiété un poncif. Dans une capitale surpeuplée, effervescente, l’obsession sécuritaire au détriment des « classes dangereuses » et l’affirmation du droit au repos, à la protection du privé, justifient la circulation nocturne des patrouilles grises (de policiers en bourgeois) de la Restauration, celles d’une Garde nationale sous la monarchie de Juillet. Elles ont surtout pour effet de repousser les problèmes et les frontières des espaces criminels au-delà des barrières (dans la banlieue puis la zone, ce Paris demeurant obstinément ombreux et désordonné, propice aux bandes qui sévissent en 1826, puis 1836-1839), tandis que prostitution et homosexualité sont réprimées au Palais-Royal et sur les Champs-Élysées.

Alors même que plusieurs champs du savoir peuvent être mobilisés  (histoire urbaine, sociale, politique, culturelle, littérature, histoire de l’art et musicologie), les interactions entre ce temps de l’ombre et la Révolution n’ont quasiment pas été étudiées. Elles ne peuvent pourtant être bénignes en ce moment de « régénération » qui produit un nouveau calendrier, une nouvelle heure, républicaine et décimale, et perturbe donc physiquement et symboliquement les rythmes du quotidien. Elles le sont encore moins si l’on veut bien considérer que les journées révolutionnaires connaissent leurs pendants nocturnes : nuits du 12 au 13, du 14 au 15 juillet 1789, Grande Peur, nuit du 4 Août, du 5 au 6 octobre 1789, de Varennes, du 9 au 10 Août 1792, massacres de Septembre, révolte des esclaves de Saint-Domingue dans la nuit du 22 au 23 août 1791 ; on en passe … Ces événements, s’ils héritent de formes anciennes de protestation et de violence (telle la punition par le feu, les charivaris, les processions carnavalesques), imposent aussi au cœur de l’événement une présence populaire et fantasmagorique, innovent aussi dans les pratiques (justice expéditive, pendaison à la lanterne, investissement des châteaux). La nuit est aussi le moment du complot, des conjurations nobiliaires ou républicaines. Elle est indissociable de l’aménagement du nouvel espace politique et judiciaire, des questions du maintien ou de l’encadrement de l’ordre public, depuis la fondation des gardes nationales jusqu’à l’utilisation politique de ses représentations effrayantes (les visites domiciliaires diligentées en l’an II par les comités de surveillance sauront user pour impressionner des heures les plus avancées). On sait combien  les pouvoirs, les sections, les sociétés populaires, disent siéger en permanence, sans que l’on ait jamais bien mesuré ce que cette proclamation signifiait quant aux modalités des décisions prises après le coucher du soleil, aux conséquences sur le monde du travail dans les couches de la sans-culotterie parisienne ou provinciale.

Car la vie laborieuse (celle des cabaretiers, des boulangers, des forts des Halles, des transporteurs, des balayeurs, des chiffonniers, des migrants, des déménageurs « à la cloche de bois », des écrivains et des artistes, des prostituées, etc.), la vie tout court, ne s’arrête pas lorsque luit l’astre lunaire, très différente de la campagne à la ville. Dans la première, quand la veillée ne réunit pas, les messes clandestines, les processions, les grands combats de la Vendée et du pays chouan, le brigandage peuvent encore mobiliser et percer l’obscurité de chants et de cris de ralliement à dessein inventés ; et l’on n’aura garde d’oublier les bivouacs militaires, les campements de fortune en des territoires souvent lointains et presque toujours inconnus. Dans la seconde, où se développent dans le secret les réseaux de la contre-révolution ou de l’Église réfractaire, les progrès de l’éclairage tentent de prolonger le jour : invitant à communier dans un même idéal, les fêtes, les banquets et les spectacles (dont les salles sont multipliées pendant la Révolution) attirent des foules considérables. Ces derniers mettent eux-mêmes en scène des éléments symboliques et rhétoriques de la nuit (la cave, le souterrain, l’ombre), tels que les affectionnent à la même époque le roman noir, la littérature enfantine édifiante, le théâtre patriotique, les opéras, le mélodrame ou les drames à sauvetage. Le dessin, la peinture, la gravure, la caricature en rendent compte, soit qu’ils enferment dans un univers privé de lumière les ennemis de la Révolution, antiphilosophes ou prêtres obstinément réfractaires, où les allégories du crime (pensons au Phrosine et Mélidore de Prud’hon), soit qu’au contraire ils renvoient la Révolution aux ténèbres, néant ou chaos d’où sortira la restauration catholique et royale, selon les théories développées notamment par Joseph de Maistre.

Abordant les questions de la nuit politique et de l’ordre public, du travail nocturne, de la criminalité du crépuscule, des cultes clandestins, des soirées culturelles, des fantasmes littéraires et artistiques, le colloque ne négligera pas les comparaisons avec les nuits rébellionnaires ou révolutionnaires des années 1770 (Gordon Riots, révolution américaine, révoltes bataves et brabançonnes) et avec les révolutions de 1830 et 1848.

Comité scientifique

Michel Biard (Université de Rouen), Philippe Bourdin (Université Clermont II), Alain Cabantous (Université Paris I-Sorbonne), Hervé Leuwers (Université Lille III), Michel Pertué (Université d’Orléans), Pierre Serna (Université Paris I-Sorbonne)

PROGRAMME (également téléchargeable au format *.doc : programme Nuits )

Première demi-journée

9h00 : Introduction

I. Le temps de l’action politique

– 9h15 : Alain Cabantous (PR, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne), La Nuit comme dramaturgie révolutionnaire. L’exemple des Gordon Riots (Londres, juin 1780).

– 9h35 : Sébastien Pivoteau (Doctorant, Université Blaise-Pascal), Mythes et réalités des investissements nocturnes de châteaux lors des soulèvements ruraux. L’exemple des « Illuminations arpajonnaises » de mars 1792.

– 9h55 : Côme Simien (Master 2, Université Blaise-Pascal), La nuit : temps de la violence ou du retour à l’ordre ? Le cas des massacres de Septembre 1792.

10h15-10h45 : discussion et pause

-10h45 : Valérie Sottocasa (MCF, Université de Toulouse-Le Mirail), Les protestations populaires et la nuit.

– 11h05 : Anne Rolland (MCF, Université Catholique de l’Ouest), Les nuits de la Vendée militaire.

– 11h25 : Samuel Guicheteau (docteur en histoire, Université de Rennes),  « La force armée n’arriva qu’à la nuit ». L’agitation libérale et nocturne à Nantes et à Rennes en juin 1820.

– 11h45 : Jean-Claude Caron (PR, Université Blaise-Pascal), Que font les révolutionnaires la nuit… ? Enquête sur le Paris nocturne de juillet 1830 et de février 1848.

12h05-12h30 : discussion

Deuxième demi-journée

II. Les travaux de la nuit

– 14h30 : Olivier Accarie (Doctorant, Université Paris IV-Sorbonne),  Les heures indues de la Terreur : le commissaire de police et les acteurs de la nuit entre 1793 et 1794.

– 14h50 : Julien Saint-Roman (Doctorant, Université d’Aix-en-Provence), Un ordre ouvrier à travers la nuit : les Commissaires des ouvriers de l’arsenal de Toulon en 1793.

– 15h10 : Romain Grancher (doctorant, Université de Rouen, GHRIS), La réglementation de la pêche de nuit en Seine Inférieure (1803-1814) : modalités, enjeux, résistances.

15h30-15h40 : pause

– 15h40 : Philippe Bourdin (PR, Université Blaise-Pascal), Une nuit à l’hôpital : ordre social, clandestinité et déviances.

– 16h00 : Paul Chopelin (MCF, Université Lyon III), Les nuits de l’Église réfractaire.

16h20-17h : discussion

19h-21h : Séance de nuit au Manoir de Veygoux (maison natale du général Desaix)

Visite d’exposition, concert par les musiciens de l’Orchestre universitaire de Clermont-Ferrand, banquet républicain.

– Bruno Ciotti (docteur en histoire, CHEC), Nuits révolutionnaires, nuits guerrières.

– Patrice Bret, Les nuits égyptiennes.

– Dominique Messineo (ATER, Université d’Orléans), Les bals de la jeunesse dorée entre décadence et provocations : aux origines de la guerre sociale sous Thermidor.

Troisième demi-journée

III. Sociabilités nocturnes

– 9h00 : Guillaume Mazeau (MCF, Université Paris-I-Sorbonne), Révolutionner la nuit : politique et pyrotechnie pendant la Révolution française.

– 9h20 : Cyril Triolaire (Docteur en histoire, Université Blaise Pascal), Faire la nuit. Révolution de jeux de lumières sur scène.

– 9h40 : Geneviève Lafrance (PR,  Université du Québec à Montréal), Les dernières nuits d’un détenu. Passe-temps nocturnes dans les prisons de la Terreur.

– 10h00-10h30 : discussion et pause

– 10h30 : Serge Aberdam (Docteur en histoire, INRA),  À l’heure des repas fraternels.

– 10h50 : Laure Hennequin-Lecomte (Docteur en histoire, Université Marc-Bloch de Strasbourg), « À l’amitié et à la vertu » : les nuits révolutionnaires de la société de la Dui au château de Vizille.

– 11h10 : Guillaume Garnier (doctorant, Universités de Poitiers et de Genève), Du sommeil par le citoyen Chabert : une « saine physiologie ».

– 11h20 : Michel Biard (PR, Université de Rouen), Un bonnet peut en cacher un autre… La symbolique du bonnet de nuit au temps de la Révolution.

11h40-12h10 : discussion

Quatrième demi-journée

IV. Imaginaires et représentations

– 14h00 : Barbara Innocenti (Université de Sienne, Italie), « Les auteurs classiques ont plongé la France dans une nuit éternelle… » : le théâtre révolutionnaire entre construction du « nouveau soi » et représentation de la « réalité ».

– 14h20 : Françoise Le Borgne (MCF, Université Blaise-Pascal), Le « Genre sombre » dans les Nuits révolutionnaires de Rétif de La Bretonne.

– 14h40 : Marie-Emmanuelle Plagnol (PR, IUFM de Créteil), Nuits suspectes et veillées édifiantes dans la littérature enfantine.

– 14h40-15h30 : discussion et pause

– 15h30 : Pascal Dupuy (MCF, Université de Rouen), Cauchemars, rêves et hallucinations, quand la nuit ne porte pas conseil dans les images satiriques (1780-1848).

– 15h50 : Barthélémy Jobert (PR, Université Paris IV-Sorbonne), La notion de « clair-obscur » chez les néo-classiques français, de David à Ingres.

–  16h10 : Michaël Vottero (Docteur en Histoire de l’Art, Élève conservateur de l’Institut National du Patrimoine), Les épisodes nocturnes de la Révolution française dans la peinture du XIXe siècle.

– 16h30-17h30 : discussion et conclusions

Parution du Prix Albert Mathiez : Corine Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration.

Couverture

Corinne Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration, préface d’Alain Corbin, Société des études robespierristes, Paris, 2010, 252p. + cd-rom, 25€, ISBN : 978-2-908327-70-0

Les serviteurs du pouvoir, les versificateurs habiles à chanter l’ordre établi sont les oubliés d’une histoire qui a bien davantage consacré les pamphlétaires et les satiristes. Surtout en cette France du premier XIXe siècle où leur geste a tous les traits d’un Ancien Régime qui se refuse à mourir. Pourtant, entre 1815 et 1830, près de 3000 poésies sont écrites à la gloire des Bourbons restaurés par une curieuse cohorte d’auteurs qui va du jeune « enfant sublime » de la poésie au polygraphe habile, en passant par les poètes-misère, les royalistes de combat, les peu-lettrés ou les académiciens besogneux.

L’objet de ce livre est là : dans ce continent oublié de la littérature de célébration qui éclaire, entre poésie et histoire, toutes les convulsions d’une ère de transition et de deuil entre l’Ancien Régime et l’âge démocratique. Aussi cette histoire de poètes et de princes est-elle moins celle d’une tradition que celle de sa subversion ; moins celle d’une célébration enthousiaste que celle d’un moment désenchanté. Discours irraisonné sur la Révolution française, discours de l’inquiétude et de la hantise, discours provocateur et sarcastique, entreprise normative de reconstruction d’un ordre sociopolitique, aspiration à l’unanimité reconstruite par delà la déchirure révolutionnaire : la parole de gloire de la Restauration a plus rêvé le monde et le pouvoir qu’elle ne les a naïvement célébrés.

Le livre est dès à présent commandable en adressant un courrier électronique à l’adresse suivante : jp.cl.rothiot@orange.fr.

Un blog utilisant Hypothèses, plateforme de carnets de recherches