Dernière minute – Les manuscrits de Robespierre devraient rester en France, la souscription se poursuit

L’Etat français a finalement exercé son droit de préemption à l’occasion de la vente des manuscrits inédit de Robespierre chez Sotheby’s à Paris ce jour. La direction des Archives Nationale représentée dans la salle a préempté à l’issue de l’enchère sur les deux lots, 31 (Lebas) et 32 (Robespierre), en se faisant à chaque fois applaudir. Les prix sont très élevés, le total se chiffrant à 979 400 euros (respectivement 65 000 et 750 000 euros, plus les taxes). Les Archives Nationales disposent désormais de 15 jours pour compléter le tour de table financier et réunir la somme. La souscription nationale lancée par la SER a permis de recueillir jusqu’à présent environ 100 000 euros de dons et promesses de dons. La mobilisation a donc portée ses fruits, mais il faut continuer la collecte. C’est pourquoi la SER appelle à poursuivre l’effort engagé et invite tous les citoyens qui le souhaitent à s’y associer, mais également l’ensemble des collectivités locales.

Les sommes versées donneront droit à une réduction d’impôt équivalente aux 2/3 du don (don dans la limite de 20% du revenu imposable).

Les chèques libellés à l’ordre de la Société des Etudes Robespierristes et porteurs de la mention « Pour les manuscrits de Robespierre » sont à adresser à notre Société, au 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05.

Les donateurs qui le souhaitent peuvent également faire parvenir leur don par virement bancaire sur le compte de la SER en notifiant « Pour les manuscrits de Robespierre » dans le formulaire de transfert (demander le RIB/code IBAN à contact@revolution-francaise.fr).

Souscription : une première liste de donateurs

Vendredi 13 mai au soir, la SER avait reçu les dons et promesses de dons d’un grand nombre d’associations, d’institutions et de particuliers dont nous sommes heureux de publier aujourd’hui ci-dessous une partie des noms. La liste sera complétée ce soir ou demain.

Manuscrits de Robespierre : liste des premiers donateurs

Société des études robespierristes, Conseil scientifique de l’Université Paris 1, Institut d’Histoire de la Révolution française, Fondation Gabriel Péri, Nantes Histoire, Association locale pour la célébration de la Révolution française Villejuif, Association des Amis de Robespierre, ABERDAM Serge, ACERRA Martine, ALLIES Paul, ARRO Pierre, ATTALI, AVISSEAU François, BALLESTERO Catherine, BARGAS Claude, BECQUAERT Paule, BELLON André, BELLON Martine, BENAROUS Richard, BERAUD Nathalie, BERNET  Jacques, BERTAUD Jean-Paul, BIARD Michel, BOELDIEU Gérard, BONA Mariano, BONNET Xavier, BOROWICE Yves, BOSC Yannick, BOURDIN Philippe, BOUVIER Pierre, BRAS, BUJARD Alain, BURESI Monique, BURGUES DE MISSIESSY, CADIER Michel , CARBONNIERES  Philippe de, CASEVITZ Michel, CAVIGLIOLI Jeanne, CHANCELIER Michel, CHARLES Christophe, CHARNET Séverine, CHOPELIN Paul, CHOUILLET Anne-Marie, CLAVEL-LEVEQUE Monique, CLEMENT Bruno, CONTE Christian, COQUARD Claude, CORDILLOT Michel, COUMIAN Pierre, COUSSEAU Vincent, COUTEAU Anne-Marie, COVO Maurice, CREPIN Annie, DA ROCHA-CARNEIRO, DAUMAS Philippe, DAUMAS Claude, DAVID Jean, DE MARI Eric, DEJENNE Hélène, DEJENNE Jean Michel, DENIOT Guy, DEVINE Frédéric, DIALLO Malik, DIONNET Brigitte, DUFAU-JOEL Guy, DUPORT Anne-Marie, DURAND Denise, EBERHARD Jacques, EYMARD Alain, FAYET Roger, FLACHAT Olivier, FOURNET MONTAROT Danièle, FOUSSIER Philippe, FOYET Claude, FREDERIC Geneviève, FROMONT Daniel, GAINOT Bernard, GARCIN Martine, GARNIER Denise, GAUTHIER Florence, GAUTHIER Cécile, GAUVARD Claude, GENTY Maurice, GERVAIS Emmanuel, GINDIN  Claude, GOBLOT-CAHEN, GODINEAU Dominique, GODINEAU Michel, GOUJEON Jean-Yves, GRIMAULT Jacqueline, GROBOCOPATELI Anna, GROSS Jean-Pierre, GUICHETEAU Samuel, GUYAU Gérard, HANTRAYE Jacques, HAUDIQUET Pierre, HUREVITCH Daniel, JAMET Gisèle, JARRY-BRUN Gaby, JORDI Canameras Gaya, KAMINKER Jean-Pierre, KARLIKOW Nancy, KRAEMER Emmanuelle, LACOUR Pierre-Yves, LANTZ, LAPONCHE Bernard, LASSELIN Pierre, LE GRUIEC Yannick, LE LAN Claude et Annie, LE LAY Daniel, LE PREVOST Josette et René, LECLERC Gérard, LECOINTRE Marie-Noëlle, LEGOURD-ROCHETEAU, LEMORTON Catherine, LEPINTE Francine, LESAINT François, LEUWERS Hervé, LEVEQUE Laure, LEVY Gilles, LIVONNET Jean, LORCIN Marie-Thérèse et Jean, MALLE Justine, MARINE Marie-Adèle, MAROT-MERCIER Guillemette, MARQUET Antoine, MARZAGALI Silvia, MAZAURIC Claude, MICHALON Eliane, MOISAND André, MONSONEGO Simone, MORA Claude, NAVARRE Michèle, PANHALEUX Fanny, PERICHON Denis, PERNOT Hervé, PETIT André, PEYRARD Jacqueline, PINGUE Danièle, PIVOTEAU Sébastien, POIROT Thibaut, PUBLAN-BRENGUIER, QUENNEDEY Famille, ROGER Jean, ROMAN Bruno, ROMAN André, ROTHIOT Jean-Paul, ROUFFIANGES Jeanne, ROUSSEAU Aurélien, ROUSSIER Paul, RUIZ Olga, SABATES Isabelle, SABOURY Yves, SAINT-ROMAIN Julien, SCHILL Pierre, SERNA Pierre, SERNA Emile, SIGG Thierry, SIGG Bernard, SIMONIN Anne, SOCIETE d’histoire locale de Compiègne, SOLOT Hélène, STERN Catherine, STOUDER Paul, SURATTEAU Jean-François, TACKETT Timothy, THEURIOT Françoise, THOMAS-BICHON Christine, TODOROV Nicolas, TOURNE Jacques, TRIOLAIRE Cyril, TURREL Denise, UZAN, VERSTRAETEN Catherine, VIDAL Georges, VIDAL Emilie, VILLE-PETRADE Marina, VILTART Patrick, VRIGNON Alexis, WESTRADE Michel, WOLIKOW Claudine, ZANCARINI-FOURNEL Michelle, ZATON Monique, ZINK Anne, ZOGHLAMI…

Il faut sauver les manuscrits de Robespierre : la souscription continue !

Jeudi 12 mai au soir, la SER comptabilise déjà plusieurs dizaines de milliers d’euros de dons et de promesses de dons. Il est possible de faire mieux et d’augmenter encore la mobilisation dans les jours qui viennent et qui nous séparent de la vente aux enchères (le 18 mai) des manuscrits inédits de Robespierre.

La SER appelle en ce sens les particuliers à faire des dons, préférablement par chèque, comme stipulé dans l’appel à souscription.

La SER appelle les institutions, organisations et associations, ainsi que les personnes qui résident à l’étranger et qui souhaitent s’associer à la souscription, à faire des promesses de dons, par voie postale ou électronique (contact@revolution-francaise.fr).

Parmi les premiers donateurs figurent : Société des études robespierristes, Conseil scientifique de l’Université Paris 1, Comité de Vigilance face aux Usages publics de l’Histoire, l’Institut d’Histoire de la Révolution française, Fondation Gabriel Péri, Association locale pour la célébration de la Révolution française de Villejuif, Association Nantes Histoire, Société d’Histoire locale de Compiègne…

Manuscrits de Robespierre : état de la souscription, compte Twitter et Facebook

Mercredi 11 mai au soir, les dons reçus par la SER s’élevaient à 6430€ et les promesses de dons émanant notamment d’organisations et d’institutions à 18750€, soit un total de 25180€. Il est possible de faire mieux et d’augmenter encore la mobilisation dans les jours qui viennent.

La SER appelle en ce sens les particuliers à faire des dons, préférablement par chèque, comme stipulé dans l’appel à souscription.

La SER appelle les institutions, organisations et associations, ainsi que les personnes qui résident à l’étranger et qui souhaitent s’associer à la souscription, à faire des promesses de dons, par voie postale ou électronique (contact@revolution-francaise.fr).

Enfin, afin de permettre à chacun de suivre l’évolution de la mobilisation au jour le jour, la SER a créé un compte Facebook et un compte Twitter (http://twitter.com/ContactSer) qui sont dès à présent régulièrement alimentés au fur et mesure que les informations nous parviennent.

Manuscrits de Robespierre : succès de la souscription

La souscription lancée il y a quelques jours remporte un vif succès. Un état précis de la situation faisant le point sur les montants reçus à ce jour en Sorbonne et les promesses de dons sera publié sur ce site très prochainement.

La SER va créer une page Facebook dans les heures qui viennent afin de permettre aux internautes de suivre l’évolution de la souscription.

N’hésitez pas à prendre contact avec la SER en laissant un commentaire ci-dessous.

Manuscrits de Robespierre aux enchères : appel de la SER pour une souscription publique

Chers amis,

Vous avez peut-être appris par la presse la mise en vente aux enchères de quelque 150 pages de manuscrits de Robespierre, par Sotheby’s France, le 18 mai. Il s’agit d’un dossier qui avait été mis à l’abri par la famille du conventionnel Lebas, après son suicide, et qui réapparaît deux siècles plus tard. Il est évident que la place de ces papiers serait une collection publique et qu’ils ne doivent pas être dispersés chez des collectionneurs privés.

Il s’agit, au sens propre, d’un patrimoine national.

La Société des études robespierristes avait d’abord décidé d’observer la confidentialité nécessaire, pour éviter les manœuvres haussières susceptibles de faire échouer une décision de préemption publique (qui, il faut le rappeler, est toujours définie par le comptable public, avec une enveloppe préétablie). Son président, Philippe Bourdin, a donc adressé une série de lettres aux deux institutions susceptibles d’acheter, la Bibliothèque Nationale de France et les Archives Nationales. Il semble que la première ait décidé de renvoyer la balle à la seconde, qui observe un profond silence. Dans ces conditions, une lettre signée par une série d’historiens d’orientations très diverses a été adressée aux deux ministres concernés pour leur signaler la gravité de la chose.

Dans le même temps, Pierre Serna (Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française) a signalé dans une tribune publiée dans Le Monde le danger que représente cette vente aux enchères (http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/03/il-faut-sauver-robespierre_1516206_3232.html) et un des ministres concernés a été joint, avec la semi réponse du « pas au courant » qui est une façon de se dédouaner. En d’autres termes, la situation commence un peu à évoluer.

À ce stade, les délais restants rendent impossible tout retard supplémentaire : la vente a lieu le 18 mai. Nous pouvons, dans le cadre de nos statuts, en nous associant à d’autres acteurs qui en ont la possibilité juridique ou non, individus ou associations, collectivités locales, etc., rendre possible une souscription publique, complémentaire à l’action d’état.

Dans ce cadre, nous vous proposons de nous adresser de toute urgence des chèques, établis par vous ou par des personnes de votre connaissance à l’ordre de la Société des études robespierristes, mention « Pour les manuscrits de Robespierre » et adressés à notre Société, au 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05.

Si l’opération se concrétise, ces chèques, dans la limite de 20 % du revenu imposable, permettront aux souscripteurs de recevoir un reçu dont ils pourront directement faire déduire 66,66 % de leur impôt sur le revenu de 2011. Si notre contribution à l’achat n’a finalement pas lieu, nous détruirons et/ou renverrons évidemment ces chèques aux souscripteurs.

Bien cordialement

Pour la Société des études robespierristes,

Philippe Bourdin, président, Serge Aberdam, secrétaire général, Cyril Triolaire, trésorier.

Composition du nouveau Conseil d’Administration de la SER

Conformément à ses statuts, la Société des Etudes Robespierristes a procédé au renouvellement d’une partie des membres de son Conseil d’Administration à l’occasion  de l’Assemblée générale du 20 mars dernier.

Le nouveau CA se réunira pour la première fois le 21 mai. Il se compose des personnes suivantes :

1/ Serge Aberdam

2/ Marc Belissa

3/ Serge Bianchi

4/ Michel Biard

5/ Philippe Bourdin

6/ Jean-Luc Chappey

7/ Annie Crépin

8/ Malcolm Crook

9/ Jean Ducange

10/ Annie Duprat

11/ Pascal Dupuy

12/ Bernard Gainot

13/ Dominique Godineau

14/ Jean-Pierre Jessenne

15/Anne Jollet

16/ Martine Lapied

17/ Hervé Leuwers

18/ Julien Louvrier

19/ Matthias Middell

20/ Daniéle Pingué

21/ Frédéric Régent

22/ Jean-Paul Rothiot

23/ Pierre Serna

24/ Cyril Triolaire

Révolution française et cultures populaires dans le monde aujourd’hui : mythologies contemporaines (21-23 mars 2012)

Colloque international interdisciplinaire,  21 – 23 mars 2012.

Musée de la Révolution française à Vizille / Université Stendhal-Grenoble III

Organisé par Alain Chevalier et Martial Poirson

« Sans ce drapé extravagant, propre à tous les grands révolutionnaires, (…) la Révolution n’aurait pu être cet événement mythique qui a fécondé l’Histoire et toute idée de la Révolution. L’écriture révolutionnaire fut comme l’entéléchie de la légende révolutionnaire : elle intimidait et imposait une consécration civique du Sang »[1]. Rares sont les événements historiques ayant, au point de la Révolution française, engendré leur propre mythologie spontanée, conditionnant pour les siècles qui ont suivi sa perception fantasmatique et projective qui est encore dans une large mesure la nôtre aujourd’hui. Scène primitive à l’efficacité rituelle et symbolique inégalée ; mythe fondateur à vocation d’édification nationale et de légitimation institutionnelle ; fiction patrimoniale dont l’héritage nous est transmis en partage ; matrice d’un consensus qui n’est pas toujours unanime sur les valeurs démocratiques et républicaines ; source d’inspiration d’une production artistique tantôt critique et subversive, tantôt conformiste et consensuelle ; matière dont s’emparent les cultures populaires à travers toutes sortes de représentations et surtout, de médiations symboliques, parfois inattendues, la Révolution française n’a peut-être jamais été aussi présente qu’aujourd’hui, à la fois dans le discours, en régime de « mythocratie », et dans les objets, qui fonctionnent comme un système de signes, autrement dit, comme un « mythe moderne », au sens de Roland Barthes[2].

Souvent analysée en terme de « légende »[3], insistant sur son caractère d’avènement fondateur, la Révolution l’est moins comme une « mythologie » propre à notre temps. Une telle notion s’avère pourtant féconde pour envisager les réappropriations et détournements de son imaginaire symbolique, en particulier au sein des cultures populaires et de leurs relais médiatiques de masse. La plupart du temps à dominante essentiellement visuelle, alors que la connaissance érudite et historiographique est plutôt fondée sur des ressources textuelles, ces représentations populaires, parfois très documentées, entretiennent sciemment (transgression, falsification, travestissement) ou inconsciemment (ignorance, clichés, stéréotypes), des effets de distorsion avec la culture savante et le discours officiel de consécration républicaine. Or ce sont précisément ces « idées fausses » qui, selon la perspective adoptée ici, sont dignes d’intérêt dans la perspective d’une histoire sociale et culturelle de l’imaginaire révolutionnaire contemporain. Une attention toute particulière sera accordée aux phénomènes de transferts, de réinterprétations et de représentations, dans les cultures étrangères et aires géographiques les plus diverses, de ce mythe national fondateur souvent considéré comme emblématique. Plus affranchies d’un certain devoir de mémoire nationale, soustraites, en partie au moins, aux batailles historiographiques qui président à l’affrontement idéologique autour de l’histoire officielle, les cultures populaires, a fortiori lorsqu’elles proviennent de cultures étrangères, sont en effet souvent plus à même de se saisir de ce patrimoine et de sa puissance de germination symbolique pour parfois en renouveler la perception aussi bien que les usages.

Si l’historiographie de la Révolution française a bénéficié, depuis un certain nombre d’années, de travaux novateurs et de perspectives de recherche fécondes, interrogeant les discours de savoir qui lui sont consacrés, tel est moins le cas du processus de mémoire sélective et de réinvestissement symbolique au fondement de nos représentations sociales et culturelles contemporaines, qui innervent jusqu’aux cultures du quotidien et se cristallisent dans des objets issus de la société et de la culture de masse. Le réinvestissement de patrimoine historique est en effet devenu une pratique courante concernant la Révolution, non seulement au sein du discours politique et médiatique, mais encore au sein des formes dérivées de cultures et de pratiques populaires, qui peut adopter les manifestations les plus diverses, depuis l’objet décoratif jusqu’à l’image animée ou la performance. Leur analyse et leur conservation sont d’autant plus urgentes que leurs supports, considérés comme impurs et partie prenante de processus de diffusion massifiée et de consommation à grande échelle, sont particulièrement altérables, périssables et sujets aux modes de conservation aléatoires ou arbitraires de collectionneurs privés, évoluant aux gré des modes et des mythologies personnelles. En effet, leur patrimonialité ne va pas de soi, impliquant une conception élargie de l’historiographie révolutionnaire et prenant parfois la forme d’un patrimoine culturel immatériel. On cherchera donc à constituer comme objets scientifiques entièrement légitimes les idées et représentations, parfois fausses sur le plan historiographique, de ces imaginaires révolutionnaires profondément enracinés dans une diffuse conscience collective, nourrissant une opinion commune stéréotypée, mais aussi fantasmatique, source d’une interrogation renouvelée sur les représentations de l’Histoire.

Plusieurs pistes sont privilégiées, qui n’excluent pas d’autres approches possibles :

–         On interrogera les effets de citation, de transposition et surtout, de focalisation de l’opinion commune sur certains épisodes considérés comme emblématiques, sur les structures topiques récurrentes données pour représentatives d’une vulgate ou pour le moins, d’un imaginaire révolutionnaire largement partagé, en France comme, selon des modalités différentes, à l’étranger.

–         On identifiera, sous bénéfice d’inventaire, les formes de figuration et de diffusion, parfois à très grande échelle, d’une doxa associée aux mythologies révolutionnaires, à travers différentes sources de médiation : syntagmes cristallisés dans le langage courant, fictions policières, littérature populaire, cinéma et produits dérivés, bandes dessinées, mangas, spectacles de reconstitution historique, comédies musicales, animations de sites touristiques (sons et lumières), produits de consommation courante, industries du luxe, mode et haute couture, arts décoratifs, clips musicaux, opéras rock, animations, pornographie, publicités, jeux pour enfants, célébrations telles que celles du Bicentenaire… On cherchera à retracer les modes de citation et de circulation, parfois inattendus, des objets et images afin d’en interroger les usages sociaux et les pratiques culturelles qui leurs sont associées.

–         On envisagera les postures dont relèvent ces modes de réappropriation spontanés, souvent revendiqués comme tels, véhiculés par les cultures populaires, aux marges de tout discours savant ou de toute forme de consécration institutionnelle ou académique, et tout particulièrement les écarts, contresens, illusions rétrospectives, actualisations, déterritorialisations, erreurs de perspective, anachronismes assumés, voire revendiqués par ces supports de diffusion à grande échelle affranchis des règles de l’érudition savante.

–         On analysera enfin les tentatives d’instrumentalisation, tantôt à des fins idéologiques, tantôt en fonction de considérations commerciales, voire simplement ludiques, de ces stéréotypes révolutionnaires, sources d’une mobilisation collective d’autant plus efficace qu’elle prétend s’affranchir de l’Histoire au profit de relectures actualisantes ou iconoclastes et s’enracine dans une période historique – la nôtre – marquée par la prédominance de l’art de raconter des histoires comme mode de gouvernement des esprits et de production des affects.

Événements associés au colloque scientifique, en partenariat avec le Musée de la Révolution française à Vizille :

–         Réalisation d’une exposition qui se déroulera de décembre 2012 à juin 2014, portant sur « La Révolution française dans les cultures et pratiques populaires aujourd’hui » ;

–         Conception d’une salle permanente du musée consacrée au cinéma, inaugurée en juillet 2014, « La révolution fait son cinéma » ;

–         Conception et animation d’un site internet proposant une base de données élargies et de ressources virtuelles consacrées à la représentation de la Révolution française dans les cultures et pratiques populaires.

Comité d’organisation : Alain Chevalier (directeur du Musée de la Révolution française) et Martial Poirson (Université Stendhal-Grenoble III, UMR LIRE-CNRS).

Présidents du comité scientifique : Daniel Roche (Collège de France) ; Robert Darnton (Library of Harvard University).

Comité scientifique : Baczko Bronislaw (Université de Genève, Suisse) ; Jacques Berchtold (Université Paris IV-La Sorbonne) ; Serge Bianchi (Université de Rennes II) ; Michel Biard (Université de Rouen) ; Jean-Claude Bonnet (Université Paris IV-La Sorbonne-CNRS) ; Philippe Bourdin (Université de Clermont-Ferrand, Société d’Etudes robespierristes) ; Gregory Brown (University of Nevada, Las Vegas, Etats Unis) ; Alain Chevalier (directeur du Musée de la Révolution française) ; Yves Citton (Université Stendhal-Grenoble III, UMR LIRE-CNRS) ; Antoine de Baecque (Université Paris Ouest-La Défense) ; Michel Delon (Université Paris IV-La Sorbonne) ; Pierre Frantz (Université Paris IV-La Sorbonne) ; Jean-Marie Goulemot (Université François Rabelais-Tours) ; Laurent Loty (Université de Rennes II) ; Sarga Moussa (UMR LIRE-CNRS) ; Martial Poirson (Université Stendhal-Grenoble III, UMR LIRE-CNRS) ; Michel Porret (Université de Genève, Suisse) ; Jeffrey Ravel (Massachusetts Institut of Technology, Boston, Etats Unis) ; Pierre Serna (Université Paris I Panthéon Sorbonne, Institut d’histoire de la Révolution française) ; Jean Sgard (Université Stendhal-Grenoble III, UMR LIRE-CNRS) ; Guy Spielmann (Georgetown University).

Partenaires du projet : Musée de la Révolution française ; Bibliothèque nationale de France ; Comédie-Française ; Institut d’histoire de la Révolution française ; Société française d’études sur le dix-huitième Siècle ; Société des études robespierristes ; UMR LIRE-CNRS ; Université Stendhal-Grenoble III ; Voltaire Foundation ; Groupe d’études du XVIIIe siècle (UNIGE, Suisse).

Prière d’envoyer vos propositions de contribution, d’environ 750 mots, avec un titre, incluant vos coordonnées, votre appartenance institutionnelle, une adresse postale et une adresse électronique, avant le 15 Juillet 2011 à Martial Poirson, martial.poirson@yahoo.fr et LIRE Secrétariat, umrlire@u-grenoble3.fr


[1] Roland Barthes, Le degré zéro de l’écriture, « Ecritures politiques », in Œuvres complètes, Paris, Seuil, 2002, volume I, pp. 134-135.

[2] Roland Barthes, Mythologies, « Le mythe aujourd’hui », Paris, Seuil, 1957, pp. 193-247.

[3] Christian Croisille et Jean Ehrard (dir.), La légende de la Révolution, Presses de l’université de Clermont-Ferrand, 1988 ; Jean-Claude Bonnet et Philippe Roger (dir.), La légende de la Révolution au XXe siècle, de Gance à Renoir, de Romain Rolland à Claude Simon, Paris, Flammarion, 1989.

Journée d’étude « Enseigner la Révolution française » : infos pratiques

La journée d’étude organisée par la SER et l’APHG, avec le soutien de la ville d’Ivry-sur-Seine, de l’IRHIS, de l’IHRF et d’Armand Colin, se déroulera au centre Robespierre à Ivry-sur-Seine. Ce centre est situé 2, rue Robespierre à Ivry, en face du métro Mairie d’Ivry (ligne 7). Le parcours depuis le métro sera fléché.

Un blog utilisant Hypothèses, plateforme de carnets de recherches