Candidature Prix Albert Mathiez 2017

APPEL À CANDIDATURES !

La Société des études robespierristes distingue, tous les trois ans, un travail inédit sur la période révolutionnaire, comprise dans un sens large, allant des années 1770 aux années 1830 : travail universitaire remanié ou toute autre étude originale. Le prix Albert Mathiez, attribué à ce travail, en assure la publication sous forme d’un ouvrage de la collection « Prix Albert Mathiez ». Continuer la lecture de Candidature Prix Albert Mathiez 2017

Appel à communications : « Servir les révolutions, rejouer leurs mémoires », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

Un engagement en vers et contre tous : servir les révolutions, rejouer leurs mémoires (1789-1848)

Journée d’étude du 23 mars 2018, Université Clermont Auvergne

L’évocation de l’engagement politique lors des révolutions françaises entre 1789 et 1848 peut faire penser aux pamphlets et à la presse, organes d’influence idéologique en temps de combat. Or les vers occupent une place significative dans ces supports médiatiques. La Décade philosophique prétend même que ces odes, chansons et hymnes composés sous la Révolution « passer[aie]nt à la postérité la plus reculée » (8 juin 1794). Continuer la lecture de Appel à communications : « Servir les révolutions, rejouer leurs mémoires », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

En librairie : « Collectionner la Révolution française »

Gilles BERTRAND, Michel BIARD, Alain CHEVALIER, Martial POIRSON, Pierre SERNA (dir.), Collectionner la Révolution française, Paris, Société des études robespierristes, 2017, 312 p. ISBN : 978-2908327-95-3 ; 25 €

Pour détourner une phrase célèbre de Saint-Just, peut-on collectionner « innocemment » ? Rechercher, rassembler, conserver, le cas échéant exposer des objets et/ou des écrits de la Révolution française suppose au minimum un intérêt pour l’idée même de collection, mais peut aussi impliquer le désir de transmettre le souvenir et les héritages des années 1789-1799. Le premier cas peut tenir de la simple érudition, d’un esprit inclinant à la collection, voire d’achats susceptibles de donner lieu à échanges, reventes, etc., sans que le politique y trouve toujours sa place. Le second cas renvoie au domaine des « passeurs de révolution », de celles et ceux pour qui objets, images, écrits relèvent aussi d’une mémoire à transmettre aux générations successives, éventuellement au nom de l’idée d’une révolution qui ne serait pas encore advenue et de principes qui resteraient à défendre. Quelle que soit l’hypothèse suivie, si elle est privée, la collection reste fondamentalement l’oeuvre d’une vie et ne survit pas souvent à celle ou à celui qui l’a créée, au gré des héritages et des dispersions après-décès. On le sait, une partie importante des collections publiques au XXIe siècle provient de collections privées ainsi dispersées. Cependant les collections publiques ne sont pas seulement le résultat de rachats ou de dons de fonds privés, mais également le fruit de volontés politiques afin de construire, pour des collectivités entières, des objets de mémoires à partager et donnant du sens à la Révolution, qui finissent par constituer des patrimoines nationaux. Pourquoi et comment collectionner la Révolution française ? Qui ont été ces collectionneurs, comment et sur quoi ont-ils fondé leur érudition, leurs techniques de collectionneur, leurs réseaux ? Ce sont ces parcours que le présent ouvrage se propose d’interroger.

Lien éditeur

Nos membres publient : Michel BIARD, « La Révolution hantée »

Michel BIARD, La Révolution hantée ; Enfers fantasmés et Révolution française, Paris, Vendémiaire, coll. Révolutions, 2017, 204 p. ISBN : 978-2-36358-273-7 ; 21 €

Les premiers à comparaître au tribunal de Lucifer furent les corps décapités de juillet 1789. À partir de ce moment, et tout au long de la Révolution française, les enfers ne désempliront pas… C’est du moins ce que racontent les pamphlets, journaux et images de l’époque qui mirent en scène l’au-delà, sans discontinuer, jusqu’en 1795. Y apparaissent les rives du Tartare et les Champs Élysées, les rencontres de Mirabeau ou Robespierre avec Pluton, Belzébuth ou Cerbère, les galeries des supplices, les sarabandes de démons et autres créatures inquiétantes. Continuer la lecture de Nos membres publient : Michel BIARD, « La Révolution hantée »

Nos membres publient : Serge Bianchi, « Marat, l’Ami du peuple »

Serge BIANCHI, Marat, l’Ami du peuple, Paris, Belin, coll. Portraits, 2017. ISBN : 978-2-410-00305-5 ; 25 €

Détesté par les uns, adulé par les autres, Jean-Paul Marat est le plus controversé et le plus méconnu des grands acteurs de la Révolution française. Médecin et penseur au temps des Lumières, il subit l’indifférence voire l’hostilité de Voltaire et de Condorcet. Journaliste engagé, Marat illustre l’explosion de la presse d’opinion, le quatrième pouvoir, avec son quotidien, l’Ami du Peuple, au fil de 685 numéros, souvent censurés et publiés dans la clandestinité. Élu à la Convention, accusé d’aspirer à la dictature avec Danton et Robespierre, il est acquitté triomphalement par le Tribunal révolutionnaire, avant d’être assassiné, le 13 juillet 1793, par Charlotte Corday. Continuer la lecture de Nos membres publient : Serge Bianchi, « Marat, l’Ami du peuple »

Nos membres publient : Philippe BOURDIN, « Aux origines du théâtre patriotique »

Philippe BOURDIN, Aux origines du théâtre patriotique, Paris, CNRS, 2017, 504 p. ISBN : 978-2-271-08950-2 ; 29 €

L’union des arts, leur ouverture au plus grand nombre sont au cœur du projet de régénération porté par les révolutionnaires français. Le théâtre connaît alors un véritable âge d’or, comme en témoignent la multiplication des salles et l’émergence de quantité de nouveaux talents, chez les auteurs comme chez les comédiens, chez les professionnels comme chez les amateurs. Continuer la lecture de Nos membres publient : Philippe BOURDIN, « Aux origines du théâtre patriotique »

Nos membres publient : Jean-Luc Chappey, « Sauvagerie et civilisation »

Jean-Luc CHAPPEY, Sauvagerie et civilisation. Une histoire politique de Victor de l’Aveyron, Paris, Fayard, 2017, 272 p.

Victor, l’enfant sauvage capturé dans les forêts d’Aveyron en 1799, a suscité l’intense curiosité de ses contemporains. François Truffaut en a tiré un film célèbre, faisant du face-à-face entre Victor et son précepteur, Itard, une scène fondatrice de toute situation pédagogique. Aujourd’hui encore, son histoire fascine.
Mais la légende a trop souvent fait disparaître le contexte de sa découverte. Continuer la lecture de Nos membres publient : Jean-Luc Chappey, « Sauvagerie et civilisation »

Nos membres publient : Bernard Gainot, « La Révolution des esclaves. Haïti, 1763-1803 »

Bernard GAINOT, La Révolution des esclaves. Haïti, 1763-1803, Paris, Vendémiaire, coll. Le temps de la guerre, 2017, 288 p.  22,50 €

Au XVIIIe siècle, Saint-Domingue est le fleuron de l’empire colonial français. Dans cette société composite, les inégalités sont criantes. Attachés au maintien du système esclavagiste, les planteurs blancs souhaitent une plus grande autonomie de la colonie. Les « libres de couleur », fils d’esclaves affranchis, interdits d’égalité politique, investissent quant à eux les fonctions militaires, devenues une voie privilégiée d’ascension sociale. Les esclaves, enfin, sont prêts à la rébellion. Continuer la lecture de Nos membres publient : Bernard Gainot, « La Révolution des esclaves. Haïti, 1763-1803 »

PARUTION DU N° 387 DES AHRF : « La Révolution française comme modèle et miroir (URSS, Chine, Japon) »

Annales historiques de la Révolution française      n° 387 (1/2017)

Numéro spécial : La Révolution française comme modèle et comme miroir (Russie, Chine, Japon).
232 pages
Parution : mars 2017
EAN : 9782200930950
Prix au numéro : 15 €
Sommaire et commande : lien éditeur