En librairie : « Comprendre et enseigner la Révolution française »

CouvertureEnseigner RF_2

Que reste-t-il aujourd’hui de la Révolution française ? Toutes les révolutions affirment s’inspirer des principes universels de « 89 », et la période révolutionnaire française semble s’imposer d’une part comme source d’inspiration et moment historique fondateur, et d’autre part comme grille de lecture et modèle d’interprétation traversant les siècles et donnant sens au présent. Cette Révolution, comme héritage et comme actualité, est au coeur des programmes scolaires comme période étudiée et comme lieu de la sensibilisation au modèle républicain, du futur cycle 3 primaire au lycée. Qu’en reste-t-il et comment en parler, comment l’enseigner Cet ouvrage propose à la fois l’état actuel de la recherche historique et une analyse efficace du discours scolaire sur la Révolution depuis le bicentenaire. Chaque chapitre est structuré en deux parties, une première proposant une synthèse des travaux historiques sur la question, la seconde proposant un dossier documentaire. Le livre s’adresse aux lecteurs curieux, aux enseignants de collège et lycée, ainsi qu’aux étudiants préparant l’ agrégation d’histoire.

Lien éditeur

En librairie : « Vertu et politique. Les pratiques des législateurs (1789-2014) »

La vertu politique est-elle une spécificité du régime démocratique ou doit-elle s’imposer à tout régime ?

Les protagonistes de la Révolution française reprennent le questionnement et, dans leur construction d’un nouveau régime politique, ils envisagent d’emblée, dès 1789, la vertu publique comme une nécessité. La naissance d’une république à l’automne 1792 confirme et renforce cette conviction : l’entrée dans un régime d’exception, en 1793, ne la fait pas disparaître. Concrètement, c’est entre autres dans la vie parlementaire que s’est exprimée l’exigence de vertu publique, dès lors que l’engagement politique des législateurs impliquait nombre de conséquences lourdes de sens. Pour garantir son désintéressement, son service prioritaire du public, sa vertu donc, faut-il limiter ses pouvoirs, le nombre de ses mandats, la durée de son cursus honorum ? Faut-il contrôler ses revenus et son train de vie dans ses missions et en-dehors ? Jusqu’où la parole et le geste du député sont-ils libres, couverts par l’inviolabilité décrétée dès 1789 ? Dès lors que la vertu relève d’une exigence révolutionnaire, quelques cas de députés corrompus peuvent-ils suffire à jeter le discrédit sur leurs collègues et à faire naître en France les premiers germes d’un antiparlementarisme ?

Les questions sont posées. Elles ne sont pas seulement pour le temps de la Révolution, mais sont reprises et évoluent au fil des régimes. Si pour les étudier le présent ouvrage entend interroger avant tout le moment clef de la Révolution, il s’intéresse à leurs sources et à leurs prolongements. Aussi invite-t-il à une mise en perspective de plusieurs séquences qui, au cours des XIXe et XXe siècles, ont fait ressurgir, à l’aune des attentes démocratiques des citoyens, la question de al nécessaire vertu des élus.

Cet ouvrage peut être commandé directement auprès de la SER, au prix de 22 €, franco de port. Règlement par chèque, endossable en France, à l’ordre de la Société des études robespierristes (17 rue de la Sorbonne, 75231 PARIS cedex 05).

Lien éditeur

 

Colloque « Saintes Alliances ? Religion et politique dans l’Europe de 1815 », Lyon, 22-24 octobre 2015

Cette rencontre entend interroger la supposée rupture de 1814-1815 dans l’histoire des rapports entre Églises et États en Europe. Peut-on encore écrire une histoire chronologiquement cloisonnée des Églises sous la Révolution, l’Empire et les Restaurations ? Quelle est la part des héritages du réformisme éclairé, des politiques révolutionnaires et impériales dans l’organisation des Églises, mais également dans la pastorale déployée par les différentes autorités ecclésiastiques européennes en 1815 ? Quel est désormais le statut des minorités religieuses ?  Dans quelles condition le processus de sécularisation des sociétés amorcé dans les années 1750 se poursuit-il ? Pour les pays les plus exposés aux soubresauts politiques entre 1789 et 1820 (France, Italie, Espagne), comment le clergé a-t-il vécu les changements de régime successifs ? Quelle a été l’attitude des croyants face aux aléas politico-militaires des années 1810 ? Quelles mystiques providentialistes sont-elles alors à l’oeuvre ? De quelles recompositions religieuses l’Europe a-t-elle été le théâtre après l’effondrement du système napoléonien ?

Colloque international organisé avec le soutien de l’université Lyon III, du Laboratoire de Recherche historique Rhône Alpes, du CRESAT (Université de Haute-Alsace), de l’université de Cologne, de l’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I), du Centre d’Histoire du XIXe siècle (Paris I-Paris IV), du Centre d’Histoire Espace et Cultures (Université de Clermont-Ferrand) et de la Société des études robespierristes.

Cliquer ici pour consulter l’argument et le programme.

Lieu : Université Jean Moulin Lyon 3 – Salle de la Rotonde – Bâtiment de la recherche – 18 rue Chevreul 69007 Lyon

Accès : Tram T1, arrêt Quai Claude Bernard / Métro Ligne B, station Jean Macé.

Contact : 04 78 78 71 65  ou paul.chopelin@univ-lyon3.fr