1er juin 2013 : Robespierre aux Archives nationales !

RobespierreBusteActeurs de la Révolution

Robespierre et les autres

conférence – débat

(1ère rencontre Archives nationales – AHRF)

 

Samedi 1er juin 2013, 14h-16h

Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine

(métro ligne 13, station Saint-Denis-Université)

Entrée libre

 

A l’occasion de la sortie du premier numéro bilingue des Annales historiques de la Révolution française, consacré à Robespierre (2013-1), les Archives nationales et les AHRF organisent une conférence-débat sur les « Acteurs de la Révolution. Robespierre et les autres ». Elle invite à des regards d’historiens et d’archivistes sur les archives de Robespierre et d’autres révolutionnaires.

A cette occasion, des manuscrits de Robespierre seront exposés.

Une visite des Archives nationales de Pierrefitte sera proposée à 16 h, à l’issue de la conférence.

Inscription aux conférences et/ou à la visite des archives sur le doodle : http://www.doodle.com/sr24kw6ek9mxyqi5

 

Programme : 

14 h. Accueil : Archives nationales (Bruno Galland), AHRF (Hervé Leuwers, Université Lille 3)

Michel Biard (Université de Rouen), Robespierre, des légendes à l’histoire

Yann Potin (Archives nationales), Un panthéon de signatures ? Les autographes déposés dans l’Armoire de fer des Archives nationales au XIXe siècle.

Pause

Nicole Brondel (Archives nationales), Collections d’autographes révolutionnaires : la série AA.

Cyril Triolaire (SER), Retour sur l’acquisition des papiers Robespierre.

 

16 h. Visite des Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine

 

En présence de manuscrits de Robespierre …

Vient de paraître : « Robespierre », numéro thématique des AHRF

 

AHRF_Robespierre

_

ROBESPIERRE

_

Annales historiques de la

Révolution

française

n° 371, 2013-1

 

 

 

Sommaire : 

  • Michel Biard, introduction
  • Serge Aberdam et Cyril Triolaire, « Bilan de la souscription 2011 »
  • Annie Geffroy (CNRS), « Les manuscrits de Robespierre »
  • Hervé Leuwers (Université Lille), « Les factums de l’avocat Robespierre. Les choix d’une défense par l’imprimé »
  • Marc Belissa (Université Paris X) et Julien Louvrier (Doctorant, Helsinki),  « L’historiographie sur Robespierre depuis le Bicentenaire »
  • Yannick Bosc (Université Rouen), « Robespierre, un libéral ? »
  • Thibaut Poirot (Université Paris I), « Robespierre et la guerre, une  question posée dès 1789 ? »
  • Peter McPhee (Université Melbourne, Australie), « Crises politiques, crises médicales dans la vie de Maximilien Robespierre, 1790-1794 »
  • Marisa Linton (Université Kingston, Royaume Uni), « Robespierre et l’authenticité révolutionnaire »

Sources

  • Hervé Leuwers,  « Maximilien de Robespierre, élève à Louis-le-Grand (1769-1781). Les apports de la comptabilité du collège d’Arras »
  • Jean-Daniel Piquet, « Nouvelles pièces sur Robespierre et les colonies en 1791 »

 

Ce numéro thématique fera l’objet d’une présentation publique à l’auditorium des Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine, le samedi 1er juin, à 14h.

Colloque : « Les passeurs d’idées politiques nouvelles »

Passeurs

_

Les passeurs

d’idées politiques nouvelles

« au village », de la Révolution

aux années 1930

Colloque, Clermont-Ferrand, 20-21 juin 2013

Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru

Entrée libre

 

 

ARGUMENTAIRE :

S’interroger sur les « passeurs » de la modernité, qu’ils soient récepteurs, producteurs ou coproducteurs de ces idées nouvelles, permet de dépasser une approche conceptuelle de l’histoire des représentations en se situant au croisement de la « nouvelle histoire politique » et d’une histoire sociale qui fait la part belle à la notion de lien social et aux jeux d’acteurs à l’échelle communale. Le présent colloque porte sur les « passeurs d’idées » dans les sociétés locales. Ne cherchant pas à aboutir à une géographie des « courtiers locaux du politique » ni à une typologie des modes de médiation, nous nous proposons de réinvestir le dossier de la politisation « au village » à l’aune des travaux de jeunes chercheurs travaillant sur les XVIIIe, XIXe et XXe siècles français. Qui porte les idées politiques nouvelles « au village » ? Quelles sont leurs pratiques et stratégies ? Quelles difficultés rencontrent-ils ?

Par-delà les interprétations « ascendante » ou « descendante » de la politisation des campagnes, il conviendra aussi de s’interroger sur le degré de recomposition, par les « passeurs » locaux, des idées qu’ils reçoivent, et sur les enjeux de cette reformulation. Les principes qu’ils diffusent sont-ils semblables à ceux qui sont portés par les élites politiques, notamment parisiennes ? Les réseaux d’acteurs et les sociabilités induites feront également l’objet d’une attention particulière.

Enfin, nos travaux porteront sur l’auto-production d’un discours sur l’engagement local, qu’il soit contemporain du temps de l’action militante ou non. Le questionnement de ces réécritures sur soi permettra de mieux déterminer les postures jugées constitutives, par les acteurs-auteurs eux-mêmes, de leur incarnation locale des idées nouvelles. Il permettra également de se demander si la production et la médiation d’idées nouvelles n’ont pas pu être, parfois, le fruit d’une mise en adéquation entre l’attente locale d’un message nouveau et l’expérience tactique d’un acteur (singulier ou collectif). Ce protagonisme, enfin, pose en creux le problème de la réinterprétation du passé par des auteurs qui restituent un monde auquel ils n’appartiennent plus afin de légitimer un engagement révolu ou toujours d’actualité.

 

PROGRAMME :

Jeudi 20 juin

9h : accueil des participants

9h15 : Éric Lysøe (dir. École doctorale) et Philippe Bourdin (dir. C.H.E.C.) : mots d’accueil

9h30 : Julien Bouchet et Côme Simien : Pour une nouvelle approche de la politisation des campagnes.

 

Première session : Les voix de la politisation                              

 

I. Être un passeur : mobilisation d’un capital social et quête de (re-)légitimation

Modération : Vincent Flauraud

9h50 : Boris Deschanel (Université Paris-1) : Passeurs d’idées, passeurs de biens : les commerçants et la politisation des villages dauphinois, de la Révolution à la Restauration.

10h10 : Guillaume Colot (Université Clermont-2) : Jean-Baptiste Py, curé constitutionnel d’Effiat (Puy-de-Dôme) ou comment un curé de campagne fait passer la nouvelle organisation du clergé à travers la correspondance adressée à l’abbé Grégoire et à ses collègues parisiens (1795-1802).

10h30 : Discussion

10h45 : Pause

 

II. Des passeurs-traducteurs ou des passeurs-producteurs ? Formulations, reformulations et vulgarisations

Modération : Philippe Bourdin

11h : Vivien Faraut (Université de Nice) : “Les lettres aux électeurs” dans le processus de diffusion des idées libérales sous la Restauration.

11h20 : Jean-Charles Buttier  (Université Paris-1) : Catéchismes politiques et politisation des paysans.

11h40 : Émilie Delivré  (Université de Trente) : Catéchismes politiques et politisation fondamentale dans les campagnes allemandes du long XIXe siècle, ou comment faire “passer la modernité » par un support traditionnel.

12h00 : Discussion

 

Deuxième session : Stratégies de passeurs et formes du passage              

 

I. S’approprier et diffuser

Modérateur : Jean-François Chanet

14h30 : Côme Simien (Université Clermont-2) : Les interprètes de la Révolution ? Les instituteurs de langue française dans les villages bretons et alsaciens (an II – an IV).

14h50 : Sébastien Pivoteau (Université Clermont-2) : Mener la “guerre aux châteaux” dans le Cantal en Révolution. Réflexions sur les conditions d’un passage à l’acte subversif.

15h10 : Mattieu Piron (Université Lyon-2) : Défendre la Révolution au village : jeux politiques et stratégies sociales. Discours et pratiques politiques en Haute-Bretagne rurale (1788-1791).

15h30 : Discussion

15h45 : Pause

 

II. Les formes de la résistance : penser et pratiquer l’opposition « au village »

Modération : Jean-Claude Caron

16h00 : Alexandre Frondizi (Sciences-Po) : Les journées de juin 1848 à la Goutte-d’Or : l’insurrection au “quartier”, l’insurrection au “village” ?

16h20 : Jean-Noël Tardy (Université Paris-1) : Des conspirateurs au village. La société secrète, obstacle ou vecteur des idées nouvelles sous la Seconde République ? L’exemple de Suze-la-Rousse (Drôme).

16h40 : Discussion

Vendredi 21 juin

 

III. Trouver des relais, organiser un réseau de passeurs

Modération : Nathalie Ponsard

9h : Julien Bouchet (Université Clermont-2) : Des passeurs dépassés ? La difficile implantation locale des “Bleus de Bretagne” (1899-1914).

9h20 : Jean-Étienne Dubois (Université Clermont-2) : L’échelon communal au centre des tentatives d’organisation de la droite républicaine dans le Puy-de-Dôme dans le premier tiers du XXe siècle (de l’Action libérale populaire au Parti républicain fédéral).

9h40 : Guillaume Quashie-Vauclin (Université Paris-1) : Les jeunes de l’UJAF, passeurs ou héritiers du communisme rural ?

10h00 : Discussion

10h15 : Pause

 

Troisième session : Justifier un engagement par la convocation du passé

Modération : Jean-Philippe Luis

10h30 : Pierre-Marie Delpu (Université Paris-1) : De la petite patrie à la mobilisation pour Naples : le rôle politique du souvenir de Murat dans le Lot dans les années 1850.

10h50 : Lisa Bogani (Université Clermont-2) : Écrire les répercussions du coup d’État de décembre 1851. Devoir de mémoire, devoir de propagande : l’exemple des Souvenirs de Blaise Lavelle.

11h10 : Gwenn Gayet (Université Clermont-2) : Georges Arnoult (député, 1876-1885) ou les jeux d’un acteur républicain : de la politisation des campagnes bigoudènes aux objets d’art.

11h30 : Discussion

 

Renseignements pratiques : 

Secrétariat du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures »

Tél : 04 73 34 68 48

Mail : chec@univ-bpclermont.fr

Site : www.univ-bpclermont.fr/chec

Souscription : Laurent Brassart, « Gouverner le local en Révolution » (prix Albert Mathiez)

CouvBrassartPrix Albert Mathiez 

Laurent Brassart, Gouverner le local en Révolution. État, pouvoirs et mouvements collectifs dans l’Aisne (1790-1795), Paris, Société des études  robespierristes, 2013, 504 p. ; 27€. [Préface de Jean-Pierre Jessenne]

En souscription jusqu’au 30 avril 2013 : 25 € (frais de port inclus) ou 22 € (vente directe). Prix public après le 30 avril : 27 € (hors frais de port).

ATTENTION : SOUSCRIPTION PROLONGÉE JUSQU’AU 6 JUIN

« Une Révolution tranquille ». Ni bastion de l’ultra Révolution, ni fief de la Contre-Révolution, le département picard de l’Aisne semble traverser les premières années de la Révolution dans le conformisme et la modération politique. Même ce moment de violence paroxystique que fut la Terreur (1793-1794) ne s’accompagne d’aucun débordement sanguinaire. Pour autant, ce territoire ne saurait être considéré comme celui du vide politique. Les conflits sont aussi récurrents que multiples, mobilisant dans des dynamiques, tour à tour contradictoires et complémentaires, les mouvements collectifs et les pouvoirs locaux.

Car, dans ce territoire situé à l’interface entre les champs de bataille septentrionaux et ce cœur de la Révolution qu’est Paris, les processus de politisation, aux rythmes pourtant jamais linéaires, transcendent toujours cette frontière intérieure fictive qui voudrait opposer les intérêts du local à ceux de la Nation. Si localement, les potentialités de radicalisation et les situations de conflictualité sont souvent régulées avec succès, le mérite en revient à cet État en Révolution,   bien   plus   souple  et  protéiforme  qu’on  ne  l’a  écrit,  capable   de s’adapter au  travers  de  ses  pouvoirs locaux à une conjoncture politique toujours mouvante. En ce sens, l’expérience du département de l’Aisne est emblématique de celle de toutes ces régions nombreuses de la France de l’intérieur dans lesquelles la Révolution ne fut a priori ni démesurément violente, ni particulièrement spectaculaire, sans pour autant être inexistante. Cet ouvrage invite à saisir les métamorphoses locales de l’Etat en Révolution, pour que vivent encore, par-delà les soubresauts des crises politiques et sociales, les rencontres entre la Nation et le local, le bien commun et le citoyen.

Cliquer sur l’image ci-dessous pour faire apparaître le bulletin de souscription sur une nouvelle page et l’imprimer :

SouscriptionBrassart

 

Assemblée générale de la Société des études robespierristes (23 mars 2013)

Assemblée générale de la Société des études robespierristes

Sorbonne, Amphi Bachelard, 23 mars 2013

AG_SER2013

 

Bilan des activités de l’année 2012 

 

Activités scientifiques :

– Conjointement avec l’Université Stendhal de Grenoble et l’UMR LIRE, la SER a organisé le colloque Mythologies contemporaines : Révolution française et cultures populaires dans le monde d’aujourd’hui, tenu à Vizille en mars 2012.

– Le 30 mars 2012, la SER a été associée à la journée d’étude sur les comités de surveillance de l’ouest, organisée par Anne Jollet et le laboratoire CRHIAM de l’Université de Poitiers.

– Conjointement avec l’ANR Actapol et l’IHRF, la SER a organisé le Colloque Entrer en République, à Paris les 20 et 21 septembre 2012, lequel a été suivi d’une cérémonie devant la Panthéon en hommage à la République.

– La SER s’est associée avec le GRHis (Université de Rouen) pour organiser la journée d’étude Passeurs de révolutions, tenue à Rouen le 14 janvier 2013.

 

Adhésions :

Depuis l’AG de mars 2012, 16 nouveaux membres ont demandé à rejoindre la Société. Leur admission, validée en CA, a été entérinée lors de l’AG du 23 mars 2013.

 

Publications :

Annales historiques de la Révolution française. Publication des quatre numéros annuels, dont deux varia et deux thématiques (2012-1 : Théâtre et Révolutions ; 2012-3 : L’image de l’ennemi à l’époque des guerres napoléoniennes). Le prochain numéro thématique (2013-1) sera consacré à Robespierre. Le nombre d’abonnés est en progression (+ 14 % entre 2010 et 2012).

– Le colloque Héros et héroïnes de la Révolution française, tenu dans le cadre du congrès de Bordeaux organisé par le CTHS et auquel notre société a été associée, a été publié en avril 2012 aux éditions du CTHS, sous la direction de Serge Bianchi.

– Les actes de la journée d’étude de Besançon a été publiée en février 2012 sous le titre Les comités de surveillance, d’une création citoyenne à une institution révolutionnaire, sous la direction de Danièle Pingué et de Jean-Paul Rothiot.

– Le colloque « Extrême » ? Identités partisans et stigmatisation des gauches en Europe (XVIIIe-XXe siècles), asociant le GRHis (Université de Rouen), la SER et l’IHRF (Paris I) a été publié en mai 2012 aux Presses universitaires de Rennes.

-L’ouvrage collectif Robespierre. Portraits croisés, sous la direction de Michel Biard et Philippe Bourdin, a été publié chez Armand Colin en octobre 2012.

– La thèse de Laurent Brassart, Etat-Nation, pouvoirs locaux et comportements collectifs dans le département de l’Aisne (1792-1795), prix Mathiez 2010, a été publié par la SER en mars 2013.

– Parutions prochaines : les actes de la journée d’étude de Vizille 2006 consacrée aux échanges historiographiques franco-russes (SER) ; les actes de la journée d’étude Enseigner la Révolution française (éditeur à déterminer) ; les actes du colloque Les nuits de la Révolution française (Presses universitaires Blaise Pascal) ; les actes du colloque 1792, entrer en République (Armand Colin) ; les actes de la journée d’étude de Rouen Passeurs de révolution (SER).

 

Prix Albert Mathiez 2013

 

Cette année, le jury a décidé d’accorder le prix à la thèse de Gaid Andro, Une génération au service de l’Etat : histoire institutionnelle et étude prosopographique des procureurs généraux syndics de la Révolution française (1780-1830), soutenue à l’université de Rouen le 23 octobre 2012 (dir. Michel Biard). La publication est prévue en 2014.

 

Annonces et projets en cours

 

– 21 septembre 2013 : banquet républicain à Blérancourt (Aisne), en partenariat avec l’Association pour la sauvegarde de la maison de Saint-Just.

– 17 octobre 2013 : journée d’étude Comités de surveillance urbains et comités de surveillances ruraux à Rennes.

– 6 et 7 décembre 2013 : colloque Les révolutions, un moment de relecture du passé, organisé à Lille, par la SER, l’université Lille 3 et la société de 1848.

– Publication du tome 12 des Œuvres de Robespierre.

En librairie : « Robespierre, portraits croisés », sous la direction de Michel Biard et Philippe Bourdin.

CouvRobespierreArmandColinMichel Biard et Philippe Bourdin (dir.), Robespierre. Portraits croisés, Armand Colin, coll. Essais, 2012, 288 p. 24,50 € ; ISBN : 978-2-200-27771-0

Résumé de l’éditeur :

Le nom de Robespierre est indissociablement lié à la Révolution française et à la Terreur, et résonne d’abord comme un symbole très controversé. Derrière l’image commune, qui réduit l’homme et son action à une simple caricature, quelles furent véritablement ses positions sur les grandes questions de son temps ? Cette approche originale à plusieurs voix, rédigée par un groupe de spécialistes internationaux, décrypte et fait revivre ainsi un homme de conviction, complexe et secret.

 

Présentation de l’ouvrage par Michel Biard à la librairie La Galerne (22 janvier 2013) : 

Table des matières :

Michel Biard et Philippe Bourdin, Robespierre en questions.

Hervé Leuwers (Professeur à l’Université Lille 3, IRHiS), Un avocat entre le Palais et l’espace public.

Claude Mazauric  (Professeur émérite à l’Université de Rouen, GRHis), Maximilien Robespierre dans l’ombre vivante de Jean-Jacques Rousseau.

Peter McPhee (Professeur à l’Université de Melbourne), La jeunesse de Maximilien Robespierre et ses attitudes envers la famille pendant la Révolution.

Jean-Pierre Gross (Docteur en Histoire), Robespierre, militant des droits de l’homme et du citoyen.

Jean Bart (Professeur émérite à l’Université de Bourgogne), Robespierre et l’abolition du “meurtre juridique”.

Bernard Gainot (Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHRF), Robespierre et la question coloniale.

Marc Belissa (Maître de conférences à l’Université Paris Ouest, CHISCO), Robespierre et la guerre.

Philippe Bourdin (Professeur à l’Université de Clermont-Ferrand, CHEC), L’éducation selon Robespierre.

Paul Chopelin (Maître de conférences à l’Université Lyon 3, LARHRA), Le mythe du « grand prêtre » de la Révolution. Robespierre, la religion et l’Être Suprême.

Jean-Pierre Jessenne (Professeur émérite à l’Université Lille 3, IRHiS), Robespierre, au défi de l’égalité et des politiques sociales.

Pierre Serna (Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHRF), Robespierre fait la Polis (janvier 1793 – avril 1794).

Guillaume Mazeau (Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHRF), Robespierre dictateur ?

Michel Biard, (Professeur à l’Université de Rouen, GRHis), La double mort de Robespierre.

Annie Duprat (Professeur à l’Université de Versailles-Saint-Quentin) et Laurent Bihl ( ?), Incarner la Révolution : les figures de Robespierre.

Jean-Numa Ducange et Pascal Dupuy (Maîtres de conférences à l’Université de Rouen, GRHis), Historiographie et postérité : « Par pitié, dites-nous simplement : quel fut Robespierre » (Marc Bloch).

Chronologie.

Bibliographie.