Vient de paraître : « Jean-François Grivel. Eduquer le peuple »

CouvGrivelMonique Cottret, Valérie Guittienne-Mürger et Fabien Vandermarcq (éd.), Jean-François Grivel. Eduquer le peuple. Une école janséniste au faubourg Saint-Antoine à la veille de la Révolution, Paris, Nolin, coll. Univers Port-Royal (n° 23), 2013, 360 p. 36 €

À la veille de la Révolution, rue de Lappe, à deux pas de la Bastille, Jean-François Grivel, supérieur des « frères tabourins », achève de rédiger un gros volume rassemblant toutes les informations utiles au bon fonctionnement de son établissement. C’est cet étonnant document que Monique Cottret, Valérie Guittienne-Mürger et Fabien Vandermarcq nous proposent de découvrir. Règlements des écoles, enseignement de l’Écriture sainte, recensement méticuleux des fournisseurs, entretien des locaux, hygiène, soins et problèmes de santé en tous genres : rien ou presque n’échappe à Jean-François Grivel, qui note scrupuleusement tout. Marqués par le jansénisme, les frères tabourins vivent en communauté, tout en demeurant des laïcs. Ils se consacrent à l’instruction primaire et dispensent gratuitement leur enseignement dans des « écoles de charité », destinées aux enfants les plus pauvres, qu’ils vivent au faubourg Saint-Antoine ou dans d’autres paroisses, à Paris comme en province, notamment à Auxerre. Le manuscrit de plus de 1 200 pages avait, à l’origine, l’ambition de fournir une réponse à toutes les questions qui pourraient se poser à son successeur. Cette édition critique a retenu pour le lecteur les passages les plus représentatifs de ces pages d’histoire religieuse qui intéresseront aussi bien le spécialiste des mentalités que celui de la culture matérielle.

Format : 16,5 x 23,5 cm. 360 p. Prix public : 36 €

Frais de port inclus pour la France, 8 € pour l’Europe, 15 € pour le reste du monde.

Commande à adresser à : Editions Nolin, 101 rue de Sèvres-L 1674, 75279 Paris cedex 06

 

« Enragés » et militantes révolutionnaires : le blog historien de Claude Guillon

SiteGuillonDepuis février 2013, Claude Guillon publie régulièrement sur son blog « La Révolution et nous » des documents sur l’histoire du mouvement dit des « Enragés », sur l’action et la pensée des militants révolutionnaires égalitaristes à Paris et en province, ainsi que sur l’engagement politique féminin dans la Révolution française.

 

 

Documents récemment mis en ligne (par ordre chronologique) :

Lettre de Joseph Chalier à Théroigne de Méricourt (janvier 1790).

Antoine de Cournand, De la Propriété ou La Cause du Pauvre, plaidée au tribunal de la Raison, de la Justice et de la Vérité (1791).

Réclamation des femmes (affiches, 1791-1792).

Pauline Léon, Adresse individuelle à l’Assemblée nationale par des citoyennes de la capitale (6 mars 1792).

Jean-François Varlet, Projet d’un mandat spécial et impératif (juillet 1792).

D. A. F. de Sade, Idée sur le mode de la sanction des lois (novembre 1792).

Règlement de la Société des citoyennes républicaines révolutionnaires de Paris (mai 1793).

Jacques Roux, « Le manifeste des Enragés » (21 juin 1793).

Jacques Roux, Le Publiciste de la République française (juillet-août 1793).

Jean-François Varlet, Déclaration solennelle des droits de l’homme dans l’Etat social (1793).

Jean-François Varlet, L’explosion (1794).

 

Vient de paraître : Jean-Clément Martin, « Un détail inutile ? Le dossier des peaux tannées, Vendée 1794 »

JC-MartinDetailJean-Clément Martin, Un détail inutile ? Le dossier des peaux tannées, Vendée 1794, Paris, Vendémiaire, coll. Révolutions, 2013, 160 p. ISBN : 978-2-36358-055-9 ; 16 €

Des hommes capturés, exécutés, qu’on aurait écorchés avant de procéder au tannage de leur peau, utilisée pour confectionner des objets ou relier des livres… Le fait est attesté, durant la Révolution. En décembre 1793, près d’Angers, aux Ponts-de-Cé, des milliers de prisonniers vendéens sont tués, selon les témoignages recueillis par les représentants en mission. Quelques-uns citent l’écorchement de 32 hommes sur ordre d’un officier de santé, Pecquel, qui aurait ensuite fait traiter les peaux par un tanneur d’Angers.

Bavure isolée ou bien, comme une légende noire le laisse entendre depuis deux siècles, véritable entreprise d’État ? Des membres du Comité de salut public sont accusés d’avoir installé à Meudon une tannerie de peaux humaines, pour en faire des culottes ou pour relier des exemplaires de la Constitution.

Jean-Clément Martin entreprend ici d’examiner les pièces du dossier, afin de rendre compte des rumeurs, des accusations et des faits, tels qu’ils peuvent être recensés dans les années 1793-1799. Mais au-delà, il inscrit ces éléments dans la perspective plus large de l’histoire de l’écorchement, supplice ou pratique chirurgicale, voire sociale, repérable de l’Antiquité à nos jours.

 

Vient de paraître : Jean-Luc Chappey, « Ordres et désordres biographiques »

CouvChappeyJean-Luc Chappey, Ordres et désordres biographiques. Dictionnaires, listes de noms et réputation des Lumières à Wikipédia, Seyssel, Champ Vallon, coll. La chose publique, 2013, 400 p. ISBN : 978-2-87673-600-9 ; 27 €

 

De la fin du XVIIe au début du XIXe siècle s’étend l’âge des dictionnaires marqué par le succès éditorial de ces genres particuliers et l’affirmation d’une pensée classificatoire qui tend à prendre pour objets tous les éléments du réel, hommes, plantes, animaux. Les dictionnaires historiques et les listes de noms envahissent l’espace public et s’imposent comme de nouveaux supports de lecture du monde politique, social ou culturel. Il s’agit toujours, sous le prétexte de présenter un savoir ordonné, d’opérations de qualification et de disqualification, de réputation ou de stigmatisation. En faisant voler en éclats les modes de reconnaissance anciens, en laissant à des inconnus devenir du jour au lendemain des hommes célèbres, la période révolutionnaire va stimuler la production puis la diffusion d’un genre entièrement renouvelé, le dictionnaire biographique ayant pour vocation de dire qui est qui dans un monde bouleversé. L’auteur analyse ici les modalités à partir desquelles se construit l’écriture des notices biographiques. Une véritable bataille de portraits-écrits se déchaîne entre 1789 et 1840, dont l’enjeu est essentiel pour qui veut conserver et consolider sa réputation ou détruire celle de son adversaire. La biographie n’est plus seulement un récit de vie, elle devient un pouvoir affirmé dans l’espace public et politique, que Jean Luc Chappey définit sous le terme de biocratie. À l’heure de Wikipédia, cette archéologie du Who’s Who de la société révolutionnée s’impose comme une réflexion politique et critique sur les systèmes de reconnaissance des individus en profondes mutations et sur la construction historique des médias qui font et défont des réputations en période de crise.

Jean-Luc Chappey est maître de conférences habilité à diriger des recherches en histoire; il est rattaché à l’Institut d’histoire de la Révolution française de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

 

Introduction

 

Chapitre 1. Une invention du XIXe siècle: la Biographie universelle des frères Michaud

I. Contours et organisation d’une entreprise éditoriale

II. Entre collectes et écritures : les modalités du travail biographique

III. Opposition et résistances

IV. La Biographie universelle et les enjeux de l’écriture de l’histoire

 

Chapitre 2. Dictionnaires au temps des Lumières: critique et opinion publique

I. Au temps des hommes illustres

II. Dictionnaires et République des Lettres

III. Dictionnaires et conflits religieux

 

Chapitre 3.Désordres biographiques et crise politique

I. Une entreprise des Lumières : le dictionnaire de Chaudon

II. Décadence littéraire et crise politique

III. La revanche des pygmées

 

Chapitre 4. Jeux de noms en Révolution (1789-1794)

I. Le temps des listes

II. Une violence par les listes

III. Héroïsme en concurrence

 

Chapitre 5: L’émergence d’une biocratie (1795-1810)

I. Inventer la Terreur et construire la République

II. Savants et brigands. L’impossible stabilisation de la République directoriale

III. Une organisation de l’ordre politique et social

 

Chapitre 6. Batailles de dictionnaires sous l’Empire et la Restauration

I. Le marché des contemporains

II. Dictionnaires et espace politique sous la Restauration (1820-1829)

III. Les effets sociaux du régime des Dictionnaires

 

Chapitre 7. Dicomania et Wikipédia

I. Les dictionnaires et l’écriture de l’histoire contemporaine

II. Les nouveaux supports de publication des notices biographiques

III. La Révolution française dans Wikipédia

 

Conclusion

Sources et bibliographie

Index