Théâtre : La mort de Danton à la MC93 (Bobigny) du 9 mars au 1er avril

La mort de Dantonde George Büchner

mise en scène par Georges Lavaudant

avec Avec Gilles Arbona, Astrid Bas, Frédéric Borie, Jean-Michel Cannone, François Caron, Jean-François Lapalus, Roch Leibovici, Philippe Morier-Genoud, Fabien Orcier, Annie Perret, Patrick Pineau, Julie Pouillon, Jean-Philippe Salério, Anne Sée, Bernard Vergne

« J’aime mieux être guillotiné que guillotineur » / Acte 2 scène 1

Le 25 Avril 2002, dans une mise en scène qui a fait date, Georges Lavaudant a déjà présenté sa vision de La Mort de Danton. S’il y revient, c’est qu’il y a aujourd’hui urgence. Rappelez-vous, c’était hier ou presque, quatre jours plus tôt pour être précis, le 21 Avril 2002 : on se croyait entrés dans la fin de l’Histoire. On se persuadait que l’économie seule régissait nos vies. La politique n’était plus qu’un jeu d’ombres. Tout paraissait joué…

Dix ans plus tard, la recréation de La Mort de Danton est l’occasion de reformuler des interrogations essentielles. Devant nous, avec nous, les protagonistes débattent de grandes questions esthétiques, métaphysiques – politiques, toujours. L’exercice de la pensée est omniprésent tout au long du drame. Büchner pousse le versant réflexif de l’art dramatique plus loin que personne avant lui. Mais les questions qui se posent sur ce théâtre d’idées sont toutes de chair et de sang, terriblement urgentes et concrètes. Par exemple : faut-il tuer pour ses convictions, ou mourir pour elles ? « J’aime mieux être guillotiné que guillotineur », répond Danton – mais Robespierre a-t-il tort pour autant ? Büchner, génialement, refuse tout verdict facile. C’est qu’il se veut poète, lui qui note dans une lettre à sa famille : « le poète dramatique n’est à mes yeux rien d’autre qu’un historien, mais se tient au-dessus de ce dernier dans la mesure où il crée pour nous l’histoire une deuxième fois […] ». Büchner, inventeur de réalité, nous montre « des caractères au lieu de caractéristiques et des figures au lieu de descriptions ». C’est en poète qu’il donne à voir des existences à notre image qui se battent et qui pensent, avançant à tâtons dans le chaos du temps.

Tarif préférentiel de 15 euros au lieu de 25 euros pour le public de la Société des études robespierristes. Pour bénéficier de ce tarif préférentiel, il est nécessaire de réserver par téléphone au numéro indiqué ci-dessous en indiquant vouloir profiter de l’offre au titre de la SER.

Pour en savoir plus : http://www.mc93.com/fr/2011-2012/la-mort-de-danton

RÉSERVATION 01 41 60 72 72 / WWW.MC93.COM

Parution : Les Comités de surveillance, sous la direction de Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot

couverture Comités de surveillance

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot (sous la dir.), Les comités de surveillance. D’une création citoyenne à une institution révolutionnaire, Collection Études révolutionnaires n°13, Paris, Société des études robespierristes, 2012, 248p, 19€. ISBN : 978-2-908327-84-7.

Considérés le plus souvent comme de simples organes de police politique, les comités de surveillance, institués par la loi du 21 mars 1793 et supprimés en partie dès la fin de l’an II, ont longtemps fait figure de parents pauvres dans l’historiographie de la Révolution. Ils bénéficient aujourd’hui d’un renouveau de la recherche qui s’intéresse en particulier aux acteurs, hommes et femmes, aux formes de politisation, aux résistances, dans le cadre d’une Révolution « vue d’en bas ».

Le présent ouvrage rend compte du premier bilan d’étape d’une enquête collective sur les comités, dressé lors de la rencontre tenue à Besançon les 13 et 14 janvier 2011 sur l’initiative de la Société des études robespierristes, avec le soutien de l’IUFM et du Laboratoire des sciences historiques de l’université de Franche-Comté.

Les quinze communications proposent des approfondissements relatifs aux sources et à la méthodologie, des synthèses thématiques, des études de cas régionales et enfin un exemple pris hors de France. Au-delà de caractéristiques communes à tous les comités – dont elles soulignent notamment le rôle dans le processus de politisation des citoyens – elles font apparaître une grande diversité régionale et montrent enfin l’intérêt d’un élargissement international de l’étude.

Table des matières

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, Avant-propos.

Partie 1 Sources et méthodologie

Serge Aberdam, Les deux versions de la loi de mars 1793sur les comités de surveillance,son dédoublement et l’enquête de janvier 1794.

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, Une enquête collective. Questionnaires et base de données.

Danièle Pingué, L’implantation des comités de surveillance en Haute-Saône.Sources et procédures d’enquête.

Jean-Paul Rothiot, Pour une étude chronologique des comités de surveillance.

Philippe Bourdin, Les suspects dans le Puy-de-Dôme et la Creuse.

Partie 2 Synthèses thématiques

Michel Biard, Représentants du peuple en mission et comités de surveillance.

Laurent Brassart, Les comités de surveillance dans le système organisationnel des pouvoirs locaux de l’an II. L’exemple axonais.

Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, Femmes et comités de surveillance.

Partie 3 Exemples régionaux

Annie Crépin, Les comités de surveillance en Seine-et-Marne.

Serge Bianchi, Comités de surveillance : un modèle pour la Seine-et-Oise ?

Samuel Guicheteau et Bruno Hervé, Les comités de surveillance en Loire-Inférieure.

Paul Chopelin, Un cancer politique ? Vies et morts des comités de surveillance de la ville de Lyon (1792-1795).

Vincent Cuvilliers, Les comités de surveillance de Basse-Alsace :l’exemple du comité de surveillance du district de Haguenau (vendémiaire-ventôse an III).

Fanny Panhaleux, Le comité de sûreté générale de Rennes (1er mai-27 juin 1793).Un exemple de comité de département.

Partie 4 Élargissement international

Annie Jourdan, Le Comité de Surveillance générale d’Amsterdam (1795-1798).

NB : ouvrage disponible à partir du mois de mars, en commande dès à présent saur la boutique en ligne de la SER en cliquant ici « boutique »

Conférence : La Révolution francaise à travers le cinéma francais et anglo-saxon

Conférence de Pascal Dupuy, maître de conférence à l’université de Rouen, organisée par La Société des Amis de la Révolution française (SARF) – Club René Levasseur de la Sarthe, le samedi 16 mars 2012, à 20h15, IUFM du Mans (salle des conférences), 11 bd Pythagore, Université du Maine. Projection de nombreux extraits de films.

Informations : sarf72@numericable.fr, et www.sarf72.fr