Archives de catégorie : Prix Albert Mathiez

Candidature Prix Albert Mathiez 2017

APPEL À CANDIDATURES !

La Société des études robespierristes distingue, tous les trois ans, un travail inédit sur la période révolutionnaire, comprise dans un sens large, allant des années 1770 aux années 1830 : travail universitaire remanié ou toute autre étude originale. Le prix Albert Mathiez, attribué à ce travail, en assure la publication sous forme d’un ouvrage de la collection « Prix Albert Mathiez ». Continuer la lecture de Candidature Prix Albert Mathiez 2017

Prix Albert Mathiez : offre de souscription de l’ouvrage de Gaïd Andro prolongée jusqu’au 31 août

EN SOUSCRIPTION JUSQU’AU 31 AOUT 2015

Prix Albert Mathiez

Andro

Gaid Andro, Une génération au service de l’Etat. Les procureurs généraux syndics de la Révolution française (1780-1830), Paris, Société des études robespierristes, 2015, 570 p., 26€. ISBN. 978-2-908327-92-2

La littérature et l’historiographie ont souvent été promptes à brocarder la bureaucratie administrative du premier 19e siècle, sa médiocrité, sa servilité et surtout son arbitraire impersonnel. Lorsque que l’on replace cette administration dans son contexte historique, une question s’impose alors : qu’est devenue l’administration révolutionnaire de 1790 ? Comment s’est transformée la figure idéale du magistrat vertueux, élu et reconnu par ses concitoyens comme le dépositaire légitime de la confiance publique ? Renoncement collectif, pragmatisme politique ou échec du projet révolutionnaire, force est de constater qu’en 1830, l’idéal de la régénération administrative fondée sur le contrat social et sur la convergence entre intérêt local et intérêt général a fait long feu. Pour étudier cette évolution et en comprendre les mécanismes, l’analyse doit s’envisager sur le moyen terme de part et d’autre de la rupture révolutionnaire. L’objet de cet ouvrage est donc de suivre une même génération d’administrateurs ayant occupé une fonction essentielle au sein de la pyramide gouvernementale de 1790 : les procureurs généraux syndics de département. Cette institution, unique dans l’histoire de l’Etat français, représente la tentative originale d’un exécutif local élu par les administrés et non nommé par le pouvoir central. L’observation de la vie et de la carrière des 197 procureurs généraux syndics permet d’interroger conjointement le projet révolutionnaire en termes de pensée constitutionnelle et son inévitable confrontation au processus de la radicalisation politique. Par ailleurs, la démarche prosopographique permet de collaborer à une histoire sociale du politique qui questionne le moment matriciel de la Révolution française. Elle incite également à souligner la construction simultanée et contradictoire d’un roman national de la centralisation politique « à la française » et d’une éthique administrative liée à l’héritage révolutionnaire de la fédération des territoires.

Bon de souscription à télécharger et à renvoyer :

Souscription Prix Mathiez ANDRO

Souscription : Laurent Brassart, « Gouverner le local en Révolution » (prix Albert Mathiez)

CouvBrassartPrix Albert Mathiez 

Laurent Brassart, Gouverner le local en Révolution. État, pouvoirs et mouvements collectifs dans l’Aisne (1790-1795), Paris, Société des études  robespierristes, 2013, 504 p. ; 27€. [Préface de Jean-Pierre Jessenne]

En souscription jusqu’au 30 avril 2013 : 25 € (frais de port inclus) ou 22 € (vente directe). Prix public après le 30 avril : 27 € (hors frais de port).

ATTENTION : SOUSCRIPTION PROLONGÉE JUSQU’AU 6 JUIN

« Une Révolution tranquille ». Ni bastion de l’ultra Révolution, ni fief de la Contre-Révolution, le département picard de l’Aisne semble traverser les premières années de la Révolution dans le conformisme et la modération politique. Même ce moment de violence paroxystique que fut la Terreur (1793-1794) ne s’accompagne d’aucun débordement sanguinaire. Pour autant, ce territoire ne saurait être considéré comme celui du vide politique. Les conflits sont aussi récurrents que multiples, mobilisant dans des dynamiques, tour à tour contradictoires et complémentaires, les mouvements collectifs et les pouvoirs locaux.

Car, dans ce territoire situé à l’interface entre les champs de bataille septentrionaux et ce cœur de la Révolution qu’est Paris, les processus de politisation, aux rythmes pourtant jamais linéaires, transcendent toujours cette frontière intérieure fictive qui voudrait opposer les intérêts du local à ceux de la Nation. Si localement, les potentialités de radicalisation et les situations de conflictualité sont souvent régulées avec succès, le mérite en revient à cet État en Révolution,   bien   plus   souple  et  protéiforme  qu’on  ne  l’a  écrit,  capable   de s’adapter au  travers  de  ses  pouvoirs locaux à une conjoncture politique toujours mouvante. En ce sens, l’expérience du département de l’Aisne est emblématique de celle de toutes ces régions nombreuses de la France de l’intérieur dans lesquelles la Révolution ne fut a priori ni démesurément violente, ni particulièrement spectaculaire, sans pour autant être inexistante. Cet ouvrage invite à saisir les métamorphoses locales de l’Etat en Révolution, pour que vivent encore, par-delà les soubresauts des crises politiques et sociales, les rencontres entre la Nation et le local, le bien commun et le citoyen.

Cliquer sur l’image ci-dessous pour faire apparaître le bulletin de souscription sur une nouvelle page et l’imprimer :

SouscriptionBrassart

 

Prix Albert Mathiez 2013

Depuis 2002, la Société des études robespierristes décerne un prix récompensant une thèse universitaire, française ou étrangère mais rédigée en langue française, consacrée à la période révolutionnaire. Cette dernière est largement définie selon les termes de ses statuts, c’est-à-dire des années 1770 jusque vers 1815, incluant au sens le plus large les causes et les conséquences de la Révolution.

Ce prix porte le nom d’Albert Mathiez, afin de perpétuer la mémoire et l’enseignement de celui qui fut à la fois l’un des plus grands historiens de la Révolution française et le fondateur de notre Société et de sa revue, les Annales historiques de la Révolution française, respectivement en juin 1907 et janvier 1908.

Les thèses des candidats du prix 2013 devront avoir été soutenues entre le 1er juin 2009 et le 31 décembre 2012. La thèse primée sera publiée sous forme d’ouvrage, dans un délai maximum de deux ans, par les éditions de notre Société. D’ici à la publication des résultats du concours, les candidats devront s’engager à ne pas signer d’autre contrat d’édition.

Renseignements et règlement sont à demander au Secrétariat général de la Société des études robespierristes, 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05, adresse à laquelle les dossiers devront être adressés, avant le 15 janvier 2013, le cachet de la Poste faisant foi.

Tous les membres de notre société, et plus généralement tous ceux qui enseignent l’histoire de la Révolution française ou dirigent des travaux sur cette période, sont invités à faire connaître autour d’eux l’existence de ce prix.

A propos des thuriféraires de la Restauration : Entretien avec Corinne Legoy

A l’occasion de la publication de la thèse de Corinne Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration, récompensée par le prix Albert Mathiez, nous avons demandé à l’auteur de bien vouloir répondre à quelques questions au sujet de son travail et de son approche.

Il s’agit du premier entretien que publie la SER sur son site internet. Au-delà de notre volonté d’attirer l’attention sur les ouvrages que nous publions et de leur assurer une meilleure diffusion, nous souhaitons aussi que cet espace accueille progressivement les remarques, les réflexions, les observations des chercheurs spécialistes de la Révolution française et de l’Empire, dans une forme plus libre, plus flexible et plus réactive que le format papier. Que Corinne Legoy, qui a accepté de se prêter à l’exercice, soit ici remerciée.

 

Pourriez-vous, s’il vous plait, revenir brièvement sur votre parcours universitaire ?

Corinne Legoy : J’ai accompli, depuis la maîtrise, mon parcours universitaire sous la direction d’Alain Corbin à l’Université de Paris I. Ma maîtrise, soutenue en 1992, portait déjà sur la Restauration et avait pour objet la représentation du souverain médiéval sur les scènes parisiennes. J’ai ensuite passé l’agrégation en 1995, avant de commencer ma thèse sur l’éloge du pouvoir sous la Restauration en 1997. Je l’ai soutenue en 2004.

Je suis aujourd’hui maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université d’Orléans.

 

Quelle fut la genèse de votre travail sur les poètes de la Restauration, quel en fut le point de départ et quels sont les principaux résultats ?

C.L : L’idée de ce travail est venue d’un double constat, frappant à mes yeux : d’une part, l’indifférence assez large de l’historiographie à l’égard de toutes les formes d’adhésion politique, qu’elles soient gestes de soutien ou – ce qui allait devenir mon objet – écritures de célébration du pouvoir ; d’autre part, la présence d’un corpus massif de poésies d’éloge, aussi bien à la bibliothèque nationale que dans les archives, pour toute la période de la Restauration. Ce constat, conjugué à l’envie de poursuivre l’exploration, entamée en maîtrise, des liens entre histoire et littérature, est à l’origine de mon travail.

L’une des conclusions les moins attendues réside dans ce que les auteurs d’éloge ne sont pas tous des auteurs intéressés, avides de se voir pensionnés par le pouvoir et résolus à le célébrer aveuglément. Pour beaucoup, cette pratique est un engagement, une prise de parole politique enthousiaste liée à un événement. Elle s’inscrit donc bien davantage dans l’éclosion de la parole publique ouverte par la Révolution que dans le registre de la servilité.

D’autres conclusions – ou d’autres pistes – se sont dessinées également au terme de ma thèse : l’importance d’une attention précise aux textes, aussi dépréciés soient-ils, aussi convenus semblent-ils. Dans le cas des éloges du premier XIXème siècle en effet, elle nous montre combien ils sont une parole complexe, en tension entre la célébration et le combat politique, porteuse du traumatisme révolutionnaire autant que marquée par ses héritages. Une autre piste est l’importance de la pratique poétique dans la France du XIXème siècle, pratique au cœur de l’expression politique, mais également de l’éducation, des rituels sociaux et des usages intimes.

 

La sociologie des auteurs des éloges que vous étudiez rejoint-elle celle des nombreux plumitifs qui ont profité de la Révolution (élus et administrateurs nationaux et locaux, enseignants, etc.) ?

C.L : En fait, et c’est une autre conclusion intéressante, pas exactement. Certes, on retrouve bien parmi les auteurs d’éloge certains personnages qui ont pu « profiter » de la Révolution ou, en tout cas, voir leur carrière en bénéficier. Je pense ainsi, effectivement, à certains administrateurs, mais surtout aux chansonniers les plus fameux, qui rimèrent avec profit autant sous l’Empire que sous la Restauration.

Néanmoins, il ne faudrait pas associer l’essentiel des auteurs d’éloges à ces girouettes habiles : beaucoup ont souffert de la Révolution, ont vu leur carrière interrompue ou bouleversée, certains appartiennent à la bohème, parfois la plus misérable, de leur temps et d’autres ne songèrent jamais à profiter du pouvoir en le célébrant.

 

Comment les auteurs des éloges ont-ils été nourris de la Révolution : sont-ils d’une génération qui l’a directement vécue ? Entretiennent-ils des rapports de fascination ou de répulsion ?

C.L : Tous les auteurs d’éloge n’ont pas vécu directement la Révolution. On peut distinguer, en effet, au sein de ce groupe, trois générations principales : des hommes déjà mûrs en 1789, imprégnés des préceptes des collèges d’Ancien Régime, contemporains des Lumières qu’ils ont parfois combattues, mais dont ils ont bien davantage hérité – en particulier dans le creuset académique ; des hommes nés dans la décennie 1770, qui sont donc entrés à l’âge d’homme dans la Révolution et qui ont forgé, il faut le souligner, leur culture autant dans le combat contre-révolutionnaire que dans le combat révolutionnaire ; des hommes, enfin, nés dans les décennies 1790-1800, imprégnés pour beaucoup par un désaveu de la Révolution qui fit dire à Hugo : « j’avais dans l’esprit cette sorte d’effroi permanent de 1793 que les écrivains monarchistes ont réussi à créer ».

Cette diversité des parcours, des engagements et des formations fut, d’ailleurs, une autre des surprises de la thèse : on compte en effet parmi les thuriféraires de la Restauration autant d’anciens émigrés, d’adversaires convaincus de la Révolution, que d’anciens patriotes, ou d’ex-partisans des montagnards.

 

Quelles sont les images de la royauté et de ses titulaires qu’ils cherchent à faire passer ?

C.L : Il faut dire d’emblée que le discours produit sur la royauté par tous ces éloges n’est pas univoque et qu’il n’y a donc pas une seule image, invariable, de la royauté et du prince dans ces textes. Ce qui les unit tous, en revanche, c’est une même volonté – et une même gageure : rendre à la royauté son intangible légitimité par-delà la déchirure révolutionnaire, recomposer une figure de prince parfait par-delà son irrémédiable désacralisation.

C’est ainsi qu’il est possible de lire dans ces textes quelques images récurrentes et dominantes, qui dessinent un portrait du prince rêvé par ces hommes : ainsi de la figure d’un roi de paix, célébrée contre la figure conquérante – diabolisée – de Napoléon Bonaparte ; ainsi, également, de la valorisation d’un pouvoir sensible, charitable et juste, fortement liée – dans les premiers temps de la Restauration – à l’impératif de réconciliation nationale. Mais les variations autour des ces vertus majeures sont importantes – Louis et Charles X ne cristallisent pas les mêmes images, de même que le duc d’Angoulême et le duc de Berry convoquent des représentations sensiblement différentes.

 

Quels sont les supports d’édition qu’ils privilégient d’ordinaire : journaux, almanachs, etc. ? Et quel est leur public ?

C.L : Une remarque préalable s’impose : tous ces éloges n’ont pas été publiés et un grand nombre d’entre eux sont uniquement des textes manuscrits qui ont été adressés directement au pouvoir, ou aux différentes instances de l’Etat monarchique.

Parmi ceux qui ont été publiés, la forme la plus fréquente est celle de la petite plaquette, in-8° ou in-4°, de deux ou trois pages, coûtant entre 25 centimes et 1,5frs, les plus chères – atteignant une dizaine, voire une vingtaine de pages, pouvant coûter jusqu’à 3frs.

Ils sont également publiés dans des chansonniers et des recueils de pièces de vers, qui paraissent régulièrement, en particulier lors des temps forts de la vie monarchique (fêtes royales, par exemple).

Ce relais éditorial est cependant loin d’être le seul. Il faut également, en effet, mentionner la presse qui ouvre largement ses colonnes aux poésies d’éloge – selon sa coloration politique. A cela, il faut également ajouter les formes orales de diffusions de ces textes lors des festivités royales, lors des réunions de sociétés savantes, chantantes ou bachiques,  dans les cercles politiques ou lors des lectures de salon également.

 

Quels sont les auteurs réputés qui ont usé de l’éloge ? Ont-ils été des modèles pour les autres ?

C.L : Deux noms sont à mentionner – parmi les 583 auteurs de poésies d’éloge de la Restauration ! : Alphonse de Lamartine, auteur en 1820 d’une ode sur la naissance du duc de Bordeaux et, en 1825, d’un « Chant du sacre » en l’honneur de Charles X, texte qu’il qualifia lui-même dans une lettre à Vigny « d’horreur des horreurs poétiques » ; et Victor Hugo, surtout, véritable chantre des Bourbons restaurés, qui le pensionnèrent.

Il est difficile d’en faire des modèles pour les autres auteurs, dans la mesure où l’époque est marquée par le clivage classicisme-romantisme qui conduit certains auteurs à voir en Victor Hugo un véritable contre-modèle.

 

En quoi finalement l’histoire culturelle peut-elle renouveler notre compréhension du champ politique ?

C.L : Je dois avouer que le cloisonnement des champs – entre le « politique » d’une part et le « culturel » de l’autre –  me semble difficile et tout particulièrement dans le cadre des monarchies censitaires où la restriction du cercle des votants conduit à une sorte d’épanchement de l’expression politique hors de son cadre usuel – à savoir au théâtre, dans la littérature ou la poésie, mais aussi, et c’est ce qu’a montré Emmanuel Fureix par exemple, lors des enterrements. Il est donc essentiel pour l’historien de s’attacher à toutes ces dilutions du politique, à toutes ces pratiques culturelles qui témoignent d’engagements, de tensions ou d’embrasements collectifs, de traumatismes mémoriels.

* * *

Corinne Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration, préface d’Alain Corbin, Société des études robespierristes, Paris, 2010, 252p. + cd-rom, 25€, ISBN : 978-2-908327-70-0

Pour commander l’ouvrage, veuillez adresser un courrier électronique au responsable des publications de la SER, Jean-Paul Rothiot : jp.cl.rothiot@orange.fr.

Parution du Prix Albert Mathiez : Corine Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration.

Couverture

Corinne Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration, préface d’Alain Corbin, Société des études robespierristes, Paris, 2010, 252p. + cd-rom, 25€, ISBN : 978-2-908327-70-0

Les serviteurs du pouvoir, les versificateurs habiles à chanter l’ordre établi sont les oubliés d’une histoire qui a bien davantage consacré les pamphlétaires et les satiristes. Surtout en cette France du premier XIXe siècle où leur geste a tous les traits d’un Ancien Régime qui se refuse à mourir. Pourtant, entre 1815 et 1830, près de 3000 poésies sont écrites à la gloire des Bourbons restaurés par une curieuse cohorte d’auteurs qui va du jeune « enfant sublime » de la poésie au polygraphe habile, en passant par les poètes-misère, les royalistes de combat, les peu-lettrés ou les académiciens besogneux.

L’objet de ce livre est là : dans ce continent oublié de la littérature de célébration qui éclaire, entre poésie et histoire, toutes les convulsions d’une ère de transition et de deuil entre l’Ancien Régime et l’âge démocratique. Aussi cette histoire de poètes et de princes est-elle moins celle d’une tradition que celle de sa subversion ; moins celle d’une célébration enthousiaste que celle d’un moment désenchanté. Discours irraisonné sur la Révolution française, discours de l’inquiétude et de la hantise, discours provocateur et sarcastique, entreprise normative de reconstruction d’un ordre sociopolitique, aspiration à l’unanimité reconstruite par delà la déchirure révolutionnaire : la parole de gloire de la Restauration a plus rêvé le monde et le pouvoir qu’elle ne les a naïvement célébrés.

Le livre est dès à présent commandable en adressant un courrier électronique à l’adresse suivante : jp.cl.rothiot@orange.fr.