Archives de catégorie : Publications

Vient de paraître : « Robespierre », édition en DVD du docu-fiction d’Hervé Pernot (1989)

CouvDVD_Robespierre_1

Robespierre, sa vie, son exercice du pouvoir sont confrontés à l’analyse et au jugement des hommes du Bicentenaire (1989), des historiens (Michel Vovelle, Jean-Paul Bertaud, Serge Bianchi…) et des hommes politiques (Jacques Chaban-Delmas, Michel Debré, Bertrand Renouvin, André Lajoinie, Lionel Jospin). Le film est d’un intérêt tout à la fois historique et historiographique. Il met en scène les moments les plus dramatiques de la vie de Robespierre et offre un regard sur la Révolution française à la fin du XXe siècle.

Prix : 7 € (+ 4 € de frais de port).

A commander sur notre boutique en ligne

En librairie : « Comprendre et enseigner la Révolution française »

CouvertureEnseigner RF_2

Que reste-t-il aujourd’hui de la Révolution française ? Toutes les révolutions affirment s’inspirer des principes universels de « 89 », et la période révolutionnaire française semble s’imposer d’une part comme source d’inspiration et moment historique fondateur, et d’autre part comme grille de lecture et modèle d’interprétation traversant les siècles et donnant sens au présent. Cette Révolution, comme héritage et comme actualité, est au coeur des programmes scolaires comme période étudiée et comme lieu de la sensibilisation au modèle républicain, du futur cycle 3 primaire au lycée. Qu’en reste-t-il et comment en parler, comment l’enseigner Cet ouvrage propose à la fois l’état actuel de la recherche historique et une analyse efficace du discours scolaire sur la Révolution depuis le bicentenaire. Chaque chapitre est structuré en deux parties, une première proposant une synthèse des travaux historiques sur la question, la seconde proposant un dossier documentaire. Le livre s’adresse aux lecteurs curieux, aux enseignants de collège et lycée, ainsi qu’aux étudiants préparant l’ agrégation d’histoire.

Lien éditeur

En librairie : « Vertu et politique. Les pratiques des législateurs (1789-2014) »

La vertu politique est-elle une spécificité du régime démocratique ou doit-elle s’imposer à tout régime ?

Les protagonistes de la Révolution française reprennent le questionnement et, dans leur construction d’un nouveau régime politique, ils envisagent d’emblée, dès 1789, la vertu publique comme une nécessité. La naissance d’une république à l’automne 1792 confirme et renforce cette conviction : l’entrée dans un régime d’exception, en 1793, ne la fait pas disparaître. Concrètement, c’est entre autres dans la vie parlementaire que s’est exprimée l’exigence de vertu publique, dès lors que l’engagement politique des législateurs impliquait nombre de conséquences lourdes de sens. Pour garantir son désintéressement, son service prioritaire du public, sa vertu donc, faut-il limiter ses pouvoirs, le nombre de ses mandats, la durée de son cursus honorum ? Faut-il contrôler ses revenus et son train de vie dans ses missions et en-dehors ? Jusqu’où la parole et le geste du député sont-ils libres, couverts par l’inviolabilité décrétée dès 1789 ? Dès lors que la vertu relève d’une exigence révolutionnaire, quelques cas de députés corrompus peuvent-ils suffire à jeter le discrédit sur leurs collègues et à faire naître en France les premiers germes d’un antiparlementarisme ?

Les questions sont posées. Elles ne sont pas seulement pour le temps de la Révolution, mais sont reprises et évoluent au fil des régimes. Si pour les étudier le présent ouvrage entend interroger avant tout le moment clef de la Révolution, il s’intéresse à leurs sources et à leurs prolongements. Aussi invite-t-il à une mise en perspective de plusieurs séquences qui, au cours des XIXe et XXe siècles, ont fait ressurgir, à l’aune des attentes démocratiques des citoyens, la question de al nécessaire vertu des élus.

Cet ouvrage peut être commandé directement auprès de la SER, au prix de 22 €, franco de port. Règlement par chèque, endossable en France, à l’ordre de la Société des études robespierristes (17 rue de la Sorbonne, 75231 PARIS cedex 05).

Lien éditeur

 

Prix Albert Mathiez : offre de souscription de l’ouvrage de Gaïd Andro prolongée jusqu’au 31 août

EN SOUSCRIPTION JUSQU’AU 31 AOUT 2015

Prix Albert Mathiez

Andro

Gaid Andro, Une génération au service de l’Etat. Les procureurs généraux syndics de la Révolution française (1780-1830), Paris, Société des études robespierristes, 2015, 570 p., 26€. ISBN. 978-2-908327-92-2

La littérature et l’historiographie ont souvent été promptes à brocarder la bureaucratie administrative du premier 19e siècle, sa médiocrité, sa servilité et surtout son arbitraire impersonnel. Lorsque que l’on replace cette administration dans son contexte historique, une question s’impose alors : qu’est devenue l’administration révolutionnaire de 1790 ? Comment s’est transformée la figure idéale du magistrat vertueux, élu et reconnu par ses concitoyens comme le dépositaire légitime de la confiance publique ? Renoncement collectif, pragmatisme politique ou échec du projet révolutionnaire, force est de constater qu’en 1830, l’idéal de la régénération administrative fondée sur le contrat social et sur la convergence entre intérêt local et intérêt général a fait long feu. Pour étudier cette évolution et en comprendre les mécanismes, l’analyse doit s’envisager sur le moyen terme de part et d’autre de la rupture révolutionnaire. L’objet de cet ouvrage est donc de suivre une même génération d’administrateurs ayant occupé une fonction essentielle au sein de la pyramide gouvernementale de 1790 : les procureurs généraux syndics de département. Cette institution, unique dans l’histoire de l’Etat français, représente la tentative originale d’un exécutif local élu par les administrés et non nommé par le pouvoir central. L’observation de la vie et de la carrière des 197 procureurs généraux syndics permet d’interroger conjointement le projet révolutionnaire en termes de pensée constitutionnelle et son inévitable confrontation au processus de la radicalisation politique. Par ailleurs, la démarche prosopographique permet de collaborer à une histoire sociale du politique qui questionne le moment matriciel de la Révolution française. Elle incite également à souligner la construction simultanée et contradictoire d’un roman national de la centralisation politique « à la française » et d’une éthique administrative liée à l’héritage révolutionnaire de la fédération des territoires.

Bon de souscription à télécharger et à renvoyer :

Souscription Prix Mathiez ANDRO

Souscription : réimpression de l’Histoire socialiste de la Révolution française de Jaurès

CouvJauresDevenue introuvable depuis plus de vingt ans, l’Histoire socialiste de la Révolution française de Jean Jaurès est pourtant une des plus importantes histoire des événements révolutionnaires jamais écrites. Reconnue comme source d’inspiration majeure par les plus grands historiens à l’échelle internationale, elle fut une des premières histoires de la Révolution qui traita de dimensions jusqu’alors presque inconnues : les mouvements populaires, l’histoire économique mais aussi l’histoire des mouvements révolutionnaires en Europe et les luttes anticoloniales
au sujet desquels presque personne n’avait porté attention avant lui.
Elle est aussi un chef d’oeuvre d’écriture et de lyrisme, évoquant au plus près les acteurs et les scènes tragiques de la Révolution. La présente édition reprend le remarquable travail d’érudition et d’appareil critique d’Albert Soboul, les propos introductifs de Madeleine Rebérioux et Ernest Labrousse, tout en proposant deux nouvelles préfaces des spécialistes actuels reconnus de l’histoire du socialisme (Jean-Numa Ducange) et de la Révolution française (Michel Biard), faisant le point sur les recherches sur Jaurès et la Révolution depuis les années 1970.
Quelques documents annexes, parfois inédits, sur la réception de l’oeuvre, complètent l’ensemble.

Table des matières

Bulletin de souscription

 

SouscriptionJaures

 

Vient de paraître : Jean-Numa Ducange et Michel Biard (dir.), « Passeurs de Révolution »

PasseursCouvMichel BIARD

et Jean-Numa DUCANGE (dir.)

Passeurs

de Révolution

Société des études robespierristes

Collection études révolutionnaires n° 14

Publié avec le soutien du GRHis et de l’IRIHS (Université de Rouen)

 

C’est peu dire que la Révolution française a suscité de multiples débats aux XIXe et XXe siècles. Souvent ceux-ci ont été présentés principalement à travers quelques idées forces ou quelques figures d’historiens ou de politiques. Le présent volume regroupe une série de contributions qui entend s’intéresser davantage aux « passeurs » concrets de la culture révolutionnaire sous diverses formes : militants, traducteurs, éditeurs, journalistes, enseignants et universitaires peu connus… « Seconds couteaux » en quelque sorte, mais sans lesquels pourtant la transmission de l’histoire de la Révolution française jusqu’à nos jours aurait été impossible.

Contre l’idée d’une transmission simple et continue, les auteurs interrogent les contradictions qui ont traversé les héritages au sein des gauches : de l’extrême gauche critique des Robespierristes à la gauche libérale voyant l’amorce du totalitarisme en 1789, on mesure combien les passeurs furent divers et variés. Ambiguïtés et contradictions qui livrent un panorama plus riche que les lectures habituellement présentées.

Essentiellement centré sur l’espace francophone, l’ouvrage propose également des éclairages sur des « passeurs » présents dans d’autres pays afin de comprendre les réceptions et interprétations croisées de l’héritage révolutionnaire à l’étranger; notamment aux Etats-Unis et en Italie. Il offre ainsi des clefs de compréhension pour une vision internationale des débats autour des modèles révolutionnaires au XXe siècle. Les contributions sont accompagnées d’une série de sources reproduites en annexe, rares, voire inédites.

En souscription jusqu’au 16 novembre 2013 : 16 € (frais de port inclus) 

Télécharger la table des matières et le bon de commande :

Table des Matieres

 

 

Vient de paraître : « 1792 Entrer en République », actes du colloque du 220e anniversaire de la Première République

1792EntrerRepublique1792

Entrer

en République

 

Sous la direction de

Michel BIARD, Philippe BOURDIN,

Hervé LEUWERS, Pierre SERNA

 

Armand Colin, coll. Recherches, 2013, 340 p. 29 €

 

Comment les Français et les Conventionnels sont-ils « devenus républicains » au cours des semaines qui suivent le 21 septembre 1792 ? N’ayant jamais été formellement proclamée, la Première République est-elle un choix par défaut, l’aboutissement d’une maturation née des spécificités du processus révolutionnaire depuis la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, l’ambition d’un dépassement des expériences républicaines antérieures ? Comment les massacres de septembre, le contexte international, la guerre, les relations diplomatiques, l’immigration politique jouent-ils dans le moment électoral, dans la mise en place et la reconnaissance du nouveau régime ? Comment les corps constitués, les groupes d’influence – et au premier rang l’Église – accueillent-ils celui-ci ? Une Assemblée qui ne comprend qu’une moitié de ses membres a-t-elle la légitimité suffisante pour engager le pays entier dans un autre système politique ?
Telles sont quelques-unes des principales questions auxquelles cet ouvrage, fondé sur les recherches les plus récentes menées par des historiens et des juristes français et étrangers, tente de répondre. Si, 220 ans après sa fondation, actualisation et consolidation du pacte républicain sont toujours à l’ordre du jour, l’étude de sa naissance, la compréhension des enjeux politiques, sociaux et culturels qui y ont présidé, demeurent une des conditions de son renforcement.

BON DE COMMANDE

 

Sommaire :

Apprivoiser la république (Philippe Bourdin, Michel Biard, Hervé Leuwers et Pierre Serna)

Partie I : La république, un mot, une construction et des modèles
1. La République des origines (10 août 1792 – 21 janvier-6 avril 1793) (Guillaume Glénard)
2. Que signifie « être républicain » en septembre 1792 ? (Raymonde Monnier)
3. Une pédagogie de la République ? Les correspondances des députés auvergnats, entre Assemblée législative et Convention (Philippe Bourdin)
4. Robespierre et la République ( Peter McPhee)
5. Comment naissent les républiques ? (Antonino de Francesco)
6. La République française : perceptions d’ailleurs (1791-1795) (Annie Jourdan)

Partie II : Élire la Convention nationale
1. Les élections à la Convention dans le département de Seine-et-Oise : un vote déjà « républicain » ? (Serge Bianchi)
2. Des élections sous la menace de l’invasion. L’exemple meusien (Jean-Baptiste Legoff)
3. Élire la Convention : les assemblées primaires de Lorraine 26 août 1792 (Jean-Paul Rothiot)
4. Devenir républicain aux Petites Antilles (Guadeloupe, Martinique) à travers l’exemple de l’élection des députés à la Convention (Frédéric Régent)
5. Devenir républicain pendant l’été 1792. Quelques itinéraires individuels dans la France septentrionale (Laurent Brassart)
6. Incarner la République ? L’élection des Conventionnels dans trois départements méridionaux (Ariège, Aude, Pyrénées-Orientales) (Côme Simien Avec la collaboration de Julien Bouchet, Sébastien Pivoteau et Jean Salvat)
7. Une Constitution destinée à recevoir une sanction populaire ? Le sens d’une décision « de principe » ( Serge Aberdam)

Partie III : Fonder et faire reconnaître le nouveau régime
1. Premières prises de parole et débats législatifs à l’aube de la République (Michel Biard)
2. Ces représentants qui ont choisi la république : les Conventionnels des 20 et 21 septembre 1792 (Hervé Leuwers)
3. « La France est république » : Comment est né le Nouveau Régime dans Le Patriote français de Brissot (Pierre Serna)
4. Valmy, la concordance des temps ( Bernard Gainot)
5. Diplomatie et République : gageure ou impasse ? (Virginie Martin)
6. Les procureurs généraux syndics face à la rupture républicaine (Gaïd Andro)
7. Bénir la République (Paul Chopelin)

 

 

Souscription : Laurent Brassart, « Gouverner le local en Révolution » (prix Albert Mathiez)

CouvBrassartPrix Albert Mathiez 

Laurent Brassart, Gouverner le local en Révolution. État, pouvoirs et mouvements collectifs dans l’Aisne (1790-1795), Paris, Société des études  robespierristes, 2013, 504 p. ; 27€. [Préface de Jean-Pierre Jessenne]

En souscription jusqu’au 30 avril 2013 : 25 € (frais de port inclus) ou 22 € (vente directe). Prix public après le 30 avril : 27 € (hors frais de port).

ATTENTION : SOUSCRIPTION PROLONGÉE JUSQU’AU 6 JUIN

« Une Révolution tranquille ». Ni bastion de l’ultra Révolution, ni fief de la Contre-Révolution, le département picard de l’Aisne semble traverser les premières années de la Révolution dans le conformisme et la modération politique. Même ce moment de violence paroxystique que fut la Terreur (1793-1794) ne s’accompagne d’aucun débordement sanguinaire. Pour autant, ce territoire ne saurait être considéré comme celui du vide politique. Les conflits sont aussi récurrents que multiples, mobilisant dans des dynamiques, tour à tour contradictoires et complémentaires, les mouvements collectifs et les pouvoirs locaux.

Car, dans ce territoire situé à l’interface entre les champs de bataille septentrionaux et ce cœur de la Révolution qu’est Paris, les processus de politisation, aux rythmes pourtant jamais linéaires, transcendent toujours cette frontière intérieure fictive qui voudrait opposer les intérêts du local à ceux de la Nation. Si localement, les potentialités de radicalisation et les situations de conflictualité sont souvent régulées avec succès, le mérite en revient à cet État en Révolution,   bien   plus   souple  et  protéiforme  qu’on  ne  l’a  écrit,  capable   de s’adapter au  travers  de  ses  pouvoirs locaux à une conjoncture politique toujours mouvante. En ce sens, l’expérience du département de l’Aisne est emblématique de celle de toutes ces régions nombreuses de la France de l’intérieur dans lesquelles la Révolution ne fut a priori ni démesurément violente, ni particulièrement spectaculaire, sans pour autant être inexistante. Cet ouvrage invite à saisir les métamorphoses locales de l’Etat en Révolution, pour que vivent encore, par-delà les soubresauts des crises politiques et sociales, les rencontres entre la Nation et le local, le bien commun et le citoyen.

Cliquer sur l’image ci-dessous pour faire apparaître le bulletin de souscription sur une nouvelle page et l’imprimer :

SouscriptionBrassart

 

Réédition : Daniel Guérin, « Bourgeois et bras nus »

CouvGuerinDaniel Guérin, Bourgeois et bras-nus. Guerre sociale durant la Révolution française (1793-1795), Paris, Libertalia, 2013, 443 p.

Préface de Claude Guillon et postface de l’auteur : « La Révolution déjacobinisée ».

ISBN : 978-2-918059295 ; 18 €

 

Quatrième de couverture : 

L’expression « bras-nus », empruntée à l’Histoire de la Révolution française de Jules Michelet, est un équivalent du terme « sans-culotte ». Bourgeois et bras-nus est un livre de vulgarisation. Daniel Guérin, son auteur, souhaite mettre à la portée d’un large public un condensé de son ouvrage La Lutte de classes sous la Première République(Gallimard, 1946 et 1968).

Guérin met en lumière l’embryon d’une révolution prolétarienne menée par les sans-culottes pour une république réellement égalitaire, contre les chefs jacobins de la révolution bourgeoise, qui les utilisent avant de les réprimer et de succomber à leur tour au moment du 9 Thermidor (27 juillet 1794). En rompant avec une longue tradition robespierriste de l’historiographie de la Révolution, Daniel Guérin s’attira de la part des historiens communistes des critiques virulentes, sur lesquelles la présentation de Claude Guillon apporte d’utiles précisions.

À l’heure où l’historiographie chante à nouveau la réaction thermidorienne ou l’autoritarisme jacobin, il nous a semblé essentiel de remettre sur le devant de la scène une histoire qui n’est ni robespierriste ni libérale : une histoire populaire.

 

Le texte intégral de la préface de Claude Guillon est à retrouver sur le site « La Révolution et nous »

Site de l’éditeur : Libertalia