Archives de catégorie : Publications

Parution : Michel Biard, « Terreur et révolution française », UPPR, 2016

ebookbiardUn nouvel ebook sur l’histoire de la Révolution française !

Michel Biard, Terreur et Révolution française en 40 pages, Rouen, UPPR, 2016

Depuis nombre d’années, un débat agite les historiens sur l’origine et la nature des rapports qu’ont entretenu la Révolution française et la Terreur. De nombreux amalgames et approximations historiques, du reste, vont jusqu’à confondre la « terreur » et les terrorismes actuels. Peut-on réduire la période à ses violences ? Continuer la lecture de Parution : Michel Biard, « Terreur et révolution française », UPPR, 2016

Vient de paraître : « Danton, le mythe et l’histoire »

DantonMichel Biard et Hervé Leuwers (dir.), Danton. Le mythe et l’Histoire, Paris, Armand Colin, 2016, 234 p. 24,90 €

ISBN : 2200614136

4e de couverture :

Si l’image publique de Danton est incontestablement moins polémique que celles de Marat ou de Robespierre, elle n’en est pas moins complexe, et souvent contradictoire. Homme corrompu pour certains, défenseur malheureux d’une sortie précoce de la Terreur pour d’autres, il est également présenté comme un exceptionnel orateur de l’ardeur nationale (« De l’audace… »). Continuer la lecture de Vient de paraître : « Danton, le mythe et l’histoire »

En librairie : « Histoire et mémoires de Conventionnels »

couv_me_moires_convLa Société des études robespierristes publie, dans sa collection « Études révolutionnaires », ce volume collectif issu de deux rencontres (Tokyo, 2013 — Ivry-sur-Seine, 2014) au cours desquelles les historiographies françaises et japonaises ont pu se confronter et s’enrichir mutuellement.

213 pages. 20 €.

Vient de paraître : « Robespierre », édition en DVD du docu-fiction d’Hervé Pernot (1989)

CouvDVD_Robespierre_1

Robespierre, sa vie, son exercice du pouvoir sont confrontés à l’analyse et au jugement des hommes du Bicentenaire (1989), des historiens (Michel Vovelle, Jean-Paul Bertaud, Serge Bianchi…) et des hommes politiques (Jacques Chaban-Delmas, Michel Debré, Bertrand Renouvin, André Lajoinie, Lionel Jospin). Le film est d’un intérêt tout à la fois historique et historiographique. Il met en scène les moments les plus dramatiques de la vie de Robespierre et offre un regard sur la Révolution française à la fin du XXe siècle.

Prix : 7 € (+ 4 € de frais de port).

A commander sur notre boutique en ligne

En librairie : « Comprendre et enseigner la Révolution française »

CouvertureEnseigner RF_2

Que reste-t-il aujourd’hui de la Révolution française ? Toutes les révolutions affirment s’inspirer des principes universels de « 89 », et la période révolutionnaire française semble s’imposer d’une part comme source d’inspiration et moment historique fondateur, et d’autre part comme grille de lecture et modèle d’interprétation traversant les siècles et donnant sens au présent. Cette Révolution, comme héritage et comme actualité, est au coeur des programmes scolaires comme période étudiée et comme lieu de la sensibilisation au modèle républicain, du futur cycle 3 primaire au lycée. Qu’en reste-t-il et comment en parler, comment l’enseigner Cet ouvrage propose à la fois l’état actuel de la recherche historique et une analyse efficace du discours scolaire sur la Révolution depuis le bicentenaire. Chaque chapitre est structuré en deux parties, une première proposant une synthèse des travaux historiques sur la question, la seconde proposant un dossier documentaire. Le livre s’adresse aux lecteurs curieux, aux enseignants de collège et lycée, ainsi qu’aux étudiants préparant l’ agrégation d’histoire.

Lien éditeur

En librairie : « Vertu et politique. Les pratiques des législateurs (1789-2014) »

La vertu politique est-elle une spécificité du régime démocratique ou doit-elle s’imposer à tout régime ?

Les protagonistes de la Révolution française reprennent le questionnement et, dans leur construction d’un nouveau régime politique, ils envisagent d’emblée, dès 1789, la vertu publique comme une nécessité. La naissance d’une république à l’automne 1792 confirme et renforce cette conviction : l’entrée dans un régime d’exception, en 1793, ne la fait pas disparaître. Concrètement, c’est entre autres dans la vie parlementaire que s’est exprimée l’exigence de vertu publique, dès lors que l’engagement politique des législateurs impliquait nombre de conséquences lourdes de sens. Pour garantir son désintéressement, son service prioritaire du public, sa vertu donc, faut-il limiter ses pouvoirs, le nombre de ses mandats, la durée de son cursus honorum ? Faut-il contrôler ses revenus et son train de vie dans ses missions et en-dehors ? Jusqu’où la parole et le geste du député sont-ils libres, couverts par l’inviolabilité décrétée dès 1789 ? Dès lors que la vertu relève d’une exigence révolutionnaire, quelques cas de députés corrompus peuvent-ils suffire à jeter le discrédit sur leurs collègues et à faire naître en France les premiers germes d’un antiparlementarisme ?

Les questions sont posées. Elles ne sont pas seulement pour le temps de la Révolution, mais sont reprises et évoluent au fil des régimes. Si pour les étudier le présent ouvrage entend interroger avant tout le moment clef de la Révolution, il s’intéresse à leurs sources et à leurs prolongements. Aussi invite-t-il à une mise en perspective de plusieurs séquences qui, au cours des XIXe et XXe siècles, ont fait ressurgir, à l’aune des attentes démocratiques des citoyens, la question de al nécessaire vertu des élus.

Cet ouvrage peut être commandé directement auprès de la SER, au prix de 22 €, franco de port. Règlement par chèque, endossable en France, à l’ordre de la Société des études robespierristes (17 rue de la Sorbonne, 75231 PARIS cedex 05).

Lien éditeur

 

Prix Albert Mathiez : offre de souscription de l’ouvrage de Gaïd Andro prolongée jusqu’au 31 août

EN SOUSCRIPTION JUSQU’AU 31 AOUT 2015

Prix Albert Mathiez

Andro

Gaid Andro, Une génération au service de l’Etat. Les procureurs généraux syndics de la Révolution française (1780-1830), Paris, Société des études robespierristes, 2015, 570 p., 26€. ISBN. 978-2-908327-92-2

La littérature et l’historiographie ont souvent été promptes à brocarder la bureaucratie administrative du premier 19e siècle, sa médiocrité, sa servilité et surtout son arbitraire impersonnel. Lorsque que l’on replace cette administration dans son contexte historique, une question s’impose alors : qu’est devenue l’administration révolutionnaire de 1790 ? Comment s’est transformée la figure idéale du magistrat vertueux, élu et reconnu par ses concitoyens comme le dépositaire légitime de la confiance publique ? Renoncement collectif, pragmatisme politique ou échec du projet révolutionnaire, force est de constater qu’en 1830, l’idéal de la régénération administrative fondée sur le contrat social et sur la convergence entre intérêt local et intérêt général a fait long feu. Pour étudier cette évolution et en comprendre les mécanismes, l’analyse doit s’envisager sur le moyen terme de part et d’autre de la rupture révolutionnaire. L’objet de cet ouvrage est donc de suivre une même génération d’administrateurs ayant occupé une fonction essentielle au sein de la pyramide gouvernementale de 1790 : les procureurs généraux syndics de département. Cette institution, unique dans l’histoire de l’Etat français, représente la tentative originale d’un exécutif local élu par les administrés et non nommé par le pouvoir central. L’observation de la vie et de la carrière des 197 procureurs généraux syndics permet d’interroger conjointement le projet révolutionnaire en termes de pensée constitutionnelle et son inévitable confrontation au processus de la radicalisation politique. Par ailleurs, la démarche prosopographique permet de collaborer à une histoire sociale du politique qui questionne le moment matriciel de la Révolution française. Elle incite également à souligner la construction simultanée et contradictoire d’un roman national de la centralisation politique « à la française » et d’une éthique administrative liée à l’héritage révolutionnaire de la fédération des territoires.

Bon de souscription à télécharger et à renvoyer :

Souscription Prix Mathiez ANDRO

Souscription : réimpression de l’Histoire socialiste de la Révolution française de Jaurès

CouvJauresDevenue introuvable depuis plus de vingt ans, l’Histoire socialiste de la Révolution française de Jean Jaurès est pourtant une des plus importantes histoire des événements révolutionnaires jamais écrites. Reconnue comme source d’inspiration majeure par les plus grands historiens à l’échelle internationale, elle fut une des premières histoires de la Révolution qui traita de dimensions jusqu’alors presque inconnues : les mouvements populaires, l’histoire économique mais aussi l’histoire des mouvements révolutionnaires en Europe et les luttes anticoloniales
au sujet desquels presque personne n’avait porté attention avant lui.
Elle est aussi un chef d’oeuvre d’écriture et de lyrisme, évoquant au plus près les acteurs et les scènes tragiques de la Révolution. La présente édition reprend le remarquable travail d’érudition et d’appareil critique d’Albert Soboul, les propos introductifs de Madeleine Rebérioux et Ernest Labrousse, tout en proposant deux nouvelles préfaces des spécialistes actuels reconnus de l’histoire du socialisme (Jean-Numa Ducange) et de la Révolution française (Michel Biard), faisant le point sur les recherches sur Jaurès et la Révolution depuis les années 1970.
Quelques documents annexes, parfois inédits, sur la réception de l’oeuvre, complètent l’ensemble.

Table des matières

Bulletin de souscription

 

SouscriptionJaures

 

Vient de paraître : Jean-Numa Ducange et Michel Biard (dir.), « Passeurs de Révolution »

PasseursCouvMichel BIARD

et Jean-Numa DUCANGE (dir.)

Passeurs

de Révolution

Société des études robespierristes

Collection études révolutionnaires n° 14

Publié avec le soutien du GRHis et de l’IRIHS (Université de Rouen)

 

C’est peu dire que la Révolution française a suscité de multiples débats aux XIXe et XXe siècles. Souvent ceux-ci ont été présentés principalement à travers quelques idées forces ou quelques figures d’historiens ou de politiques. Le présent volume regroupe une série de contributions qui entend s’intéresser davantage aux « passeurs » concrets de la culture révolutionnaire sous diverses formes : militants, traducteurs, éditeurs, journalistes, enseignants et universitaires peu connus… « Seconds couteaux » en quelque sorte, mais sans lesquels pourtant la transmission de l’histoire de la Révolution française jusqu’à nos jours aurait été impossible.

Contre l’idée d’une transmission simple et continue, les auteurs interrogent les contradictions qui ont traversé les héritages au sein des gauches : de l’extrême gauche critique des Robespierristes à la gauche libérale voyant l’amorce du totalitarisme en 1789, on mesure combien les passeurs furent divers et variés. Ambiguïtés et contradictions qui livrent un panorama plus riche que les lectures habituellement présentées.

Essentiellement centré sur l’espace francophone, l’ouvrage propose également des éclairages sur des « passeurs » présents dans d’autres pays afin de comprendre les réceptions et interprétations croisées de l’héritage révolutionnaire à l’étranger; notamment aux Etats-Unis et en Italie. Il offre ainsi des clefs de compréhension pour une vision internationale des débats autour des modèles révolutionnaires au XXe siècle. Les contributions sont accompagnées d’une série de sources reproduites en annexe, rares, voire inédites.

En souscription jusqu’au 16 novembre 2013 : 16 € (frais de port inclus) 

Télécharger la table des matières et le bon de commande :

Table des Matieres