Archives de catégorie : Non classé

Théâtre : La mort de Danton à la MC93 (Bobigny) du 9 mars au 1er avril

La mort de Dantonde George Büchner

mise en scène par Georges Lavaudant

avec Avec Gilles Arbona, Astrid Bas, Frédéric Borie, Jean-Michel Cannone, François Caron, Jean-François Lapalus, Roch Leibovici, Philippe Morier-Genoud, Fabien Orcier, Annie Perret, Patrick Pineau, Julie Pouillon, Jean-Philippe Salério, Anne Sée, Bernard Vergne

« J’aime mieux être guillotiné que guillotineur » / Acte 2 scène 1

Le 25 Avril 2002, dans une mise en scène qui a fait date, Georges Lavaudant a déjà présenté sa vision de La Mort de Danton. S’il y revient, c’est qu’il y a aujourd’hui urgence. Rappelez-vous, c’était hier ou presque, quatre jours plus tôt pour être précis, le 21 Avril 2002 : on se croyait entrés dans la fin de l’Histoire. On se persuadait que l’économie seule régissait nos vies. La politique n’était plus qu’un jeu d’ombres. Tout paraissait joué…

Dix ans plus tard, la recréation de La Mort de Danton est l’occasion de reformuler des interrogations essentielles. Devant nous, avec nous, les protagonistes débattent de grandes questions esthétiques, métaphysiques – politiques, toujours. L’exercice de la pensée est omniprésent tout au long du drame. Büchner pousse le versant réflexif de l’art dramatique plus loin que personne avant lui. Mais les questions qui se posent sur ce théâtre d’idées sont toutes de chair et de sang, terriblement urgentes et concrètes. Par exemple : faut-il tuer pour ses convictions, ou mourir pour elles ? « J’aime mieux être guillotiné que guillotineur », répond Danton – mais Robespierre a-t-il tort pour autant ? Büchner, génialement, refuse tout verdict facile. C’est qu’il se veut poète, lui qui note dans une lettre à sa famille : « le poète dramatique n’est à mes yeux rien d’autre qu’un historien, mais se tient au-dessus de ce dernier dans la mesure où il crée pour nous l’histoire une deuxième fois […] ». Büchner, inventeur de réalité, nous montre « des caractères au lieu de caractéristiques et des figures au lieu de descriptions ». C’est en poète qu’il donne à voir des existences à notre image qui se battent et qui pensent, avançant à tâtons dans le chaos du temps.

Tarif préférentiel de 15 euros au lieu de 25 euros pour le public de la Société des études robespierristes. Pour bénéficier de ce tarif préférentiel, il est nécessaire de réserver par téléphone au numéro indiqué ci-dessous en indiquant vouloir profiter de l’offre au titre de la SER.

Pour en savoir plus : http://www.mc93.com/fr/2011-2012/la-mort-de-danton

RÉSERVATION 01 41 60 72 72 / WWW.MC93.COM

Conférence : La Révolution francaise à travers le cinéma francais et anglo-saxon

Conférence de Pascal Dupuy, maître de conférence à l’université de Rouen, organisée par La Société des Amis de la Révolution française (SARF) – Club René Levasseur de la Sarthe, le samedi 16 mars 2012, à 20h15, IUFM du Mans (salle des conférences), 11 bd Pythagore, Université du Maine. Projection de nombreux extraits de films.

Informations : sarf72@numericable.fr, et www.sarf72.fr

Correspondance de Rachida Tlili Sellaouti – Nouvelles de la Faculté des Lettres de la Manouba (Tunisie)

Rachida Tlili Sellaouti, qui a été membre du Conseil d’administration de la Société des études robespierristes (1999-2011), nous a demandé de relayer le texte ci-dessous. La Société, en le publiant sur son site, s’associe à la dénonciation des faits ici rapportés et proteste contre les atteintes aux droits les plus élémentaires que subissent actuellement enseignants et étudiants tunisiens.

La Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’université de la Manouba (FLAHM) est, au moment où j’écris et depuis le 28 novembre 2011, occupée par un groupuscule d’étudiants à la mode « salafiste ». Il  exige le port du niqab par les étudiantes « qui le désirent » pendants les cours, au nom des  libertés individuelles.  Dans la virulence de leurs revendications, ils ont agressé physiquement le doyen, l’historien Habib Kazdaghli ainsi que un collègue syndicaliste, M. Habib Mellakh. Des collègues femmes ont été agressées verbalement… tans dis que les autorités tardent à intervenir.

Les faits :

En fait, la question du niqab commence à être agitée dans l’enceinte de la faculté depuis la fin du mois d’octobre (calendrier électoral aidant) au moment où une étudiante refuse de dévoiler son visage en cours.

Le 2 novembre, le doyen réunit les membres élus du conseil scientifique, représentants aussi bien les étudiants que les professeurs. Le règlement intérieur qui est alors adopté interdit le niqab dans les salles de cours et lors des examens pour des raisons strictement pédagogiques et sécuritaires (la Révolution ayant permis de  « dégager » la police des enceintes des universités), mais permet de le porter dans tous les autres espaces de la faculté.

L’Université propose par ailleurs de mettre à disposition des étudiants, à une très courte distance de la faculté, un espace de prière décent (deuxième revendication du groupuscule des étudiants avec le niqab) commun au campus universitaire de la Manouba, réunissant 30 000 étudiants.

Rien n’y fait, les évènements s’enchaînent et la situation se dégrade :

– 28 novembre, un groupe d’une centaine de personnes – pour la plupart non inscrites à la faculté – interrompt bruyamment les cours et empêche la tenue des examens.

– 29 novembre, des personnes étrangères à la faculté à qui l’on tente d’interdire l’entrée forcent le passage et bousculent le doyen. Les enseignants décident, alors, de protester contre la violence des attaques par une grève.

– 6 décembre, les «sit-inneurs», déjà bien installés dans les bureaux de l’administration, décident cette fois-ci d’interdire au doyen l’accès à son bureau. Une fois de plus c’est l’option de la violence qui est choisie : bousculade, menace verbale et physique… Un enseignant sera même transporté à l’hôpital.

Le conseil scientifique élargi décide de fermer la faculté et de demander, alors qu’il s’y était toujours refusé jusque là, l’intervention des forces de sécurité publique afin d’évacuer les intrus. Le gouvernement sortant est resté sourd et indifférent à cet appel. Depuis le 6 décembre, les cours sont interrompus et les locaux administratifs occupés. Le doyen, le personnel administratif, les enseignants et les 8.000 étudiants attendent en vain.

Tandis que le groupuscule d’étudiants soutenu par un renfort continu de personnes totalement étrangères à la faculté, au mode vestimentaire « salafiste » occupent la faculté et saturent l’espace à coups de décibels (haut-parleurs ) diffusant prêches et prières. Ils rejettent toute décision du Conseil Scientifique remettant en cause sa légitimité en tant que instance élue, comme ils rejettent toute justification pédagogie, éthique, sécuritaire… que pose le port du niqab dans les salles de cours, et ne retiennent que leurs seules allégations à savoir que les étudiantes sont «souillées» par le regard des professeurs. En fait, pour plusieurs raisons, la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’Université de la Manouba est avant tout le symbole à abattre.

Très tôt, de nombreux partis politiques ainsi que l’Union générale des travailleurs tunisiens (Ugtt, centrale syndicale la plus importante du pays) manifestent leur inquiétude et leur solidarité. En face, les autorités et instances de tutelles confondues affichent une fin de non recevoir.

Situation actuelle

Suite aux dernières médiations :

– une commission ad hoc créée par le conseil de l’université de la Manouba a engagé des discussions par l’intermédiaire de certains professeurs avec les sit-ineurs,

– des démarches entreprises par l’autorité de tutelle pour amener les personnes étrangères à lever le sit-in.

Le ministre avait promis aux membres du conseil scientifique et aux représentants des  différents syndicats de l’institution (UGTT pour les enseignants, ouvriers, fonctionnaires, UGET pour les étudiants) qu’il avait reçus samedi dernier, d’œuvrer en vue du retrait des sit-ineurs étrangers à la faculté de son enceinte et de convaincre les étudiants de la FLAHM de transférer le sit-in des bureaux du doyen à un autre endroit de sorte qu’il n’entrave pas le déroulement des cours et le fonctionnement normal de l’administration, étant donné, considère-t-il,  que le sit-in et la manifestation sont un droit sacré. Le 2 janvier 2012, les rapports des différents médiateurs, ceux des membres du personnel administratif dépêchés à la faculté ont fait état de l’irruption massive de nouveaux sit-ineurs en soutien à leurs camarades. Constatant cet état de fait, l’assemblée générale réunie successivement les 2 et 3 janvier dans les locaux de l’Université, convaincue de l’absence des conditions pour une reprise normale des cours, en raison du renforcement du sit-in, a recommandé au conseil scientifique de maintenir la fermeture de l’institution jusqu’au retour à la normale et a décidé un rassemblement au ministère de l’enseignement supérieur à partir du mercredi 4 janvier 2012 pour inciter les autorités à obliger les sit-ineurs à se retirer de la faculté.

Rachida Tlili Sellaouti

Professeur d’histoire – FLAHM

Le 4 janvier 2012

Pétition pour un musée Robespierre à Arras

L’association « Les Amis de Robespierre » a lancé sur son site internet une pétition pour réclamer la création d’un musée Robespierre à Arras. A ce jour l’initiative a déjà reçu le soutien de plusieurs centaines de signataires en France et à l’étranger. Les informations relatives à la pétition se trouvent à l’adresse ci-dessous :

http://www.amis-robespierre.org/robespierre/

Pour une rue Robespierre à Paris

détournement plaque rue Robespierre Un nouvel appel en faveur d’une rue Robespierre dans la capitale a été lancé à l’initiative des élus PCF et PG du Conseil Municipal de Paris et publiée dans le journal L’Humanité mercredi 14 juin 2011.

Pour une rue Robespierre à Paris

Grâce à la préemption de l’Etat lors de la mise en vente aux enchères du 18 mai dernier, les manuscrits de Robespierre et Le Bas rejoindront les collections des Archives nationales. La souscription lancée à l’initiative de la Société des études robespierristes et l’Institut d’Histoire de la Révolution française, ainsi que la mobilisation d’historiens et d’élus de sensibilités diverses, ont contribué à ce que ce précieux patrimoine ne soit pas dispersé. Pendant les semaines qui ont précédé la préemption, ce sont des milliers de citoyens qui ont souhaité témoigner leur attachement à la figure de « l’Incorruptible » par un versement à la souscription (plus de 120 000 euros en tout) ; nombreux sont ceux également qui, signalant par un bref mot n’avoir aucune sympathie particulière à l’égard du personnage, trouvaient scandaleux qu’une figure majeure de l’histoire de France puisse être ainsi oubliée.

Et pourtant, malgré sa place éminente dans le patrimoine républicain et ses interventions sur de nombreux sujets qui restent d’une constante actualité pour notre démocratie (notamment la défense des indigents et celle des valeurs d’intégrité et d’égalité), aucun nom de rue n’est donné à Robespierre à Paris, dont il fut pourtant un des députés les plus célèbres. Robespierre, figure trop « controversée » ? Paris ne manque pas de rues aux noms divers et variés non moins controversés, que personne d’ailleurs ne songerait à remettre en cause aujourd’hui.

C’est la raison pour laquelle il est enfin temps que le Conseil de Paris lors de sa prochaine session donne un nom de rue ou de place à Robespierre dans la capitale française.

 

SIGNATAIRES :

Sylvie Aprile, Professeure (Université de Lille), Présidente de la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle

Michel Biard, Professeur (Université de Rouen), Président de la Société des études robespierristes

Philippe Bourdin, Professeur (Université de Clermont-Ferrand)

Ian Brossat, Conseiller de Paris (PCF), Président du groupe communiste et élus du Parti de gauche

Gilles Candar, Professeur en classes préparatoires (Le Mans), Président de la Société d’études jaurésiennes

Alexis Corbière, Conseiller de Paris (PG), Premier adjoint du 12e arrondissement

Jean-Numa Ducange, Maître de conférences (Université de Rouen)

Florence Gauthier, Maître de conférences (Paris VII)

Hervé Leuwers, Professeur (Université de Lille), Directeur des Annales historiques de la Révolution française

Pierre Serna, Professeur (Université de Paris I), Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française

Jean-Marc Schiappa, historien, Président de l’Institut de Recherches et d’Études de la Libre Pensée

Danielle Simonnet, Conseillère de Paris (PG) du 20e arrondissement

Manuscrits de Robespierre aux enchères : appel de la SER pour une souscription publique

Chers amis,

Vous avez peut-être appris par la presse la mise en vente aux enchères de quelque 150 pages de manuscrits de Robespierre, par Sotheby’s France, le 18 mai. Il s’agit d’un dossier qui avait été mis à l’abri par la famille du conventionnel Lebas, après son suicide, et qui réapparaît deux siècles plus tard. Il est évident que la place de ces papiers serait une collection publique et qu’ils ne doivent pas être dispersés chez des collectionneurs privés.

Il s’agit, au sens propre, d’un patrimoine national.

La Société des études robespierristes avait d’abord décidé d’observer la confidentialité nécessaire, pour éviter les manœuvres haussières susceptibles de faire échouer une décision de préemption publique (qui, il faut le rappeler, est toujours définie par le comptable public, avec une enveloppe préétablie). Son président, Philippe Bourdin, a donc adressé une série de lettres aux deux institutions susceptibles d’acheter, la Bibliothèque Nationale de France et les Archives Nationales. Il semble que la première ait décidé de renvoyer la balle à la seconde, qui observe un profond silence. Dans ces conditions, une lettre signée par une série d’historiens d’orientations très diverses a été adressée aux deux ministres concernés pour leur signaler la gravité de la chose.

Dans le même temps, Pierre Serna (Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française) a signalé dans une tribune publiée dans Le Monde le danger que représente cette vente aux enchères (http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/05/03/il-faut-sauver-robespierre_1516206_3232.html) et un des ministres concernés a été joint, avec la semi réponse du « pas au courant » qui est une façon de se dédouaner. En d’autres termes, la situation commence un peu à évoluer.

À ce stade, les délais restants rendent impossible tout retard supplémentaire : la vente a lieu le 18 mai. Nous pouvons, dans le cadre de nos statuts, en nous associant à d’autres acteurs qui en ont la possibilité juridique ou non, individus ou associations, collectivités locales, etc., rendre possible une souscription publique, complémentaire à l’action d’état.

Dans ce cadre, nous vous proposons de nous adresser de toute urgence des chèques, établis par vous ou par des personnes de votre connaissance à l’ordre de la Société des études robespierristes, mention « Pour les manuscrits de Robespierre » et adressés à notre Société, au 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05.

Si l’opération se concrétise, ces chèques, dans la limite de 20 % du revenu imposable, permettront aux souscripteurs de recevoir un reçu dont ils pourront directement faire déduire 66,66 % de leur impôt sur le revenu de 2011. Si notre contribution à l’achat n’a finalement pas lieu, nous détruirons et/ou renverrons évidemment ces chèques aux souscripteurs.

Bien cordialement

Pour la Société des études robespierristes,

Philippe Bourdin, président, Serge Aberdam, secrétaire général, Cyril Triolaire, trésorier.