Archives de catégorie : Manuscrits de Robespierre

1er juin 2013 : Robespierre aux Archives nationales !

RobespierreBusteActeurs de la Révolution

Robespierre et les autres

conférence – débat

(1ère rencontre Archives nationales – AHRF)

 

Samedi 1er juin 2013, 14h-16h

Archives nationales, site de Pierrefitte-sur-Seine

(métro ligne 13, station Saint-Denis-Université)

Entrée libre

 

A l’occasion de la sortie du premier numéro bilingue des Annales historiques de la Révolution française, consacré à Robespierre (2013-1), les Archives nationales et les AHRF organisent une conférence-débat sur les « Acteurs de la Révolution. Robespierre et les autres ». Elle invite à des regards d’historiens et d’archivistes sur les archives de Robespierre et d’autres révolutionnaires.

A cette occasion, des manuscrits de Robespierre seront exposés.

Une visite des Archives nationales de Pierrefitte sera proposée à 16 h, à l’issue de la conférence.

Inscription aux conférences et/ou à la visite des archives sur le doodle : http://www.doodle.com/sr24kw6ek9mxyqi5

 

Programme : 

14 h. Accueil : Archives nationales (Bruno Galland), AHRF (Hervé Leuwers, Université Lille 3)

Michel Biard (Université de Rouen), Robespierre, des légendes à l’histoire

Yann Potin (Archives nationales), Un panthéon de signatures ? Les autographes déposés dans l’Armoire de fer des Archives nationales au XIXe siècle.

Pause

Nicole Brondel (Archives nationales), Collections d’autographes révolutionnaires : la série AA.

Cyril Triolaire (SER), Retour sur l’acquisition des papiers Robespierre.

 

16 h. Visite des Archives nationales de Pierrefitte-sur-Seine

 

En présence de manuscrits de Robespierre …

En librairie : « Robespierre, portraits croisés », sous la direction de Michel Biard et Philippe Bourdin.

CouvRobespierreArmandColinMichel Biard et Philippe Bourdin (dir.), Robespierre. Portraits croisés, Armand Colin, coll. Essais, 2012, 288 p. 24,50 € ; ISBN : 978-2-200-27771-0

Résumé de l’éditeur :

Le nom de Robespierre est indissociablement lié à la Révolution française et à la Terreur, et résonne d’abord comme un symbole très controversé. Derrière l’image commune, qui réduit l’homme et son action à une simple caricature, quelles furent véritablement ses positions sur les grandes questions de son temps ? Cette approche originale à plusieurs voix, rédigée par un groupe de spécialistes internationaux, décrypte et fait revivre ainsi un homme de conviction, complexe et secret.

 

Présentation de l’ouvrage par Michel Biard à la librairie La Galerne (22 janvier 2013) : 

Table des matières :

Michel Biard et Philippe Bourdin, Robespierre en questions.

Hervé Leuwers (Professeur à l’Université Lille 3, IRHiS), Un avocat entre le Palais et l’espace public.

Claude Mazauric  (Professeur émérite à l’Université de Rouen, GRHis), Maximilien Robespierre dans l’ombre vivante de Jean-Jacques Rousseau.

Peter McPhee (Professeur à l’Université de Melbourne), La jeunesse de Maximilien Robespierre et ses attitudes envers la famille pendant la Révolution.

Jean-Pierre Gross (Docteur en Histoire), Robespierre, militant des droits de l’homme et du citoyen.

Jean Bart (Professeur émérite à l’Université de Bourgogne), Robespierre et l’abolition du “meurtre juridique”.

Bernard Gainot (Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHRF), Robespierre et la question coloniale.

Marc Belissa (Maître de conférences à l’Université Paris Ouest, CHISCO), Robespierre et la guerre.

Philippe Bourdin (Professeur à l’Université de Clermont-Ferrand, CHEC), L’éducation selon Robespierre.

Paul Chopelin (Maître de conférences à l’Université Lyon 3, LARHRA), Le mythe du « grand prêtre » de la Révolution. Robespierre, la religion et l’Être Suprême.

Jean-Pierre Jessenne (Professeur émérite à l’Université Lille 3, IRHiS), Robespierre, au défi de l’égalité et des politiques sociales.

Pierre Serna (Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHRF), Robespierre fait la Polis (janvier 1793 – avril 1794).

Guillaume Mazeau (Maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IHRF), Robespierre dictateur ?

Michel Biard, (Professeur à l’Université de Rouen, GRHis), La double mort de Robespierre.

Annie Duprat (Professeur à l’Université de Versailles-Saint-Quentin) et Laurent Bihl ( ?), Incarner la Révolution : les figures de Robespierre.

Jean-Numa Ducange et Pascal Dupuy (Maîtres de conférences à l’Université de Rouen, GRHis), Historiographie et postérité : « Par pitié, dites-nous simplement : quel fut Robespierre » (Marc Bloch).

Chronologie.

Bibliographie.

Manuscrits de Robespierre : réception Ministère de la Culture / Archives Nationales

L’entrée dans les collections publiques des manuscrits inédits de Robespierre et Lebas a été largement rendue possible par la souscription lancée par la Société des études robespierristes au printemps dernier. Après la réunion fraternelle et républicaine organisée avec succès le 5 novembre dernier à Ivry-sur-Seine, le ministre de la Culture et de la Communication, M. Frédéric Mitterrand, et Mme. Agnès Magnien, directrice des Archives Nationales, souhaitent à leur tour réunir les donateurs.
Aussi êtes-vous invité(e) à la cérémonie organisée le jeudi 15 décembre à 11h30 à l’Hôtel de Soubise (60 rue des Francs-Bourgois, 75003 PARIS) en l’honneur des donateurs ayant permis l’acquisition des manuscrits.
Nous vous prions de bien vouloir confirmer le plus rapidement possible votre présence par mail à : communication.archives-nationales@culture.gouv.fr
Dans l’attente de vous retrouver à cette occasion.
Salut et fraternité.

Souscription pour les manuscrits de Robespierre : une fête fraternelle conclut une mobilisation citoyenne sans précédent.

Le 5 novembre dernier, la Société des études robespierristes avait convié l’ensemble des donateurs à Ivry-sur-Seine pour célébrer le « rachat » par l’Etat des manuscrits de Robespierre. Après une prise de parole des représentants des associations à l’origine de la souscription et des élus qui l’ont soutenue, Cyril Triolaire, trésorier de la SER, a remis officiellement à Bruno Galland, directeur scientifique des Archives Nationales, un chèque d’un montant de 118 000 euros. La fête fraternelle, à laquelle ont participé plus de 200 personnes, s’est poursuivie avec la projection du film d’Hervé Pernot consacré à Robespierre, suivie d’un débat avec le réalisateur.

Une mobilisation citoyenne inédite

La mobilisation des organisations scientifiques, universitaires, politiques et associatives , mais aussi de plus d’un millier de citoyens de tous âges et de toutes origines géographiques a porté ses fruits. En alertant d’abord sur l’imminence de la vente par Sotheby’s des manuscrits de Maximilien Robespierre conservés pendant deux siècles par la famille Lebas, puis en rassemblant une importante somme d’argent, elle a permis la préemption et le rachat des manuscrits par l’Etat et leur entrée définitive dans les collections publiques. Le samedi 5 novembre, en la salle « Robespierre » d’Ivry-sur-Seine, agrémentée pour l’occasion de deux expositions consacrées à l’histoire de la Révolution française, d’une sélection de lettres des donateurs et de la projection en continue des manuscrits numérisés, la SER a remis l’ensemble des fonds collectés au printemps, soit la somme de 118 000 euros, à Bruno Galland, représentant de l’Etat.

De gauche à droite : S.Aberdam, J.Ralite, S.Gosnat, C.Lemorton, P.Bourdin et B.Galland.

Le rôle de la Société des études robespierristes dans l’espace public

Au cours de cette cérémonie les principaux acteurs de la mobilisation se sont succédé à la tribune. Serge Aberdam, secrétaire général de la SER, a ouvert la journée en rappelant le caractère « irremplaçable » de Robespierre pour quiconque, robespierriste ou non, voudrait avoir sur la Révolution française « un point de vue d’ensemble ». Puis Pierre Gosnat, député-maire d’Ivry, a accueilli les participants dans cette belle salle municipale et fait part de sa volonté de contribuer, avec sa ville, à la pérennité des activités de la SER. En l’absence de Michel Biard, président de la SER, retenu par une mission universitaire au Japon, c’est Philippe Bourdin, président sortant qui a pris la parole. Dans son allocution (texte téléchargeable ici : Discours P.Bourdin) celui-ci a souligné les difficultés auxquelles la mobilisation a dû faire face dans un contexte politique peu favorable, avec un pouvoir très soucieux de l’histoire nationale certes, mais à condition qu’il puisse l’encadrer au plus près et l’instrumentaliser à son profit. En organisant avec d’autres la souscription, la Société des études robespierristes, a-t-il ajouté, a démontré la pertinence de son statut d’association reconnue d’utilité publique.

Présents aux côtés des associations, organisations et institutions tout au long du combat, les élus qui ont relayé la mobilisation de façon décisive dans leur assemblée respective ont également pris la parole. Dans une intervention brève mais colorée, C. Lemorton, députée socialiste de Haute-Garonne, a raconté comment elle avait tenu à citer Robespierre dans l’hémicycle malgré les quolibets et les sifflets des parlementaires de droite. La sauvegarde de ces manuscrits, a-t-elle ensuite expliqué, est une chance à saisir pour « reparler de Robespierre ». Jack Ralite, ancien sénateur communiste de Seine-Saint-Denis, a insisté pour voir dans le succès de l’initiative la preuve de « l’attachement silencieux » des citoyens à la figure de Robespierre. S’adressant à la Société des études robespierristes et plus généralement aux historiens, il a fait part de l’urgence qu’il y aurait à publier un petit livre sur l’Incorruptible car la nécessité de connaître et faire connaître Robespierre s’impose aujourd’hui comme une évidence. Version robespierriste de l’injonction de Stéphane Hessel à s’indigner, le sénateur a proposé enfin de lancer dans le pays un nouveau mot d’ordre : « incorruptibilisez-vous » !

Intervenant en dernier, le directeur scientifique des Archives Nationales, Bruno Galland, qui représentait le directeur du patrimoine empêché à la dernière minute, a su trouver des mots justes pour remercier les donateurs, saluer la démarche et rappeler les missions du service public que sont les Archives Nationales. Sa prestation a été appréciée de tous.

 

[VIDEO. 16’ extraits des discours de Aberdam, Gosnat, Bourdin, Lemorton, Ralite, Galland + remise du chèque]

 

Une initiative originale qui invite les spécialistes de la période révolutionnaire à s’adresser davantage au grand public

Le 5 novembre, de 14h30 à 18h30, ce sont 200 à 300 personnes qui ont fréquenté la fête, avec une variation et une rotation selon les intérêts de chacun. Le film de Hervé Pernot, Robespierre, a été présenté par lui-même et projeté dans de bonnes conditions techniques. Il a rencontré un réel intérêt auprès d’un public large. Les spécialistes, bien entendu, en jugent chacun selon son opinion et le débat aurait pu durer plus longtemps. Au final, il s’agit d’un événement à la fois riche (expositions multiples, tables de livres, film, projection des manuscrits) et chaleureux.

La réussite de la mobilisation et le succès rencontré par cette fête fraternelle conduisent à s’interroger sur la place retrouvée de la Société des études robespierristes dans l’espace public. Cette « vieille dame centenaire sans domicile fixe », comme s’est amusé à rappeler Philippe Bourdin, a su rassembler, fédérer et mener à bien une souscription de grande envergure pour un objectif qui était loin d’être gagné d’avance. L’écho rencontré par cette initiative est une invitation à assumer un rôle citoyen qui dépasse les murs de l’université. Certes, la perspective du 220e anniversaire de la réunion de la Convention et de la naissance de la République n’a pas suscité les discussions espérées, mais l’heure était surtout à la fête. Il appartient désormais à la SER et à ses partenaires, à partir des liens tissés ces derniers mois avec les associations, avec les donateurs – dont un certain nombre a manifesté le désir de nous rejoindre –, mais aussi avec la presse qui a très largement relayé nos initiatives, de construire des manifestations de nature scientifique tournée vers le grand public. Il existe dans le pays une demande très vive pour débattre de l’histoire nationale et une soif de savoirs scientifiquement élaborées pour alimenter ces discussions auxquelles la SER a toute légitimité à contribuer.

Julien Louvrier

Manuscrits de Robespierre : Fête fraternelle le 5 novembre

Le 5 novembre prochain, à partir de 14h, au centre le Robespierre à Ivry-sur-Seine (2 rue Robespierre, métro ligne 7, Mairie d’Ivry), la Société des études robespierristes organise une fête fraternelle et républicaine pour célébrer l’entrée dans les collections publiques des manuscrits inédits de Robespierre.

Que vous ayez ou non participé à la souscription nationale qui a permis de sauvegarder les manuscrits de l’Incorruptible et de Lebas, vous êtes le bienvenu(e) à cette réunion publique au cours de laquelle sera projeté le film Robespierre d’Hervé Pernot (suivi d’un débat en présence du réalisateur). Elle sera aussi l’occasion d’évoquer l’actualité des études sur la Révolution française, de découvrir les publications de notre Société et des associations amies partenaires de l’opération, ainsi que de discuter du 220e anniversaire, le 21 septembre 2012, de la réunion de la Convention nationale et de la naissance de la Première République, qu’il conviendra de célébrer.

Afin de pouvoir vous accueillir dans les meilleures conditions et d’entrechoquer nos verres de la meilleure manière, nous vous encourageons à vous inscrire dès à présent (en cliquant sur le lien) et d’imiter celles et ceux qui nous ont déjà assurés de leur présence.

Manuscrits de Robespierre : communiqué à l’attention des donateurs

Chers amis,

La souscription nationale à l’initiative de la Société des études robespierristes a permis de faire entrer les manuscrits inédits de Robespierre et de Le Bas dans les collections publiques françaises. Les centres de recherche universitaires, au premier rang desquels l’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris 1), les associations et les particuliers, se sont mobilisés en nombre pour faire de cette opération inédite un succès.

Les dons versés ont été enregistrés durant l’été et ouvriront droit à une déduction fiscale, comme le statut de notre société le permet. Dans le courant de la dernière semaine de septembre, chaque donateur recevra un reçu fiscal ainsi qu’une invitation à venir fêter cette sauvegarde au centre Le Robespierre, à Ivry-sur-Seine, le samedi 5 novembre prochain. Cette manifestation sera l’occasion pour chacun, associations et particuliers, de se rencontrer fraternellement.

Auparavant, les manuscrits de Robespierre et Le Bas seront exposés publiquement au ministère de la Culture, rue de Valois (Paris, 1er arrondissement), les 17 et 18 septembre prochains à l’occasion des Journées du Patrimoine.

Nous vous encourageons à consulter notre site internet ultérieurement pour de plus amples informations ; dans l’attente de vous rencontrer à l’une ou l’autre de ces occasions.

Salut et fraternité.

Les manuscrits de Robespierre et Le Bas entrent dans les collections nationales.

La préemption au nom de l’Etat des manuscrits de Robespierre et Le Bas mis en vente chez Sotheby’s le 18 mai dernier supposait la réunion sous quinzaine des fonds nécessaires à leur acquisition (d’un montant de 813 000 euros, auquel s’ajoutent des taxes importantes). La Société des études robespierristes avait lancé une souscription publique afin de contribuer à cette acquisition et de rendre ainsi possible le montage financier indispensable à la finalisation de la préemption. Cette souscription, dont la date limite avait été fixée au 31 mai 2011, a mobilisé un millier de citoyen(ne)s, ainsi que des associations, et permis de rassembler environ 125 000 euros à la date du 1er juin. Les chèques et virements arrivant encore dans les jours prochains seront pris en compte, mais pas au-delà de la date du 10 juin 2011. La Société des études robespierristes et l’Institut d’histoire de la Révolution française remercient vivement l’ensemble de ceux et celles qui se sont mobilisés pour cette souscription d’un genre inédit, témoignage d’une vigilance qui ne restera pas sans suite.

Le bureau de la Société des études robespierristes

Manuscrits de Robespierre : Communiqué de presse de la Société des Etudes Robespierristes et de l’Institut d’Histoire de la Révolution française

L’État a finalement exercé son droit de préemption à l’occasion de la vente aux enchères des manuscrits de Robespierre chez Sotheby’s, à Paris, le mercredi 18 mai.

La Société des études robespierristes, l’Institut d’Histoire de la Révolution française (CNRS/Paris I Panthéon Sorbonne) et tous ceux, associations et citoyen(ne)s, qui se sont mobilisés se réjouissent de cette heureuse nouvelle. Notre élan collectif consacre la conception de fonds d’archives ouverts au public et la patrimonialisation de pièces indispensables à la juste appréciation de l’Histoire de la Révolution française.

La direction des Archives Nationales, représentée dans la salle des ventes, a préempté à l’issue de l’enchère sur les lots n°31 (Lebas) et n°32 (Robespierre), en se faisant à chaque fois chaleureusement applaudir par l’assistance. Les prix sont très élevés, le total se chiffrant à 979 400 euros (respectivement 65 000 et 750 000 euros pour chacun des lots, plus les taxes). Les Archives Nationales disposent de 15 jours, à dater du 18 mai, pour réunir la somme nécessaire. La souscription nationale lancée par la Société des études robespierristes a permis de recueillir jusqu’à présent près de 100 000 euros de dons et promesses de dons.

Cependant à l’heure actuelle, la somme totale n’est encore pas réunie dans son intégralité et le risque demeure de voir l’Etat dans l’incapacité de la verser le jour voulu.

Il faut donc se mobiliser encore davantage. D’autres institutions et collectivités locales, tels la ville d’Arras, le conseil général du Pas-de-Calais, la région Nord, la Ville de Paris, mais aussi l’Assemblée nationale et le Sénat, pourraient participer à ce sauvetage.

Ces documents précieux ne sont pas appelés à dormir dans des cartons, mais seront étudiés et surtout pourront être montrés dans des expositions, puis être édités et diffusés largement.

C’est pourquoi la Société des études robespierristes et l’Institut d’Histoire de la Révolution française appellent à poursuivre l’effort engagé et invitent tous les citoyen(ne)s qui le souhaitent à s’y associer, comme l’ensemble des collectivités locales. De l’amplification des dons résultera enfin l’acquisition définitive de ces précieux manuscrits.

Les sommes versées donneront droit pour les particuliers à une réduction d’impôt équivalente aux deux tiers du don (dans la limite de 20% du revenu imposable). Les chèques libellés à l’ordre de la Société des études robespierristes (SER) et porteurs de la mention « Pour les manuscrits de Robespierre » sont à adresser à cette Société avant le 31 mai, au 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05. Les donateurs qui le souhaitent peuvent faire parvenir leur don par virement bancaire sur le compte de la Société des études robespierristes en notifiant « Pour les manuscrits de Robespierre » dans le formulaire de transfert (demander le RIB/code IBAN à contact@revolution-francaise.fr).

Michel Biard, Président de la Société des études robespierristes, Pierre Serna, Directeur de l’Institut d’Histoire de la Révolution française.

 

Manuscrits de Robespierre : communiqué de la SER, 19 mai 2011.

L’État français a finalement exercé son droit de préemption à l’occasion de la vente aux enchères des manuscrits inédits de Robespierre chez Sotheby’s, à Paris, le mercredi 18 mai.

La Société des études robespierristes et tous ceux qui se sont mobilisés se réjouissent de cette heureuse nouvelle. Notre élan collectif consacre la conception de fonds d’archives ouverts au public et la patrimonialisation de pièces indispensables à la juste appréciation de l’Histoire de la Révolution française.

La direction des Archives Nationales, représentée dans la salle des ventes, a préempté à l’issue de l’enchère sur les lots n°31 (Lebas) et n°32 (Robespierre), en se faisant à chaque fois chaleureusement applaudir. Les prix sont très élevés, le total se chiffrant à 979 400 euros (respectivement 65 000 et 750 000 euros pour chacun des lots, plus les taxes). Les Archives Nationales disposent désormais de 15 jours pour compléter le tour de table financier et réunir la somme. La souscription nationale lancée par la Société des études robespierristes a permis de recueillir jusqu’à présent près de 100 000 euros de dons et promesses de dons. Peut-être avez-vous-même déjà participé à cet élan et nous vous en remercions fraternellement. La mobilisation a porté ses fruits, mais il faut poursuivre la collecte.

C’est pourquoi la Société des études robespierristes appelle à poursuivre l’effort engagé et invite tous les citoyens qui le souhaitent à s’y associer, mais également l’ensemble des collectivités locales. De l’amplification des dons résultera enfin l’acquisition définitive de ces précieux manuscrits.

Les sommes versées donneront droit à une réduction d’impôt équivalente aux deux tiers du don (don dans la limite de 20% du revenu imposable). Les chèques libellés à l’ordre de la Société des études robespierristes (SER) et porteurs de la mention « Pour les manuscrits de Robespierre » sont à adresser à notre Société, au 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05.

Les donateurs qui le souhaitent peuvent également faire parvenir leur don par virement bancaire sur le compte de la Société des études robespierristes en notifiant « Pour les manuscrits de Robespierre » dans le formulaire de transfert (demander le RIB/code IBAN à contact@revolution-francaise.fr).

Chacun est invité à suivre l’évolution quotidienne de cette souscription publique nationale en consultant régulièrement le site internet (www.revolution-francaise.fr) et la page facebook (www.facebook.com/etudes.robespierristes) de la Société des études robespierristes. En vous remerciant de bien vouloir faire toute la publicité nécessaire à cette action.

Bien cordialement.

Pour la Société des études robespierristes, Philippe Bourdin, président, Serge Aberdam, secrétaire général, Cyril Triolaire, trésorier, Julien Louvrier, webmaster/membre du CA de la SER.

Dernière minute – Les manuscrits de Robespierre devraient rester en France, la souscription se poursuit

L’Etat français a finalement exercé son droit de préemption à l’occasion de la vente des manuscrits inédit de Robespierre chez Sotheby’s à Paris ce jour. La direction des Archives Nationale représentée dans la salle a préempté à l’issue de l’enchère sur les deux lots, 31 (Lebas) et 32 (Robespierre), en se faisant à chaque fois applaudir. Les prix sont très élevés, le total se chiffrant à 979 400 euros (respectivement 65 000 et 750 000 euros, plus les taxes). Les Archives Nationales disposent désormais de 15 jours pour compléter le tour de table financier et réunir la somme. La souscription nationale lancée par la SER a permis de recueillir jusqu’à présent environ 100 000 euros de dons et promesses de dons. La mobilisation a donc portée ses fruits, mais il faut continuer la collecte. C’est pourquoi la SER appelle à poursuivre l’effort engagé et invite tous les citoyens qui le souhaitent à s’y associer, mais également l’ensemble des collectivités locales.

Les sommes versées donneront droit à une réduction d’impôt équivalente aux 2/3 du don (don dans la limite de 20% du revenu imposable).

Les chèques libellés à l’ordre de la Société des Etudes Robespierristes et porteurs de la mention « Pour les manuscrits de Robespierre » sont à adresser à notre Société, au 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05.

Les donateurs qui le souhaitent peuvent également faire parvenir leur don par virement bancaire sur le compte de la SER en notifiant « Pour les manuscrits de Robespierre » dans le formulaire de transfert (demander le RIB/code IBAN à contact@revolution-francaise.fr).