Archives de catégorie : Entretiens

Entretien avec l’historien américain Marcus Rediker, à propos de son ouvrage, The Slave Ship : A Human History

rediker
Rediker

En lançant cet espace internet il y a un an, la SER souhaitait en faire un lieu d’échange et de rencontre, à la fois sur des questions relatives à l’histoire de la Révolution française et de l’Empire stricto sensu mais également sur des thèmes plus larges et des travaux originaux, comme c’est le cas aujourd’hui dans cet entretien mené par Marc Belissa avec Marcus Rediker.

Entretien inédit de Marc Belissa avec l’historien américain, Marcus Rediker, professeur à l’Université de Pittsburgh, spécialiste de l’Atlantique révolutionnaire à propos de son ouvrage The Slave Ship : A Human History, New York : Viking-Penguin, and London : John Murray, 2007.

Les autres principaux ouvrages de Marcus Rediker sont :

Between the Devil and the Deep Blue Sea : Merchant Seamen, Pirates, and the Anglo-American Maritime World, 1700-1750, traduit en français sous le titre Les Forçats de la mer, Éditions Libertalia, 2010.

The Many-Headed Hydra : Sailors, Slaves, Commoners, and The Hidden History of the Revolutionary Atlantic, Boston : Beacon Press and London : Verso, 2000, traduit en français sous le titre L’Hydre aux mille têtes. L’histoire cachée de l’Atlantique révolutionnaire, Éditions Amsterdam. 2008.

Villains of All Nation: Atlantic Pirates in the Golden Age, Boston : Beacon Press, and London : Verso, 2004, traduit en français sous le titre Pirates de tous les pays, Éditions Libertalia, 2009.

Marc Belissa : Dans votre dernier livre, The Slave Ship. A Human History, vous entendez remettre en cause la « violence de l’abstraction » dans l’écriture de l’histoire de l’esclavage. L’indignation et l’empathie sont-elles des nécessités historiographiques de l’histoire « vue d’en bas » dont vous vous réclamez ?

Marcus Rediker : Un des effets les plus importants de la « violence de l’abstraction » est sa capacité à déshumaniser le passé et, par conséquent, à limiter la façon dont nous pensons les phénomènes historiques. Les tableaux statistiques extraient les données de leur contexte social et « construisent » — au sens étroit du terme — la réalité qu’il s’agit d’étudier et d’expliquer. C’est particulièrement le cas pour l’histoire du trafic négrier. L’empathie est indispensable à l’histoire « vue d’en bas ». Cette question a été parfaitement posée par Barington Moore dans ses Social Origins of Dictatorship and Democracy (1966) quand il écrivait : « Pour toutes les personnes qui étudient la société humaine, la sympathie avec les victimes des processus historiques et le scepticisme vis-à-vis de la vision des vainqueurs sont des garde-fous essentiels pour éviter d’être trompé par l’idéologie dominante. »

 

M.B : Vous envisagez le navire négrier comme le lieu d’expériences sociales, politiques et culturelles multiformes, pour les esclaves, mais aussi pour les marins, les officiers. Quelle est la caractéristique fondamentale de ces expériences pour ces trois catégories « d’acteurs » ?

M.R : Le capitaine négrier est, selon moi, un mécanisme essentiel dans une machine globale, l’un des premiers représentants des classes capitalistes d’Europe qui ont « sous-développé » l’Afrique selon les mots de Walter Rodney. Par l’usage de la violence et de la terreur, les capitaines négriers ont contribué à créer une force de travail-marchandise utilisée sur les plantations américaines. Les captifs ont, de leur côté, subi une forme de « marchandisation » violente contre laquelle ils se sont battus, héroïquement et sans cesse, tout en développant des formes variées de résistances et en formant entre eux de nouveaux liens de « parenté fictive ». Les marins embarqués à bord des négriers se trouvaient entre ces deux classes en formation. Beaucoup d’entre eux n’étaient pas là par choix, mais parce qu’ils étaient eux-mêmes des travailleurs forcés. Ils remplissaient leur rôle en servant le navire et en devenant les gardiens de prison des esclaves, même si — et cela doit être noté — de nombreux marins ont dénoncé le trafic négrier et ont joué un rôle important dans le mouvement abolitionniste.

 

M.B : Selon vous, comment le navire négrier « fabrique-t-il » les esclaves destinés au marché américain ?

M.R : Le navire négrier produisait non seulement une force de travail, comme nous venons de le voir, mais il préparait aussi les captifs pour la plantation en imposant un régime de discipline dans lequel un petit nombre de surveillants (capitaine, officiers, équipage) terrorisaient et « mataient » un bien plus grand nombre de noirs. Ce processus a également permis de créer la catégorie de la « race » : des Africains issus d’ethnies ou de peuples différents étaient embarqués sur le négrier. À la fin du voyage, ils étaient déchargés en tant que membres d’une prétendue « race noire ». On peut en dire de même des marins : l’équipage « bigarré » (motley crew) en arrivant en Afrique de l’Ouest devenait « blanc » par le simple fait qu’il contrôlait le navire négrier.

 

M.B : Quelles sont les principales formes prises par la résistance des captifs africains à la « fabrication » de l’esclavage ?

M.R : Les esclaves utilisaient toutes les formes de résistances possibles. Ils faisaient des grèves illimitées de la faim contre lesquelles les capitaines négriers utilisaient le speculum oris pour nourrir de force les captifs qui refusaient de s’alimenter. Les esclaves se suicidaient, individuellement et collectivement. Contre ces tentatives de suicide, les capitaines négriers leur faisaient couper les ongles pour éviter les blessures et faisaient installer des filets autour du bastingage pour les empêcher de se jeter à l’eau. La forme la plus spectaculaire de résistance était les révoltes qui se produisaient avec une fréquence étonnante, compte tenu du fait que le navire négrier était conçu précisément pour les empêcher. Environ un vaisseau sur dix était frappé par une révolte d’importance.

 

M.B : Vous analysez le navire négrier comme une « prison » flottante, mais aussi comme une « usine » dans lesquelles sont expérimentées les modalités de la « mise au travail » capitaliste. Le navire négrier préfigure-t-il les méthodes d’acculturation propres à ce que l’on a appelé la « Révolution industrielle » ?

M.R : La navigation maritime européenne en général — et les navires négriers en particulier — préfigure l’usine de plusieurs points de vue : un grand nombre de travailleurs étaient engagés dans des tâches complexes et synchronisées, sous une discipline brutale dans laquelle la volonté humaine était subordonnée à des dispositifs mécaniques, et ce pour un salaire. D’ailleurs, le terme anglais factory vient du mot factor qui est un représentant commercial, en particulier en Afrique de l’Ouest où plusieurs factories se trouvaient. Dans son grand livre Renegades and Castaways (non-traduit en français), C. L. R. James a bien montré que, par exemple, le navire baleinier décrit dans le Moby Dick d’Hermann Melville, était un « navire-usine ».

 

M.B : Comment s’articulent votre travail d’historien et votre activité de militant engagé dans la lutte contre la peine de mort ? Quel parallèle établissez-vous entre les death rows dans les prisons des États-Unis et du monde et le navire négrier du XVIIIe siècle ?

M.R : J’en suis venu à écrire The Slave Ship en visitant les prisonniers enfermés dans les couloirs de la mort de Pennsylvanie dans lesquels 60 % des condamnés à mort sont des African Americans, alors qu’ils ne forment que 12 % de la population de l’état. J’ai commencé à m’intéresser à la relation entre race et terreur et je me suis demandé quand cela avait-il commencé ? Je me suis rendu compte que c’était sur les navires négriers que la race avait été créée par la terreur et que la relation entre les deux avait persisté par l’esclavage, les lynchages et aujourd’hui par la peine de mort « racialisée ». Le navire négrier est toujours, de bien des manières, avec nous. Il navigue toujours après toutes ces années…

 

Entretien et traduction : Marc Belissa, université Paris Ouest Nanterre.

 

A propos des thuriféraires de la Restauration : Entretien avec Corinne Legoy

A l’occasion de la publication de la thèse de Corinne Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration, récompensée par le prix Albert Mathiez, nous avons demandé à l’auteur de bien vouloir répondre à quelques questions au sujet de son travail et de son approche.

Il s’agit du premier entretien que publie la SER sur son site internet. Au-delà de notre volonté d’attirer l’attention sur les ouvrages que nous publions et de leur assurer une meilleure diffusion, nous souhaitons aussi que cet espace accueille progressivement les remarques, les réflexions, les observations des chercheurs spécialistes de la Révolution française et de l’Empire, dans une forme plus libre, plus flexible et plus réactive que le format papier. Que Corinne Legoy, qui a accepté de se prêter à l’exercice, soit ici remerciée.

 

Pourriez-vous, s’il vous plait, revenir brièvement sur votre parcours universitaire ?

Corinne Legoy : J’ai accompli, depuis la maîtrise, mon parcours universitaire sous la direction d’Alain Corbin à l’Université de Paris I. Ma maîtrise, soutenue en 1992, portait déjà sur la Restauration et avait pour objet la représentation du souverain médiéval sur les scènes parisiennes. J’ai ensuite passé l’agrégation en 1995, avant de commencer ma thèse sur l’éloge du pouvoir sous la Restauration en 1997. Je l’ai soutenue en 2004.

Je suis aujourd’hui maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université d’Orléans.

 

Quelle fut la genèse de votre travail sur les poètes de la Restauration, quel en fut le point de départ et quels sont les principaux résultats ?

C.L : L’idée de ce travail est venue d’un double constat, frappant à mes yeux : d’une part, l’indifférence assez large de l’historiographie à l’égard de toutes les formes d’adhésion politique, qu’elles soient gestes de soutien ou – ce qui allait devenir mon objet – écritures de célébration du pouvoir ; d’autre part, la présence d’un corpus massif de poésies d’éloge, aussi bien à la bibliothèque nationale que dans les archives, pour toute la période de la Restauration. Ce constat, conjugué à l’envie de poursuivre l’exploration, entamée en maîtrise, des liens entre histoire et littérature, est à l’origine de mon travail.

L’une des conclusions les moins attendues réside dans ce que les auteurs d’éloge ne sont pas tous des auteurs intéressés, avides de se voir pensionnés par le pouvoir et résolus à le célébrer aveuglément. Pour beaucoup, cette pratique est un engagement, une prise de parole politique enthousiaste liée à un événement. Elle s’inscrit donc bien davantage dans l’éclosion de la parole publique ouverte par la Révolution que dans le registre de la servilité.

D’autres conclusions – ou d’autres pistes – se sont dessinées également au terme de ma thèse : l’importance d’une attention précise aux textes, aussi dépréciés soient-ils, aussi convenus semblent-ils. Dans le cas des éloges du premier XIXème siècle en effet, elle nous montre combien ils sont une parole complexe, en tension entre la célébration et le combat politique, porteuse du traumatisme révolutionnaire autant que marquée par ses héritages. Une autre piste est l’importance de la pratique poétique dans la France du XIXème siècle, pratique au cœur de l’expression politique, mais également de l’éducation, des rituels sociaux et des usages intimes.

 

La sociologie des auteurs des éloges que vous étudiez rejoint-elle celle des nombreux plumitifs qui ont profité de la Révolution (élus et administrateurs nationaux et locaux, enseignants, etc.) ?

C.L : En fait, et c’est une autre conclusion intéressante, pas exactement. Certes, on retrouve bien parmi les auteurs d’éloge certains personnages qui ont pu « profiter » de la Révolution ou, en tout cas, voir leur carrière en bénéficier. Je pense ainsi, effectivement, à certains administrateurs, mais surtout aux chansonniers les plus fameux, qui rimèrent avec profit autant sous l’Empire que sous la Restauration.

Néanmoins, il ne faudrait pas associer l’essentiel des auteurs d’éloges à ces girouettes habiles : beaucoup ont souffert de la Révolution, ont vu leur carrière interrompue ou bouleversée, certains appartiennent à la bohème, parfois la plus misérable, de leur temps et d’autres ne songèrent jamais à profiter du pouvoir en le célébrant.

 

Comment les auteurs des éloges ont-ils été nourris de la Révolution : sont-ils d’une génération qui l’a directement vécue ? Entretiennent-ils des rapports de fascination ou de répulsion ?

C.L : Tous les auteurs d’éloge n’ont pas vécu directement la Révolution. On peut distinguer, en effet, au sein de ce groupe, trois générations principales : des hommes déjà mûrs en 1789, imprégnés des préceptes des collèges d’Ancien Régime, contemporains des Lumières qu’ils ont parfois combattues, mais dont ils ont bien davantage hérité – en particulier dans le creuset académique ; des hommes nés dans la décennie 1770, qui sont donc entrés à l’âge d’homme dans la Révolution et qui ont forgé, il faut le souligner, leur culture autant dans le combat contre-révolutionnaire que dans le combat révolutionnaire ; des hommes, enfin, nés dans les décennies 1790-1800, imprégnés pour beaucoup par un désaveu de la Révolution qui fit dire à Hugo : « j’avais dans l’esprit cette sorte d’effroi permanent de 1793 que les écrivains monarchistes ont réussi à créer ».

Cette diversité des parcours, des engagements et des formations fut, d’ailleurs, une autre des surprises de la thèse : on compte en effet parmi les thuriféraires de la Restauration autant d’anciens émigrés, d’adversaires convaincus de la Révolution, que d’anciens patriotes, ou d’ex-partisans des montagnards.

 

Quelles sont les images de la royauté et de ses titulaires qu’ils cherchent à faire passer ?

C.L : Il faut dire d’emblée que le discours produit sur la royauté par tous ces éloges n’est pas univoque et qu’il n’y a donc pas une seule image, invariable, de la royauté et du prince dans ces textes. Ce qui les unit tous, en revanche, c’est une même volonté – et une même gageure : rendre à la royauté son intangible légitimité par-delà la déchirure révolutionnaire, recomposer une figure de prince parfait par-delà son irrémédiable désacralisation.

C’est ainsi qu’il est possible de lire dans ces textes quelques images récurrentes et dominantes, qui dessinent un portrait du prince rêvé par ces hommes : ainsi de la figure d’un roi de paix, célébrée contre la figure conquérante – diabolisée – de Napoléon Bonaparte ; ainsi, également, de la valorisation d’un pouvoir sensible, charitable et juste, fortement liée – dans les premiers temps de la Restauration – à l’impératif de réconciliation nationale. Mais les variations autour des ces vertus majeures sont importantes – Louis et Charles X ne cristallisent pas les mêmes images, de même que le duc d’Angoulême et le duc de Berry convoquent des représentations sensiblement différentes.

 

Quels sont les supports d’édition qu’ils privilégient d’ordinaire : journaux, almanachs, etc. ? Et quel est leur public ?

C.L : Une remarque préalable s’impose : tous ces éloges n’ont pas été publiés et un grand nombre d’entre eux sont uniquement des textes manuscrits qui ont été adressés directement au pouvoir, ou aux différentes instances de l’Etat monarchique.

Parmi ceux qui ont été publiés, la forme la plus fréquente est celle de la petite plaquette, in-8° ou in-4°, de deux ou trois pages, coûtant entre 25 centimes et 1,5frs, les plus chères – atteignant une dizaine, voire une vingtaine de pages, pouvant coûter jusqu’à 3frs.

Ils sont également publiés dans des chansonniers et des recueils de pièces de vers, qui paraissent régulièrement, en particulier lors des temps forts de la vie monarchique (fêtes royales, par exemple).

Ce relais éditorial est cependant loin d’être le seul. Il faut également, en effet, mentionner la presse qui ouvre largement ses colonnes aux poésies d’éloge – selon sa coloration politique. A cela, il faut également ajouter les formes orales de diffusions de ces textes lors des festivités royales, lors des réunions de sociétés savantes, chantantes ou bachiques,  dans les cercles politiques ou lors des lectures de salon également.

 

Quels sont les auteurs réputés qui ont usé de l’éloge ? Ont-ils été des modèles pour les autres ?

C.L : Deux noms sont à mentionner – parmi les 583 auteurs de poésies d’éloge de la Restauration ! : Alphonse de Lamartine, auteur en 1820 d’une ode sur la naissance du duc de Bordeaux et, en 1825, d’un « Chant du sacre » en l’honneur de Charles X, texte qu’il qualifia lui-même dans une lettre à Vigny « d’horreur des horreurs poétiques » ; et Victor Hugo, surtout, véritable chantre des Bourbons restaurés, qui le pensionnèrent.

Il est difficile d’en faire des modèles pour les autres auteurs, dans la mesure où l’époque est marquée par le clivage classicisme-romantisme qui conduit certains auteurs à voir en Victor Hugo un véritable contre-modèle.

 

En quoi finalement l’histoire culturelle peut-elle renouveler notre compréhension du champ politique ?

C.L : Je dois avouer que le cloisonnement des champs – entre le « politique » d’une part et le « culturel » de l’autre –  me semble difficile et tout particulièrement dans le cadre des monarchies censitaires où la restriction du cercle des votants conduit à une sorte d’épanchement de l’expression politique hors de son cadre usuel – à savoir au théâtre, dans la littérature ou la poésie, mais aussi, et c’est ce qu’a montré Emmanuel Fureix par exemple, lors des enterrements. Il est donc essentiel pour l’historien de s’attacher à toutes ces dilutions du politique, à toutes ces pratiques culturelles qui témoignent d’engagements, de tensions ou d’embrasements collectifs, de traumatismes mémoriels.

* * *

Corinne Legoy, L’enthousiame désenchanté. Eloge du pouvoir sous la Restauration, préface d’Alain Corbin, Société des études robespierristes, Paris, 2010, 252p. + cd-rom, 25€, ISBN : 978-2-908327-70-0

Pour commander l’ouvrage, veuillez adresser un courrier électronique au responsable des publications de la SER, Jean-Paul Rothiot : jp.cl.rothiot@orange.fr.