Archives de catégorie : Colloques, journées d’étude et conférences

Colloque « Collectionner la Révolution française », Grenoble-Vizille, 23-25 septembre 2015


Colloque international

Collectionner la Révolution française

23-25 septembre 2015, Grenoble et Vizille

Société des études robespierristes, IHRF – Université Paris I Panthéon Sorbonne,

CRHIPA – Université Pierre Mendès France – Grenoble II, Musée de la Révolution française

 

Pour détourner une phrase célèbre de Saint-Just, peut-on collectionner « innocemment » ? Rechercher, rassembler, conserver, le cas échéant exposer, des objets et/ou des écrits de la Révolution française, suppose au minimum un intérêt pour l’idée même de collection, mais peut aussi impliquer le désir de transmettre le souvenir et les héritages des années 1789-1799. Continuer la lecture de Colloque « Collectionner la Révolution française », Grenoble-Vizille, 23-25 septembre 2015

Journée d’étude : « Une éthique du danger », Paris, 3 juin 2015

 

Journée d’étude, Institut d’Histoire de la Révolution française-Société des Etudes Robespierristes-ANR Actapol

Paris mercredi 3 juin 2015 9h-16h30

Salle 216, Université Paris-1 Panthéon Sorbonne, 2e étage, centre Panthéon

Une éthique du danger

 Presse et liberté d’expression pendant la Révolution française

 

Et si ? Alors qu’on la pense indiscutablement intégrée au patrimoine républicain depuis la loi de 1881, alors qu’elle fait partie des principaux droits et libertés publiques avec la liberté d’expression, la liberté de la presse subit aujourd’hui une série de questionnements, de mises en causes et d’attaques : en raison des attentats et la lente réduction des libertés qu’ils entraînent depuis une vingtaine d’années, en raison aussi du pouvoir croissant des acteurs économiques sur le monde politique et les medias, en raison des difficultés voire des dangers que rencontrent des journalistes dans l’exercice de leur métier, il nous a semblé qu’il pouvait être utile de réfléchir aux enjeux qui se sont concrètement posés à ceux qui pratiquaient et défendaient cette liberté au cours d’un événement paroxystique : la Révolution française.

En quoi cette période a-t-elle inventé de nouvelles manières de pratiquer la liberté de la presse ? Quel rôle les libellistes, journalistes, pamphlétaires et caricaturistes ont-ils joué dans la construction d’une « opinion publique » ? A quel prix ? Quelles limites se sont-ils assignées, la liberté d’informer rencontrant les obstacles de la calomnie, des attaques ad hominem et de la possible délation, suscitant donc d’éventuelles poursuites judiciaires ? Au cours de cette journée, nous voudrions tout particulièrement nous interroger sur le lien entre la liberté d’informer et le risque que cela supposait, dans une période marquée par d’intenses conflictualités et par plusieurs périodes de forte répression politique. Comment ces hommes ont-ils pensé et vécu la relation entre leur activité et l’engagement intellectuel et tout simplement physique que celle-ci engageait ? Dans quelle mesure cette liberté de la presse fut-elle pratiquée comme une « éthique du danger » ? Les journalistes élus représentants du peuple ont-ils exercé dans des conditions particulières, mieux protégés par l’inviolabilité réservée aux membres de l’Assemblée, ou a contrario davantage exposés en tant qu’hommes publics ? En quoi le tout nous amène-t-il à réfléchir aux notions d’engagement, de désintéressement, de radicalité, de conflictualité et de sacrifice politique ?

 

Programme

9.00 Accueil des participants

9.15-9.30 Michel Biard (Univ. Rouen) et Guillaume Mazeau (Univ. Paris-1), introduction

9.30-9.50 Charles Walton (Univ. Warwick), « Liberté de l’individu, régénération de la société: le ‘double-mouvement’ de la liberté de l’expression dans la Révolution française »

9.50-10.10 François Saint-Bonnet (Univ. Paris 2 Panthéon-Assas), « L’épineuse conceptualisation des délits de presse sous la Révolution »

10.45-11.00 Pause

11.00-11.20 Jeremy D. Popkin (Univ. Kentucky) « La liberté de la presse dans une colonie esclavagiste: le cas de Saint-Domingue »

11.20-11.40 Stefan Lemny (BNF), « La pratique dénonciatrice dans la presse révolutionnaire: l’exemple de Jean-Louis Carra »

12.30 Dejeuner

 

14.00-14.20 Suzanne Levin (Paris-Ouest Nanterre), « Au risque du sacrifice ? La liberté de la presse dans les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins »

14.20-14.40 Michel Biard (Univ. Rouen), « Du petit théâtre au jeu de massacre ? La plume assassine d’Hébert (automne 1792 – printemps 1794) »

14.40-15.00 pause

15.00-15.20 Guillaume Mazeau (Univ. Paris-1), « Marat, Le journalisme ou l’éthique du risque »

15.50 Pierre Serna (Univ. Paris-1) mises en perspectives

Appel à communication : « Collectionner la Révolution française » (septembre 2015)

Appel à communication

 Colloque international – Grenoble et Vizille

 23-25 septembre 2015

 

Sous l’égide de :

Société des études robespierristes ; Institut d’Histoire de la Révolution française (Université Paris I Panthéon-Sorbonne / UMS 622 CNRS) ; CRHIPA (Centre de recherche en histoire et histoire de l’art, Italie, pays alpins, interactions internationales, Université de Grenoble / Pierre Mendès France-Grenoble II) ; UMR Lire 5611, pôle grenoblois (Université  de Grenoble / Stendhal-Grenoble III) ; Musée de la Révolution française (Vizille).

 

Pour détourner une phrase célèbre de Saint-Just, peut-on collectionner « innocemment » ? Rechercher, rassembler, conserver, le cas échéant exposer, des objets et/ou des écrits de la Révolution française, suppose au minimum un intérêt pour l’idée même de collection, mais peut aussi impliquer le désir de transmettre le souvenir et les héritages des années 1789-1799. Le premier cas peut tenir de la simple érudition, d’un esprit inclinant à la collection, voire d’achats susceptibles de donner lieu à échanges, reventes, etc., sans que le politique y trouve toujours sa place. Le second cas renvoie au domaine des « passeurs de révolution », de celles et ceux pour qui objets, images, écrits relèvent aussi d’une mémoire à transmettre aux générations successives, éventuellement au nom de l’idée d’une révolution qui ne serait pas encore advenue et de principes qui resteraient à défendre. Quelle que soit l’hypothèse suivie, si elle est privée, la collection reste fondamentalement l’œuvre d’une vie et ne survit pas souvent à celle ou à celui qui l’a créée, au gré des héritages et des dispersions après-décès. On le sait, une partie importante des collections publiques au XXIe siècle provient de collections privées ainsi dispersées. Cependant les collections publiques ne sont pas seulement le résultat de rachats ou de dons de fonds privés, mais également le fruit de volontés politiques afin de construire, pour des collectivités entières, des objets de mémoires à partager et donnant du sens à la Révolution, qui finissent par constituer des  patrimoines nationaux.

Pourquoi et comment collectionner la Révolution française ? Qui ont été ces collectionneurs, comment et sur quoi ont-ils fondé leur érudition, leurs techniques de collectionneur, leurs réseaux ? Ce sont ces parcours que le présent colloque se propose d’interroger.

1 / Souvenirs et transmission (de la Révolution à la fin des années 1820)

On étudiera ici les premières collections rassemblées au contact même de l’événement et dans les décennies suivantes, avec comme borne la fin des années 1820. Il s’agira de prendre en compte par exemple la mission confiée par le Directoire exécutif à Antonelle, Mehée et Réal pour rassembler des collections de journaux et de toutes sortes de documents à l’automne 1795, en vue d’écrire une première « histoire populaire » de la Révolution, mais aussi la collection d’affiches réunie par Portier de l’Oise, sans oublier tout ce qui a pu être rassemblé par des protagonistes de l’événement pour transmettre tout à la fois le souvenir et des pièces sur lesquelles appuyer ce souvenir. A l’inverse, ces premiers collectionneurs peuvent justement éprouver le besoin de réunir des objets et documents pour sortir du protagonisme et entrer dans la confection de l’Histoire.

2 / Collections érudites, collections engagées (des années 1830 à l’avènement de la IIIe République)

Des années 1830 à l’avènement de la Troisième République, si militantisme et érudition ont pu encore faire bon ménage, si les principaux historiens de la Révolution française ont pu eux aussi devenir des collectionneurs (privé/public, avec Michelet aux Archives nationales), le monde romantique se construit de son côté sur une certaine image de la Révolution à son tour appuyée sur des collections. Dans ce siècle qui connaît plusieurs autres révolutions, on fera également la part belle aux collections réunies par des royalistes nostalgiques de l’Ancien Régime.

3 / Le temps de la collection officielle (IIIe République)

Sous la Troisième République et tout particulièrement à l’époque du Centenaire de la Révolution française, émerge la thématique de la collection publique, même si naturellement nombre de collectionneurs privés sont toujours très actifs. On insistera ici sur les premières grandes collections publiques (musées, bibliothèques, Archives, etc.) et sur leurs liens avec le discours de la République sur ses racines révolutionnaires.

4 / L’âge des collectionneurs

Des années 1920 aux années 1970, à côté des collections publiques, se multiplient les collectionneurs privés tandis que s’accentue la circulation internationale des collections. Comme l’illustre le cas du libraire français Michel Bernstein, l’entre-deux guerres est une période propice à la création et au développement de collections privées d’une immense richesse. L’internationalisation est également le fruit des contacts noués entre des historiens par-delà les frontières nationales. Les cas de l’URSS et des Etats-Unis seront plus particulièrement étudiés.

5 / Bicentenaire et popularisation de la collection

Le Bicentenaire et ses lendemains seront au cœur de la dernière demi-journée, avec notamment toute la question des objets souvenirs en 1989 et dans les années suivantes. Recoupant le plus souvent l’ensemble de ces questions, ordonnées ici de manière chronologique, les thèmes suivants seront abordés de manière prioritaire :

* Les grandes collections : les collections d’imprimés, journaux, pamphlets, livres, etc. ; les collections d’objets révolutionnaires, avec à la clef une interrogation quant au dénigrement de la Révolution française supposée avoir été une période désastreuse pour les arts. On sera ici attentif aux différentes manières de collectionner, mais aussi à l’idée d’esquisser un classement des types de collections.

* Les collectionneurs : qui étaient-ils ? quels étaient leurs motifs ? Avaient-ils des techniques d’acquisition particulières ? Quand commence-t-on à collectionner ? D’où le collectionneur tire-t-il les moyens financiers pour assouvir sa passion ? La passion peut-elle laisser la place à une spéculation ? Peut-on étudier en détail les grandes ventes qui ont marqué les XIXe et XXe siècles ? Comment apparaissent les collections publiques et comment des collectionneurs privés voient-ils leurs acquisitions se fondre un jour dans une collection publique ? Quels dons aux collections publiques ont été les plus marquants (et sous quelle forme juridique ?) ?

* Les liens avec les historiens, certains hommes de Lettres, et bien sûr les milieux politiques. Quelle est ainsi la part de l’engagement républicain ? Celle d’un engagement intellectuel et/ou religieux « minoritaire » (francs-maçons, juifs, protestants, etc.) ? Comment le collectionneur pense-t-il sa collection comme un outil qui lui permettra de devenir également un passeur de révolution ?

* Collectionner au XXIe siècle. La popularisation de la collection oblige-t-elle à un regard nouveau sur la nécessité de l’expertise ? Les objets du bicentenaire peuvent-ils être considérés comme des objets de collection ? Les usages de l’Internet bouleversent-ils la donne ? Quels sont aujourd’hui dans le monde les bibliothèques, centres d’archives, musées, etc., où sont déposées des ressources importantes (ce dernier point donnera lieu à la constitution d’un répertoire publié avec les actes du colloque et permettant notamment aux chercheurs de se repérer dans le monde des collections publiques) ?

 

Comité organisateur : Gilles Bertrand, Michel Biard, Catherine Brun, Alain Chevalier, Virginie Martin, Martial Poirson, Hélène Puig, Pierre Serna, Cyril Triolaire.

Comité scientifique : Philippe Bourdin, Robert Darnton, Antonio de Francesco, Annie Duprat, Nathalie Heinich, Patrice Higonnet, Claudette Hould, Hervé Leuwers, Yoshiaki Ômi, Dominique Poulot, Andrei Sorokine, Michel Vovelle.

Les propositions de communication (prévoir 20 minutes) sont à envoyer avec un résumé d’une page au maximum et une brève bio-bibliographie au plus tard avant le 1eroctobre 2014, de préférence par courrier électronique  en format .doc ou .docx à l’adresse suivante : catherine.brun@upmf-grenoble.fr (ou à défaut, à l’adresse postale : CRHIPA, BP47, 38040 Grenoble Cedex 9).

Le Comité d’organisation étudiera l’ensemble des propositions en liaison avec le Comité scientifique, et établira le programme définitif au début de novembre 2014.

Une publication est prévue à l’issue du colloque.

Colloque « Vertu et politique » (Paris, 18-20 septembre 2014)

VertuPolitiqueVertu et politique : les pratiques des législateurs

 (1789-2014)

  

Colloque international

 Organisé par le Club des amis de l’Incorruptible (Assemblée nationale)

 la Société des études robespierristes et le programme ANR Actapol

 Sous la direction de Alain Tourret, Michel Biard, Philippe Bourdin, Hervé Leuwers

 Paris – Assemblée nationale – Salle Victor Hugo

 Jeudi 18, vendredi 19 et samedi 20 septembre 2014

Argumentaire

Par une tradition qui remonte à l’Antiquité, le XVIIIe siècle s’est largement interrogé sur la nature, la nécessité politique et les formes de la vertu publique ; est-elle une spécificité du régime démocratique, ou doit-elle s’imposer à tout régime ? Doit-elle être une exception, ou doit-elle s’imposer partout ? Les protagonistes de la Révolution reprennent le questionnement et, dans leur construction d’un nouveau régime politique, ils envisagent d’emblée, dès 1789, la vertu publique comme une nécessité. La naissance de la république à l’automne 1792 confirme et renforce cette conviction ; l’entrée dans un régime d’exception, en 1793, ne la fait pas disparaître. Qui ne connaît le célèbre discours de Robespierre associant la vertu et la terreur, la première impuissante sans la seconde, la seconde funeste sans la première ? La vertu est au cœur même de l’attente politique des années 1790, même pendant cette période, aux limites incertaines, que l’historiographie nomme le plus souvent « la terreur ».

Pour autant, au-delà du cercle des historiens, le mot vertu n’est pas sans poser problème, la dimension politique du terme s’étant en partie effacée des mémoires. Il est vrai que les liens entre la vertu publique et les vertus privées sont étroits ; il est vrai aussi que le mot vertu revêt des acceptions en partie distinctes chez Robespierre, Saint-Just ou d’autres encore ; il ne repose pas forcément sur les mêmes fondements intellectuels. Concrètement, c’est entre autres dans la vie parlementaire que s’est exprimée l’exigence de vertu publique, dès lors que l’engagement politique des législateurs impliquait nombre de conséquences lourdes de sens. Comment concevoir et encadrer l’engagement d’un citoyen au service du Souverain ? Pour garantir son désintéressement, son service prioritaire du public, sa vertu donc, faut-il limiter ses pouvoirs, le nombre de ses mandats, la durée de son engagement ? Jusqu’où la parole et le geste du député sont-ils libres, couverts par l’« inviolabilité » décrétée dès 1789 et ancêtre de notre actuelle immunité parlementaire ? Comment concilier cette « inviolabilité » et le fait que la Constitution de 1791 autorise l’Assemblée à mettre en accusation l’un de ses membres pour des faits « criminels » ? S’agit-il ici simplement de mettre au jour des « affaires » douteuses et de poursuivre en justice des députés corrompus, ou bien est-ce là une possibilité d’aller bien au-delà pour peu que des faits et discours politiques soient criminalisés ? La meilleure sauvegarde d’un député résiderait-elle alors dans un silence prudent et une modération politique de bon aloi qui lui éviteraient de s’attirer les foudres de ses adversaires ? Enfin, dès lors que la vertu relève d’une exigence révolutionnaire, quelques cas de députés corrompus peuvent-ils suffire à jeter le discrédit sur leurs collègues et à faire naître en France les premiers germes d’un antiparlementarisme ?

Les questions sont posées. Elles ne le sont pas seulement pour le temps de la Révolution, mais pour l’ensemble des XIXe et XXe siècles. Constamment, elles sont reprises et évoluent au fil des régimes. Certes, pour étudier « l’engagement politique du législateur, le présent colloque entend interroger avant tout le moment clef de la Révolution française, mais il ne négligera pas pour autant les racines plus ou moins lointaines du mot « vertu » et ouvrira la réflexion sur quelques séquences des XIXe et XXe siècles au cours desquelles a resurgi cette question de la nécessaire vertu des législateurs.

Ce colloque est placé sous le haut patronage de Monsieur Alain Vidalies (député des Landes, ancien ministre), de Monsieur Alain Tourret (député du Calvados), de Monsieur Thierry Braillard (secrétaire d’Etat aux Sports), et des membres du Club parlementaire des amis de l’Incorruptible.

Comité scientifique : Sylvie Aprile (Université Charles de Gaulle – Lille 3), Haim Burstin (Université de Milan), Yves Déloye (Sciences-Po, Bordeaux), Annie Duprat (Université de Cergy-Pontoise), Lynn Hunt (Université de Californie, Los Angeles), Jean-Pierre Jessenne (Université Charles de Gaulle – Lille 3), (Peter McPhee (Université de Melbourne), Claude Mazauric (Normandie-Université, Rouen), Raymonde Monnier (CNRS), Timothy Tackett (Université de Californie, Irvine).

Comité d’organisation : Serge Aberdam (INRA Paris), Marc Belissa (Université Paris X Nanterre), Michel Biard (Normandie-Université, Rouen), Philippe Bourdin (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand), Jean-Claude Caron (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand), Alain Chevalier (Musée de la Révolution française, Vizille), Hervé Leuwers (Université Charles de Gaulle – Lille 3).

 

Jeudi 18, matin

9h : Discours d’accueil et ouverture.

9h20 : Conférence inaugurale, Michel Vovelle (professeur émérite d’Histoire, IHRF – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Le vice pendant la Révolution : représentations, désignations, fantasmes ».

Formuler la vertu comme exigence politique

·         9h50 : Marisa Linton (reader in History, Kingston University, Londres), « Les racines de la vertu politique et ses sens au XVIIIe siècle ».

·         10h10 : Philippe Bordes (professeur d’Histoire de l’Art moderne, Université Lyon 2), « La vertu chancelante : une relecture des exempla picturaux du XVIIIe siècle ».

·         10h30 : Céline Spector (professeure de Philosophie, SPH – Université Bordeaux Montaigne), « De la corruption en démocratie. Montesquieu ou les infortunes de la vertu ».

·         10H50 : débats puis pause

·         11h20 : Stéphanie Roza (docteur en Philosophie, Ater à l’Université de Grenoble), « Vertu privée vsvertu publique, dilemme du républicanisme rousseauiste ? ».

·         11h40 : Annie Jourdan (professeure d’Histoire à l’Université d’Amsterdam), « La vertu et lesFounding Fathers (1776-1799) ».

·         12h : François Fourn (docteur en Histoire) « La vertu sans la terreur : Le choix des socialistesfrançais au milieu du XIXe siècle ».

·         12h20-12h40 : débats

Jeudi 18, après-midi

 La Révolution française et la vertu (1). La vertu et la politique

·         14h20 : Malcolm Crook (professeur d’Histoire, Université de Keele), « Les hommes de la continuité ? La rééligibilité des législateurs en question (1791-1795) ».

·          14h40 : Michel Biard (professeur d’Histoire, GRHis – Normandie Université, Rouen), « Il est un temps où le silence est un acte de sagesse, il est aussi un temps où le silence est un acte de lâcheté ».

·         15h : Gaid Andro (docteure en Histoire, CERHIO – Université de Rennes 2), « Le vote par appel nominal, l’occasion d’afficher sa vertu ou de dissimuler ses choix ? »

·         15h20 : débats, puis pause

·         15h50 : Bernard Gainot (maître de conférences honoraire en Histoire, IHRF – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « La question de la représentation des colonies et l’intervention des groupes de pression (1789 – 1799) ».

·         16h10 : Dominique Godineau (professeure d’Histoire, CERHIO – Université de Rennes 2), « Surveiller la vertu ou tyranniser l’Assemblée ? Le rôle des tribunes publiques dans la pratique législative pendant la Révolution française ».

·         16h30 : Débats, puis brève pause

·         17h-18h : Table ronde : Robespierre et la vertu (Marc Belissa [maître de conférences HDR en Histoire, Université Paris X], Hervé Leuwers [professeur d’Histoire, Université de Lille 3], Claude Mazauric [professeur émérite d’Histoire, GRHis – Normandie Université], Marco Marin [chercheur en Histoire, Université de Trieste], Annie Geffroy [chercheuse, CNRS])

Vendredi 19, matin

 La Révolution française et la vertu (2). La vertu publique malmenée ?

·         9h : Serge Aberdam (docteur en Histoire, INRA), « Compter pour savoir ou bien pour frauder ? Le décompte des votes constituants de 1793, 1795 et 1800 ».

·         9h20 : Alexandre Guermazi (doctorant en Histoire, IRHIS – Université Lille 3), « Des citoyens parisiens en demande de vertu. Quand les législateurs se positionnent face au rappel des mandataires infidèles à leur mission. Paris, automne 1792-été 1793 ».

·         9h40 : Alain Cohen (docteur en Histoire), « Les Inspecteurs de la salle : un comité en charge de l’administration générale sous la Révolution française (1789-1795) ».

·         10h : Philippe Bourdin (Professeur d’Histoire, CHEC – Université Blaise-Pascal Clermont 2), « Les déclarations de fortune des conventionnels en l’an III-an IV ».

·         10h20 : débats, puis pause

·         10h50 : Richard Flamein (docteur en Histoire, GRHis – Normandie Université, Rouen),« « L’ambivalente vertu en matière de finance » : députés et lobbies financiers en Révolution ».

·         11h10 : Elisabeth Cross (doctorante en Histoire, Université de Harvard), « La corruption financière sous la Convention nationale : l’affaire de la Compagnie des Indes revisitée (1793-1794) ».

·         11h30 : Pierre Serna (professeur d’Histoire, IHRF – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « A qui sert, à quoi sert le mythe de la république des coquins du Directoire ? ».

11h50-12h10 : débats

Vendredi 19, après-midi

Corriger ou instrumentaliser le manque de vertu (XIX-XXe siècle) ?

 ·         14h30 : Alain Bonnet (professeur d’Histoire de l’Art, Université Pierre Mendès-France, Grenoble), « La vertu sur un piédestal. Les grands hommes et le culte de la Révolution dans la statuaire publique (seconde moitié du XIXe siècle) ».

·         14h50 : Cécile Guérin-Bargues (professeure de Droit public, CRJ Pothier – Université d’Orléans),« Immunités parlementaires : privilège d’un autre âge ou protection nécessaire ? ».

·         15h10 : Jean-Claude Caron (professeur d’Histoire, Chec – Université Blaise Pascal Clermont 2), « Vertus de la politique, vices du parlementarisme. Les critiques de la représentation élue dans la France du XIXe siècle ».

·         15h30-16h : débats, puis pause.

·         16h-17h : Table ronde : Quelle actualité de la vertu ? (Avec des élus. Animée par Gérard Leclerc, président de LCP, et Yves Déloye, professeur à Sciences-Po Bordeaux, centre Emile Durkheim)

·         18h : Représentation à l’hôtel de Clermont de la pièce Thermidor-Terminus. La mort de Robespierre d’André Benedetto, mise en scène de Roland Timsit, par la Compagnie Calvero. La pièce sera suivie d’un débat (d’environ une heure).

Samedi 20, matin

Corriger ou instrumentaliser le manque de vertu (XIXe-XXe siècle) ?

·         9h : Jean Garrigues (professeur d’Histoire, POLEN – Université d’Orléans), « Entre vertu et transgression : la Troisième République face aux scandales fin de siècle ».

·         9h20 : Frédéric Monnier (professeur d’Histoire, Centre N. Elias – Université d’Avignon), « Front populaire et vertu ? Socialistes et communistes français face à la corruption (1928-1939) ».

·         9h40 : débats, puis pause

·         10h10 : Nathalie Dompnier (professeure en Sociologie politique, Triangle – Université Lumière Lyon II), « Une croisade contre l’individualisme et la décadence : les vertus du maréchal Pétain ».

·         10h30 : Noëlline Castagnez (maîtresse de conférences d’Histoire, POLEN –  Université d’Orléans), « Les espoirs déçus de la Libération : épurer et rénover la République au Parlement (1944-1953) ».

·         10h50 : Fabien Conord (maître de conférences d’Histoire, CHEC – Université Blaise-Pascal Clermont 2), « Vertu et politique, de la Libération aux années 2000 ».

·         11h10-11h30 : débats

·         11h30-12h : Conclusion

 Les inscriptions seront ouvertes sur cette page à partir du 16 juin 2014.

Colloque « Les révolutions. Un moment de relecture du passé » (Lille, 5 et 6 décembre 2013)

Junius-Brutus-par-JaninetLes révolutions

Un moment de relecture du passé

Colloque organisé par l’UMR-CNRS IRHiS (Lille 3)

la Société des Etudes Robespierristes

la Société de 1848

CALHISTE (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis)

avec le soutien de l’ANR ACTAPOL

Lille 3 (locaux de l’IRHiS)

Jeudi 5 et vendredi 6 décembre 2013

 

Dans l’approche comparée des révolutions, deux thématiques en partie articulées ont particulièrement suscité les réflexions, dans un mouvement qui paraît avoir été récemment encouragé par les insurrections des pays arabes :

–          La première est celle des modalités et des étapes de la rupture. La rupture est alors étudiée dans sa spécificité révolutionnaire (Paris, octobre 2010), par l’examen de l’iconoclasme révolutionnaire (Paris, novembre-décembre 2012), ou de l’entrée en Révolution (Aix, juin 2012) ou en République (Paris, septembre 2012), voire, à l’opposé, approchée par l’étude de la sortie de la Révolution (Harvard, avril 2012) ou des liens entre violence et conciliation (Paris, janvier 2007). La démarche permet d’insister sur les conditions politiques, culturelles et sociales de la rupture, ou sur ses perceptions et sa mémoire.

–          Par une forme de prolongement, la seconde thématique tente, par-delà la diversité des mouvements observés, d’étudier les enchaînements et leurs interactions (Armitage, Subrahmanyam, 2009) ou leur postérité (Lille-Bruxelles, octobre 2011), tant par l’étude des « passeurs » de Révolution (Rouen, janvier 2013), que par l’analyse des circulations d’idées et de théories (Marne-la-vallée, juin 2013) ou par l’examen de l’écriture et de la publication de la mémoire des révoltes et révolutions (Clermont-Ferrand, septembre 2005 ; Caen, octobre 2011).

A l’intersection de ces deux perspectives, la rencontre de Lille souhaite engager une réflexion sur la manière dont les moments révolutionnaires, des années 1750 à nos jours, se construisent par une inévitable relecture de l’histoire et du présent qui s’achève. C’est la construction d’un discours historique ou politique destiné à convaincre et à donner une nouvelle lecture du passé qui sera au cœur des analyses.

Comment, dans un moment de rupture, choisit-on de définir comme obsolètes certains des caractères de la période que l’on prétend clore ? Par quels arguments peut-on imposer l’idée d’une césure historique majeure, et ainsi accompagner la réalisation d’un mouvement révolutionnaire immédiat ou futur ? Il s’agit d’observer l’effort de construction de la rupture, d’abord par les contemporains – qu’ils soient auteurs, politiques ou acteurs populaires du changement – qui vivent, pensent ou construisent l’événement par une interprétation et une réécriture du passé ; mais aussi d’observer l’effort de construction de la rupture par les premiers observateurs d’une révolution accomplie.

 

Jeudi 5 décembre, 9 h 30

 

Introduction

Hervé Leuwers, Université Lille 3

Sylvie Aprile, Université Lille 3

 

1. Relire la Révolution passée… pour l’avenir

Rapporteur : Louis Hincker, Université de Valenciennes

Veronica Granata (Université de Liège), Comprendre les origines de la Révolution pour agir sur l’histoire de demain. Les enjeux du débat sur les Lumières dans la première moitié du XIXe siècle

Jean-Numa Ducange (Université de Rouen), Vulgariser l’histoire révolutionnaire, un défi pour l’avenir (France, pays germaniques ; 1880-1900)

Roman Krakovsky (docteur EHESS), Histoire et mémoire dans la transition vers le communisme en Europe centrale

Rafael Pedemonte (doctorant Paris 1), Cuba en quête d’identité révolutionnaire. De l’ambiguïté idéologique à l’adoption d’une ligne prosoviétique (1959-1971)

 

Jeudi 5 décembre, 14 h

2. Relire les révolutions en révolution

Rapporteur : Sabine Dullin, Université Lille 3

Francesco Dendena (Post-doc EHESS), Un puritain parmi les Montagnards. Rééditer les mémoires du régicide anglais Edmund Ludlow en l’an II

Philippe Darriulat (Sciences-Po Lille), Les trois glorieuses au miroir de la Révolution française

Alexandre Dupont (doctorant Paris 1 et Casa de Velázquez), « C’est l’implacable logique du mal ». Quand les contre-révolutionnaires Français interprètent la Révolution espagnole de septembre 1868

Etienne Peyrat (doctorant IEP/Lille 3), L’ancien régime vu de Sirius : la révolution de 1917 dans la communauté russe de Perse du Nord

Alexandre Tchoudinov (Institut de l’Histoire universelle, Académie des sciences de Russie), Justifier la collectivisation soviétique par la Révolution française

 

Vendredi 6 décembre, 9 h.

3. Justifier la Révolution par l’histoire

Rapporteur : Michel Biard, Université de Rouen

Frédéric Bidouze (Université de Pau), Le moment révolutionnaire contre les parlements (1787-1789). Une relecture de l’histoire des résistances françaises

Marc Deleplace (Université Paris-Sorbonne), La monarchie au tribunal de la Révolution. Relecture de l’histoire et débat politique

Vladislava Sergienko (Université Moscou), La rupture avec l’ordre antérieur dans le discours des monarchiens

Anna Karla (Université de Cologne), Pratiques éditoriales et stratégies narratives des Mémoires sur la Révolution française (1790-1830)

Armelle Enders (Université Paris-Sorbonne), La Révolution de 1930 au Brésil et la légende noire de la première république

 

Vendredi 6 décembre, 14 h.

4. Relecteurs et prophètes

Rapporteur : Pierre Serna, Université Paris 1

Erica Mannucci (Université de Milan), La rupture sans solution de Sylvain Maréchal

Annie Jourdan (Université d’Amsterdam), Un projet d’histoire de la Révolution française par un contemporain américain : Joël Barlow, témoin actif des événements

Florent Brechet (doctorant Université Lyon 3), Chateaubriand et les révolutions : des relectures successives du passé et du présent

Edward Castleton (MSHE-Université de Franche-Comté), Décrire la Révolution pour la maîtriser, le cas de Pierre-Joseph Proudhon

Vincent Robert (Université Paris 1), L’Empire sur les ruines de la monarchie et de la république. Adolphe Granier de Cassagnac

 

Conclusions :

Philippe Bourdin, Université de Clermont-Ferrand II

 

Coordination : Sylvie Aprile, Hervé Leuwers

Comité d’organisation : Sylvie Aprile, Michel Biard, Laurent Brassart, Sabine Dullin, Louis Hincker, Maxime Kaci, Hervé Leuwers, Mélanie Traversier.

Comité scientifique : Philippe Bourdin, Jean-Claude Caron, Veronica Granata, Peter Holquist, Jean-Pierre Jessenne, Tamara Kondratieva, Annick Lempérière, Antoine Marès, Philippe Raxhon, Pierre Serna, Pierre Vermeren.

 

Colloque : « Les passeurs d’idées politiques nouvelles »

Passeurs

_

Les passeurs

d’idées politiques nouvelles

« au village », de la Révolution

aux années 1930

Colloque, Clermont-Ferrand, 20-21 juin 2013

Maison des Sciences de l’Homme, 4 rue Ledru

Entrée libre

 

 

ARGUMENTAIRE :

S’interroger sur les « passeurs » de la modernité, qu’ils soient récepteurs, producteurs ou coproducteurs de ces idées nouvelles, permet de dépasser une approche conceptuelle de l’histoire des représentations en se situant au croisement de la « nouvelle histoire politique » et d’une histoire sociale qui fait la part belle à la notion de lien social et aux jeux d’acteurs à l’échelle communale. Le présent colloque porte sur les « passeurs d’idées » dans les sociétés locales. Ne cherchant pas à aboutir à une géographie des « courtiers locaux du politique » ni à une typologie des modes de médiation, nous nous proposons de réinvestir le dossier de la politisation « au village » à l’aune des travaux de jeunes chercheurs travaillant sur les XVIIIe, XIXe et XXe siècles français. Qui porte les idées politiques nouvelles « au village » ? Quelles sont leurs pratiques et stratégies ? Quelles difficultés rencontrent-ils ?

Par-delà les interprétations « ascendante » ou « descendante » de la politisation des campagnes, il conviendra aussi de s’interroger sur le degré de recomposition, par les « passeurs » locaux, des idées qu’ils reçoivent, et sur les enjeux de cette reformulation. Les principes qu’ils diffusent sont-ils semblables à ceux qui sont portés par les élites politiques, notamment parisiennes ? Les réseaux d’acteurs et les sociabilités induites feront également l’objet d’une attention particulière.

Enfin, nos travaux porteront sur l’auto-production d’un discours sur l’engagement local, qu’il soit contemporain du temps de l’action militante ou non. Le questionnement de ces réécritures sur soi permettra de mieux déterminer les postures jugées constitutives, par les acteurs-auteurs eux-mêmes, de leur incarnation locale des idées nouvelles. Il permettra également de se demander si la production et la médiation d’idées nouvelles n’ont pas pu être, parfois, le fruit d’une mise en adéquation entre l’attente locale d’un message nouveau et l’expérience tactique d’un acteur (singulier ou collectif). Ce protagonisme, enfin, pose en creux le problème de la réinterprétation du passé par des auteurs qui restituent un monde auquel ils n’appartiennent plus afin de légitimer un engagement révolu ou toujours d’actualité.

 

PROGRAMME :

Jeudi 20 juin

9h : accueil des participants

9h15 : Éric Lysøe (dir. École doctorale) et Philippe Bourdin (dir. C.H.E.C.) : mots d’accueil

9h30 : Julien Bouchet et Côme Simien : Pour une nouvelle approche de la politisation des campagnes.

 

Première session : Les voix de la politisation                              

 

I. Être un passeur : mobilisation d’un capital social et quête de (re-)légitimation

Modération : Vincent Flauraud

9h50 : Boris Deschanel (Université Paris-1) : Passeurs d’idées, passeurs de biens : les commerçants et la politisation des villages dauphinois, de la Révolution à la Restauration.

10h10 : Guillaume Colot (Université Clermont-2) : Jean-Baptiste Py, curé constitutionnel d’Effiat (Puy-de-Dôme) ou comment un curé de campagne fait passer la nouvelle organisation du clergé à travers la correspondance adressée à l’abbé Grégoire et à ses collègues parisiens (1795-1802).

10h30 : Discussion

10h45 : Pause

 

II. Des passeurs-traducteurs ou des passeurs-producteurs ? Formulations, reformulations et vulgarisations

Modération : Philippe Bourdin

11h : Vivien Faraut (Université de Nice) : “Les lettres aux électeurs” dans le processus de diffusion des idées libérales sous la Restauration.

11h20 : Jean-Charles Buttier  (Université Paris-1) : Catéchismes politiques et politisation des paysans.

11h40 : Émilie Delivré  (Université de Trente) : Catéchismes politiques et politisation fondamentale dans les campagnes allemandes du long XIXe siècle, ou comment faire “passer la modernité » par un support traditionnel.

12h00 : Discussion

 

Deuxième session : Stratégies de passeurs et formes du passage              

 

I. S’approprier et diffuser

Modérateur : Jean-François Chanet

14h30 : Côme Simien (Université Clermont-2) : Les interprètes de la Révolution ? Les instituteurs de langue française dans les villages bretons et alsaciens (an II – an IV).

14h50 : Sébastien Pivoteau (Université Clermont-2) : Mener la “guerre aux châteaux” dans le Cantal en Révolution. Réflexions sur les conditions d’un passage à l’acte subversif.

15h10 : Mattieu Piron (Université Lyon-2) : Défendre la Révolution au village : jeux politiques et stratégies sociales. Discours et pratiques politiques en Haute-Bretagne rurale (1788-1791).

15h30 : Discussion

15h45 : Pause

 

II. Les formes de la résistance : penser et pratiquer l’opposition « au village »

Modération : Jean-Claude Caron

16h00 : Alexandre Frondizi (Sciences-Po) : Les journées de juin 1848 à la Goutte-d’Or : l’insurrection au “quartier”, l’insurrection au “village” ?

16h20 : Jean-Noël Tardy (Université Paris-1) : Des conspirateurs au village. La société secrète, obstacle ou vecteur des idées nouvelles sous la Seconde République ? L’exemple de Suze-la-Rousse (Drôme).

16h40 : Discussion

Vendredi 21 juin

 

III. Trouver des relais, organiser un réseau de passeurs

Modération : Nathalie Ponsard

9h : Julien Bouchet (Université Clermont-2) : Des passeurs dépassés ? La difficile implantation locale des “Bleus de Bretagne” (1899-1914).

9h20 : Jean-Étienne Dubois (Université Clermont-2) : L’échelon communal au centre des tentatives d’organisation de la droite républicaine dans le Puy-de-Dôme dans le premier tiers du XXe siècle (de l’Action libérale populaire au Parti républicain fédéral).

9h40 : Guillaume Quashie-Vauclin (Université Paris-1) : Les jeunes de l’UJAF, passeurs ou héritiers du communisme rural ?

10h00 : Discussion

10h15 : Pause

 

Troisième session : Justifier un engagement par la convocation du passé

Modération : Jean-Philippe Luis

10h30 : Pierre-Marie Delpu (Université Paris-1) : De la petite patrie à la mobilisation pour Naples : le rôle politique du souvenir de Murat dans le Lot dans les années 1850.

10h50 : Lisa Bogani (Université Clermont-2) : Écrire les répercussions du coup d’État de décembre 1851. Devoir de mémoire, devoir de propagande : l’exemple des Souvenirs de Blaise Lavelle.

11h10 : Gwenn Gayet (Université Clermont-2) : Georges Arnoult (député, 1876-1885) ou les jeux d’un acteur républicain : de la politisation des campagnes bigoudènes aux objets d’art.

11h30 : Discussion

 

Renseignements pratiques : 

Secrétariat du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures »

Tél : 04 73 34 68 48

Mail : chec@univ-bpclermont.fr

Site : www.univ-bpclermont.fr/chec

Appel à communication « Les révolutions, un moment de relecture du passé » (Lille, 2013-2014)


Les révolutions : un moment de relecture du passé

La rupture politique par l’argumentation historique 

(XVIIIe-XXIe siècle)

Lieu : Lille (IRHiS Lille 3 et MESHS)

6-7 décembre 2013 et 22-23 mai 2014

Colloque organisé par l’UMR IRHiS (Lille 3), la MESHS, la Société des études robespierristes et la Société de 1848

Avec le soutien de CALHISTE (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis) et de l’UMR IRICE (Paris 1)

 

Coordination : Sylvie Aprile, Hervé Leuwers

Comité d’organisation : Sylvie Aprile, Michel Biard, Laurent Brassart, Sabine Dullin, Louis Hincker, Maxime Kaci, Hervé Leuwers, Mélanie Traversier.

Comité scientifique : Philippe Bourdin, Jean-Claude Caron, Veronica Granata, Peter Holquist, Jean-Pierre Jessenne, Tamara Kondratieva, Annick Lempérière, Antoine Marès, Philippe Raxhon, Pierre Serna, Pierre Vermeren.

 

Depuis quelques années, dans l’approche comparée des révolutions, deux thématiques en partie articulées ont particulièrement suscité les réflexions, dans un mouvement qui paraît avoir été récemment encouragé par les insurrections des pays arabes :

–          La première est celle des modalités et des étapes de la rupture. La rupture est alors étudiée dans sa spécificité révolutionnaire (Paris, octobre 2010), par l’examen de l’iconoclasme révolutionnaire (Paris, novembre-décembre 2012), ou de l’entrée en Révolution (Aix, juin 2012) ou en République (Paris, septembre 2012), voire, à l’opposé, approchée par l’étude de la sortie de la Révolution (Harvard, avril 2012) ou des liens entre violence et conciliation (Paris, janvier 2007). La démarche permet d’insister sur les conditions politiques, culturelles et sociales de la rupture, ou sur ses perceptions et sa mémoire.

–          Par une forme de prolongement, la seconde thématique tente, par-delà la diversité des mouvements observés, d’étudier les enchaînements et leurs interactions (Armitage, Subrahmanyam, 2009) ou leur postérité (Lille-Bruxelles, octobre 2011), tant par l’étude des « passeurs » de Révolution (Rouen, janvier 2013), que par l’analyse des circulations d’idées et de théories (Marne-la-vallée, juin 2013) ou par l’examen de l’écriture et de la publication de la mémoire des révoltes et révolutions (Clermont-Ferrand, septembre 2005 ; Caen, octobre 2011).

A l’intersection de ces deux perspectives, les rencontres de Lille souhaiteraient susciter une réflexion sur la manière dont les moments révolutionnaires, des années 1750 à nos jours, se construisent par une inévitable relecture de l’histoire et du présent qui s’achève. Parallèlement à l’Ecriture d’une histoire immédiate (Bourdin, dir., Clermont-Ferrand, PU Blaise-Pascal, 2008), c’est la construction d’un discours historique ou politique argumenté, destiné à convaincre et à donner une nouvelle lecture du passé qui est alors au cœur de l’analyse. Par-delà la rupture proclamée, par-delà la question de la circulation des mémoires ou des expériences de la Révolution, il s’agirait de concentrer les interrogations autour de deux thèmes :

1. Comment, dans un moment de rupture, choisit-on de définir comme obsolètes certains des caractères de la période que l’on prétend clore ? Par quels arguments peut-on imposer l’idée d’une césure historique majeure, et ainsi accompagner la réalisation d’un mouvement révolutionnaire ? Il s’agit de l’effort de construction de la rupture, d’abord par les contemporains – qu’ils soient auteurs, politiques ou acteurs populaires du changement – qui vivent, pensent ou construisent l’événement par une interprétation et une réécriture du passé. Les études pourraient notamment porter sur la manière dont le moment d’avant prend forme par les mots qui le désignent (Ancien Régime, autocratie…), mais aussi par ceux par lesquels on prétend donner sens à l’ordre nouveau qui se crée, ou sur la manière dont certaines utopies (More, Campanella…) sont éventuellement réévaluées, réinterprétées ou réappropriées. Elles pourraient également se concentrer sur la manière dont s’amplifie ou se transforme la critique des institutions et des pratiques politiques de l’ordre antérieur, mais aussi ses comportements sociaux, ou encore ses critères de distinction sociale et culturelle. La question pourrait être élargie aux premiers observateurs de la Révolution accomplie, chez qui la réécriture du passé est particulièrement décisive, qu’ils tentent de penser l’usage des archives ou/et d’écrire l’histoire.

2. Mais l’effort de construction de la rupture n’est pas sans difficulté ; pour l’acteur de l’événement, pour son observateur des lendemains, l’effort achoppe sur de possibles permanences institutionnelles, sociales ou culturelles. Mises en mots et argumentées, elles ne sont pas sans enjeux historiques et politiques. Pour l’historien se pose alors la question des permanences réelles ou illusoires. L’attention traditionnelle aux causes ou aux origines des révolutions ne conduit-elle pas souvent à souligner leur inscription dans l’histoire en rappelant les multiples précédents aux transformations qu’elles accomplissent ? A posteriori, par la lecture d’événements révolutionnaires qui paraissent reprendre des chantiers de réforme inaboutis, l’historien n’est-il pas parfois tenté de donner sens aux expériences inachevées en les transformant en précédents ? C’est toute la question du passage du réformisme à la révolution qui est posée… L’analyse de ces précédents, cependant, ne relève pas de l’évidence : faut-il y voir des expériences qui annoncent les bouleversements à venir, ou insister au contraire sur les transformations de leurs enjeux et de leurs modalités à l’occasion des événements révolutionnaires ? En d’autres termes, dans quelle mesure peut-on inscrire les bouleversements révolutionnaires dans une dynamique de réforme qui peut précéder l’événement ? En quoi les révolutions peuvent-elles donner des significations différentes aux réformes qui ont pu être envisagées avant elles ?

Les études que devraient susciter cet appel à contributions se structureront, inévitablement, autour de quelques moments révolutionnaires : les révolutions de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle (Europe, Amérique), de 1848 ou la révolution russe de 1917. Pour autant, les organisateurs souhaiteraient intégrer dans les deux rencontres lilloises des analyses portant sur d’autres mouvements qui, par leurs spécificités, pourraient en retour enrichir les réflexions d’ensemble sur la question.

Les propositions sont à adresser, sous forme d’un bref texte (2 000 signes environ) accompagné d’une courte bio-bibliographie pour le 30 avril 2013 aux organisateurs :

Sylvie Aprile et Hervé Leuwers