Archives de catégorie : Appel à communication

Appel à communications : « Servir les révolutions, rejouer leurs mémoires », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

Un engagement en vers et contre tous : servir les révolutions, rejouer leurs mémoires (1789-1848)

Journée d’étude du 23 mars 2018, Université Clermont Auvergne

L’évocation de l’engagement politique lors des révolutions françaises entre 1789 et 1848 peut faire penser aux pamphlets et à la presse, organes d’influence idéologique en temps de combat. Or les vers occupent une place significative dans ces supports médiatiques. La Décade philosophique prétend même que ces odes, chansons et hymnes composés sous la Révolution « passer[aie]nt à la postérité la plus reculée » (8 juin 1794). Continuer la lecture de Appel à communications : « Servir les révolutions, rejouer leurs mémoires », Clermont-Ferrand, 23 mars 2018

Appel à communication : « L’exception politique en révolution (1789-1917) », Rouen, 7-8 novembre 2017.

L’exception politique en révolution. Pensées et pratiques (1789-1917)

 Colloque international, Rouen, 7-8 novembre 2017

Organisé par le laboratoire GRHis (Normandie Université, UniRouen), avec le soutien de l’IRHis (Normandie Université, UniRouen), de l’Université d’Orel (Russie), de la Fondation Gabriel Péri et de la Société des études robespierristes

 Sous la direction de Michel Biard et Jean-Numa Ducange.

A l’automne 1793, la Convention nationale décrète que le gouvernement de la République sera « révolutionnaire jusqu’à la paix », l’adjectif étant alors conçu comme synonyme d’« extraordinaire ». Les premiers signes annonciateurs de ce temps d’exception politique sont toutefois antérieurs et, par ailleurs, les Conventionnels n’inventent pas ex nihilo ce gouvernement extraordinaire. Continuer la lecture de Appel à communication : « L’exception politique en révolution (1789-1917) », Rouen, 7-8 novembre 2017.

Appel à communications : Villes assiégées dans l’Europe révolutionnaire et impériale (3-4 mai 2017)

Colloque international organisé par la Société des études robespierristes, en partenariat avec le Laboratoire des sciences historiques de l’Université Bourgogne Franche-Comté

Comité d’organisation : Michel Biard (Normandie Université, Rouen), Annie Crépin (Université d’Artois), Bernard Gainot (Université Paris I), Maxime Kaci (Université Bourgogne Franche-Comté). Continuer la lecture de Appel à communications : Villes assiégées dans l’Europe révolutionnaire et impériale (3-4 mai 2017)

Appel à communication : « Rhétoriques révolutionnaires en Côte d’Or » (10 juin 2016)

Journée d’étude

Rhétoriques révolutionnaires en Côte-d’Or, entre laconisme et grandiloquence

Appel à communications

Le discours révolutionnaire sera au cœur des contributions présentées lors de cette journée d’études pluridisciplinaire. Beaucoup, au cours de la décennie révolutionnaire et dans la continuité des Lumières, ont dénoncé la loquacité, le verbiage ou encore la grandiloquence comme une arme de séductions rhétoriques susceptible de tromper les citoyens, de pervertir le message régénérateur et de dénaturer l’exercice du pouvoir. Le laconisme – cette référence à Sparte, Lacédémone et à la Laconie est-elle si surprenante ? — est alors revendiqué notamment dans l’exercice du pouvoir ; Continuer la lecture de Appel à communication : « Rhétoriques révolutionnaires en Côte d’Or » (10 juin 2016)

Appel à communication : colloque « L’homme politique et la presse », Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016

Colloque du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (Université Blaise-Pascal)

En collaboration avec l’IHRF (Paris I-Sorbonne), l’IRHIS (Lille III), le GRHis (Rouen) et la Société des études robespierristes

 L’homme politique français et la presse, de la monarchie constitutionnelle à la monarchie de Juillet : relais d’opinion, miroirs d’une action, marécage des passions

(Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016)

Appel à communications

La presse bénéficie des libertés de pensée et d’expression reconnues par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen : 137 journaux politiques naissent en 1789. La diversité de leurs auteurs et de leurs opinions, confirmée les années suivantes, compte pour beaucoup dans la structuration et les clivages de la vie politique nationale Continuer la lecture de Appel à communication : colloque « L’homme politique et la presse », Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016

Appel à communication : « Collectionner la Révolution française » (septembre 2015)

Appel à communication

 Colloque international – Grenoble et Vizille

 23-25 septembre 2015

 

Sous l’égide de :

Société des études robespierristes ; Institut d’Histoire de la Révolution française (Université Paris I Panthéon-Sorbonne / UMS 622 CNRS) ; CRHIPA (Centre de recherche en histoire et histoire de l’art, Italie, pays alpins, interactions internationales, Université de Grenoble / Pierre Mendès France-Grenoble II) ; UMR Lire 5611, pôle grenoblois (Université  de Grenoble / Stendhal-Grenoble III) ; Musée de la Révolution française (Vizille).

 

Pour détourner une phrase célèbre de Saint-Just, peut-on collectionner « innocemment » ? Rechercher, rassembler, conserver, le cas échéant exposer, des objets et/ou des écrits de la Révolution française, suppose au minimum un intérêt pour l’idée même de collection, mais peut aussi impliquer le désir de transmettre le souvenir et les héritages des années 1789-1799. Le premier cas peut tenir de la simple érudition, d’un esprit inclinant à la collection, voire d’achats susceptibles de donner lieu à échanges, reventes, etc., sans que le politique y trouve toujours sa place. Le second cas renvoie au domaine des « passeurs de révolution », de celles et ceux pour qui objets, images, écrits relèvent aussi d’une mémoire à transmettre aux générations successives, éventuellement au nom de l’idée d’une révolution qui ne serait pas encore advenue et de principes qui resteraient à défendre. Quelle que soit l’hypothèse suivie, si elle est privée, la collection reste fondamentalement l’œuvre d’une vie et ne survit pas souvent à celle ou à celui qui l’a créée, au gré des héritages et des dispersions après-décès. On le sait, une partie importante des collections publiques au XXIe siècle provient de collections privées ainsi dispersées. Cependant les collections publiques ne sont pas seulement le résultat de rachats ou de dons de fonds privés, mais également le fruit de volontés politiques afin de construire, pour des collectivités entières, des objets de mémoires à partager et donnant du sens à la Révolution, qui finissent par constituer des  patrimoines nationaux.

Pourquoi et comment collectionner la Révolution française ? Qui ont été ces collectionneurs, comment et sur quoi ont-ils fondé leur érudition, leurs techniques de collectionneur, leurs réseaux ? Ce sont ces parcours que le présent colloque se propose d’interroger.

1 / Souvenirs et transmission (de la Révolution à la fin des années 1820)

On étudiera ici les premières collections rassemblées au contact même de l’événement et dans les décennies suivantes, avec comme borne la fin des années 1820. Il s’agira de prendre en compte par exemple la mission confiée par le Directoire exécutif à Antonelle, Mehée et Réal pour rassembler des collections de journaux et de toutes sortes de documents à l’automne 1795, en vue d’écrire une première « histoire populaire » de la Révolution, mais aussi la collection d’affiches réunie par Portier de l’Oise, sans oublier tout ce qui a pu être rassemblé par des protagonistes de l’événement pour transmettre tout à la fois le souvenir et des pièces sur lesquelles appuyer ce souvenir. A l’inverse, ces premiers collectionneurs peuvent justement éprouver le besoin de réunir des objets et documents pour sortir du protagonisme et entrer dans la confection de l’Histoire.

2 / Collections érudites, collections engagées (des années 1830 à l’avènement de la IIIe République)

Des années 1830 à l’avènement de la Troisième République, si militantisme et érudition ont pu encore faire bon ménage, si les principaux historiens de la Révolution française ont pu eux aussi devenir des collectionneurs (privé/public, avec Michelet aux Archives nationales), le monde romantique se construit de son côté sur une certaine image de la Révolution à son tour appuyée sur des collections. Dans ce siècle qui connaît plusieurs autres révolutions, on fera également la part belle aux collections réunies par des royalistes nostalgiques de l’Ancien Régime.

3 / Le temps de la collection officielle (IIIe République)

Sous la Troisième République et tout particulièrement à l’époque du Centenaire de la Révolution française, émerge la thématique de la collection publique, même si naturellement nombre de collectionneurs privés sont toujours très actifs. On insistera ici sur les premières grandes collections publiques (musées, bibliothèques, Archives, etc.) et sur leurs liens avec le discours de la République sur ses racines révolutionnaires.

4 / L’âge des collectionneurs

Des années 1920 aux années 1970, à côté des collections publiques, se multiplient les collectionneurs privés tandis que s’accentue la circulation internationale des collections. Comme l’illustre le cas du libraire français Michel Bernstein, l’entre-deux guerres est une période propice à la création et au développement de collections privées d’une immense richesse. L’internationalisation est également le fruit des contacts noués entre des historiens par-delà les frontières nationales. Les cas de l’URSS et des Etats-Unis seront plus particulièrement étudiés.

5 / Bicentenaire et popularisation de la collection

Le Bicentenaire et ses lendemains seront au cœur de la dernière demi-journée, avec notamment toute la question des objets souvenirs en 1989 et dans les années suivantes. Recoupant le plus souvent l’ensemble de ces questions, ordonnées ici de manière chronologique, les thèmes suivants seront abordés de manière prioritaire :

* Les grandes collections : les collections d’imprimés, journaux, pamphlets, livres, etc. ; les collections d’objets révolutionnaires, avec à la clef une interrogation quant au dénigrement de la Révolution française supposée avoir été une période désastreuse pour les arts. On sera ici attentif aux différentes manières de collectionner, mais aussi à l’idée d’esquisser un classement des types de collections.

* Les collectionneurs : qui étaient-ils ? quels étaient leurs motifs ? Avaient-ils des techniques d’acquisition particulières ? Quand commence-t-on à collectionner ? D’où le collectionneur tire-t-il les moyens financiers pour assouvir sa passion ? La passion peut-elle laisser la place à une spéculation ? Peut-on étudier en détail les grandes ventes qui ont marqué les XIXe et XXe siècles ? Comment apparaissent les collections publiques et comment des collectionneurs privés voient-ils leurs acquisitions se fondre un jour dans une collection publique ? Quels dons aux collections publiques ont été les plus marquants (et sous quelle forme juridique ?) ?

* Les liens avec les historiens, certains hommes de Lettres, et bien sûr les milieux politiques. Quelle est ainsi la part de l’engagement républicain ? Celle d’un engagement intellectuel et/ou religieux « minoritaire » (francs-maçons, juifs, protestants, etc.) ? Comment le collectionneur pense-t-il sa collection comme un outil qui lui permettra de devenir également un passeur de révolution ?

* Collectionner au XXIe siècle. La popularisation de la collection oblige-t-elle à un regard nouveau sur la nécessité de l’expertise ? Les objets du bicentenaire peuvent-ils être considérés comme des objets de collection ? Les usages de l’Internet bouleversent-ils la donne ? Quels sont aujourd’hui dans le monde les bibliothèques, centres d’archives, musées, etc., où sont déposées des ressources importantes (ce dernier point donnera lieu à la constitution d’un répertoire publié avec les actes du colloque et permettant notamment aux chercheurs de se repérer dans le monde des collections publiques) ?

 

Comité organisateur : Gilles Bertrand, Michel Biard, Catherine Brun, Alain Chevalier, Virginie Martin, Martial Poirson, Hélène Puig, Pierre Serna, Cyril Triolaire.

Comité scientifique : Philippe Bourdin, Robert Darnton, Antonio de Francesco, Annie Duprat, Nathalie Heinich, Patrice Higonnet, Claudette Hould, Hervé Leuwers, Yoshiaki Ômi, Dominique Poulot, Andrei Sorokine, Michel Vovelle.

Les propositions de communication (prévoir 20 minutes) sont à envoyer avec un résumé d’une page au maximum et une brève bio-bibliographie au plus tard avant le 1eroctobre 2014, de préférence par courrier électronique  en format .doc ou .docx à l’adresse suivante : catherine.brun@upmf-grenoble.fr (ou à défaut, à l’adresse postale : CRHIPA, BP47, 38040 Grenoble Cedex 9).

Le Comité d’organisation étudiera l’ensemble des propositions en liaison avec le Comité scientifique, et établira le programme définitif au début de novembre 2014.

Une publication est prévue à l’issue du colloque.

Appel à communication « Les révolutions, un moment de relecture du passé » (Lille, 2013-2014)


Les révolutions : un moment de relecture du passé

La rupture politique par l’argumentation historique 

(XVIIIe-XXIe siècle)

Lieu : Lille (IRHiS Lille 3 et MESHS)

6-7 décembre 2013 et 22-23 mai 2014

Colloque organisé par l’UMR IRHiS (Lille 3), la MESHS, la Société des études robespierristes et la Société de 1848

Avec le soutien de CALHISTE (Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis) et de l’UMR IRICE (Paris 1)

 

Coordination : Sylvie Aprile, Hervé Leuwers

Comité d’organisation : Sylvie Aprile, Michel Biard, Laurent Brassart, Sabine Dullin, Louis Hincker, Maxime Kaci, Hervé Leuwers, Mélanie Traversier.

Comité scientifique : Philippe Bourdin, Jean-Claude Caron, Veronica Granata, Peter Holquist, Jean-Pierre Jessenne, Tamara Kondratieva, Annick Lempérière, Antoine Marès, Philippe Raxhon, Pierre Serna, Pierre Vermeren.

 

Depuis quelques années, dans l’approche comparée des révolutions, deux thématiques en partie articulées ont particulièrement suscité les réflexions, dans un mouvement qui paraît avoir été récemment encouragé par les insurrections des pays arabes :

–          La première est celle des modalités et des étapes de la rupture. La rupture est alors étudiée dans sa spécificité révolutionnaire (Paris, octobre 2010), par l’examen de l’iconoclasme révolutionnaire (Paris, novembre-décembre 2012), ou de l’entrée en Révolution (Aix, juin 2012) ou en République (Paris, septembre 2012), voire, à l’opposé, approchée par l’étude de la sortie de la Révolution (Harvard, avril 2012) ou des liens entre violence et conciliation (Paris, janvier 2007). La démarche permet d’insister sur les conditions politiques, culturelles et sociales de la rupture, ou sur ses perceptions et sa mémoire.

–          Par une forme de prolongement, la seconde thématique tente, par-delà la diversité des mouvements observés, d’étudier les enchaînements et leurs interactions (Armitage, Subrahmanyam, 2009) ou leur postérité (Lille-Bruxelles, octobre 2011), tant par l’étude des « passeurs » de Révolution (Rouen, janvier 2013), que par l’analyse des circulations d’idées et de théories (Marne-la-vallée, juin 2013) ou par l’examen de l’écriture et de la publication de la mémoire des révoltes et révolutions (Clermont-Ferrand, septembre 2005 ; Caen, octobre 2011).

A l’intersection de ces deux perspectives, les rencontres de Lille souhaiteraient susciter une réflexion sur la manière dont les moments révolutionnaires, des années 1750 à nos jours, se construisent par une inévitable relecture de l’histoire et du présent qui s’achève. Parallèlement à l’Ecriture d’une histoire immédiate (Bourdin, dir., Clermont-Ferrand, PU Blaise-Pascal, 2008), c’est la construction d’un discours historique ou politique argumenté, destiné à convaincre et à donner une nouvelle lecture du passé qui est alors au cœur de l’analyse. Par-delà la rupture proclamée, par-delà la question de la circulation des mémoires ou des expériences de la Révolution, il s’agirait de concentrer les interrogations autour de deux thèmes :

1. Comment, dans un moment de rupture, choisit-on de définir comme obsolètes certains des caractères de la période que l’on prétend clore ? Par quels arguments peut-on imposer l’idée d’une césure historique majeure, et ainsi accompagner la réalisation d’un mouvement révolutionnaire ? Il s’agit de l’effort de construction de la rupture, d’abord par les contemporains – qu’ils soient auteurs, politiques ou acteurs populaires du changement – qui vivent, pensent ou construisent l’événement par une interprétation et une réécriture du passé. Les études pourraient notamment porter sur la manière dont le moment d’avant prend forme par les mots qui le désignent (Ancien Régime, autocratie…), mais aussi par ceux par lesquels on prétend donner sens à l’ordre nouveau qui se crée, ou sur la manière dont certaines utopies (More, Campanella…) sont éventuellement réévaluées, réinterprétées ou réappropriées. Elles pourraient également se concentrer sur la manière dont s’amplifie ou se transforme la critique des institutions et des pratiques politiques de l’ordre antérieur, mais aussi ses comportements sociaux, ou encore ses critères de distinction sociale et culturelle. La question pourrait être élargie aux premiers observateurs de la Révolution accomplie, chez qui la réécriture du passé est particulièrement décisive, qu’ils tentent de penser l’usage des archives ou/et d’écrire l’histoire.

2. Mais l’effort de construction de la rupture n’est pas sans difficulté ; pour l’acteur de l’événement, pour son observateur des lendemains, l’effort achoppe sur de possibles permanences institutionnelles, sociales ou culturelles. Mises en mots et argumentées, elles ne sont pas sans enjeux historiques et politiques. Pour l’historien se pose alors la question des permanences réelles ou illusoires. L’attention traditionnelle aux causes ou aux origines des révolutions ne conduit-elle pas souvent à souligner leur inscription dans l’histoire en rappelant les multiples précédents aux transformations qu’elles accomplissent ? A posteriori, par la lecture d’événements révolutionnaires qui paraissent reprendre des chantiers de réforme inaboutis, l’historien n’est-il pas parfois tenté de donner sens aux expériences inachevées en les transformant en précédents ? C’est toute la question du passage du réformisme à la révolution qui est posée… L’analyse de ces précédents, cependant, ne relève pas de l’évidence : faut-il y voir des expériences qui annoncent les bouleversements à venir, ou insister au contraire sur les transformations de leurs enjeux et de leurs modalités à l’occasion des événements révolutionnaires ? En d’autres termes, dans quelle mesure peut-on inscrire les bouleversements révolutionnaires dans une dynamique de réforme qui peut précéder l’événement ? En quoi les révolutions peuvent-elles donner des significations différentes aux réformes qui ont pu être envisagées avant elles ?

Les études que devraient susciter cet appel à contributions se structureront, inévitablement, autour de quelques moments révolutionnaires : les révolutions de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle (Europe, Amérique), de 1848 ou la révolution russe de 1917. Pour autant, les organisateurs souhaiteraient intégrer dans les deux rencontres lilloises des analyses portant sur d’autres mouvements qui, par leurs spécificités, pourraient en retour enrichir les réflexions d’ensemble sur la question.

Les propositions sont à adresser, sous forme d’un bref texte (2 000 signes environ) accompagné d’une courte bio-bibliographie pour le 30 avril 2013 aux organisateurs :

Sylvie Aprile et Hervé Leuwers

 

Appel à communication : « Les passeurs d’idées politiques » (Clermont-Ferrand, 20-21 juin 2013)

Les passeurs d’idées politiques nouvelles « au village », de la Révolution française aux années 1930

 

Cette manifestation scientifique se donne pour objectif de réinterroger une partie des problématiques liées à la médiation politique « au village ». Elle s’adresse prioritairement aux doctorants et jeunes docteurs.

Partant des travaux de Reinhart Koselleck sur le temps, spécifiquement de son ouvrage  sur le Futur passé, François Hartog montre que le « régime moderne » d’historicité inauguré en France par la rupture révolutionnaire, a favorisé la diffusion d’idées politiques nouvelles. En effet, quand le présent est considéré comme un futur à accomplir, l’apparition de conceptions théoriques neuves, qu’elles soient civiques (la fraternité), juridiques (la République), sociales (l’égalité) ou économiques (le communisme), devient une matrice du devenir historique.

S’interroger sur les « passeurs » de la Modernité, qu’ils soient récepteurs, producteurs ou coproducteurs de ces idées nouvelles, permet de dépasser une approche conceptuelle de l’histoire des représentations en se situant au croisement de la « nouvelle histoire politique » et d’une histoire sociale qui fait la part belle à la notion de lien social et aux jeux d’acteurs à l’échelle communale. La présente journée d’étude porte sur les « passeurs d’idées » dans les sociétés locales. Ne cherchant pas à aboutir à une géographie des « courtiers locaux du politique » ni à une typologie des modes de médiation, nous nous proposons de réinvestir le dossier de la politisation « au village » à l’aune des travaux de jeunes chercheurs travaillant sur les XVIIIe, XIXe et XXe siècles français. Qui porte les idées politiques nouvelles « au village » ? Quelles sont leurs pratiques et stratégies ? Celles-ci suscitent des protestations et des contestations qu’il conviendra par ailleurs de repérer, à l’image de celles auxquelles se heurte Pierre Vaureix, un fervent jacobin nommé instituteur à Beaumont (Puy-de-Dôme) en 1790. Les jours d’arrivée du courrier, une petite foule envahit sa demeure afin « d’entendre la lecture » des journaux parisiens auxquels il est abonné. En germinal an II il est chargé de se rendre dans le village voisin pour « prêcher le républicanisme, l’amour de la patrie et de ses lois ». Arrivé sur place avec d’autres patriotes, l’instituteur trouve déserte l’église où il devait prendre la parole. Dans les rues, il rencontre en revanche de nombreux adultes qui s’enferment ostensiblement chez eux à l’approche de la délégation jacobine. De retour à l’église, un attroupement les prend à partie : « foutue canaille qui (prêche) cette maudite religion des patriotes » au lieu du catéchisme « bien meilleur » autrefois diffusé.

Par-delà les interprétations « ascendante » ou « descendante » de la politisation des campagnes, il conviendra aussi de s’interroger sur le degré de recomposition, par les « passeurs » locaux, des idées qu’ils reçoivent, et sur les enjeux de cette reformulation. Les principes qu’ils diffusent sont-ils semblables à ceux qui sont portés par les élites politiques, notamment parisiennes ?

Les réseaux d’acteurs et les sociabilités induites ne devront pas être écartés. Au début du XXe siècle, l’apparition de comités politiques associant la lutte anticléricale à des revendications sociales émancipatrices (réduction du temps de travail, retraites) est le plus souvent motivée par une volonté d’organisation du militantisme local. En cela, elle atteste de la politisation de citoyens actifs alors en concurrence avec les détenteurs de l’autorité « traditionnelle » (notables, curés). Il en va ainsi du comité républicain socialiste de Brenat, fondé en janvier 1904 par 32 des 593 habitants de cette commune du Puy-de-Dôme, qui reste en contact étroit avec le député radical-socialiste de la circonscription d’Issoire. Cette organisation est elle-même issue du « groupe socialiste » constitué en 1903 à l’initiative du cultivateur libre-penseur Pradier en vue de l’élection du maire de Sauxillanges au conseil général du Puy-de-Dôme.

Enfin, nos travaux porteront sur l’auto-production d’un discours sur l’engagement local, qu’il soit contemporain du temps de l’action militante ou non. Le questionnement de ces réécritures sur soi permettra de mieux déterminer les postures jugées constitutives, par les acteurs-auteurs eux-mêmes, de leur incarnation locale des idées nouvelles, et par là même de mieux comprendre, par exemple, la mue progressive de la notabilité du « coq de village ». Il permettra également de se demander si la production et la médiation d’idées nouvelles n’ont pas pu être, parfois, le fruit d’une mise en adéquation entre l’attente locale d’un message nouveau et l’expérience tactique d’un acteur (singulier ou collectif). Ce protagonisme, enfin, pose en creux le problème de la réinterprétation du passé par des auteurs qui restituent un monde auquel ils n’appartiennent plus afin de légitimer un engagement révolu ou toujours d’actualité. Les « paroles et écrits » des victimes du coup d’État du 2 décembre 1851 peuvent sur ce point constituer des témoignages de premier ordre. C’est le cas des mémoires de Blaise Lavelle, un peintre thiernois qui, plus de trente ans après les faits, écrit ses Souvenirs d’un ricochet du coup d’État de décembre 1851 ; des faits qui sont à l’évidence romancés par un auteur qui cherche tout autant à glorifier son action et sa conduite qu’à atténuer la gravité des actes de résistance dont il fut témoin et acteur.

Les propositions de communication (entre 1 500 et 2 000 signes) sont à adresser aux deux coordinateurs : Julien Bouchet et Côme Simien avant le 15 février 2013.

La manifestation se tiendra à Clermont-Ferrand les 20 et 21 juin 2013.

Elle donnera lieu à une publication.

Comité scientifique : Philippe Bourdin (Pr. Clermont-2), Jean-Claude Caron (Pr. Clermont-2),Jean-François Chanet (Pr. Lille-3 et IEP), Vincent Flauraud (Mcf. Clermont-2) et Jean Vigreux (Pr. Université de Bourgogne).

Comité d’organisation : Jeune Equipe du C.H.E.C. (Centre d’Histoire Espaces et Cultures – Université Blaise Pascal – Clermont 2) : Thomas Aréal, Lisa Bogani, Julien Bouchet, Marie Delpy, Amandine Fauchon, Oriane Hébert, Aurélia Jandot-Bortolin, Côme Simien.

Appel à communications : journée d’études « Direction et organisation des troupes de théâtre » (Vizille, 6 octobre 2013)

Appel à communications

Journée d’étude, Vizille, Musée de la Révolution française, 16 octobre 2013

Organisée avec le soutien de la Société des études robespierristes

Direction et organisation des troupes de théâtre dans les provinces françaises et les territoires conquis sous la Révolution et l’Empire

 

Le projet ANR Therepsicore, mené par une équipe pluridisciplinaire constituée d’historiens de la Révolution et de l’Empire rattachés au CHEC (Clermont-Ferrand) et de littéraires spécialistes des théâtres français et étrangers de la période rattachés au CELIS (Clermont-Ferrand) et au CELLF 17e-18e siècles (Paris IV), s’intéresse aux salles, au personnel des troupes provinciales et à leurs répertoires respectifs entre 1791 et 1813 – sans oublier les départements créés ou annexés dans l’espace germanique et les Républiques sœurs. Il permettra à terme, notamment grâce à une base de données en cours de réalisation, de mieux appréhender les conditions de représentation (création et fermeture de salles, composition et itinérance des troupes, liens avec les autorités locales et les troupes d’amateurs…), la construction des carrières individuelles et la nature des répertoires et de leur réception. Après une première journée d’étude consacrée à la traduction et à l’adaptation des répertoires étrangers durant la période considérée (Moulins, Centre National du Costume de Scène, 13 novembre 2012), les porteurs du projet organisent une deuxième rencontre, cette fois au Musée de la Révolution (Vizille, le 16 octobre 2013), consacrée à la direction et à l’organisation des troupes de théâtre dans les provinces françaises et les territoires conquis sous la Révolution et l’Empire.

L’Ancien Régime a vu se développer de multiples formes de troupes, depuis les structures purement familiales jusqu’aux grands trusts en passant par les compagnies autogérées et les sociétés d’amateurs. Comment ont-elles résisté, évolué, comment se sont-elles éventuellement démultipliées sous la Révolution à la faveur de la déréglementation de 1791 ? Comment ce tissu s’est-il rétracté sous l’effet des législations impériales, ou développé en fonction des territoires conquis ? Quels ont été les rythmes des fondations, des tournées, les conditions de représentation ?

Cette journée s’intéressera particulièrement :

– à la figure du directeur de troupe professionnelle et/ou d’amateurs. Personnage central de la vie théâtrale, il doit sa responsabilité au choix des autorités (municipales, départementales, quand il ne dispose pas de soutiens plus haut placés). À lui – ou à elle – revient la responsabilité du recrutement des artistes et des personnels, de l’établissement de la programmation et des tournées, de la fixation des prix des places. La Révolution voit-elle apparaître une nouvelle génération d’entrepreneurs ? Quels sont leurs capacités artistiques et financières ? Comment se construit leur réputation (circulation, passage par l’étranger, rôle des critiques) ? Quels liens et quels rapports entretiennent-ils avec la troupe ? Peut-on distinguer véritablement les appellations et les fonctions d’entrepreneur, de directeur, de régisseur ? Quels sont leurs rapports avec les sociétés d’actionnaires qui gèrent quantité de théâtres provinciaux ?

– aux troupes d’amateurs. Quelles sont les dates et les conditions de leur fondation ?  Sont-elles liées à d’anciennes sociétés bourgeoises ou populaires ? Sont-elles créées par des clubs politiques ou au sein de l’armée ? Quels règlements imaginent-elles ? Quelle est leur sociologie, leur évolution dans le temps ? Les théâtres des collèges et les troupes d’enfants sont-ils initiés par d’anciens jésuites ? Sont-ils spontanément créés par des adolescents, sur les modèles du monde amateur adulte ? Par des sociétés populaires d’enfants ? Fonctionnent-ils exclusivement localement ou pratiquent-ils des tournées ?

– aux conflits : à ceux qui s’élèvent au sein des troupes, entre directeurs, artistes et employés, ou entre les artistes et le public ; aux oppositions entre directeurs privilégiés et directeurs autorisés ; aux conflits d’intérêt entre les propriétaires de salles et les autorités élues en charge de la police des spectacles ou de l’urbanisme ; aux contradictions qui émergent entre les volontés officielles d’établir des troupes de théâtre dans les territoires conquis et l’existence de formations locales – y compris patriotiques – ; etc.

– aux récits de vie et aux témoignages liés à ces expériences théâtrales – Mémoires, autojustifications, articles de presse, etc.

Les propositions de communications sont à envoyer le 15 mai 2013 au plus tard à Philippe Bourdin ou à Françoise Le Borgne .

Appel à communication : Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècles

Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècle. Colloque international, 12-13 décembre 2012

Université Paris-Est Créteil (UPEC), CRHEC (Centre de recherches en histoire européenne comparée), Institut Universitaire de France, Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle.

Organisation : Emmanuel Fureix

Comité scientifique international : Sylvie Aprile (Univ. Lille 3), Florence Bourillon (UPEC), Catherine Brice (UPEC), Pierre Centlivres (Univ. de Neuchâtel), Olivier Christin (Univ. de Neuchâtel), Annie Duprat (Univ. de Cergy-Pontoise), Emmanuel Fureix (UPEC), Dario Gamboni (Univ. de Genève), Lynn Hunt (Univ. of California, Los Angeles), Dominique Poulot (Univ. Paris 1), Rolf Reichardt (Univ. de Giessen), Pierre Serna (Univ. Paris 1), Timothy Tackett (Univ. of California, Irvine), Bertrand Tillier (Univ. de Bourgogne).

Des révolutions atlantiques du XVIIIe siècle aux révolutions arabes du XXIe siècle, des révolutions « romantiques » du XIXe siècle aux révolutions est-européennes de 1989, l’iconoclasme participe de la rupture révolutionnaire : en s’attaquant aux images, et plus largement aux signes des régimes déchus, les révolutionnaires marquent le transfert de souveraineté et le changement socio-politique opérés. Naguère assimilés à du « vandalisme », selon le néologisme de l’abbé Grégoire (1794), ces gestes doivent être rattachés à des formes d’iconoclasme ou de « sémioclasme », rituel de dépollution de signes assimilés à une souillure. Toutefois, à la différence de l’iconoclasme religieux, l’iconoclasme révolutionnaire ne vise pas la nature des images comme représentations du monde créé, mais seulement certains référents, associés à une forme de domination devenue à un moment donné intolérable. Il procède par effacement sélectif d’une mémoire (damnatio memoriae) en fonction d’un projet de régénération culturelle et de nouveaux codes symboliques.

L’historiographie de l’iconoclasme en révolution a longtemps été prisonnière du prisme du « vandalisme », de la déploration des destructions ou a contrario de leur dénégation. Les historiens de l’art ont à juste titre dépassé ces querelles pour inscrire l’iconoclasme dans le processus contemporain de patrimonialisation de l’œuvre d’art, et de distinction sélective de l’emblème et du monument. Reste à élucider davantage les logiques de l’action iconoclaste (révolutionnaire et contre-révolutionnaire), en l’intégrant à une histoire plus large des relations entre des sujets agissants et des signes de pouvoir. Plusieurs pistes pourront être explorées dans le cadre de ce colloque :

* Les normes et seuils de tolérance : les types de violences tolérées, les procédures de sélection des signes visés (signes proprement politiques, ou religieux, ou encore de distinction sociale), les modalités de négociation entre destruction, effacement, estompage, maquillage, dissimulation ou déplacement ; la qualification juridique des déviances iconoclastes, les modalités de leur  répression judiciaire ; les liens entre violences symboliques et violences physiques

* Les formes de participation socio-politique à l’œuvre dans l’iconoclasme (révolutionnaire ou contre-révolutionnaire) : appropriations de souveraineté (y compris à des échelles très locales), interpellations spectaculaires de l’opinion publique, sur le mode de l’attentat symbolique, ou, a minima, résistances « infra-politiques », expressions de frustrations sociales, de haine de l’autorité

* Les interactions conduisant aux gestes iconoclastes : interactions entre institutions et groupes sociaux dans les processus d’effacement (institutions ordonnatrices, institutions temporisatrices, etc.) ;  interactions entre individus, essentielles dans les multiples micro-conflits portant sur les signes exhibés (couleurs, insignes…). Le rôle de l’honneur, notamment masculin, pourra être particulièrement étudié, dans des moments de lutte pour la maîtrise de l’espace public légitime

* Le statut des signes, leur sacralité et les effets performatifs de l’iconoclasme : les « transferts de sacralité » opérés dans les rites iconoclastes et les effets de croyance associés aux violences sur les images ; le rôle des représentations de l’iconoclasme dans la production de l’événement révolutionnaire ; l’imitation d’un répertoire de gestes connus

Des expériences révolutionnaires très variées, dans le temps et dans l’espace, seront étudiées à la lumière de ces interrogations, dans un souci constant d’historiciser les gestes observés.

Les propositions de communications, d’une page environ, doivent être envoyées avant le 10 février 2012, à l’adresse suivante : fureix@u-pec.fr, accompagnées d’une brève présentation biographique.