Archives de catégorie : Actualité

Parution : « Extrême » ?, sous la direction de Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur et Pierre Serna

Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur et Pierre Serna (dir.), « Extrême » ? Identités partisanes et stigmatisation des gauches en Europe (XVIIIe-XXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2012, 371 p., 18 €. ISBN : 978-2-7535-1799-8.

En inventant la droite et la gauche comme forme de positionnement politique, la Révolution française voit poindre, aux confins d’un échiquier ainsi redéfini dès la fin de 1789, des formes de radicalité qui ont contribué à rendre le débat plus tendu. En même temps que la politique naît une forme d’« extrémisme » à droite comme à gauche, qui se caractérise par une grande attention théorique tout autant que par des pratiques de rupture avec le débat supposé plus calme des assemblées.

Les actes de ce colloque se proposent d’interroger la notion d’« extrême » depuis son apparition dans le débat révolutionnaire jusqu’à ses plus récentes manifestations, en France ou en Italie par exemple, où une gauche radicale a pu se manifester et continue d’exister sous différentes formes.

Ce sont de multiples facettes de cette réalité mouvante qui sont ici proposées et étudiées. Qu’en est-il d’une définition précise de l’« extrême »? Est-ce une posture idéologique revendiquée dans une assemblée représentative? Ou bien, de par sa radicalité, ne peut-elle se déclarer que dans un espace autre, celui de la militance, de la société civile et de l’action sociale? Est-elle une réalité homogène ou bien à son tour traversée de nuances, voire d’oppositions qui la divisent? Ne serait-elle pas plutôt une réalité et un mot imposés par ses détracteurs inquiets ou agressifs, sous la forme d’un stigmate visant à décrédibiliser depuis deux cents ans ceux dont la politique est dite d’« extrême gauche »? « Extrême » devient alors un stigmate qui permet de ranger sous un même mot le terroriste, le partageux, la pétroleuse, ou le militant syndical trop actif. Qu’en est-il des acteurs de cette radicalité de gauche? Qu’en est-il des systèmes de représentations qui, depuis plus de deux cents ans, tentent de la marginaliser au nom d’une politique du bon sens, au nom d’un centre modéré rejetant à sa périphérie celles et ceux qui sont considérés comme des dangers pour l’ordre public et social? Il s’agit ici d’ouvrir des pistes pour inscrire dans l’histoire du politique cette réalité de la gauche « extrême », ces combats d’images, ces luttes de mots, autour d’une pensée et d’une pratique de gauche dont on essaie de savoir si elle est « extrême » parce que décalée par des discours dominants faisant de la modération l’objet de l’ordre politique.

Table des matières : 

Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur, Pierre Serna : Introduction.

Première partie. Mots et concepts.

Philippe Georges : Rousseau et le malheur de l’inégalité : les « funestes hasards » de l’extrême en question.

Déborah Cohen : Des excès du peuple aux excès du parti du peuple : continuités et transferts des représentations.

Alan Forrest : Extrémisme et modération : réactions anglaises à la France révolutionnaire.

Jean-Numa Ducange : Stigmatiser la gauche « extrême », violence et terreur révolutionnaire en Allemagne (1918-1919).

Vincent Chambarlhac, David Hamelin, Jean-Guillaume Lanuque et Georges Ubbiali : Construction et déconstruction d’une catégorie : l’extrême-gauche et ses avatars en France depuis 1989. Pour la revue Dissidences.

Deuxième partie. Groupes et mouvances.

Serge Aberdam : Critiquer la construction de 1793 du point de vue l’humanité souffrante, est-ce nécessairement prendre un parti extrême ?

Françoise Brunel et Jacques Guilhaumou : Extrême, extrêmes : réflexions sur Marx, le côté gauche et les Montagnards.

Vincent Robert : Les banquets montagnards de 1848 sous l’oeil du parti de l’Ordre.

Vincent Chambarlhac : Nommer l’extrême gauche autour de 1937. Topique(s) de l’agrégation trotskiste.

Julien Dohet et Jean Faniel : La gauche « extrême » en Belgique, du Parti libéral à la gauche anticapitaliste.

Troisième partie. Pratiques.

Haim Burstin : L’expérience de la radicalité ou comment devient-on « extrémiste ». Notes à partir des journées parisiennes de 1789.

Lluis Roura i Aulinas : Radicalisme ou « extrême centre » dans le premier libéralisme espagnol.

Jean-Claude Caron : Extrémisme parlementaire et extrémisme politique sous la Restauration.

Christophe Voilliot : Des candidats contre les « extrêmes » : l’action électorale des préfets dans la préparation des élections législatives de 1834.

Hélène Rannou : Le syndicalisme révolutionnaire havrais avant 1914. Pratiques et théorie/violence et stigmatisation.

Quatrième partie. Représentations et discours de rejet.

Pascal Dupuy et Rolf Reichardt : Les figures du « révolutionnaire ». Pour une histoire iconographique comparée des types politiques « extrêmes ».

Yannick Bosc : Thomas Paine et la figure du Girondin comme radical.

Philippe Bourdin : Les mots pour le dire et pour le faire : la dénonciation des extrêmes et la chasse aux Jacobins dans Le Décadaire du Cantal (an III).

Marc Deleplace : Le Directoire entre l’anarchie et la royauté ou comment les extrêmes ne rejoignent-ils finalement pas (1795-1799).

Yvan Combeau : Les limites des extrêmes fixées par les honnêtes gens (mai-juillet 1871).

Hugo Garcia : Rojos. L’image du communisme dans la littérature contre-révolutionnaire espagnole (1918-1939).

Pascal Girard : Une gauche extrême ou une gauche « de l’étranger » ? Représentations et stigmatisation des partis communistes français et italien au début de la guerre froide.

Cinquième partie. Et aujourd’hui ?

Ludivine Bantigny : Penser le pouvoir, prendre le pouvoir. Le centre et la marge dans la culture communiste révolutionnaire (1968-1981).

Silke Mende : La radicalité comme « remède à la maladie sénile » de la société industrielle ? La formation des Verts ouest-allemands entre sentiment de crise et remise en question des catégories idéologiques.

Yannick Beaulieu : L’extrême gauche italienne n’existe pas ! Mise en perspective historique d’une « aire » politique : la Nuova Sinistra (1960-1980).

Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur, Pierre Serna : Conclusion.

Prix Albert Mathiez 2013

Depuis 2002, la Société des études robespierristes décerne un prix récompensant une thèse universitaire, française ou étrangère mais rédigée en langue française, consacrée à la période révolutionnaire. Cette dernière est largement définie selon les termes de ses statuts, c’est-à-dire des années 1770 jusque vers 1815, incluant au sens le plus large les causes et les conséquences de la Révolution.

Ce prix porte le nom d’Albert Mathiez, afin de perpétuer la mémoire et l’enseignement de celui qui fut à la fois l’un des plus grands historiens de la Révolution française et le fondateur de notre Société et de sa revue, les Annales historiques de la Révolution française, respectivement en juin 1907 et janvier 1908.

Les thèses des candidats du prix 2013 devront avoir été soutenues entre le 1er juin 2009 et le 31 décembre 2012. La thèse primée sera publiée sous forme d’ouvrage, dans un délai maximum de deux ans, par les éditions de notre Société. D’ici à la publication des résultats du concours, les candidats devront s’engager à ne pas signer d’autre contrat d’édition.

Renseignements et règlement sont à demander au Secrétariat général de la Société des études robespierristes, 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05, adresse à laquelle les dossiers devront être adressés, avant le 15 janvier 2013, le cachet de la Poste faisant foi.

Tous les membres de notre société, et plus généralement tous ceux qui enseignent l’histoire de la Révolution française ou dirigent des travaux sur cette période, sont invités à faire connaître autour d’eux l’existence de ce prix.

Communiqué de la SER après l’émission de France 3 « Robespierre, bourreau de la Vendée? »

SERPar le communiqué suivant, la Société des études robespierristes condamne l’entreprise de désinformation historique menée dans le cadre de l’émission « L’ombre d’un doute », diffusée le 7 mars dernier sur France 3 et titrée « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Comme dans ses précédentes émissions, Franck Ferrand entend mettre en valeur des thèses « iconoclastes » qui contredisent une histoire officielle, élaborée par des universitaires supposés « corporatistes » et soucieux de perpétuer les vieux mythes du roman national républicain. Bien qu’inscrite dans une démarche quelque peu démagogique de critique du « politiquement correct », l’intention pourrait paraître  louable si chaque partie était équitablement interrogée dans un débat conclusif, ce qui n’a pas été le cas ici.

Dès son titre l’émission ignore les réalités les mieux établies par le travail des historiens : jamais Robespierre n’a commandé la « destruction » de la Vendée. Il n’a d’ailleurs jamais pris spécifiquement position sur le sujet lors de ses interventions à la tribune de la Convention. Affirmer en outre qu’il dirigeait le Comité de Salut public est une pure contre-vérité, reprenant le vieux mythe thermidorien de « la dictature de Robespierre ». L’absolue nécessité de la répression de l’insurrection vendéenne était une évidence pour l’ensemble des députés de la Convention. Alors pourquoi laisser à Robespierre la seule responsabilité de toutes les violences de cette période ? Pour faciliter les comparaisons abusives avec les totalitarismes du XXe siècle ? Pour, à des fins idéologiques plus ou moins avouables, donner à la Révolution française son Hitler ou son Staline, quitte à travestir totalement la réalité ? Les téléspectateurs de France 3, férus d’histoire de France, méritent mieux que cela. L’action politique de Robespierre n’est pas une donnée historique acquise et fait l’objet de réévaluations constantes, qui ne sont pas hagiographiques. L’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I) lui consacre ainsi cette année un séminaire, ouvrant de nouvelles perspectives de recherche (http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article635), tandis qu’un collectif d’historiens de la Société des études robespierristes s’apprête à publier une biographie du personnage sans a priori idéologique, destinée à dissiper aussi bien la légende noire que la légende dorée qui environnent le personnage.

Quant à la question du « génocide » vendéen, la Société des études robespierristes ne cherche évidemment pas à nier, et encore moins à justifier, les massacres de populations civiles à grande échelle opérés par les armées républicaines dans certains départements de l’Ouest. Il faut rappeler simplement que les violences de 1793-1794 ne se sont pas limitées à la région qualifiée de « Vendée » : des mouvements répressifs très brutaux ont également été menés dans d’autres départements, théâtres d’insurrections ou menacés d’invasion, comme le Lyonnais, le Bordelais ou le Midi. Le vocabulaire d’« extermination », notamment celui de « race rebelle » et de « destruction des brigands », y était tout autant employé qu’en Vendée, mais avec des conséquences humaines bien différentes, ce qui invalide totalement la théorie dite du « génocide par petits bouts de papier » défendue dans l’émission. En outre, les généraux républicains n’étaient pas les seuls à exercer des représailles sur la population civile dans le cadre de ce qui a pu être qualifié par certains historiens de « guerre totale ». Rappelons, par exemple, que l’armée autrichienne s’est livrée à des actes de tortures et à des massacres de populations civiles dans la vallée de la Moselle en septembre 1793. L’ampleur et les modalités d’exécution de ces violences de masse, pas uniquement en « Vendée » et pas uniquement en 1793-1794, restent encore largement à étudier, contrairement à ce qu’affirment péremptoirement les journalistes de l’émission « L’Ombre d’un doute ».

De la même façon, la Société des études robespierristes désapprouve les motifs de la proposition de loi déposée le 6 mars dernier, veille de la diffusion de l’émission – hasard du calendrier ? –, par un groupe très restreint de députés appartenant à la majorité présidentielle (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion4441.asp). Contrairement à ce qu’affirment ces députés, les faits ne sont pas « clairement établis ». Les « dépouillements minutieux » d’archives n’ont pas été réalisés : il reste encore beaucoup à faire, tant dans les dépôts locaux que nationaux. La recherche sur les politiques de la Terreur est aujourd’hui conduite, sans aucune complaisance, par les historiens universitaires et amateurs, recherche à laquelle participent activement les membres de la Société des études robespierristes. Les travaux les plus récents, comme ceux qui sont en cours sur les comités de surveillance (http://ser.hypotheses.org/362), démontrent très bien que les organes répressifs n’ont jamais fonctionné de manière uniforme, qu’il est important de distinguer la part des initiatives locales des instructions du pouvoir central. Avant de se livrer à des comparaisons hâtives avec l’Allemagne nazie, l’Union soviétique ou le Kampuchea démocratique, il faut mieux connaître l’histoire de la violence politique et militaire en France dans les années 1790 et la comparer avec les pratiques antérieures de violences à l’égard des populations civiles (guerres de Louis XIV et guerre de Sept Ans notamment).

Face à l’accumulation des erreurs historiques présentes dans l’émission et l’ignorance du travail des chercheurs spécialistes de la période qu’elle manifeste, la Société des études robespierristes estime devoir demander un droit de réponse à la direction de France 3. Elle lui propose d’organiser un débat de qualité entre historiens, afin d’offrir aux téléspectateurs les moyens de saisir plus objectivement les enjeux de cette période complexe ainsi que leurs résonnances mémorielles dans la France contemporaine.

Communiqué rédigé collectivement à la demande de l’Assemblée générale de la SER réunie le 17 mars 2012 à Paris par Serge Bianchi, Paul Chopelin, Anne Jollet, Julien Louvrier et Fanny Panhaleux.

« Robespierre, bourreau de la Vendée ? » : Une splendide lecon d’anti-méthode historique

Suite à la diffusion sur France 3 le 7 mars dernier de l’émission « L’Ombre d’un doute » intitulée « Robespierre, bourreau de la Vendée ?« , Marc Belissa (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) et Yannick Bosc (Université de Rouen), tous les deux membres de la SER, ont publié sur le site Revolution-francaise.net la réaction suivante : 

Alors que sévit une crise engendrée par la cupidité et le délitement des valeurs républicaines, la mobilisation de milliers de personnes pour l’achat des manuscrits de Robespierre au printemps 2011 a surpris. Elle a surpris à gauche ceux qui ont laissé l’héritage républicain en déshérence et à droite le ban et l’arrière-ban des dénonciateurs du « totalitarisme » robespierriste. Des décennies de « communication » n’ayant donc pas suffi il fallait dans l’urgence faire face au retour de « l’incorruptible ». En septembre dernier, la revue Historia a donc consacré un dossier à « Robespierre le psychopathe légaliste ». Le service public conscient de sa mission ne pouvant être en reste, France 3 a diffusé le mercredi 7 mars 2012 un documentaire « réalisé par Richard Vargas et raconté par Franck Ferrand » intitulé « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Pour l’occasion, le site internet de la chaîne a proposé une bibliographie généreusement composée de trois ouvrages. Elle donne le ton… [Lire la suite sur Revolution-francaise.net]