Archives de catégorie : Actualité

Célébration du 220e anniversaire de la Première République au Panthéon (21 septembre 2012)

Le vendredi 21 septembre 2012, à 17h, à l’issue du colloque « 1792, Entrer en République », la Société des études robespierristes a célébré le 220e anniversaire de la République sur la place du Panthéon à Paris.

Discours de Michel Biard, président de la SER :

Citoyennes, citoyens, chers amis,

A l’initiative de la Société des études robespierristes, née en 1907, reconnue d’utilité publique en 1935, et que j’ai l’honneur de présider aujourd’hui, nous entendons ici, d’une part, célébrer le 220e anniversaire de la République française, d’autre part, honorer la mémoire des représentants du peuple, beau titre porté par les membres de la Convention nationale, qui décrétèrent le 21 septembre 1792 l’abolition de la monarchie. Cela se fit donc au lendemain même de la bataille de Valmy, qui marquait un coup d’arrêt symbolique à cette invasion ennemie alors évoquée dans un chant de guerre appelé ensuite La Marseillaise et qui allait devenir l’hymne national de la France républicaine.

Aussitôt que nous avions envisagé une manifestation publique en marge d’un colloque international organisé à l’Hôtel de Ville de Paris et en Sorbonne les 20 et 21 septembre 2012, notre choix s’est tout naturellement porté sur le Panthéon en raison de la présence dans la grande nef du bâtiment de Soufflot d’un groupe sculpté de Sicard représentant la Convention nationale. Maximilien Robespierre, transformé en bouc-émissaire par ceux qui l’ont abattu dans l’été 1794, figure au premier plan de ce groupe, témoignage salutaire de l’époque du centenaire de la République (époque ici entendue au sens large bien sûr, puisque l’œuvre date du début du XXe siècle). Quel meilleur choix que l’église Sainte-Geneviève reconvertie en Panthéon national par l’Assemblée en avril 1791, qui, en outre, abrite les restes de trois membres de la Convention (Carnot, Condorcet et Grégoire), ainsi que ceux de Voltaire et de Rousseau dont la mémoire a été célébrée par cette même Convention. Nous tenons à remercier ici tous ceux et celles qui ont œuvré pour que notre réunion de ce jour puisse se tenir sur la place du Panthéon, notamment la municipalité de Paris, l’administrateur des Monuments historiques chargé de ce bâtiment, plusieurs associations soucieuses de la mémoire de la Révolution française, enfin tous les élus qui ont bien voulu honorer cette commémoration de leur présence et de leurs écharpes aux trois couleurs issues de la Révolution, sans oublier, cela va de soi, le Président de la République qui nous adressé cet été un courrier soutenant notre initiative.

La Convention avait certes décidé de fixer le premier jour de la République au 22 septembre 1792, et non au 21, et cette tradition est suivie depuis désormais plus de deux siècles lors des commémorations. Ainsi, à Paris et dans d’autres communes, se dérouleront demain plusieurs rassemblements et cérémonies pour célébrer la naissance de la République. D’aucuns pourront à juste titre se demander ce qui peut avoir justifié notre choix du 21. Aussi convient-il de se rappeler que la Convention nationale, cette troisième Assemblée législative de la Révolution, s’est réunie pour la première fois le 20 et qu’elle a décrété l’abolition de la monarchie le 21, à l’initiative de deux de ses membres, Collot d’Herbois, homme de théâtre ayant dès 1789 mis sa plume au service de la Révolution, et Grégoire, évêque constitutionnel du Loir-et-Cher. Le texte alors voté à l’unanimité par acclamations était rédigé de façon on ne peut plus laconique : « La Convention nationale décrète que la royauté est abolie en France ». Le lendemain, à l’ouverture de la séance, un autre représentant du peuple, Billaud-Varenne, proposait de « […] dater les actes [… de] l’an premier de la République française » et ce à compter de la veille. La Convention accepta sa proposition, mais le texte finalement voté ce jour là remplaça la date du 21 par l’adverbe « dorénavant ». La République est donc née de fait le 21, de droit le 22, mais, en tout état de cause, elle n’a pas alors fait l’objet d’une proclamation formelle. Quoi qu’il en soit, comme chacun le sait, elle ne figure ni le 21 ni le 22 septembre dans le calendrier actuel de nos fêtes laïques, paradoxe étonnant pour une République encore si largement fondée sur les acquis de la Révolution, tant dans ses structures territoriales et administratives que pour ses usages politiques et nombre d’autres héritages, notamment culturels. N’en déplaise à ceux qui persistent avec obstination à nier ou à rejeter ces héritages, notre République répond toujours de ce qui fut hier encore désigné sous le nom de Grande Révolution. Si besoin en était, l’émotion et l’élan suscités il y a environ un an par la sauvegarde de précieux manuscrits de Robespierre, désormais entrés dans les collections des Archives nationales, viendraient le rappeler.

Rendre hommage aux représentants du peuple qui eurent l’audace de franchir le pas en cette fin d’un XVIIIe siècle où la plupart des Philosophes avaient répété que la république n’était pas un régime convenable pour des pays de trop vastes superficies, c’est, entre autres, souligner les conditions terribles auxquelles ils furent confrontés dès leurs premières réunions. Dans un pays divisé par de multiples clivages depuis les débuts de la Révolution et surtout depuis 1791, en guerre depuis le printemps 1792 et soumis à l’invasion des troupes prussiennes et autrichiennes, ils eurent non seulement à organiser ce qui était de facto un « Nouveau Régime », mais aussi à faire face à d’innombrables tensions et contradictions. On retient souvent de la Convention nationale sa division tripartite entre les mouvances politiques de la Gironde, de la Montagne et de la Plaine, pourtant les frontières entre elles étaient loin d’être figées dès l’automne 1792. Qui plus est, avec 220 années de recul, force est aujourd’hui d’honorer la mémoire de tous ces représentants du peuple pour le geste accompli le 21 septembre. Clemenceau a autrefois pu dire que la Révolution était un « bloc » au sein duquel il ne convenait point de distinguer ici une séquence paisible, là une autre marquée par les violences. Dans la même optique, nous ne prétendons point trier ce qui pourrait apparaître comme le « bon grain » et l’« ivraie » parmi les membres de la Convention nationale, même si chacun de nous peut naturellement en toute liberté être porté à donner sa préférence à tel ou tel groupe politique, voire à tel ou tel protagoniste. En effet, on pourra toujours à loisir ici mettre en valeur la mort héroïque de ceux qui ont préféré un suicide inspiré de l’Antiquité romaine à l’ignominie de la guillotine, là a contrario stigmatiser ceux qui sont devenus des « girouettes » politiques et ont fait à ce prix de belles carrières sous le Directoire, le Consulat et l’Empire, parfois même au-delà en trahissant leur vote du 21 septembre 1792. Pourtant, à l’heure du souvenir qui nous réunit devant le Panthéon, c’est l’ensemble des représentants du peuple qui fondèrent la République dont il faut honorer la mémoire, d’autant que la superbe devise « La Liberté ou la mort » pouvait alors donner lieu à des réalités très concrètes. Faut-il le rappeler ? Sur un peu moins de 800 membres que comptait l’Assemblée, en ajoutant aux 749 titulaires les suppléants ayant siégé à un moment ou un autre, 85 périrent de mort violente entre 1793 et 1795, et ce nombre s’élève même à 94 si l’on retient également ceux qui eurent le même sort entre 1795 et 1799. Nous n’avons pas davantage à opérer un tri entre la mort des uns et celle des autres ; la plupart sacrifièrent leur vie au nom des idéaux républicains, au nom de la liberté, au nom de l’idée d’un bonheur à terme accessible, même si des affrontements partisans les avaient un temps opposés. De ces centaines de représentants du peuple, les historiens et a fortiori ce qu’il est convenu de nommer le « grand public » n’ont guère retenu que quelques dizaines de noms et la mémoire de quelques-uns suscite parfois encore des controverses, ainsi celle de Maximilien Robespierre sur laquelle pèse toujours une légende noire aussi coriace qu’aberrante, depuis qu’il a été transformé en bouc-émissaire par ceux-là mêmes qui l’avaient abattu, « l’Incorruptible » se muant soudain en « tyran sanguinaire ». Pourtant, tous sont devenus des protagonistes fondateurs de notre République.

Edgar Quinet, l’un des premiers historiens de la Révolution, rapportait il y a bien longtemps ces paroles prêtées à l’un de ces représentants du peuple déjà bien oublié au XIXe siècle et désormais totalement inconnu ou presque : « Genevois, député de l’Isère à la Convention nationale, se sentant près de mourir, à Vevey, fit appeler son domestique : – Quand je serai mort, lui dit-il, et que les Bourbons auront été détrônés, tu viendras sur ma tombe et tu diras : Nous les avons chassés ! Mes os tressailliront de plaisir ». Pareille déclaration plaisait à coup sûr aux oreilles républicaines du XIXe siècle et fut par exemple assurée d’un tonnerre d’applaudissements en septembre 1892 lors de la célébration du centenaire de la République qui donna lieu à de nombreuses cérémonies partout en France. Un siècle plus tard, l’absence de toute perspective de restauration royaliste a certes rendu les propos de Genevois moins dignes d’une application immédiate. Toutefois, quand bien même les dépouilles des représentants du peuple ne seraient pas remués par notre actuel rassemblement devant le Panthéon, les idéaux pour lesquels ils ont combattu et les héritages qu’ils nous ont transmis sont, eux, toujours d’une actualité brûlante.

En septembre 1992, notre République a célébré dans une relative discrétion son bicentenaire. Quiconque relit aujourd’hui les journaux des 21 et 22 septembre 1992 réalise que nos médias n’avaient alors d’yeux que pour les résultats serrés du référendum sur le traité européen de Maastricht. Pourtant, à l’occasion du grand colloque international organisé à ce moment par Michel Vovelle, Pierre Bérégovoy, le Premier ministre d’alors, était venu en Sorbonne et avait prononcé, au nom de l’État et en l’absence du Président de la République souffrant, un discours en hommage aux fondateurs de la République. Il insistait sur trois caractéristiques majeures de celle-ci : être fille des Lumières, être née de la Révolution, être laïque. Nous ne pouvons aujourd’hui que faire nôtres ses mots lorsqu’il déclarait que « les valeurs républicaines ne sont ni archaïques, ni conquises à jamais ». Au-delà de tous les combats, de toutes les luttes, qui ont été menés depuis deux siècles pour la défense de la République et de ses idéaux, notamment lorsque le régime de Vichy prétendit les faire disparaître, demeurent en 2012 des mots encore très lourdement chargés de sens, à commencer par ceux qui sont inscrits sur nos bâtiments publics : liberté, égalité, fraternité. Certes, cette fière devise n’est pas née en 1792, néanmoins il s’agissait déjà de promouvoir et de défendre ces mêmes principes, et de croire en leur universalité. Deux siècles durant, les enseignants, en bons « hussards de la République » comme d’aucuns les nommaient, ont joué un rôle clé dans la transmission d’une culture républicaine, mais aussi dans une promotion sociale assurée par l’école, avec à la clé tous les enjeux de l’égalité des chances, de l’intégration et de la cohésion sociale. En 2012, dans une France de plus en plus insérée dans la construction européenne et soumise aux défis de la mondialisation, les principes de notre République sont plus que jamais d’actualité et méritent qu’on les défende. Quelle que soit sa condition sociale, a fortiori quelle que soit son origine, personne ne doit être laissé sur le bord du chemin dans une république digne de ce nom. Les représentants du peuple qui abolirent la monarchie il y a 220 ans sont les mêmes qui, en 1793, inscrivirent dans une nouvelle Déclaration des droits l’idée d’une dette publique à honorer vis-à-vis des plus démunis. A leurs yeux, créer la République ne suffisait pas, ne pouvait se limiter à un simple changement de Constitution, il fallait encore fonder la République par des institutions sociales. Ainsi convenait-il de reconnaître des droits sociaux nouveaux, tels ce droit au travail et ce droit aux secours qui font toujours rêver des milliards d’êtres humains au XXIe siècle. Les mêmes représentants du peuple achevèrent de libérer les paysans des dernières contraintes liées à la domination seigneuriale en juillet 1793 ; puis ils abolirent l’esclavage en février 1794, étendant aux territoires coloniaux les droits conquis de haute lutte depuis l’été 1789 par les sujets du roi de France devenus citoyens français. Quand bien même l’application de ces droits dans les colonies fut-elle partielle, porteuse de contradictions et à terme de terribles drames humains, ce pas accompli dans la voie d’une émancipation universelle n’en était pas moins remarquable.

Aujourd’hui encore, la République doit être, ne peut qu’être, sociale pour être démocratique, tant il est vrai que démocratie et république doivent être indissociables, tant il est évident que la démocratie ne se réduit pas à l’exercice du droit de voter et d’élire, aussi fondamental soit-il. En reprenant la belle phrase de Saint-Just, je conclurais volontiers que « le bonheur est toujours une idée neuve en Europe ». En ces premières années d’un nouveau siècle, dans un grand nombre de pays, par-delà les séquelles des guerres coloniales, la France est souvent encore perçue comme l’héritière de la Révolution et de la République que celle-ci enfanta. A nous tous, gouvernants et gouvernés, d’être dignes de cette réputation enviable et de ne pas voir là que des mots creux prétendument passés de mode, tandis que des échos révolutionnaires nous viennent à présent d’autres horizons géopolitiques. A nous tous d’agir pour la défense des idéaux hérités des représentants du peuple élus à la fin de l’été 1792, d’être soucieux de préserver ce lien social qui a marqué durablement notre modèle républicain et civique, et qui doit rejeter loin de nous l’égoïsme, l’intolérance, ainsi que toutes les formes d’exclusion et de racisme.

Honneur à la Convention nationale et vive la République.

Ce discours a été suivi d’un dépôt de gerbe devant le monument de la Convention, situé dans le chœur du Panthéon.

Tous les groupes politiques présents à l’Assemblée nationale, au Sénat et à la Mairie de Paris avaient été invités à participer à la cérémonie, de même que les plus hautes autorités de l’Etat. Seuls ont accepté de venir les représentants du Parti socialiste (Catherine Lemorton, députée de la Haute-Garonne), du Parti communiste français (Pierre Laurent, secrétaire national) et du Parti de Gauche (Jean-Luc Mélenchon, député européen, président du bureau national).  Tenant à s’associer à cette célébration de la République, le Grand Orient de France était représenté par Alain Simon, conseiller de l’ordre chargé de la laïcité, Philippe Foussier, grand orateur, Éric Garnier et Jean-Pierre Sbriglio, conseillers de l’ordre.

Discours de Pierre Laurent

Discours de Jean-Luc Mélenchon

Discours d’Alain Simon

La cérémonie a été animée par le groupe de reconstitution historique Carmagnole-Liberté et par la chanteuse Alexx, qui a interprété une sélection de chansons d’époque révolutionnaire. La SER les remercie tous pour la qualité – et l’enthousiasme – de leur prestation, qui fut unanimement appréciée.

 

Arrivée du cortège sur la place du Panthéon à 17h.
Le groupe Carmagnole-Liberté interprétant le Chant du Départ
Serge Aberdam (secrétaire de la SER) en maître des cérémonies.
Discours de Michel Biard, président de la SER.
En dépit du temps pluvieux, un public nombreux était au rendez-vous.
Le groupe Carmagnole-Liberté dans le vestibule du Panthéon.

 

D’autres photos de la cérémonie sont consultables sur le Clioweb.

Parution : « Héros et héroïnes de la Révolution française », sous la direction de Serge Bianchi

Serge Bianchi (dir.), Héros et héroïnes de la Révolution française, Paris, CTHS, coll. Histoire, 2012, 509 p., 28 €. ISBN : 978-2-7355-0760-3

La Révolution française est au coeur de la construction et de la déconstruction de figures héroïques, constitutives de ses combats et de sa légitimation : héros et héroïnes de la Première République, soldats-citoyens, « martyrs de la liberté », gloires locales et régionales, aux destins contrastés. Peut-on dégager la nature et l’essence du héros révolutionnaire (et contre-révolutionnaire) dans le temps long des célébrations de la nation ? Faut-il opposer le héros à l’antihéros ou au martyr, le héros civil au héros militaire, le laïc au clérical, le local au national ? À partir d’exemples présentés par une trentaine de spécialistes, il s’agit de fournir des axes d’analyse et d’interprétation pour un chantier qui croise tant de destins individuels, de sensibilités et de mémoires collectives.

Table des matières.

Serge Bianchi, Bernard Gainot, Pierre Serna : Introduction.

Première partie. L’invention et le processus d’héroïsation, entre mythe et histoire.

Alan Forrest : Un anti-héros de la Révolution française : Oliver Cromwell.

Serge Bianchi : Caïus Gracchus ou la construction d’un héros sous la Révolution française.

Anne de Mathan : Grandeur et misère des Girondins, entre illusion héroïque et instrumentalisation historiographique.

Deuxième partie : héros et héroïnes de la Révolution.

Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Karine Lambert et Martine Lapied : L’autre Panthéon. Femmes et héroïsation sous la Révolution.

Guillaume Mazeau : Marat ou la naissance d’un héroïsme républicain (1789-1793).

Nathalie Alzas : La formation d’un panthéon révolutionnaire, entre stratégies locales et stratégies nationales.

Claude-Alain Sarre : Le petit tambour d’Arcole : André Estienne, enfant de Cadenet en Luberon.

Philippe Bourdin : Les apothéoses théâtrales des héros de la Révolution (1792-1794).

Cyril Triolaire : Fêtes officielles et culte du héros Bonaparte en province entre Directoire et Consulat.

Troisième partie. Héroïsme en armes : les soldats-citoyens, des héros ?

Bernard Gainot : La persistance d’une culture de l’héroïsme républicain sous le Directoire : le Recueil des actions héroïques ou le Livre du soldat français par le général Championnet (1798-1799).

Quentin Reynier : Le héros militaire, la mort et l’honneur sous le Directoire : quelle menace pour la République ?

Michel Bourrier : Un truculent Brigasque, le général Rusca.

Jacques Macé : Un héros atypique : le général Lecourbe (1759-1815).

Quatrième partie. Les anti-héros, d’autres héros ?

Gaïd Andro : Le procureur général syndic : un anti-héros de la Révolution française.

Melvin Edelstein : Anti-héros ou « Incorruptible » ? L’élection de Robespierre aux états généraux vue par les Thermidoriens.

Matthieu de Gélis : Joseph de Boulainvilliers, anti-héros de la chouannerie bretonne.

Danièle Pingué : Parcours posthume d’un martyre de la foi, le père Grégoire de Saint-Loup.

Cinquième partie. Construction de la mémoire locale et régionale.

Rachel Jaeglé : Bara : un enfant de Palaiseau entré dans l’Histoire.

Bernard Bodinier : L’Eure ne célèbre guère ses (grands) révolutionnaires.

Jacques Bernet : De l’héroïsme au féminin dans la Révolution française. Exemples picards.

Gérard Richard, Max Etna : Guadeloupe, 1802. Le colonel Delgrès, héros ou rebelle ?

Sixième partie. Construction de la mémoire longue et historiographie.

Anne-Marie Duport : Fabre d’Églantine, héros discrédité.

Annie Lagarde-Fouquet : Commémorer le centenaire de 1789. L’histoire inachevée d’un monument commémoratif à la gloire de l’Assemblée constituante.

Roger Dupuy : Héroïsations vendéennes et chouannes, quelques réflexions.

Claude Mazauric : De la Révolution française dans l’imaginaire communiste français du XXe siècle : savoirs, figures, symboles.

Jean-Paul Rothiot : Quels héros pour les images d’Épinal ?

Serge Bianchi, Bernard Gainot : Conclusions.

 

Colloque « 1792, entrer en République » (Paris, 20-21 septembre 2012)

Organisé par l’ANR Actapol (IHRIS Lille-GRHis Rouen-CHEC Clermont-Ferrand), l’IHRF (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne) et la Société des études robespierristes.

ATTENTION : en raison du grand nombre d’inscrits au colloque, la journée du 21 septembre ne se tiendra pas au Centre Panthéon de l’Université Paris I, mais dans les Grands Salons de la Sorbonne, au 47 rue des écoles. Se munir du carton d’invitation téléchargé sur notre site. 

Lieu : Auditorium de l’Hôtel-de-Ville de Paris (le 20) et Grands salons de la Sorbonne, 47 rue des écoles (le 21).

Pour commémorer le 220e anniversaire de la Première République, le présent colloque entend interroger le « moment républicain » ouvert à l’été 1792. Entrer en république n’allait pas forcément de soi, malgré la suspension provisoire du roi, ni pour les citoyens qui élirent leurs représentants àla Convention nationale, ni pour ceux qui furent appelés à y siéger. La république est alors tout à la fois un horizon d’attente et un modèle politique, qui renvoie à des expériences de nature diverse, républiques anciennes, républiques modernes, républiques récemment nées d’expériences révolutionnaires. N’ayant jamais été formellement proclamée,la Première République est-elle un choix par défaut, l’aboutissement d’une maturation née des spécificités du processus révolutionnaire depuis la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, l’ambition d’un dépassement des expériences républicaines antérieures ? La réponse est évidemment plurielle ; pour autant, il est sans doute possible de dépasser la variété des options individuelles pour comprendre et analyser « un choix » devenu collectif, au moins de fait.

La rencontre sera organisée en deux temps. Le premier permettra de porter les regards sur les concepts, les idées, les représentations, mais aussi les premiers débats autour des projets de constitution. Par le biais des adresses, de la presse, d’autres sources encore, il conviendra tout d’abord de s’interroger sur la perception/réception de ce « nouveau régime » par les citoyens, mais aussi à l’étranger, d’autant que le procès du roi marqua très vite les esprits par le caractère irréversible et désacralisateur de l’acte régicide. Puis, la Constitution de 1791 étant de facto caduque, mais son organisation des pouvoirs demeurant en partie agissante (ainsi pour les autorités locales), la nécessité même de créer dans l’urgence et dans un contexte de guerre de nouvelles institutions exige l’évocation des premiers débats autour de la nouvelle constitution en gestation. Le second temps du colloque sera, quant à lui, réservé aux membres de la nouvelle Assemblée née des conséquences du 10 août 1792. Timothy Tackett a montré comment les Constituants étaient « devenus révolutionnaires ». Siéger à la Convention nationale supposait, dès le 21 septembre, de « devenir républicain ». Ces représentants du peuple durent, non pas « inventer » la république, mais poser les bases d’une de ses déclinaisons possibles, sans pour autant que les toutes premières séances de l’Assemblée donnent lieu à des débats théoriques sur le régime politique. Influencés par leurs expériences politiques et/ou administratives, par leurs prises de position entre printemps et été 1792, par les réseaux et les électeurs auxquels ils étaient liés, ces hommes eurent non seulement eux aussi à « entrer en république », mais durent en fonder les institutions. Dès lors, les premières semaines et au-delà les premiers mois de la République constituent un observatoire de tout premier choix pour qui veut chercher à comprendre « comment les députés de 1792 sont devenus républicains ».

Comité d’organisation : Serge Aberdam, Marc Belissa, Serge Bianchi, Michel Biard, Philippe Bourdin, Annie Duprat, Anne Jollet, Hervé Leuwers, Pierre Serna, Cyril Triolaire.

Comité scientifique : Sylvie Aprile, Jean Bart, Vincent Bourdeau, Malcolm Crook, Jacques Guilhaumou, Andrew Jainchill, Raymonde Monnier, Lluis Roura, Anne Simonin, Timothy Tackett, Michel Vovelle.

 Programme :

Jeudi 20 septembre 2012

Matin : fonder la République (I)

  • 9h30 Allocutions d’ouverture du colloque
  • 10h A de Francesco (Université de Milan), « Comment naissent les républiques ? »
  • 10h20 Raymonde Monnier (CNRS), « Que signifie « être républicain » en septembre 1792 ? »
  • 10h40 pause
  • 11h00 Guillaume Glénard (Université d’Artois), « Les principes constitutionnels de la République ».
  • 11h20 Serge Aberdam (INRA), « Une Constitution destinée à recevoir une sanction populaire ? »
  • 11h40-12h15Débats

 Après-midi : fonder la République (II)

  • 14h10 Peter McPhee (Université de Melbourne), « Robespierre et la République ».
  • 14h30 Philippe Bourdin (Université de Clermont-Ferrand), « Une pédagogie de la République : les correspondances des députés auvergnats, entre Assemblée législative et Convention »
  • 14h50 Laurent Brassart (Université de Lille 3), « Devenir républicain à l’été 1792 : mythes et aléas d’une conversion »
  • 15h10 pause
  • 15h30 Gaid Andro (Université de Rouen), « Les procureurs généraux syndics face à la rupture républicaine : entre engagement politique et pragmatisme administratif, entre adhésion collective et dissidence individuelle »
  • 15h50 Paul Chopelin (Université de Lyon 3), « Bénir la République. Providentialisme et contingences pastorales dans le discours politique des évêques constitutionnels (août-septembre 1792) »
  • 16h10 Anne Jollet (Université de Poitiers), « Femme de conventionnel : un enjeu politique dans la république »
  • 16h30-17h15 Débats

Vendredi 21 septembre 2012 

Matin : élire la Convention nationale.

  • 9h Serge Bianchi (Université de Rennes 2), « Les élections en Seine-et-Oise : un vote déjà républicain ? »
  • 9h20 Jean-Paul Rothiot (Université de Nancy), « Le vote républicain en Lorraine ou La Lorraine devient républicaine »
  • 9h40 Jean-Baptiste Legoff (Archives départementales de la Meuse), Des élections sous la menace de l’invasion ennemie.
  • 10h pause
  • 10h20 Julien Bouchet, Sébastien Pivoteau, Jean Salvat, Côme Simien (Université de Clermont-Ferrand), « Incarner la République ? Les attitudes des futurs Conventionnels devant l’idée républicaine dans trois départements méridionaux (Ariège, Aude et Pyrénées-Orientales) ».
  • 10h40 Frédéric Régent (Université Paris I), « Devenir Républicain aux Petites Antilles à travers l’exemple  de l’élection des députés à la Convention »
  • 11h Hervé Leuwers (Université de Lille 3), « Les conventionnels des 20 et 21 septembre 1792. La progressive mise en action des députés qui ont choisi la République »
  • 11h20-12h Débats

 Après-midi : parler au nom de la République 

  • 14h Michel Biard (Université de Rouen), « Premières prises de parole et débats législatifs à l’aube de la République ».
  • 14h20 Pierre Serna (Université Paris I), « La France est république ». Brissot et les origines politiques de la république ».
  • 14h40 pause
  • 15h Bernard Gainot (Université Paris I), « Tout citoyen doit être armé pour la cause commune. La République comme camp militaire en 1792 ».
  • 15h20 Virginie Martin(Université Paris I), « Entrer en République : gageure ou impasse diplomatique (août 1792-avril 1793) ? »
  • 15h40 Annie Jourdan (Université d’Amsterdam), « Le regard des étrangers sur l’entrée en république de la France (1791-1793) ».
  • 16h-16h45 débats
  • A partir de 17h commémoration au Panthéon

Inscription aux deux journées et/ou à la cérémonie du Panthéon. Merci d’indiquer en toutes lettres vos nom et prénom lors de l’enregistrement, sachant que votre identité reste invisible du public (seuls les administrateurs ont accès aux informations nominales) : http://www.doodle.com/x53kk2h3m9t5gu3h

Pour accéder à l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris le 20 septembre et aux Grands salons de la Sorbonne le 21 septembre, nous vous demandons de télécharger, d’imprimer et de compléter le carton d’invitation suivanthttp://ser.hypotheses.org/files/2012/07/InvitationEntrerRépublique2012.pdf

Contact : contact@revolution-francaise.fr

 

Parution : « Extrême » ?, sous la direction de Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur et Pierre Serna

Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur et Pierre Serna (dir.), « Extrême » ? Identités partisanes et stigmatisation des gauches en Europe (XVIIIe-XXe siècle), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2012, 371 p., 18 €. ISBN : 978-2-7535-1799-8.

En inventant la droite et la gauche comme forme de positionnement politique, la Révolution française voit poindre, aux confins d’un échiquier ainsi redéfini dès la fin de 1789, des formes de radicalité qui ont contribué à rendre le débat plus tendu. En même temps que la politique naît une forme d’« extrémisme » à droite comme à gauche, qui se caractérise par une grande attention théorique tout autant que par des pratiques de rupture avec le débat supposé plus calme des assemblées.

Les actes de ce colloque se proposent d’interroger la notion d’« extrême » depuis son apparition dans le débat révolutionnaire jusqu’à ses plus récentes manifestations, en France ou en Italie par exemple, où une gauche radicale a pu se manifester et continue d’exister sous différentes formes.

Ce sont de multiples facettes de cette réalité mouvante qui sont ici proposées et étudiées. Qu’en est-il d’une définition précise de l’« extrême »? Est-ce une posture idéologique revendiquée dans une assemblée représentative? Ou bien, de par sa radicalité, ne peut-elle se déclarer que dans un espace autre, celui de la militance, de la société civile et de l’action sociale? Est-elle une réalité homogène ou bien à son tour traversée de nuances, voire d’oppositions qui la divisent? Ne serait-elle pas plutôt une réalité et un mot imposés par ses détracteurs inquiets ou agressifs, sous la forme d’un stigmate visant à décrédibiliser depuis deux cents ans ceux dont la politique est dite d’« extrême gauche »? « Extrême » devient alors un stigmate qui permet de ranger sous un même mot le terroriste, le partageux, la pétroleuse, ou le militant syndical trop actif. Qu’en est-il des acteurs de cette radicalité de gauche? Qu’en est-il des systèmes de représentations qui, depuis plus de deux cents ans, tentent de la marginaliser au nom d’une politique du bon sens, au nom d’un centre modéré rejetant à sa périphérie celles et ceux qui sont considérés comme des dangers pour l’ordre public et social? Il s’agit ici d’ouvrir des pistes pour inscrire dans l’histoire du politique cette réalité de la gauche « extrême », ces combats d’images, ces luttes de mots, autour d’une pensée et d’une pratique de gauche dont on essaie de savoir si elle est « extrême » parce que décalée par des discours dominants faisant de la modération l’objet de l’ordre politique.

Table des matières : 

Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur, Pierre Serna : Introduction.

Première partie. Mots et concepts.

Philippe Georges : Rousseau et le malheur de l’inégalité : les « funestes hasards » de l’extrême en question.

Déborah Cohen : Des excès du peuple aux excès du parti du peuple : continuités et transferts des représentations.

Alan Forrest : Extrémisme et modération : réactions anglaises à la France révolutionnaire.

Jean-Numa Ducange : Stigmatiser la gauche « extrême », violence et terreur révolutionnaire en Allemagne (1918-1919).

Vincent Chambarlhac, David Hamelin, Jean-Guillaume Lanuque et Georges Ubbiali : Construction et déconstruction d’une catégorie : l’extrême-gauche et ses avatars en France depuis 1989. Pour la revue Dissidences.

Deuxième partie. Groupes et mouvances.

Serge Aberdam : Critiquer la construction de 1793 du point de vue l’humanité souffrante, est-ce nécessairement prendre un parti extrême ?

Françoise Brunel et Jacques Guilhaumou : Extrême, extrêmes : réflexions sur Marx, le côté gauche et les Montagnards.

Vincent Robert : Les banquets montagnards de 1848 sous l’oeil du parti de l’Ordre.

Vincent Chambarlhac : Nommer l’extrême gauche autour de 1937. Topique(s) de l’agrégation trotskiste.

Julien Dohet et Jean Faniel : La gauche « extrême » en Belgique, du Parti libéral à la gauche anticapitaliste.

Troisième partie. Pratiques.

Haim Burstin : L’expérience de la radicalité ou comment devient-on « extrémiste ». Notes à partir des journées parisiennes de 1789.

Lluis Roura i Aulinas : Radicalisme ou « extrême centre » dans le premier libéralisme espagnol.

Jean-Claude Caron : Extrémisme parlementaire et extrémisme politique sous la Restauration.

Christophe Voilliot : Des candidats contre les « extrêmes » : l’action électorale des préfets dans la préparation des élections législatives de 1834.

Hélène Rannou : Le syndicalisme révolutionnaire havrais avant 1914. Pratiques et théorie/violence et stigmatisation.

Quatrième partie. Représentations et discours de rejet.

Pascal Dupuy et Rolf Reichardt : Les figures du « révolutionnaire ». Pour une histoire iconographique comparée des types politiques « extrêmes ».

Yannick Bosc : Thomas Paine et la figure du Girondin comme radical.

Philippe Bourdin : Les mots pour le dire et pour le faire : la dénonciation des extrêmes et la chasse aux Jacobins dans Le Décadaire du Cantal (an III).

Marc Deleplace : Le Directoire entre l’anarchie et la royauté ou comment les extrêmes ne rejoignent-ils finalement pas (1795-1799).

Yvan Combeau : Les limites des extrêmes fixées par les honnêtes gens (mai-juillet 1871).

Hugo Garcia : Rojos. L’image du communisme dans la littérature contre-révolutionnaire espagnole (1918-1939).

Pascal Girard : Une gauche extrême ou une gauche « de l’étranger » ? Représentations et stigmatisation des partis communistes français et italien au début de la guerre froide.

Cinquième partie. Et aujourd’hui ?

Ludivine Bantigny : Penser le pouvoir, prendre le pouvoir. Le centre et la marge dans la culture communiste révolutionnaire (1968-1981).

Silke Mende : La radicalité comme « remède à la maladie sénile » de la société industrielle ? La formation des Verts ouest-allemands entre sentiment de crise et remise en question des catégories idéologiques.

Yannick Beaulieu : L’extrême gauche italienne n’existe pas ! Mise en perspective historique d’une « aire » politique : la Nuova Sinistra (1960-1980).

Michel Biard, Bernard Gainot, Paul Pasteur, Pierre Serna : Conclusion.

Prix Albert Mathiez 2013

Depuis 2002, la Société des études robespierristes décerne un prix récompensant une thèse universitaire, française ou étrangère mais rédigée en langue française, consacrée à la période révolutionnaire. Cette dernière est largement définie selon les termes de ses statuts, c’est-à-dire des années 1770 jusque vers 1815, incluant au sens le plus large les causes et les conséquences de la Révolution.

Ce prix porte le nom d’Albert Mathiez, afin de perpétuer la mémoire et l’enseignement de celui qui fut à la fois l’un des plus grands historiens de la Révolution française et le fondateur de notre Société et de sa revue, les Annales historiques de la Révolution française, respectivement en juin 1907 et janvier 1908.

Les thèses des candidats du prix 2013 devront avoir été soutenues entre le 1er juin 2009 et le 31 décembre 2012. La thèse primée sera publiée sous forme d’ouvrage, dans un délai maximum de deux ans, par les éditions de notre Société. D’ici à la publication des résultats du concours, les candidats devront s’engager à ne pas signer d’autre contrat d’édition.

Renseignements et règlement sont à demander au Secrétariat général de la Société des études robespierristes, 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05, adresse à laquelle les dossiers devront être adressés, avant le 15 janvier 2013, le cachet de la Poste faisant foi.

Tous les membres de notre société, et plus généralement tous ceux qui enseignent l’histoire de la Révolution française ou dirigent des travaux sur cette période, sont invités à faire connaître autour d’eux l’existence de ce prix.

Communiqué de la SER après l’émission de France 3 « Robespierre, bourreau de la Vendée? »

SERPar le communiqué suivant, la Société des études robespierristes condamne l’entreprise de désinformation historique menée dans le cadre de l’émission « L’ombre d’un doute », diffusée le 7 mars dernier sur France 3 et titrée « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Comme dans ses précédentes émissions, Franck Ferrand entend mettre en valeur des thèses « iconoclastes » qui contredisent une histoire officielle, élaborée par des universitaires supposés « corporatistes » et soucieux de perpétuer les vieux mythes du roman national républicain. Bien qu’inscrite dans une démarche quelque peu démagogique de critique du « politiquement correct », l’intention pourrait paraître  louable si chaque partie était équitablement interrogée dans un débat conclusif, ce qui n’a pas été le cas ici.

Dès son titre l’émission ignore les réalités les mieux établies par le travail des historiens : jamais Robespierre n’a commandé la « destruction » de la Vendée. Il n’a d’ailleurs jamais pris spécifiquement position sur le sujet lors de ses interventions à la tribune de la Convention. Affirmer en outre qu’il dirigeait le Comité de Salut public est une pure contre-vérité, reprenant le vieux mythe thermidorien de « la dictature de Robespierre ». L’absolue nécessité de la répression de l’insurrection vendéenne était une évidence pour l’ensemble des députés de la Convention. Alors pourquoi laisser à Robespierre la seule responsabilité de toutes les violences de cette période ? Pour faciliter les comparaisons abusives avec les totalitarismes du XXe siècle ? Pour, à des fins idéologiques plus ou moins avouables, donner à la Révolution française son Hitler ou son Staline, quitte à travestir totalement la réalité ? Les téléspectateurs de France 3, férus d’histoire de France, méritent mieux que cela. L’action politique de Robespierre n’est pas une donnée historique acquise et fait l’objet de réévaluations constantes, qui ne sont pas hagiographiques. L’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I) lui consacre ainsi cette année un séminaire, ouvrant de nouvelles perspectives de recherche (http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article635), tandis qu’un collectif d’historiens de la Société des études robespierristes s’apprête à publier une biographie du personnage sans a priori idéologique, destinée à dissiper aussi bien la légende noire que la légende dorée qui environnent le personnage.

Quant à la question du « génocide » vendéen, la Société des études robespierristes ne cherche évidemment pas à nier, et encore moins à justifier, les massacres de populations civiles à grande échelle opérés par les armées républicaines dans certains départements de l’Ouest. Il faut rappeler simplement que les violences de 1793-1794 ne se sont pas limitées à la région qualifiée de « Vendée » : des mouvements répressifs très brutaux ont également été menés dans d’autres départements, théâtres d’insurrections ou menacés d’invasion, comme le Lyonnais, le Bordelais ou le Midi. Le vocabulaire d’« extermination », notamment celui de « race rebelle » et de « destruction des brigands », y était tout autant employé qu’en Vendée, mais avec des conséquences humaines bien différentes, ce qui invalide totalement la théorie dite du « génocide par petits bouts de papier » défendue dans l’émission. En outre, les généraux républicains n’étaient pas les seuls à exercer des représailles sur la population civile dans le cadre de ce qui a pu être qualifié par certains historiens de « guerre totale ». Rappelons, par exemple, que l’armée autrichienne s’est livrée à des actes de tortures et à des massacres de populations civiles dans la vallée de la Moselle en septembre 1793. L’ampleur et les modalités d’exécution de ces violences de masse, pas uniquement en « Vendée » et pas uniquement en 1793-1794, restent encore largement à étudier, contrairement à ce qu’affirment péremptoirement les journalistes de l’émission « L’Ombre d’un doute ».

De la même façon, la Société des études robespierristes désapprouve les motifs de la proposition de loi déposée le 6 mars dernier, veille de la diffusion de l’émission – hasard du calendrier ? –, par un groupe très restreint de députés appartenant à la majorité présidentielle (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion4441.asp). Contrairement à ce qu’affirment ces députés, les faits ne sont pas « clairement établis ». Les « dépouillements minutieux » d’archives n’ont pas été réalisés : il reste encore beaucoup à faire, tant dans les dépôts locaux que nationaux. La recherche sur les politiques de la Terreur est aujourd’hui conduite, sans aucune complaisance, par les historiens universitaires et amateurs, recherche à laquelle participent activement les membres de la Société des études robespierristes. Les travaux les plus récents, comme ceux qui sont en cours sur les comités de surveillance (http://ser.hypotheses.org/362), démontrent très bien que les organes répressifs n’ont jamais fonctionné de manière uniforme, qu’il est important de distinguer la part des initiatives locales des instructions du pouvoir central. Avant de se livrer à des comparaisons hâtives avec l’Allemagne nazie, l’Union soviétique ou le Kampuchea démocratique, il faut mieux connaître l’histoire de la violence politique et militaire en France dans les années 1790 et la comparer avec les pratiques antérieures de violences à l’égard des populations civiles (guerres de Louis XIV et guerre de Sept Ans notamment).

Face à l’accumulation des erreurs historiques présentes dans l’émission et l’ignorance du travail des chercheurs spécialistes de la période qu’elle manifeste, la Société des études robespierristes estime devoir demander un droit de réponse à la direction de France 3. Elle lui propose d’organiser un débat de qualité entre historiens, afin d’offrir aux téléspectateurs les moyens de saisir plus objectivement les enjeux de cette période complexe ainsi que leurs résonnances mémorielles dans la France contemporaine.

Communiqué rédigé collectivement à la demande de l’Assemblée générale de la SER réunie le 17 mars 2012 à Paris par Serge Bianchi, Paul Chopelin, Anne Jollet, Julien Louvrier et Fanny Panhaleux.

« Robespierre, bourreau de la Vendée ? » : Une splendide lecon d’anti-méthode historique

Suite à la diffusion sur France 3 le 7 mars dernier de l’émission « L’Ombre d’un doute » intitulée « Robespierre, bourreau de la Vendée ?« , Marc Belissa (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) et Yannick Bosc (Université de Rouen), tous les deux membres de la SER, ont publié sur le site Revolution-francaise.net la réaction suivante : 

Alors que sévit une crise engendrée par la cupidité et le délitement des valeurs républicaines, la mobilisation de milliers de personnes pour l’achat des manuscrits de Robespierre au printemps 2011 a surpris. Elle a surpris à gauche ceux qui ont laissé l’héritage républicain en déshérence et à droite le ban et l’arrière-ban des dénonciateurs du « totalitarisme » robespierriste. Des décennies de « communication » n’ayant donc pas suffi il fallait dans l’urgence faire face au retour de « l’incorruptible ». En septembre dernier, la revue Historia a donc consacré un dossier à « Robespierre le psychopathe légaliste ». Le service public conscient de sa mission ne pouvant être en reste, France 3 a diffusé le mercredi 7 mars 2012 un documentaire « réalisé par Richard Vargas et raconté par Franck Ferrand » intitulé « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Pour l’occasion, le site internet de la chaîne a proposé une bibliographie généreusement composée de trois ouvrages. Elle donne le ton… [Lire la suite sur Revolution-francaise.net]