Archives de catégorie : Actualité

Vient de paraître : « Histoire et mémoires de Conventionnels »

couv_me_moires_convLa Société des études robespierristes publie, dans sa collection « Études révolutionnaires », ce volume collectif issu de deux rencontres (Tokyo, 2013 — Ivry-sur-Seine, 2014) au cours desquelles les historiographies françaises et japonaises ont pu se confronter et s’enrichir mutuellement.

213 pages. 20 €.

Vient de paraître : « Robespierre », édition en DVD du docu-fiction d’Hervé Pernot (1989)

CouvDVD_Robespierre_1

Robespierre, sa vie, son exercice du pouvoir sont confrontés à l’analyse et au jugement des hommes du Bicentenaire (1989), des historiens (Michel Vovelle, Jean-Paul Bertaud, Serge Bianchi…) et des hommes politiques (Jacques Chaban-Delmas, Michel Debré, Bertrand Renouvin, André Lajoinie, Lionel Jospin). Le film est d’un intérêt tout à la fois historique et historiographique. Il met en scène les moments les plus dramatiques de la vie de Robespierre et offre un regard sur la Révolution française à la fin du XXe siècle.

Prix : 7 € (+ 4 € de frais de port).

A commander sur notre boutique en ligne

Appel à communication : « Rhétoriques révolutionnaires en Côte d’Or » (10 juin 2016)

Journée d’étude

Rhétoriques révolutionnaires en Côte-d’Or, entre laconisme et grandiloquence

Appel à communications

Le discours révolutionnaire sera au cœur des contributions présentées lors de cette journée d’études pluridisciplinaire. Beaucoup, au cours de la décennie révolutionnaire et dans la continuité des Lumières, ont dénoncé la loquacité, le verbiage ou encore la grandiloquence comme une arme de séductions rhétoriques susceptible de tromper les citoyens, de pervertir le message régénérateur et de dénaturer l’exercice du pouvoir. Le laconisme – cette référence à Sparte, Lacédémone et à la Laconie est-elle si surprenante ? — est alors revendiqué notamment dans l’exercice du pouvoir ; Continuer la lecture de Appel à communication : « Rhétoriques révolutionnaires en Côte d’Or » (10 juin 2016)

L’histoire de la Révolution française ? Plus que jamais !

Tribune publiée par Serge Aberdam, Michel Biard, Philippe Bourdin, Annie Crépin, Jean-Numa Ducange et Hervé Leuwers dans L’Humanité du 15 janvier 2016.

Les menaces qui pèsent sur l’Institut d’Histoire de la Révolution française (Université Paris 1), fondé par Georges Lefebvre, ne peuvent laisser indifférent. Dans notre République, l’histoire de l’événement révolutionnaire conserve plus que jamais son actualité, et toute réorganisation des structures de la recherche doit prendre cela en compte. Il serait grave de mettre un point final à une aventure humaine et scientifique fondamentale, d’autant plus qu’il s’agit-là d’un chantier international, au sein duquel les historiens français ont un rôle majeur à jouer. Continuer la lecture de L’histoire de la Révolution française ? Plus que jamais !

Colloque « Centralisation et fédéralisme », Rouen, 28-29 janvier 2016

Centralisation et fédéralisme

Les modèles et leur circulation dans l’espace européen francophone, germanophone et italophone

Colloque organisé par Michel Biard, Jean-Numa Ducange et Jean-Yves Frétigné

Rouen, Maison de l’Université, salle des conférences

28-29 janvier 2016

A l’aube du XXIe siècle, la question de l’organisation des pouvoirs et du fil conducteur entre ces pouvoirs possède toujours une grande acuité, certains pays européens ayant choisi des voies menant vers une organisation de type fédéral, d’autres ayant privilégié un modèle plus centralisé, Continuer la lecture de Colloque « Centralisation et fédéralisme », Rouen, 28-29 janvier 2016

Réaction de la SER aux attentats du 13 novembre

Comme elle l’avait fait en janvier dernier, la Société des études robespierristes condamne avec la plus grande fermeté les actes abjects qui viennent d’ensanglanter Paris et affirme sa pleine solidarité avec les victimes. Depuis sa naissance en 1907, elle entend non seulement favoriser les études sur la période révolutionnaire, mais aussi, en société de pensée, promouvoir et défendre les idéaux légués par la Révolution française. En choisissant Paris comme cible et des lieux où allaient forcément être frappés au hasard des civils, notamment des jeunes gens, et pas n’importe quels lieux de la capitale, les assassins s’en prennent aussi aux Lumières, à la Raison, à la Liberté et à l’Egalité chères à notre Société. Nous ne nous laisserons pas entraîner vers le gouffre où nous tirent des meurtriers obscurantistes qui favorisent la montée de la haine de l’Autre. Comme en janvier, nous ne céderons ni à la peur, ni à la haine, et nous resterons debout.

Michel Biard, président, au nom du bureau de la Société des études robespierristes.

Appel à communication : colloque « L’homme politique et la presse », Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016

Colloque du Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » (Université Blaise-Pascal)

En collaboration avec l’IHRF (Paris I-Sorbonne), l’IRHIS (Lille III), le GRHis (Rouen) et la Société des études robespierristes

 L’homme politique français et la presse, de la monarchie constitutionnelle à la monarchie de Juillet : relais d’opinion, miroirs d’une action, marécage des passions

(Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016)

Appel à communications

La presse bénéficie des libertés de pensée et d’expression reconnues par la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen : 137 journaux politiques naissent en 1789. La diversité de leurs auteurs et de leurs opinions, confirmée les années suivantes, compte pour beaucoup dans la structuration et les clivages de la vie politique nationale Continuer la lecture de Appel à communication : colloque « L’homme politique et la presse », Clermont-Ferrand, 8-9 septembre 2016

En librairie : « Comprendre et enseigner la Révolution française »

CouvertureEnseigner RF_2

Que reste-t-il aujourd’hui de la Révolution française ? Toutes les révolutions affirment s’inspirer des principes universels de « 89 », et la période révolutionnaire française semble s’imposer d’une part comme source d’inspiration et moment historique fondateur, et d’autre part comme grille de lecture et modèle d’interprétation traversant les siècles et donnant sens au présent. Cette Révolution, comme héritage et comme actualité, est au coeur des programmes scolaires comme période étudiée et comme lieu de la sensibilisation au modèle républicain, du futur cycle 3 primaire au lycée. Qu’en reste-t-il et comment en parler, comment l’enseigner Cet ouvrage propose à la fois l’état actuel de la recherche historique et une analyse efficace du discours scolaire sur la Révolution depuis le bicentenaire. Chaque chapitre est structuré en deux parties, une première proposant une synthèse des travaux historiques sur la question, la seconde proposant un dossier documentaire. Le livre s’adresse aux lecteurs curieux, aux enseignants de collège et lycée, ainsi qu’aux étudiants préparant l’ agrégation d’histoire.

Lien éditeur

En librairie : « Vertu et politique. Les pratiques des législateurs (1789-2014) »

La vertu politique est-elle une spécificité du régime démocratique ou doit-elle s’imposer à tout régime ?

Les protagonistes de la Révolution française reprennent le questionnement et, dans leur construction d’un nouveau régime politique, ils envisagent d’emblée, dès 1789, la vertu publique comme une nécessité. La naissance d’une république à l’automne 1792 confirme et renforce cette conviction : l’entrée dans un régime d’exception, en 1793, ne la fait pas disparaître. Concrètement, c’est entre autres dans la vie parlementaire que s’est exprimée l’exigence de vertu publique, dès lors que l’engagement politique des législateurs impliquait nombre de conséquences lourdes de sens. Pour garantir son désintéressement, son service prioritaire du public, sa vertu donc, faut-il limiter ses pouvoirs, le nombre de ses mandats, la durée de son cursus honorum ? Faut-il contrôler ses revenus et son train de vie dans ses missions et en-dehors ? Jusqu’où la parole et le geste du député sont-ils libres, couverts par l’inviolabilité décrétée dès 1789 ? Dès lors que la vertu relève d’une exigence révolutionnaire, quelques cas de députés corrompus peuvent-ils suffire à jeter le discrédit sur leurs collègues et à faire naître en France les premiers germes d’un antiparlementarisme ?

Les questions sont posées. Elles ne sont pas seulement pour le temps de la Révolution, mais sont reprises et évoluent au fil des régimes. Si pour les étudier le présent ouvrage entend interroger avant tout le moment clef de la Révolution, il s’intéresse à leurs sources et à leurs prolongements. Aussi invite-t-il à une mise en perspective de plusieurs séquences qui, au cours des XIXe et XXe siècles, ont fait ressurgir, à l’aune des attentes démocratiques des citoyens, la question de al nécessaire vertu des élus.

Cet ouvrage peut être commandé directement auprès de la SER, au prix de 22 €, franco de port. Règlement par chèque, endossable en France, à l’ordre de la Société des études robespierristes (17 rue de la Sorbonne, 75231 PARIS cedex 05).

Lien éditeur