Tous les articles par Julien Louvrier

Prix Albert Mathiez 2013

Depuis 2002, la Société des études robespierristes décerne un prix récompensant une thèse universitaire, française ou étrangère mais rédigée en langue française, consacrée à la période révolutionnaire. Cette dernière est largement définie selon les termes de ses statuts, c’est-à-dire des années 1770 jusque vers 1815, incluant au sens le plus large les causes et les conséquences de la Révolution.

Ce prix porte le nom d’Albert Mathiez, afin de perpétuer la mémoire et l’enseignement de celui qui fut à la fois l’un des plus grands historiens de la Révolution française et le fondateur de notre Société et de sa revue, les Annales historiques de la Révolution française, respectivement en juin 1907 et janvier 1908.

Les thèses des candidats du prix 2013 devront avoir été soutenues entre le 1er juin 2009 et le 31 décembre 2012. La thèse primée sera publiée sous forme d’ouvrage, dans un délai maximum de deux ans, par les éditions de notre Société. D’ici à la publication des résultats du concours, les candidats devront s’engager à ne pas signer d’autre contrat d’édition.

Renseignements et règlement sont à demander au Secrétariat général de la Société des études robespierristes, 17 rue de la Sorbonne, 75231 Paris cedex 05, adresse à laquelle les dossiers devront être adressés, avant le 15 janvier 2013, le cachet de la Poste faisant foi.

Tous les membres de notre société, et plus généralement tous ceux qui enseignent l’histoire de la Révolution française ou dirigent des travaux sur cette période, sont invités à faire connaître autour d’eux l’existence de ce prix.

Communiqué de la SER après l’émission de France 3 « Robespierre, bourreau de la Vendée? »

SERPar le communiqué suivant, la Société des études robespierristes condamne l’entreprise de désinformation historique menée dans le cadre de l’émission « L’ombre d’un doute », diffusée le 7 mars dernier sur France 3 et titrée « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Comme dans ses précédentes émissions, Franck Ferrand entend mettre en valeur des thèses « iconoclastes » qui contredisent une histoire officielle, élaborée par des universitaires supposés « corporatistes » et soucieux de perpétuer les vieux mythes du roman national républicain. Bien qu’inscrite dans une démarche quelque peu démagogique de critique du « politiquement correct », l’intention pourrait paraître  louable si chaque partie était équitablement interrogée dans un débat conclusif, ce qui n’a pas été le cas ici.

Dès son titre l’émission ignore les réalités les mieux établies par le travail des historiens : jamais Robespierre n’a commandé la « destruction » de la Vendée. Il n’a d’ailleurs jamais pris spécifiquement position sur le sujet lors de ses interventions à la tribune de la Convention. Affirmer en outre qu’il dirigeait le Comité de Salut public est une pure contre-vérité, reprenant le vieux mythe thermidorien de « la dictature de Robespierre ». L’absolue nécessité de la répression de l’insurrection vendéenne était une évidence pour l’ensemble des députés de la Convention. Alors pourquoi laisser à Robespierre la seule responsabilité de toutes les violences de cette période ? Pour faciliter les comparaisons abusives avec les totalitarismes du XXe siècle ? Pour, à des fins idéologiques plus ou moins avouables, donner à la Révolution française son Hitler ou son Staline, quitte à travestir totalement la réalité ? Les téléspectateurs de France 3, férus d’histoire de France, méritent mieux que cela. L’action politique de Robespierre n’est pas une donnée historique acquise et fait l’objet de réévaluations constantes, qui ne sont pas hagiographiques. L’Institut d’Histoire de la Révolution française (Paris I) lui consacre ainsi cette année un séminaire, ouvrant de nouvelles perspectives de recherche (http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article635), tandis qu’un collectif d’historiens de la Société des études robespierristes s’apprête à publier une biographie du personnage sans a priori idéologique, destinée à dissiper aussi bien la légende noire que la légende dorée qui environnent le personnage.

Quant à la question du « génocide » vendéen, la Société des études robespierristes ne cherche évidemment pas à nier, et encore moins à justifier, les massacres de populations civiles à grande échelle opérés par les armées républicaines dans certains départements de l’Ouest. Il faut rappeler simplement que les violences de 1793-1794 ne se sont pas limitées à la région qualifiée de « Vendée » : des mouvements répressifs très brutaux ont également été menés dans d’autres départements, théâtres d’insurrections ou menacés d’invasion, comme le Lyonnais, le Bordelais ou le Midi. Le vocabulaire d’« extermination », notamment celui de « race rebelle » et de « destruction des brigands », y était tout autant employé qu’en Vendée, mais avec des conséquences humaines bien différentes, ce qui invalide totalement la théorie dite du « génocide par petits bouts de papier » défendue dans l’émission. En outre, les généraux républicains n’étaient pas les seuls à exercer des représailles sur la population civile dans le cadre de ce qui a pu être qualifié par certains historiens de « guerre totale ». Rappelons, par exemple, que l’armée autrichienne s’est livrée à des actes de tortures et à des massacres de populations civiles dans la vallée de la Moselle en septembre 1793. L’ampleur et les modalités d’exécution de ces violences de masse, pas uniquement en « Vendée » et pas uniquement en 1793-1794, restent encore largement à étudier, contrairement à ce qu’affirment péremptoirement les journalistes de l’émission « L’Ombre d’un doute ».

De la même façon, la Société des études robespierristes désapprouve les motifs de la proposition de loi déposée le 6 mars dernier, veille de la diffusion de l’émission – hasard du calendrier ? –, par un groupe très restreint de députés appartenant à la majorité présidentielle (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion4441.asp). Contrairement à ce qu’affirment ces députés, les faits ne sont pas « clairement établis ». Les « dépouillements minutieux » d’archives n’ont pas été réalisés : il reste encore beaucoup à faire, tant dans les dépôts locaux que nationaux. La recherche sur les politiques de la Terreur est aujourd’hui conduite, sans aucune complaisance, par les historiens universitaires et amateurs, recherche à laquelle participent activement les membres de la Société des études robespierristes. Les travaux les plus récents, comme ceux qui sont en cours sur les comités de surveillance (http://ser.hypotheses.org/362), démontrent très bien que les organes répressifs n’ont jamais fonctionné de manière uniforme, qu’il est important de distinguer la part des initiatives locales des instructions du pouvoir central. Avant de se livrer à des comparaisons hâtives avec l’Allemagne nazie, l’Union soviétique ou le Kampuchea démocratique, il faut mieux connaître l’histoire de la violence politique et militaire en France dans les années 1790 et la comparer avec les pratiques antérieures de violences à l’égard des populations civiles (guerres de Louis XIV et guerre de Sept Ans notamment).

Face à l’accumulation des erreurs historiques présentes dans l’émission et l’ignorance du travail des chercheurs spécialistes de la période qu’elle manifeste, la Société des études robespierristes estime devoir demander un droit de réponse à la direction de France 3. Elle lui propose d’organiser un débat de qualité entre historiens, afin d’offrir aux téléspectateurs les moyens de saisir plus objectivement les enjeux de cette période complexe ainsi que leurs résonnances mémorielles dans la France contemporaine.

Communiqué rédigé collectivement à la demande de l’Assemblée générale de la SER réunie le 17 mars 2012 à Paris par Serge Bianchi, Paul Chopelin, Anne Jollet, Julien Louvrier et Fanny Panhaleux.

« Robespierre, bourreau de la Vendée ? » : Une splendide lecon d’anti-méthode historique

Suite à la diffusion sur France 3 le 7 mars dernier de l’émission « L’Ombre d’un doute » intitulée « Robespierre, bourreau de la Vendée ?« , Marc Belissa (Université Paris Ouest Nanterre-La Défense) et Yannick Bosc (Université de Rouen), tous les deux membres de la SER, ont publié sur le site Revolution-francaise.net la réaction suivante : 

Alors que sévit une crise engendrée par la cupidité et le délitement des valeurs républicaines, la mobilisation de milliers de personnes pour l’achat des manuscrits de Robespierre au printemps 2011 a surpris. Elle a surpris à gauche ceux qui ont laissé l’héritage républicain en déshérence et à droite le ban et l’arrière-ban des dénonciateurs du « totalitarisme » robespierriste. Des décennies de « communication » n’ayant donc pas suffi il fallait dans l’urgence faire face au retour de « l’incorruptible ». En septembre dernier, la revue Historia a donc consacré un dossier à « Robespierre le psychopathe légaliste ». Le service public conscient de sa mission ne pouvant être en reste, France 3 a diffusé le mercredi 7 mars 2012 un documentaire « réalisé par Richard Vargas et raconté par Franck Ferrand » intitulé « Robespierre : bourreau de la Vendée ? ».

Pour l’occasion, le site internet de la chaîne a proposé une bibliographie généreusement composée de trois ouvrages. Elle donne le ton… [Lire la suite sur Revolution-francaise.net]

Sur le rôle de René Levasseur en Vendée : Une lettre de Daniel Jouteux à Reynald Sécher

Levasseur

Président de la Société des Amis de la Révolution – Club René Levasseur de la Sarthe, association qui a pour but « l’étude et la recherche sur la Révolution française, ainsi que la promotion auprès du public, dans la continuité du bicentenaire, de cette période historique, notamment ses valeurs démocratiques et républicaines », Daniel Jouteux – par ailleurs membre de la Ser – vient de nous faire parvenir le courrier qu’il a récemment adressé à Monsieur Reynald Sécher au sujet du dernier ouvrage de celui-ci. Nous la publions ci-dessous en intégralité.

Le Mans, le 31 Janvier 2012.

Monsieur,

J’ai lu avec attention votre récent ouvrage intitulé Vendée, du génocide au mémoricide. Je ne partage pas du tout votre opinion présentant la guerre civile de « Vendée » comme une entreprise génocidaire et Rousseau comme son prophète. Ce point de vue s’inscrit dans la tradition contre-révolutionnaire, dans un style qui est loin, il est vrai, d’égaler celui de Pierre Gaxotte et avec des excès – pour ne pas dire plus – qui feraient presque d’Hippolyte Taine un historien pondéré. Mais il appartient à vos lecteurs de se faire librement une opinion.

La liberté d’opinion, toutefois, n’autorise personne à écrire ou à laisser écrire n’importe quoi, surtout quand on veut porter l’honorable titre d’historien.

Aux pages 148-149 de votre livre, vous citez un extrait des Brigands démasqués où le général Danican range René Levasseur, conventionnel de la Sarthe, dans une liste d’officiers et de représentants qui « ont été capables de brûler cinq cents lieues dans la République, capables d’éventrer des femmes, de porter leurs enfants au bout de la baïonnette, capable de massacrer des vieillards parce qu’ils croyaient en Dieu ».

René Levasseur n’a pris aucune part auxdites atrocités. Il s’agit d’un amalgame honteux visant à salir la mémoire de ce conventionnel sarthois et que vous avez choisi de publier sans rectificatif ou commentaire, ce que se devait pourtant de faire un historien soucieux de l’exactitude des faits et de la vérité.

Levasseur fut envoyé en mission en 1793 sur les bords de la Loire par le Comité de Salut public pour empêcher l’Armée Catholique et Royale en fuite de repasser la Loire. Son action à Orléans, Blois, Saumur puis Angers se borna à organiser la défense desdites villes afin de prévenir toute attaque des rebelles et de les empêcher de repasser le fleuve. D’ailleurs, dans ses Mémoires, Madame la Marquise de Larochejaquelein rend hommage à ce travail de fortification réalisé sous l’autorité du Représentant en mission Levasseur, en écrivant : « Les républicains avaient barricadé toutes les entrées, et protégé tous les endroits faibles par quelques fossés et des remparts en terre. Ils avaient des batteries fort bien placées, et d’ajouter, et se bornèrent à se défendre, sans tenter une seule sortie. » Si pendant trois jours, il y eu des combats entre les assiégeants et les assiégés, il n’y eu ni massacre, ni femmes éventrées… par les Républicains et Levasseur de l’aveu même d’une ennemie de la République. Après le départ des rebelles « vendéens » vers Le Mans, Levasseur, resté quelque temps à Angers, fut rappelé par la Convention et ne participa pas à la Bataille du Mans et à l’écrasement de l’Armée Catholique et Royale.

Ce fut la seule mission de Levasseur dans l’Ouest de la France. Alors pourquoi le général Danican le cite-t-il comme ayant commis des atrocités qui ont pu avoir lieu en d’autres lieux et à d’autres dates ?

N’est-ce pas parce que lors du siège d’Angers, le général Danican – qui commandait alors les troupes de cette ville, prit prétexte d’une mauvaise chute de cheval, en réalité sans gravité aucune de l’avis même du chirurgien Levasseur, pour rester au lit pendant ledit siège évitant ainsi de participer à repousser l’assaut des ennemis. « Je racontai à mes collègues les exploits du général Danican ; quoique nous fussions tous bien convaincu que ce général était resté dans son lit ou par lâcheté ou par trahison, nous ne le destituâmes point. » (Mémoires de René Levasseur).

Cette trahison apparaîtra en pleine lumière quand il participera à l’insurrection royaliste du 13 Vendémiaire an IV (5 octobre 1795) et tentera de marcher sur les Tuileries, contre la Convention.

Lorsqu’en 1796, il accuse faussement, par la pratique de l’amalgame, le Représentant en mission Levasseur dans les lignes suscitées, c’est clairement comme royaliste qu’il le fait, certainement pour effacer « sa lâcheté ou sa trahison » dans les murs d’Angers en 1793 dont Levasseur fut le témoin. J’ajouterai enfin, que lors de son retour à la Convention, René Levasseur proposa le 26 frimaire an II (18 décembre 1793) « qu’il soit accordé une amnistie en faveur des citoyens forcés par les brigands, depuis qu’ils ont passé la Loire, de les suivre, sous peine d’être fusillés… » (Archives parlementaires, tome 81, p. 641).

Ainsi, en publiant le passage des écrits de 1796 du royaliste Danican, vous avez manqué au devoir critique de l’historien en citant, sans commentaire ni rectificatif, un texte visant délibérément à salir la mémoire de celui qui, par ailleurs, fit voter par la Convention l’abolition de l’esclavage.

En qualité de président du Club René Levasseur de la Sarthe, qui s’honore de son patronyme, je vous demande, par conséquent, de bien vouloir rectifier publiquement cette contre-vérité, et de bien vouloir porter à ma connaissance ledit rectificatif.

Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mon attachement à la vérité et à la République, garante de nos libertés.

Pour la SARF, son Président,

Daniel JOUTEUX.

Journée d’étude – Surveillance révolutionnaire : Les comités de surveillance dans l’Ouest en guerre 1793-1794

Le Vendredi 30 mars 2012 à l’Université de Poitiers – UFR des sciences humaines et arts

Journée organisée par la Société des études robespierristes, le Groupe de recherche Enquête nationale sur les comités de surveillance et le Laboratoire CRIHAM – Université de Poitiers.

Comité d’organisation : Anne Jollet, laboratoire CRIHAM, université de Poitiers, Danièle Pingué, Laboratoire des Sciences historiques, Université de Franche-Comté, et Jean-Paul Rothiot, maître de conférences honoraire Université de Lorraine, coordonnateurs Enquête nationale de la Société des études robespierristes.

PROGRAMME

9H30         Accueil

9H45 :       Présentation par Jérôme Grévy, directeur du Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers ; Introduction, par Anne Jollet, Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers

10H30 :     Table-ronde 1 : Les sources : état des lieux et conséquences méthodologiques et interprétatives

Intervenant/es : Stéphane Calvet (La situation en Charente), Gwénaël Murphy et Yves Pierronne (Deux-Sèvres), Anne Jollet (Vienne), Bruno Hervé (Loire-Atlantique),

11H45 :     Débat

Discutant/es : point de vue comparatiste Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, coordonnateurs de l’enquête nationale, Philippe Daumas, membre du Groupe Enquête nationale de la SER (Loir-et-Cher), Jérôme Lamy, docteur en histoire, membre du CRIHAM

12H30 :     Repas

14H :           Table ronde 2 : Comités de surveillance en terre de guerre intérieure ouverte : spécificités de l’Ouest ?

Intervenant/es : Bruno Hervé (Situation en Loire-Inférieure dans la guerre civile 1793-1794), Fanny Panhaleux (Face aux attaques chouannes dans le district de Rennes), Gwenaël Murphy (Surveillance des femmes, Vienne, Deux-Sèvres) ».

15H :          Débat

Discutant/es : Françoise Brunel, Université de Paris 1, Dominique Godineau, Laboratoire CERHIO, Université de Rennes 2, Jean-Clément Martin, Université de Paris 1 IHRF

Pause

15H45 :     Table ronde 3 : Quels jeux des pouvoirs autour des comités de surveillance ? Pouvoirs locaux, pouvoirs nationaux, pouvoirs institués, pouvoirs des sociétés, pouvoirs des réseaux.

Intervenant/es : Stéphane Calvet (Charente), Claudy Valin (Charente-Inférieure), Anne Jollet (Vienne), Yves Pierronne (Deux-Sèvres)

16H45 :     Débat

Discutants : Antoine Renglet, FUNDP, Université de Namur, Gilles Malandain, Laboratoire CRIHAM, Université de Poitiers

17h45 :     Conclusion de la journée

Intervenant/es : Jean-Clément Martin, professeur émérite de l’Université de Paris I IHRF, Danièle Pingué, Laboratoire des Sciences historiques, Université de Franche-Comté, et Jean-Paul Rothiot, maître de conférences honoraire Université de Lorraine, coordonnateurs Enquête nationale de la Société des études robespierristes.

Renseignements : Anne Jollet (ap.jollet[at]orange.fr)

Théâtre : La mort de Danton à la MC93 (Bobigny) du 9 mars au 1er avril

La mort de Dantonde George Büchner

mise en scène par Georges Lavaudant

avec Avec Gilles Arbona, Astrid Bas, Frédéric Borie, Jean-Michel Cannone, François Caron, Jean-François Lapalus, Roch Leibovici, Philippe Morier-Genoud, Fabien Orcier, Annie Perret, Patrick Pineau, Julie Pouillon, Jean-Philippe Salério, Anne Sée, Bernard Vergne

« J’aime mieux être guillotiné que guillotineur » / Acte 2 scène 1

Le 25 Avril 2002, dans une mise en scène qui a fait date, Georges Lavaudant a déjà présenté sa vision de La Mort de Danton. S’il y revient, c’est qu’il y a aujourd’hui urgence. Rappelez-vous, c’était hier ou presque, quatre jours plus tôt pour être précis, le 21 Avril 2002 : on se croyait entrés dans la fin de l’Histoire. On se persuadait que l’économie seule régissait nos vies. La politique n’était plus qu’un jeu d’ombres. Tout paraissait joué…

Dix ans plus tard, la recréation de La Mort de Danton est l’occasion de reformuler des interrogations essentielles. Devant nous, avec nous, les protagonistes débattent de grandes questions esthétiques, métaphysiques – politiques, toujours. L’exercice de la pensée est omniprésent tout au long du drame. Büchner pousse le versant réflexif de l’art dramatique plus loin que personne avant lui. Mais les questions qui se posent sur ce théâtre d’idées sont toutes de chair et de sang, terriblement urgentes et concrètes. Par exemple : faut-il tuer pour ses convictions, ou mourir pour elles ? « J’aime mieux être guillotiné que guillotineur », répond Danton – mais Robespierre a-t-il tort pour autant ? Büchner, génialement, refuse tout verdict facile. C’est qu’il se veut poète, lui qui note dans une lettre à sa famille : « le poète dramatique n’est à mes yeux rien d’autre qu’un historien, mais se tient au-dessus de ce dernier dans la mesure où il crée pour nous l’histoire une deuxième fois […] ». Büchner, inventeur de réalité, nous montre « des caractères au lieu de caractéristiques et des figures au lieu de descriptions ». C’est en poète qu’il donne à voir des existences à notre image qui se battent et qui pensent, avançant à tâtons dans le chaos du temps.

Tarif préférentiel de 15 euros au lieu de 25 euros pour le public de la Société des études robespierristes. Pour bénéficier de ce tarif préférentiel, il est nécessaire de réserver par téléphone au numéro indiqué ci-dessous en indiquant vouloir profiter de l’offre au titre de la SER.

Pour en savoir plus : http://www.mc93.com/fr/2011-2012/la-mort-de-danton

RÉSERVATION 01 41 60 72 72 / WWW.MC93.COM

Parution : Les Comités de surveillance, sous la direction de Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot

couverture Comités de surveillance

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot (sous la dir.), Les comités de surveillance. D’une création citoyenne à une institution révolutionnaire, Collection Études révolutionnaires n°13, Paris, Société des études robespierristes, 2012, 248p, 19€. ISBN : 978-2-908327-84-7.

Considérés le plus souvent comme de simples organes de police politique, les comités de surveillance, institués par la loi du 21 mars 1793 et supprimés en partie dès la fin de l’an II, ont longtemps fait figure de parents pauvres dans l’historiographie de la Révolution. Ils bénéficient aujourd’hui d’un renouveau de la recherche qui s’intéresse en particulier aux acteurs, hommes et femmes, aux formes de politisation, aux résistances, dans le cadre d’une Révolution « vue d’en bas ».

Le présent ouvrage rend compte du premier bilan d’étape d’une enquête collective sur les comités, dressé lors de la rencontre tenue à Besançon les 13 et 14 janvier 2011 sur l’initiative de la Société des études robespierristes, avec le soutien de l’IUFM et du Laboratoire des sciences historiques de l’université de Franche-Comté.

Les quinze communications proposent des approfondissements relatifs aux sources et à la méthodologie, des synthèses thématiques, des études de cas régionales et enfin un exemple pris hors de France. Au-delà de caractéristiques communes à tous les comités – dont elles soulignent notamment le rôle dans le processus de politisation des citoyens – elles font apparaître une grande diversité régionale et montrent enfin l’intérêt d’un élargissement international de l’étude.

Table des matières

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, Avant-propos.

Partie 1 Sources et méthodologie

Serge Aberdam, Les deux versions de la loi de mars 1793sur les comités de surveillance,son dédoublement et l’enquête de janvier 1794.

Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, Une enquête collective. Questionnaires et base de données.

Danièle Pingué, L’implantation des comités de surveillance en Haute-Saône.Sources et procédures d’enquête.

Jean-Paul Rothiot, Pour une étude chronologique des comités de surveillance.

Philippe Bourdin, Les suspects dans le Puy-de-Dôme et la Creuse.

Partie 2 Synthèses thématiques

Michel Biard, Représentants du peuple en mission et comités de surveillance.

Laurent Brassart, Les comités de surveillance dans le système organisationnel des pouvoirs locaux de l’an II. L’exemple axonais.

Jacques Guilhaumou et Martine Lapied, Femmes et comités de surveillance.

Partie 3 Exemples régionaux

Annie Crépin, Les comités de surveillance en Seine-et-Marne.

Serge Bianchi, Comités de surveillance : un modèle pour la Seine-et-Oise ?

Samuel Guicheteau et Bruno Hervé, Les comités de surveillance en Loire-Inférieure.

Paul Chopelin, Un cancer politique ? Vies et morts des comités de surveillance de la ville de Lyon (1792-1795).

Vincent Cuvilliers, Les comités de surveillance de Basse-Alsace :l’exemple du comité de surveillance du district de Haguenau (vendémiaire-ventôse an III).

Fanny Panhaleux, Le comité de sûreté générale de Rennes (1er mai-27 juin 1793).Un exemple de comité de département.

Partie 4 Élargissement international

Annie Jourdan, Le Comité de Surveillance générale d’Amsterdam (1795-1798).

NB : ouvrage disponible à partir du mois de mars, en commande dès à présent saur la boutique en ligne de la SER en cliquant ici « boutique »

Conférence : La Révolution francaise à travers le cinéma francais et anglo-saxon

Conférence de Pascal Dupuy, maître de conférence à l’université de Rouen, organisée par La Société des Amis de la Révolution française (SARF) – Club René Levasseur de la Sarthe, le samedi 16 mars 2012, à 20h15, IUFM du Mans (salle des conférences), 11 bd Pythagore, Université du Maine. Projection de nombreux extraits de films.

Informations : sarf72@numericable.fr, et www.sarf72.fr

Appel à communication : Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècles

Iconoclasme et révolutions. XVIIIe-XXIe siècle. Colloque international, 12-13 décembre 2012

Université Paris-Est Créteil (UPEC), CRHEC (Centre de recherches en histoire européenne comparée), Institut Universitaire de France, Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle.

Organisation : Emmanuel Fureix

Comité scientifique international : Sylvie Aprile (Univ. Lille 3), Florence Bourillon (UPEC), Catherine Brice (UPEC), Pierre Centlivres (Univ. de Neuchâtel), Olivier Christin (Univ. de Neuchâtel), Annie Duprat (Univ. de Cergy-Pontoise), Emmanuel Fureix (UPEC), Dario Gamboni (Univ. de Genève), Lynn Hunt (Univ. of California, Los Angeles), Dominique Poulot (Univ. Paris 1), Rolf Reichardt (Univ. de Giessen), Pierre Serna (Univ. Paris 1), Timothy Tackett (Univ. of California, Irvine), Bertrand Tillier (Univ. de Bourgogne).

Des révolutions atlantiques du XVIIIe siècle aux révolutions arabes du XXIe siècle, des révolutions « romantiques » du XIXe siècle aux révolutions est-européennes de 1989, l’iconoclasme participe de la rupture révolutionnaire : en s’attaquant aux images, et plus largement aux signes des régimes déchus, les révolutionnaires marquent le transfert de souveraineté et le changement socio-politique opérés. Naguère assimilés à du « vandalisme », selon le néologisme de l’abbé Grégoire (1794), ces gestes doivent être rattachés à des formes d’iconoclasme ou de « sémioclasme », rituel de dépollution de signes assimilés à une souillure. Toutefois, à la différence de l’iconoclasme religieux, l’iconoclasme révolutionnaire ne vise pas la nature des images comme représentations du monde créé, mais seulement certains référents, associés à une forme de domination devenue à un moment donné intolérable. Il procède par effacement sélectif d’une mémoire (damnatio memoriae) en fonction d’un projet de régénération culturelle et de nouveaux codes symboliques.

L’historiographie de l’iconoclasme en révolution a longtemps été prisonnière du prisme du « vandalisme », de la déploration des destructions ou a contrario de leur dénégation. Les historiens de l’art ont à juste titre dépassé ces querelles pour inscrire l’iconoclasme dans le processus contemporain de patrimonialisation de l’œuvre d’art, et de distinction sélective de l’emblème et du monument. Reste à élucider davantage les logiques de l’action iconoclaste (révolutionnaire et contre-révolutionnaire), en l’intégrant à une histoire plus large des relations entre des sujets agissants et des signes de pouvoir. Plusieurs pistes pourront être explorées dans le cadre de ce colloque :

* Les normes et seuils de tolérance : les types de violences tolérées, les procédures de sélection des signes visés (signes proprement politiques, ou religieux, ou encore de distinction sociale), les modalités de négociation entre destruction, effacement, estompage, maquillage, dissimulation ou déplacement ; la qualification juridique des déviances iconoclastes, les modalités de leur  répression judiciaire ; les liens entre violences symboliques et violences physiques

* Les formes de participation socio-politique à l’œuvre dans l’iconoclasme (révolutionnaire ou contre-révolutionnaire) : appropriations de souveraineté (y compris à des échelles très locales), interpellations spectaculaires de l’opinion publique, sur le mode de l’attentat symbolique, ou, a minima, résistances « infra-politiques », expressions de frustrations sociales, de haine de l’autorité

* Les interactions conduisant aux gestes iconoclastes : interactions entre institutions et groupes sociaux dans les processus d’effacement (institutions ordonnatrices, institutions temporisatrices, etc.) ;  interactions entre individus, essentielles dans les multiples micro-conflits portant sur les signes exhibés (couleurs, insignes…). Le rôle de l’honneur, notamment masculin, pourra être particulièrement étudié, dans des moments de lutte pour la maîtrise de l’espace public légitime

* Le statut des signes, leur sacralité et les effets performatifs de l’iconoclasme : les « transferts de sacralité » opérés dans les rites iconoclastes et les effets de croyance associés aux violences sur les images ; le rôle des représentations de l’iconoclasme dans la production de l’événement révolutionnaire ; l’imitation d’un répertoire de gestes connus

Des expériences révolutionnaires très variées, dans le temps et dans l’espace, seront étudiées à la lumière de ces interrogations, dans un souci constant d’historiciser les gestes observés.

Les propositions de communications, d’une page environ, doivent être envoyées avant le 10 février 2012, à l’adresse suivante : fureix@u-pec.fr, accompagnées d’une brève présentation biographique.

Correspondance de Rachida Tlili Sellaouti – Nouvelles de la Faculté des Lettres de la Manouba (Tunisie)

Rachida Tlili Sellaouti, qui a été membre du Conseil d’administration de la Société des études robespierristes (1999-2011), nous a demandé de relayer le texte ci-dessous. La Société, en le publiant sur son site, s’associe à la dénonciation des faits ici rapportés et proteste contre les atteintes aux droits les plus élémentaires que subissent actuellement enseignants et étudiants tunisiens.

La Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’université de la Manouba (FLAHM) est, au moment où j’écris et depuis le 28 novembre 2011, occupée par un groupuscule d’étudiants à la mode « salafiste ». Il  exige le port du niqab par les étudiantes « qui le désirent » pendants les cours, au nom des  libertés individuelles.  Dans la virulence de leurs revendications, ils ont agressé physiquement le doyen, l’historien Habib Kazdaghli ainsi que un collègue syndicaliste, M. Habib Mellakh. Des collègues femmes ont été agressées verbalement… tans dis que les autorités tardent à intervenir.

Les faits :

En fait, la question du niqab commence à être agitée dans l’enceinte de la faculté depuis la fin du mois d’octobre (calendrier électoral aidant) au moment où une étudiante refuse de dévoiler son visage en cours.

Le 2 novembre, le doyen réunit les membres élus du conseil scientifique, représentants aussi bien les étudiants que les professeurs. Le règlement intérieur qui est alors adopté interdit le niqab dans les salles de cours et lors des examens pour des raisons strictement pédagogiques et sécuritaires (la Révolution ayant permis de  « dégager » la police des enceintes des universités), mais permet de le porter dans tous les autres espaces de la faculté.

L’Université propose par ailleurs de mettre à disposition des étudiants, à une très courte distance de la faculté, un espace de prière décent (deuxième revendication du groupuscule des étudiants avec le niqab) commun au campus universitaire de la Manouba, réunissant 30 000 étudiants.

Rien n’y fait, les évènements s’enchaînent et la situation se dégrade :

– 28 novembre, un groupe d’une centaine de personnes – pour la plupart non inscrites à la faculté – interrompt bruyamment les cours et empêche la tenue des examens.

– 29 novembre, des personnes étrangères à la faculté à qui l’on tente d’interdire l’entrée forcent le passage et bousculent le doyen. Les enseignants décident, alors, de protester contre la violence des attaques par une grève.

– 6 décembre, les «sit-inneurs», déjà bien installés dans les bureaux de l’administration, décident cette fois-ci d’interdire au doyen l’accès à son bureau. Une fois de plus c’est l’option de la violence qui est choisie : bousculade, menace verbale et physique… Un enseignant sera même transporté à l’hôpital.

Le conseil scientifique élargi décide de fermer la faculté et de demander, alors qu’il s’y était toujours refusé jusque là, l’intervention des forces de sécurité publique afin d’évacuer les intrus. Le gouvernement sortant est resté sourd et indifférent à cet appel. Depuis le 6 décembre, les cours sont interrompus et les locaux administratifs occupés. Le doyen, le personnel administratif, les enseignants et les 8.000 étudiants attendent en vain.

Tandis que le groupuscule d’étudiants soutenu par un renfort continu de personnes totalement étrangères à la faculté, au mode vestimentaire « salafiste » occupent la faculté et saturent l’espace à coups de décibels (haut-parleurs ) diffusant prêches et prières. Ils rejettent toute décision du Conseil Scientifique remettant en cause sa légitimité en tant que instance élue, comme ils rejettent toute justification pédagogie, éthique, sécuritaire… que pose le port du niqab dans les salles de cours, et ne retiennent que leurs seules allégations à savoir que les étudiantes sont «souillées» par le regard des professeurs. En fait, pour plusieurs raisons, la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’Université de la Manouba est avant tout le symbole à abattre.

Très tôt, de nombreux partis politiques ainsi que l’Union générale des travailleurs tunisiens (Ugtt, centrale syndicale la plus importante du pays) manifestent leur inquiétude et leur solidarité. En face, les autorités et instances de tutelles confondues affichent une fin de non recevoir.

Situation actuelle

Suite aux dernières médiations :

– une commission ad hoc créée par le conseil de l’université de la Manouba a engagé des discussions par l’intermédiaire de certains professeurs avec les sit-ineurs,

– des démarches entreprises par l’autorité de tutelle pour amener les personnes étrangères à lever le sit-in.

Le ministre avait promis aux membres du conseil scientifique et aux représentants des  différents syndicats de l’institution (UGTT pour les enseignants, ouvriers, fonctionnaires, UGET pour les étudiants) qu’il avait reçus samedi dernier, d’œuvrer en vue du retrait des sit-ineurs étrangers à la faculté de son enceinte et de convaincre les étudiants de la FLAHM de transférer le sit-in des bureaux du doyen à un autre endroit de sorte qu’il n’entrave pas le déroulement des cours et le fonctionnement normal de l’administration, étant donné, considère-t-il,  que le sit-in et la manifestation sont un droit sacré. Le 2 janvier 2012, les rapports des différents médiateurs, ceux des membres du personnel administratif dépêchés à la faculté ont fait état de l’irruption massive de nouveaux sit-ineurs en soutien à leurs camarades. Constatant cet état de fait, l’assemblée générale réunie successivement les 2 et 3 janvier dans les locaux de l’Université, convaincue de l’absence des conditions pour une reprise normale des cours, en raison du renforcement du sit-in, a recommandé au conseil scientifique de maintenir la fermeture de l’institution jusqu’au retour à la normale et a décidé un rassemblement au ministère de l’enseignement supérieur à partir du mercredi 4 janvier 2012 pour inciter les autorités à obliger les sit-ineurs à se retirer de la faculté.

Rachida Tlili Sellaouti

Professeur d’histoire – FLAHM

Le 4 janvier 2012